Navigation – Plan du site
Quelle Europe vingt ans après la chute du Mur ?

L’Europe dans la régionalisation de l’espace mondial

Étude des flux commerciaux par un modèle d’interaction spatiale
Yann Richard et Christine Tobelem Zanin
p. 137-149

Résumés

La régionalisation de l’espace mondial est une facette encore relativement peu étudiée de la mondialisation, à l’exception des économistes. Pourtant, la géographie est particulièrement bien outillée pour apporter une contribution décisive dans ce domaine. L’objectif de cet article est de mettre en œuvre un modèle d’interaction spatiale, fondé sur un calcul de probabilité, afin de faire apparaître des ensembles de pays qui entretiennent des relations commerciales bilatérales privilégiées. L’indicateur obtenu est décliné sous deux formes afin d’éviter certains biais liés à la taille des pays considérés et à la valeur de leur commerce de marchandises relativement au commerce mondial. La cartographie des résultats à deux périodes relativement éloignées (1992-1994 et 2004-2006) permet de vérifier la validité de l’hypothèse d’un processus de régionalisation en cours. La méthode retenue nous amène à localiser des ensembles régionaux de grande taille et met en lumière l’évolution de leurs limites et de leur organisation interne. Des comparaisons entre le processus d’intégration régionale en Europe et dans d’autres régions du monde sont ainsi possibles. L’analyse à l’échelle intra européenne permet enfin d’avancer l’idée qu’il vaudrait mieux parler des régionalisations que de la régionalisation en Europe.

Haut de page

Texte intégral

1Les économistes sont d’accord pour dire que deux processus coexistent dans la dynamique de l’économie mondiale : d’un côté, la mondialisation, de l’autre, la régionalisation. La première, abondamment étudiée, correspond à un élargissement des échelles de l’échange et à une mise en relation de l’ensemble des économies tendant vers la constitution d’une réalité globale. La régionalisation est, quant à elle, encore relativement méconnue par beaucoup de disciplines. Il s’agit d’une augmentation des échanges et des interactions économiques et sociales entre des pays qui appartiennent à une même région du monde. Dans certains cas, les échanges entre ces pays sont plus nombreux qu’avec le reste du monde. Les économistes se sont saisis de ce thème depuis plus d’une cinquantaine d’années (Balassa, 1962 ; Baldwin, 1997 ; Frankel, 1998 ; Frankel et al., 1995 ; Krugman, 1991 ; Siroën, 2000). Malgré la grande richesse des études déjà fournies, de nombreux points sont encore en discussion.

2La géographie s’est invitée tardivement dans les débats sur la régionalisation du monde. Il a fallu attendre les années 1990 et 2000 pour voir paraître les premières contributions de la discipline sur ce thème (Beckouche, 2008 ; Beckouche, Richard, 2008 ; Didelon et Grasland, 2007 ; Poon et al., 2000 ; Taglioni et Théodat, 2008 ; Taillard, 2004, etc.). Mais cette échelle d’analyse, située entre le local et le global, celle des ensembles macrorégionaux composés de pays proches les uns des autres, reste encore peu explorée. Olivier Dollfus ou Jacques Levy ne lui accordent quasiment aucune place dans leurs ouvrages respectifs sur la mondialisation (Dollfus, 2007 ; Lévy, 2008). Et, parmi les géographes qui travaillent sur le thème de la régionalisation, à part quelques exceptions, beaucoup utilisent des indicateurs intéressants mais généralement insuffisants et biaisés, comme la valeur brute des échanges commerciaux. Celle-ci présente l’inconvénient d’être fortement corrélée à la taille des pays concernés (Richard & Zanin, 2007). C’est d’autant plus regrettable que les économistes ont mis au point des indicateurs qui permettent de dépasser cette difficulté (Freudenberg et al., 1998) et que la géographie est elle-même assez bien outillée pour apporter sa pierre aux débats, grâce en particulier à la cartographie et aux méthodes de l’analyse spatiale. Enfin, on peut regretter que beaucoup d’études ne prennent pas suffisamment en compte la dimension temporelle de la régionalisation, alors que le mot renvoie précisément à deux choses distinctes : d’une part, il désigne une situation actuelle empiriquement observable - l’existence d’ensembles géographiques de grande taille composés de pays contigus qui commercent davantage entre eux qu’avec le reste du monde - , d’autre part, il désigne la tendance plus ou moins linéaire ou erratique à la croissance plus rapide des échanges intra-régionaux que des échanges mondiaux. L’objectif de cet article est d’appréhender les deux dimensions du processus de régionalisation à la fois : la dimension temporelle et la dimension spatiale.

