Navigation – Plan du site
Géohistoire

Expliquer l’inondation : la presse quotidienne régionale dans les Alpes et leur piedmont (1882-2005)

Explaining floods: the regional daily press in the Alps and their piedmont (1882-2005)
Yves-François Le Lay et Anne Rivière-Honegger
p. 259-270

Résumés

Depuis les années 1950, les mutations socio-économiques des communautés riveraines sont vives. La presse quotidienne régionale, réceptacle des connaissances communes et savantes, des décisions politiques et des évènements marquants de la vie sociale, permet d’appréhender le savoir géographique vernaculaire. À partir de cette source privilégiée, cet article relève les mutations de l’explication des inondations au cours du XXe siècle. L’analyse porte sur 111 évènements intervenus entre 1882 et 2005 dans les Alpes et leur piedmont. Les résultats montrent que l’évolution des représentations environnementales a accompagné celle des pratiques riveraines en relation à l’inondation, en particulier dans leurs manifestations de solidarité et de conflictualité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Données disponibles à l’adresse suivante : http://www.prim.net.

1Les études et rapports consécutifs aux crues et débordements ont dénoncé l’état insatisfaisant du lit et des berges ; au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, leur dégradation a aggravé les dommages associés aux événements paroxystiques (Galley et Fleury, 2001). Sur de nombreux cours d’eau non domaniaux, dès les années 1920 et particulièrement depuis les années 1960, les superficies de forêts alluviales se sont accrues, vieillissant et entravant l’accès aux berges. De plus, si la rivière était hier l’objet de la sollicitude des riverains, elle s’est progressivement transformée en un environnement contraignant, voire dangereux. Encombrés par des accumulations de végétation morte, les chenaux sont sujets aux débordements (Le Lay et Piégay, 2007). Bien que d’autres facteurs soient également impliqués, la fréquence d’occurrence des inondations majeures, celles qui sont reconnues par le Portail de la prévention des risques majeurs1, semble s’accélérer et la presse quotidienne régionale (PQR) se fait l’écho de chaque paroxysme. Les journalistes en font le récit et sont amenés à en rendre compte au moyen du bagage interprétatif que véhiculent les communautés riveraines. Cet article repose sur l’analyse quantitative et qualitative de 111 événements hydrologiques. Il se concentre sur les Alpes du Nord et leur piedmont, mais des incursions sont faites – surtout dans la région Rhône-Alpes – pour consolider l’approche locale. Après avoir souligné la spécificité de la PQR et les limites de son exploitation, cet article vise deux objectifs que développent les parties suivantes. D’une part, il s’agit de montrer comment a évolué l’explication des inondations au cours du XXe siècle, en faisant la part des facteurs physiques et humains que dégageaient les observateurs. D’autre part, l’enjeu est de repérer comment cette évolution des représentations environnementales a accompagné celle des pratiques riveraines en relation à l’inondation, en particulier pour ce qui concerne les mouvements de solidarité et de conflictualité.

Matériel et méthode

2Cette étude recourt à deux techniques complémentaires, l’une quantitative et l’autre qualitative, pour donner du sens au contenu de la presse, une source de documentation écrite qui reste peu exploitée dans le cadre de l’étude des extrêmes hydrologiques (Clarimont, 1999 ; Vinet, 2003 ; Allard, 2005).

L’échantillonnage des événements étudiés

3Les journalistes n’ayant pas couvert l’ensemble des inondations, cette étude ne saurait prétendre reposer sur un événementiel exhaustif des inondations. Néanmoins, le corpus de la presse quotidienne généraliste acquiert en un siècle un volume tel qu’il est inconcevable de le dépouiller jour après jour. Dès lors, avant même d’accéder aux sources, la construction d’un événementiel s’impose comme un préalable indispensable. Ce travail repose sur un échantillon représentatif d’une centaine d’événements convenablement distribués au cours de la période considérée.

  • 2  L’IRMa est une association loi de 1901 dont les objectifs sont de promouvoir des actions d’informa (...)
  • 3  Site accessible à l’adresse suivante : http://www.prim.net.
  • 4  Site accessible à l’adresse suivante : http://www.rhone-alpes.ecologie.gouv.fr.
  • 5  Site accessible à l’adresse suivante : http://www.eptb-rhone.fr.

4Le dépouillement des sources a ainsi été guidé par la base de données sur les événements naturels passés en Isère que l’Institut des risques majeurs de Grenoble (IRMa) a développé sur son site d’information2. Pour permettre des comparaisons et replacer l’étude dans le contexte des Alpes françaises et leur piedmont, l’évènementiel intègre également les crues historiques reconnues par le MEDD3, la Direction régionale de l’environnement (DIREN) Rhône-Alpes4, et l’Établissement public territorial de bassin (EPTB) territoire Rhône5.

5Au total, entre 1882 et 2005, 111 événements ont été renseignés (fig. 1). La confrontation de la distribution mensuelle des événements étudiés (fig. 2) avec les débits moyens mensuels calculés à partir des enregistrements des stations hydrométriques permet d’évaluer la qualité de l’échantillonnage. D’après l’événementiel comme d’après les données d’Électricité de France (EDF), les fréquences d’occurrence les plus fortes sont obtenues pour les mois de juin et juillet et révèlent le régime nivo-pluvial de l’Isère. Chaque année, une crue de fusion nivale est observée au mois de mai et juin. Néanmoins, la majorité des inondations étudiées procède d’une crue torrentielle. Ce phénomène, difficile à anticiper et susceptible de se montrer très violent, se développe sur de petits bassins versants à la faveur d’un épisode orageux localisé, notamment pendant la saison estivale. Fréquent en Rhône-Alpes, il s’accompagne en montagne de fortes érosions et de charriage de matériaux, surtout lorsque la pente et l’imperméabilisation stimulent le ruissellement (DIREN Rhône-Alpes, 2004).

Figure 1. Distribution des 111 événements étudiés entre 1882 et 2005

Figure 1. Distribution des 111 événements étudiés entre 1882 et 2005

Figure 2. Distribution mensuelle des types d’événements (1882-2005)

Figure 2. Distribution mensuelle des types d’événements (1882-2005)
  • 6  Par commodité, la référence aux journaux quotidiens a été abrégée : PtD pour le Petit Dauphinois, (...)

6D’autres facteurs météorologiques peuvent favoriser l’occurrence d’une inondation. Pendant les saisons de transition, un « "redoux", cette sournoise calamité » (DL, 13.11.1950)6 est susceptible d’accélérer la fonte de la couverture nivale (Pardé, 1929-1930). Les crues pluviales sont le plus souvent relevées à l’automne, même si des débits importants peuvent intervenir à la fin de l’hiver. Quant à la faiblesse des fréquences d’occurrence en mars et avril (fig. 2), elle peut étonner. En fait, pendant cette période, les inondations provoquent peu de dégâts et suscitent donc plus difficilement l’intérêt des journalistes. Il importe également d’ajouter qu’aujourd’hui les barrages hydrauliques, comme celui de Saint-Égrève à l’aval de Grenoble, influencent considérablement le débit de l’Isère (fig. 3).

