Navigation – Plan du site

Du monument isolé au "tout patrimoine"

From the protection of individual historic monuments to widespread heritage conservation
Régis Neyret
p. 231-237

Texte intégral

1Depuis que l’Abbé Grégoire a créé le musée des Monuments français en 1795, on a assisté à une lente évolution des mentalités. L’intérêt porté au XIXe s. aux monuments, puis plus récemment aux quartiers et ensembles anciens, a su peu à peu se frayer un consensus dans l’opinion publique. Nous jetterons ici un regard rétrospectif sur ce lent passage de l’opposition à l’approbation de la politique du patrimoine, avant de nous demander si les aménageurs du XXIe s. ne vont pas se trouver submergés par le raz de marée du "tout patrimoine". La destruction de quelques trésors de l’humanité, tels que les Bouddhas afghans ou la bibliothèque de Bagdad, marquerait-elle le contrepoint extrême de notre envie occidentale de tout patrimonialiser ?

XIXe siècle : l’invention des monuments historiques

2Revenons d’abord à la révolution - celle de 1789. Des exaltés ont alors voulu faire disparaître un peu partout en France "les monuments qui symbolisaient les âges de la barbarie". Les prisons d’abord, comme la Bastille à Paris ou Pierre Scize à Lyon, mais aussi les châteaux, les églises et les couvents. On décida même la disparition des villes rebelles : en 1793, la Convention décréta "Lyon n’est plus", et changea son nom en celui de "Ville Affranchie". C’est alors que l’Abbé Grégoire, futur député de Grenoble, stigmatisa les "vandales" (mot inventé par lui) et commença à rassembler quelques éléments de ce qu’on n’appelait pas encore "patrimoine". Il utilisa le dépôt d’objets établi aux Petits Augustins à Paris sous la responsabilité d’Alexandre Lenoir, qui devint le "musée des Monuments français". Des historiens racontent que, pour enrichir son musée, Lenoir encouragea la destruction de quelques bâtiments de qualité… Parallèlement, la Convention créait à Paris le premier "conseil général des Bâtiments civils", destiné à gérer les propriétés confisquées aux aristocrates et aux ecclésiastiques. A la suite, Napoléon et l’Empire couvrirent la France de nouveaux musées, enrichis grâce à ce qu’on appelait alors des prises de guerre.

3Mais déjà des controverses surgissaient. En 1816, sous la Restauration, Quatremère de Quincy, auteur d’un des premiers "dictionnaires d’architecture", obtint la fermeture du musée des Monuments français, car il considérait les musées comme des "cimetières de l’art".

4A la même époque, les entrepreneurs - suivant l’exemple de leurs prédécesseurs des siècles passés - continuaient à utiliser les monuments comme des carrières très commodes. Cluny, qui n’avait pas été détruite par la Révolution, fournit les pierres qui servirent à construire les maisons voisines pendant les trente premières années du XIXe s. Au Mans, en 1809, le Maréchal Soult détruisit l’abbatiale Saint-Vincent pour que les 200 cavaliers de sa garnison puissent évoluer confortablement. A Lyon, on transforma en logements les églises Saint-Etienne et Sainte- Croix, à proximité de la cathédrale Saint-Jean, tandis que la chapelle baroque de la Trinité (heureusement restaurée… à la fin du XXe s. seulement !) devenait la salle de gymnastique de Lycée royal, devenu lycée Ampère. On pourrait multiplier les exemples.

5Il fallut attendre 1830 : Guizot proposa au roi la nomination de Ludovic Vittet comme premier inspecteur général des Monuments historiques. Le terme était apparu pour la première fois en 1819 dans le budget du ministère de l’Intérieur, avec l’octroi d’un crédit spécifique pour les "Monuments historiques". En 1834, Prosper Mérimée succéda à Vittet et se passionna pour sa tâche. Il chemina à travers la France de villes en villages, et ses 18 grandes tournées d’inspection se traduisirent par des propositions de classement faites au "comité des Arts et Monuments" créé par Guizot en 1837. Ce comité, bientôt transformé en commission (aujourd’hui supérieure !) des Monuments historiques, publia sa première liste en 1840 : elle permit le sauvetage de la Madeleine à Vézelay, de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers, de la Basilique d’Ainay, de Saint-Bonaventure et de Saint-Nizier à Lyon.

6Une partie de l’opinion publique avait été sensibilisée au problème, grâce aux Romantiques qui redécouvraient l’époque médiévale, à Victor Hugo qui avait publié Notre-Dame de Paris en 1831, et à Montalembert dont la Lettre sur le vandalisme en France date de 1833. Parallèlement, les amateurs de musique créaient à Paris, en 1832, les premiers "concerts historiques", qui ressuscitaient le répertoire sacré de Palestrina et de la Renaissance.

