Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Regards sur la mondialisation migratoire et l’ouverture des frontières

Delphine Pagès el-Karoui
p. 66
Référence(s) :

Gildas Simon, 2008, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 255 p.

Antoine Pécoud, Paul de Guchteneire (dir), 2009, Migrations sans frontières. Essais sur la libre circulation des personnes, Paris, UNESCO, 377 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 16 décembre 2014.

1Les migrations contemporaines révèlent les contradictions de la mondialisation : l’appel à la suppression des obstacles à la circulation des marchandises et des capitaux coexiste avec le renforcement drastique des barrières pour entraver la circulation des personnes, et notamment de celles venant des pays les plus pauvres de la planète. Ce paradoxe fréquemment évoqué est au cœur de deux ouvrages analysés ici, dont les objectifs sont pourtant très différents. Le premier, La planète migratoire de la mondialisation, est le manuel d’un géographe, Gildas Simon, grand spécialiste des migrations internationales, fondateur du laboratoire Migrinter et de la Revue Européenne des Migrations Internationales. Le second, Migrations sans frontières, est un ouvrage collectif, traduit de l’anglais (il en reste quelques scories), qui restitue les échanges de chercheurs venus des cinq continents pour explorer, dans le cadre d’un programme de recherche pluridisciplinaire mené par l’UNESCO, l’hypothèse de la libre circulation des personnes dans le monde.

2Gildas Simon qui avait déjà publié en 1995 une remarquable synthèse sur le sujet, Géodynamique des migrations internationales, avoue avoir renoncé, pour ce manuel, à brosser un état de la question, tant ce domaine est devenu un objet complexe, érigé en un champ scientifique autonome (migrations studies), et suscitant un nombre foisonnant de publications. Prenant acte du profond renouvellement des approches, G. Simon prône une vision moins fragmentée des migrations, dépassant les clivages simples (immigré/émigré ; pays de départ/pays d’arrivée) pour adopter une approche « plus souple des mobilités, des espaces et des territoires qui se déploient dans des contextes de multi-localisation et de multipolarité, des espaces de vie transfrontières et d’implantations successives, de transits éphémères ou prolongés » (Simon, 2008, 12). Cette approche intégrée invite le chercheur à globaliser ses questionnements, à s’intéresser à l’ensemble du champ transnational concerné par une migration, tout en prenant en compte les articulations d’échelles, les interactions et les interdépendances. Si G. Simon souligne les apports de la « transdisciplinarité », et notamment ceux de la sociologie et de l’anthropologie, il n’en perd pas pour autant son regard de géographe et réaffirme toute la pertinence de l’espace pour penser les migrations, comme en attestent les concepts les plus en vogue : champs migratoires, espaces transnationaux, territoires circulatoires.

3Après un chapitre liminaire exposant cette nouvelle approche globalisée et spatialisée des migrations, ainsi que quelques concepts de base (espace et champ migratoires, circulation migratoire, système migratoire régional, diaspora), l’ouvrage est divisé en quatre parties qui dressent un large panorama de la question. Si l’on y retrouve les passages attendus et incontournables sur les transferts financiers, les réfugiés, les réseaux sociaux, les diasporas, ou encore les logiques sécuritaires de l’espace Schengen, G. Simon développe aussi des points de vue plus novateurs sur des sujets moins étudiés ou moins connus, comme le recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC), l’émergence de nouveaux acteurs (femmes, étudiants, mineurs isolés étrangers, seniors attirés par des Suds ensoleillés). Attentif aux recompositions identitaires et culturelles, à la part de l’imaginaire migratoire dans les prises de décision, il s’intéresse aussi à l’«  épaisseur affective » des champs migratoires qu’il décrypte à travers l’exemple d’un film, L’autre côté, du germano-turc Fatih Akin.

