Navigation – Plan du site

Patrimoine et politique d’aménagement : du fonctionnalisme à l’émergence d’une culture urbaine à Belém do Pará (Brésil)

Heritage and urban planning: from functionalism to the emergence of an urban culture in Belem (Para State, Brazil)
Agnès Serre
p. 239-246

Résumés

Au cours de ses quatre siècles d’existence, Belém, principale ville d’Amazonie orientale, a connu plusieurs fonctions urbaines qui ont façonné son patrimoine architectural et culturel et ont conditionné son aménagement urbain. Ville stratégique et militaire à sa fondation, puis ville commerciale et portuaire au XIXe s., elle se présente aujourd’hui comme la "capitale culturelle de l’Amazonie". Son histoire dévoile une alternance de politiques urbaines où la prédominance du fonctionnalisme a engendré des déséquilibres de configurations spatiales. Or, depuis 1997, la ville a opté pour des pratiques alternatives qui bouleversent cette tendance et utilisent le patrimoine culturel comme un outil de restructuration susceptible de favoriser l’exercice de la citoyenneté.

Haut de page

Texte intégral

1Belém do Pará, principale ville d’Amazonie orientale, se caractérise par sa localisation à l'embouchure de l'Amazone, facteur déterminant de son histoire urbaine. Au cours de ses quatre siècles d’existence, ses fonctions urbaines successives ont marqué le paysage et ont contribué à façonner son patrimoine architectural. Ville stratégique et militaire au XVIe s., puis ville commerciale et portuaire au XIXs., elle se présente aujourd’hui comme la "capitale culturelle de l’Amazonie". Cette évolution est le fruit d’une alternance de politiques urbaines où la prédominance du fonctionnalisme a engendré des déséquilibres de configurations spatiales. Dans le centre ville spécialisé, une résidence coloniale baroque s’adosse à une tour de plus de vingt étages tout en faisant face à une maison populaire traditionnelle. En 1997, l’affirmation de pratiques alternatives regroupées sous un projet politico-urbain révolutionne les pratiques de gestion municipale. L’adoption du budget participatif se traduit par un reclassement des dépenses publiques en faveur des quartiers démunis, par une reconsidération de l’espace public et par des projets socio-économiques qui valorisent la culture locale amazonienne. Ces mesures cherchent à enrayer certaines tendances désagrégatrices consécutives aux politiques antérieures. Cette alternance a fait du patrimoine de Bélem une mosaïque culturelle dont la perception et le contenu ont évolué au gré des politiques publiques d’aménagement. Dans un premier temps, cet article présentera le patrimoine et son contenu, puis définira son rôle sur l’évolution et l’aménagement de la ville. Dans un second temps, l’article exposera l’évolution du concept de patrimoine par l’analyse de la politique municipale et l’émergence d’une culture urbaine. Véritable élément d’identité et de différenciation dans le contexte de la mondialisation, ce patrimoine culturel se révèle être une ressource de développement dont la mise en valeur pourrait devenir un facteur d’intégration sociale.

Un patrimoine politico-militaire et religieux

2A l’origine de la ville de Belém, un fort est construit par les Portugais en 1616 sur une presqu'île, non loin d’un village d’indiens de la tribu des Tupinambás. A l’époque, l'enjeu affiché est de contrôler l'embouchure sud de l'Amazone et la pénétration puis l'occupation de l'Amazonie orientale. Dès leur arrivée, les forces armées portugaises construisent au sommet d’un promontoire une palissade de bois recouverte de paille (Meira, 1976, p. 53). Cette ville, dont la première vocation est d’être une ville politico-militaire, illustre l’analyse de Weber (1982, p. 30) selon laquelle une ville est, au sens du passé, une espèce particulière de forteresse et de lieu de garnison, d’autant plus qu’elle s’insère dans un territoire-frontière controversé comme pouvait l’être l’Amazonie à cette époque de sa colonisation. Le fort, héritage bâti le plus ancien, constitue à la fois le point de départ de la ville et la pierre inaugurale de la constitution du patrimoine architectural de Belém. Sa localisation géographique conditionne l’expansion future de la ville : "les premières rues ouvertes partent du Fort, parallèles au fleuve et suivent la direction des terres non inondables... une dizaine d'années plus tard sont construits les premiers édifices sur l’autre rive du marigot du Piri" (Meira, op. cit., p. 246). Dès sa fondation, la morphologie de la ville conditionnée par les contraintes physiques du site, le fleuve, les zones inondables et la forêt, dévoile deux zones d’occupation séparées par un bas-fond. Dans un premier temps, la ville s’articule autour du fort donnant naissance au quartier Cidade. Puis, plus tard, un quartier plus commercial, Campina, s’organise autour de ce qui allait devenir le port. Dans la seconde moitié du XVIIe s., l'essor du trafic maritime entraîne la construction d’un véritable port. En 1688, pour des raisons fiscales, les représentants du pouvoir votent la construction d’un marché, le Ver-o-Peso "voir le poids", où devaient être contrôlées et pesées les drogas do Sertão1. L’influence de ces équipements urbains clefs (port et marché) sur l’aménagement de la ville surpasse progressivement celle du fort. L’espace urbain s’organise autour du trinôme "fort-port-marché" formant une première unité urbaine dont les fonctions conditionnent l’organisation et le développement de la future ville. Par ailleurs, d’un point de vue culturel, ces lieux s’enrichissent du passage croissant des colons, des esclaves indiens ou africains, des missionnaires, des colons portugais, des scientifiques et des militaires. Cette diversité culturelle imprégne progressivement le patrimoine sous toutes ses formes.

