Navigation – Plan du site

Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?

Geohistory : what methods, what narrative ?
Nicolas Jacob-Rousseau
p. 211-216

Texte intégral

1Les approches géo-historiques caractérisent divers courants de la géographie mais aussi de disciplines connexes qui prennent en considération l’espace : l’archéologie, l’écologie du paysage, l’aménagement. Il est possible de les définir dans un premier temps comme une tentative de restituer à la fois la dynamique et la structuration des milieux ou des territoires sur le temps long. À cet égard, les archives recèlent le principal matériau de travail, familier aux géographes par la formation historique qu’ils reçoivent. Les documents les plus sollicités et dont la production a été de plus en plus abondante et diverse depuis le XVIe siècle vont des estimes aux enquêtes et aux statistiques, des terriers et cadastres aux cartes et aux plans, des gravures aux photographies, ou encore des textes et rapports administratifs aux écrits de la presse.

2Les chercheurs se saisissent très différemment de ce matériau et, à lui seul, le nombre d’auteurs, qui exposent leurs démarches et leurs méthodes dans deux dossiers successifs de Géocarrefour, montre la vitalité et le foisonnement des angles d’attaque. Si l’exhaustivité n’était pas de mise dans ce cadre resserré, il a paru néanmoins intéressant de pouvoir faire le point sur les derniers développements de ce type de réflexions ou de pratiques géographiques.

3Quelques essais récents nous y incitaient (Grataloup, 2007 ; Chouquer, 2007). D’autres aiguillons ont joué : le constat d’un regain d’intérêt pour les sources anciennes, notamment de la part de disciplines traditionnellement peu familières de ce matériau comme l’écologie, le nombre croissant de programmes de recherches pluridisciplinaires remettant en contact les spécialistes du passé et ceux de l’environnement (Burnouf et Leveau, 2004) ; puis, plus récemment, l’ouverture de perspectives temporelles dans des courants géographiques longtemps dominés par l’analyse d’interactions et de mécanismes strictement contemporains comme les risques (Bravard, 2004 ; Combe, 2007). Enfin, la large diffusion de la notion de patrimoine — qu’il soit architectural, paysager ou naturel — suscite elle aussi un retour vers les témoins du passé. En d’autres termes : qui collecte et interprète les archives, et avec quels projets de restitution spatio-temporelle ?

Porosité des acceptions

4On considère généralement que l’insertion du temps dans les problématiques géographiques s’étire entre deux pôles : la tentative de mettre en ordre un récit des dynamiques de l’espace sur le temps long, conformément au vœu de F. Braudel, et des approches marquées par des analyses sectorielles cherchant à préciser les rapports entre des sociétés du passé et leur territoire. C. Grataloup (2005) établit à ce titre une claire distinction entre la géohistoire et la géographie historique. A la première revient de montrer les permanences, l’inertie ou les trajectoires imposées par des configurations spatiales, d’en faire un récit, bref, d’en montrer le sens dont le temps actuel est le terme. On note une prédilection pour une petite échelle d’analyse (région, territoires nationaux, civilisations). La seconde applique ses méthodes géographiques à des époques révolues. La situation apparaît plus complexe, cependant, car la pratique scientifique rend ces frontières poreuses : nombre de géographes-historiens adoptent des questionnements géohistoriques, notamment au contact de l’écologie ou de la biogéographie car la connaissance des états antérieurs d’un système permet d’en définir les trajectoires évolutives et de mettre en évidence des effets d’héritages. Rien d’étonnant, dans ces conditions, si le terme de géohistoire conserve une acception large et que persistent certains flottements dans les contours de ce type de démarche, ce qui a été assumé ou souligné par plusieurs auteurs (Droulers, 2001 ; Chouquer, 2007). Enfin on assiste depuis quelques années à une diffusion des termes géohistoire et géohistorique, désignant désormais une exploitation de documents anciens qui n’est pas nécessairement sous-tendue par un projet historique ou de mise en récit des faits. Cette géohistoire consiste alors en une valorisation géoréférencée d’informations datées, démarche de plus en plus fréquente dans l’aménagement, l’hydraulique, la paléohydrologie ou la climatologie historique par exemple. À notre sens, l’évolution récente ajoute encore un peu plus d’indécision aux termes. Il serait sans doute préférable d’utiliser géo-histoire ou géo-historique si l’on souhaite désigner sans plus de précision une démarche qui exploite l’information historique en la replaçant dans l’espace.