7Les édifices choisis sur les premières listes de la commission répondaient aux goûts de l’époque et s’appuyaient sur les critères d’ancienneté définis par les spécialistes. Le Moyen Age fut d’abord privilégié, avec l’Antiquité et la Renaissance. Mais c’est seulement à la fin du XIXe s. que les réalisations architecturales des XVIIe et XVIIIe s. suscitèrent à leur tour l’intérêt. Quant au XIXe s., très peu de gens, jusque dans les années 1960 auraient eu l’idée d’attacher quelque importance à ses réalisations monumentales. Au point qu’André Malraux lui-même, dans son discours présentant aux députés la loi de 1962 créant les Secteurs sauvegardés (nous en reparlerons) déclarait : "S’il est raisonnable de démolir telles sinistres rues du XIXe s. pour les remplacer par des HLM, il est déraisonnable de traiter de la même façon les rues de la Renaissance ou du XVIIe s.".

8La "demande sociale" a changé et elle s’attache aujourd’hui aux XIXe et XXe s. Mais le poids de l’ancienneté reste un critère déterminant dans la répartition des 42 000 monuments historiques dûment "classés" ou "inscrits" depuis 160 ans (chiffres arrondis) :

  • Archéologie : 2 500 6 %

  • Moyen Age : 14 000 33 %

  • XVIe - XVIIIe s. : 19 000 46 %

  • XIXe - XXe s. : 6 500 15 %

9L’intérêt porté aux monuments historiques n’a jamais été unanime, et les batailles contre les "vandales" ont été (et sont encore !) le lot commun à travers la France (Béghain, 1997, 1998). Prosper Mérimée, s’appuyant sur l’expérience de ses tournées d’inspection, décernait ses prix de vandalisme dans l’ordre suivant : 1er prix aux maires, 2e prix au clergé, 3e prix aux préfets… De leur côté, les amateurs des monuments s’appuyaient à la fois sur l’action de multiples associations, et sur une législation de plus en plus efficace.

10A côté des prestigieuses académies parisiennes, les 33 académies provinciales créées à la fin du XVIIe et surtout au XVIIIe s. avaient toutes été supprimées en 1793. Mais la Restauration, la monarchie de Juillet et le second Empire ont vu renaître une floraison de sociétés savantes, littéraires, archéologiques, historiques ou scientifiques, qui s’intéressaient à la sauvegarde des monuments et s’appuyaient sur des collections ou des publications. Françoise Bercé, inspectrice générale du Patrimoine, estime qu’elles regroupèrent, au XIXe s., 200 000 membres érudits, à travers plus de 1 000 académies et sociétés.

11Parallèlement à ce mouvement d’intérêt général, l’Etat créa et conforta peu à peu une institution spécifique chargée des Monuments historiques, dotée de moyens financiers qui progresseront jusqu’en 1882, année du budget le plus élevé (1 600 000 F, or, cette année là). Cette administration fut d’abord calquée sur les diocèses, organisés en circonscriptions dès 1848. Les monuments étaient gérés par des architectes diocésains dirigés par trois architectes "inspecteurs généraux". La première "loi de classement des monuments historiques d’intérêt national", qui protégeait les seules propriétés communales, a été votée en 1887, et un cours d’architecture médiévale créé à l’école des Beaux-Arts de Paris. Dix ans après, en 1897, le titre d’architecte en chef des Monuments historiques est créé à son tour, mais il faut attendre 10 ans (1907) pour qu’un décret d’application définisse leur statut, et encore 10 ans (1917) pour qu’un autre décret précise leur mode d’honoraires…

12Entre temps a été votée la loi la plus importante dans ce domaine, qui est toujours en vigueur un siècle après : la loi du 31 décembre 1913, qui étendait, avec l’accord de leurs propriétaires, les mesures de protection aux biens privés (une indemnité compensatrice était prévue en cas de désaccord), et qui créait une nouvelle catégorie de protection : l’inscription sur la liste de "l’inventaire supplémentaire", qui s’accroît aujourd’hui beaucoup plus vite que celle des monuments classés, puisqu’on compte en 2003 environ 28 000 monuments inscrits et 14 000 monuments classés.