3Le second patrimoine dont bénéficia Belém est de tout autre nature. Il s’agit d’un patrimoine territorial concédé à Belém en 1627 par le gouvernement de la Province du Maranhão (Reis, 1972, p. 205). D’une surface d'environ 4 100 hectares, cette délimitation administrative qui porte encore le nom de premier legs patrimonial, comprend toutes les terres dans un rayon de six kilomètres à partir du fort. Comparable à un certificat de naissance, ce patrimoine est fondamental : il officialise la ville en tant que telle, et par cette reconnaissance, il la désigne comme une entité indépendante capable d’assurer sa gestion.

4A l’échelle régionale, l’immensité du territoire à coloniser amène le gouvernement portugais à renforcer l’occupation de l’espace. Pour cela, il utilise deux moyens forts classiques : l’occupation militaire et l’évangélisation des populations indigènes par des ordres religieux. Il s’agit des Jésuites, des Carmélites, des Franciscains et d’autres ordres missionnaires qui, pendant une trentaine d’années, marqueront le patrimoine de Belém par leur savoir et leur fonction religieuse. Mais, rapidement, c’est surtout leur pouvoir économique qui s’affiche d’une façon ostentatoire. Utilisant et exploitant les connaissances des populations locales, ces missionnaires intensifient l’extraction et le commerce des drogas do Sertão, véritable source d’enrichissement. Les Jésuites, groupe social le mieux organisé, accumulent le plus de biens immobiliers, de titres fonciers et d’exploitations agricoles (Azevedo, 1901, cité par Cruz, 1963, p. 250). La bourgeoisie locale et le gouvernement portugais profitent peu des bénéfices de ces transactions tandis que la ville elle-même s’embellit et se transforme radicalement. Cet enrichissement se lit sur le paysage urbain en formation où de nombreuses églises, couvents et autres édifices communautaires de grande taille organisent l’espace tout en jouant le rôle de repères dans le tracé urbain irrégulier de la ville. Dans ses écrits, La Condamine (cité par Minguet, 1992, p. 73) fait l’éloge de l’architecture religieuse de Belém et souligne l’importance des édifices religieux dans la structure de la ville. La cathédrale de Sé, magnifique monument construit de pierre et de chaux, est l’expression architecturale de la puissance et de la richesse du clergé de l’époque. Quelques mètres en contrebas, le collège et l’église baroque des Jésuites, l’église et le couvent des Capucins confirment la magnificence des ordres religieux et leur rôle majeur sur la physionomie de la ville.

5Arrivé à Belém à titre de consultant de la Comissão Demacardora de Limites, l’architecte Antônio José Landi, originaire de Bologne, participe à l’édification d’un patrimoine prestigieux de la ville (Penteado, 1968, p. 145). Il est à l’origine de nombreuses résidences particulières et de plusieurs palais comme celui du Gouverneur, véritable chef-d’oeuvre achevé en 1771. Ce palais construit pour recevoir la visite du roi du Portugal, qui sera d’ailleurs annulée à cause de la guerre d’Espagne, est à la hauteur des exigences de l’administration coloniale de l’époque qui souhaite que les monuments soient proportionnels au prestige du pouvoir politique. Plus grand édifice urbain construit à cette époque, sa majestueuse taille domine la ville en lui insufflant de la distinction, du pouvoir et de l’autorité (Barata, 1973, p. 148). On observe l’émergence d’un patrimoine étatique par la construction de monuments dont les fonctions ne sont plus uniquement religieuses, mais aussi politiques, bien qu’à l’époque les deux pouvoirs restent fortement liés.

