Navigation – Plan du site
Géohistoire

Enseigner l’histoire-géographie à partir d’une étude de cas géohistorique

Retour sur une expérience pédagogique conduite avec un SIG
Teaching history and geography using a case study in geo-history; reviewing a teaching experience using GIS
Sylvain Genevois, Philippe Briat, Thierry Joliveau et Adrien Méon
p. 249-257

Résumés

La géographie historique est peu représentée dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie, aussi bien au niveau de l’enseignement secondaire que de l’enseignement supérieur. L’usage des Systèmes d’Information Géographique est également peu fréquent dans le domaine éducatif. Partant de ce double constat, les auteurs de cet article ont cherché à construire un SIG sur la géographie du vote dans la Loire à la fin du XIXe siècle, qui permette d’initier les élèves de lycée à la démarche géohistorique. Les lycéens de classe de Première qui ont expérimenté cette étude de cas ont pu prendre en main une plateforme SIG en ligne (Géowebexplorer), développer des compétences d’analyse spatiale et mettre en œuvre des stratégies spatiales. Cette expérimentation pédagogique a permis de montrer l’intérêt et les difficultés propres à l’introduction de la géohistoire et à l’usage d’un SIG dans l’enseignement secondaire.

Haut de page

Texte intégral

1Bien que l’histoire et la géographie soient enseignées conjointement dans le système éducatif français, l’approche géohistorique est peu fréquente, pour ne pas dire quasiment absente des programmes et des pratiques scolaires. Dans l’enseignement supérieur, où la géographie a longtemps cherché à s’émanciper de sa grande sœur l’histoire, l’introduction de la géohistoire est restée, jusqu’à une période récente, relativement limitée. Dans l’enseignement secondaire, le couple « histoire-géographie » est en apparence plus uni, mais les échanges ne sont pas si nombreux et féconds au sein de cette polydiscipline scolaire. En collège et en lycée, la géographie historique n’est pas enseignée en tant que telle ; elle est quasi absente des programmes scolaires, malgré quelques timides percées par exemple à travers le thème de « la Méditerranée au XIIe siècle » (thème au programme de la classe de Seconde).

  • 1  Pour C. Grataloup (2005), la géographie historique développe une approche strictement géographique (...)

2Qu’il s’agisse de géographie historique à proprement parler ou plutôt de géohistoire1, l’approche géo-historique est peu représentée dans l’enseignement secondaire comme dans l’enseignement supérieur, pour des raisons assez similaires : le couple histoire-géographie, d’origine scolaire, s’est construit selon « un double partage : territoire passé/présent, d’une part, et culture/nature, d’autre part » (Grataloup, 2005, p. 34). Ce « déficit d’image » de la géographie historique en France concerne aussi bien l’enseignement que la recherche (Boulanger, Trochet, 2005).

  • 2  Selon une enquête nationale de l’INRP réalisée en 2007 auprès de 862 enseignants de collège-lycée, (...)

3Cette marginalisation de l’approche géohistorique tend aujourd’hui à se réduire, du fait notamment de l’essor des outils cartographiques permettant d’intégrer des dimensions spatiales et temporelles. L’usage courant des Systèmes d’Information Géographique a favorisé le développement des méthodes d’analyse spatiale, y compris dans le champ historique. Pour autant, l’usage des SIG est encore très minoritaire dans l’enseignement de l’histoire-géographie2. Dans le domaine de la recherche, l’élaboration de SIG historiques s’applique le plus souvent à l’étude des modes d’occupation du sol, à la reconstitution de formes urbaines ou de paysages anciens, mais assez peu à l’analyse de résultats électoraux.

4C’est pour répondre en partie à ces défis que les auteurs de cet article ont choisi de construire un SIG sur la géographie du vote dans la Loire à la fin du XIXe siècle, et d’expérimenter ce jeu de données auprès d’élèves de lycée. Le retour sur cette expérience pédagogique est l’occasion de montrer l’intérêt heuristique et pédagogique de la démarche géohistorique et des Systèmes d’information géographique pour renouveler l’enseignement de la géographie.

Faire de la géohistoire avec un SIG : quelques défis à surmonter

Un SIG historique pour cartographier la géographie du vote

5L’usage des SIG en histoire constitue encore un champ émergent dans le domaine de la recherche et vise pour l’essentiel à spatialiser les phénomènes historiques pour en dégager, si possible, des logiques ou des dynamiques spatio-temporelles (Knowles, 2002, 2005 ; Gregory, 2002, 2008). Comme en témoignent ces auteurs, le « tournant spatial » en histoire est tout à fait récent. Selon (Knowles, 2000), la révolution de l’information géographique et de l’imagerie satellitaire a d’abord concerné le secteur militaire à partir des années 1970, puis la géographie à partir des années 1980, l’archéologie à partir des années 1990, et finalement l’histoire à partir des années 2000, de sorte que les historiens n’ont eu jusqu’à maintenant qu’un usage très restreint des SIG. Selon cet auteur, diverses raisons peuvent être avancées à ce décalage. L’une d’entre elles tient au fait que les historiens ont utilisé les cartes d’abord pour inventorier des faits ou pour présenter des résultats, rarement pour les analyser.

6L’intérêt des SIG réside dans l’intégration de données issues de différentes sources historiques et dans la possibilité de croiser ces données en les organisant par couches d’information. L’objectif est de faire apparaître des permanences et des discontinuités dans le temps et dans l’espace, en construisant des cartes à différentes échelles et de manière diachronique. Le fait de cartographier des données historiques et d’utiliser le SIG comme outil d’investigation pour interroger ces données permet souvent de renouveler les hypothèses scientifiques. Les recherches conduites par exemple sur la ville de Tours pré-industrielle (SIG ToToPi) ont contribué à renouveler les travaux d’archéologie urbaine et l’étude de la topographie des centres-villes historiques. L’évolution du mode d’occupation du sol à partir de plans anciens (terriers ou planches cadastrales) ainsi que l’analyse de paysages ou d’écosystèmes du passé constituent également des domaines où l’apport des SIG est tout à fait remarquable.

