Navigation – Plan du site
Géohistoire

Ce que le temps fait aux formes planimétriques

Du péché originel de l'analyse de morphologie agraire à sa réhabilitation
What time does to planimetrical forms. From the original sin of agrarian morphology to its rehabilitation
Gérard Chouquer
p. 217-226

Résumés

L’analyse dite de morphologie agraire est passablement discréditée depuis longtemps en géographie, en histoire et en archéologie. Les causes sont dues à une espèce de « péché originel » car, dès les XVIIIe et XIXe siècles, on voulait pouvoir lire dans les formes des fonctions, des origines typologiques et des ethnies. L’article exploite les résultats de recherches en France et en Italie où l’analyse des formes est insérée dans une démarche archéogéographique qui articule des travaux d’archéologie, de géoarchéologie, d’histoire et de géographie. Les résultats sont dérangeants, en ce sens qu’ils proposent des objets très différents de ceux qui sont admis dans les travaux de synthèse. Il est possible de montrer que les questions posées n’ont plus de rapport avec les lointains déterminismes qu’on voulait mettre en œuvre aux origines de l’analyse de morphologie agraire. Et on pourrait ainsi prochainement passer du péché originel de la pratique de morphologie agraire à sa réhabilitation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans l’étude des anciennes planimétries et de leur dynamique, la pratique des plans et des cartes anciennes passe pour être bien connue et ne plus guère poser de problèmes épistémologiques et méthodologiques. Mais la réalité est assez différente : si les cartes et les plans sont censés passer la rampe en tant que documents, sur la base d’une idée de Marc Bloch qui en avait très intelligemment promu l'emploi pour l'historien (Bloch, 1929 ; 1988), l’analyse morphologique des planimétries qui, elle, en exploite le contenu, fait toujours l’objet d’une critique attentive et d'une extrême prudence chez une grande partie des chercheurs, historiens et archéologues, quand elle n'est pas purement et simplement délaissée. Chez les géographes, la critique de la description en géographie agraire avait fait partie des remises en cause des pans estimés les plus dépassés de la géographie dans les années 1960 et 1970, ou au moins d'une forte relativisation. R. Brunet (1974) écrivait à propos de l'analyse physionomique des paysages : « on voit mal qu'elle puisse dépasser le stade de la description-classification et accéder même à une véritable morphologie ».

2Dans cet article, à partir de quelques exemples qui montrent comment nos catégories sont réinterrogées par de nombreux travaux récents, je souhaite rechercher les raisons de fond de cette distance qui tiennent, on le verra, à des origines très lointaines, source d'une espèce de péché originel. Mais, devant les nouveautés que produisent les recherches les plus récentes et que synthétise, aujourd'hui, l'archéogéographie, je souhaite dire que les termes se déplacent de plus en plus. Autrement dit, je soutiens que du péché originel nous pourrions bientôt passer à une réhabilitation de l'analyse morphologique des planimétries. La condition est d’accepter l’idée que cette étude est un espace de contact par rapport aux disciplines bien centrées, et que c'est dans ces marges qu'on peut recomposer les savoirs.

Continuités géographiques et discontinuités historiques

3On commence à disposer de dossiers relativement diversifiés grâce auxquels les termes de la question connaissent une modification sensible. Pour ouvrir ce développement, j'utilise une photographie aérienne oblique réalisée à Genlis en Côte-d'Or, parce que l'expression du problème y est immédiate (fig. 1 et 2).

Figure 1 : Genlis (France, Côte-d'Or).

4Mise en évidence, par des indices phytographiques sur des prairies desséchées, d'un parcellaire de type coaxial, daté de l'Âge du Fer par des sondages archéologiques.

Cliché G. Chouquer.

Figure 2 : Genlis (France, Côte-d'Or).

Interprétation de la forme planimétrique : en noir les informations de type archéologique, en gris, les informations de type géographique qui sont de même orientation que le parcellaire de l'Âge du Fer.

5Sur cette photographie, on voit des traces archéologiques d'un parcellaire de l'âge du Fer et du début de l'époque romaine, sous la forme de traces fossiles dans des prairies desséchées, surlignées sur le schéma interprétatif. Mais ces traces archéologiques se prolongent, exactement comme s'il n'y avait pas de hiatus temporel, sous la forme de certaines limites géographiques actuelles : chemin, limites parcellaires. La forme en plan exprime donc une cohérence ou une continuité que la datation contredit fortement. Il est donc évident que la dynamique doit être sollicitée pour rendre compte de cette contradiction apparente. L'exemple appartient à une zone où la construction du parcellaire et de la voirie dans la longue durée s'appuie sur une trame mise en place au moins au second Âge du Fer (Chouquer 2009).

6Voici un autre exemple, tout aussi démonstratif. Il s'agit cette fois de la planimétrie de la plaine du Finage, au sud-ouest de Dole (Jura), où un très typique openfield laniéré a existé à l'époque moderne, jusqu'aux transformations en champs ramassés des derniers remembrements et réaménagements fonciers dans la seconde moitié du XXe s. (fig. 3). Dans la présentation courante en géographie historique, en archéologie et en histoire médiévales, de tels openfields de la France de l'est et du nord-est sont présentés comme étant des morphologies agraires de rupture, issues de planifications dessinant un paysage secondaire, parce que différent du paysage primaire de la protohistoire et de l'Antiquité (en dernier lieu, voir Verhulst, 1995). Or, dans l'exemple jurassien, l'archéologie a mis en évidence un fait troublant : plusieurs des lignes maîtresses de cette architecture (4 sur 5 cas étudiés), à savoir les chemins et les fortes limites parcellaires qui ordonnent les quartiers de culture et l'orientation du laniérage, sont d'origine antique, ce qui interdit désormais de dire que la forme visible de cet openfield serait une pure création médiévale. C'est, de préférence, une reprise d'axes antiques et une élaboration du parcellaire étalée dans le temps.