Du patrimoine religieux au patrimoine urbain : des fragments d’Histoire politique

6Un changement brutal de politique survient en 1751 lors de la nomination du marquis de Pombal au poste de Premier ministre. Pour préserver les intérêts économiques du Portugal, cet homme adopte une série de mesures pour restreindre le pouvoir des ordres religieux devenus des acteurs trop puissants de la vie économique et politique de la région. Très radical dans ses décisions, il décide de les expulser d’Amazonie. Il s’attaque notamment aux Jésuites en expropriant leurs biens au profit des représentants de l’Etat et d’un petit nombre de colons. Par la suite, les fonctionnaires et commerçants ayant bénéficié de l’expropriation de ces biens reprennent le contrôle du commerce des drogas do Sertão, et en l’absence de toute concurrence, s’enrichissent rapidement. Cette période de prospérité marque une nouvelle étape dans l’aménagement de la ville qui voit se multiplier les magnifiques demeures coloniales, propriétés néoclassiques et autres édifices baroques. Sa croissance démographique étant très modérée, Belém ne s’étend pas mais son tissu urbain se densifie prenant ainsi la structure d’une ville de province.

7Mais cet enrichissement ne concerne qu’une partie de la population et accentue les différences entre les groupes sociaux formés par les Portugais et les Natifs2. A cette époque, les écarts entre la classe dominante, composée de commerçants et de propriétaires qui détiennent la quasi-totalité des fonctions politiques et administratives, et la population native, soit les groupes les plus défavorisés, sont considérables. En 1836, ces tensions se focalisent en une violente révolte, le Cabanagem, révolution populaire qui durera cinq années et au cours de laquelle les deux tiers de la population masculine du Pará sont tués (Di Paolo, 1990, p. 352). En mémoire de ce conflit, des rues et des places portent le nom de certains combattants : les frères Vinaigre, Baptista Campos... Et pour graver cet événement historique sur le paysage urbain actuel, un immense monument pensé par l’architecte Oscar Niemeyer a été édifié en 1985 à l'entrée de la ville, lieu symbolique et historique qui correspond aux limites du premier legs patrimonial. A l’intérieur de cette sculpture, un musée a été ouvert dans lequel sont présentés les épisodes clefs de l’histoire de la ville et de la région. Aux alentours, une place publique ombragée a été aménagée ainsi qu’une aire de jeux. Intégrant le patrimoine urbain de Belém, cette sculpture moderne en forme d’immense main ouverte sur la ville accueille le visiteur venu à Belém par voie terrestre. Ce complexe culturel modifie la fonction initiale de ce quartier, qui est traditionnellement commercial en raison d’un important marché de grossistes, en l’agrémentant d’une fonction récréative.

L’épopée du caoutchouc à l’origine d’un patrimoine de prestige

8A la fin du XIXe s., Belém devient rapidement une ville commerciale incontournable. Grâce à son port et à son marché, elle est l’unique point de passage pour la centralisation puis l'exportation des différents produits. En 1882, le port est aménagé pour satisfaire la demande croissante du trafic maritime. Pour réaliser ce projet, un ingénieur mandaté d’Europe prévoit la construction de quais et l’assainissement de la zone portuaire et de ses environs (Cruz, 1973, vol. 2, p. 314). Ces travaux provoquent l’amélioration, la modernisation et la densification des quartiers avoisinants. Le port, passage obligatoire pour entrer ou sortir d’Amazonie, fait la prospérité de la ville et joue un rôle de première importance dans son organisation urbaine. Espace technique par excellence, cette infrastructure dispose d’une surface importante de parcs de stockage, d’entrepôts et de hangars, lesquels se retrouvent aujourd’hui en centre ville.