Figure 3. Barrages du bassin versant de l’Isère (d’après Moulin, 2005)

Figure 3. Barrages du bassin versant de l’Isère (d’après Moulin, 2005)

Intérêt et limites de la presse quotidienne régionale

7En dépit de la qualité variable des informations qu’elle contient (Vicard et al., 2005), la presse quotidienne régionale (PQR) tient la seconde place au sein des media français en termes de diffusion. Surtout, elle véhicule en quasi exclusivité l’information locale (Mathieu, 1993 ; Charon, 1996). La PQR recueille des connaissances communes et des acquis scientifiques, et diffuse les décisions politiques et les événements marquants de la vie sociale. Elle fonctionne comme une agora, un support où des idées sont échangées, parfois avec virulence. De fait, les récits de presse sont propices à l’analyse des événements hydrologiques paroxystiques (Sautter, 1994), des conflits d’usage et de voisinage en milieu rural (Lefranc et Torre, 2004), ou encore des services environnementaux dans le cadre d’un département (Vicard et al., 2005). Le dépouillement des articles donne également des résultats pertinents dans le cadre d’une étude diachronique de l’information que les journalistes sélectionnent pour présenter une inondation, ce qui éclaire les représentations et les politiques publiques associées (Allard, 2005).

8Bien sûr, la presse quotidienne propose au chercheur des informations qui ont été recueillies sans lui (Grawitz, 2001). Procédant d’une enquête qu’il n’a pas menée, les renseignements peuvent être partiels et partiaux, et ne répondent pas d’emblée à sa problématique. Le lecteur doit donc exercer un regard critique sur une documentation dont le contenu reflète les conceptions de ses auteurs.

9Existe-t-il un filtre du journaliste ? Derrière ce métier se cache une telle diversité de situations, de fonctions et de modes de travail que Neveu (2004) a décelé « un éclatement croissant du milieu », et Ruellan (2005) « un processus à l’œuvre d’émiettement de la profession, victime de l’arrivée constante de nouveaux profils de moins en moins orthodoxes ». Ce constat n’est ni neuf, ni spécifique au journalisme. Bucher et Strauss (1961) concevaient déjà les professions « comme de vagues amalgames de segments qui poursuivent des objectifs différents avec des manières différentes et qui sont plus ou moins délicatement désignés par un terme commun à une époque particulière de l’histoire ». De fait, il est bien difficile de définir un filtre journalistique. Un journaliste de presse régionale vit un quotidien bien distinct d’un rédacteur en chef travaillant à Paris, d’un correspondant exerçant à l’étranger ou encore d’un pigiste.

10En définissant le statut du journalisme professionnel en France, la loi de 1935 n’élimina pas les acteurs intermittents du journalisme. Au contraire, la majorité des inondations, celles de moindre ampleur, était couverte par des correspondants locaux. Bien insérés dans leurs communautés riveraines, ils en diffusaient le dispositif interprétatif. Si les articles consultés lors de cette étude ne sont pas toujours signés, quelques noms reviennent cependant, notamment ceux des auteurs dont le journalisme constituait l’activité principale, régulière et rétribuée par une entreprise médiatique. Ainsi de R.-L. Lachat, dont l’œuvre littéraire dépassa largement le cadre de la presse quotidienne grenobloise. Reconnu pour sa plume fleurie, voire lyrique, il était emblématique d’un journalisme français attaché au discours brillant et au métadiscours. Pour autant, ces journalistes permanents n’étaient pas spécialistes des catastrophes naturelles. Ils étaient simplement envoyés pour rendre compte d’un événement singulier, d’une inondation majeure.

Le dépouillement des articles et la caractérisation des inondations

11Le principal journal quotidien des Alpes du Nord a bénéficié d’une campagne de sauvegarde et de valorisation (tabl. 1). En raison de la qualité des collections conservées à la Bibliothèque municipale de Grenoble, le choix s’est porté sur le Petit Dauphinois (1879 à août 1944), Les Allobroges (pour pallier les inévitables lacunes de la seconde Guerre mondiale) et le Dauphiné Libéré (à partir de septembre 1945). Aujourd’hui, ce dernier est diffusé dans neuf départements.

 Tableau 1. La description des sources

Période

Source

Support

Cote

1879-1937

Petit Dauphinois

Microfilm

5Mi14

1937-1943

Petit Dauphinois

CDROM

Catalogue thématique

1944-1945

Les Allobroges

Papier

Jd 2001

1945-2005

Dauphiné Libéré

édition de Grenoble

feuilles régionales

Hautes-Alpes

Savoie

Haute-Savoie

Ardèche-Drôme

Nord-Isère

Vaucluse Matin

Ain

Saône-et-Loire

Lyon matin

Loire matin-La Dépêche

Papier

Microfilm

Jd2000

4Mi1

12À partir des 111 inondations datées de l’événementiel, il fut aisé d’accéder directement aux pièces porteuses d’informations. Pour chaque événement sélectionné, le travail de collecte a consisté à parcourir l’ensemble de la production écrite, c’est-à-dire la succession des numéros depuis la première évocation de l’inondation (généralement descriptive) jusqu’à sa disparition de la scène médiatique. Et dans la mesure du possible, la totalité des éditions locales a été dépouillée minutieusement. La lecture de tous les articles publiés a permis la mise en œuvre simultanée de deux approches complémentaires, quantitative et qualitative.

13Concernant l’approche quantitative, une table a été renseignée en relevant les quatre caractéristiques suivantes pour la quasi-totalité des événements : la nature du phénomène paroxystique, son attribution causale, les problèmes et les remèdes évoqués par les journalistes. La nature du phénomène générateur de l’inondation a été identifiée en distinguant la crue torrentielle (avec un temps de montée des eaux très court, de quelques heures), la crue rapide de rivière (caractérisée par un temps de montée inférieur à 12 heures, bien qu’un important débit de pointe puisse être atteint) et la crue de plaine (un phénomène relativement lent, observée sur les fleuves et grands cours d’eau, qui mobilise des débits et des volumes d’eau considérables). Cette information a permis de confirmer la qualité du site d’information de l’IRMa. Pour mettre en valeur l’évolution des représentations liées aux inondations, l’attribution causale a été caractérisée selon qu’elle recourait à une explication fondée sur des éléments physiques, humains ou mixtes. Afin de tenir compte des mutations du contexte socio-économique, il importait également de relever les problèmes soulevés par les journalistes, notamment le défaut d’entretien et l’aménagement du bassin versant, de la plaine d’inondation et du cours d’eau. De même, il est apparu utile de collecter les solutions évoquées pour atténuer l’occurrence des inondations et l’importance des dégâts associés : reboisement des versants, endiguement des chenaux, barrages écrêteurs de crue, dispositif législatif des usages des cours d’eau et son application.

14Une analyse qualitative du contenu des articles a permis de mieux identifier les aspects de la réalité que les journalistes ont mobilisé pour rendre compte des inondations. Les passages les plus significatifs ont été extraits pour servir de support à l’inférence des attitudes, des valeurs et des mobiles des communautés riveraines (Bardin, 1977 ; Grawitz, 2001). En effet, Bourdieu (1966) considérait les moyens d’information de masse comme largement inféodés aux attentes du public. Créés pour leur public, certains journaux semblent ainsi créés par leur public (Grawitz, 2001). En ceci, plus qu’aucune autre source, la presse quotidienne régionale dépend des conditions économiques et sociales, et donne accès au savoir local.

L’évolution des facteurs explicatifs

15Cette étude diachronique des récits d’inondations dans la PQR révèle des mutations dans la sélection de l’information que font les journalistes pour expliquer les débordements, dans les pratiques que les communautés riveraines mettent en œuvre pour entretenir les cours d’eau et occuper leurs marges, et dans les solutions que préconise la société globale pour atténuer les dommages liés aux crues.