13Bien entendu, ces architectes, ces inspecteurs, ces lois et les crédits qui les accompagnaient n’ont pas résolu tous les problèmes. Pendant que des "vandales" continuaient à détruire, les spécialistes continuaient à se disputer entre eux. Fallait-il réutiliser les bâtiments anciens pour des fonctions nouvelles, ou construire du neuf ? Le rapporteur du budget, en 1912, posait la question : "A rapetasser toujours de vieux bâtiments élevés pour des buts tout différents, on dépense en général beaucoup d’argent et on ne fait rien de bon" (Laurent, 1955). Lorsqu’on restaure, quel état doit-on garder ? En 1845, Viollet le Duc et son confrère Jean-Baptiste Lassus, chargés de restaurer Notre-Dame de Paris, n’ont pas hésité à créer une fausse architecture du XIIe s. après avoir démoli le décor du chœur, conçu en 1714 par Jules Hardouin Mansard et Robert de Cotte, qu’on ne connaît aujourd’hui que grâce à quelques dessins et au tableau de David "Le Sacre de Napoléon". Le problème est rémanent : à une époque plus récente, combien d’églises ont été défigurées sous prétexte de suivre les recommandations du Vatican ? Et combien, aujourd’hui encore, de merveilleux décors naïfs et baroques sont détruits dans les églises d’Amérique du Sud, sous prétexte de les adapter aux goûts du temps et à la "demande sociale" ?

14Autre question agitée par les spécialistes du XIXe, et toujours présente au XXIe : peut-on créer des architectures de son temps quand on travaille dans un monument historique ou à proximité ? Le XIXe siècle a été un siècle de créateurs. Baltard, Eiffel et Haussmann, à Paris, Vaïsse, Desjardins ou Bossan à Lyon, étaient inspirés - aspirés - par la notion de progrès. Il en allait de même de Viollet le Duc et de ses émules provinciaux qui restauraient châteaux et églises en province : pour eux, la création - fut-ce à la mode gothique - faisait partie de la réhabilitation. Comment leur reprocherait-on d’avoir adapté à leur temps, au XIXe s., la cité de Carcassonne ou l’église Saint-Nizier à Lyon ? C’est ce qui permet à ces monuments d’être toujours présents à notre temps…

XXe siècle : l’invention des ensembles urbains historiques

15Le XIXe s. s’achève avec la grande guerre et la loi de 1913 sur les monuments historiques. Il a découvert, et tenté de mettre en forme, la valeur historique ou esthétique des monuments isolés. Mais à partir de l’avènement de la 3e République, il a failli sur un point : celui de l’urbanisme et des ensembles urbains. Jean Giraudoux, père de la "Ligue urbaine et rurale", regrettait dans Pleins pouvoirs (1939) que "la 3e République se soit contentée de vivre en meublé", et il ajoutait en 1946, dans Sans pouvoirs : "Si, par urbanisme, on entend l’ensemble des mesures par lesquelles une nation s’assure le rythme et la tenue de la vie moderne, il est permis de dire que la France est peut-être, sur ce point, le pays civilisé le plus arriéré du monde".

16Pendant toute la première moitié du XXe s. la France s’est en effet désintéressée de son habitat, et la loi de 1948 (encore en vigueur aujourd’hui !) de blocage des loyers n’a pas arrangé les choses. Résultat : des centaines de milliers d’appartements anciens étaient devenus des taudis, que les collectivités étaient souvent condamnées à détruire pour des raisons sanitaires, car les quartiers anciens des villes se transformaient en nids à tuberculose. Comment faire comprendre, dans ces conditions, à des élus que "les Beaux-Arts", comme ils disent encore parfois, se mêlent d’inscrire à l’inventaire supplémentaire des immeubles du XVIe s. recouverts de quelques siècles de crasse et non reliés au tout-à-l’égout ?

17Prenons l’exemple de Lyon. En 1937, sur l’initiative de Paul Gélis, architecte en chef (parisien) des Monuments historiques chargé du département du Rhône, la commission supérieure inscrivit 88 immeubles de 4 à 5 étages, soit la quasi totalité du quartier Saint-Jean (vieux Lyon) à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. S’ajoutant à la douzaine d’immeubles précédemment classés ou inscrits, c’était ainsi un quartier entier, avec près de 1 000 logements, qui passait tout à trac sous la coupe des "Beaux-Arts". L’opération s’était faite avec l’amicale complicité d’Emile Bollaërt, préfet du Rhône, ancien directeur des Beaux-Arts. Il s’agissait donc d’un projet de "Parisiens", dont les liens avec les élus et la population étaient quasiment nuls. Un débat eut lieu à ce sujet au conseil municipal du 7 mars 1938, dont le compte-rendu vaut, comme on dit à Lyon, "son pesant de grattons". La ville avait en effet prévu d’acquérir et de démolir une partie de ces immeubles pour agrandir les voies, et créer un vaste jardin public permettant de "dégager la cathédrale jusqu’à la colline de Fourvière". Un "projet d’alignements" destiné à faciliter la circulation avait d’ailleurs été approuvé dans ce sens dès le 6 novembre 1931. Au conseiller municipal qui s’élevait contre ces inscriptions sur la liste des Monuments historiques, d’immeubles n’ayant, disait M. Grassely, "aucune valeur soit historique, soit artistique", le maire Edouard Herriot, homme de culture et fin lettré, répondit que "ces maisons ont fait l’objet de la protection d’un dilettante. Au nom du conseil unanime, j’enverrai une lettre de protestation au ministre pour attirer son attention sur ce qu’il y a d’artificiel, d’imprévu, de paradoxal, et j’ajouterai même de faussement esthétique, dans les conceptions qui ont motivé ces inscriptions". Lors d’une autre séance du conseil municipal, Edouard Herriot avait déclaré : "le vieux Lyon est un ramassis de taudis, tout juste digne de l’équarrisseur".