9Le cycle du caoutchouc (1890-1910) entraîne un fort développement de la ville dont la surface a doublé, s'ouvrant sur de nouveaux quartiers. Forte de ses 12 500 habitants en 1825, Belém cumule les fonctions administratives, commerciales, culturelles et religieuses (Baena, 1816, cité par Penteado, op. cit., p. 118). Source d'enrichissement et de développement, le commerce du caoutchouc fournit à Belém les ressources dont la ville a tant besoin pour se moderniser et pour se doter d’un prestigieux patrimoine architectural. L’accroissement des transactions enrichit le quartier commercial qui entre dans une période euphorique de modernisation. De grands magasins, des magasins spécialisés et des maisons de commerces se multiplient à la joie des habitants ravis de disposer d’un niveau de services digne d’une grande capitale. L’architecture intérieure de ces magasins dévoile l’influence européenne de l’époque. En effet, de nombreux matériaux proviennent d’Europe comme les lustres en cristal d’Allemagne, les poignées des portes en porcelaine de Limoges, ou encore le marbre d’Italie. Aujourd’hui ces magasins, image d’un passé prestigieux, témoignent encore de cette époque faste durant laquelle le patrimoine tant immobilier que mobilier a façonné l’évolution de la ville de Belém (fig. 1).

10De 1897 à 1911, l'administration de la ville passe entre les mains du Sénateur Antônio José de Lemos qui saura aménager Belém de façon spectaculaire. Au cours de son mandat, une grande partie du patrimoine actuel de la ville est constituée. Cela va du pavement des rues avec du granit importé du Portugal dans les cales des bateaux à titre de lest, au plan d'alignement des rues des zones hautes, de l'aménagement de magnifiques places publiques et de la plantation des fameux manguiers le long des voies publiques. On lui doit également le Bosque Municipal, parc arboré, qui aujourd’hui encore constitue en pleine ville un petit espace de forêt, un asile pour les mendiants et de nombreuses maisons baroques particulièrement imposantes. Cette époque glorieuse de Belém s’accompagne d’un nouveau style architectural comme le soulignent les édifices du Théâtre de la Paix et du Palais Municipal, ce dernier faisant office de mairie aujourd'hui. Forte de ce patrimoine, un chroniqueur du début du siècle a même comparé le Belém de 1900 à un petit Paris, allant jusqu'à affirmer que : "Belém était l'unique ville brésilienne qui réunissait les attraits d'une ville européenne" (Tocantins, 1987, p. 143).

11Cette politique soulève ultérieurement une polémique. Pour certains, le Sénateur Lemos est considéré comme le meilleur intendant municipal qui a su doter la ville d’un patrimoine considérable. Mais ce portrait ne fait pas l’unanimité : d’autres auteurs dénoncent Lemos de mener une politique élitiste, ne bénéficiant qu’à l’aristocratie et favorisant uniquement le luxe et la magnificence (Cruz, op. cit., p. 414). En fait, la philosophie de Lemos était de repousser tout ce qu’il jugeait laid aux limites de la ville. Ainsi au nom de l’hygiène et la modernisation, il a détruit les puxadas, maisons populaires traditionnelles construites tout en longueur dont les façades sont souvent recouvertes de céramiques adaptées au climat humide, les azulejos, et dotées d’un jardin où sont plantés des arbres fruitiers (Cruz, ibid., p. 408). Dans une certaine mesure, Lemos peut être comparé à Haussmann du fait qu’ils ont appliqué une politique fort semblable oú il est question de rationaliser et équiper l’espace pour l’adapter aux besoins de la modernité. Or, ouvrir la ville à la modernisation tout en favorisant une certaine esthétique urbaine implique de rejeter au-delà des limites de la cité ce qui est considéré comme pauvre, laid et malsain, de ce fait indigne de leur cité. Une telle politique provoque des dégâts irréversibles sur la ville ancienne "non prestigieuse" dont l’historicité n’est pas encore reconnue ou connue.

Le fonctionnalisme du XXe s.

12Dès les années 1960, la politique de colonisation de l’Amazonie propulse Belém dans une phase de rapide croissance. Promue au titre de capitale administrative, Belém voit s’implanter dans ses murs diverses institutions publiques et organismes fédéraux. Pierre angulaire de cette intégration régionale, elle bénéficie d’un désenclavement autoroutier et devient rapidement le point de convergence de nombreuses migrations. L’ampleur de ces migrations et l’adoption d’une politique populiste se traduisent par la densification du centre-ville, la privatisation de certains espaces urbains, la construction en hauteur et la multiplication d’un habitat précaire sur les zones inondables. Au nom du progrès et de la modernisation, cette politique a délaissé l’ancien tissu urbain du centre-ville pour aménager la proche périphérie. Il faut dire qu’en centre-ville, l’espace disponible est limité à une époque où le progrès technique, gros consommateur d’espace, façonne la ville. Enclavé entre fleuve et zones inondables, mal desservi, ce centre perd progressivement son rôle clef au profit, entre autres, de l’entrée de ville où sont construits des immeubles administratifs aux fades façades vitrées. En périphérie, la mode est à la construction de nombreux lotissements d’habitat populaire sans âmes... ni égouts. Belém connaît une phase de croissance urbaine soutenue où la prédominance du fonctionnalisme provoque des déséquilibres de configurations spatiales. Dans le quartier ancien, une maison coloniale s’adosse à une tour de plus de vingt étages tout en faisant face à un bidonville.