4En conclusion, G. Simon revient sur le terme de mondialisation migratoire qui, davantage que d’autres formes de mobilités internationales comme le tourisme, est en mesure de mettre en relation des espaces fort éloignés, de tisser des liens entre des sociétés et des cultures différentes. En cela, elle est créatrice de diversité humaine et de complexité sociale et culturelle tant dans les pays d’accueil que de départ (même si, pour ces derniers, le sujet reste peu étudié) :

« D’un côté, les migrations mondialisées participent activement au renouvellement des pratiques et des perceptions culturelles, dans les domaines de la musique (le reggae, le raï, le rap), de la littérature, du cinéma ; elles contribuent par les brassages et les métissages au rapprochement et au développement des différentes cultures. Mais la gestion de la complexité sociale et culturelle, qui s’exprime plus fréquemment avec les générations issues de l’immigration qu’avec celle des nouveaux arrivants, impose à l’inverse aux sociétés d’accueil un effort supplémentaire d’imagination et de générosité, un devoir particulier en matière de traitement de la différence et de l’altérité, de lutte contre les inégalités sociales et les discriminations. » (Simon, 2008, 236)

5Tout au cours du livre, animé par un remarquable esprit de synthèse et écrit dans un style limpide, G. Simon opère un dosage subtil entre tendances générales et exemples détaillés, pris sur tous les continents. L’illustration n’est pas oubliée, puisqu’un cahier central comporte une quinzaine de cartes en couleur, toutes pertinentes, que l’on retrouve, pour beaucoup, dans un autre ouvrage rédigé par Gildas Simon, Migrants et migrations du monde, un dossier de la Documentation photographique (n° 8063, 2008). Mobilisant tout aussi bien des œuvres littéraires, cinématographiques que scientifiques, il puise ses sources académiques non seulement dans le réservoir des grands crus des terroirs migratoires (Tarrius, Sassen, Sayad…) mais aussi dans le vivier des travaux récents de jeunes chercheurs, en particulier de ceux de Migrinter. Finalement, il ne s’agit pas, comme l’avait bien prévenu l’auteur dans l’introduction, d’un état de la question : d’abord, parce que, inévitablement, certains aspects restent dans l’ombre (les politiques migratoires des Etats émetteurs sont à peine évoquées, l’épineuse question de l’intégration mériterait d’être plus amplement débattue) et d’autre part, parce que les références aux publications anglophones, qui sont légion et qui ont suscité toute une série de débats méthodologiques et théoriques, sont peu représentées. Rendre compte de ces travaux et de ces enjeux conceptuels occuperait un ouvrage entier, qui serait fort utile, mais tel n’était pas le propos de l’auteur. La planète migratoire offre plutôt une excellente vue d’ensemble, une sorte de tableau des migrations internationales. En géographe humaniste, G. Simon propose une vision équilibrée et apaisée d’un sujet brulant, souvent malmené par l’actualité.

6Dans les dernières lignes de son ouvrage, Gildas Simon appelait de ses vœux l’instauration d’une régulation des migrations à l’échelle mondiale. C’est l’un des enjeux du second livre, Migrations sans frontières. Essais sur la libre circulation des personnes.

7Si ce livre s’inscrit dans une approche plus théorique -imaginer les conséquences de la libre circulation des personnes-, rares sont les auteurs qui se prêtent au jeu de la prospective en proposant des scénarios possibles. Car, finalement, moins que prédire quel serait notre monde sans les entraves à la circulation des personnes, il s’agit plutôt de proposer une « vision pour l’avenir des migrations » et d’offrir « une source précieuse d’idées pour imaginer des politiques migratoires plus justes » (Pécoud, de Gutchteneire, 2009, 46). Comme très souvent dans les ouvrages collectifs, le livre présente un contenu dense, pour ne pas dire touffu, de niveau assez inégal : les auteurs s’éloignent parfois du sujet imposé en proposant des articles généraux, relevant davantage d’un cadrage de synthèse sur les migrations internationales ou sur la région qu’ils décrivent. En revanche, la diversité des auteurs permet de restituer la richesse du débat et la variété des opinions : pour Bimal Gosh,l’enjeu est moins d’envisager une migration sans entraves que de concevoir une gestion à même de réguler les migrations internationales.