  • 3  Comme le notent Bussi et Badariotti (2004, p. 238), « grâce aux SIG, la confrontation de données é (...)

7L’un des obstacles majeurs en histoire est cependant de pouvoir disposer de sources utilisables et de données suffisamment complètes. Les données statistiques sont assez rares et souvent lacunaires avant la seconde moitié du XIXe siècle, considéré comme l’âge d’or de la statistique. S’agissant des résultats électoraux, il est possible de disposer de séries statistiques relativement continues sur la période contemporaine. L’instauration du suffrage universel à partir de 1848 donne lieu à l’organisation périodique de consultations électorales. Les historiens, géographes, politologues ou sociologues peuvent ainsi construire, à intervalles réguliers, une cartographie des résultats des différentes élections à l’échelle locale ou nationale. Cette cartographie thématique reste somme toute assez classique, mais grâce aux possibilités d’analyse spatiale offertes par les SIG, on peut chercher à s’affranchir des limites de circonscriptions et établir des relations, voire des corrélations, entre la géographie du vote et certaines données spatiales3.

Intérêt et limites de la géographie électorale

  • 4  Charles Seignobos, dans L’histoire de la France contemporaine, consacre un livre à la révolution d (...)

8Paradoxalement, ce fut un historien, Charles Seignobos4 qui inspira à André Siegfried son Tableau politique de la France de l’Ouest (Siegfried, 1913). Il fut l’initiateur de la méthode dite « écologique » consistant à comparer des agrégats par l’intermédiaire d’une carte. Pour entamer son travail, il constitue un ensemble de cartes de l’Ouest par canton, à partir d’une vingtaine de variables qu’il s’efforce de comparer. Après 1945, cette approche du phénomène politique va quelque peu tomber dans l’oubli et être largement supplantée par l’approche sociologique. Développée par des centres de recherche tels que le CEVIPOF (Institut d’études politiques de Paris), cette approche repose pour l’essentiel sur les sondages d’opinion.

9Plusieurs reproches ont été faits à A. Siegfried, dont certains ne sont pas exempts de mauvaise foi. On connaît la formule qui lui est attribuée : « Le calcaire vote à gauche et le granite vote à droite », alors que dans son Tableau de la France (1913), l’auteur ne faisait que citer un dicton populaire en Vendée : « le calcaire produit l’instituteur, le granite produit le curé ». Par ailleurs, derrière cet apparent déterminisme physique se cache implicitement un raisonnement : le comportement électoral peut-être déterminé par le mode d’exploitation agricole et ce dernier peut être lui-même lié, dans certaines régions, aux sols.

10Paul Bois, dans son étude du département de la Sarthe (1960), apporte une objection qu’on ne peut négliger : le comportement électoral est parfois déterminé de manière durable par une rupture historique, en l’occurrence dans le cas de la Sarthe la rupture révolutionnaire. Alors que l’ouest de la Sarthe s’inscrit durablement dans le refus de la Révolution et vote tout au long du XIXe siècle pour les « blancs », l’est du département se rallie aux « bleus ». Si les cartes électorales permettent d’enregistrer ces comportements, il serait vain d’espérer en trouver les causes dans la comparaison avec d’autres cartes thématiques, à l’instar de la méthode proposée par Siegfried.

11Dernier reproche qui lui est fait : « le glissement de l’électeur à l’électorat » (Bussi, 1998). Constater une corrélation positive en comparant la carte communale du vote monarchiste aux élections législatives de 1877 et la carte du pourcentage de fidèles faisant leurs Pâques ne permet pas de déduire directement que les électeurs ayant une pratique religieuse votent monarchiste.

12La sociologie électorale fondée sur les sondages d’opinion n’est pas non plus exempte de critiques. Les sondages électoraux oublient le rôle joué par la proximité spatiale, par les interactions qui se manifestent à l’échelle locale, du fait de la constitution de liens au sein des entreprises, des familles, des quartiers, des associations ou encore des sentiments et des comportements qui peuvent naître au sein d’une population, du fait de sa situation particulière dans un espace. Ainsi, pour la période contemporaine, Loïc Ravenel, étudiant les résultats aux élections présidentielles de 2002, a pu montrer le rôle spécifique joué par la distance aux grandes agglomérations. Les résultats du Front National, qui culminent dans un espace situé entre 20 et 40 km des grandes agglomérations ne peuvent s’expliquer uniquement par la composition sociologique des populations de ces espaces mesurée par les indicateurs traditionnels des sondages d’opinion : âge, sexe, niveau d’étude, profession… (Ravenel, 2003).

13De ce fait, on assiste depuis une vingtaine d’années à un regain d’intérêt pour la géographie électorale, comme en témoigne le renouveau des travaux scientifiques consacrés à la géographie du vote (Bussi, 1998, Le Bras, 2002). Les sociologues, depuis quelques années, reviennent vers la géographie. Ainsi, Pascal Perrineau, directeur du CEVIPOF, constate le rôle du voisinage dans la diffusion de l’influence du Front National, rôle que l’on ne peut percevoir à travers les sondages.

  • 5  On peut citer par exemple, pour la période contemporaine, l’article de Bussi et Ravenel, 2001.

14Selon M. Bussi et D. Badariotti (2004, p. 207), « le retour des géographes vers le vote (ou vers le politique en général) est principalement d’ordre épistémologique ». Il s’explique notamment par les limites de l’approche sociologique et l’idée que l’espace est une variable importante pour expliquer le comportement électoral5. Des travaux de géo-histoire électorale ont été entrepris dans ce sens, à l’instar de L’atlas électoral de la France (1848-2001) de F. Salmon qui met en perspective les comportements électoraux des Français sur un siècle et demi. Ce type de travail cartographique montre tout l’intérêt de conduire des analyses à différentes échelles, départementale, cantonale ou communale.