3La première partie (encadré) présente la méthode pour évaluer l’intensité des échanges bilatéraux entre les économies et la base de données utilisée. L’objectif sera de montrer que l’analyse de l’adéquation ou de l’inadéquation entre l’intensité des échanges observés et celle des échanges estimés par le modèle d’interaction retenu permet de mieux de représenter le processus de régionalisation, contribuant ainsi à mieux le comprendre.

Encadré : Cerner la régionalisation du commerce mondial par l’analyse de la structure des flux commerciaux

La base Chelem et l’échelle d’analyse

La banque de données CHELEM (Comptes harmonisés sur les échanges et l’économie mondiale), construite par le CEPII, permet d’analyser de façon précise les tendances de l’économie mondiale. Elle regroupe trois bases : la base CHELEM-CIN sur le commerce international, la base CHELEM-PIB sur les populations, PIB et taux de change et la base CHELEM-BAL sur les balances de paiements. Seule la base CHELEM-CIN est utilisée ici. Elle contient des flux bilatéraux de Commerce International en valeur depuis 1967. Les données de diverses sources sont mises en cohérence et harmonisées. 71 catégories de produits sont détaillées et permettent d’observer 75 % des échanges commerciaux totaux du monde. Ces catégories peuvent être agrégées selon différentes logiques : par filière de production, par stade d’élaboration des produits ou encore par secteur. Le commerce des services n’est pas pris en considération. Pour chaque année et chacune des catégories de produits, les échanges entre les zones géographiques (pays ou groupes de pays) sont présentés dans une matrice unique.

Deux périodes sont retenues dans cet article pour analyser l’évolution de la régionalisation du commerce mondial. Pour chaque date, une moyenne sur trois ans a été effectuée afin d’éviter les fluctuations singulières. La première date, 1992-1994, correspond à la première année qui suit la disparition de l’URSS et la dernière date, 2004-2006, à la date la plus récente de disponibilité des données dans la base. La matrice originale traitée est une matrice de 91*91 zones géographiques soit 8 281 flux, tous produits confondus exprimés en millions de dollars courants fob . Le sens de ces échanges est supprimé par l’analyse des volumes totaux (importations + exportations) ce qui revient à ne travailler que sur la moitié des 8 281 flux, moins les flux intra zone, moins les zones sans valeur liée à une absence de données dans la base, ce qui aboutit à un total de 4 005 flux observés.

Un modèle d’équilibre sans contrainte de distance

Travailler sur une matrice de flux commerciaux permet d’envisager le phénomène de régionalisation du point de vue des interactions spatiales. Le nombre des échanges commerciaux (Fij) entre une zone i et une zone j est une fonction croissante de l’émissivité de la zone i et de l’attractivité de la zone j et une fonction inverse de la distance entre ces zones. Ces trois variables sont classiquement utilisées pour modéliser l’interaction spatiale et peuvent donner lieu à de nombreuses variantes. On peut, par exemple, considérer les masses des zones i et j de façon identique ou pas (Dujardin, 2001). On peut s’attacher aux seules importations ou aux seules exportations. L’émissivité de la zone i sera alors mesurée en fonction du total des exportations de i et la réceptivité de la zone j, en fonction du total des importations de j. Il est également possible de jouer sur la variable de distance, non seulement sur le type de distance (mathématique ou fonctionnelle par exemple) mais également sur la forme de la distance (exponentielle ou puissance). La distance introduite dans le modèle est alors considérée comme une mesure de séparation spatiale, économique ou sociale. On peut également choisir de supprimer ce déterminant de proximité. L’analyse s’oriente vers un modèle d’équilibre sans contrainte de distance qu’elle soit spatiale, administrative, juridique, linguistique ou tarifaire. Le travail met en valeur les flux entre zones en ne considérant que les masses des échanges. La formulation du modèle peut se faire ainsi :

Fij* = ai.Oi.bj.Aj où  

Fij* est le flux théorique entre i et j

Oi est la somme des exportations de i

Aj est la somme des importations de j

ai et bj sont les paramètres à estimer, avec

ai = n paramètres assurant la contrainte Somme (i) Fij* = somme (i) Fij = Oi

bj = n paramètres assurant la contrainte Somme (j) Fij* = somme (j) Fij = Aj.

L'estimation des paramètres ai et bj est obtenue par itération. On fixe par exemple tous les ai à la valeur 1 et on en déduit les bj. Puis on estime les ai. Puis les bj. etc. jusqu'à ce que les deux paramètres convergent.