La prépondérance de l’explication environnementale

16Dans leur effort de compréhension du monde qui les entoure et des phénomènes qui le dynamisent, les communautés riveraines tendent spontanément à objectiver leur relation aux cours d’eau et relèvent essentiellement des causes naturelles lorsqu’il s’agit d’expliquer une inondation (fig. 4). Souvent, la faute est simplement attribuée à la rivière. « Le Bréda, cause de la catastrophe » titrait ainsi un article de 1940 (PtD, 18.09.1940). Parfois, la simultanéité des crues est évoquée, comme celle de l’Isère et du Drac en 1948. Mais très vite, ce sont vers les « écluses célestes » (PtD, 15.01.1899) que les yeux se lèvent. Si les savants, notamment au sein du service de la Restauration des Terrains en Montagne (R.T.M.), ont accablé les abus de jouissance des communautés rurales et le déboisement, appelant de leurs vœux la revégétalisation des pentes (Mougin, 1931), les journalistes cherchent davantage les causes de l’inondation dans les conditions météorologiques et en soulignent la fatalité.

Figure 4. L’attribution causale des inondations

Figure 4. L’attribution causale des inondations

17Les précipitations constituent la cause première des crues et débordements des cours d’eau. On pointe du doigt pluie torrentielle, déluge, orage, cyclone, ouragan, trombe d’eau, tornade... De fait, les phénomènes météorologiques étaient décrits avec beaucoup de détails et l’explication de l’inondation pouvait s’avérer subtile : « la cause du formidable envahissement des eaux […] réside moins dans l’abondance des pluies qui auraient pu tomber en plus grande quantité sans amener la crue actuelle que dans le fait que ces pluies ont été insuffisamment espacées et se sont produites dans des régions à terrains imperméables » (PtD, 30.01.1910).

18À trop lever les yeux au ciel, l’esprit s’y égare parfois. L’association entre l’apparition d’une comète et l’occurrence d’une inondation a ainsi été relevée à plusieurs reprises. Dès l’amorce de 1911, on dressait le bilan de l’année écoulée, c’est-à-dire « l’Année de la Comète » : « […] après avoir débuté par les inondations du bassin de la Seine, elle s’est terminée par les désastres des vallées de la Loire et de l’Isère » (PtD, 01.01.1911).

19Encore aujourd’hui, les inondations sont largement expliquées par les éléments naturels. Néanmoins, l’attribution causale fait davantage appel aux aspects socio-économiques (fig. 4). Ce glissement interprétatif est d’autant plus important qu’il demeure partiellement masqué par le biais de l’indemnisation des victimes (loi n° 82-600 du 13 juillet 1982 relative à l’indemnisation des victimes de catastrophes naturelles). En effet, le plus souvent, les dégâts des eaux par ruissellement ne sont pas couverts par les compagnies d’assurance. Reste alors la déclaration d’état de « catastrophe naturelle », une expression qui répond précisément à une situation dûment constatée et établie par un arrêté ministériel. Elle seule permet d’indemniser les particuliers même si leur contrat d’assurance ne comporte pas de clause concernant les eaux de ruissellement.

20Lors de l’inondation des papeteries de Lancey, en 2005, « l’assureur […] a fait part de "la nécessité absolue de la signature de l’arrêté de catastrophe naturelle ou, en tout cas, du caractère inéluctable de sa signature afin d’obtenir par anticipation le versement des indemnités assurant le maintien de l’activité et la survie de l’entreprise" » (J.-P. Filippi, DL, 25.08.2005). Mise en œuvre par les communes, cette longue et minutieuse procédure passe par le truchement des préfectures. Elle répond à des exigences et à des critères clairement établis qui rendent aléatoire la signature de pareil arrêté. « "Voilà pourquoi nous devons tous être mobilisés pour faire pression sur les pouvoirs publics pour obtenir cette signature", a déclaré André Vallini [le président du Conseil général de l’Isère]. La préconisation a été entendue par les élus locaux » (J.-P. Filippi, DL, 25.08.2005). Tout un jeu d’acteurs et de décideurs fonctionne alors autour de l’événement paroxystique, ce qui en biaise la lecture. Il importe de démontrer l’imprévisibilité et la naturalité de l’inondation.

La négligence de l’entretien

21L’entretien des cours d’eau non domaniaux est à la charge des propriétaires riverains. L’évolution des évocations du problème issu d’un entretien insatisfaisant éclaire donc le développement des causes dites mixtes et humaines et permet de distinguer quelques périodes critiques (fig. 5). Si le manque d’entretien donnait déjà lieu à des tensions et des conflits au XIXe siècle (Haghe, 1998), la négligence des travaux sur le lit et les berges des rivières se développa à la faveur de la saignée de la Grande Guerre qui a plus particulièrement affecté les campagnes, accélérant l’abandon de nombreuses installations hydrauliques (notamment des moulins, des usines artisanales et des écluses). Au sortir de la seconde Guerre mondiale, les riverains accordaient moins facilement leur attention aux cours d’eau. « On avait, il y a quelque temps, décider de le curer, mais on ne l’avait pas encore fait. Pensez donc ! Un ruisselet [le Charmeyrand] qui n’a même pas deux mètres de large… Que pouvait-on bien avoir à craindre de lui ? » (DL, 20.01.1951). Depuis les années 1950, les mutations socio-économiques des communautés riveraines sont vives. Les aménités de la rivière et de ses marges perdent de leur intérêt et le voisinage d’une eau courante apparaît désormais comme une contrainte.

Figure 5. La négligence de l’entretien des cours d’eau

Figure 5. La négligence de l’entretien des cours d’eau

22En conséquence, au cours des années 1980, le problème de l’encombrement des cours d’eau devient saillant. Par exemple, à Saint-Didier-d’Aoste, « […] les eaux de pluie de la rivière La Bièvre dont le lit est très encombré, n’arrivent plus à s’écouler sous le pont de la route reliant les Avenières » (DL, 26.10.1980). Corrélativement, les gestionnaires tendent à rappeler les devoirs qui incombent à chacun, notamment pour ce qui concerne l’entretien des cours d’eau. Un fonctionnaire de la Direction départementale de l’agriculture et des forêts (DDAF) Isère estimait ainsi qu’« il est très important de soigner l’entretien des lits et des trajets des rivières. C’est l’affaire de tous. Des administrations, des communes, des syndicats intercommunaux et des particuliers. La direction départementale de l’agriculture va mener à ce sujet une campagne de sensibilisation » (DL, 15.10.1987). Dans les années 1990, le débat devient national et la PQR en répercute l’essentiel de l’information, non seulement les nouveautés légales, mais également le contenu des rapports parlementaires dont elles procèdent.

L’évolution du signalement du bois en rivière

23Une attention particulière a été portée sur le signalement de bois flottants et d’embâcles parce que leur présence dépend en partie de l’assiduité des communautés riveraines à entretenir la végétation des berges et le lit de la rivière. Dans les récits journalistiques, les troncs emportés soutiennent l’importance de l’inondation. « Le Bréda, qui gazouillait et jouait en cascatelles de diamant, a changé de lit, il roule des flots furieux et, de chaque côté, d’immenses sapins – des forêts entières – gisent morts, déchiquetés par la trombe » (E.-L. Lachat, PtD, 17.09.1940). La vallée du Bréda pouvait désormais s’appeler la « "vallée des sapins morts" tant de beaux arbres sont couchés sur ses rives » (PtD, 18.09.1940). Les images de l’arbre qui souffre et du tronc à la dérive, reproduites fréquemment dans les œuvres poétiques et picturales, réveillent l’imagination du lecteur tant il est facile de les associer aux difficultés de la vie humaine (Le Lay et Piégay, 2007).