15Sans entrer immédiatement dans le détail de la mise en œuvre de la séquence pédagogique avec les élèves, sur laquelle nous reviendrons plus avant, il apparaît que celle-ci va, pour sa plus grande part, consister en une recherche de corrélations, aux échelles cantonales et communales, entre le vote républicain et différentes données spatiales, telles que l’emplacement des chefs-lieux, les formes du relief, le tracé des routes, l’implantation des gares… Il nous a semblé pertinent d’adopter une démarche « écologique », inaugurée en son temps par André Siegfried et qui retrouve son actualité et sa pertinence dans des travaux récents de géographie du politique. Il s’agit de « l’étude des comportements à partir d’informations données dans le cadre d’unités territoriales » (Lancelot, 1974). Bien sûr, nous sommes conscients des limites évoquées ci-dessus, mais il ne s’agit pas pour nous de mener une recherche scientifique, mais bien d’initier des élèves à la démarche et au raisonnement géographique et historique. En conséquence, il nous apparaît justifié de laisser de côté certains facteurs explicatifs pour nous en tenir dans un premier temps aux facteurs cartographiables, quitte, lors d’une séance pédagogique en classe entière, à revenir sur les limites de ces facteurs.

  • 6  Par approche « écologique », nous entendons ici une analyse à partir de données agrégées sur un es (...)

16Par contre, cette approche « écologique »6 appuyée sur l’utilisation d’un SIG nous paraissait intéressante dans la mesure où elle permet de mettre en évidence les phénomènes de continuité spatiale, notamment les phénomènes de diffusion et de contagion qui peuvent s’avérer importants pour expliquer les comportements électoraux.

Construire une étude de cas géohistorique : des hypothèses scientifiques aux choix pédagogiques et didactiques

Choix d’une problématique pour l’étude de cas

  • 7  L’état des lieux le plus récent sur la question se trouve dans l’article de Le Gall, 2005.

17Conscients que la politisation et les choix politiques sont le résultat de facteurs multiples, dont certains jouent à l’échelle locale7 et restent difficilement accessibles par des indicateurs statistiques, il nous a semblé malgré tout possible de bâtir une séquence pédagogique à destination d’élèves de lycée.

  • 8  Introduite à partir de 2001 dans les programmes scolaires, l’étude de cas désigne un type particul (...)

18Dans un souci de transposition didactique, en laissant de côté des aspects qu’il faudrait bien sûr prendre en compte lors d’une recherche universitaire, il s’agissait d’initier des lycéens aux méthodes d’analyse spatiale à l’aide de SIG, tout en leur faisant prendre conscience de l’intérêt de la démarche géohistorique : à partir d’une hypothèse, on choisit des indicateurs et des données spatiales qui serviront ensuite à mettre à l’épreuve la validité de cette hypothèse. Cette démarche est également conforme à l’étude de cas dans l’enseignement de la géographie, qui vise à initier les élèves à la résolution de problème à partir de démarches hypothético-déductives8. De ce point de vue, l’outil SIG n’est pas une simple base de données, mais « une construction technique ad hoc, mise en place pour répondre à une question, pour apporter une solution à un problème » (Joliveau, 2004). Une activité de résolution de problème suppose également une pluralité de réponses et la possibilité de faire des erreurs. Les élèves devaient donc explorer le jeu de données et apporter des éléments explicatifs, quitte à en constater les limites pour saisir une situation complexe.

19Comme en beaucoup de régions françaises, la Révolution apparaît dans la Loire comme un révélateur et un événement fondateur de comportements politiques durables. Elle fait apparaître un contraste entre la plaine, région de grande propriété (exploitée en faire-valoir direct ou en fermage avec une main-d’œuvre de journaliers), qui adopte dès l’origine les changements apportés par la Révolution, et les zones de relief, les « Montagnes du Matin » (Monts du Lyonnais) ainsi que les « Montagnes du Soir » (Monts du Forez), où la moyenne propriété domine, zones plus réfractaires, voire franchement hostiles aux idées républicaines. Les montagnes du Soir se distinguent également par un fort attachement à la religion. La Loire fut de ces départements tôt acquis à la Montagne : en avril 1848 comme en mai 1849, le département envoya à l’Assemblée nationale une majorité de députés montagnards. Toutefois, ces résultats ne reflétaient pas la physionomie politique du département et, dans les campagnes, le coup d’État du 2 décembre 1851 ne se heurta pas à une opposition importante. Le Second Empire fut globalement bien accepté et put s’appuyer sur l’adhésion majoritaire des populations rurales ainsi que sur les notables qui, pour la plupart, se satisfaisaient d’un régime qui garantissait les acquis révolutionnaires, tout en assurant l’ordre et leur prééminence sociale.

20Les élections au Corps législatif de 1869 montrent cependant un détachement d’une partie des électeurs vis-à-vis du régime, notamment à Saint-Étienne, dans les vallées industrielles du Giers et de l’Ondaine, mais aussi dans le Roannais. Si Saint-Étienne résonne des échos de la Commune, les campagnes et les bourgs ligériens accueillent, avec calme mais inquiétude, la chute de l’Empire. Ils élisent à l’Assemblée « une liste d’union libérale et conservatrice, à vrai dire très modérée, puisqu’elle compte parmi ses membres le député républicain sortant Dorian et que deux autres de ses élus prendront vite position contre la monarchie » (Boyer, 1963). Les élections législatives de février 1876 et juillet 1877 marquent, dans le département, le triomphe de la République puisque tous les candidats conservateurs à la Chambre sont battus.