Ce modèle devient un modèle d’allocation aléatoire des flux. On considère que l’importance du flux entre deux lieux i et j est proportionnelle aux seules capacités d’émission du lieu de départ et d’attraction des lieux d’arrivée. La taille ou « masse » des zones est analysée par le volume total des flux, sans distinction des importations ou des exportations afin d’éliminer le problème lié au sens des échanges. La matrice observée présente une diagonale « vide », les flux à l’intérieur de la zone ne sont pas connus et le modèle se résout alors par itération. Les flux estimés obtenus permettent d’évaluer le volume des échanges qui auraient été observés entre deux zones géographiques si la distance entre ces deux zones était nulle, si ces flux n’étaient que le fruit du hasard.

Cette approche originale du processus de régionalisation du commerce mondial est alors abordée par l’analyse des résidus au modèle proposé. Les résidus mesurent l’écart entre le volume des flux observés et le volume des flux estimés pour tous les couples (i,j) de zones géographiques et rendent ainsi compte de ce que le modèle ne décrit pas ou mal. Suivant le sens de cet écart, on peut conclure sur l’existence d’échanges privilégiés ou sur des effets de barrière entre les lieux. La raison de ces écarts est encore à expliquer et pourrait l’être par un autre travail. Deux types de résidus sont utilisés : les résidus bruts mesurent les écarts entre l’observé et l’estimé et les résidus relatifs établissent le rapport entre l’observé et l’estimé.

Rbrut = Fij – Fij*    et Rrelatif = Fij / Fij*

Les résidus bruts concernent l’intensité des flux entre les pays et peuvent ne révéler qu’un phénomène lié à la taille des lieux : les zones géographiques où le volume des échanges est le plus fort sont alors mises en avant. Les résidus relatifs suppriment cet effet et privilégient l’analyse des structures. Considérer en même temps les deux types de résidus permet d’observer l’ensemble du phénomène. Il s’agit, dans les deux cas, de travailler sur l’existence de relations préférentielles ou de freins dans les échanges mais ce qui change est l’appréciation de leur importance respective.

L’interprétation de ces résidus doit se faire avec soin. Dans le cas des résidus bruts, on obtient des résidus positifs et négatifs que nous avons centrés et réduits (on soustrait la moyenne des écarts et on divise par l’écart-type) afin d’être plus simplement interprétés : les écarts compris entre -1 et +1 sont considérés conformes à la réalité. Les résidus positifs supérieurs à +1 montrent que le volume des échanges observé est supérieur au volume des échanges attendu, le modèle sous-estime les volumes d’échanges et met en évidence des relations préférentielles. A l’inverse, les résidus négatifs, inférieurs à -1, correspondent au cas où le modèle surestime les volumes d’échange et souligne l’existence de freins entre les zones.

Dans le cas des résidus relatifs, on obtient un rapport qui lorsqu’il est égal à 1, indique une bonne adéquation au modèle. Si ce rapport est supérieur à 1, le volume des échanges observés est supérieur au volume des échanges estimés. De même, si le rapport est inférieur à 1, le volume des échanges observés est inférieur au volume des échanges estimés. Pour chaque analyse, la cartographie de l’ensemble des flux estimés est impossible, il faut donc choisir des seuils significatifs. Plusieurs choix de seuils pertinents sont retenus. Pour l’analyse des effets de barrière seuls les résidus bruts négatifs sont observés aux deux dates. En revanche, pour les relations préférentielles qui nous permettent de comprendre le processus de régionalisation, nous observons toujours aux deux dates les valeurs des résidus relatifs supérieurs ou égaux à 1, 2, 3, 4 et 5. Pour les écarts absolus, nous retenons tous les flux supérieurs à 1.

*FOB signifie Free On Board, soit Franco à bord. On dit qu’une marchandise est achetée ou vendue FOB quand elle est achetée ou vendue sans les frais de transports, taxes et assurance afférents.

4Dans un deuxième temps, le processus de régionalisation est étudié dans le monde mais en mettant l’accent sur l’exemple de l’Europe. Dans quelle mesure l’Europe est-elle concernée par ce processus ? La régionalisation impulsée par l’Union européenne s’arrête-t-elle aux frontières de cette dernière ? Existe-t-il un espace économique fonctionnel qui dépasse déjà le territoire de l’Union à 27 ? L’analyse adopte une approche comparative pour mieux souligner les caractères particuliers de la région européenne par rapport aux autres grandes régions du monde.