24Les accumulations végétales sont évoquées par toute une série de vocables plus ou moins précis : obstruction, blocage, encombrement, bouchon, barrage naturel, obstacle, arrêt ou encore barrière végétale. Le terme « embâcle » apparaît pour la première fois en 2005. Le journaliste précise leur composition (feuilles, branches, troncs d’arbres, arbres déracinés ou arrachés) et leur localisation (entrée de canalisation, galerie souterraine, grille, écluse, barrages, vannes, sous les ponts, ponceaux et passerelles). La fréquence d’occurrence des embâcles est maximale sur les petits cours d’eau et pendant la belle saison (fig. 6). En effet, la présence des débris ligneux diminue avec la largeur des cours d’eau dans la mesure où leur mobilité s’accroît sur les grandes rivières (Le Lay et Piégay, 2007).

Figure 6. L’occurrence d’embâcles selon le type d’événements (1882-2005)

Figure 6. L’occurrence d’embâcles selon le type d’événements (1882-2005)

25Au sortir de la seconde Guerre mondiale, la formation d’embâcles et leur rupture ne constituaient pas un phénomène nouveau sur les petits cours d’eau de montagne (fig. 7).

Figure 7. Le problème croissant des embâcles et bois flottants

Figure 7. Le problème croissant des embâcles et bois flottants

26Néanmoins, à partir des années 1950, le problème des embâcles devint récurrent. Les troncs s’accumulent contre les ouvrages de franchissement et de telles obstructions favorisent alors de dangereux débordements à l’amont, comme à Pontcharra (DL, 16.01.1955), au Grand-Bornand (DL, 17.07.1987) ou encore sur le Guiers (DL, 23.12.1991). En outre, les dépôts lithiques et ligneux sur les terres arables et les voies de communication obligent à de coûteux travaux de réparation.

27Parfois, la pression des embâcles et les coups de boutoir des corps flottants viennent à bout de la structure des ouvrages d’art et des constructions : depuis le Bréda, à Pontcharra, « les arbres énormes venaient frapper les maisons que l’on évacuait en hâte et la place tout entière s’effritait, emportée par petits morceaux, sous la formidable poussée » (PtD, 16.09.1940). Des accumulations végétales perturbent également le réseau d’évacuation des eaux en obstruant les canalisations mal calibrées.

28Toute une série d’activités sont susceptibles de pâtir des accumulations de bois que favorisent leurs infrastructures. Ainsi, dans le Grésivaudan, l’écluse du Sonnant fut « bloquée par les nombreux débris apportés par les eaux » (DL, 27.12.1968). De même, l’activité des barrages est menacée par les embâcles. Lorsque les vannes de retenue ne se brisaient pas « comme un fétu de paille » (DL, 23.12.1991), elles monopolisaient l’attention du personnel. Dans la vallée de la Romanche, au barrage de Rioupéroux, « des équipes des usines de Péchiney tentaient désespérément de dégager les vannes bloquées par d’innombrables troncs d’arbres descendus de Bourg-d’Oisans. Le gardien du barrage, M. Fernand Belmont, qui dut en hâte évacuer sa femme et ses cinq enfants, n’avait, depuis qu’il assume ses fonctions, vu pareille masse d’eau » (DL, 08.06.1955). D’une façon semblable, les infrastructures liées aux papeteries, parfois installées au-dessus du chenal d’étiage lui-même, sont propices à la formation d’embâcles. Ainsi certaines usines du Grésivaudan furent-elles endommagées en 1955.

29Depuis la fin des années 1980, la fréquence d’occurrence d’articles mentionnant un problème d’embâcle s’est encore accrue. Cette temporalité est semblable à celle du défaut d’entretien et la presse quotidienne ne s’y trompe pas, quitte à donner la plume à une hydrologue : « D’une façon générale, tous ces cours d’eau, régulés par les barrages, ne connaissent plus un débit normal. Leur lit est envahi par la végétation et les apports des torrents, ce qui fait autant d’obstacles en cas de crue » (H. Vivian, DL, 07.10.1993). Mais, dans le même temps, le discours scientifique a évolué pour souligner les bénéfices écologiques liés au bois en rivière, notamment pour les populations de poissons et de macro-invertébrés benthiques, et favoriser son maintien lorsque les enjeux l’autorisent (Le Lay et Piégay, 2007).

La question des aménagements

30Si les hommes se sont reconnus comme un facteur aggravant les dommages liés aux inondations, le gain de connaissances et les développements techniques ont nourri l’espoir d’une mitigation des extrêmes hydrologiques. En 1910, un article titrait : « Contre le fléau des inondations. Reboisements, gazonnement, barrages » (PtD, 29.01.1910). Le savoir des savants et des experts s’est répandu progressivement, s’attachant à bien se distinguer du savoir vernaculaire : « Si le pauvre peuple, victime d’une catastrophe, ne peut qu’en déplorer les conséquences, il importe aux administrations d’en rechercher,  non pas les causes, car une catastrophe échappe à l’analyse humaine,  mais les origines » (PtD, 01.10.1928). De fait, entre 1920 et 1960, la demande sociale est vive en faveur de l’aménagement des cours d’eau (fig. 8).

Figure 8. La foi dans la science et les projets d’aménagement

Figure 8. La foi dans la science et les projets d’aménagement

31Bien sûr, le contexte de la société globale guide la lecture que les communautés locales font de l’événement. Pendant la seconde Guerre mondiale, le cours d’eau apparaît comme l’adversaire à abattre et l’inondation est décrite sur un ton guerrier : « Le Rhône qui, de tous temps fut l’ennemi n° 1 des terres basses du Dauphiné, vient de déclencher contre cette région une nouvelle offensive qui par son ampleur et son âpreté dépasse toutes les précédentes » (All, 27.11.1944). Désormais, l’alerte donne lieu à une « veillée d’armes angoissée » (DL, 21.01.1955) et, « sur le front des inondations » (DL, 17.01.1955), la description des dommages se faisait couramment sur un ton guerrier. Par exemple, les dégâts de la Gère en crue rappellent ceux des armes : « on pourrait croire qu’une petite bombe est tombée là. Dans le terrain auparavant bien plat, une très grande excavation a été creusée, qui est remplie d’eau » (DL, 15.11.1950).