Construction d’un jeu de données adapté à la question posée

21Pour permettre aux élèves d’appréhender ces clivages politiques et leurs traductions spatiales, nous avons donc choisi de leur proposer la problématique suivante : « La circulation des idées, favorisée par la présence de routes, de voies ferrées, de bourgs et l’absence de relief a-t-elle favorisé l’adhésion à la République ? ». Pour répondre à cette question, nous avons constitué un jeu de données comprenant les éléments suivants :

  • - la trame des 331 communes de la Loire (dont une vingtaine ont changé de découpage depuis le XIXe siècle) associée aux résultats électoraux lors des élections législatives de 1876 et 1877 ;

  • - la trame des cantons de la Loire associée aux résultats électoraux lors des élections législatives de 1876 et 1877 ;

  • - les axes routiers principaux et leur date d’apparition ;

  • - les gares et voies ferrées ainsi que leurs dates de mise en service ;

    • 9  Hypothèse formulée notamment dans le chapitre 14, « La campagne dans la ville » de l’ouvrage de We (...)

    - les chefs-lieux de cantons : nous avons repris l’hypothèse d’Eugen Weber9 (Weber, 1983) pour qui il s’agit souvent des pôles (marchés, fonctions administratives…) qui attirent les populations environnantes et donc des lieux de circulation des idées et d’acculturation politique ;

  • - les courbes de niveau.

  • 10  Un géoréférencement consiste en une localisation spatiale d’un objet, d’un phénomène : il s’agit d (...)

22Afin de disposer d’une base cartographique exploitable et réutilisable au format numérique, le choix fut de digitaliser l’Atlas cantonal de la Loire établi en 1887 (Mille, 2006). Cet atlas très complet fournit une série de cartes pour l’ensemble du département de la Loire : 28 cartes détaillées, une pour chacun des cantons à l’échelle 1/40 000 avec des encarts pour les principales villes ainsi qu’une carte récapitulative de l’ensemble des cantons du département à l’échelle
1/150 000. L’Atlas cantonal est conservé par les Archives départementales de la Loire sous format papier. Il a fait l’objet dans un premier temps d’une numérisation par les Archives de la Loire, puis d’un géoréférencement10 par le CRENAM (Université de Saint-Étienne). Une fois scanné, l’Atlas a été géoréférencé dans une projection correspondant aux normes actuelles, afin de pouvoir superposer d’autres couches cartographiques. Le géoréférencement a été réalisé en s’appuyant sur les limites administratives actuelles, même si celles-ci ont parfois pu changer au cours du temps.

 Mettre en œuvre une séance pédagogique à partir de cartes électorales sur la plate-forme GéoWebExplorer

GéoWebExplorer, une plate-forme SIG pour enseigner la géographie

  • 11  La plate-forme GéoWebExplorer a été réalisée par une équipe de géographes, géomaticiens et informa (...)

23L’absence de SIG éducatif adapté à l’enseignement secondaire nous a conduits à concevoir une plate-forme pédagogique facile à prendre en main pour des élèves et des enseignants de collège-lycée (Joliveau, Genevois, 2007). Le choix d’une solution en ligne était destiné à surmonter les difficultés liées aux problèmes d’installation de logiciels et d’accès aux données.
La plate-forme GéoWebExplorer11 permet de créer, de partager et de publier des cours ou des exercices utilisant des techniques géomatiques simples (visualisation, navigation, requêtes, symbolisation). Le principal avantage de cet environnement pédagogique est d’organiser les activités en « étapes » de travail pour l’élève. L’application se présente selon une interface multi-fenêtrage (cf. fig. 1) : au centre, la fenêtre de visualisation donne accès à l’interface cartographique où les cartes s’affichent en fonction des opérations faites par l’élève. Associé à cette fenêtre, une barre d’icônes donne accès aux fonctionnalités SIG (affichage, zoom, sélection, symbolisation, requêtage). À gauche de l’écran figurent les étapes de travail qui permettent à l’élève de suivre un conducteur et de prendre connaissance des tâches qu’il doit effectuer. À chaque étape s’ouvre une sous-fenêtre (pop-up), qui affiche les consignes et les questions. Le menu de travail donne accès aussi au récapitulatif des réponses que l’élève peut compléter ou modifier. À droite de l’écran s’affiche la liste des couches d’information, que l’élève peut activer/désactiver, rendre visible/invisible, monter/descendre, en fonction des choix qu’il doit effectuer.

24L’étude de cas sur la diffusion des idées républicaines dans la Loire au XIXe siècle faisait partie d’une série de quatre études de cas géographiques expérimentées sur la plate-forme, pour lesquels chaque enseignant devait mettre en place un scénario pédagogique (concernant le détail du protocole d’expérimentation, cf Genevois, 2008).

Figure 1 : Interface de la plate-forme GéoWebExplorer vue par l’élève

Figure 1 : Interface de la plate-forme GéoWebExplorer vue par l’élève

Mise en œuvre de la séquence pédagogique

25La séquence a été mise en oeuvreen 2007 et en 2008dans des classes de Première du lycée d’Andrézieux (42). À l’aide d’un vidéoprojecteur, l’enseignant a d’abord fait une brève présentation de ce qu’est un SIG, de la plate-forme GéoWebExplorer et du travail à effectuer. Puis en demi-classe (18 élèves travaillant à 2 par ordinateur), deux heures ont été prévues pour le déroulement d’une activité divisée en trois étapes de difficulté croissante. Dans l’étape 1, l’élève est guidé dans l’utilisation des outils, les questions sont très simples et servent essentiellement à se familiariser avec les fonctionnalités SIG. Dans les étapes 2 et 3, l’élève évolue progressivement vers des questions exigeant plus de réflexion et de nuance, alors qu’une plus grande initiative lui est laissée dans l’utilisation de l’outil. En classe entière s’effectue un retour partiel sur la séquence pour faire le point sur les difficultés rencontrées par certains élèves et pour élargir la réflexion sur la question de la causalité en histoire. Le SIG permet de mettre en évidence des corrélations, mais les relations entre phénomènes ne vont pas de soi. Les électeurs républicains semblent moins nombreux dans les zones de relief : est-ce parce qu’elles sont plus enclavées ? Parce que l’influence de l’Eglise y est plus forte ? Parce que persiste le clivage hérité de la Révolution ?