5Pour finir, on s’intéresse aux dynamiques internes de l’ensemble régional européen. Comment évoluent les interactions entre les économies qui le composent ? Où en est le processus d’intégration économique et commercial entre ces morceaux d’Europe longtemps séparés par des clivages idéologiques (Europe de l’Ouest, Europe de l’Est, Union soviétique) ? Pour répondre à ces questions, on utilise la même méthode que dans la partie précédente en agrandissant l’échelle d’analyse. Cette partie met également l’accent sur la place de la Russie dans l’espace économique et commercial européen. Quel est son rôle dans la géographie des échanges commerciaux en Europe ?

La régionalisation du monde. Régionalisation or not régionalisation ?

6La régionalisation du commerce mondial est un fait largement admis. Le commerce entre des pays qui appartiennent à une même région du monde augmente souvent plus rapidement que le commerce mondial. Or, il n’est pas possible de fonder l’étude des liens commerciaux privilégiés entre les économies uniquement sur la valeur des échanges. Cette donnée est en effet biaisée par la taille des économies considérées. De nombreux auteurs ont apporté des réponses à ce problème, essentiellement des économistes (Freudenberg, Gaulier, Ünal-Kensenci, 1998 ; Jouen, Moutier, Welsch, 2003). Parmi les contributions apportées récemment par les géographes, on peut citer celle de Poon, Thompson et Kelly (2000), à l’égard de laquelle on peut toutefois formuler quelques critiques. Les auteurs ne comparent que deux années (1985 et 1995), ce qui présente un inconvénient : les évolutions des flux commerciaux de marchandises ne sont pas parfaitement linéaires et peuvent connaître certaines années des inflexions brutales accidentelles. En comparant des valeurs moyennes annuelles sur deux périodes de trois années, nous évitons cet écueil. Par ailleurs, ces auteurs se fondent sur les données du commerce fournies par le FMI. Or celles-ci présentent l’inconvénient d’être très mal renseignées pour l’ex-URSS et beaucoup d’autres pays avant 1992. Comment, dans ces conditions, avoir une bonne représentation de la régionalisation en 1985 ? Enfin, l’idée de comparer flux commerciaux et d’investissements directs est bonne en théorie, mais elle présente des inconvénients : l’inexistence d’une base de données fiable des IDE à l’échelle mondiale ; le choix des flux d’IDE et non des stocks alors que les premiers sont très instables et ne renseignent pas bien sur les liens durables établis entre les économies ; la prise en considération des flux en provenance ou à destination des pays les plus riches uniquement (pays de l’OCDE). La méthode retenue ici est différente (voir encadré).

Un monde plus transparent ?

7L’analyse de l’ensemble des résidus positifs ou négatifs supérieurs ou égaux à 1 ne permet pas de faire apparaître des ensembles régionaux de façon claire. Si on regarde la série des figures 1 et 2, on constate que l’Europe et les pays voisins forment un agrégat de liens privilégiés plus dense que dans les autres régions du monde. Mais on ne peut pas donner trop de signification à la densité plus grande des résidus positifs dans cette partie du monde. C’est en partie un effet d’optique qui vient du fait que l’Europe est un continent politiquement très morcelé, ce qui multiplie d’autant les liens bilatéraux. Beaucoup de pays de cette région ont des relations commerciales privilégiées avec des pays d’autres régions du monde. Ce seuil est donc trop bas pour donner à voir les limites d’ensembles régionaux.

Figures 1 et 2 : Les échanges commerciaux préférentiels mesurés par les écarts relatifs entre échanges observés et échanges estimés

Figures 1 et 2 : Les échanges commerciaux préférentiels mesurés par les écarts relatifs entre échanges observés et échanges estimés

Source : Base CHELEM, CEPII, 2007. Fait avec Philcarto, Zanin et Richard, 2009

8Plus intéressante est la comparaison temporelle apportée par les figures 1a et 2a. On remarque une augmentation du nombre des liens privilégiés, non seulement entre pays appartenant à la même région du monde mais aussi entre des pays qui appartiennent à des régions différentes. Cette évolution indique que l’espace mondial est peu à peu plus transparent, opposant moins de résistances aux échanges commerciaux. Cela traduit sans doute une tendance au multilatéralisme et un abaissement progressif des barrières douanières un peu partout dans le monde (World Bank, 2009). La régionalisation avance mais avec un caractère plus ouvert que fermé.