7Dans une telle planimétrie, tenter de discerner ce qui est antique, ce qui est médiéval et ce qui est moderne, n'a plus guère de sens si l'on reste au niveau de la forme globale et si l'objectif est d'attribuer la forme à telle ou période. La planimétrie traduit une dynamique permanente. Elle est chargée d'héritages inégaux et les modalités de transmission et de transformation empêchent de pouvoir en faire l'histoire, si l'on entendait par là, extraire de l'ensemble des formes des éléments qui seraient attribuables à chaque période, par types.

Figure 3 : Tavaux (France, Jura).

Les formes intermédiaires de cette planimétrie, qui a été un openfield laniéré des plus classiques, remontent pour une grande part à l'Antiquité romaine. Les axes notés "antique, 1 à 5" ont été fouillés et ont donné des fossés ou des chemins antiques. Seul l'axe 5 est discordant avec les formes ultérieures. Les autres sont donc d'origine antique. L'openfield ne peut donc ici être une planification médiévale, si on entend par là une pure création. Il reprend une structure plus ancienne.

L'expérience des centuriations de la vallée du Rhône

8C'est sur le terrain de la recherche des centuriations romaines que les stimulations les plus intéressantes sont apparues. Dans les années 1990, les travaux d'analyse des formes planimétriques et de géoarchéologie ont abouti à l'élaboration d'un modèle de transmission de l'information planimétrique dans la durée que résume le schéma de Pierrelatte (fig. 4). Sur ce site, des observations archéologiques similaires ont été faites à l'emplacement de haies vives actuelles : l'origine de celles-ci remonte à l'époque antique, et une série de creusements et de colmatages, que raconte la géoarchéologie, explique la transmission (les échelles entre les coupes et la surface n'ont pas été respectées pour rendre les coupes lisibles). Il se trouve que les deux premiers fossés antiques, situés à l'origine de cette succession d'abandons et de reprises, doivent leur orientation à la mise en place de la centuriation romaine de 36-35 av. J.-C., celle qui a réalisé la division des terres pour lotir les colons. En raison de cette histoire, la planimétrie actuelle, bien que différente, transmet l'orientation et la métrique du parcellaire antique. Malgré les changements, notamment la succession de systèmes agraires fort différents tout au long des siècles, et même grâce à ces mutations, une information géographique se transmet et persiste.

Figure 4 : Pierrelatte (France, Drôme).

L'origine des haies vives visibles dans le paysage actuel remonte à l'époque antique, et une série de creusements et de colmatages que raconte la géoarchéologie explique la transmission (les échelles entre les coupes et la surface n'ont pas été respectées pour rendre les coupes lisibles). C'est la raison pour laquelle il est possible de dire que la planimétrie actuelle transmet l'orientation et la métrique du parcellaire antique.

9Ce schéma n'est pas fondamentalement différent de ce qui a été observé dans le Finage jurassien ou à Genlis en Côte-d'Or. Les plus anciennes créations de fossés, dans l'Antiquité, génèrent des lignes planimétriques qui, on a la surprise de le constater, sont constamment reprises, malgré les comblements, jusqu'à l'étape actuelle de la transmission. En effet, aujourd'hui, sur le sol, alors qu'il y a eu une série de colmatages et de recreusements des fossés, des haies d'arbres signalent encore l'emplacement et l'orientation des plus anciens fossés. Nous sommes donc invités, dans ce cas, à lire la planimétrie antique à travers les héritages qu'elle a légués.

10Mais un autre schéma est également apparu, plus troublant, plus imprévisible, parce qu'il souligne une forme inversée de la dynamique. C'est le cas de la fouille de Bollène, au lieu-dit les Bartras (fig. 5). Alors que le réseau quadrillé de la centuriation antique est certain, on constate que le kardo maximus de la trame, qui devrait être une voie d'importance puisque c'est le “pivot” du système, n'était pas matérialisé dans l'Antiquité. Les sondages des archéologues ne l'ont pas rencontré. Le fait s'explique car la fouille a concerné une zone de confluence de paléochenaux qui était sans doute une zone humide, peut-être à éviter. Ce n'est donc pas l'absence du kardo qui étonne vraiment. Ce qui surprend, c'est qu'un modeste ruisseau régularisé à l'époque moderne puisse emprunter sur plus de 400 m le tracé exact du kardo, qu'il fasse un coude à angle droit au 2e decumanus et ainsi de suite. Ce constat nous force à poser l'hypothèse que le kardo maximus et le 2e decumanus ont constitué, en ce lieu précis, une virtualité de la planimétrie qui n'est devenue matérialité que 17 ou 18 siècles après l'époque de création de la centuriation. Nous ne savons pas encore expliquer convenablement les modalités de ce que nous observons : comment cela s'est-il produit ? quel est l'élément qui a assuré la transmission de l'information ? comment fonctionne cette mémoire des formes au niveau des planimétries ?

Figure 5 : Bollène (France, Vaucluse).

Au lieudit "les Bartras", la fouille d'une zone d'emprise a apporté des informations sur l'état antique du sol : le kardo maximus n'est pas matérialisé à l'origine, alors que son tracé est repris par un cours d'eau 17 ou 18 siècles plus tard.