13A cette époque, de nombreux bâtiments publics néoclassiques sont abandonnés et subissent les aléas du climat équatorial humide qui ronge les structures et les façades. Tournés vers le futur, synonyme de modernité, les pouvoirs publics ne s’intéressent plus au passé de la ville, par conséquent ils délaissent son patrimoine architectural. Le mode de gestion retenu confère à l’espace urbain une nouvelle dimension où le fonctionnel prime sur l’esthétisme dont la représentation a elle aussi évolué. Le sort des maisons anciennes particulières dépend de leur propriétaire. Il est fréquent que le bien reçu en héritage ne fasse pas l’unanimité des héritiers qui ne s’accordent pas sur la gestion de ce patrimoine. Les causes le plus souvent évoquées sont le coût élevé des frais de rénovation et le manque d’intérêt pour la maison. Il faut dire qu’à cette époque, les subventions n’existent pas ni pour la restauration ni même pour le maintien en état. Par ailleurs, très souvent, ces héritiers n’habitent plus sur place, ce qui les incite à vendre cette maison au plus offrant. Dans le meilleur des cas, il est acheté par des instituts bancaires ou des sièges d’entreprises toujours intéressés par ce genre d’acquisition prestigieuse. Depuis peu, certaines écoles privées achètent ces grandes maisons souvent dotées d’un jardin. Les arguments d’achat sont la vaste superficie des locaux et leur localisation géographique dans les limites du premier legs patrimonial. Il est vrai que face à la raréfaction de l’espace disponible et la densification excessive du centre-ville auxquelles s’ajoutent les limites géomorphologiques du site, Belém connaît une forte spéculation foncière (Serre, 2001, p. 89). Dans les cas extrêmes, la maison retient l’attention des promoteurs immobiliers uniquement intéressés par le terrain sur lequel ils projettent la construction d’un immeuble d’habitations d’une vingtaine d’étages. Il est d’ailleurs fréquent que le prix d’acquisition soit négocié en nombre d’appartements livrés clef en main aux propriétaires. La démolition de ces maisons anciennes aux façades embellies d’azulejos et dôtée d’un fronton baroque est une véritable catastrophe pour le patrimoine historique de la ville. Dans d’autres cas moins extrêmes, ces maisons, laissées à l’abandon, se dégradent au rythme des saisons des pluies (fig. 2). Subissant l’assaut d’une végétation luxuriante, elles sont envahies par des lianes et des plantes parasites, des arbustes prennent racine sur les parties planes de l’édifice. Et le climat équatorial avec son l’humidité excessive poursuit lentement leur dégradation.  

14Ce n’est que dans les années 1980 que la politique municipale réintègre l’aspect patrimonial dans sa gestion. Elle fait repeindre et remettre en état quelques bâtiments publics représentant le pouvoir. Certains sont aménagés pour répondre à leurs nouvelles fonctions (Secrétariat municipal, institut public...), mais en général ils n’ont pas fait l’objet de travaux d’aménagement intérieur. Les fonctionnaires reconnaissent parfois que ces locaux ne sont pas adaptés à leur fonction comme celle de l’accueil du public. Il est indéniable que ce mode de gestion permet de réintégrer le patrimoine historique bâti dans la ville moderne où il retrouve une place et une fonction économique ou socioculturelle. Cette attitude annonce les prémices d’une nouvelle politique : celle du sacre du patrimoine et de la culture.

Patrimoine industriel et patrimoine de l’humanité

15A l’époque de l’industrie culturelle, expression empruntée à Choay (1999, p. 152), le leitmotiv des élus de toute affiliation politique confondue, est la mise en valeur des diverses formes du patrimoine. Cette politique passe par une législation spécifique et par un ensemble de projets de réhabilitation.