32Les articles des années 1920 et 1930 témoignent d’une foi dans la science et les projets d’aménagement (fig. 8). Dans les années 1920, les idées des géographes grenoblois de l’Institut de géographie alpine (IGA) sont diffusées dans la presse régionale. Tantôt, un article se base sur une conférence ou une publication (R. Blanchard, PtD, 09.05.1927 et M. Pardé, PtD, 15.10.1928), tantôt, les universitaires prennent eux-mêmes la plume (J. Blache, PtD, 15.10.1928 et A. Allix, PtD, 26.10.1928). Dans le même temps, le quotidien porte à la connaissance de ses lecteurs l’opinion de divers experts, comme celle de P. Barbier et W. Wilhelm, auteurs de projets d’amélioration et d’aménagement de l’Isère. En 1928, les fréquentes inondations de l’Isère, attribuées à l’exhaussement de son lit, poussent à conduire à leur terme les travaux déjà entamés, tels le reboisement et la rectification des cours d’eau sinueux. Effectuée au XIXe siècle pour la Romanche de la plaine d’Oisans et pour l’Isère en amont du Grésivaudan, l’œuvre de rectification devait s’achever avec le recoupement du méandre de La Taillat-Murianette, en amont de Grenoble, que recommandait régulièrement R. Blanchard et que demandait la population (PtD, 06.10.1928). D’autres solutions étaient envisagées, et plus particulièrement l’écrêtement des seuils rocheux (notamment l’abaissement du verrou de Saint-Gervais en aval de Grenoble), le rehaussement des digues, le développement des dragages et des canaux de dérivation.

33Surtout, la construction d’immenses barrages-réservoirs devait favoriser la régularisation du débit des eaux. Selon A. Allix, il s’agit du « projet que les années futures verront se réaliser le long du Rhône, et qu’on est en train d’exécuter, le long de la Romanche, avec le barrage du Chambon ; le long du Drac avec celui du Sautet, ouvrages magnifiques de réserve et de sauvegarde » (A. Allix, PtD, 26.10.1928). La suite est connue, tant le cours de l’Isère constitue aujourd’hui tout un chapelet de retenues hydro-électriques qui modifient largement les conditions d’écoulement.

34Mais la donne a désormais changé. Depuis les années 1980, les aménagements hydrauliques sont également associés à de la déception et à sévères critiques (fig. 8). Certes, dans les années 1950, c’est encore avec prudence que le journaliste émet l’hypothèse d’une faute humaine. « Beaucoup, parmi ces malheureux, trouvent les raisons de cette catastrophe, dans des vannes échelonnées le long de la Gère, et qui ne purent être actionnées parce que l’on ne s’était pas assuré de leur état de marche. Nous ne faisons ici, que répéter bien entendu, des propos entendus au cours de notre enquête » (J. Bouvard, DL, 10.09.1954). Mais dès 1960, la critique de l’artificialisation des cours d’eau se développait. À La Mure, sur la Jonche, un embâcle se constitua à cause d’un petit barrage chargé de contenir les alluvions. « Cet arrêt artificiel remplissait son rôle de façon trop parfaite » (DL, 08.10.1960). En effet, « le petit ruisseau devenu torrent », transportait des détritus de toutes sortes et notamment des troncs d’arbres arrachés à ses rives qui trouvaient là une obstruction à son débit normal. Le refoulement des flots boueux menaçait les immeubles construits en amont. « La solution ? Faire disparaître l’obstacle qui prenait avec des apports croissants de matériaux une proportion dangereuse »(DL, 08.10.1960).

35À partir des années 1980, on n’hésite plus à relever les erreurs humaines. Par exemple, en 1990, le président de la Chambre d’agriculture de l’Isère s’interrogeait ouvertement sur les aménagements conduits par la Compagnie nationale du Rhône : « C’est clair. Si la main de l’homme modifie le cours d’eau et provoque indirectement des dégâts, il y a lieu de déterminer les responsabilités » (DL, 20.02.1990). Depuis, les plus graves inondations alimentent la réflexion des élus locaux, des gestionnaires, des légistes, des écologistes, des anciens… D’ailleurs, une mutation de la société montagnarde est relevée : « On aménage à tour de bras. On prend possession de surfaces de plus en plus grandes. Les problèmes de sécurité se posent d’une façon accrue » (N. Roy, DL, 08.06.1985).

Le rôle du savoir et de la collectivité dans l’explication des inondations

36Pour vivre avec le risque d’inondation, pour décrire et expliquer les débordements, l’individu puise dans le savoir géographique vernaculaire (Collignon, 2000), un savoir tout à la fois populaire, traditionnel, local et ordinaire. Ni savant ni scientifique, ce savoir est né de la pratique quotidienne qu’ont les habitants de leur milieu et participe de la territorialisation de leur espace de vie par les communautés.

Le savoir géographique vernaculaire

37Dans une certaine mesure, il existait une conscience collective du risque dit d’inondation. L’imaginaire collectif se chargeait de le transmettre d’une génération à l’autre : « La serpen et lo dragon mettront Grenoblo en savon » (Blanc dit La Goutte, 1860). Grenoble occupe effectivement un site particulièrement plat, à 210 m. d’altitude, et la ville est exposée aux débordements de la serpen, la méandreuse Isère du Grésivaudan, et de lo Dragon, c’est-à-dire le Drac grossi par les eaux de la Romanche (Blanchard, 1911 ; Balestrieri et al., 1995). Pour autant, plus qu’une simple praxis fondée sur l’expérience empirique, ce savoir vernaculaire apparaît comme une véritable construction intellectuelle. L’individu mobilise des connaissances qui sont acquises durant sa socialisation et varient selon le groupe d’appartenance. Il recourt à des théories à la fois naïves, riches et complexes. Il utilise des éléments informatifs et des raisonnements relevant de l’ensemble des disciplines et de tous les niveaux de réalité.

38Ainsi, le cycle des saisons était parfaitement intégré par la population locale : « Aux chaleurs tropicales de juillet succède la saison des orages » (PtD, 04.08.1884). Un certain fatalisme accompagnait l’émotion suscitée par les catastrophes (Lequin, 1987). « Comment expliquer le spectacle qui s’offrait de toutes parts, alors que le ciel bleu rutilait et que tout clamait le désir de vivre ? Il a suffi de quelques heures pour tout dévaster. La Nature a des jeux cruels devant lesquels il faut que les pauvres hommes s’inclinent » (C. Liénart, PtD, 19.09.1937). Les anciens adages avaient la vie dure. Celui relatif à Saint-Médard était régulièrement rappelé : « S’il pleut le jour de la Saint-Médard/Il pleuvra quarante jours plus tard »(PtD, 16.07.1922).

39Mieux intégrées au mode de vie qu’aujourd’hui, les inondations marquaient moins facilement les esprits. Cette réaction de 1882 n’a-t-elle pas conservé toute sa fraîcheur face aux précipitations et débordements ? « De mémoire d’homme, on n’a vu pareil été » (PtD, 21.09.1882). Mais les catastrophes restaient gravées dans la mémoire collective et servaient de référence. Des repères de crues conservaient les traces des hauteurs d’eau atteintes à l’occasion des plus grandes crues. « Et un vieux nous entraîne vers une cabane, la sienne, à flanc de coteau, au milieu d’une vigne. Sous la boue laissée hier par le flot contre un mur vénérable, il nous montre une date : 1858, et un trait rouge. C’était le niveau de l’étiage d’une crue qui reste célèbre dans l’histoire de la plaine du Grésivaudan » (E.-L. Lachat, PtD, 17.09.1940). Néanmoins, cette mémoire oublieuse ne leurrait pas complètement la société locale : « Le plus précieux don que des fées bienfaisantes déposèrent sur le berceau de l’homme fut la faculté d’oublier. Aussitôt le péril conjuré, l’humanité reprend sa course pour la vie, vers les affaires, vers le plaisir et rien n’est plus fugitif que le souvenir des mauvais jours » (PtD, 10.02.1910). Récemment, pour favoriser la mémoire des événements anciens, la loi n° 2003-699 du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages a rappelé l’intérêt des repères de crues en en prescrivant l’installation et la conservation (DIREN Rhône-Alpes, 2004).