18On en était resté au monument, et l’idée même de quartier historique n’apparaissait pas encore dans la "demande sociale". Le projet de remise en valeur du quartier Saint-Jean que le préfet Bollaërt et P. Gélis présentèrent ultérieurement à la foire de Lyon s’inspirait d’ailleurs des idées et des goûts des spécialistes de l’époque. Il prévoyait de démolir une bonne partie des immeubles pour élargir les rues et les cours, afin de mettre en valeur quelques éléments architectoniques de qualité. C’était mieux que la destruction massive alors envisagée par les élus ("il faut démolir tous les immeubles de la rue de la Bombarde", avait déclaré Edouard Herriot lors du débat du 7 mars 1938). Mais ce n’était pas encore la sauvegarde d’ensemble, telle qu’elle fut proposée par la loi du 4 août 1962 créant les secteurs sauvegardés, dite "loi Malraux".

19Cette "loi Malraux" devrait plutôt s’appeler loi Debré, car c’est le Premier ministre de l’époque, Michel Debré, qui en fut l’inspirateur, tandis que son ministre de la Culture en fut le chantre. Elle a marqué une première rupture forte dans le processus qui a aidé l’opinion à passer du monument au patrimoine. Votée un 4 août, cette loi avait un aspect révolutionnaire, car elle créait des zones dans lesquelles les responsabilités de l’aménagement - à l’extérieur comme à l’intérieur des immeubles - étaient transférées en quasi totalité à l’administration des Monuments historiques et de la Culture. En conséquence, ces secteurs sauvegardés devenaient des zones blanches dans les plans d’urbanisme établis par les DDE (Direction départementale de l’équipement) et les collectivités locales.

  • 1  Devenus aujourd’hui les SDAP (Services de l’architecture et du patrimoine) ils réunissent souvent (...)

20Ce transfert de pouvoirs complétait trois réformes intervenues les années précédentes au profit des "Beaux-Arts". La première, en 1943, avait créé un périmètre de protection de 500 mètres autour de tous les bâtiments classés ou inscrits parmi les monuments historiques, ce qui avait géographiquement élargi de façon considérable les pouvoirs de cette administration. La seconde, datant du 24 février 1946, portait création d’un poste d’architecte des Bâtiments de France, dans chaque département, pour représenter le service des Monuments historiques1. Enfin, le 16 décembre 1949, une vingtaine de conservateurs régionaux des Bâtiments de France étaient installés à travers le pays. Aujourd’hui placés auprès des DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), sous le nom de conservateurs régionaux des monuments historiques, ils anticipaient ainsi la réforme régionale.

21Après la publication des décrets d’application de la loi du 4 août, et la création, en novembre 1963, d’une "commission nationale des Secteurs sauvegardés" présidée par Jean-Paul Pawleski, le vieux Lyon fut, en 1964, le premier "secteur sauvegardé" créé en France : 24 hectares qui rassemblaient 8 000 habitants dans les quartiers Saint-Jean, Saint-Georges et Saint-Paul, sur la rive droite de la Saône. Cette création couronnait une longue bataille, qui avait mobilisé contre les élus non seulement l’administration de la Culture, mais aussi (et c’était nouveau) une partie de l’opinion publique et de la population locale. Une association dynamique, la Renaissance du vieux Lyon, appuyée par la Jeune Chambre économique et le Syndicat d’Initiative de Lyon, était en effet partie en guerre contre un projet de Louis Pradel, maire de Lyon, qui prévoyait - dans la continuité de son prédécesseur Edouard Herriot - la création d’une large voie de circulation à travers le vieux Lyon. Dans une lettre du 26 juillet 1961, Louis Pradel écrivait à ses opposants : "il est exact que, si ce projet était réalisé, il faudrait abattre un certain nombre de vieux immeubles du quartier Saint-Jean. Mais seuls des immeubles vétustes et n’ayant aucun caractère seraient détruits, ce qui dégagerait la mairie du 5e arrondissement et améliorerait la circulation dans le vieux Lyon". Notons que les "immeubles sans caractères dont il était question dataient des XVIe et XVIIe s., et avaient été inscrits en 1937 à l’inventaire des Monuments historiques ; quant au dégagement face à la mairie, le maire expliqua ensuite qu’il s’agissait de faciliter le travail des photographes lors des sorties de mariage…

  • 2  Citons en particulier Vieilles Maisons Françaises, la Demeure historique, la Ligue urbaine et rura (...)