9Toutefois, la tendance au multilatéralisme n’est pas suffisante pour enclencher un réel processus de dérégionalisation, c’est-à-dire de désagrégation des liens commerciaux régionaux privilégiés au profit de relations entre pays plus éloignés les uns des autres. La figure 3 montre l’ensemble des résidus négatifs, c’est-à-dire tous les couples de pays pour lesquels la valeur observée des échanges commerciaux bilatéraux est inférieure à la valeur attendue selon le modèle. Il s’agit de grands pays qui réalisent une part importante du commerce mondial. La carte montre plusieurs choses : (1) il n’y a pas de résidus négatifs entre des pays très proches appartenant à la même région ; (2) les effets de barrière (résidus négatifs) sont plus nombreux entre l’Europe et l’Asie de l’Est et du Sud-Est et entre l’Europe et l’Amérique du Nord, qu’entre l’Amérique du Nord et l’Asie de l’Est et du Sud-Est ; (3) il n’y a pas d’effets de barrière entre des pays du Sud ; (4) les effets de barrière entre des pays du Sud et des pays du Nord sont rares et, lorsqu’ils existent, ils concernent des pays qui n’appartiennent pas au même fuseau terrestre (on voit par exemple des résidus négatifs entre des pays en développement de l’Asie du Sud-Est et des pays de l’Europe).

10Cette carte nuance l’idée de « triadisation » du monde introduite par K. Ohmae dans les années 1980 (Ohmae, 1985). Il est vrai que les économies de la Triade réalisent la majorité du commerce mondial (même en excluant du calcul les échanges internes à l’Europe et à l’Amérique du Nord par exemple), mais la valeur observée des échanges commerciaux entre ces trois pôles dominants de l’économie mondiale est souvent nettement inférieure à ce que prédit le modèle (Didelon, Grasland, 2007).

Figure 3 : Effets de barrière des flux commerciaux 2004-2006

Figure 3 : Effets de barrière des flux commerciaux 2004-2006

Émergence d’ensembles macrorégionaux

11En adoptant des seuils plus élevés, des grappes de pays apparaissent formant des ensembles macrorégionaux. La figure 1b montre les couples de pays dont les échanges bilatéraux constatés sont au moins deux fois supérieurs en valeur à ceux prédits par le modèle. Ce seuil permet de distinguer plusieurs ensembles : (1) Amérique du Nord et du Sud ; (2) un ensemble européen élargi à quelques régions ou pays voisins (Afrique du Nord, Afrique guinéenne, Proche et Moyen Orient, ex-URSS) ; (3) un paquet Est-asiatique auquel s’attachent l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Parallèlement, on remarque l’absence de liens privilégiés entre certaines régions du monde, notamment entre l’Amérique et l’Asie.

12La comparaison avec la figure 2b confirme l’hypothèse d’une régionalisation au sens de la formation de blocs régionaux entre lesquels les intensités bilatérales d’échange baissent alors qu’elles sont fortes en interne. Il existait encore, en 1992-1994, une certaine intensité de relations commerciales entre les deux rives du Pacifique, avec d’ailleurs beaucoup de relations commerciales Sud-Sud. Ces liens privilégiés ont disparu en 2004-2006. Le continent américain s’est quelque peu coupé du reste du monde, alors que les relations commerciales privilégiées sont restées stables à l’intérieur. On constate une intensification des liens commerciaux entre les pays de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, qui ont tendance à tous se rattacher à un axe qui va de l’ensemble Chine-Japon-Corée à l’Asean. On voit, en 1992-1994, deux sous ensembles (Australie + Asie insulaire d’un côté et Asie continentale de l’autre) qui peu à peu n’en forment plus qu’un. Pour finir, l’ensemble européen apparaît avec une certaine netteté (fig. 1b) ; on constate aussi qu’il est stable depuis le début des années 1990 (fig. 2b), englobant non seulement les pays du continent européen au sens conventionnel mais aussi la plupart de ceux du voisinage. Ces derniers ont souvent des relations plus intenses avec l’Europe qu’entre eux.

13En prenant des résidus relatifs supérieurs ou égaux à 3 (fig. 1c, 1d et 1e), les ensembles macrorégionaux apparaissent avec plus de netteté encore. Les relations privilégiées entre régions situées sur des continents différents ont quasiment disparu. Les liens transatlantiques sont très réduits et concernent davantage des pays du Sud que ceux du Nord. Et les relations directes entre l’Europe et l’Asie orientale disparaissent. La coupure semble se faire au niveau de l’Asie centrale dont le commerce de marchandises est plus orienté vers la Russie et vers l’Europe que vers l’Asie de l’Est ou du Sud. On constate en outre des évolutions divergentes d’un ensemble régional à l’autre. Quel que soit le seuil retenu, l’ensemble Amérique du Sud + Amérique centrale + Caraïbes présente des contours relativement stables. En comparant les cartes de la période 2004-2006 avec celles de la période 1992-1994, on constate même un approfondissement de l’intégration régionale puisque les liens très privilégiés (supérieurs à 5) sont un peu plus nombreux en Amérique latine dans la dernière période. Inversement, on constate une séparation de l’Amérique latine et de l’Amérique du Nord à partir d’un résidu relatif positif de 4.