5Derrière cette gamme terminologique, les pratiques et les champs disciplinaires apparaissent très divers et nous pouvons en proposer une rapide présentation.

Lignées et pratiques : références, trajectoires ou récits ?

6La géographie historique, lignée la plus ancienne, a un double objectif : elle analyse les espaces ou les phénomènes du passé avec les méthodes de la géographie ; elle propose aussi d’expliquer les faits actuels et leur répartition en cherchant leur origine dans le passé. La palette actuelle, très vaste, va des paysages agraires à des pratiques sociales ou des perceptions qui relèvent du champ de la géographie culturelle ou de la sociologie ; les domaines de la géographie économique et politique ou de la géographie de la santé sont aussi explorés, avec l’étude de la diffusion d’épidémies anciennes par exemple (Boulanger et Trochet, 2005). La cartographie thématique est abondamment alimentée par le recours aux statistiques, aux résultats d’enquêtes. C’est aussi à partir de cette tradition que se développent les réflexions actuelles sur le patrimoine, notamment paysager (Pitte, 1983). Les plans anciens, les cartes postales suscitent un engouement remarquable depuis deux décennies tant on leur demande de témoigner, contre la banalisation des formes qui nous entourent, d’une possible individuation de nos quotidiens et de nos identités. La recherche sur des éléments ou des formes paysagères anciennes fait écho à une tradition de paysages identitaires bien installés par la tradition vidalienne. Ces éléments servent alors de pivot au recueil de la mémoire locale, à l’élaboration de nouveaux récits dans des projets d’aménagement local qui ont parfois pour perspective de « créer ou renforcer une identité » (Gorgeu et Jenkins, 1995).

7L’histoire environnementale, plus récemment formalisée, exploite les archives historiques depuis plusieurs décennies. Des premières approches menées par les biogéographes sur les milieux forestiers à travers les documents produits par les maîtrises des Eaux et Forêts, les questionnements ont essaimé vers les milieux fluviatiles et les zones humides. Un peu plus tôt, les méthodes de la climatologie historique avaient été exposées par E. Le Roy Ladurie (1966) ; elles ont été appliquées ensuite à l’histoire des fluctuations hydrologiques. Les documents les plus fréquemment analysés sont issus des administrations ou des grands corps de l’Etat. Ces corpus archivistiques ont fait l’objet de synthèses méthodologiques (Corvol et Richefort, 1995 ; Corvol, 1999, 2002). Constitués en sources et corsetés par un appareil critique d’étude des conditions de leur production, ces documents sont envisagés comme des données datables et repérables dans l’espace dont l’intérêt principal réside dans la possibilité d’une mise en rapport avec des observations contemporaines. Les plans permettent de mesurer le déplacement d’un chenal, les enquêtes d’apprécier la composition de tel peuplement forestier à différentes dates etc. … ; le document archivé aide à mesurer des processus ou connaître des phénomènes ; de là, on peut tenter de comprendre la dynamique des formes ou des milieux. Les concepts et les échelles spatiales sont ici ceux du géosystème défini par G. Bertrand (2002). Dans la deuxième moitié du XXe siècle, en outre, les apports de la biogéographie historique et de l’histoire environnementale ont participé à la relativisation progressive de la notion de climax et à la critique des modèles rigides de successions écologiques ou morphologiques au profit de modèles de co-évolution ou de trajectoires. En mettant en évidence le rôle de la société sur les dynamiques « naturelles », en montrant l’évolution des rapports de forces et des modes d’exploitation au sein d’un territoire (Fruhauf, 1980), ils ont conduit à l’émergence de la notion d’anthroposystème.

