Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Odile Sassi et Mathilde Aycard, sous la direction de Pierre Vallaud, Atlas historique de la Méditerranée

André Buisson
p. 258
Référence(s) :

Odile Sassi et Mathilde Aycard, sous la direction de Pierre Vallaud, 2009, Atlas historique de la Méditerranée, Paris, Fayard-Presses de l’université Saint-Joseph, 208 p.

Texte intégral

1L’idée d’un atlas historique de la Méditerranée est en soi une excellente idée, le monde méditerranéen étant par sa géographie physique un monde « fini », malgré ses larges ouvertures maritimes et continentales sur les ensembles périphériques. La présentation est intéressante et classique, avec un texte en page de gauche qui autorise des développements historiques sur la période étudiée, explicitant et complétant une carte en page de droite.

2Après une introduction, ce volume se déroule au long de dix parties successives (regroupant 87 cartes), qui reprennent peu ou prou les périodes chronologiques et se termine par une bibliographie succincte. Après un premier chapitre consacré « Aux origines » et incluant des pages consacrées à la naissance de l’Histoire dans le croissant fertile (marginal au monde méditerranéen), les chapitres 2, 3 et 4 regroupent des cartes et commentaires sur l’Antiquité (égyptienne, phénicienne, grecque et romaine) puis les chapitres 5 et 6 concernent le Moyen Âge et enfin les chapitres 7 à 10 se consacrent à illustrer l’époque moderne et contemporaine.  

3Il faut reconnaître la difficulté à faire un choix dans les nombreux événements que l’histoire de la Méditerranée a vu se dérouler. L’antiquisant, le médiéviste ou le moderniste ont chacun ses vues sur la question… Les auteurs se devaient d'offrir à l'époque grecque et romaine une place privilégiée, la Méditerranée ayant été considérée par les Grecs (aux dires de Platon) comme une mare autour de laquelle les Phocéens se retrouvaient comme les crapauds), puis comme le Mare Nostrum des Romains. À propos d’Antiquité, justement, j’aurais aimé voir figurer p. 44-45 une carte de la "Méditerranée mycénienne" et non pas une carte de la seule mer Egée (il y a aujourd’hui beaucoup à dire à propos de la répartition des trouvailles d’objets mycéniens, céramiques, jas d’ancres, sur tout le pourtour du bassin méditerranéen, et les fameuses colonnes d’Hercule, avec toutes les hypothèses sur leurs différents emplacements suivant les périodes… et sur les routes commerciales de cette époque, vers l’ambre et l’or…). Il me paraît également important de dessiner une carte du monde des Celtes, non seulement du cadre de leur emprise territoriale, mais également de la zone de rayonnement de leurs mercenaires, en Haute-Égypte, en Grèce et Macédoine, en Italie du Nord et du Sud, que l’on retrouve grâce notamment à l’impact de leur modèle dans l’art grec de Pergame, d’Alexandrie et de Rhodes et dans les figures inoubliables du « Galate mourant » du Capitole et des galatomachies gréco-romaines et, par voie de conséquence, dans la diffusion des modèles numismatiques grecs dans les monnayages celtiques. Puisque les auteurs ont admis des cartes de régions, pourquoi pas une carte détaillée des enjeux de la Sicile pré-romaine, disputée entre Carthage, Syracuse et ses peuples indigènes ?

4Ceci étant, les défauts ne doivent pas dissimuler les mérites d’une telle entreprise, dont les enseignants d'histoire et de géographie tireront grand profit dans l'illustration de leurs leçons. L’important travail de compilation démontre, si besoin était encore, l’intérêt d’une mer telle que celle-là. Divisée en compartiments (mer Egée, Méditerranée orientale, Méditerranée occidentale, carte p. 15), elle a permis le développement de civilisations originales dont nous sommes issus. Lieu d’attraction par son climat et ses paysages, elle a été le terrain d’exercice de peuples aux destinées variées (domination, création d’empires, déclin et conflits), que les historiens ont considéré comme « responsable » des affrontements entre civilisations (rappelons simplement la thèse d’Henri Pirenne, 1937, pour le Moyen Âge). Pour l'époque contemporaine, les enjeux sont tout aussi considérables : les routes du gaz et du pétrole sibérien passent, pour certaines d'entre elles, par là ; les détroits ont été le lieu de combats féroces pendant la première Guerre mondiale, ils sont encore aujourd'hui l'objet d'une surveillance attentive par toutes les grandes puissances ; en matière d'écologie, elle fait encore parler d'elle à propos du thon rouge, et du moratoire sur sa pèche que l'Italie veut faire admettre par l'Europe ; en politique, une Euroméditerranée est en cours de construction…

5Chacun sait la masse de travail que représente l’élaboration et la conception d’une carte et le danger qu’il y a à composer un « atlas historique ». Une telle variété de sujets, liée à une volonté d’offrir la plus grande richesse cartographique, a malheureusement desservi les auteurs ; ne retenons que quelques scories qui se répètent et alourdissent la lecture par une remarque qui concerne toutes les cartes : les auteurs n’ont semble-t-il jamais fixé de normes orthographiques, puisqu’on trouve très fréquemment mêlées les toponymies anciennes et modernes (par exemple p. 81, Lugdunum et Rome, p. 73 : Croton(e), Taraquinie ? pour Tarquinia, Cumes – Kymè - face à Neapolis)… Une relecture plus attentive aurait évité des erreurs ou imprécisions (carte p. 81 : Strasbourg s’appelait Argentorate, et non Argentarum, Cherchell/Caesarea et non Caesaera…). Mais il s’agit de vétilles aisément corrigeables pour un second tirage.

6Quelques remarques sur des cartes : p. 47, Rashgoun est une île côtière, célèbre pour son cothon, comme Motyé, et non pas un site terrestre ; p. 81, le signe représentant le « limes » romain est interrompu alors qu’il désigne l’ensemble de la frontière fluvio-terrestre qui limite l’empire romain.? Pourquoi, p. 89, la carte en mentionne-t-elle pas les villes de Lyon et Genève, pourtant capitales du royaume burgonde, ni même les contours de ce royaume p. 87, fluctuant au cours de son siècle d’existence, ainsi que les dates de ce dernier : 443-534 ? Attention à la carte p. 167, avec la confusion dans la légende entre les couleurs du « canal de Suez » et de la « ligne de chemin de fer ». Enfin, la lisibilité d’un certain nombre de sigles est assez faible (le détroit de Messine, p. 59, le col de Roncevaux, p. 99…). J’aurais pu me passer de la carte p. 97 (commerce de l'Islam au IXe et Xe siècle) qui présente un intérêt bien faible.

7Le texte aurait lui aussi mérité une relecture attentive : personnellement, j’aurais juré que la fondation de la République romaine avait eu lieu en 509, année de la dédicace du temple capitolin, p. 72 !, plus loin, un problème de mise en page cache la fin du texte p. 73.

8L’entreprise était intéressante, difficile certes, mais pédagogique et riche d’évidences visuelles. Que cette critique montre avant tout aux auteurs l’intérêt porté à la consultation de cet atlas, qui remplira très bien son rôle d’enseignement auprès de son public.

Haut de page

Bibliographie

Pirenne H., Mahomet et Charlemagne. 1re édition, 1937, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 224 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Odile Sassi et Mathilde Aycard, sous la direction de Pierre Vallaud, Atlas historique de la Méditerranée », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 258.

Référence électronique

André Buisson, « Odile Sassi et Mathilde Aycard, sous la direction de Pierre Vallaud, Atlas historique de la Méditerranée », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7600

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page