De l’analyse géographique à la détermination de stratégies spatiales

26Une fois familiarisés avec la géographie électorale de leur département, ces élèves de Première devaient choisir une stratégie pour accroître l’influence des idées républicaines dans la Loire. Sachant qu’ils ne pouvaient disposer que d’un nombre réduit de propagandistes, ils devaient choisir un chef-lieu de canton comme base leur permettant de toucher le plus de communes où les républicains étaient en difficultés aux élections de 1876 et justifier leur choix.

  • 12  Nombreux sont les jeux de ce type, mais on peut citer parmi les plus célèbres et les plus élaborés (...)

27Il est fréquent lors de séquences pédagogiques de géographie utilisant un SIG, de placer les élèves en situation d’aménageurs, devant faire des propositions d’action sur l’espace étudié. C’est une situation qui plait généralement aux élèves et qui ne pose pas de problèmes didactiques puisque la géographie, associée à d’autres sciences humaines, est régulièrement appelée pour aider les acteurs, publics ou privés, à prendre des décisions. La géographie est mise au service de l’analyse spatiale et ses analyses servent souvent de base de réflexion aux aménageurs.
Il n’en va pas de même pour l’histoire. On ne peut faire l’économie d’une interrogation sur la pertinence didactique de placer les élèves dans une situation d’acteurs du passé. L’histoire s’efforce de comprendre le passé à partir des traces laissées par les hommes d’autrefois. L’historien essaie de tenir compte de tous les facteurs qui ont contribué à produire le passé, mais il ne sera jamais un des acteurs du passé. Essayer de se mettre à la place des hommes du passé n’est-il pas vain et inutile pour comprendre celui-ci ? Certains élèves sont peut-être familiers de ces jeux de simulation dans lesquels le joueur, à la tête d’un État à une date donnée, doit gouverner ce dernier. En fonction des décisions prises le cours des événements se rapprochera plus ou moins de l’histoire12. ? Ce qui peut-être amusant dans le cadre d’un jeu vidéo ne doit pas être confondu avec la démarche de l’historien. Ainsi que le fait remarquer Antoine Prost, « l’histoire remonte de l’effet à la cause alors que la science descend de la cause à l’effet (…) L’histoire, elle, ne voit que des effets, chaque fois différents et elle tente de remonter aux sources. Elle est rétrodiction » (Prost, 1996). L’historien peut avancer de multiples explications à l’installation durable des républicains au pouvoir en France à partir de 1876-1877. Il n’en reste pas moins que cette installation durable est un fait. Essayer d’imaginer ce qui aurait pu permettre aux monarchistes de l’emporter nous aide-t-il à comprendre ce fait ? Placer les élèves en situation d’acteurs du passé peut susciter de telles confusions.

28Logiquement, les élèves se sont très vite « pris au jeu ». L’analyse de leurs réponses sur la plate-forme permet de faire plusieurs observations. Tout d’abord ils sont parvenus assez facilement à comparer des cartes à plusieurs échelles. Les élèves ont cependant rencontré plus de difficultés pour hiérarchiser les facteurs explicatifs. Si la plaine du Forez est vite acquise aux idées révolutionnaires et les monts davantage réfractaires, est-ce à cause de l’isolement dû au relief ? Ou la taille des villes, l’implantation d’une gare ou d’une voie de communication importante sont-elles plus déterminantes ? Le risque était bel et bien de tomber dans le déterminisme physique, alors que les structures agraires et sociales pouvaient jouer un rôle aussi important.

29Le changement d’échelle dans la cartographie des résultats électoraux, à savoir le passage de l’échelle cantonale à l’échelle communale, est l’occasion de conduire les élèves à percevoir la complexité du phénomène d’adhésion à la République. Ils peuvent constater qu’au sein d’un même canton, des communes peuvent avoir des comportements électoraux très différents. Telle commune où la majorité des inscrits vote républicain peut être voisine d’une commune où 60 % des inscrits votent en faveur des monarchistes. Dans un canton majoritairement républicain, lui-même voisin d’autres cantons dans le même cas, on observe parfois des communes qui échappent au comportement électoral commun (fig. 2).

Figure 2 : Comparaison du score électoral des républicains en 1876 à l’échelle cantonale et à l’échelle municipale (tutorat sur la Loire au XIXe siècle)

Figure 2 : Comparaison du score électoral des républicains en 1876 à l’échelle cantonale et à l’échelle municipale (tutorat sur la Loire au XIXe siècle)

30Il est intéressant de faire réfléchir les élèves sur les communes qui semblent échapper au comportement électoral général. Alors que les communes de la plaine accordent le plus souvent la victoire aux républicains (lors des élections de 1876 et 1877, nombre d’entre elles votent républicain à plus de 50 % des inscrits), on constate quelques exceptions comme Grézieux-le-Fromental, Veauchette ou Saint-Paul d’Uzore. Ces communes apparaissent comme des îlots conservateurs, dans lesquelles les candidats monarchistes obtiennent les voix de plus de 80 %, voire 90 % des votants. Comment expliquer cela ? Les élèves ont été conduits à faire des requêtes sur la table attributaire afin de déterminer le poids démographique de ces communes. Elles comptent seulement 30 à 70 électeurs inscrits. Ces scores monarchistes élevés en pourcentages ne représentent qu’une part minime de la population électorale de la plaine. Ces comportements s’expliquent par des configurations propres à chaque commune, à savoir l’influence maintenue de quelques grands propriétaires. Un demi-siècle après la période que nous étudions, de tels comportements pouvaient perdurer ainsi que le constate Monique Luirard :

31« À Grézieux-le-Fromental, commune de 126 habitants, le terroir est possédé presque en entier par la famille De Vazelhes qui détient la mairie depuis un demi-siècle. Aux législatives de 1936, au premier tour 40 votants : 30 voix se portent sur le candidat de l’URD, 2 voix sur le candidat radical. Huit votants manifestent leur indépendance d’esprit relative en mettant dans l’urne des bulletins blancs ou nuls. Tout le monde vote comme le propriétaire. Seuls se distinguent ceux qui n’en dépendent pas : le facteur, le mari de la garde-barrière. » (Luirard, 1980, p. 53).