11Nous devons observer qu'une centuriation romaine se construit avec le temps et que les éléments qui la composent, en surface, ne sont pas antiques. Je n'entre pas dans les détails des conséquences de ce phénomène, mais elles sont majeures. J'en indique seulement quelques-unes. Par exemple, nous devons poser l'idée que la reconstitution des grilles de ces carroyages antiques que nous élaborons à partir de cartes et de photographies aériennes, passe par des héritages complexes. D'un certain point de vue, celui des disciplines établies, centrées sur un objet donné ou sur une période, cela les fragilise. En effet, nous devons reconnaître que l'espoir d'atteindre une image acceptable de ce qu'était la planimétrie à l'époque antique recule d'autant. Qui pourrait, devant de tels schémas, reconnaître, sans fouilles et sans sondages, les éléments vraiment antiques de ceux qui sont postérieurs, bien que dictés par la forme ? Or c'est la cohérence de l'image géographique qui assure l'identification de la forme, alors que les éléments qui la composent sont, eux, disparates. De cet autre point de vue, celui de la discipline archéogéographique, désormais sans centre unique et sans objets à bords francs (Latour, 1999), c'est une richesse, car cela ouvre sur une meilleure compréhension de la nature des dynamiques. Je reviendrai sur ce point théorique en fin d'article.

Un nouveau chapitre en Vénétie et Romagne

12Il faut aller plus loin encore, ce à quoi nous invitent les résultats des recherches françaises et italiennes qui se poursuivent, en ce moment, dans deux régions voisines d'Italie du Nord, la Vénétie et la Romagne.

13C'est une chronique où les rebondissements scientifiques ne manquent pas. La question posée est la suivante : pourquoi les centuriations de Romagne (Faenza, Lugo, Cesena, par exemple) et celle de Padoue sont-elles si “parfaites” en termes de morphologie visible en surface ? Il suffit en effet de regarder une carte ou une image aérienne de la région pour être frappé par l'excellence de la trame (fig. 6). On parle alors couramment de conservation extraordinaire de la centuriation et les historiens versent ces images au dossier de l'histoire de Rome. Mais cette formulation, on le devine aisément, est une façon de ne pas voir le problème. Comment serait-il possible que des centuriations, dont certaines passent pour avoir été mises en place dans la première moitié du IIe s. av. J.-C., aient pu demeurer aussi parfaites durant 2200 ans ? L'histoire se serait-elle arrêtée ? Ne se serait-il rien produit, aucune transformation foncière, agraire, viaire ? C'est proprement impossible.

Figure 6 : Extrait de la Carte technique régionale de Villanova de Camposampiero, au nord de Padoue

Figure 6 : Extrait de la Carte technique régionale de Villanova de Camposampiero, au nord de Padoue

14C'est la raison pour laquelle Claire Marchand, exploitant des schémas italiens que je lui avais fournis, a publié en 2003 une étude au titre programmatique : « Des centuriations plus belles que jamais » (Marchand 2003). C'est également pour la même raison que j'ai lancé l'hypothèse, lors d'une conférence publique à Trévise en octobre 2004, que c'était le Moyen Âge et l'époque moderne qui avaient construit ces trames. J'étais convaincu que le schéma observé dans la vallée du Rhône avait dû se produire ici à un niveau plus fort, expliquant la régularité. Avec Cédric Lavigne, qui avait produit une synthèse sur la planification agraire médiévale (2002), et avec Robin Brigand, dont je définissais la thèse à ce moment, nous envisagions le rôle des fondations médiévales et modernes, si nombreuses dans ces régions. L'idée commençait à se faire jour que c'était la colonisation agraire du Moyen Âge et celle de l'époque moderne (Brigand, 2006 et 2007 ; Chouquer, 2007a) qui avait matérialisé des trames antiques, réalisant leur potentiel. Nous pensions que cette idée offrirait une possible démonstration de ce que nous nommions « auto-organisation des formes dans la durée », concept dont Claire Marchand avait magistralement traité dans sa thèse (2000), en ce sens que des interventions ponctuelles postérieures, ne prenant pas en charge la globalité de la trame, mais la construisant par secteurs, finissaient malgré tout, et involontairement, par construire toutes les trames de Romagne et de Vénétie. Le cas de la Romagne dépassait l'entendement, puisque la centuriation forme une grille unique sur plus de 60 km d'extension !

15Les premiers résultats des travaux de Robin Brigand (2006 ; 2007) ont confirmé le fait que la part du Moyen Âge et, surtout, de l'époque moderne, avait été décisive dans la construction des trames. Par exemple, dans les centuriations situées au nord de Venise, la relation de la grille avec les aménagements provoqués par les villas de l'aristocratie vénitienne, au moment où cette dernière réinvestit la Terre Ferme (grosso-modo XVe-XVIIIe s.), parait très étroite. Par la gestion de l'eau et des communications, par la redéfinition du foncier (c'est le temps des « estimes »), les interventions médiévales et antiques ont permis au schéma géométrique de lointaine origine romaine de se diffuser. Finalement, on se rendait à l'évidence suivante : le jeu des transmissions faisait qu'en surface, ce qu'on voyait était bien peu romain, bien que la forme visible soit générée par l'arpentage de cette lointaine époque.

16En 2007, deux chercheurs italiens, une archéologue, Carlotta Franceschelli et un géologue, Stefano Marabini, ont alors publié un ouvrage décisif (Franceschelli et Marabini, 2007). Ils démontraient que dans la plaine de Romagne, autour de Lugo, là où la centuriation est d'apparence parfaite, la puissance des sédiments recouvrant les niveaux romains pouvait atteindre 5 à 8 m. Si ces recouvrements étaient nuls ou faibles au pied de l'Apennin et au début de la plaine padane, plus on allait vers le Nord et le Nord-Est, c'est-à-dire dans le sens de la pente, plus la puissance de l'enfouissement augmentait. Ce constat obligeait à reconnaître que, dans certains cas, on ne devait peut-être plus imaginer une transmission de la centuriation du fond vers la surface au cours d'épisodes successifs, selon le schéma de Pierrelatte, et qu'il fallait trouver autre chose. Grâce à cette étude, on pouvait poser la question de la dynamique des centuriations de façon plus ferme, en envisageant un autre schéma.

