Navigation – Plan du site
Comptes rendus

De la rue en sciences humaines, en architecture et dans l’urbanisme, au début du XXIe siècle

Jean Rieucau
p. 172
Référence(s) :

Augustin J.-P. , dir., Sites publics, lieux communs. Urbanité et aménagements des rues et des ponts au Québec et au Canada, 2008, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 218 p.

Charmes E., La rue, Village ou décor ?, 2006, Grâne, Créaphis, 158 p.

La rue entre réseaux et territoires, Marne-la-Vallée, Octobre 2006 - Mars 2007, N° 66/67, Flux Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et Territoires, 184 p.

Texte intégral

1Les discussions autour de la disparition de la rue traditionnelle remontent aux mots d’ordre de Le Corbusier : « il faut briser la rue-corridor ». Ces deux ouvrages et le dossier présenté ici contribuent au débat contemporain chez les urbanistes, les sociologues et les géographes, entre d’une part, les tenants du « retour au centre », du « retour à la rue », héritiers de Jane Jacobs et Aldo Rossi et d’autre part, les architectes postmodernes dont Rem Koolhaas, défenseurs de la ville générique, diffuseurs de fragments de ville partout semblables. Ces derniers sont opposés à l’ancrage de bâtiments dans un contexte  défini par une  histoire locale, au nom de modes de vie nomades et consuméristes (Charmes, 2006). Dans nombre de métropoles et de mégalopoles, la production artificielle de l’identité, élaborée de manière autonome, sans liaison avec l’histoire et la culture locales (au nom de la célèbre formule de Koolhaas : « fuck the context ») tend à se généraliser. Elle se matérialise par la construction de bâtiments emblématiques devenus à eux seuls des destinations touristiques (skyline de Pudong face au quartier du Bund à Shanghai, stade olympique de 2008 et tour de la télévision chinoise dans le nouveau Pékin, Dubaï, Bilbao : musée Guggenheim imaginé par l’architecte Frank Gehry…).

2La rue fascine et interroge les sciences humaines en tant que lieu d’élaboration d’une civilisation, comme support d’interactions, de confrontations et de rencontres collectives (Augustin, 2008). Cette forme urbaine, ce géotype, essence même de la ville, constitue à la fois un lieu de vie, d’histoire, de mémoire et d’énonciation et témoignerait de la bonne santé des villes et de leur urbanité. Depuis l’Antiquité, cette forme urbaine constitue l’élément premier de l’organisation des villes et de leur forme. Dans Sites publics et des lieux communs au Québec et au Canada, les auteurs insistent sur les grandes tensions qui s’exercent dans les villes autour des binômes : local/mondial, privé/public, autonomie/hétéronomie, normalité /subversion. Jean-Pierre Augustin propose une approche pluridisciplinaire à cinq entrées pour appréhender la diversité de la ville : - élément structurant de la forme urbaine, - attracteur d’interactions sociales,- révélateur identitaire,- intermédiaire de la mondialisation,- figure organisatrice de l’urbanité. Nous pouvons regretter que ne soit pas abordé les liens, d’une part entre naturation et urbanité (parcs, jardins, squares, héritages urbanistiques de l’hygiénisme du XIXe s.), d’autre part ceux entre renaturalisation et urbanité (coupures, coulées vertes et transports urbains collectifs, front d’eau fluviaux) qui sont au cœur des enjeux de la gouvernance urbaine contemporaine. Par contre, le caractère novateur de cet ouvrage réside dans l’ouverture réflexive sur la thématique du pont, comme prolongement de la rue et métaphore du lien (ponts matériels, métaphoriques), une question peu abordée en sciences humaines.

3Plusieurs contributions éclairent  sur la ville d’Amérique du Nord, à la fois liée et dissociée du modèle européen, marquée par les formes d’organisation sociale identifiées par l’École de Chicago, façonnée par l’invention de la main street, touchée par un timide retour des rues piétonnes. Le boulevard Provencher à Winnipeg, artère économique emblématique de la communauté franco-manitobaine, caractéristique d’un marquage nostalgique, appuyé sur des références au passé. Le boulevard de Saint-Laurent à Montréal déploie un paysage multiculturel, résultat des migrations récentes en provenance des pays de l’Est, d’Haïti, du Maghreb, d’Afrique. La conquête de la nuit urbaine, déjà à l’œuvre à Paris, Bruxelles, Rome, gagne Montréal, Toronto, Vancouver en proposant des nuits des musées, des lumières et des arts.

4Eric Charmes (2006) propose un ouvrage axé sur deux rues situées sur les hauteurs du quartier de Belleville à Paris, où vivait Jane Jacobs entre 1950 et 1960 : la rue des Cascades et  celle de l’Ermitage. Elles ont été choisies pour leurs mixités résidentielle et commerçantes, pour le relatif mélange entre pauvres et riches. Belleville, en dépit d’une gentrification et d’un net embourgeoisement, conserve au début du XXIe s., une mixité sociale et une forte animation. La méthode d’enquête privilégie l’étude des classes moyennes qui donnent le ton du quartier et s’attache aux seuls riverains, au moyen d’entretiens in situ, fondés sur la technique des « parcours commentés ». L’objectif du chercheur était de mesurer le vécu quotidien et « l’émotion paysagère » qui sont spatialisées grâce à la cartographie comportementale. L’auteur rappelle que les leçons de Jane Jacobs demeurent valables, tout en soulignant les risques de la gentrification qui produit des résidents, dont l’essentiel de la vie quotidienne se déroule en dehors de la rue, majoritairement utilisée par eux comme un décor et pour le spectacle. Les deux rues illustrent la multiplicité des usages, la diversité des temporalités et la cohabitation entre l’anonymat et l’interconnaissance.

5Le numéro 66/67 de la revue Flux (2006-2007) présente un dossier intitulé « La rue entre réseaux et territoires », qui participe du même questionnement, en rappelant les travaux de l’urbaniste Ildefonso Cerda, qui distinguait quatre-vingt-dix usages différents pour appréhender les relations entre mouvement et habitabilité dans la ville. De ces usages sont extraits six ensembles principaux : -un outil de valorisation et de division foncière, -une extension de l’espace résidentiel, -un espace commercial, -un espace public, -un outil de composition urbaine, -un élément de réseau permettant l’écoulement des flux. Ce dossier de  revue s’attache largement à présenter les binômes trajets/activité et espaces publics/résidence. Un tour du monde des grandes métropoles présente successivement la relation entre lieux communs et iconographie à Mexico et à Los Angeles, l’usage de la rue à Lagos et une recherche originale sur les couloirs de bus et de taxis à Buenos-Aires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Rieucau, « De la rue en sciences humaines, en architecture et dans l’urbanisme, au début du XXIe siècle », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 172.

Référence électronique

Jean Rieucau, « De la rue en sciences humaines, en architecture et dans l’urbanisme, au début du XXIe siècle », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7415

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page