14En Asie orientale, le niveau de l’intégration régionale est moins élevé avec des intensités bilatérales plus faibles. En 2004-2006, à partir d’un résidu relatif supérieur à 4, on voit l’Asean se déconnecter de l’Asie de l’Est et de l’Australie. Dès qu’on atteint le seuil de 5, le décrochage est consommé. Toutefois, à l’instar de l’ensemble Amérique latine + Caraïbes, il y a une tendance claire à l’intégration régionale entre Asie de l’Est et Asie du Sud-Est : le nombre des liens bilatéraux privilégiés a augmenté au sein de l’ensemble Asean ; à partir du seuil 4 (fig. 1d et 2d), une connexion s’établit entre l’Asean et les autres pays de la région (notamment la Chine).

15Le résidu relatif présente l’inconvénient de donner relativement trop d’importance aux pays dont les échanges bilatéraux ont une valeur faible. On remarque par exemple, sur la figure 4a, que les faisceaux de liens privilégiés sont nombreux entre les pays de l’Europe du Sud mais pas entre les grandes économies de la partie Ouest de l’Europe (France-Allemagne par exemple), de même qu’entre le Japon et la Chine. Le résidu absolu, qui cartographie la différence de valeur absolue entre échanges observés et prédits, permet de franchir cette difficulté. Il confirme l’existence de macrorégions constituées de grappes de grandes économies (fig. 5a). L’Europe forme un ensemble très intégré mais ses connexions avec le Sud sont relativement peu développées. L’Asie orientale, autrefois polarisée par le Japon, est aujourd’hui charpenté par un axe Japon-Chine animé par des échanges de plus en plus intenses. En Amérique, l’Alena apparaît nettement avec une structure monocentrique et des connexions nombreuses avec ses voisins du sud (Amérique centrale-Caraïbes, Brésil, Venezuela).

L’Europe commerciale : une région fonctionnelle très large

16Les limites de l’ensemble macrorégional européen excèdent les limites conventionnelles de l’Europe. La figure 4a, qui représente les liens bilatéraux dont la valeur observée est au moins 3 fois supérieure à la valeur prédite par le modèle, montre que la région européenne englobe l’Islande, l’Afrique du Nord, la Turquie et l’ex-URSS jusqu’à l’Asie centrale. En poussant le propos, on peut même considérer que les pays africains du golfe de Guinée font partie de cette région européenne élargie telle que définie par les plus fortes intensités bilatérales d’échanges. Cela traduit la force d’attraction considérable du marché intégré européen sur le commerce extérieur des pays voisins. L’Union européenne est en effet leur premier partenaire commercial, à l’exception des pays du Golfe.

Figures 4 et 5 : Échanges commerciaux préférentiels.

Figures 4 et 5 : Échanges commerciaux préférentiels.

La valeur de l’échange commercial observé est fortement supérieure à la valeur de l’échange estimé (écarts absolus ou relatifs supérieurs ou égaux à 3)

17Les anciennes relations coloniales jouent un rôle dans l’intensité des liens commerciaux, par exemple entre la France et le Maghreb. La proximité géographique est également déterminante dans certains cas, comme le montrent les échanges intenses qui existent entre l’Espagne et le Maghreb. L’intensité des échanges peut reposer dans ce cas sur des complémentarités économiques, les pays du Maghreb (Maroc, Tunisie) fournissant par exemple des biens manufacturés à valeur ajoutée faible ou moyenne (sous-traitance et délocalisation) et important des biens plus élaborés. Cela confirme un phénomène perceptible depuis le début des années 1990 : la part du commerce interne à l’Union européenne (UE 15 puis UE 27) tend à reculer par rapport à son commerce total (fig. 6), au profit du commerce entre l’Union européenne et ses voisins du Sud et surtout de l’Est, comme si l’Union européenne ne se suffisait plus à elle-même et élargissait son assise spatiale.