17Or, pour expliquer cette redoutable question, les deux chercheurs n'ont apporté d'hypothèse que pour la très petite centuriation de Bagnacavallo (une dizaine de centuries et une orientation discordante de celle de la centuriation générale) en proposant une datation d'époque carolingienne, en raison des possessions foncières de l'église de Ravenne dans ce lieu. On peut cependant lire dans leur ouvrage (p. 153) l'amorce d'une explication générale qu'ils ne nomment pas encore clairement et ne développent pas : ils expriment en effet l'idée que la phase communale (comprendre les XIVe et XVe siècles) est une période importante de restitution des centuriations en raison des aménagements de cette époque. Je souscris complètement. Mais au lieu d'une simple allusion à la phase communale, je crois qu'il faut appeler le phénomène par son nom et lui consacrer toute l'ampleur qu'il mérite : il s'agit d'une colonisation agraire particulièrement puissante appuyée sur des fondations de villeneuves et sur des assignations avec divisions, dont la découverte est redevable... à l'analyse des formes. Je vais y revenir. Cette réserve étant dite, grâce au stimulus de ce travail géoarchéologique, j'ai alors repris et amélioré l'hypothèse que j'avais formulée en 2004 et je l'ai présentée à Coimbra en mai 2008, sous la forme du schéma suivant (fig. 7).

Figure 7 : Modalités de transmission de la forme centuriée antique dans la planimétrie actuelle, d'après le cas de la Romagne en Italie.

Figure 7 : Modalités de transmission de la forme centuriée antique dans la planimétrie actuelle, d'après le cas de la Romagne en Italie.

18Dans le bloc-diagramme du haut, j'imagine que le niveau romain est continu bien que de plus en plus profondément enfoui et je suppose que la transmission du fond vers la surface obéit à un schéma du type de celui de Pierrelatte. En surface, je dessine la centuriation pour mettre en évidence le décalage de plus en plus grand avec le niveau antique. Pour des puissances de 5 à 8 m de recouvrement, il faut sans doute suivre l'avis des archéologues italiens et se demander quelle est la validité du schéma de transmission verticale. C'est pourquoi je propose le second schéma, celui qui imagine que la transmission de la centuriation antique puisse se faire également en surface, par construction latérale progressive de la grille. En réalité je crois qu'il faut mêler les deux et imaginer des processus très complexes suivant les lieux. Il y a à cela plusieurs raisons : la réalisation antique devait être elle-même de niveau différent selon les lieux, et cela nous ne le savons pas ; l'enfouissement n'est pas régulier ; enfin, les opportunités de réactivation ou de création de la trame antique ont également connu des variations.

19Mais le fait semble acquis : une partie des centuriations de Vénétie et de Romagne a été créée ou diffusée plus tard. Reste à en comprendre la cause. Je pose donc l'hypothèse — en raison de la coïncidence entre les fondations médiévales et les zones de diffusion de la grille centuriée — que c'est l'intense colonisation agraire médiévale et moderne ayant existé en ce lieu qui est responsable de ce fait. J'en prépare la publication pour la Romagne, avec de nombreuses analyses morphologiques de détail, de la même façon que la thèse de Robin Brigand le fait pour la Vénétie.

Figure 8 : Romagne (Italie).

La carte d'ensemble montre que les fondations médiévales (une vingtaine de villeneuves caractéristiques) coïncident avec la zone où la centuriation est bien dessinée. Seuls quatre cas de fondation médiévale offrent une exception intéressante, créant un parcellaire spécifique et qui n'a rien à voir avec la centuriation (Castel Guelfo, Massa Lombarda, Villafranca di Forli, Forlimpopoli).

20Les termes précis de l'analyse morphologique sont trop longs pour être ici exposés, mais les directions entreprises peuvent être dites. L'analyse des formes montre :

  • des secteurs de parcellaire fossile antique qui indiquent que la centuriation est une réalité à l'époque romaine ;

  • la diffusion de l'habitat du type villeneuve dans toute la plaine (19 fondations) ;

  • le rôle de l'eau et des cours d'eau géométrisés dans la diffusion de la forme centuriée ;

  • le maintien de nombreux paléochenaux dans le dessin des formes visibles ;

  • la variété des solutions planimétriques utilisées au Moyen Âge pour assigner les terres aux colons.

21L'analyse morphologique apporte donc des éléments de solution aux questions que la géoarchéologie a fort opportunément posées. En effet, c'est là que la forme joue pleinement son rôle. Alors que nous avons été ballotés par les faits, au point de devoir opérer des révisions marquées des idées anciennement admises, nous avons sans cesse constaté que c'est la qualité de l'observation morphologique jointe à la qualité des observations sédimentaires qui fait avancer les choses, à Orange et dans la vallée du Rhône il y a quinze ans, en Italie, maintenant. La géoarchéologie sans l'analyse des formes, c'est constater une discontinuité sans pouvoir l'expliquer, et, inversement, l'analyse des formes planimétriques sans la connaissance des effets taphonomiques éventuels (enfouissements et troncatures), cela conduit à des conclusions erronées.

22L'explication d'une partie des centuriations de Romagne passe donc par une étude des processus de transmission, et tout particulièrement du rôle de l'eau dans la construction des formes et par une étude des planifications agraires médiévales et modernes, qui sont l'une des causes historiques intentionnelles de la construction auto-organisée de la centuriation dans la durée.

Modalités de la transmission

23Concernant les schémas rendant compte de la dynamique des centuriations, nous avons désormais une gamme très ouverte :

  • maintien de la forme par fossilisation (quelques cas connus, comme en Istrie) ;

  • disparition de la forme par enfouissement sans transmission (c'est le cas de la centuriation de la Polesine et de celle des Valli Grande Veronesi), ce qui peut conduire à des détections spectaculaires, lorsque les conditions sont réunies ;

  • transmission "verticale" dans des situations d'enfouissement modéré (vallée du Rhône, selon le schéma de Pierrelatte ; certaines centuriations italiennes ou parties de centuriations) ;

  • transmission "latérale" d'une forme sous l'effet de nouveaux aménagements, par exemple des colonisations agraires concertées ou des aménagements locaux (mon hypothèse pour la région de Lugo, par exemple) ;

  • transmission avec sélection d'une orientation résultante parmi plusieurs orientations possibles, sur la base d'un processus qui est documenté dans d'autres cas (ex. les trois orientations de Bologne qui n'en sont plus qu'une aujourd'hui dans le parcellaire ; Marchand 2003). J'indique que, pour la Romagne, des indices en photo-interprétation n'excluent pas ce genre de situation.