40Le savoir vernaculaire a pâti de ses spécificités. Médiocrement formalisé, son interprétation n’est pas toujours immédiate. Ainsi l’adage de Saint-Médard a-t-il pu sembler quelque peu sibyllin. Pleuvra-t-il durant 40 jours à partir de la Saint-Médard, ou bien fera-t-il beau jusqu’au 18 juillet ? Surtout, cet aphorisme était connu au XIe siècle. Le calendrier Julien était alors en vigueur. Or, le pape Grégoire XIII décida de le réformer en 1582, en le retardant de douze jours sur l’année astronomique. Les connaissances historiques mais surtout scientifiques ont progressé ; au XIXe siècle, les ingénieurs (par exemple des Ponts et Chaussées) ont contribué à diffuser des conceptions normatives, notamment en produisant de nombreux rapports et plans (Cœur, 2008). De nouvelles questions sont posées, en particulier, peut-on prévoir la pluie et le beau temps ? Consulté à la suite des orages persistants qui sévissaient en France et plus largement en Europe au cours de l’été 1930, l’Abbé Moreux répondit ainsi à la question : « Les orages […] sont le résultat de la persistance des dépressions sur notre territoire. Le fait est normal et il y a beau temps que je l’ai annoncé. A partir de cette année, nous entrons dans une série de situations orageuses résultant de la fameuse période connue sous le nom de cycle de Bruckner. Cette période qui règle notre climat, dépend de l’activité du soleil. Depuis plus de mille ans, nous pouvons observer une alternance de 17 années pluvieuses et de 17 années de sécheresse » (PtD, 15.07.1930). Reste que les prévisions météorologiques fascinaient et soulevaient de nombreux doutes. P. Nancray les exprima ainsi : « Ce qui étonne un peu, c’est qu’il persiste encore, dans nos prévisions du temps qu’il fera, quelque incertitude. La T.S.F., à grands renforts de considérations techniques sur les systèmes nuageux partis du Groenland pour une destination inconnue et de calculs complexes sur les millibars, nous tient cependant une bonne partie de la journée sous le charme des anticipations météorologiques » (PtD, 08.11.1935). Les relations entre savoir vernaculaire et savoir savant ne sont donc pas simples.

La désagrégation des communautés rurales

41Tout individu appartient à une communauté locale. Et « tout membre de la communauté est tenu de conforter « l’ordre naturel », issu de l’ordre social, en maintenant en l’état des dispositifs de circulation des eaux que ses ancêtres ont patiemment édifié » (Palu et de Bortoli, 2002). La communauté composait ainsi avec le fonctionnement et l’évolution des cours d’eau : la dynamique des cours d’eau était connue, et sa part aléatoire reconnue. La population était alertée de l’inondation à venir « à grands renforts de coups de sirène et de sonneries de tocsin » (DL, 18.11.1950). Des drapeaux d’alarme flottaient sur les ponts du Rhône (PtD, 06.10.1935). Alors, les voisins se précipitaient spontanément au-devant du cours d’eau pour édifier en hâte un barrage ou curer le chenal. Lors de la crise, les communautés rurales recourraient à la disponibilité de leurs membres qui se montraient particulièrement réactifs. « Dès que le danger apparut et que l’on vit au loin un véritable fleuve descendre de Viriville, le tocsin sonna aussitôt à plusieurs reprises pour demander du secours. Immédiatement notre population valide se porta en avant de notre bourg pour y établir rapidement des barrages. Grâce à cette sage précaution, on réussit à faire prendre une autre direction à cette masse d’eau » (PtD, 14.08.1917).

42La gestion de l’après-catastrophe était également menée collectivement. Les journalistes se montraient systématiquement touchés par l’élan de solidarité paysanne qui s’attachait à effacer les dommages de l’inondation. « Ce qui frappe aujourd’hui, c’est précisément l’effort humain qui se déploie de toutes parts pour réparer le désastre. La zone ravagée n’est plus qu’un chantier immense où se mêlent toutes les activités, tous les dévouements, tous les courages » (C. Liénart, PtD, 19.09.1937). Il faut nettoyer le chenal encombré et les rues engravées, rechercher le bétail égaré… Bien souvent, pompiers et militaires étaient sollicités. « Tous les gars solides des environs, avec les sapeurs du Génie, font depuis ce matin la navette, bravant la violence du courant, et ramènent non sans danger, jusqu’aux Vernes, les malheureuses bêtes apeurées » (R.-L. Lachat, DL, 22.06.1948).

43Les individus étaient ainsi intégrés dans des structures collectives fortes. Or, dans le cadre d’une communauté, l’inondation est expliquée de l’intérieur. Il s’agit d’une auto-attribution causale (Kelley et Michela, 1980) des inondations par les communautés qui tendaient à exagérer les facteurs situationnels et négliger les facteurs dispositionnels. Après la seconde Guerre mondiale, le contexte social reste influent, mais l’individu s’affirme : il utilise le « on » davantage que le « nous ». La communication d’une génération à l’autre s’est dégradée. L’intégration des nouveaux arrivants a montré des défaillances. Lors des crues de novembre 2002, sur la Gère et la Sanne, la solidarité n’était à l’évidence plus de mise : « À plusieurs endroits, les « anciens » des communes tenaient tous le même discours : « On voit des choses qu’on n’avait jamais vu auparavant, c’est normal ! Il y a beaucoup d’aménagements et de constructions qui n’existaient pas avant. Et il y a beaucoup de maisons qui n’auraient jamais dû se faire là où elles ont été construites… Résultats, ça fait déjà trois ou quatre fois qu’ils sont inondés, ceux-là ! » (A. Marchetti, DL, 25.11.2002). Pour rendre compte d’une catastrophe, l’individu réalise aujourd’hui une hétéro-attribution causale des inondations. Expliquant le comportement d’autrui, il tend à surestimer les facteurs personnels au détriment des causes environnementales. Il existe ainsi un biais attributif dans la mesure où la représentation des sujets ne procède pas d’une représentation objective de la réalité : c’est « l’erreur fondamentale », illustrée par Jones et Harris (1967) et définie par Ross (1977).

L’inondation, un révélateur territorial

44Des espaces structurés par un cours d’eau sont encore susceptibles de devenir de véritables territoires de l’eau (Ghiotti, 2007). Une inondation en particulier peut révéler l’existence d’un territoire latent en ravivant cruellement l’attachement des riverains à leur mode de vie, à des biens et activités. Cette revalorisation territoriale accompagne le renforcement des relations riveraines de solidarité et de conflictualité. L’inondation pousse les individus à se (ré)approprier leur espace de vie et à agir collectivement et intentionnellement sur la scène publique. Une lecture diachronique de la mobilisation permet de dégager quelques étapes semblables à celles qui ont déjà été repérées dans le cas des conflits d’aménagement (Lecourt et Baudelle, 2004).

45Si elle rapproche spatialement les individus, la riveraineté n’engendre pas nécessairement une proximité sociale entre eux. Elle se présente comme un facteur de prédisposition. De même, si une crise hydrologique peut servir de facteur de déclenchement à la production de lien social et à la constitution d’un réseau conflictuel, toute inondation ne déclenche pas nécessairement le développement de solidarité ou de conflictualité riveraine. Il reste néanmoins que l’inondation est un événement spatial qui perturbe l’organisation du système spatial et crée du lien social. La configuration spatiale du cours d’eau mute avec la crue. Représenté d’une façon essentiellement linéaire, le cours d’eau gagne alors une emprise considérée comme véritablement zonale. Attendant un bénéfice de leur mobilisation, les riverains peuvent quitter la sphère privée pour engager une action collective et promouvoir une logique de revendication.