32On touche là une des limites heuristiques de la cartographie thématique. L’ensemble des facteurs de nature à expliquer l’adhésion à la République, ou son refus, ne sont pas tous cartographiables. Par ailleurs, les limites des circonscriptions administratives ne sont pas forcément pertinentes pour appréhender le phénomène étudié. On constate ainsi que les zones où les républicains font des scores supérieurs à 50 % des inscrits constituent des espaces dont les limites ne coïncident pas avec les limites cantonales. L’intérêt du SIG est de permettre de s’affranchir de ces limites.

  • 13  Un outil comme Géoanalyste (téléchargeable gratuitement sur le site du CRENAM - Université de Sain (...)

33Pour cela, les élèves étaient conduits à tracer des zones-tampons autour des chefs-lieux de canton. La construction d’une zone-tampon (buffer) relève des fonctions de base d’analyse spatiale au sein d’un SIG. Ici l’objectif était d’établir la zone d’influence des villes et de déterminer si la proximité ou l’éloignement d’une ville intervenait comme facteur explicatif dans la diffusion des idées républicaines. Mais le choix du rayon de cette zone d’influence restait délicat, en tous cas à l’appréciation des élèves (fig. 3). Surtout la plate-forme ne permettait pas de créer dynamiquement une nouvelle couche d’information à partir de la fusion des communes enregistrant un score républicain supérieur à la moyenne départementale, ce qui aurait permis aux élèves d’aller plus loin dans l’analyse à partir de ce nouvel objet géographique13.

Figure 3 : Zones-tampons pour s’affranchir des limites de circonscriptions électorales (tutorat sur la Loire au XIXe siècle)

Figure 3 : Zones-tampons pour s’affranchir des limites de circonscriptions électorales (tutorat sur la Loire au XIXe siècle)

34Malgré ces limites, l’expérimentation a permis aux élèves de faire des choix spatiaux, notamment lorsqu’il leur était demandé de choisir un chef-lieu de canton pour accroître les idées républicaines. Certains élèves, appuyant leur raisonnement uniquement sur la carte des voies de communication ou celle du relief, ont choisi un chef-lieu implanté sur la route nationale qui traverse le département dans le sens Nord-Sud (par exemple Roanne) ou dans une zone de contact entre la plaine et les monts du Forez (par exemple Montbrison). D’autres, au contraire, ont cherché à croiser les informations, en portant leur choix sur un chef-lieu également doté d’une gare, voire de plusieurs gares (par exemple Saint-Étienne). La réponse la plus répandue – et en soi significative - était qu’il fallait « construire des nationales et des gares dans les montagnes pour briser leur isolement » ! D’autres élèves ont raisonné sur un principe simple de centralité : dans un département allongé comme la Loire, il convient de choisir un point central : la ville de Montbrison est exactement le chef-lieu de canton qui convient entre Saint-Étienne et Roanne, au contact de la plaine du Forez et des monts du Forez. Qui plus est, la ville est déjà acquise aux idées républicaines et elle est au croisement de routes nationale et départementale : il n’y a pas besoin d’un SIG pour le découvrir ! Quelques-uns plus astucieux ont essayé de raisonner spatialement, en sélectionnant les villes qui étaient bien dotées en infrastructures de transport et qui, en même temps, étaient entourées de communes non encore acquises aux idées républicaines. Partant du principe que l’implantation d’un « Q-G républicain » ne pouvait se faire sans base arrière de repli, en cas de résistance monarchiste, ou que les communes monarchistes ne pouvaient se rallier que par grignotage « à partir de cantons déjà républicains », ces élèves ont véritablement cherché en mettre en œuvre des stratégies spatiales. Ils ont pu ensuite vérifier, en mesurant le taux d’évolution du vote républicain aux élections législatives de 1877, si leur stratégie avait été payante ou non. Ainsi les élèves s’initiaient à la pensée complexe et découvraient qu’il n’y avait pas plus de causalité unique en histoire que de déterminisme spatial en géographie.

Conclusion

35La plateforme GéoWebExplorer a été conçue comme un prototype pour initier les enseignants et les élèves de lycée aux Systèmes d’information géographique. Depuis 2004, date de sa conception, les environnements de visualisation et de traitement de l’information géographique ont considérablement évolué, intégrant de nouvelles interfaces de visualisation et des fonctions plus poussées en terme d’analyse spatiale. Conscients de ces limites, nous envisageons le développement d’une nouvelle plate-forme SIG éducative qui intègre ces évolutions. Parallèlement à cette nouvelle application, il faudrait enrichir le jeu de données en intégrant des statistiques électorales sur une période plus longue allant du milieu du XIXe à nos jours, pour mesurer les permanences et les ruptures sur le long terme. D’autres données socio-économiques et démographiques pourraient également venir compléter le jeu de données déjà constitué, par exemple les données issues de la Statistique générale de la France au XIXe siècle donnant des informations sur le nombre et le profil des emplois par commune.

