Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sur les fleuves, sur Lyon et les Hommes, de l’instantané à la longue durée…

André Buisson
p. 280-281
Référence(s) :

BECKC., GUIZARD-DUCHAMP F., HEUDE J. (dir.), 2009, Lit mineur, lit majeur, lit voyageur, mémoires et cours d’eau, Actes des 11e  rencontres de Liessies, Revue du Nord, Hors série coll. Art et archéologie n°14, 232 p.

AYALA G., 2009, Lyon, les bateaux de Saint-Georges. Une histoire sauvée des eaux, Lyon, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 128 p., 1 DVD

KRUMENACKER Y. (dir.), 2009, Lyon 1562, capitale protestante. Une histoire religieuse de Lyon à la Renaissance, Lyon, éd. Olivétan, 336 p.

Texte intégral

1Bien qu’il soit très difficile de rendre compte des actes d’un colloque, attachons-nous à dégager quelques uns des principaux axes des « Rencontres de Liessies » (24-25 septembre 2008) (Beck et al.) consacrées aux tracés des cours d’eau et à leur évolution sur la longue durée. Cette thématique permet la rencontre entre des spécialistes de nombreuses questions (géomorphologie, hydrologie, archéologie, histoire… et géographie humaine) autour du tracé des fleuves. Seize communications et posters forment ce volume, et le Nord de la France est particulièrement bien représenté, autour de la Canche, l’Escaut, la Scarpe, la Meuse ou la Moselle, mais également la région lyonnaise dont nous reparlerons plus loin.

2Les responsables ont regroupé les interventions sous trois grands thèmes, qui forment en réalité une suite logique : modification du tracé du cours d’eau… impact de l’environnement sur les sociétés riveraines… représentations et perceptions de ces modifications par les sociétés locales. Notons d’emblée l’importance de l’apport fourni par les diagnostics et fouilles archéologiques dans le renouvellement de la connaissance des régimes fluviaux, complétant largement les études parfois anciennes fondées uniquement sur les études d’archives ; le cas de la Canche est d’ailleurs dans ce cas illustré par un double dossier réuni sous un titre unique en deux volets exploitant ces deux types de sources, avec pour guide le programme de recherche centré sur « Quentovic : un port du haut Moyen-Âge entre Ponthieu et Boulonnais ». Alors que certaines études se centrent sur l’étude de l’évolution des parcellaires, d’autres montrent la fluctuation du réseau portuaire dans la vallée, entre notamment Quentovic et Etaples. Toujours sur la Canche, l’étude de l’épave de Bentin (Pas-de-Calais, grande épave de plus de 15m de long, datée de 1426), fouillée depuis 2005 est élargie à celle des processus historiques d’aménagement de berges et d’utilisation des chenaux  pour des usages autres que la navigation, puis de la mise en place d’épis et de digues pour la chenalisation de la rivière.  Le cas de la Scarpe et de Douai est également abordé, avec le détournement de cette rivière vers un autre bassin fluvial pour les besoins portuaires. Enfin, déjà évoqué par J.-P. Bravard en 1983, l’auto-capture du Rhône à l’amont de Lyon est analysée par P.-G. Salvador et al.. Des sondages effectués dans les Basses-terres dauphinoises montrent l’existence de nombreux paléo-tracés du Rhône et son changement de lit (brutal !) à l’époque historique.

3Le second chapitre, consacré aux rapports entre environnement fluvial et sociétés riveraines, fournit aux auteurs l’occasion d’exposer des recherches sur l’Escaut, la Meuse et la Moselle notamment. A propos de l’Escaut, les observations archéologiques montrent les variations significatives de la ligne d’eau, avec les exhaussements périodiques des digues liés à un envasement généralisé du lit fluvial. Dans le cas de la Moselle à Metz, c’est l’évolution latérale du lit de la rivière qui est étudié, montrant principalement des migrations brutales du lit vers l’Ouest en amont de Metz au 11ème siècle et vers l’Est en aval au 12ème siècle. La divagation amont est la plus préoccupante car elle conditionne une partie de la vie fluviale intra-muros et nécessite des travaux extrêmement coûteux d’endiguements pour maintenir la circulation d’eau dans la ville. Hors les murs, des témoins de cette divagation sont encore visibles, comme le très fameux pont de Moulins-les-Metz, inutile aujourd’hui sur un bras mort devenu prairie. Enfin, l’analyse très perspicace du rôle stratégique joué par les marécages et zones humides en région frontalière montre leur utilisation à des fins défensives dans l’Aisne durant la Première guerre mondiale. En dernier lieu, l’étude des archives de la ville de Nice, entre Var et Paillon, montre à son auteur la disparition de plus de la moitié des vallons niçois, autrefois agricoles ou de villégiature, par comblement ou recouvrement, à cause de la très forte pression foncière, et leur utilisation au profit notamment de la voirie secondaire.