8Par des effets de proximité disciplinaire, les techniques se sont beaucoup diffusées dans l’écologie appliquée et l’aménagement où elles ont été mises au service de la gestion des milieux et des territoires. Des facteurs d’ordre différent expliquent l’engouement pour la valorisation géoréférencée des archives, rendue possible par l’évolution des techniques. Dans le premier cas, on recherche des informations sur les états antérieurs des écosystèmes, sur les effectifs de populations animales, la date de leur déclin ou de leur disparition et la répartition de ces phénomènes (Gunnell, 2009) ; on peut en tirer une évaluation de la vitesse des processus et cela peut conduire jusqu’à la prospective ou la modélisation. Ce tropisme vers l’archive historique a été renforcé plus récemment par des cadres réglementaires inspirés par la biologie de la conservation et incitant à la recherche d’états de référence paysagers ou écosystémiques. Dans le second cas, la recherche d’informations historiques vise à évaluer l’intensité et la fréquence de certains aléas, comme les crues, afin de calculer les dimensions d’ouvrages de protection ou de produire des documents réglementaires. Notons qu’il s’agit du prolongement d’une veine déjà ancienne, puisque ces premières enquêtes historiques apparaissent chez les ingénieurs du XIXe siècle, après les crues du printemps de 1856.

9À une petite échelle spatiale, une géohistoire propose de rechercher dans la forme de l’œcoumène l’origine des modalités et de la trajectoire de la mondialisation (Grataloup, 2007). L’auteur propose l’analyse du temps long à l’aide de modèles spatiaux qui peuvent s’appliquer au passé. Ce type de réflexion sur la mise en connexion progressive de tous les espaces terrestres n’est pas limité à la sphère économique ou culturelle. Certains auteurs ont en effet observé un lien entre la diversité ethnolinguistique et la diversité biologique. Dans le cas de nombreuses régions tropicales, la corrélation s’expliquerait par le caractère tardif de la mise en contact avec le reste de l’œcoumène, notamment à cause de la barrière saharienne dans le cas de l’Afrique. Cependant, il faut faire la part d’autres explications, comme les héritages de l’histoire paléoclimatique dans le cas des flores tropicales et, à cette échelle, la géohistoire de l’environnement ou des sociétés ne se nourrit pas directement de documents anciens, mais de leurs synthèses. C’est pourtant ce courant qui ambitionne le plus de produire un récit, entendu comme une interprétation, des relations entre l’espace et le temps.

10Entre la recherche de références spatiales datées, la reconstitution de trajectoires écologiques ou la mise en récit de l’espace, les ambitions géo-historiques sont disparates. L’impulsion braudélienne pourrait être considérée comme une possibilité d’articuler ces différentes échelles : il s’agit de questionner les rapports entretenus entre un lieu et un réseau ou les relations entre une société et son territoire, les ressources qu’elle exploite et de pratiquer une écologie au sens large du terme, soit une compréhension des dynamiques de l’œcoumène.

Débat et perspectives : l’histoire du paysage en question

11Certains pans de ce type d’approche sont aujourd’hui remis en question par la critique et l’exigence méthodologique proposées par l’archéogéographie. Dans un ouvrage paru récemment, G. Chouquer (2007) relève plusieurs raisons d’une entrée en crise des objets paysagers et, partant, des récits dans lesquels ils ont été insérés. En analysant les courants géographiques et historiques qui se sont consacrés aux formes paysagères depuis plus d’un siècle, l’auteur fait plusieurs constats. L’un d’eux est que la typologie morphologique et historique de ces structures (openfield, bocage…) persiste alors que les connaissances actuelles nous confrontent à des objets hybrides où le naturel et le culturel sont interpénétrés de manière complexe. Le même auteur souligne également le caractère téléologique de certains récits de la géographie historique qui tendent à projeter dans le passé les formes et les répartitions actuelles ou à y installer des types dépourvus de dynamique ou de complexité temporelle (notamment des structures agraires). Dans le champ des études naturalistes, la posture actualiste achoppe sur le même écueil puisque les dynamiques contemporaines sont le fruit d’une trajectoire parfois amorcée plusieurs siècles auparavant. Les effets de rétroaction, pour les processus, et d’auto-organisation, pour les formes paysagères, doivent alors être pris en compte. En dernier ressort, l’histoire du paysage est également distordue par la projection de nos catégories modernes (naturalisme scientifique et dualisme) dans le passé, où elles tendent à remplacer les représentations des sociétés anciennes ou pré-modernes. Ces catégories sont inaptes à y rendre compte des rapports nature-société et, par conséquent, de la véritable dynamique des systèmes.