36Malgré ces nécessaires évolutions, il semble que l’étude de cas géohistorique que nous avons pu conduire ouvre des pistes d’activités pédagogiques pour renouveler l’enseignement de l’histoire-géographie en lycée. Au travers de cette expérimentation, nous avons pu montrer que l’usage du SIG conduisait les élèves à faire leurs propres observations géographiques, au lieu d’utiliser celles faites par d’autres. Surtout la mobilisation d’un SIG historique est à même de les initier à un raisonnement spatial en histoire. Là réside la principale originalité de cette étude de cas géohistorique : faire réfléchir les élèves à différents types de causalités à partir d’une approche spatiale des phénomènes historiques. L’objectif était de s’émanciper du déterminisme historique et géographique. Comme nous avons pu le montrer, les informations retenues dans le SIG orientent largement les analyses, de sorte qu’il est nécessaire de discuter du choix initial des données. Les procédures de requêtes spatiales ou attributaires permettent d’établir des corrélations, mais elles ne se substituent aucunement à la construction d’un raisonnement par l’utilisateur et à la recherche de causalités complexes.

Haut de page

Bibliographie

Atlas cantonal de la Loire, Planches de l’atlas cantonal et interprétation géo-historique, 1887, Archives départementales de la Loire (sous forme de CD-ROM).

BOIS P., 1960, Paysans de l'Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l'époque révolutionnaire dans la Sarthe, Flammarion, 716 p.

BOULANGER P., TROCHET J.-R., (dir), 2005, Où en est la géographie historique ? Paris, L’Harmattan, collection Géographie et cultures, 350 p.

BOYER L., 1963, Les élections politiques dans le département de la Loire au temps de l’Assemblée nationale et du maréchal Mac Mahon, Paris, Sirey, Annales de l'Université de Lyon, 216 p.

BUSSI, M., 1998, Eléments de géographie électorale. L’exemple de la France de l’Ouest, Rouen, Presses Universitaires de Rouen, 400 p.

BUSSI M., BADARIOTTI D., 2004, Pour une nouvelle géographie du politique. Territoire- Démocratie - Elections, Paris, Anthropos, Collection Villes-Géographie, 302 p.

BUSSI M. et RAVENEL L., Écologistes des villes et écologistes des champs : analyse spatiale de l’implantation en France des partis écologistes et « Chasse Pêche Nature et Traditions », Cybergéo, 2th European Colloquium on Quantitative and Theoretical Geography.St-Valery-en-Caux, France, September 7-11, 2001. St-Valery-en-Caux, France, September 7-11, 2001, http://www.cybergeo.eu/index4269.html

GENEVOIS S., 2008, Quand la géomatique rentre en classe. Usages cartographiques et nouvelle éducation géographique dans l’enseignement secondaire, Thèse de doctorat, Université de Saint-Etienne, UMR 5600, <http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00349413/fr/>

GRATALOUP C., 2005, Géographie historique et analyse spatiale : de l’ignorance à la fertilisation croisée, in BOULANGER P., TROCHET J.-R., (dir), 2005, Où en est la géographie historique ? Paris, L’Harmattan, collection Géographie et cultures, p. 33-41.

GREGORY I. N., 2002, A Place in History: A Guide to Using GIS in Historical Research, History Data Service, <http://hds.essex.ac.uk/g2gp/gis/index.asp>

GREGORY I. N., Ell, P., 2008, Historical GIS: Technologies, Methodologies, and Scholarship, Cambridge Studies in Historical Geography, 240 p.

JOLIVEAU T., 2004, Géomatique et gestion environnementale du territoire. Recherche sur un usage géographique des SIG, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Rouen, 504 p.
JOLIVEAU T., GENEVOIS S., 2007, Une plateforme pédagogique collaborative pour enseigner la géographie au lycée. Analyse, principes et mise en œuvre, Conférence Québéco-Française pour le Développement de la Géomatique (CQFD-Géo), SAGEO 2007, Rencontres internationales Géomatique et territoire, Clermont-Ferrand, 15, <http://www.emse.fr/site/SAGEO2007/CDROM/CQFD09.pdf>

KNOWLES A. K., 2002, Past Time, Past Place: GIS for History, Esri Press, 250 p.
KNOWLES A. K., 2005, Historical Uses of GIS, Paper delivered at PACSCL symposium, “Future Foundations: Mapping the Past: Building the Philadelphia GeoHistory Network” <http://www.philageohistory.org/geohistory/symposium/resources/knowles_friday.pdf>

KNOWLES A.K. (ed.), 2000, Historical GIS: The Spatial Turn in Social Science History, Social Science History. Special Issue, 24, 3, p. 451-470.

LANCELOT A., 1974, Sociologie électorale, chapitre de l’Encyclopedia Universalis, p. 5-9.

LUIRARD M., 1980, La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (1936-1951), Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 1024 p.

LE BRAS H., 2002, Une autre France : votes, réseaux de relations, classes sociales, Paris, Odile Jacob, 224 p.

LE GALL L., 2005, Des processus de politisation dans les campagnes françaises (1830-1914) : esquisse pour un état des lieux, in CARON J-C, CHAUVAUD F., Les campagnes dans les sociétés européennes (France, Allemagne, Espagne, Italie) 1830-1930, Rennes, PUR.

MILLE S, 2006, Introduction géohistorique à l’Atlas cantonal de la Loire de 1887. CD-ROM. Texte et cartes de l’exposition, juin-septembre 2006, Saint-Étienne, Archives Départementales de la Loire, Conseil Général de la Loire.

PROST A., 1996, Douze leçons d’histoire, Paris, Éditions du Seuil, collection Points, 334 p.

RAVENEL L., 2003, Vote et distance aux villes lors des présidentielles de 2002, Université de Caen.

SALMON F, 2001, Atlas électoral de la France 1848-2001, Paris, Le Seuil, 94 p.