22Des batailles du même type se déroulèrent, dans les années suivantes, à Avignon, à Dijon, à Metz, à Lille, à Paris, un peu partout en France. Ce qui était nouveau, c’est que ces batailles urbaines mobilisaient les habitants eux-mêmes, avec l’appui d’associations nationales2 et de journalistes. La loi Malraux permit à ce qu’on appelait alors la sauvegarde de bloquer nombre de destructions. Restait à réussir la concrétisation des "plans (alors dits 'permanents') de sauvegarde et de mise en valeur". Cette réhabilitation bénéficiait de quelques subventions, de plus en plus faibles de la part de l’Etat. Mais, depuis les années 1975-1980, de très importantes déductions fiscales sont offertes aux propriétaires de monuments historiques ou d’immeubles implantés dans les secteurs sauvegardés et les Zones de protection du patrimoine architectural urbain ou paysager (appelées poétiquement ZPPAUP. Je préfère quant à moi les appeler plus simplement ZPP, "Zones de patrimoine partagé").

23En effet, cette nouvelle catégorie de protection de type patrimonial est apparue en 1983 avec les lois Defferre de décentralisation. Il s’agit d’accords signés entre la collectivité locale et l’architecte des Bâtiments de France pour assurer la gestion patrimoniale de l’ensemble d’un quartier urbain, ou d’une (ou plusieurs) communes. Plus souples que les secteurs sauvegardés, ces zones remplacent la réglementation, bête et parfois méchante, du rayon des 500 m. de protection tracé automatiquement autour des monuments classés ou inscrits, grâce à un accord mutuel sur les éléments qui méritent protection. L’étude est faite localement, la décision de création est prise directement par le préfet de région après avis de la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites, et la révision est beaucoup plus rapide que dans le cas des secteurs sauvegardés. C’est pourquoi cette procédure obtient un grand succès : en quinze ans, plus de 400 Z.P.P. ont été créées à travers la France, tandis que les crédits d’Etat permettent de financer aujourd’hui les études d’un seul nouveau secteur sauvegardé par an (95 ont été décrétés entre 1965 et 2003, mais 70 seulement bénéficient de plans approuvés).

24Les quarante dernières années du XXe s. ont donc vu, à partir du vote de la loi Malraux en 1962, un élargissement considérable de la notion de monument, ouverte au milieu des années 1970 sous l’impulsion du ministre de la Culture Michel Guy, aux bâtiments du XIXe s. Parallèlement à cet élargissement, l’administration des Affaires culturelles évoluait de son côté, tandis que les lois Defferre donnaient plus de pouvoirs aux directions régionales et aux préfets. En 1983, un décret créait, dans chaque région, les COREPHAE - Commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnographique - largement dominées par l’administration mais ouvertes aux élus locaux et à quelques représentants associatifs. Ces commissions proposaient les mesures de classement à la commission nationale supérieure, toujours maîtresse de la décision. Mais, fait nouveau, les inscriptions à l’inventaire supplémentaire, suggérées par les COREPHAE, sont désormais décidées par le préfet de région. A côté des COREPHAE ont été créés les CRPS - Collèges régionaux du patrimoine et des sites - beaucoup plus ouverts aux élus et aux associations locales, qui étaient chargés d’accompagner la création des nouvelles Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). Ces deux commissions régionales ont été fondues en une seule en 1997 sous le nom de CRPS - Commission régionale du patrimoine et des sites. Nous ne dirons rien des expérimentations lancées sous l’autorité de Michel Duffour, éphémère "secrétaire d’Etat à la Décentralisation et au Patrimoine", qui ont transféré provisoirement quelques pouvoirs nouveaux dans le domaine du patrimoine à trois départements (dont l’Isère) et deux régions. Ces expérimentations de 1999 ont (hélas) disparu en 2002, avec le changement de gouvernement.

25Notons encore la création, en 1990 à Paris, de l’Ecole nationale du patrimoine, destinée à former les conservateurs du patrimoine, et l’apparition d’une formation nouvelle qui permet à des architectes libéraux de devenir "architectes du patrimoine".

  • 3  La plupart des grands monuments français fait partie de cette liste : Versailles, le Mont-Saint-Mi (...)