46Un réseau de conflictualité ou de solidarité se développe alors. Au cours d’un processus de territorialisation, des groupes de sinistrés reconnaissent appartenir à un même espace de proximité et s’efforcent de le rendre visible. La constitution d’associations de riverains témoigne de la socialisation d’un espace inondé. Le territoire à défendre est délimité selon l’espace inondable. Il est localisé et dénommé en fonction du cours d’eau voisin. Le processus de construction territoriale est approfondi et légitimé par un argumentaire généralisant qui est destiné à soutenir la permanence des hommes, de leurs biens et activités sur un espace occupé.

47Parfois, c’est toute une profession qui se mobilisait pour récolter des fonds. M. Lambert, président départemental de la Fédération des syndicats d’exploitants agricoles de l’Isère, lança un appel aux agriculteurs de l’Isère : « Que dans chaque localité s’organise, avec le concours des Jeunes, une collecte au profit des sinistrés. […] Paysans de l’Isère, je compte sur votre esprit de solidarité et sur votre cœur » (DL, 26.06.1948). Et parfois, les inondés se retournent contre les autorités. « La raison et l’humanité ont parlé : il faut que les pouvoirs publics fassent dès maintenant tout le nécessaire pour remédier sans calcul aux dangers que font courir à la population agricole – et pas seulement à elle, hélas ! – de nos vallées de l’Isère, les crues incessantes de la rivière et de ses tributaires » (DL, 13.06.1955). C’est à l’État d’agir. Désormais, il faut absolument aménager les cours d’eau. Les habitants se déresponsabilisent et adopte une posture attentiste. « La population attend une solution urgente à cet angoissant problème » (DL, 17.01.1955).

48La généralisation du discours s’accompagne de la diffusion spatiale de la mobilisation en s’ancrant dans la proximité sociale. Évidemment, la préexistence de réseaux de sociabilité bien établis favorise cette étape. Une forte identité stimule la création des réseaux de solidarité et de conflictualité qui nourrissent à leur tour le mouvement identitaire (Charlier, 1999). Suite aux orages de l’été 1914, le quotidien misa sur l’identité dauphinoise pour lancer une souscription départementale : « Aussi, est-ce à la solidarité régionale, que nous faisons appel. Les citoyens de notre petite patrie ne resteront pas sourds aux cris de détresse des leurs. Ils ne voudront pas que des femmes, des enfants, privés du toit qui les abritait, hier, manquent au surplus, du pain nécessaire à la vie. Des listes de souscription vont surgir qui pareront non seulement aux plus pressants besoins, mais encore permettront, dans la mesure du possible, de fournir les ressources nécessaires pour rendre aux sinistrés les instruments de travail indispensables, et les indemniser partiellement de leurs ruines. Le Dauphiné se doit à lui-même de secourir ses enfants malheureux. Plus grande est l’injustice du sort, plus grand doit être l’effort spontané de tous. Les grandes catastrophes, déchaînées par les forces aveugles de la nature, suscitent les grands dévouements » (PtD, 24.07.1914). À mesure que le dispositif associatif s’étend, l’enjeu réside davantage dans la coordination des structures sociales concernées : les associations professionnelles, l’entreprise éditoriale, les entités administratives… Un tel élargissement relativise à nouveau le rôle de la proximité spatiale dans la production de la proximité sociale des individus. En milieu rural, le rôle des notables est crucial du fait de leur aptitude à fédérer les efforts.

Conclusion

49À chaque événement paroxystique est associée toute une batterie d’articles. Les journalistes s’attachent d’abord à décrire la catastrophe. S’il s’agit d’une crue lente, ils rendent compte de la montée des eaux et de la décrue. Parfois, l’événement amuse et des pratiques sont décrites : le « déménagement » en barque des habitants, la pêche au bois, la pêche dans les prairies inondées, la chasse aux rats…Puis, les auteurs annoncent les mesures d’urgence adoptées par les décideurs ; et dressent le bilan des victimes, des dommages et de leur coût. Parfois sont proposés aux lecteurs des éléments destinés à expliquer la crue débordante ou des solutions susceptibles de réduire les dommages lors d’une prochaine occurrence. Dans le cas d’une crue exceptionnelle, le journal peut lancer une souscription en faveur des inondés et relayer différentes actions de solidarité. L’étude diachronique de ce matériel a souligné quelques tendances. À mesure que les communautés locales se sont affaiblies, les propriétaires riverains ont négligé l’ingrat entretien des cours d’eau, complexifié le système explicatif des inondations et recherché davantage des responsabilités. Les résultats illustrent ainsi la façon dont l’égocentrisme auto-justificateur et la bouc-émissarisation d’autrui conduisent à sélectionner l’information pour produire une illusion, un mensonge à soi-même ou self-deception (Morin, 2000). En particulier, le développement des dispositifs de protection dans les cours d’eau a ainsi suscité un dangereux sentiment de fausse sécurité et une déresponsabilisation des riverains contre lesquels les législateurs (Galley et Fleury, 2001) et les gestionnaires (DIREN Rhône-Alpes, 2004) s’efforcent aujourd’hui de lutter. C’est pourquoi, depuis les années 1980, des efforts sont fournis pour développer des contrats de rivière, mettre en œuvre des programmes de restauration et faciliter l’intervention des collectivités territoriales. Quant à la méthodologie mise en œuvre lors de cette étude, elle présente l’intérêt d’être aisément reproductible. La numérisation des sources apparaît néanmoins comme une évolution utile (Allard, 2005) puisqu’elle ouvre la voie aux analyses lexicographiques et sémantiques. En outre, la généralisation des résultats, si elle semble vraisemblable, reste à démontrer en confrontant les récits à ceux qu’ont produits d’autres journaux quotidiens. La diversification des sources permettrait enfin de mieux mettre en perspective l’évolution parallèle des représentations sociales, des politiques publiques et des principes d’aménagement.

Haut de page

Bibliographie

Allard P., 2005, La presse et les inondations dans la région du bas Rhône en 1840 et 1856, in FAVIER R. et GRANET-ABISSET A.-M. (Dir.), Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, p. 73-92.

Balestrieri G., Bois-Delatte M.-F., Giffault M., Hébré M.-C., Imbert M.-T., Jocteur-Montrozier Y., Pénicault M. et Same M., 1995, Le serpent et le dragon : Grenoble et ses deux rivières, Grenoble, Bibliothèque Municipale de Grenoble, 88 p.

Bardin L., 1977, L’analyse de contenu, Paris, Presses Universitaires de France, 233 p.

Blanc (dit La Goutte) F., 1860, Grenoblo malhérou, Grenoble, Editions Dardelet, 135 p.

Blanchard R., 1911, Grenoble. Étude de géographie urbaine, Paris, Armand Colin, 160 p.

Bourdieu P., 1966, Champ intellectuel et projet créateur, Temps Modernes, 246, p. 874-875.

Bucher, R. et Strauss, A., 1961, Professions in process, The American Journal of Sociology, 66, 4, p. 325-334.