  • création d'une forme identique par imitation postérieure du modèle centurié (hypothèse de C. Franceschelli à propos de Bagnacavallo). Cette dernière modalité pourrait s'avérer délicate. En effet, je ne suis d'accord pour l'envisager qu'à la condition qu'on n'en fasse pas une solution de facilité (en forme d'explication par substitution) qui permettrait de ne pas poser la question de la dynamique des formes. Par exemple, dans les stratigraphies de la vallée du Rhône, les géoarchéologues ont observé un horizon occultant du haut Moyen Âge, comme l'ont fait aussi les collègues italiens, et cet horizon n'a pas empêché la transmission. Je reste donc prudent quant à l'idée de la création pure et simple d'une centuriation “romaine” au Moyen Âge, en terrain vierge et sans relation avec des formes antérieures.

24Il est évident que ces divers schémas peuvent être conjugués, y compris à très grande échelle, comme les exemples très détaillés issus des sondages archéologiques de la vallée du Rhône le montrent.

25Cette recherche des explications ouvre plusieurs nouveaux chapitres de l'histoire des morphologies : un chapitre sur la dynamique de longue durée de l'objet centurié ; un autre sur les planifications médiévales ; un troisième sur les transformations des XVIe-XVIIIe siècles. Les hypothèses exprimées en 2004 acquièrent peu à peu de la solidité.

26Bien qu'il nous reste encore beaucoup à apprendre, la nature des résultats obtenus dans les divers terrains que je viens d'évoquer — le Finage, le val des Tilles en Côte-d'Or, la vallée du Rhône, la Vénétie et la Romagne — apparaît à chaque fois identique. Ce que nous sommes invités à considérer, c'est le changement de quelques concepts de fond. Les formes planimétriques sont un matériau dynamique d'une grande importance. Elles disposent de plusieurs temporalités, les unes brèves, souvent intentionnelles, répondant à des interventions qui peuvent quelquefois être documentées (ex. un pouvoir décidant de diviser des terres pour les assigner), les autres de plus longue durée, et mettant en œuvre des processus d'auto-structuration assez neufs. S'il existe bien des projets sociaux pouvant donner naissance à des modèles de forme (la centuriation romaine et la planification agraire médiévale en sont des exemples), les formes agraires héritées, elles, ne sont pas périodisables au sens où on l'entendait encore il y a peu, par extraction pure et simple de chaque strate. Et l'intervention intelligente des géoarchéologues sur le terrain (je fais allusion aux coupes de Pierrelatte, voir fig. 4 ci-dessus), malgré leur élaboration de la série des strates, n'a pas eu pour effet de confirmer la périodisation des objets géohistoriques, mais au contraire de valoriser le schéma de transmission. Leur intervention a précisément aidé à installer l'idée que les formes de la transmission étaient complexes et qu'il fallait imaginer divers scénarios permettant d'aboutir à l'état actuellement observable en surface. Avec la centuriation de Romagne, on sait même que des processus dynamiques relativement divers, liés à l'histoire de la plaine, agissant en outre dans des milieux différemment structurés par l'eau et le sédiment, peuvent néanmoins donner, au terme de 2000 ans de dynamique, une étonnante grille identique et régulière. Ce fait témoigne de la force de l'auto-structuration ou auto-organisation.

Entre forme et fonction, une relation toujours difficile

27Il est temps d'en venir à un propos plus général. Ce dont tous les exemples rapidement évoqués ci-dessus parlent c'est de la difficulté d'établir correctement la relation entre une forme planimétrique et une fonction. Parce que, en étudiant le sol, on ne travaille jamais sur des épures, mais sur des héritages.

28Or, un retour historiographique s'avère nécessaire. D'où viennent, en effet, les pratiques d'analyse des morphologies agraires qui ont été celles de l'histoire, de la géographie, de l'archéologie, pour citer les disciplines situées au centre de cet article ? De deux traditions lointaines qui ont, chacune à leur façon, installé des objets, proposé des méthodologies et expliqué les types de généralisation qu'on pensait légitimement pouvoir entreprendre.

29La première tradition, principalement française et anglaise, remonte à l'époque de l'invention du principe des typologies (Chouquer, 2008b). Du mouvement des Lumières, les travaux ultérieurs ont hérité de plusieurs idées qui ont longtemps fondé la pratique d'analyse morphologique : il fallait faire un retour aux origines et découvrir les types initiaux ; il fallait ensuite installer la transparence de la forme, parce que celle-ci faisait voir la fonction (Vidler, 1995). Comment s'est fait le passage de cette idée d'architectes et d'historiens de l'art au domaine de l'histoire et de la morphologie agraires ? Par une recherche de la généalogie des formes qui a à voir avec ce qu'on peut appeler la pulsion typologique, autre aspect des travaux des théoriciens du siècle des Lumières. Le XVIIIe siècle, en France et en Angleterre, installe le primitivisme comme horizon et comme condition de naissance de l’architecture. Dans les œuvres de la Nature, on se met à chercher les types initiaux des constructions, et le retour à la Nature apparaît alors comme un voyage intellectuel et géographique nécessaire auquel nul ne peut échapper s’il veut comprendre le monde. L’explication par les origines devient alors la règle et la recherche des fonctions des anciens monuments permet de comprendre qu’ils ont servi à l’instruction. L’Antiquité, évidemment, allait fournir son immense répertoire à cette idée. Les auteurs du XVIIIe siècle n’eurent de cesse de découvrir ce qu’ils nommaient le « génie allégorique » des peuples de l’Antiquité (l’expression est d'un théoricien aujourd'hui oublié, A. Court de Gébelin, en 1784 ; cf. Vidler, 1995).