26Mais l’essentiel, me semble-t-il, n’est pas là. Il apparaît avec l’invention d’un concept et d’un mot nouveau : celui de patrimoine. Né dans les années 1970, avec le lancement de l’année du patrimoine, il a été popularisé internationalement en 1973 par l’Unesco et son "Centre du patrimoine mondial". Depuis cette date, l’Unesco a inscrit 730 sites dans 125 Etats sur la liste du patrimoine mondial. La France, avec l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne, est un des pays les mieux lotis, avec 28 sites classés3. La création en France en 1983 des "journées portes ouvertes dans les monuments historiques", devenues en 1992 les "journées européennes du patrimoine" a popularisé cette notion. Le lancement, par un groupe d’industriels, de la Fondation du patrimoine dans les années 1990, dont les actions - qui s’adressent aux bâtiments non classés et non inscrits - bénéficient d’importants avantages fiscaux, a ouvert un peu plus l’éventail des bénéficiaires. Et toutes les villes possèdent désormais, depuis une dizaine d’années, un adjoint au patrimoine. Il est donc temps d’examiner les raisons et les conséquences de ce passage du "monument" au "patrimoine".

XXIe siècle : l’invention du "tout patrimoine"

27Le XXe s. s’est-il achevé avec la destruction du mur de Berlin ou avec l’attentat contre les Twin towers ? Quelle que soit la date choisie, le constat est le même : notre société a changé radicalement, ce qui a des conséquences évidentes dans le domaine qui nous occupe.

28Nous quittons une civilisation de l’écrit, pendant laquelle le temps a été le maître du jeu, avec son double corollaire : en ce qui concerne le passé, on tirait des leçons de l’héritage attaché au "temps long" - d’où les monuments historiques et leur environnement. Pour le futur, le mythe du progrès suscitait plans, programmations et projets. Dans ce contexte il y avait souvent bagarre entre le passé et le progrès. Les mesures de protection concernaient des îlots isolés, qui avaient valeur, pour certains, de référence et de repère ; pour d’autres, de refuges destinés à masquer les chagrins de conservateurs nostalgiques…

29Mais nous voici entrés dans un "monde mondial" totalement différent. Le son, l’image, l’émotion, la consommation et le zapping créent une imprévisibilité permanente. Une société où l’on assiste à "la montée en puissance d’un présent omniprésent" (François Hartog). Une société qui remplace, selon Michel Maffesoli, auteur du Temps des tribus, le temps par l’espace. On pourrait dire ici que, dans le domaine du patrimoine, nous sommes passés du "temps de l’histoire" à "l’espace de la géographie".

30La demande sociale n’est donc plus du tout ce qu’elle était. A côté de l’historien, le sociologue, l’anthropologue, le psychologue et l’ethnologue analysent la mémoire de grand-père au même niveau que les Mémoires de Saint-Simon. Les évènements (on dit aujourd’hui "l’évènementiel") et les festivités n’ont plus grand chose à faire des traditions. L’histoire n’existe qu’à travers des commémorations. Le patrimoine immatériel recouvre des champs passionnants et de plus en plus larges : coutumes, rituels, langues, savoir-faire. La dilatation de la notion de patrimoine tend aujourd’hui vers l’infini, car la recherche d’identité "patrimonialise" les objets, archéologiques ou récents, et les lieux ou les espaces les plus proches de chacun.

31La villa "mon rêve" qu’habitait mon oncle, l’usine où travaillait mon père, la maison de tôle dans laquelle jouait il y a vingt ans un immigré de la deuxième génération, au même titre que le mur du cloître révélé par une fouille archéologique, se transforment en lieux de révérence. Et les artistes nous expliquent l’importance de leurs créations, quelles qu’elles soient, car elles constituent de toutes façons, nous dit-on, le patrimoine de demain.

32Essayant de suivre la demande sociale, le ministère de la Culture a lancé "le label du XXe s.", accordé à des bâtiments construits entre 1900 et 1975. Plusieurs milliers d’entre eux ont été recensés à travers la France, y compris des immeubles construits dans les années 1960 par des architectes qui déclaraient alors bâtir pour 30 ans seulement.

  • 4  Les 475 hectares du site historique de Lyon classés par l'Unesco représentent moins de 1% des 55 0 (...)