SEIGNOBOS C., 1921, L’histoire de la France contemporaine, depuis la Révolution jusqu'à la paix de 1919 (en coll. Avec E. Lavisse), Paris, Hachette.

SIEGFRIED A., 1913, Tableau politique de la France de l’ouest sous la IIIe République, Paris, Armand Colin, réédition 1964, 536 p.

WEBER E., 1983, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, Édition Recherches, 848 p.

Haut de page

Notes

1  Pour C. Grataloup (2005), la géographie historique développe une approche strictement géographique des sociétés anciennes, tandis que la géohistoire relève plutôt d’une « fertilisation croisée » entre l’histoire et la géographie. La géohistoire mêle davantage l’organisation du temps et de l’espace, pour s’intéresser aux permanences et aux changements spatio-temporels des sociétés.

2  Selon une enquête nationale de l’INRP réalisée en 2007 auprès de 862 enseignants de collège-lycée, moins de 10% des enseignants interrogés utilisent un SIG avec leurs élèves. Pour consulter le rapport d’enquête : http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/geomatique/enquete2007

3  Comme le notent Bussi et Badariotti (2004, p. 238), « grâce aux SIG, la confrontation de données électorales avec des données socio-économiques fines ou avec des données d’occupation du sol devient possible ». Mais en histoire, il n’est pas toujours possible de disposer de données aussi précises.

4  Charles Seignobos, dans L’histoire de la France contemporaine, consacre un livre à la révolution de 1848, qui est une étude des attitudes politiques de chaque région à travers les résultats électoraux des années 1848-1852.  

5  On peut citer par exemple, pour la période contemporaine, l’article de Bussi et Ravenel, 2001.

6  Par approche « écologique », nous entendons ici une analyse à partir de données agrégées sur un espace. Nous ne traitons pas des problèmes d’erreur ou d’inférence écologique, liés aux fausses corrélations établies à partir d’agrégations d’individus.

7  L’état des lieux le plus récent sur la question se trouve dans l’article de Le Gall, 2005.

8  Introduite à partir de 2001 dans les programmes scolaires, l’étude de cas désigne un type particulier de démarche d’apprentissage où l’élève doit appréhender un problème complexe, afin de développer un raisonnement de type systémique, à l'aide d'une problématique de recherche et de réflexion. En principe, l’étude de cas est réservée aux classes de seconde et de première. Mais on peut noter que les nouveaux programmes publiés en 2008 introduisent ce type de démarche également au niveau du collège, signe que les finalités intellectuelles et civiques assignées à l’étude de cas tendent à faire leurs preuves dans l’enseignement de la géographie.

9  Hypothèse formulée notamment dans le chapitre 14, « La campagne dans la ville » de l’ouvrage de Weber, 1983.

10  Un géoréférencement consiste en une localisation spatiale d’un objet, d’un phénomène : il s’agit de donner à une couche raster un référentiel cartographique, référentiel qui se définit par un système de projection et des points de calage connus dans le système choisi.

11  La plate-forme GéoWebExplorer a été réalisée par une équipe de géographes, géomaticiens et informaticiens du CRENAM/CNRS (UMR 5600/Université de Saint-Etienne). Le travail a été réalisé en partenariat avec la société ESRI dans le cadre du projet Gewed financé par le Ministère de la Recherche.
La plate-forme développée à partir d’ARC-IMS (ESRI) est installée à l’université de Saint-Etienne.
Site web de la plate-forme : <http://crenam56.univ-st-etienne.fr/GéoWebExplorer/>

12  Nombreux sont les jeux de ce type, mais on peut citer parmi les plus célèbres et les plus élaborés en terme de volonté de construire un modèle prenant en compte tous les éléments censés contribuer à influencer le cours de l’histoire, le jeu « Civilization ».   

13  Un outil comme Géoanalyste (téléchargeable gratuitement sur le site du CRENAM - Université de Saint-Étienne http://portail.univ-st-etienne.fr/geoanalyste-version-1-0-73567.kjsp ) permet de croiser des requêtes spatiales et attributaires : ainsi les élèves auraient pu déterminer des types de villes (en fonction de leur taille, de leur profil d’activité,…), avant de tracer une zone-tampon pour mesurer leur influence éventuelle dans la diffusion des idées républicaines. Ils se seraient rendus compte que la ville la plus importante et la plus industrialisée du département (Saint-Etienne) n’était pas forcément la plus républicaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Interface de la plate-forme GéoWebExplorer vue par l’élève
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7540/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 2 : Comparaison du score électoral des républicains en 1876 à l’échelle cantonale et à l’échelle municipale (tutorat sur la Loire au XIXe siècle)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7540/img-2.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 3 : Zones-tampons pour s’affranchir des limites de circonscriptions électorales (tutorat sur la Loire au XIXe siècle)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7540/img-3.png
Fichier image/png, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Genevois, Philippe Briat, Thierry Joliveau et Adrien Méon, « Enseigner l’histoire-géographie à partir d’une étude de cas géohistorique », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 249-257.

Référence électronique

Sylvain Genevois, Philippe Briat, Thierry Joliveau et Adrien Méon, « Enseigner l’histoire-géographie à partir d’une étude de cas géohistorique », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 18 mars 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7540 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7540

Haut de page

Auteurs

Sylvain Genevois

Chargé d’étude et de recherche (INRP). Docteur en géographie (UMR 5600)sylvain.genevois@inrp.frhttp://eductice.inrp.fr/EducTicehttp://sgenevois.free.fr

Philippe Briat

Professeur agrégé d’histoire. Lycée d’Andrézieux (42), Doctorant (LER, Université Lumière-Lyon II)philippe.briat@ac-lyon.fr

Thierry Joliveau

CRENAM, Université de Saint-Étienne, UMR 5600 thierry.joliveau@univ-st-etienne.fr

Adrien Méon

CRENAM, Université de Saint-Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org