30Le besoin de transparence et la conception d’une morphologie « parlante », couronnent cet édifice intellectuel. Par une analogie systématique, les auteurs du XVIIIe siècle développent l’idée qu’à un usage typique doit à chaque fois répondre une forme également typique. De ce fait, l’architecture, principal des arts, peut devenir « parlante », en ce sens qu’elle doit exprimer, par la forme, la fonction de l’édifice. C’est ce que pose Blondel dans son Cours d’architecture :

31« Toutes les différentes espèces de production qui dépendent de l’Architecture devant porter l’empreinte de la destination particulière de chaque édifice, toutes doivent avoir un caractère qui détermine leur forme générale, et qui annonce le bâtiment pour ce qu’il est » (Blondel, vol. 2, p. 229).

32Le principe de transparence de la fonction régente tout. Il dicte leur forme aux hôpitaux, aux prisons panoptiques (dont l’anglais Bentham établit le type), à la Saline (celle de Chaux, par exemple). La transparence se met en scène grâce à la métaphore du théâtre (théâtre d’anatomie, « amphithéâtres » du savoir, des assemblées politiques, théâtres de lubricité, théâtre de l’industrie, par exemple aux Forges de Buffon). L’architecture exprime ainsi l'idée de classement des formes et des fonctions, ce qui sera également développé sur un autre plan, par le rangement positiviste des disciplines et des savoirs par Auguste Comte au début du XIXe siècle. Les bases intellectuelles sont donc réunies pour développer des analyses morpho-fonctionnelles des planimétries.

33Une seconde tradition est celle d'origine germanique qui a ajouté à cet état d'esprit morpho-historique l'idée d'une interprétation ethnique des formes. Avec cette lecture, nous entrons encore plus directement dans le monde des formes agraires, à travers l'étude de la typologie des villages et des champs.

34Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l'intérêt pour la morphologie agraire se développe, parce que la production des premières cartes topographiques dans de nombreux pays offre une base documentaire de grande qualité pour l'observation. Dans la découverte et l'interprétation de ces formes, la conjonction se fait alors entre des types de formes et des peuples. L'air du temps est, on le sait, marqué par un profond nationalisme et, pour construire chaque Nation, on recourt largement à l'argumentation ethnique et historique, le plus souvent sur un arrière-plan de recherche de la pureté des types et des races. C'est l'Allemand Meitzen qui, le premier, fit le lien le plus explicite entre les typologies agraires et les peuples.

35En effet, sa bonne connaissance des situations agraires (il avait été commissaire du Royaume de Prusse pour des questions foncières) le conduisit à rédiger et à publier en 1895 son œuvre principale : Siedlung und agrarwesen der Westgermanen und Ostgermanen, der Kelten, Römer, Finnen und Slawen, ce qu’on peut traduire par : Établissements et caractères agraires des Allemands de l’Ouest et de l’Est, des Celtes, des Romains, des Finnois et des Slaves. Dans cet ouvrage en trois tomes et un atlas, l’auteur défend l’idée que les formes sont caractéristiques des peuples et qu’on peut donc reconnaître ces derniers derrière les types formels qu’ils auraient laissés. C’est un héritage des idées des Lumières et, au sens plein du terme, le fondement de la pratique morpho-historique, sur une base ethno-culturelle. Il pensait ainsi pouvoir écrire une histoire de la première prise de possession du sol en Europe à partir des ethnies et des peuples. Il pensait que les plans villageois et parcellaires visibles renvoyaient aux origines et que, dans le dessin du parcellaire allemand, il fallait lire la Gewannflur germanique d’origine, dans les quadrillages la marque initiale de Rome et dans les bocages irréguliers la marque des Celtes, ceci pour s’en tenir aux types principaux de l'Europe de l'ouest et du sud.

36On sait que les explications morpho-ethniques de Meitzen ont fini par être rejetées. Par exemple, dans les années 1930, si Roger Dion y souscrit encore nettement, Marc Bloch a déjà tourné la page. Cependant, parce qu'on a mêlé l'objet et cette interprétation, je suggère qu’une des premières explications possibles du rejet ou de la prudence face à l'analyse de la morphologie agraire se trouve dans la conjonction qui se fait alors entre les différents éléments suivants : les types agraires, les formes des villages, les ethnies, la profession d’arpenteur (le passé de Meitzen au service de réformes agraires dirigistes), les planifications de grande envergure que sont certains types agraires liés à des pouvoirs forts (centuriation ; morphologies régulières et répétitives d’Europe centrale et orientale), enfin le développement des outils de représentation de la surface de la terre, notamment la cartographie. Il est probable que ceux qui récusaient, avec raison, des formes assez totalitaires de pensée, se sont aussi demandés si une pratique qui conduisait à de telles explications ethniques ne pouvait pas être elle-même mauvaise.

37C'est cette conjonction qui a persuadé certains, dans la seconde moitié du XXe siècle, que la pratique de l'analyse morphologique des planimétries prêtait le flanc par où elle pêchait, à savoir un goût pour la planification, le pouvoir, le nationalisme ethnique, la volonté de couvrir de grands espaces et, par conséquent, pour des explications de ce type.

Vers une réhabilitation ?

38Changeons d'époque. Concernant les méthodes, la démonstration est faite que l'analyse morphologique des planimétries peut et doit encore être développée. Je soutiens que c'est le manque d'analyse qui est responsable de certaines difficultés. L'exemple de la Romagne l'a montré : si, en effet, on ne trouve pour l'instant aucune étude des planifications agraires médiévales, comment ne réalise-t-on pas qu'il manque tout simplement un chapitre majeur de la connaissance ? Comment pourrait-on espérer étudier la forme de la centuriation comme si rien ne s'était produit au Moyen Âge, comme si la phase médiévale et moderne était, en quelque sorte, inconsistante ?