4Enfin, la représentation de ces modifications par les sociétés locales, est illustrée par le cas de la confluence du Rhône et de la Saône à Lyon et du projet « Lyon-Confluence », très justement recadré par l’auteur dans la logique d’un chantier initié par Michel-Antoine Perrache avant la Révolution française et loin d’être achevé ! Elle est aussi présentée à travers le cas des rivières à moulins de l’Ouest.

5Notons que la place est largement faite, dans les études et les bibliographies des communications, aux travaux précurseurs de l’école géographique lyonnaise, avec Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard, les élèves de ce dernier, comme P.G. Salvador ayant développé son analyse dans la région du Nord.

6Comme le souligne J. Heude dans sa conclusion, la diversité des sources présentées a permis d’étude de diverses temporalités, très importante dans le cas d’hydrosystèmes fluviaux.

7Les deux autres ouvrages recensés dans cette note, parus au dernier trimestre 2009, évoquent, chacun sous un angle différent, l’histoire et la géographie lyonnaises. Le premier, à travers une descente dans les entrailles d’un quartier, brosse une topographie diachronique de Lyon, alors que le second, autour de la prise de Lyon par les Protestants en 1562, fournit la matière d’une vaste étude sur les grandes étapes de l’urbanisme au XVIème siècle.

8L’ouvrage publié par les Editions lyonnaises d’art et d’histoire (Ayala, 2009) livre tout à la fois un journal de la fouille impressionnante menée de mai 2002 à juin 2004 place Benoît Crépu à Lyon et une première esquisse de l’histoire urbaine de ce quartier. Il offre également une sorte de manuel de la vie quotidienne de l’archéologue confronté chaque jour à l’aménageur du parking Saint-Georges (Lyon Parc Auto), dont les photographies sont le vivant témoignage ; c’est enfin une belle enquête auprès de la population riveraine, questionnée sur deux mille ans de pratique portuaire : par la fouille d’un espace de 3750 m2,  la topographie d’une berge, d’une rive, d’un port, d’un quai, d’une digue (par ordre chronologique…) est révélée. Toutes les spécialités scientifiques ont été mises à contribution et, en premier lieu, la géomorphologie fluviale qui a pu, dans des coupes stratigraphiques extraordinaires de diversité, lire les grandes et petites séquences de l’histoire fluviale et urbaine… quand la Saône se mêlait au Rhône, quand ce dernier prenait le dessus ou quand il s’éloignait vers l’Est (p. 8, 45, 46-47). Les archéologues, sous la direction de Grégoire Ayala, ont déplacé (avec précaution) plus de 40 000m3 de sédiments sous lesquels se cachait le quartier du Port Sablet signalé sur le Plan scénographique de 1550. Alors, de surprises en surprises, ce sont les rives et grèves successives de ce quartier, les aménagements de berges, les quais modernes qui ont été tour à tour traversés à la pelle mécanique, à la truelle et à la brosse à dents  (p.48-77) ! Bien sûr, le public retiendra surtout l’extraordinaire mise au jour des bateaux (que l’on espère revoir bientôt à Lyon, de retour de leur restauration), ces 16 barques, barges ou pirogues qui retracent une partie de l’histoire de la batellerie fluviale de l’Antiquité au XVIIIème siècle. Mais quel chantier ! A côté (ou autour) de ces restes insignes, combien de centaines de tessons de céramiques de toutes époques, d’objets de la vie quotidienne en bois, en corne, combien de centaines de kilogrammes de « détritus » jetés dans la Saône pour le plus grand plaisir de l’archéologue, d’ossements d’animaux, comme ces lapins de garenne dont la découverte révolutionne la connaissance de l’aire d’extension à l’époque romaine. Ah, quand la Saône servait de poubelle ! Comme le Rhône à Arles, la rivière a été le lieu de dernier séjour de témoins lapidaires de la grandeur passée, comme ces fragments de dédicace monumentale d’un temple ou d’épitaphe romaine.

9Ce volume croise le suivant dans le courant du XVIème siècle, quand les archéologues notent que « le bâti s’intensifie » (Ayala, p. 47) et que le Plan scénographique constate cet urbanisme autour de la Croix de Sablet qui protégeait le port du même nom. Sept bateaux-viviers, retrouvés dans la fouille, sont datés de cette période et ont pu être témoins des événements relatés dans le livre de Y. Krumenacker et al. sur Lyon capitale protestante.

