Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Another Global City. Historical Explorations into the Transnational Municipal Moment 1850-2000, ss dir. Pierre-Yves Saunier et Shane Ewen

Aude Signoles
p. 285-287
Référence(s) :

Saunier P.-Y. , Ewen S. (dir.), Another Global City. Historical Explorations into the Transnational Municipal Moment 1850-2000, Palgrave Macmillan, 2008, 256 p.

Texte intégral

1L’ouvrage co-dirigé par Pierre-Yves Saunier et Shane Ewen mérite de faire partie des publications de référence dans les études sur la mondialisation et les acteurs transnationaux. Son originalité provient d’abord des choix de méthode réalisés, qui ont conduit l’ensemble des contributeurs de l’ouvrage à faire des municipalités des lieux d’observation privilégiés du processus de mondialisation, entendu comme l’interconnectivité des sociétés et des hommes et la circulation des idées par-delà frontières nationales et espaces géographiques.

2Les contributeurs du présent volume partent de la remise en cause de deux postulats théoriques, encore fortement ancrés dans les débats en économie politique, relations internationales et sociologie politique. Le premier de ces postulats considère la mondialisation comme un phénomène relativement récent, lié à la complémentarité croissante des économies à partir des années 1980. Le second part du principe que les pouvoirs locaux - notamment en Europe - ont été des acteurs marginalisés du jeu politique par les Etats-nations tout au long du vingtième siècle jusqu’au début des années 1980. Les auteurs s’attachent, au contraire, à montrer comment les acteurs municipaux ont, dès la deuxième moitié du 19ème siècle, contribué à l’interdépendance croissante des villes et à leur ouverture à l’international, que ce soit par l’échange de savoir-faire, le partage d’expériences et de problématiques communes, l’envoi de délégations d’élus à l’étranger ou la circulation de modèles de gestion urbaine. Ce faisant, ils replacent la mondialisation dans une perspective historique et renouvellent les approches de ce thème à partir de l’histoire urbaine.

3Leurs hypothèses de départ, fort stimulantes, dynamisent également les études urbaines qui s’intéressent, d’ordinaire, davantage aux politiques de distribution des services publics municipaux et à leurs enjeux sociaux, qu’à l’établissement de « ponts » entre les questions de politiques urbaines, la coopération de « ville à ville » et la circulation transfrontalière de savoirs locaux. Les espaces d’enquête investis contribuent aussi à l’originalité de l’ouvrage : les auteurs privilégient ici l’étude des villes « de second rang » qui luttent pour la reconnaissance de leur statut sur la scène internationale (telles que Osaka, Lyon, Birmingham ou Montréal), plutôt que celle des capitales d’Etat qui s’autoproclament « villes globales ».

4La thèse défendue par les auteurs de l’ouvrage établit que, depuis la deuxième moitié du 19ème siècle, dans un contexte où les villes deviennent à la fois acteurs et produits de la mondialisation, les municipalités connaissent un « moment transnational » qui les conduit à tisser des liens avec d’autres entités subétatiques, voire à conduire des politiques « diplomatiques » indépendamment de l’action de politique extérieure des gouvernements centraux. Cette thèse est solidement confirmée tout au long de l’ouvrage par des études de cas concrêtes et précises, réalisées à partir d’un travail d’archives. Elle s’inscrit en faux contre l’idée - souvent avancée dans les publications européennes récentes sur les gouvernements locaux - que les coopérations de « ville à ville » auraient changé de registre à partir des années 1980 et abandonné le discours altruiste et solidariste de l’après deuxième guerre mondiale à l’origine des premiers jumelages franco-allemands. Pour les auteurs de l’ouvrage, trois « régimes de municipalisation », entendus comme des manières-types de coopérer à l’international, cohabitent depuis 1850. Ces trois régimes ont, certes, chacun, leur période d’expansion privilégiée. Ainsi, le premier de ces régimes, qui se caractérise par l’existence de réseaux d’échanges informels fortement personnalisés, est-il plus particulièrement repérable au début du 20ème siècle. Le deuxième prend forme après 1945 et consiste en la formalisation de la coopération via la création d’institutions internationales de représentation. Le troisième tend à dominer dans les deux dernières décennies du 20ème siècle : il fait du commerce, et plus précisément de la mesure de la compétitivité et de la recherche de « niches » économiques, le moteur privilégié de l’action municipale de coopération internationale. Mais, en aucun cas, ces « régimes de municipalisation » ne se succèdent dans le temps. R. Payre et P.Y. Saunier illustrent ce fait en montrant qu’une ville comme Lyon s’appuie aujourd’hui largement sur Eurocités, un organisme de représentation des intérêts des grandes villes européennes, pour défendre son « rang » sur la scène internationale, dans la mesure où celui-ci lui permet de répondre à des appels d’offre européens qui attirent les investissements économiques.