16Au niveau régional, le gouvernement de l’état du Pará a pris en charge la restauration du complexe industriel du port de Belém. Laissé pour compte du progrès technique et en partie désaffecté depuis le début du XXe s., ce complexe portuaire posait des problèmes de gestion aux responsables politiques. Définir une politique face aux friches industrielles en centre-ville n’est pas une chose aisée : démolir au nom de la modernisation ou préserver et restaurer ? L’option retenue est l’adaptation de cet espace à de nouvelles fonctions, tout en tirant profit de ses avantages géographiques et techniques (vaste surface et proximité du fleuve). Le projet "Station Docks : la ville embrasse le fleuve" divise les 32 000 m2 selon des fonctions spécifiques (fig. 3). Un premier hangar, boulevard des Arts, sert de salle d’exposition permanente de l’histoire de la ville où sont présentés des photographies anciennes et des objets séculaires, véritable mémoire du port. Le second hangar, le boulevard de la Gastronomie, est composé de restaurants régionaux et internationaux, à l’image de la population qui a façonné la ville. Le boulevard des Foires et des Expositions est un espace consacré aux événements culturels ponctuels où plus de 400 personnes peuvent être accueillies. Enfin, le dernier espace est celui du terminal d’embarquement des voyageurs. Le long du fleuve, une promenade publique de plus de 500 mètres agrémente l’ensemble. La réintégration de ce complexe portuaire désaffecté dans la vie contemporaine est une forme audacieuse et réussie de valorisation du patrimoine industriel. De plus, en ouvrant un accès public sur l'eau, la politique d'aménagement rompt avec la tradition de réserver cet espace aux forces armées ou aux entreprises de transport privé qui jusqu'à présent en détenaient le monopole.

17Au niveau municipal, plusieurs chantiers sont mis en œuvre pour réhabiliter toutes les formes de patrimoine culturel. L’exemple de la restauration du marché Ver-o-Peso est riche d’enseignements. Depuis plusieurs années, les pêcheurs et les marchands, parfois aidés dans leur tâche par la municipalité, en assuraient eux-mêmes la gestion, laquelle se limitait à un entretien sommaire. L’état déplorable dans lequel se trouvait le marché et ses environs faisait de cet endroit un lieu où les touristes ne devaient pas s’éterniser. Or, le Ver-o-Peso est l’un des lieux les plus symboliques et représentatifs de Belém, un espace clef de l’identité économique et culturelle de la ville et de sa région. Sa structure de métal et de pierre, témoin de l’évolution technique, constitue une véritable synthèse de l’histoire architecturale de la ville. De plus, il s’agit d’un musée vivant des pratiques culturelles au sein duquel l’imaginaire amazonien se perpétue. Consciente de l’importance de ce patrimoine tant pour la ville que pour l’histoire du peuplement de l’Amazonie, la municipalité a mené de front plusieurs projets d’aménagement. En partenariat avec la société civile (associations locales, coopérative et syndicat), le marché a été organisé par fonctions. L’aménagement des abords du marché couvert a permis l’ouverture d’un marché d’artisanat où la richesse du savoir-faire local est présentée. Tout ce qui concerne la restauration ambulante a été regroupé le long du fleuve où se déguste la diversité du patrimoine culinaire issue du brassage culturel. Plats aux noms indigènes, composés d’ingrédients régionaux et africains, cette gastronomie locale a en effet bénéficié d’une "politique de réhabilitation". Par ailleurs, en centre-ville, la municipalité a aménagé un espace pour accueillir les stands de restauration où est servi un menu unique typique de la région.

18La réhabilitation du complexe Ver-O-Peso est un véritable succès tant pour le marché que pour le quartier avoisinant ainsi doté d’une nouvelle image de marque. La fréquentation du quartier a évolué, devenant un lieu de promenade chaleureux. Forte de ce succès, la ville de Belém persuadée de sa valeur universelle exceptionnelle d’un point de vue historique et artistique, a sollicité l’inscription du Ver-O-Peso sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il faut dire que l’obtention de cette inscription est un indice de prestige international, qualification non négligeable pour une ville qui se présente comme la capitale culturelle de l’Amazonie.