39Ensuite, c'est l'association de méthodologies différentes qui est gage de succès (Chouquer, 2007b). Dans le cas des planimétries, le cartel disciplinaire nécessaire est évident : histoire (les textes ; l'épigraphie ; la connaissance des sociétés) + géographie (les formes ; les typologies ; la capacité à varier les échelles) + archéologie (les fouilles et tout élément de matérialité) + géoarchéologie (les sédiments et leurs dynamiques) forment le groupe indispensable, et nous proposons d'appeler "archéogéographie" la pratique de liaison entre ces disciplines (Chouquer et Watteaux, à paraître). Dans des cas favorisés par la documentation, on voit que c'est la méconnaissance ou l'oubli de telle ou telle dimension de la recherche qui explique la fragilité des conclusions. Dans ce cartel, en effet, où situer l'analyse des formes et qui l'entreprendra ?

40La réponse des collègues italiens est de ne pas faire d'analyse des formes, car il y aurait trop de risques en raison des effets de la sédimentation. Le fait est que la publication de C. Franceschelli et St. Marabini, très remarquable par ailleurs, continue à pratiquer une cartographie topographique qui n'est pas à la hauteur de l'enjeu : et on ne comprend pas pourquoi, critiques comme ils le sont des pratiques d'analyse des formes agraires, ils se satisfont du niveau réellement dépassé de la topographie historique (laquelle consiste, je le rappelle, à surligner d'un trait le quadrillage de la centuriation). Les collègues italiens pensent encore trop en termes d'interdisciplinarité sélective, en associant, par exemple et de façon exclusive du reste des méthodes, archéologie et géologie. Ce n'est, évidemment, pas du temps perdu, quand on voit les résultats qu'ils obtiennent. Mais j'insiste pour poser la question des formes, que ce soit à travers les projets des arpenteurs médiévaux (du travail pour l'historien) et à travers les pratiques de mise en œuvre et les dynamiques que cela provoque (du travail pour l'archéogéographe).

41Le lointain péché de la morphologie, maintenant oublié, pourrait donc devenir l'expression d'un besoin de réhabilitation de l'analyse des morphologies agraires. Selon moi, cela suppose de prendre en compte une situation épistémologique nouvelle. Si on ne pratique plus la morphologie, ce n'est plus pour les raisons de jadis, lorsqu'on se méfiait des attendus ethniques et morpho-historicistes des fondateurs. On ne la pratique pas, aujourd'hui, parce qu'elle est un espace de marges qui pose des questions dérangeantes, au sens strict du terme, c'est-à-dire en déplaçant le lieu d'étude des objets et en reconfigurant les objets eux-mêmes. Elle n'est plus la pratique exclusive située dans la panoplie d'une discipline à bords francs, unique ou principale.

42Pour l'historien, analyser des planimétries ne vaut pas le poids qu'apportent des textes et des mises en garde viennent d'être renouvelées pour dire le danger ou l'impossibilité des analyses régressives (Abbé, 2005). Pour le géographe, dont le métier n'est pas de faire l'histoire des formes planimétriques, la comptabilisation des dynamiques et des héritages est secondaire ; en outre, il y a longtemps que l'analyse des formes (la "description" en langage plus courant) est délaissée par cette discipline (Brunet, 1974), les typologies agraires ayant, par exemple, épuisé leur intérêt. Or, précisément, nous n'en sommes plus là. Ce serait la reproduction à l'identique de ce type de critiques qui, aujourd'hui, serait dépassée. Pour l'archéologue, le hiatus est peut-être encore plus fort, puisque l'analyse des formes agraires l'oblige à passer du point à l'espace, et à recourir à des boîtes à outils méthodologiques qui ne lui sont pas habituelles (celle de la géographie, par exemple). Enfin, pour le géologue, la question est de même type puisque cette discipline crée les cartes géologiques en extrapolant par des à-plats de couleurs les données de plus ou moins nombreux points de sondages, en les spatialisant par l'emploi des photographies aériennes pour repérer des colorations identiques de sol, mais en n'exploitant pas toujours les nombreuses informations disponibles dans les planimétries elles-mêmes, grâce à la photo-interprétation et à la carto-interprétation.

43L'analyse planimétrique, c'est donc ce lieu peuplé d'objets moins distincts que jadis, mal cerné depuis le centre des disciplines, parce que celles-ci ont longtemps procédé avec des objets francs, des contours épistémologiques établis, des paradigmes lisses. En revanche, pour l'archéogéographe sensible aux nécessités de la recomposition des dynamiques et des objets, c'est un potentiel. Là où d'autres voient peut-être du flou, les archéogéographes entrevoient des possibilités inexploitées et installent la dynamique comme lieu principal de leurs travaux. Au risque, évidemment, d'éroder leur position disciplinaire par rapport aux disciplines mieux centrées.

Lexique

  • Archéogéographie : « discipline » ou champ disciplinaire qui se propose d'étudier les effets que la connaissance renouvelée des dynamiques peut avoir sur les objets géographiques des sociétés du passé (types agraires, morphologies villageoises, formes d'hybridation entre faits physiques et faits sociaux, dynamique des planimétries et des réseaux d'occupation). Ses référents essentiels sont l'archéologie des savoirs d'une part et la géographie de l'autre. Ses documents sont des textes, des données de fouille, des données géoarchéologiques, des morphologies agraires ou urbaines.

  • Centuriation : arpentage agraire destiné à installer au sol une division servant soit à lotir des terres à des colons, soit à mesurer un espace fiscal souvent appelé ager publicus vectigalis (territoire public du peuple romain soumis à la taxe nommée vectigal).