5L’autre problématique majeure traitée de front dans Another Global City est celle de l’importation/exportation des modèles de développement. Ici, les auteurs ne remettent pas totalement en cause l’idée d’une certaine uniformisation des modèles de « management » des villes. Il est vrai que l’idéologie du progrès (progressivism), qui renvoie à la croyance en l’existence d’une trajectoire commune aux pays industrialisés, fait son chemin à partir de 1850 et voyage – y compris jusqu’au Japon de l’ère Meiji, comme le montre l’article de J. Hanes. Cette idéologie contribue à la circulation d’outils « universels » de « bonne gouvernance » qui permettent a priori de résoudre, partout, le même ensemble de problèmes posés du fait de l’industrialisation des villes. Mais les contributeurs de l’ouvrage nuancent la thèse de l’homogénéisation des modèles de gouvernement urbain, en montrant les imbrications et/ou adaptations de modèles réalisées localement. Leurs conclusions s’inscrivent, en cela, dans la lignée des travaux des politistes africanistes (DARBON, 2009) qui, à partir du concept « d’hybridité », montrent toute la variété et la complexité des mouvements de va-et-vient culturels.

6Plaidant pour un dépassement de l’analyse centre/périphérie, les contributions démontrent que les transferts de modèle ne sont pas toujours uni-directionnels. Plusieurs études de cas soulignent ainsi que la circulation de modèles ne s’opère pas exclusivement dans le sens Nord-Sud. Par exemple, N. H. Kwak montre que, à Singapour, les élites locales ont longtemps été inspirées par les Etats-Unis en matière urbaine, mais le phénomène de ghettoïsation observé dans les quartiers noirs-africains à partir des années 1960 les a conduit à produire leur propre modèle de réhabilitation des quartiers déshérités. Celui-ci fait de la planification des villes nouvelles un moyen d’apporter un logement décent aux classes ouvrières, ainsi que de parer aux risques de fragmentation urbaine repérés ailleurs. Les élites de Singapour font ensuite de leur modèle un outil de « bonne gouvernance » à exporter. De la même manière, l’analyse de N. Lafi prend à rebours l’idée que les politiques de réforme impulsées par l’administration ottomane durant la période des Tanzimat (1830-1910) n’ont été que le produit d’idées et de techniques importées de l’Europe occidentale. Elle démontre, au contraire, que la circulation des hommes, savoirs et savoir-faire, s’est opérée dans les deux sens, sans pour autant signifier l’égalité des partenaires dans l’échange. L’article de A. Brown-May sur l’Australie du 19ème siècle peaufine le tableau, en montrant que les transferts de modèle ne sont pas toujours le produit de seuls rapports de domination politique. Les projets d’aménagement urbain des édiles de Melbourne sont ainsi davantage influencés par le partage d’expérience avec leurs homologues de Berlin ou New York, que par les actions et modèles de gouvernance impulsés depuis le centre britannique. De leur côté, S. Robin et S. Velut précisent que la circulation des outils, experts et cadres de référence relatifs à la « question urbaine », ne suivent pas forcément la hiérarchie classique des villes. Porto Alegre constitue ainsi l’exemple parfait d’une ville brésilienne de taille « moyenne », dont la formule locale du « budget participatif » a été largement exportée par la Banque Mondiale, ce qui lui a assuré une forte aura internationale. Le voyage du paradigme s’est néanmoins accompagné d’un changement de sens non négligeable.

7L’ensemble des contributions de l’ouvrage permet aussi de souligner la multiplicité des vecteurs par lesquels l’interconnectivité des villes est rendue possible. Celle-ci peut être le résultat d’un grand formalisme comme le produit du seul activisme d’un individu. Il peut être tant le fait d’exécutifs locaux ou de personnels techniques municipaux, d’universitaires ou d’urbanistes, de groupes communautaires spécifiques que de simples citoyens. Les auteurs s’interrogent enfin sur ce qui circule « de ville à ville », par-delà les frontières étatiques, et qui contribue à la formation d’une appréhension commune des enjeux de développement urbain ainsi qu’à la constitution, par accumulation, d’une science des affaires communales.

8L’ouvrage traite également, mais de manière moins frontale, de la thèse - centrale en relations internationales et en science politique – du primat de l’Etat. Plusieurs contributions montrent que certains acteurs supra-étatiques se substituent parfois à l’Etat et constituent des centres de référence alternatifs pour les élus locaux. Tel est notamment le cas des représentants locaux des villes « de second rang » qui font face à des conjonctures de crise, et pour lesquels l’insertion dans des réseaux européens de villes jumelées constitue souvent une « fenêtre d’opportunité » car elle facilite l’accès à des fonds européens visant à transformer la structure des économies locales. L’article de S. Ewen sur la Birmingham des années 1980 le démontre clairement.

9D’autres articles vont jusqu’à parler de « politiques étrangères municipales ». Le cas le plus emblématique, traité ici par J. Soffer, est celui du maire de New York, E. Koch (1977-1990). Durant sa longue mandature, E. Koch a, en effet, investi le champ de la « paradiplomatie » de manière telle qu’il a questionné le principe constitutionnel de « suprématie » de l’Etat en matière de politique étrangère (VILTARD 2008). Son positionnement critique à l’égard du Président R. Reagan, qui refusait de condamner la politique d’apartheid du gouvernement sud-africain, souligne que la « diplomatie de la ville » peut constituer une modalité de l’action contestataire des élus locaux. Dans la même veine, la contribution de Y. Hsu sur Montréal souligne que l’ouverture de liens de coopération avec Shangaï permet à P. Bourque, premier édile de la ville entre 1994 et 2001, de prendre place sur un marché intérieur chinois prometteur, voire de prendre sa revanche sur Toronto, l’ancien rival politique du Québec souverainiste.