12Cette critique ne disqualifie nullement l’étude des objets du passé ni les techniques mises en œuvre, dans la mesure où leur multiplicité est précisément le révélateur de la complexité des dynamiques. Mais parce les catégories établies la mettent hors d’atteinte, l’auteur propose de redonner le primat aux objets afin de parvenir à une compréhension des processus par lesquels ils se transmettent à travers le temps.

13La principale problématique porte donc sur l’histoire du paysage et, plus largement, sur ce que l’on nomme l’histoire environnementale. Si l’on tient compte des apports de l’archéogéographie en même temps que des enjeux actuels autour des paysages (objets de valorisation patrimoniale ou économique, repères identitaires, objet d’étude de l’écologie du paysage…), on peut envisager quelques pistes de réflexion ou, du moins, des éléments de débat.

141 – Le paysage de référence. Comme nous l’avons évoqué, à un moment où la définition d’états de référence est fortement encouragée, de nombreux chercheurs se tournent vers des documents statistiques et cartographiques, particulièrement ceux des XIXe et XXe siècles, les plus nombreux et les plus parlants. Ces documents tendent à constituer un horizon documentaire qui peut apparaître fermé lorsque la recherche d’archives d’époques antérieures est jugée incertaine et peu productive. Dès lors, les effets de télescopage de plans différents (écologie/patrimoine culturel) ne sont pas négligeables car les géosystèmes érigés en référence correspondent, chronologiquement, aux paysages qui ont été installés par la tradition vidalienne. Ainsi, on pourrait considérer cette prégnance du paysage idéal des années 1880-1920 comme un avatar du « blocage idéologique » que pointait G. Bertrand (1984, [in 2002]). Enfin, le caractère optimal du fonctionnement de ces états de référence peut être interrogé puisqu’on ne mesure pas nécessairement ce que leurs dynamiques incorporent de résilience à long terme. Il convient donc de poursuivre les efforts d’investigation à l’aide de documents plus anciens, ce qui soulève une autre question.

152 – Quelle posture actualiste ? L’utilisation des documents d’archives contemporaines pour reconstituer des états passés de l’occupation du sol ou des formes de terrain ne pose guère de difficultés. Par ailleurs la connaissance des processus physiques anciens passe inévitablement par une étude des processus actuels. Il est donc tentant de prolonger ces méthodes au moyen d’archives plus anciennes. Toutefois, dès que l’on remonte dans un passé pré-moderne, l’interprétation de la dynamique des anthroposystèmes devient hasardeuse si l’on ne tient pas compte des représentations des sociétés anciennes (cf. supra). Le seuil n’est peut-être pas infranchissable et l’on peut débattre d’une autre forme d’actualisme en prenant deux points en considération. D’une part, la modernité et le dualisme se sont imposés à l’ensemble de notre société par une lente diffusion pendant plusieurs siècles ; d’autre part, les documents anciens mobilisables pour l’histoire du paysage ne consistent pas seulement en des chiffres ou des cartes. Il existe des textes et on peut envisager que dans ces sociétés intermédiaires, ceux qui ont imposé la rationalité technique et scientifique parlent des autres et de leurs pratiques. Ceux-ci ont aussi laissé des documents (XVIIe, XVIIIe siècles), par exemple à l’occasion de conflits relatifs à l’usage du territoire et des ressources. Certains chercheurs les ont d’ailleurs récemment mis à profit (Favier et Granet-Abisset, 2005). Dans ces documents résident sans doute quelques clefs de compréhension des rapports que les sociétés anciennes entretenaient à leur espace.

Paysages, risques, lieux : nouvelles approches et synthèses.

16Deux dossiers successifs sont consacrés à des approches géo-historiques. Autant que possible, nous avons souhaité leur donner une cohérence en rassemblant dans le premier deux articles à portée épistémologique, puis des contributions relevant de la géographie historique et mettant en œuvre des approches originales. Elles sont présentées ci-après. Le deuxième dossier est constitué d’approches cartographiques et naturalistes abordant trois thèmes : les milieux humides ou fluviatiles, l’exploitation paléoécologique de données historiques, et la reconstitution des finages anciens par les cadastres et les plans terriers. Ces articles feront l’objet d’une présentation particulière au moment de leur parution.

