Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’Atlas de la Roumanie et ses déclinaisons : du noir et blanc à l’internet

Eric Verdeil
p. 162
Référence(s) :

Rey V. et al., 2007, Atlas de la Roumanie, Montpellier, CNRS-GDRE S4/Paris, La Documentation française, Nouvelle édition mise à jour, 208 p.

Texte intégral

1L’Atlas de la Roumanie publié en 2007, version mise à jour et augmentée de celui paru en 2000, fournit l’image la plus récente des transformations géographiques de ce pays plus d’une quinzaine d’années après la fin du socialisme, au moment de son entrée dans l’Union Européenne. Fruit d’une collaboration de plus d’une dizaine d’années entre l’équipe française animée par Violette Rey et les équipes roumaines de l’Université de Iasi dirigée par Octavian Groza et de l’Université de Bucarest, représentée par Ioan Ianos et Maria Patroescu, cette réédition constitue en premier lieu d’un bel ouvrage de cartographie mise au service d’une lecture des dynamiques territoriales post-socialistes. Il propose principalement des cartes statistiques, majoritairement à l’échelle municipale, basées sur les recensements de 1992 et 2002, parfois mis en regard avec des données antérieures. La diversité et la finesse des données statistiques produites par l’Institut national roumain de statistique est à souligner. D’autres sources statistiques complètent le tableau, notamment les résultats électoraux, utilement cartographiés pour illustrer la transition politique. L’ouvrage compte huit chapitres. La Roumanie est d’abord située dans l’ensemble européen, à travers l’étude des fondements historiques et culturels de la nation, de ses liens économiques et du point de vue naturel. Les dynamiques démographiques sont l’objet du deuxième chapitre. Sont ensuite abordés le monde rural et agricole, le monde urbain, puis l’industrie et les transports, ainsi que les services à la population (y compris le commerce et le tourisme) et la vie sociale et culturelle (logement, éducation). Deux chapitres conclusifs résument le sens des évolutions récentes, à travers l’examen de la transition postsocialiste et l’identification des dynamiques émergentes de l’européanisation et de la mondialisation.

2La maîtrise par les équipes partenaires des registres de la cartographie statistique produit des résultats originaux et variés, notamment les classifications spatiales permettant de différencier les trajectoires historiques (décollectivisation rurale, mutation du réseau urbain) et de dégager des spécialisations régionales agricoles ou industrielles. Certaines cartes sont toutefois parfois très complexes et très mal aisées à interpréter (par ex. « Les spécialisations industrielles en 2004, et leur évolution depuis 1990 », p.98). Le texte, synthétique, décrit avec clarté les principales transformations. Néanmoins, une partie des cartes n’est commentée que très brièvement au risque de laisser le lecteur peu connaisseur du pays dans la perplexité. Violette Rey invite les utilisateurs de l’ouvrage à prolonger l’analyse des structures régionales par une lecture active, par la comparaison de différentes cartes, dont la confrontation doit permettre une interprétation personnelle. Cet exercice semble toutefois réservé aux lecteurs les plus avertis et déjà piqués de cartographie.

3Il s’agit, à notre connaissance, du premier opus de la série Dynamiques des territoires qui relève le défi d’une mise à jour. Sans doute, la stabilité de l’équipe – et la parité réelle entre ses membres –, et leur capacité d’accéder aux données malgré les difficultés sont-elles des conditions essentielles d’une telle entreprise. Il ne faut pas sous-estimer l’ampleur de ce travail qu’il convient de saluer, d’autant que la réussite est patente. Soulignons d’ailleurs, ce que ne remarquerait pas un lecteur pressé, que si la structure de l’ouvrage reste la même, les révisions sont d’une très grande ampleur. La majorité des cartes est nouvelle, le texte révisé et ajusté en conséquence et un chapitre a été ajouté qui propose un bilan de l’intégration européenne à la veille de l’entrée dans l’UE. C’est véritablement un autre livre qui a été écrit. Pour autant, la continuité est forte, ce que marque la permanence du plan et, plus généralement, la stabilité de la matrice d’interprétation de la trajectoire historico-géographique de la Roumanie et de la méthode d’analyse régionale utilisée. Cette dernière s’inscrit dans le prolongement d’un précédent ouvrage de Violette Rey (1975), qui s’appuyait sur une analyse spatiale à l’échelle des départements pour comprendre l’organisation géographique de la Roumanie socialiste. Ces cartographies successives de la structure régionale de la Roumanie dans la longue durée constituent un véritable patrimoine scientifique que les auteurs font fructifier dans cette deuxième édition. Les cartes les plus anciennes sont remobilisées dans les versions ultérieures, éventuellement raffinées à une échelle plus fine, ou par construction d’indicateurs d’évolution. L’analyse des transformations de ces répartitions spatiales et l’inscription dans des évolutions à moyen terme permettent de mieux restituer les enjeux d’une étape singulière, en l’occurrence pour cette livraison, l’entrée dans l’UE et les conséquences du décloisonnement spatial qu’elle induit.