10La réflexion sur ce point pourrait néanmoins être prolongée dans des travaux ultérieurs et interroger les effets de la conjoncture politique internationale et de l’idéologie sur la conclusion des jumelages. Diverses questions découlent, en effet, du présent ouvrage : dans quelle mesure la guerre froide a t-elle guidé l’action extérieure des municipalités ou la constitution de fédérations internationales d’élus locaux ? Dans quelle mesure, également, l’existence de revendications autonomistes ou de mouvements de reconnaissance d’une spécificité culturelle (au Québec, au Pays Basque, en Irlande du Nord, etc.) conduit-elle à la formulation d’une « diplomatie de ville » antinomique des objectifs de politique étrangère étatique ?

  • 1 Voir Bertrand Gallet, 2005. Bertrand Gallet est Directeur de Cités Unies France, l'une des plus im (...)
  • 2 Ce repli sur les problèmes “domestiques” est analysé par VILTARD (2008).

11L’ouvrage permet également de s’interroger, dans une perspective de droit public comparé, sur l’existence (ou non) d’une variable institutionnelle qui expliquerait l’investissement différencié des élus locaux sur les questions de politique internationale. La forme de l’Etat (unitaire ou fédéral) apparaîtrait-elle alors comme discriminante ? Le fait est que, en France, pays de tradition fortement centralisatrice, la coopération décentralisée s’inscrit davantage dans la continuité de la diplomatie d’Etat que contre elle1. Dans le même temps, l’autonomie d’action des élus locaux permet à ces derniers d’afficher, s’ils le désirent, leurs préférences politiques en se jumelant avec des villes proches de leur camp idéologique ou partageant la même analyse sur la « marche du monde ». Mais différents types de contraintes peuvent également conduire les élus locaux à maintenir des accords de partenariat hérités, quand bien même, localement, ils s’appuient sur des réseaux de clientèle qui ne sont pas les leurs. Tel est le cas, par exemple, de la ville de Lyon où l’arrivée au pouvoir municipal d’une majorité socialiste n’a pas fondamentalement changé le contenu de l’action de coopération extérieure jusque-là engagée, comme le montre l’article de R. Payre et P. Y. Saunier. Ailleurs, en revanche, certains jumelages peuvent ne pas résister au départ du maire qui en a été l’initiateur. C’est ce qui s’est passé à Montréal avec l’action menée en direction de Shangaï (Y. Hsu). Ainsi faudrait-il approfondir, à terme, la manière dont les institutions peuvent constituer des contraintes à l’action municipale et, inversement, davantage observer comment la conduite d’une « politique étrangère municipale » peut contribuer à la formation du leadership politique d’un élu local. Peu est dit, également, sur l’assise sociale servant de support à l’action de coopération décentralisée des élus municipaux. L’article sur Montréal montre pourtant à quel point la politique extérieure d’un maire peut être décriée localement, parce qu’elle ne répond pas aux besoins immédiats des habitants d’un plus de protection sociale ou d’un plus de services publics. Ainsi, l’étude des perceptions locales de l’action étrangère des municipalités pourrait constituer un intéressant prolongement à cet ouvrage, d’autant plus que, aux Etats-Unis, depuis la fin de la guerre froide, les acteurs municipaux comme les théoriciens des relations internationales tendent à considérer que les problèmes de pauvreté dans les villes américaines et ceux de la fragmentation urbaine qui y sont liés, devraient primer sur les considérations de solidarité internationale et la « diplomatie des villes »2.

Haut de page

Bibliographie

Darbon D., La politique des modèles en Afrique. Simulation, dépolitisation et appropriation, Karthala, 2009, 288 p.

Gallet B., « Les enjeux de la coopération décentralisée », Revue Internationale et Stratégique, n° 57-1, p. 61-70

Viltard Y., « Conceptualiser la 'diplomatie des villes'. Ou l'obligation faite aux relations internationales de penser l'action extérieure des gouvernements », Revue Française de Science Politique, 2008/3, vol. 58, Presses de Sciences Po, p. 511-533.

Haut de page

Notes

1 Voir Bertrand Gallet, 2005. Bertrand Gallet est Directeur de Cités Unies France, l'une des plus importantes associations d'élus locaux français investis dans la coopération “de ville à ville”.

2 Ce repli sur les problèmes “domestiques” est analysé par VILTARD (2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Signoles, « Another Global City. Historical Explorations into the Transnational Municipal Moment 1850-2000, ss dir. Pierre-Yves Saunier et Shane Ewen », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 285-287.

Référence électronique

Aude Signoles, « Another Global City. Historical Explorations into the Transnational Municipal Moment 1850-2000, ss dir. Pierre-Yves Saunier et Shane Ewen », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7469

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org