17En ouvrant le débat de l’analyse de la morphologie agraire, G. Chouquer soulève un problème bien plus vaste que la seule remise en question des typologies établies par la tradition historiographique. L’étude de plusieurs exemples de formes planimétriques lui permet d’installer la complexité des structures paysagères. Au delà des constats morphologiques - l’apparente perfection d’une centuriation antique transmise depuis l’Antiquité ou d’un openfield laniéré médiéval – se pose en effet la question de la dynamique des formes. Comment, par exemple, les lignes directrices d’une centuriation informent-elles le paysage actuel malgré le dépôt de plusieurs mètres de sédiments, comment les directions non seulement se conservent-elles mais aussi se transmettent-elles dans l’espace au cours du temps ; en définitive qu’est-ce que l’auto-organisation du paysage ? Tout en réhabilitant cet objet planimétrique longtemps délaissé, l’auteur convoque les apports d’autres disciplines – géoarchéologie, géographie, histoire – et introduit les fondements de la démarche archéogéographique. Celle-ci est étayée par une archéologie des traditions morphologiques remontant à la fin du XVIIIe siècle qui encourage à interroger les catégories établies et dépasser les limites des disciplines.

18J.-M. Antoine, B. Desailly et A. Peltier présentent une synthèse fouillée des apports des archives à la recherche sur les risques. Le propos s’appuie sur une bibliographie qui indique que la pratique archivistique émerge quasiment en même temps que les premières études des aléas, il y a un siècle et demi. Les auteurs montrent cependant que la constitution de ce savoir n’a pas été linéaire et qu’il a souvent constitué une réponse de la société à des crises, ou à des successions d’événements dommageables. Plusieurs exemples illustrent la richesse potentielle des documents qui autorisent la quantification, la spatialisation ou l’estimation de la fréquence des phénomènes et en dernier ressort permettent de mettre en place des mesures de prévention. Toutefois, loin d’être une réponse uniquement technicienne ou opérationnelle à des enjeux actuels, la recherche sur les risques tisse des liens avec l’histoire du climat et l’histoire des sociétés anciennes. À ce titre, les auteurs soulignent l’intérêt récent des chercheurs pour une analyse rétrospective des représentations du risque. Plusieurs constats leur permettent d’affirmer qu’une étude archivistique des risques, devenue classique en géographie, n’est pas pour autant sans perspectives : ils proposent ainsi un renforcement de l’interdisciplinarité en vue de l’exploration des époques anciennes et d’une meilleure connexion avec les études paléoenvironnementales.

19G. Djament-Tran propose de décrypter, par la géographie historique, le statut d’un lieu « au rebours de toute conception téléologique ». L’analyse des débats parlementaires italiens de la deuxième moitié du XIXe siècle, lui permet de montrer comment Rome a été choisie comme capitale de l’Italie. Les arguments déployés à l’époque faisaient valoir la centralité géographique, le rôle de charnière entre le nord et le sud de la péninsule en même temps qu’une neutralité que l’auteur rapproche de celle de Madrid à la fin du XVIe siècle ou celle de Washington au XVIIIe siècle. Elle invite à articuler la lecture des documents historiques avec des réflexions géographiques sur les logiques de localisations politiques ou sur l’organisation territoriale. Elle conclut sur la nécessaire prudence avec laquelle on doit formaliser des types ou des logiques généralisables. Dans le cas italien, aucune inertie géographique ou loi de l’espace, donc, sauf à considérer la prégnance d’un espace représenté et d’une référence mentale et historique à la Rome des césars ou des papes. Ce type d’analyse confère aux documents d’archive une portée essentielle, qui permet d’analyser les bifurcations et les trajectoires historiques de l’espace. Les résultats soulignent en filigrane la difficulté et même le caractère chanceux d’une géohistoire pratiquée à petite échelle spatio-temporelle et qui ferait fi de la dynamique propre à un système d’acteurs politiques.