33Cet intérêt nouveau porté au patrimoine du quotidien étonne, et scandalise parfois, les tenants des monuments traditionnels, pour lesquels il représente une évidente perte de sens. Mais il faut en découvrir le sens nouveau. André Corboz, professeur à l’université de Genève, fait remarquer que la notion d’harmonie, telle que nous la concevions hier, est aujourd’hui périmée. Les monuments et les centres anciens ne représentent que 1% de nos "hypervilles"4. L’art contemporain doit nous aider à modifier notre sensibilité : il nous faut considérer ces hypervilles, dit-il, "comme des lieux de contrastes, de tensions, de discontinuité, de fragmentation, d’assemblage, bref, comme des systèmes dynamiques ne relevant d’aucune esthétique précédente". Et il rappelle la définition de la beauté par Lautréamont dès 1869 : "Beau comme la rencontre fortuite, sur une table de dissection, d’une machine à coudre et d’un parapluie" (Corboz, conférence donnée à Givors, novembre 1993).

34Il y a 100 ans - c’était en 1903 - Aloïs Riegl affirmait déjà que "le patrimoine concret de la mémoire collective est autre chose que le patrimoine officiel des historiens et de l’école" (Riegl, 1984). Ce "patrimoine concret" permet aujourd’hui à des banlieues que nous trouvons sans goût ni grâce de retrouver des racines, en valorisant par exemple des bâtiments ou des quartiers du XXe s. ou en créant - comme Saint-Etienne le prépare actuellement - des ZPPAUP qui ouvrent des perspectives inattendues aux villes d’art et d’histoire. La valorisation des mémoires de l’immigration peut, de son côté, aider à créer des liens sociaux dont beaucoup regrettent qu’ils soient trop souvent distendus ou absents.

35Sans doute le monde nouveau du "tout patrimoine", ce que Pierre Nora appelle "l’obsession patrimoniale", doit-il maintenant se donner des règles et accepter que le "tout" ne soit pas le "fourre-tout" et le "n’importe quoi". Il en va du patrimoine comme de la culture : devons-nous, comme le regrette l’universitaire américain Allan Bloom, accepter que tout se vaille ? "Tout est devenu culture" écrit-il : "culture de la drogue, culture rock, culture des gangs de la rue, sans la moindre discrimination. L’échec de la culture est devenu une culture…" (Bloom, 1987).

36Tout n’est pas culture, et tout n’est pas patrimoine. Encore faut-il que nos structures et nos institutions ne continuent pas à perpétuer le modèle monarchique et pyramidal qui s’appuie toujours sur des spécialistes (parisiens) jaloux de leurs savoirs, sur des financements de plus en plus croisés et illisibles, sur des lois empilées les unes sur les autres qui font de la France "le pays des mille et une lois" (titre du colloque organisé au Sénat en octobre 2003 par les "journées du patrimoine"). La moindre volonté de réforme décentralisatrice suscite des cris d’orfraie, traduits par ce titre du Monde le 9 février 2002 : "Les collectivités locales s’emparent du classement des monuments historiques" (or, il ne s’agissait alors que des expérimentations, mort-nées, lancées par Michel Duffour). Et pourtant, face à ces besoins nouveaux - et différents - de patrimoine, il est évident que les collectivités locales ou régionales devraient retrouver l’ensemble des compétences financières et techniques qu’elles ont perdu, tandis qu’on attend de l’Etat qu’il fixe un cadre général, et serve de garant (ou de médiateur en cas de conflit). Car nous ne sommes plus aujourd’hui dans un système sociétal qui ne s’occupe, comme c’était le cas hier, que de la partie émergée du patrimoine - le 1% de l’hyperville. Il s’agit aujourd’hui de travailler sur l’aménagement des 99 autres pour cent, aux côtés du 1% et en liaison avec lui, en intégrant la gestion des nouveaux patrimoines à celle de la ville toute entière.

37Parmi les règles simples qu’on pourrait fixer, j’en suggère ici quelques unes.

38La première, serait de considérer - selon le principe établi par la fédération "Civitas Nostra" dès 1970 - que les hommes passent avant les pierres. En conséquence on choisira de conserver et de réutiliser le patrimoine vivant plutôt que le patrimoine embaumé et muséïfié.

39La seconde règle, serait que la formation et la sensibilité des architectes, des hommes de l’art et des artisans, leur permette de s’intéresser de la même façon à l’ancien et au neuf. On a traité jusqu’ici les monuments et les quartiers anciens comme des ghettos. Il devient essentiel que la transmission des savoir-faire ne se fasse pas seulement à Chaillot, mais à travers toutes les écoles d’architecture, toutes les chambres des métiers et toutes les CAPEB (artisans du Bâtiment) de France.

40La troisième règle, c’est qu’un bâtiment conservé doit avoir un usage. Les collectivités pourraient appliquer la démarche allemande du moratoire. Chez nos voisins, en effet, quand un bâtiment industriel devient obsolète, les autorités se donnent un délai (2, 3 ou 5 ans) pendant lequel on cherche si des utilisations nouvelles et différentes sont possibles. C’est seulement au bout de ce délai que l’on décide, soit de réutiliser, soit de démolir.