4On peut se demander si parfois l’atlas n’est pas trop focalisé sur la dimension locale des phénomènes au détriment d’une vision soulignant les grandes évolutions à l’échelle nationale ou régionale qui pourrait donner sens aux cartes locales. Le thème de la pauvreté aurait par exemple gagné à un traitement plus macro. On peut légitimement s’interroger sur l’évolution de cette donnée au terme de 17 ans de transition économique et politique. Seul l’aborde un bref sous-chapitre sur la « gestion territoriale », qui reste trop allusif.

5Deux atlas en ligne prolongent cette livraison. Le premier, Atlasul teritorial al României, sur le site du ministère roumain du développement régional, reprend et adapte la plupart des cartes de la version roumaine de cet atlas. Un sommaire interactif permet de les visualiser successivement. Un texte adapté (en roumain, dont ne nous pouvons rendre compte) commente ce jeu de cartes. De surcroît, l’équipe de réalisation de cette version en ligne, dirigée par Octavian Groza, a inclus également un module de géovisualisation animée, qui fait se succéder les répartitions d’une même donnée à des dates successives. La transformation des structures spatiales évoquée ci-dessus reçoit donc ici une concrétisation originale et attractive pour le grand public. L’étape ultérieure de cette mise en mouvement de la cartographie serait l’intégration d’un commentaire enregistré, que l’internaute pourrait écouter en même temps qu’il visualiserait une série en évolution. En effet, un tel atlas, série de cartes choisies et construites en fonction d’une problématique, ne peut être montré sans le commentaire des auteurs, même si cela ne dispense de la lecture active recommandée par Violette Rey.

6L’Atlas interactif de la Roumanie, publié en 2008 par l’Université de Lausanne, ne s’inscrit pas exactement dans la même série même s’il est issu d’un même tronc. Micheline Cosinschi qui en assure la direction, fut en effet la responsable de la constitution de la base des données du maillage municipal, sur laquelle est fondé l’Atlas de la Roumanie. Ce site web propose une interface de navigation permettant la visualisation à la demande de diverses variables (maillages, indicateurs démographiques, sociaux et économiques, occupation des sols…). Les outils proposés incluent la réalisation de cartes thématiques à la demande, le zoom et la lecture des données d’une entité spatiale en déplaçant sa souris. La réalisation technique est impressionnante même si l’interface s’est bloquée lors de mes premières consultations. Toutefois, dans la ligne des remarques précédentes, on se demande quel public pourrait faire son miel d’un tel instrument ? Le grand public peut certes jouer à faire des cartes thématiques, mais ne lui manque-t-il pas une matrice d’interprétation pour structurer ses questions et élaborer des réponses cartographiques ? Quant aux universitaires, ils trouveront l’outil bien limité par rapport aux logiciels et bases de données qu’ils ont l’habitude d’utiliser. Cet outil présente des analogies avec le logiciel Hypercarte, présenté par ses concepteurs comme devant favoriser l’aide aux décideurs par une approche multiscalaire, et dont une version appliquée à la Roumanie est téléchargeable à partir du site web de l’Atlasul teritorial al României.

Haut de page

Bibliographie

REY V., 1975, La Roumanie : essai d'analyse régionale, Paris, SEDES. 229 p. + 44 p. h.-t.

GROZA O. (dir.) et al., 2008, Atlasul teritorial al României, http://www.mie.ro/_documente/atlas/index.htm (consulté le 24/11/2009).

COSINSCHI M. (dir.), 2008, Atlas interactif de la Roumanie, :// http://mesoscaphe.unil.ch/atlas/roumanie/pages/ (consulté le 24/11/2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « L’Atlas de la Roumanie et ses déclinaisons : du noir et blanc à l’internet », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 162.

Référence électronique

Eric Verdeil, « L’Atlas de la Roumanie et ses déclinaisons : du noir et blanc à l’internet », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7404

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page