Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

The ToLearn Experience : Learning how to Foster Sustainable Tourism in the North Sea Region, sous la direction de Horst Sterr, Christoph Corves et Götz Von Rohr

Jean-Michel Dewailly
Référence(s) :

Horst STERR, Christoph CORVES et Götz VON ROHR (dirs.), 2009, The ToLearn Experience : Learning how to Foster Sustainable Tourism in the North Sea Region, Kiel, Christian-Albrechts-Universität zu Kiel, Geographisches Institut, Kieler Geographische Schriften, Band 119, 168 p., ISBN 978-3-923887-61-3.

Texte intégral

  • 1  Nous préférons traduire « sustainable » et « sustainability » par « soutenable » et « soutenabilit (...)

1Ce cahier de l’Institut de Géographie de l’Université de Kiel (RFA) est le résultat d’un programme de recherche appliquée réalisé dans le cadre du programme Interreg III B par une équipe d’universitaires de 5 pays riverains de la mer du Nord (Allemagne, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Belgique. Royaume-Uni et Suède n’ont pas participé). Dix contributions écrites par 18 auteurs constituent un ensemble riche et synthétique sur le tourisme « soutenable »1 autour de la mer du Nord, et les possibilités de le renforcer, en encourageant la coopération de tous les acteurs, l’innovation, l’apprentissage par échanges mutuels (d’où le nom du projet).

  • 2  Rapports détaillés consultables en ligne à http://www.tolearn.info.

2L’un des mérites de ces travaux2 est d’abord de rappeler l’importance du tourisme dans ces régions peu présentes dans les esprits et les médias en termes de destinations touristiques. S’y concentrent pourtant 24 000 hôtels et établissements assimilés et 25 000 autres établissements d’hébergement touristiques (résidences secondaires exclues) totalisant 3,7 millions de lits, 118 millions d’arrivées et 275 millions de nuitées. La brièveté du séjour moyen (2,33 nuitées) exprime évidemment le poids du tourisme d’affaires, des week-ends et courts séjours. Ces données masquent cependant des problèmes que les auteurs ne cherchent pas à cacher. Pour des raisons de cohérence, ils ont utilisé les statistiques Eurostat. Mais d’une part, celles-ci ne reposent pas forcément sur des définitions identiques dans tous les pays (hôtellerie, par exemple). D’autre part, elles ne sont pas toujours aussi précises et détaillées qu’il serait souhaitable par rapport au thème de la soutenabilité locale. Par ailleurs, si certaines régions riveraines sont exclues de l’analyse (Kent et Nord-Pas-de-Calais), d’autres, non nord-marines, sont intégrées, compte tenu des découpages existants (façade atlantique de l’Ecosse, rivages baltiques du Schleswig-Holstein, du Danemark et de la Scanie). À juste titre, les grandes villes ont été exclues (Londres, Hambourg, Edimbourg, Göteborg…). Mais certaines régions incluses, pour ces raisons, dans l’aire étudiée n’ont qu’un lointain rapport touristique avec la mer du Nord (sud de la Basse-Saxe, comtés anglais du West Yorkshire au Leicestershire).

3Cependant, l’échelle à laquelle l’étude a été réalisée rend acceptables ces handicaps, car celle-ci s’attache surtout à des aspects qualitatifs, appréhendés par des enquêtes et interviews. Il s’agit bien d’introduire une dose de soutenabilité dans ce puissant mais sous-estimé monde touristique nord-marin et de promouvoir à cette fin les échanges d’expériences, de bonnes idées et de bonnes pratiques. Cela vise à l’allongement de la saison, gage de meilleures retombées économiques pour les populations locales et d’étalement plus équilibré dans la fréquentation des sites, au développement d’activités couvertes, au travail en réseau des acteurs, à la promotion des sites web pour information et réservations. Car la demande évolue sans cesse, vers plus de qualité, de services, de « nature », des séjours plus courts. A travers diverses études cas en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark et en Belgique, ces thématiques reviennent sous des angles et applications variés.