Figure 6 : Évolution de la part du commerce interne de la CEE (CEE 6) et de l’UE (UE 15 et UE 27)

Figure 6 : Évolution de la part du commerce interne de la CEE (CEE 6) et de l’UE (UE 15 et UE 27)

18La géographie de l’intensité bilatérale des échanges autour de la Méditerranée est complexe. Les liens transméditerranéens apparaissent avec beaucoup de netteté et il est remarquable que les relations Sud-Nord soient plus intenses que les relations Sud-Sud entre pays riverains de la Méditerranée. On voit par exemple que la Libye a des relations privilégiées avec la Turquie, la Grèce, l’Italie et l’Espagne (hydrocarbures contre biens manufacturés). L’Algérie a des relations privilégiées avec ses deux voisins du Maghreb mais pas avec la Libye, de même pour la Tunisie et le Maroc. Et les trois pays du Maghreb conservent des relations fortes avec la France et l’Espagne. En revanche, en allant vers le sud-est, on constate que le Proche et le Moyen-Orient sont relativement peu orientés vers l’Europe. Parmi les régions voisines, c’est avec celle-ci que l’Union européenne a l’intensité commerciale la plus faible. On constate même qu’elle a baissé depuis 1992-1994, causant un rétrécissement de l’ensemble macrorégional européen.

L’espace européen entre régionalisation et dérégionalisation

L’Europe élargie : un ensemble macrorégional éclaté

19À la différence d’autres ensembles macro-régionaux, les cartes montrent qu’il n’existe pas d’ensemble régional européen unique à partir du moment où on adopte un seuil relativement élevé (résidus relatifs supérieurs à 3). L’Europe se présente davantage comme un assemblage de sous-régions assez bien individualisées dont certaines débordent nettement au-delà des limites conventionnelles du continent. L’ensemble latino-américain est l’exemple inverse : il est très réticulé, avec des intensités élevées entre tous les pays. L’Asie orientale se rapproche de ce modèle. Cela confirme les conclusions d’autres études fondées sur des méthodes différentes (Jouen et al., 2003 ; Lefilleur, 2005 ; Poon et al., 2000).

  • 1  Il est possible que d’autres pays africains soient englobés dans cette dernière sous-région, mais (...)

20Ces sous-régions sont faciles à identifier sur la figure 4a ainsi que sur les figures 2d et 2e : une sous-région baltique à laquelle est accrochée l’Islande, une sous-région Europe du Sud (Balkans occidentaux et certains nouveaux membres de l’Union européenne), une sous-région CEI (ancienne républiques soviétiques) et une sous-région transméditerranéenne qui s’étend de l’Europe de l’Ouest (France, Espagne) à l’Afrique du Nord, voire au golfe de Guinée1. Dans cette géographie en patchwork, certains pays jouent un rôle plus important que d’autres car ils sont au centre de faisceaux de liens commerciaux bilatéraux plus nombreux (la Russie, l’Allemagne et la France).

21Le résidu absolu positif (fig. 5a et 5b) confirme que l’Europe n’est pas un ensemble unique. Il fait ressortir deux sous-régions entre lesquelles existent des connexions. Une première correspond grosso modo à l’Union européenne sans l’Europe du Sud et du Sud-Est (Grèce, Balkans occidentaux, Roumanie, Bulgarie) ni la Finlande. C’est assez nettement une Europe allemande (héritage de la Mitteleuropa), eu égard au nombre très élevé de liens directs entre ce pays et les pays de l’Europe du centre (notamment Hongrie, Slovaquie, République tchèque), de l’Ouest et du Sud. Les anciennes relations commerciales traditionnelles qui existaient dans cette partie de l’Europe, avant la Guerre froide, se sont donc très vite reconstituées après la chute du mur (Broadmann, 2005). Le processus d’intégration dans l’Union européenne, lancé dès le deuxième quart des années 1990 avec la signature d’accords d’association, n’y est pas étranger. En faisant disparaître les droits de douane, il a stimulé le mouvement de délocalisations d’entreprises, souvent allemandes, dans les anciens pays de l’Est où sont fabriqués des biens manufacturés réimportés ensuite en Europe occidentale.

22La deuxième sous-région correspond à un ensemble polarisé par la Russie dont on peut voir les relations privilégiées avec la Turquie, la Moldavie, le Belarus et la Finlande, ce qui est confirmé par la carte des résidus absolus. Ces liens privilégiés, visibles en 2004-2006, n’apparaissaient pas en 1992-1994. Il y a de fortes chances pour que l’augmentation rapide du prix du gaz, du pétrole et d’autres matières premières ait joué un rôle important dans l’apparition de ces liens. Mais d’autres facteurs peuvent être soulignés. On sait par exemple que la Russie s’emploie à restaurer son influence économique dans la CEI qui fait face à de nombreux dysfonctionnements internes. Cette organisation est peu à peu remplacée par de nouvelles structures plus intégrées à l’intérieur desquelles les marchandises circulent plus facilement (union douanière Russie-Belarus-Kazakhstan lancée officiellement en 2008, Communauté économique eurasiatique, Communauté des républiques souveraines entre la Russie et le Belarus).