  • Géoarchéologie : discipline étudiant les sédiments et leurs dynamiques ; ses référents principaux sont la géologie et la géographie physique. Sa méthode est de type archéologique parce qu'une majeure partie de son information vient des chantiers de fouille et des observations qu'ils permettent.

  • Kardo : l'axe principal d'une centuriation, son pivot (sens du terme). Les manuscrits transmettent deux orthographes : kardo ou cardo. Mais l'épigraphie atteste l'usage généralisé du K comme initiale, notamment sur les bornes et dans les plans cadastraux connus.

Haut de page

Bibliographie

ABBÉ J.-L., 2005, Le paysage peut-il être lu à rebours ? Le paysage agraire médiéval et la méthode régressive, in CURSENTE B. et MOUSNIER M. (dir), Les territoires du médiéviste, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 383-399.

BERGER J.-F. et JUNG C., 1996, Fonction, évolution et “taphonomie” des parcellaires en moyenne vallée du Rhône. Un exemple d’approche intégrée en archéomorphologie et en géoarchéologie, in CHOUQUER G. (dir), Les formes du paysage, tome 2, Paris, Errance, p. 95-112.

BLOCH, M., 1929, Les plans parcellaires en France, Annales d'histoire économique et sociale, p. 60-70 ; p. 390-398.

BLOCH, M., 1988 (réédition de l'édition originale de 1931), Les caractères originaux de l'histoire rurale française, Paris, Armand Colin, préface de Pierre Toubert, 320 p.

BLONDEL J.-F., 1772, Cours d’architecture, Paris, vol. 2.

BRIGAND R., 2006, Nature, forme et dynamique des parcellaires historiques. Quelques exemples de la plaine centrale de Vénétie, Agri Centuriati, 3, p. 9-33.

BRIGAND R., 2007, Les paysages agraires de la plaine vénitienne. Hydraulique et planification entre Antiquité et Renaissance, in Premier Colloque d’archéogéographie, à l’occasion du forum Medieval Europe, Paris.

http://www.archeogeographie.org/bibli/colloques/pre-actes/brigand/brigand.pdf

BRUNET R., 1974, Analyse des paysages et sémiologie. Éléments pour un débat, L'Espace géographique, n° 2, p. 120-126.

CHOUQUER G., 1996, Les Formes du paysage, tome 2, Actes du colloque d’Orléans, Paris, Errance.

CHOUQUER G., 2007a, Spatiotemporalités des planifications historiques : une proposition de réorganisation, http://www.archeogeographie.org/index.php ?rub =bibli/colloques/pre-actes/chouquer

CHOUQUER G., 2007b, Les centuriations : topographie et morphologie, reconstitution et mémoire des formes, Archeologia Aerea, II, p. 65-82.

CHOUQUER G., 2008, Les transformations récentes de la centuriation. Une autre lecture de l’arpentage romain, Annales, 63e année, n° 4, p. 847-874.

CHOUQUER 2008b, Traité d'archéogéographie, 1. La crise des récits géohistoriques, Paris, Errance, 200 p.

CHOUQUER G., 2009, Archéogéographie des trames planimétriques en Côte-d'Or, in PROVOST M., La Côte-d'Or, Carte archéologique de la Gaule, 21-1, Paris, Ed. de la MSH, p. 183-264.

CHOUQUER G. et WATTEAUX M., à paraître, Traité d'archéogéographie, 2. L'archéologie des disciplines géohistoriques, co-éd. Errance-Actes Sud.

FRANCESCHELLI C., et MARABINI S., 2007, Lettura di un territorio sepolto. La pianura lughese in età romana, Bologne, éditions Ante Quem, 222 p.

LATOUR B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 386 p.

LAVIGNE C., 2002, Essai sur la planification agraire au Moyen Age, Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (XIIIe-XIVe siècles), Bordeaux, Ausonius-Publications, scripta varia 5, diffusion De Boccard, 302 p.

MARCHAND C., 2000, Recherches sur les réseaux de formes. Processus dynamiques des paysages du Sénonais occidental, thèse, Université de Tours, 2 vol. 

MARCHAND C., 2003, Des centuriations plus belles que jamais ? Proposition d'un modèle dynamique d'organisation des formes, Études rurales, juillet-décembre, p. 93-114.

TOUBERT P., 1988, Préface à la réédition de M. Bloch, Caractères originaux de l'histoire rurale française, Paris, Armand Colin, p. 5-41.

TOUBERT P., 1999, Histoire de l'occupation du sol et archéologie des terroirs médiévaux : la référence allemande, Castrum 5 Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velázquez, p. 23-37.

VERHULST A., 1995, Le paysage rural : les structures parcellaires de l'Europe du Nord-Ouest, Turnhout, ed. Brepols, coll. Typologie des sources du Moyen Âge occidental.

VIDLER A., 1995, L’espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris, Picard, 328 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-1.png
Fichier image/png, 249k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-2.png
Fichier image/png, 336k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-3.png
Fichier image/png, 492k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-4.png
Fichier image/png, 128k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-5.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 6 : Extrait de la Carte technique régionale de Villanova de Camposampiero, au nord de Padoue
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-6.png
Fichier image/png, 416k
Titre Figure 7 : Modalités de transmission de la forme centuriée antique dans la planimétrie actuelle, d'après le cas de la Romagne en Italie.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-7.png
Fichier image/png, 116k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7499/img-8.png
Fichier image/png, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouquer, « Ce que le temps fait aux formes planimétriques », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 217-226.

Référence électronique

Gérard Chouquer, « Ce que le temps fait aux formes planimétriques », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 18 mars 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7499 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7499

Haut de page

Auteur

Gérard Chouquer

Directeur de recherches au CNRS (UMR 7041), Professeur d'archéogéographie à l'Université de Coimbra (Portugal) chouquer@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page