Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Catherine Weill-Rochant, L’Atlas de Tel-Aviv, 1908-2008

Eric Verdeil
p. 240
Référence(s) :

Catherine Weill-Rochant, 2008, L’Atlas de Tel-Aviv, 1908-2008, Paris, CNRS Editions, 160 p.

Texte intégral

1Catherine Weill-Rochant est une historienne et architecte établie en Israël. Elle signe cet atlas historique, urbanistique et architectural, paru à l’occasion du centenaire de la fondation de Tel-Aviv, qui analyse la création de cette ville nouvelle et sa construction pendant la période du mandat britannique sur la Palestine. Plus qu’une histoire détaillée, il présente une illustration variée et parfois inédite, composée de nombreux plans originaux, cartes topographiques, relevés cadastraux, ainsi que de nombreuses photos d’archives ou de clichés contemporains, en noir et blanc rehaussé de bichromie, élégamment mis en page autour d’un texte synthétique.

2La ville s’est construite à proximité de Jaffa, le principal port d’arrivée des émigrants juifs sous l’Empire ottoman. Alors que le projet sioniste s’affirmait, ses animateurs songèrent à édifier une ville qui puisse à la fois être admirée des futurs émigrants et les convaincre que mener une vie nouvelle sur place était possible. Les premiers plans, sous la plume d’Herzl notamment, sont des évocations littéraires sous le nom d’Altneuland, qui deviendra en hébreu Tel Aviv, qui signifie littéralement le renouveau de la vie. Les trois premiers chapitres étudient les origines intellectuelles de cette utopie réalisée et ses premiers jalons. Ce projet se justifie, pour les fondateurs du mouvement sioniste, par l’idée de donner une terre sans peuple à un peuple sans terre, et donc par le discours de la Palestine comme un désert, donc disponible. Tel-Aviv, que l’historiographie traditionnelle présente comme bâtie dans le sable des dunes au nord de Jaffa, serait l’incarnation locale de cette occupation d’une terre désertique. L’auteure montre bien, contre cette idée, que l’espace était occupé et elle souligne les différentes filiations entre Jaffa et Tel-Aviv, y compris d’ailleurs un certain mimétisme de la part de la bourgeoisie arabe dans l’adoption d’un mode de vie et d’une architecture moderne, dès le tournant du XXème siècle (chapitre 3). Les suivants s’attachent aux étapes successives de la fondation de la ville, en la replaçant comme une des formes de l’occupation de l’espace par les émigrants juifs, aux côtés des kibboutz, des colonies allemandes, etc. La construction de Ahuzat Bayit, lotissement situé à deux kilomètres au nord de Jaffa par des Juifs de cette ville (dont des familles juives orientales) est le véritable coup d’envoi de la construction de la future capitale de l’Etat d’Israël. Jusqu’aux années 1920, des fondations juives achètent d’autres terres et les urbanisent sans plan d’ensemble. Une municipalité indépendante voit le jour en 1921. Le plan d’urbanisme actuel dû à l’Ecossais Patrick Geddes, est élaboré en 1925. Bien que le célèbre urbaniste en ait été très vite déchargé par une municipalité désireuse de garder le contrôle du processus, son plan fut à peu près intégralement appliqué. L’analyse de ce document est le point fort du livre, grâce à sa reconstitution à partir de divers fragments dispersés et incomplets. L’auteure montre le rôle des architectes et ingénieurs de la municipalité dans ces différentes étapes de conception. Il semble que les autorités mandataires britanniques ne suivaient que de très loin le projet. Lorsqu’elles tentèrent de le freiner à partir de la fin des années 1920, il était déjà trop tard. La production architecturale typique de la ville porte la marque de divers courants de la modernité européenne comme le Bauhaus ou encore Le Corbusier qui avaient influencé nombre de jeunes émigrants avant leur exode. Le livre se conclut par une réflexion sur l’héritage et la patrimonialisation de cet ensemble, à partir de 1994, jusqu’au classement de 4000 bâtiments en 2004. Le sous-titre est donc quelque peu trompeur, car le développement urbain depuis la création d’Israël est laissé dans l’ombre.

3Fruit d’un travail fin et approfondi de confrontation des plans, qui lui donne une grande cohérence méthodologique, l’atlas bénéfice d’une quête documentaire très riche. Les divers documents graphiques sont analysés à la lumière des écrits des fondateurs, de la correspondance, de documents municipaux, etc. Le lecteur peu familier de la ville se perd parfois, les noms de lieu n’étant pas toujours clairement lisibles, parfois seulement écrits en hébreu. Une planche de situation aurait été utile.

4L’ouvrage tire parti des matériaux rassemblés pour une thèse dirigée par Jean-Louis Cohen mais qui ont été totalement refondus et allégés pour l’occasion. Il complète le panorama de la création architecturale dans les villes méditerranéennes durant le début du XXème siècle, soulignant leur rôle particulier comme laboratoire de la modernité. Ce trait n’est malheureusement pas souligné, alors que les analogies avec Casablanca, mais aussi Alger, Beyrouth ou encore Le Caire, sont frappantes notamment à travers les photographies. La comparaison avec Ankara, autre ville nouvelle capitale, aurait sans doute aussi été intéressante. La dimension idéologique spécifique de la création de Tel-Aviv, et plus généralement de la Palestine sous mandat britannique, est toutefois bien mise en évidence. Centré sur les figures de concepteurs, architectes, ingénieurs, urbanistes, et sur quelques décideurs comme le premier maire, Dizengoff, l’ouvrage laisse toutefois dans l’ombre les mécanismes concrets, notamment fonciers, du développement urbain. La municipalité et le Fonds national juif dirigé par Arthur Ruppin semblent les principaux acquéreurs fonciers. Mais l’ouvrage, tout à son souci de rendre compte de la production d’un espace urbain à la cohérence formelle exceptionnelle, ne documente guère les conflits et les spéculations auxquelles dut pourtant, certainement, donner lieu l’urbanisation extrêmement rapide de cet espace, quand bien même la municipalité et les fonds d’investissement sionistes se montraient capables d’imposer leurs directives et leur marque. De même, les achats de terre aux propriétaires arabes semblent n’avoir jamais posé de problèmes ; pourtant, Catherine Weill-Rochant mentionne l’englobement de certains noyaux dans la ville, résultat d’une volonté explicite de bloquer le développement de Jaffa vers le nord. L’histoire de la Palestine mandataire est jalonnée d’explosions de violence notamment liées au contrôle de la terre ; il aurait été utile au moins d’évoquer cette dimension. Il en résulte une histoire qui, même si elle se défend d’illustrer une success story, verse – contexte oblige – dans la célébration et contribue au mythe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Catherine Weill-Rochant, L’Atlas de Tel-Aviv, 1908-2008 », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 240.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Catherine Weill-Rochant, L’Atlas de Tel-Aviv, 1908-2008 », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 20 décembre 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7455

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page