10Ce dernier ouvrage est le catalogue d’une exposition tenue aux Archives municipales de Lyon (oct. 2009-février 2010) sous le même titre. Il donne aujourd’hui aux lecteurs un véritable tableau de la vie de Lyon au XVIè siècle, autour des événements de 1562, quand la ville tombe aux mains des Protestants dans la nuit du 29 au 30 avril. Comme pour l’ouvrage précédent, l’illustration choisie permet, autour des textes d’une grande qualité, rédigés par plusieurs historiens spécialistes de la période (Y. Krumenacker, O. Christin, P.-J. Souriac, J. Rossiaud notamment, accompagnés de spécialistes du Protestantisme, D. Troilo, E. Sarles, A. Langlois, de musicologues, M. Desmet, ou de spécialistes de littérature lyonnaise comme E. Kammerer) de donner une étude de vie quotidienne jusque dans les moindres détails. La description des « événements » de 1562 est d’un tel luxe de détails qu’on croirait à un reportage moderne. La géographie lyonnaise n’est pas laissée de côté, par l’abondante utilisation des plans et cartes contemporains des « événements », principalement le Plan scénographique de 1550 déjà cité plus haut, qui est réellement « contemporain ». L’étude rejoint ici l’ouvrage précédent, dans l’analyse des structures foncières et des formes des immeubles urbains (p. 24-31) et notamment avec les dessins (tirés du Plan scénographique) des formes des ports et débarcadères fluviaux (p.29). L’abondance relative des sources écrites permet ici de retracer une histoire détaillée de la situation de la ville, dans ses aspects politiques, économiques et religieux, de dresser un tableau très vivant de la population et de ses croyances. Ainsi est très finement analysée la composition de la classe dirigeante lyonnaise (le pouvoir municipal, les consuls, les juristes qui forment depuis le siècle précédent une tradition lyonnaise, les confréries…), puis la production littéraire très féconde et l’art de l’imprimerie avec ses figures incontournables comme Jean de Tournes ou Sébastien Gryphe.

11L’analyse très précise des faits permet aussi d’assister, avec cartes et tableaux illustrés, à la chronologie des massacres qui ont lieu autour de la prise de la ville par les Protestants, puis lors de la reconquête par les troupes de la Ligue (p.157), voire celui des processions du Saint Sacrement. Plus loin, c’est le catalogue des démolitions effectuées dans la ville ou dans ses périphéries, pour la sécurité des insurgés, avec notamment le cloître et l’église Saint-Just (plan p. 175) ; l’existence des plans lyonnais permet enfin d’aborder véritablement une étude de la géographie du protestantisme à Lyon, de ses lieux de culte (maisons de prière et temples) pour une communauté qui put compter, au meilleur de son temps, plus de 25 000 fidèles.

12Des encarts très développés mettent en exergue des événements ou des individus, tel le sulfureux baron des Adrets, si connu dans la vallée du Rhône pour son extrême violence et le zèle mis à la destruction des symboles sur les façades des églises de la vallée du Rhône.

13Il s’agit là de livres importants, très richement illustrés ! Le colloque de Liessies, dont les organisateurs annoncent qu’il sera suivi de plusieurs autres sur le même thème, prouve que la vision historique s’enrichit notablement au contact du géographe et du géomorphologue. Les cartes anciennes sont ainsi revisitées. Avec les ouvrages de G. Ayala et de Y. Krumenacker, l’histoire de Lyon s’enrichit notablement de parcelles de son histoire. La vision de l’archéologue qui relate à la fois la chronique de plus de deux années de fouilles (des situations cocasses, comme cette crue de la Saône qui vient noyer la fouille du port lyonnais) et, dans une sélection judicieuse, offrir aux Lyonnais (et aux autres… il en faut bien qui soyent d’ailleurs !) est complétée par une anthologie de l’art pictural lyonnais des trois derniers siècles consacré à ces enchanteresses vues de Lyon et du port Sablet. Pour le second (Krumenacker et al.), on remarque une aussi grande richesse iconographique que dans le précédent, avec là encore la volonté de présenter au public de l’exposition d’abord, puis aux lecteurs, l’étonnante richesse culturelle de la ville de Lyon, capitale de l’imprimerie et capitale éphémère du Protestantisme. Chacun d’entre eux, sur fond d’histoire locale, devient un livre de géographie lyonnaise, d’ambition beaucoup plus large que la seule « petite histoire » locale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Sur les fleuves, sur Lyon et les Hommes, de l’instantané à la longue durée… », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 280-281.

Référence électronique

André Buisson, « Sur les fleuves, sur Lyon et les Hommes, de l’instantané à la longue durée… », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7483

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page