4On pourra trouver que les auteurs qualifient parfois généreusement d’ « innovation » ce qui ne paraît pas si neuf (le tramway sur la côte belge ou la densification de pistes cyclables) ou semble relever du simple bon sens (verdir des campings ou collaborer avec ses voisins), et donc d’abord de l’amélioration. Il faut croire que ce n’est pas toujours aussi évident. Car en fait, on découvre que même dans ces espaces très développés, aux clientèles aisées, aux traditions touristiques anciennes, aux mentalités et aux média plus « verts » que dans les pays méditerranéens, beaucoup de choses ne vont pas de soi en matière de tourisme, même soutenable. D’abord, comme le disent les auteurs, dans ces régions, « tourism is not always regarded as serious business » (p. 45). Son insertion sous des formes soutenables et dûment encouragées dans le développement socio-économique, dans les politiques et priorités nationales, régionales, locales n’est donc pas acquise d’avance. D’autre part, dans un domaine où prédominent les petites structures (hébergements, offices de tourisme, associations…), disposant de peu de moyens financiers, humains et matériels, l’innovation n’est généralement pas une priorité : il s’agit d’abord de vivre, voire survivre (le taux moyen d’occupation de l’ensemble des hébergements n’est que de 37,6 %) (p. 24) . Enfin, les coopérations intra-régionales, inter-régionales et internationales restent bien difficiles, même à l’heure européenne et du « développement soutenable » et ont  du mal à se concrétiser. L’espace morcelé des régions riveraines de la mer du Nord ne s’y prête pas mieux, a priori, que bien d’autres.

5Cet ensemble de contributions multi-nationales, outre les informations utiles qu’il procure, peut donc inciter à la réflexion sur les difficultés qu’il y a à passer, dans le tourisme, des discours et bonnes intentions aux réalisations concrètes. Les exemples qu’il fournit, insistant sur les média, l’évènementiel, les rencontres entre personnes et la coopération, incitent cependant à un optimisme mesuré.

Haut de page

Notes

1  Nous préférons traduire « sustainable » et « sustainability » par « soutenable » et « soutenabilité », même si l’usage a le plus souvent imposé, par commodité, « durable «  et « durabilité ».. En effet, tout ce qui est « durable », « qui dure longtemps » (comme un hôtel en « dur » sur une plage), n’est pas forcément « soutenable » (« qui peut être supporté, enduré », une douleur, par exemple, mais aussi « qui peut, mérite d’être soutenu », une opinion, un argument, une thèse… ou un bungalow en végétal), Si les deux termes peuvent facilement passer pour interchangeables, sinon synonymes, dans la communication ou le discours grand public, voire parfois dans le discours scientifique, où le contexte permet d’éviter toute ambiguïté, nous pensons en revanche que, dans le champ des « études touristiques », qui se veut scientifique mais est bien souvent controversé précisément pour un certain manque de rigueur réel ou supposé, il n’est peut-être pas superflu de marquer la distinction entre eux. C’est pour les mêmes raisons que nous refusons de parler d’ « industrie du tourisme ». Le fait que « durable » et « soutenable » s’apprécient maintenant plus par rapport à la notion de « développement durable » (ou « soutenable ») que par rapport à une référence chronologique n’empêche pas que cette dernière reste incluse dans la première. D’où, à notre avis, l’exigence pour les chercheurs de marquer qu’ils distinguent clairement ce qui est « durable » par nature, sans destination particulière de « durabilité » environnementale incluse dans le terme de « sustainability » (qui peut être présente, cependant)  de ce qui est « soutenable » par nature, car respectueux de l’environnement, même si c’est éphémère par destination (mais peut durer longtemps cependant). Autrement dit, tout ce qui est durable n’est pas forcément soutenable, et inversement. Mais l’un n’empêche pas l’autre.

2  Rapports détaillés consultables en ligne à http://www.tolearn.info.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « The ToLearn Experience : Learning how to Foster Sustainable Tourism in the North Sea Region, sous la direction de Horst Sterr, Christoph Corves et Götz Von Rohr », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 04 février 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7580

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org