41Il faut accepter enfin le fait que tout patrimoine - classé, inscrit, protégé ou non, ancien ou récent - doit obéir au sort commun : il doit d’abord naître et se développer, mais il peut aussi mourir un jour.

42Cet ensemble de pistes de réflexions a besoin de s’appuyer sur une structure administrative nouvelle, autour des deux notions proposées par Jean-Michel Leniaud (Léniaud, 2003) : autogestion et subsidiarité. L’Etat conserverait le contrôle (a posteriori et non a priori), et la régulation -médiation, tandis que seraient renforcées les capacités judiciaires des associations, et que les collectivités locales retrouveraient le pouvoir qu’elles ont perdu (on peut toujours rêver !).

43Quelle que soit la forme prise par le patrimoine à la suite du monument historique, ses particularités spécifiques restent toujours les mêmes. Le patrimoine est un héritage, c’est-à-dire un gisement que l’on peut soit dilapider, soit exploiter comme une valeur ajoutée ; c’est un symbole de modernité, car il a toujours été le produit d’une création ; c’est un transmetteur de sens apte à favoriser le développement culturel ; et c’est un espace de rencontre destiné à conforter le lien social. Ajoutons, pour employer un terme à la mode, que c’est le meilleur allié du développement durable, puisqu’il a déjà fait preuve de sa durabilité dans le temps et dans l’espace.

44Entre les partisans de la table rase et les nouveaux adeptes du "tout patrimoine", mettons-nous d’accord pour considérer, à la suite de Françoise Choay (Choay, 1992), que le patrimoine, devenu un "concept nomade", "reste le meilleur instrument dont nous disposons pour inventer notre avenir".

Haut de page

Bibliographie

Béghain P. (éd.), 1997, Guerre aux démolisseurs de Patrice, Vénissieux, éd. Paroles d’Aube, 163 p. 

Béghain P., 1998, Patrimoine, culture et lien social, Paris, Presses des Sciences Politiques, 115 p.

Bloom A., 1987, L’Âme désarmée, Paris, Juillard, 331 p.

Choay F., 1992, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Ed. du Seuil, 272 p.

Laurent J., 1955, La République et les Beaux-arts, Paris, Julliard, 226 p.

Leniaud J.-M., 2003, Décentralisation : il est grand temps de changer, MoMuS, n°14, p. 3-4.

Maffesoli M., 2000, Le temps des tribus, Paris, La Table-Ronde, 330 p. (3e éd.)

Riegl A., 1984, le Culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 122 p. (éd. originale, Vienne 1903).

Haut de page

Notes

1  Devenus aujourd’hui les SDAP (Services de l’architecture et du patrimoine) ils réunissent souvent plusieurs ABF (Architectes des Bâtiments de France) et sont désormais rattachés aux DRAC (Directions régionales des affaires culturelles), après avoir dépendu des DDE (Directions départementales de l’équipement) et de l’environnement.

2  Citons en particulier Vieilles Maisons Françaises, la Demeure historique, la Ligue urbaine et rurale, les Maisons paysannes de France, la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France, l'association Rempart, le Touring Club de France, Civitas Nostra, la FNASSEM, ou Patrimoine Rhônalpin, fédération créée en 1983 dans la région Rhône-Alpes. Notons aussi le rôle joué par Pierre de Lagarde et sa célèbre émission télévisée "Chefs d'œuvres en péril".

3  La plupart des grands monuments français fait partie de cette liste : Versailles, le Mont-Saint-Michel, Vézelay, la cathédrale de Reims, Carcassonne, le palais des Papes à Avignon ; mais aussi trois sites naturels (le golfe de Porto, le cirque de Gavarnie et le canal du Midi) et seulement trois sites urbains : la grande île de Strasbourg, la ville de Provins et le centre historique de Lyon, inscrit en 1998 qui, avec 475 hectares, est l'un des plus vastes sites urbains inscrits à l'Unesco.

4  Les 475 hectares du site historique de Lyon classés par l'Unesco représentent moins de 1% des 55 000 hectares de la communauté urbaine de Lyon (le Grand Lyon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Neyret, « Du monument isolé au "tout patrimoine" », Géocarrefour, vol. 79/3 | 2004, 231-237.

Référence électronique

Régis Neyret, « Du monument isolé au "tout patrimoine" », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/746 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.746

Haut de page

Auteur

Régis Neyret

Président fondateur de Patrimoine Rhônalpin, 2 rue d’Algérie, 69001 Lyon, E.mail : patrimoine.rhonalpin @wanadoo.fr 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page