20L’approche géohistorique de la vie politique fait l’objet de l’originale communication de S. Genevois, P. Briat, T. Joliveau et A. Méon. Ces auteurs proposent de faire étudier les caractéristiques du vote dans le département de la Loire à la fin du XIXe siècle à des lycéens en profitant de leur initiation aux SIG. La géographie électorale est une question ancienne mais, comme le soulignent les auteurs, elle a montré les limites de certaines approches, en particulier lorsqu’elles sont menées à l’échelle des circonscriptions administratives. L’intérêt de l’analyse spatiale a été toutefois mis en valeur par des travaux récents, recherchant les facteurs locaux de la variation spatiale du vote ou de la diffusion des comportements électoraux. Les auteurs ont ainsi bâti une étude de cas et des hypothèses de travail : le vote républicain dans la Loire appréhendé dans ses rapports avec les facteurs supposés favorables à la diffusion des idées nouvelles. L’exercice proposé aux élèves leur permet de faire leurs propres observations et de pratiquer un raisonnement historique appuyé sur une étude de l’espace. Le caractère nécessairement limité de l’exercice peut être lui-même mis à profit car il pousse à la réflexion sur le choix des données intégrées dans le SIG. La construction de l’étude de cas, selon les auteurs, peut faire l’objet de transpositions à d’autres thèmes.

21La presse est un ensemble documentaire qui reflète les représentations sociales de divers phénomènes. Y.-F. Le Lay et A. Rivière-Honegger nous proposent ici d’analyser la manière dont la presse régionale, dans les Alpes du Nord, a traité la question de l’inondation depuis la fin du XIXe siècle. Ils montrent que les journaux représentent un lieu d’exposition ou de confrontation des idées, en l’occurrence des causes auxquelles on attribue l’inondation. La relative inféodation des rédacteurs à leur lectorat permet de considérer ces journaux comme le reflet des perceptions sociales. Le matériau documentaire se prête alors à une analyse de l’évolution de ces dernières. Si l’attribution de l’inondation à des causes naturelles domine au début de la période, le thème de la négligence de l’entretien des berges tend à devenir de plus en plus fréquent au cours du XXe siècle ; dans le même temps, la mise en cause des équipements hydrauliques ou des embâcles de bois flotté a pris une place considérable dans les discours. Ces constatations conduisent ensuite les auteurs à analyser le rôle de la désagrégation des communautés riveraines des cours d’eau sur l’évolution des discours et des comportements face au péril de l’eau. Selon leurs propres termes, l’inondation, à travers la presse, est un « révélateur territorial ».

22Certains thèmes qui avaient fini par être considérés comme des poncifs de la géographie historique traditionnelle peuvent connaître une réactivation originale lorsque sont formulées de nouvelles problématiques. F. Richard-Schott propose ainsi une analyse du découpage administratif et statistique des régions agricoles de l’Ain. Cette étude s’est révélée un préalable à l’exploitation critique des archives et de séries statistiques anciennes dans le cadre d’une thèse consacrée à la pression sur l’eau dans le bassin du Rhône. L’auteur livre ici un bon exemple de construction scrupuleuse d’une source documentaire peu ancienne, le recensement général de l’agriculture de 1955, mais qui pose toutefois la question des conditions dans lesquelles les enquêtes ont été menées, ce qui retentit sur l’exploitation ultérieure des chiffres. Dans le même temps, elle observe que ce découpage statistique du territoire persiste alors que son origine a disparu : les aires de répartition des principales plantes cultivées ont connu des changements depuis les années 1950. Cette réflexion conduit l’auteur à proposer la mise en place de découpages statistiques évolutifs, que les outils informatiques actuels permettraient.

23La question de l’évolution des paysages sera abordée dans le dossier suivant. Les articles rassemblés présentent à la fois l’utilisation de documents originaux et le choix de méthodes spécifiques de traitement des données ce qui permet de couvrir un large spectre thématique, de l’histoire environnementale à la gestion actuelle.

Il m’est agréable de remercier ici le comité de rédaction de la revue Géocarrefour qui a accepté le principe de ce dossier et particulièrement A. Honegger, qui en est à l’origine. Ma gratitude va également à M.-L. Trémélo et A. Buisson pour la cartographie et la maquette, ainsi qu’à I. Lefort pour sa relecture éclairante de cette introduction.

Haut de page

Bibliographie

ANTOINE J.-M., DESAILLY B., PELTIER A, 2010, Sources historiques et problématiques de recherche en géographie des risques naturels, Géocarrefour, Vol 84-4, p. 229-241.