Charlier B., 1999, La défense de l’environnement : entre espace et territoire, Thèse de doctorat, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 753 p.

Charon J.-M., 1996, La presse quotidienne, Paris, La Découverte, 121 p.

Clarimont S., 1999, Les conflits pour l’eau en Europe méditerranéenne : le cas du bassin de l’Ebre (Espagne), Thèse de géographie, Université Montpellier 3, 700 p.

Collignon B., 2000, Les savoirs géographiques ont-ils une valeur ?, in Michaud Y (dir.), Qu’est-ce que la société ?, Paris, Odile Jacob, p. 111-120.

DIREN Rhône-Alpes, 2004, Les risques inondations en Rhône-Alpes : de la connaissance à la prévention. Bilan 2004 et perspectives, Lyon, DIREN Rhône-Alpes, 35 p.

Galley R. et Fleury J., 2001, Rapport fait au nom de la commission d’enquête sur les causes des inondations répétitives ou exceptionnelles et sur les conséquences des intempéries afin d’établir les responsabilités, d’évaluer les coûts ainsi que la pertinence des outils de prévention, d’alerte et d’indemnisation, Paris, rapport de l’Assemblée nationale n° 3386.

Ghiotti S., 2007, Les territoires de l’eau. Gestion et développement en France, Paris, CNRS Editions, 246 p.

Grawitz M., 2001, Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 1019 p.

Jones E. E. et Harris V. A., 1967, The attribution of attitudes, Journal of Experimental Social Psychology, 3, p. 1-24.

HAGHE J.-P., 1998, Les eaux courantes et l’État en France (1789-1919). Du contrôle institutionnel à la fétichisation marchande, Thèse de doctorat en histoire, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 649 p.

Kelley H. H. et Michela J.-L., 1980, Attribution theory and research, Annual Review of Psychology, 31, p. 457-501.

Lecourt A. et Baudelle G., 2004, Planning conflicts and social proximity : a reassessment, International Journal of Sustainable Development, 7, p. 287-301.

Lefranc C. et Torre A., 2004, Tensions, conflits et processus de gouvernance locale dans les espaces ruraux et périurbains français. Les enseignements de la Presse Quotidienne Régionale, XI World Congress of Rural Sociology, Trondheim (Norvège) 25-30 juillet, http://www.irsa-world.org/XI/papers/25-6.pdf.

Le Lay Y.-F. et Piégay H., 2007, Le bois mort dans les paysages fluviaux français : éléments pour une gestion renouvelée, L’Espace géographique, 1, p. 51-64.

Lequin Y., 1987, L’effacement du risque naturel, in Delumeau J. et Lequin Y. (Dir.), Les malheurs du temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, p. 459-476.

Mathieu M., 1993, La presse quotidienne régionale, Paris, Presses Universitaires de France, 127 p.

Morin E., 2000, Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, Paris, Le Seuil, 130 p.

Mougin P., 1931, La restauration des Alpes, Paris, Imprimerie Nationale, 584 p.

MOULIN B., 2005, Variabilité spatiale et temporelle du bois dans le réseau hydrographique de l’Isère à l’amont de Grenoble, Thèse de doctorat, Université de Saint-Étienne, 450 p.

Neveu E., 2004, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 124 p.

Palu P. et Bortoli (de) D., 2002, Droits d’eau en Soule (Pays basque français) d’hier à aujourd’hui, in Aubriot O. et Jolly G. (coord.), Histoires d’une eau partagée Provence Alpes Pyrénées, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 213-228.

PardÉ M., 1929-1930, Les crues de l’automne 1928 dans le bassin de l’Isère, Bulletin de la Société scientifique du Dauphiné, p. 1-77.

Ross L., 1977, The intuitive psychologist and his shortcomings : distorsions in the attribution process, in Berkowitz L (ed.), Advances in experimental social psychology, New York, Academic Press, 10, p. 173-220.

Ruellan D., 2005, Expansion ou dilution du journalisme ? Les Enjeux de l’information et de la communication, 10 p, http://www.u-grenoble3.fr/les_enjeux.

Sautter N., 1994, La gestion des catastrophes naturelles. Un exemple : l’inondation de la Camargue en octobre 1993 et janvier 1994, Mémoire de DEA, Université Montpellier 3, 66 p.

Vicard F., Aznar O., Bretière G. et Herviou S., 2005, Une analyse des services environnementaux produits dans un département français, La revue des sciences de l’environnement Vertigo, 6,

http://www.vertigo.uqam.co/vol6no3/art11vol6no3/vicard_fanny_et_coll.htm.

Vinet F., 2003, Crues et inondations dans la France méditerranéenne. Les crues torrentielles des 12 et 13 novembre 1999 (Aude, Tarn, Pyrénées orientales, Hérault), Paris, Éditions du Temps, 224 p.

Haut de page

Notes

1  Données disponibles à l’adresse suivante : http://www.prim.net.

2  L’IRMa est une association loi de 1901 dont les objectifs sont de promouvoir des actions d’information et de sensibilisation aux risques majeurs, ainsi que d’aider les collectivités territoriales à mettre en place une politique de prévention des risques adaptée, en particulier dans le cadre des communes. L’IRMa est soutenue dans son fonctionnement par le Conseil général de l’Isère et dans certaines de ses actions par le ministère de l’Ecologie et du Développement Durable (MEDD), par la Région Rhône-Alpes et par Grenoble Alpes Métropole (La METRO). Site accessible à l’adresse suivante : http://www.irma-grenoble.com.

3  Site accessible à l’adresse suivante : http://www.prim.net.

4  Site accessible à l’adresse suivante : http://www.rhone-alpes.ecologie.gouv.fr.

5  Site accessible à l’adresse suivante : http://www.eptb-rhone.fr.

6  Par commodité, la référence aux journaux quotidiens a été abrégée : PtD pour le Petit Dauphinois, All pour Les Allobroges et DL pour le Dauphiné Libéré. Elle cite l’auteur lorsque l’article est signé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distribution des 111 événements étudiés entre 1882 et 2005
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-1.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Figure 2. Distribution mensuelle des types d’événements (1882-2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 3. Barrages du bassin versant de l’Isère (d’après Moulin, 2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-3.png
Fichier image/png, 453k
Titre Figure 4. L’attribution causale des inondations
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 5. La négligence de l’entretien des cours d’eau
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-5.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 6. L’occurrence d’embâcles selon le type d’événements (1882-2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-6.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 7. Le problème croissant des embâcles et bois flottants
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-7.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 8. La foi dans la science et les projets d’aménagement
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7555/img-8.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves-François Le Lay et Anne Rivière-Honegger, « Expliquer l’inondation : la presse quotidienne régionale dans les Alpes et leur piedmont (1882-2005) », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 259-270.

Référence électronique

Yves-François Le Lay et Anne Rivière-Honegger, « Expliquer l’inondation : la presse quotidienne régionale dans les Alpes et leur piedmont (1882-2005) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7555 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7555

Haut de page

Auteurs

Yves-François Le Lay

Université de Lyon et UMR 5600 « Environnement, Ville, Société » Ecole normale supérieure de Lyon, 5 parvis René descartes, 69342 Lyon cedex 07 yf_lelay@hotmail.com

Articles du même auteur

Anne Rivière-Honegger

Université de Lyon et UMR 5600 « Environnement, Ville, Société » 18 rue Chevreul, 69362 Lyon cedex 07 honegger@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page