8Face au contenu foisonnant de l’ouvrage divisé en deux parties (l’une théorique, l’autre rassemblant les analyses régionales), l’introduction pose clairement les jalons du débat, en relevant quatre angles d’approche : les dimensions éthique, économique, sociale et pratique. Les auteurs partent d’un constat d’échec : l’inefficacité des politiques de répression aux frontières dont le coût financier et humain (4000 morts entre 1992 et 2003 aux portes de l’Europe) est pourtant très lourd. Ils soulignent ensuite la contradiction de plus en plus flagrante, à l’heure de la mondialisation, entre la logique du marché qui incite à l’ouverture des frontières et celle de l’Etat qui vise à sa fermeture, contradiction qui vient buter sur l’aporie suivante : comment concilier la liberté de mouvement par l’ouverture des frontières avec la souveraineté et la sécurité des Etats ?

9Les droits de l’homme apparaissent alors comme une référence supranationale dans laquelle s’inscrit la dimension éthique du scénario Migrations sans frontières. Plusieurs auteurs se retrouvent pour souligner le paradoxe des droits de l’homme qui offrent à tout individu le droit de quitter son pays mais pas celui d’entrer librement dans un autre. Ils proposent donc de créer un droit à la mobilité qui compléterait la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

10L’impact économique du scénario est évoqué par plusieurs auteurs qui, via l’analyse des théories économiques, rappellent que les économistes néoclassiques préconisent la liberté de circulation des personnes. Plus généralement, ce sont les conséquences économiques de la migration qui sont présentées, tant du point de vue des pays d’accueil que des pays d’origine, ou alors sous l’angle de leur rôle dans l’accroissement ou non des inégalités.

11Autre question abordée : combien de personnes migreraient-elles si les frontières étaient ouvertes ? Le cas de l’Union européenne est fréquemment mobilisé, en tant que seule région du monde où les accords de libre-échange ont été de manière cohérente suivis d’un degré important de liberté de circulation de personnes. L’exemple européen montre aussi que les craintes nées des élargissements successifs de voir arriver des flux massifs d’immigrés des pays récemment intégrés étaient largement infondées. La mobilité est surtout le fait des élites européennes alors que les ouvriers et les employés ont tendance à rester dans leur pays d’origine. La dimension sociale de l’hypothèse de la libre circulation questionne aussi l’impact des migrations internationales sur la cohésion sociale. Selon Han Etzinger, le système de protection sociale de l’Etat-providence repose sur la fermeture et non l’ouverture des frontières : les personnes souscrivent à un engagement à long terme dans une collectivité et bénéficient de sa protection. Le droit à la mobilité constitue alors un nouveau défi pour les démocraties, l’une des solutions souvent proposées, étant de dissocier la citoyenneté (qui devrait être fondée sur la résidence sur le territoire d’un Etat) de la nationalité.

12Enfin, de nombreux articles convergent vers une quatrième thématique, celle de la gouvernance des migrations internationales. Ils insistent sur la nécessité de la coopération entre les Etats, notamment pour une gestion conjointe des flux migratoires par les Etats d’origine et de destination. Ils préconisent l’approche régionale comme étape préliminaire à l’application de la libre circulation des personnes, suggérant la mise en place des mécanismes de supervision pour étudier et suivre les transformations sociales induites par la liberté de circulation. Enfin, les auteurs sont nombreux à appeler de leurs vœux la création d’une Organisation mondiale pour les migrations, sans être, pour autant, très précis sur ses modalités de fonctionnement.

13Ces deux ouvrages proposent donc deux éclairages différents sur les migrations internationales : le premier très pédagogique s’adresse à un large public, tandis que le second qui se positionne davantage sur le champ théorique est plutôt destiné à un public averti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Pagès el-Karoui, « Regards sur la mondialisation migratoire et l’ouverture des frontières », Géocarrefour, Vol. 86/1 | 2011, 66.

Référence électronique

Delphine Pagès el-Karoui, « Regards sur la mondialisation migratoire et l’ouverture des frontières », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7587

Haut de page

Auteur

Delphine Pagès el-Karoui

INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales), Paris ; membre associé à Migrinter (Poitiers)

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page