Bertrand G. et BERTRAND C., 2002, Une géographie traversière, Paris, Ed. Arguments, 312 p.

Boulanger P. et Trochet J.-R., (dir) 2005, Où en est la géographie historique ? entre économie et culture, Paris, L’Harmattan, 346 p.

Bravard J.-P., 2004, Le risque d’inondation dans le bassin du Haut Rhône : quelques concepts revisités dans une perspective géohistorique, in Burnouf J., Leveau P. (Ed.) Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, CTHS, p. 397-408.

Burnouf J., Leveau P., (éds.), 2004, Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, CTHS, 494 p.

Chouquer G., 2007, Quels scénarios pour l’histoire du paysage. Orientations de recherche pour l’archéogéographie (Essai), Coimbra – Porto, CEAUCP, 406 p.

CHOUQUER G., 2010, Ce que le temps fait aux formes planimétriques : du péché originel de l'analyse de morphologie agraire à sa réhabilitation, Géocarrefour, Vol 84-4, p. 217-227.

Combe C., 2007, La ville endormie ? Le risque d’inondation à Lyon. Approche géohistorique et systémique du risque de crue en milieu urbain et périurbain, Thèse de doctorat de géographie, aménagement et urbanisme, Université Lumière – Lyon II, 456 p.

Corvol A., 1999, Les Sources de l'histoire de l'environnement. Le XIXe siècle, Paris, L'Harmattan, 502 p.

Corvol A., 2002, Les Sources de l'histoire de l'environnement, le XXe siècle, Paris, L'Harmattan, 750 p.

Corvol A., Richefort I., (dir) 1995, Nature, paysage et environnement. L’Héritage révolutionnaire, Paris, L'Harmattan, 296 p.

DJAMENT-TRAN G., 2010, Questions géographiques, sources historiques : pourquoi Rome devint capitale de l’Italie, Géocarrefour, Vol 84-4, p. 243-251.

Droulers M., 2001, Brésil, une géohistoire, Paris, PUF, 308 p.

FAVIER R. et GRANET-ABISSET A.-M., (dir.), 2005, Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Actes du colloque « Le traitement médiatique des catastrophes : entre oubli et mémoire », Grenoble, 10-11-12 avril 2003, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, 408 p.

FRUHAUF C., 1980, Forêt et société : de la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’ancien Régime (vers1670-1791), Paris, CNRS, 302 p.

GENEVOIS S., BRIAT P., JOLIVEAU T., MÉON A., 2010, Enseigner l’histoire-géographie à partir d’une étude de cas géohistorique. Retour sur une expérience pédagogique conduite avec un SIG, Géocarrefour, Vol 84(4), p. 251-260.

GORGEU Y., JENKINS C., 1995, La charte paysagère. Outil d’aménagement de l’espace intercommunal, Paris, La Documentation Française, coll. Pratiques de l’intercommunalité, 188 p.

Grataloup C., 2005, Géographie historique et analyse spatiale : de l’ignorance à la fertilisation croisée, in Boulanger P. et Trochet J.-R., (dir) Où en est la géographie historique ? entre économie et culture, Paris, L’Harmattan, p. 33-42.

Grataloup C., 2007, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Paris, A. Colin, 256 p.

GUNNELL Y., 2009, Ecologie et société, Paris, A. Colin, 416 p.

LE LAY Y.-F., RIVIERE-HONEGGER A., 2010, Expliquer l’inondation : la presse quotidienne régionale dans les Alpes et leur piedmont (1882-2005), Géocarrefour, Vol 84-4, p. 261-272.

Le Roy Ladurie E., 1966 (rééd.1983), Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, Flammarion, 288 et 254 p.

MARTY P., VIVIEN F.-D., LEPART J. et LARRERE R., (coord.), 2005, Les biodiversités : objets, théories, pratiques, Paris, CNRS, 262 p.

PITTE J.-R., 1983, Histoire du paysage français, Paris, Tallandier, 550 p.

RICHARD-SCHOTT F., 2010, Le Recensement Général de l’Agriculture de 1955, une référence pour les géographes ? Géocarrefour, Vol 84-4, p. 273-280.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Jacob-Rousseau, « Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 211-216.

Référence électronique

Nicolas Jacob-Rousseau, « Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7598

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page