Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Emilio Duhau, Angela Giglia, Las reglas del desorden : habitar la metrópoli

Patrice Melé
p. 14
Référence(s) :

Duhau E., Giglia A., Las reglas del desorden : habitar la metrópoli, 2009, Mexico, Siglo XXI, 570 p.

Texte intégral

1Un livre important vient de paraître à (et sur) Mexico. Important non seulement par le nombre de pages (570 p. denses), mais par l’ambition des auteurs. Emilio Duhau et Angela Giglia nous offre ici la première approche compréhensive de cette métropole. A la différence de nombreux travaux proposant une étude globale de Mexico, il ne s’agit pas d’un essai ou d’une synthèse mais d’un véritable travail de recherche ancré sur des terrains. Celui-ci se fixe l’objectif difficile de partir de l’expérience d’habiter la métropole. Les auteurs parviennent à sortir du dilemme qui parcourt la recherche urbaine sur la ville de Mexico et à dépasser l’opposition entre des travaux qui focalisent le regard sur l’analyse détaillée de sous-ensembles spatiaux et d’autres qui tentent d’approcher l’expérience de la métropole comme si elle n’était pas liée à un ancrage particulier.

2Ecrit à quatre mains, ce livre est le résultat d’une collaboration entre deux auteurs au profil assez différent qui ont une longue pratique de recherche sur la ville de Mexico : Emilio Duhau, sociologue et urbaniste, s’est intéressé essentiellement à la gestion urbaine, aux politiques de l’habitat, mais aussi aux formes d’urbanisation populaire ; Angela Giglia, anthropologue, a développé des travaux sur la relation à la ville, sur l’appartenance au quartier, sur les manières d’habiter la ville. Cette collaboration a produit un ouvrage d’une grande richesse dans les corpus mobilisés et dans les espaces urbains analysés et d’une grande finesse et réflexivité, résultat du dialogue entre les auteurs. Les chapitres introductifs proposent de réinterroger, à partir des dynamiques urbaines de la ville de Mexico, les principales notions qui ont structuré les débats sur les métropoles (globalisation, ségrégation, fragmentation, ville insulaire, etc.) auxquels les travaux antérieurs des auteurs ont amplement contribués.

3Le cœur du travail est consacré à saisir l’expérience de vivre dans une métropole comme Mexico. Pour cela, les auteurs développent une approche centrée sur l’espace public. Plus exactement, sur l’analyse des conflits autour des différents usages et appropriations des espaces publics. La ville de Mexico est ici caractérisée par le fait que les espaces publics sont des espaces disputés et dans de nombreux cas des espaces appropriés avec succès par différents groupes (commerçants ambulants, mais aussi restaurants, concessionnaires automobiles, discothèques, etc…) et aujourd’hui souvent privatisés par différentes formes de fermetures (barrières, murs, contrôle policier).

4Le pari réussi des auteurs est de montrer que ce qui apparaît comme le résultat du désordre, d’une déficience des acteurs publics, répond en fait à des règles et peut être saisi par les méthodes des sciences sociales. Pour rendre intelligibles les pratiques urbaines au niveau métropolitain, ils proposent de construire une typologie des espaces urbains en fonction des modalités de construction des règles qui prévalent dans l’utilisation des espaces publics.

5Les espaces urbains de la métropole de Mexico peuvent être découpés en six contextes urbains caractérisant : l’espace disputé (la ville centrale), l’espace homogène (la ville des lotissements résidentiels), l’espace collectivisé (la ville des grands ensembles de logement social), l’espace négocié (la ville auto-construite), l’espace ancestral (les anciens villages intégrés à l’espace urbain et l’espace insulaire (les nouvelles formes d’habitat fermé). La place manque ici pour présenter le détail de l’argumentation, mais pour chacun de ces contextes urbains les auteurs proposent l’analyse de cas concrets à partir d’entretiens qualitatifs auprès de résidents.

6Un des grands intérêts de cet ouvrage est son apport aux débats sur la notion d’espace public. Tout en prenant en compte l’impératif de démocratisation que constitue la garantie du libre accès et du partage des usages dans des conditions d’égalité de droit, les auteurs proposent ici une conception pragmatique de l’espace public considéré comme une modalité d’imposition d’un ordre et non comme des espaces intrinsèquement liés à la construction d’une sphère politique publique. Les auteurs considèrent en effet l’espace public à la fois comme un type idéal basé sur des attributs spécifiques (ouverture, accès libre, anonymat), l’acceptation de normes implicites ou explicites de comportement, mais aussi comme la construction d’un ensemble de biens et d’espaces urbains juridiquement assignés à tous (mobiliers urbains, rues, parcs, places, moyens de transports). Ils rappellent que l’espace public de la ville moderne qui s’est mis en place à Mexico dans certaines parties de la ville sur le modèle des évolutions des villes européennes et des Etats-Unis de la seconde moitié du XIXe n’est pas le résultat de la volonté de créer un espace public démocratique mais bien de produire un certain ordre et de discipliner les classes « dangereuses ». La position des auteurs est très nuancée par rapport au débat sur les relations entre l’espace public urbain et la sphère politique publique. Ils montrent néanmoins l’intérêt d’analyser les différents contextes urbains de la ville de Mexico en référence à la prégnance de ce type idéal ou à la mise en place d’autres formes d’arrangement entre les usages individuels et collectifs. Ils évitent ainsi l’écueil qui aurait consisté à simplement déplorer la perte d’un fonctionnement ancien de la ville, d’un ordre d’avant la métropolisation. Ancrée à la fois dans ce travail de terrain et dans une remarquable synthèse de la littérature sur cette question, cet ouvrage réussit à adopter une vision désacralisée de l’espace public tout en gardant ce concept au centre de l’analyse.

7Alors, bien sûr, l’ampleur du travail pourrait être considérée comme excessive, la finesse des interprétations, la prise en compte des objections et le dialogue entre les auteurs comme, à certains moments, affaiblissant le propos. Considérons plutôt avec les auteurs que plusieurs modalités de lectures de ce livre sont possibles, plusieurs trajets en fonction des intérêts du lecteur, qui, quelle que soit la stratégie adoptée, peut être assuré de trouver aussi dans ce livre ce qu’il n’y cherchait pas, cette expérience de la serendipity commune à l’habitant de la grande ville et au lecteur.

8J’aurais pour ma part une seule critique qui porte sur la place accordée à l’action publique et à l’action collective. Dans le traitement des cas et des entretiens les développements très intéressants sur les modes d’habiter, sur les stratégies résidentielles et de mobilités éloignent, par moment, le propos de la question centrale du livre, celle des conflits et transactions autour de la construction des règles pour l’usage de l’espace public.

9Au total, il faut vivement souhaiter la réalisation d’une version française, peut-être resserrée, car on l’a compris, l’apport et l’intérêt de cet ouvrage dépasse de beaucoup les seuls spécialistes de la ville de Mexico ou de l’Amérique Latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Melé, « Emilio Duhau, Angela Giglia, Las reglas del desorden : habitar la metrópoli », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 14.

Référence électronique

Patrice Melé, « Emilio Duhau, Angela Giglia, Las reglas del desorden : habitar la metrópoli », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7480

Haut de page

Auteur

Patrice Melé

UMR CITERES / CoST, CNRS, Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org