Le patrimoine culturel et l’émergence d’une culture urbaine

19La révolution la plus profonde réside dans l’instauration en 1997 d’une politique de gestion participative dont l’initiative revient à l’équipe municipale du Parti des Travailleurs (PT). Une coalition Frente Belém Popular formée par l’union des partis de gauche met en œuvre un programme Governo do Povo qui est à la fois un projet politique et un projet urbain. Ainsi la gestion publique de la ville dépend des rubriques du budget participatif élaboré lors de réunions auxquelles est conviée la population. Instrument de gestion démocratique de la ville, le budget participatif est un outil éducatif qui amène les habitants à agir en citoyens. Dès la première année, les principales revendications populaires se traduisent par un reclassement des dépenses publiques en faveur des quartiers les moins équipés pour l’obtention d’un minimum d’infrastructures de base. En centre-ville, la demande se focalise sur une reconsidération de l’espace public laissé à l’abandon. Pour répondre à une forte demande sociale, divers projets socioculturels ont été mis en œuvre dans le domaine de l’éducation, de la santé et de la formation. Pour le volet patrimoine, on retient le programme Revitalizar Belém. Celui-ci concerne la reconnaissance et la restauration publique et privée du patrimoine historique, la revalorisation de l’espace public par l’aménagement des berges du fleuve et celui de places et espaces verts. Il soutient aussi des actions culturelles parmi lesquelles on note l’Aldeia Cabana, cabane traditionnelle retraçant l’histoire de la révolte populaire du siècle dernier. Lieu de culture populaire où sont organisés spectacles et manifestations, sa localisation revitalise le centre- ville qui entre dans une nouvelle époque : celle de la reconnaissance de son histoire populaire et de sa richesse socio-culturelle considérées comme des atouts et des ressources en développement à exploiter.

20Le mode de gestion de la municipalité a un rôle décisif dans la protection du patrimoine avec notamment la mise en vigueur en 1999 de la loi Tó Teixeira. Cette loi préconise qu’une partie des impôts locaux finance des travaux de restauration mais aussi une panoplie d’activités culturelles : spectacles, festivals, foires, formations artistiques, événements sportifs et culturels. C’est ainsi que des projets socioculturels ont été mis en place en collaboration avec la population et la société civile organisée. Il s’agit de carnavals de rue, de groupes de musique et de théâtre, de groupes de danse Bois-Bumbás ou de Capoeira. Dans ce mode de gestion pionnier, on observe que le patrimoine est considéré dans ses dimensions éducatives qui s’appuient sur l'animation ou l’enseignement du patrimoine culturel. Cette démarche permet la (ré)appropriation du patrimoine culturel par l'ensemble des citoyens. Le but recherché est de rendre le patrimoine accessible à tous. Lamy (1992) affirme que cette approche est un outil d'intégration qui favorise le développement d'un sentiment d'appartenance à un groupe social tout en respectant les particularismes. Ces mesures visent autant à lutter contre l’exclusion sociale et spatiale qui fut longtemps le résultat des politiques passées qu’à reconsidérer l’aménagement de la ville en fonction de son histoire. L’éducation faite par le biais de cette initiation au patrimoine est une véritable source de développement sur laquelle la municipalité s’appuie pour mettre en œuvre une politique d’intégration sociale.

21En conclusion, on constate que cette gestion a changé profondément la physionomie de Belém. Outre l’aspect extérieur de la ville (revêtement des avenues, canalisation des marigots, aménagement de places publiques, ouverture d’une promenade le long du fleuve, restauration de bâtiments publics...), la population plus consciente de sa diversité s’est forgée une identité culturelle. Il faut dire que le cadre même de Belém, avec la forêt amazonienne aux portes de la ville, ses richesses écologiques, son fleuve majestueux, ses îles et son mode de vie traditionnel, sont autant de ressources qui contribuent au patrimoine naturel de ville. La ville, promoteur du patrimoine, se doit d’élaborer une politique qui identifie et protège ce patrimoine. Or, au-delà des monuments architecturaux, la notion de patrimoine s’est étendue à d’autres domaines (gastronomie locale, culture populaire, danse traditionnelle...) révélant ainsi une pluralité de savoir-faire. La municipalité de Belém considère cette diversité comme une ressource de développement pour sa politique d’intégration des exclus et des minorités. De ce fait, sa politique patrimoniale est évolutive en résonance avec la mémoire et sensible aux nouvelles tendances. Toutefois, comme le recommande Choay (op. cit. p. 170), il faut savoir éviter les effets pervers de l’industrie patrimoniale (banalisation, surconsommation, coût élevé d’entretien...), qui portent préjudice à long terme à la gestion du patrimoine. Il en est de même lors de la mise en valeur inconditionnelle de tout ce qui pourrait être considéré comme patrimoine. Cette attitude nuit au concept même de patrimoine qui doit conserver ses dimensions structurantes. Et si Belém prétend au titre de capitale culturelle de l’Amazonie, les responsables politiques doivent maintenir une certaine rigueur dans la définition de sa politique patrimoniale.

Figure 1 : Maisons de commerce du début du XXe s. face aux immeubles de grande hauteur

Figure 1 : Maisons de commerce du début du XXe s. face aux immeubles de grande hauteur

Figure 2 : Les maisons individuelles entre rénovation et dégradation du patrimoine

Figure 2 : Les maisons individuelles entre rénovation et dégradation du patrimoine

Figure 3 : La station Docks, exemple réussi de restauration du patrimoine industriel

Figure 3 : La station Docks, exemple réussi de restauration du patrimoine industriel
Haut de page

Bibliographie

Azevedo L., 1901, Os Jesuitos no Grão Pará, Belém, 366 p.

Baena A.L.M., 1816. Compêndio das eras da Província do Pará, Tip. Santos e Santos, Pará, Belém, 648 p.

Barata M.M.C., 1973. Formação histórica do Pará, UFPa, Coleção Amazônica, Serie José Veríssimo, Belém, 376 p.

Prefeitura Municipal de Belém, Lei nº 7.850-97, de 20 de Novembro de 1997, Dispõe sobre incentivo fiscal para realização de projetos culturais ou esportivos amadores, Lei Tó Teixeira, Diário Oficial do município de Belém, n° 7.760, Belém. http://fumbel.com.br/leito1.htm

Choay F., 1999. L’allégorie du patrimoine, Ed. Du Seuil, Paris, 272 p.

Cruz E., 1963. História do Pará, Belém, Universidade Federal do Pará, Coleção Amazônica, Belém, 854 p.

Cruz E., 1973. História de Belém, Universidade Federal do Pará, Coleção Amazônica, Belém, 2 vol., 382 et 490 p.

Di Paolo p., 1990, Cabanagem : A revolução popular da Amazônia, Belém, CEJUP, 415 p.

LAMY, 1992, Le pouvoir de protéger : approches, acteurs, enjeux du patrimoine en Aquitaine, Bordeaux, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 206 p.

Meira A., 1976, Evolução histórica de Belém do Grão-Pará, Instituto Histórico e Geográfico, Belém, 435 p.

Minguet H., 1992, La Condamine, Viagem pelo Amazonas : 1735-1745. Seleção de textos, introdução e notas, EDUSP, São Paulo, 156 p.

Penteado A.R., 1968, Belém, Estudo de geografia urbana, Universidade Federal do Pará, Coleção Amazônica, Serie José Veríssimo, Belém, 2 vol., 183 et 448 p.

Reis A.C.F.,1972, Síntese da História do Pará, Amazônia Edições Culturais Ltda, Belém, 458 p.

Serre A., 2001, Une ville amazonienne, Belém. Aménagement urbain et organisations populaires, Paris, L’Harmattan, 190 p.

Tocantins L., 1987, Santa Maria de Belém do Grão Pará, Editora Italiaia Limitada, Belo Horizonte, 489 p.

Weber M., 1982, La ville, Paris, Aubier, 218 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Maisons de commerce du début du XXe s. face aux immeubles de grande hauteur
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/748/img-1.png
Fichier image/png, 765k
Titre Figure 2 : Les maisons individuelles entre rénovation et dégradation du patrimoine
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/748/img-2.png
Fichier image/png, 773k
Titre Figure 3 : La station Docks, exemple réussi de restauration du patrimoine industriel
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/748/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Serre, « Patrimoine et politique d’aménagement : du fonctionnalisme à l’émergence d’une culture urbaine à Belém do Pará (Brésil) », Géocarrefour, vol. 79/3 | 2004, 239-246.

Référence électronique

Agnès Serre, « Patrimoine et politique d’aménagement : du fonctionnalisme à l’émergence d’une culture urbaine à Belém do Pará (Brésil) », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/748 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.748

Haut de page

Auteur

Agnès Serre

Chercheur associé, Centro do Desenvolvimento Sustentàvel, Université de Brasilia UnB, SAS Quadra 05, bloco H, 70070-914 BRASILIA DF – BRASIL E.mail : atserre@aol.com 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page