Des évolutions à rebours des autres ensembles régionaux

23L’évolution de la distribution des intensités d’échanges bilatéraux en Europe et dans son voisinage est différente des évolutions relevées dans d’autres régions du monde. Si l’on analyse la distribution géographique du résidu relatif supérieur à 3 (fig. 4a et 4b), on remarque :

  • 2  L’unité statistique Proche Orient rassemble plusieurs pays de la rive est de la Méditerranée : Lib (...)

- une contraction géographique nette de la région commerciale européenne sur son flanc sud : alors que l’ex-URSS, la Turquie, le Maghreb et la Libye sont toujours solidement arrimés à l’Europe, on constate une déconnexion du Golfe, du Proche-Orient et de l’Egypte2 ;

- une dérégionalisation progressive dans l’Est de l’Europe : en 1992-1994, des liens commerciaux privilégiés denses apparaissent dans une sous-région qui va de la Grèce à l’Asie centrale à la Russie à la Finlande à l’Allemagne. Ces liens sont beaucoup moins nombreux en 2004-2006. Cela ne signifie pas nécessairement que la valeur des échanges entre ces pays a baissé mais que ces derniers ont diversifié la géographie de leurs partenaires commerciaux. Par ailleurs, malgré la réduction du nombre des liens commerciaux bilatéraux très privilégiés dans cette partie de l’Europe, les sous-ensembles régionaux qui ont été identifiés persistent. On assiste donc à un repli en bon ordre d’une géographie qui reste lisible dans ses grandes lignes. La comparaison des figures 1d et 2d (résidu relatif supérieur à 4 pour les deux périodes) et 1e et 2e (résidu relatif supérieur à 5) le confirme ;

  • 3  Les valeurs d’échanges bilatéraux observées sont plus de 150 fois supérieures à la valeur attendue (...)

- dans les Balkans occidentaux, le maintien d’échanges bilatéraux très intenses : les anciennes républiques yougoslaves continuent d’entretenir des liens très privilégiés malgré l’éclatement de la fédération3. L’Union européenne n’est pas étrangère à cette situation puisque son action vise un double objectif : une intégration de ces pays dans l’UE et une relance de l’intégration régionale entre les pays des Balkans eux-mêmes en stimulant leurs échanges et leur coopération (Cattaruzza, 2008). Par ailleurs, les réseaux commerciaux et plus largement sociaux qui existent depuis très longtemps dans cette partie de l’Europe se sont bien reconstitués à la faveur de la paix précaire imposée en 1995. L’adhésion à l’UE de ces pays, dont le commerce extérieur est marginal en valeur, renforcera l’intensité de leurs échanges avec le reste de l’Europe ;

- une confirmation de l’ancrage de l’Islande à l’Europe du Nord et une intensification des échanges commerciaux dans la région baltique, qui est connectée à l’Allemagne par l’intermédiaire de la Pologne. C’est un effet, entre autres, de l’augmentation rapide des investissements directs essentiellement Finlandais et Suédois dans les pays baltes ;

- un relatif isolement du Royaume-Uni qui perd son lien privilégié avec la Norvège. Contrairement à d’autres grandes économies européennes (Allemagne, France, Italie), le Royaume-Uni n’est pas un pôle commercial majeur placé au centre d’un dense faisceau de liens commerciaux privilégiés.

La dissolution de l’ancien bloc de l’Est se poursuit

  • 4  Trois événements récents symbolise ce délitement de la CEI : décision du Turkménistan (2005) de la (...)

24Malgré les tentatives russes pour relancer l’intégration régionale, l’ensemble ex-soviétique est en cours de décomposition lente mais réelle. Cela montre l’incapacité de la CEI à se réformer et à mettre en œuvre une véritable zone de libre-échange (Light, 2006). Le Caucase conserve un lien privilégié avec la Russie et l’Asie centrale mais il a rompu une partie de ses liens avec la CEI occidentale pour s’arrimer directement au centre de l’Europe. On remarque le même processus pour le Kazakhstan et l’Asie centrale dont le commerce avec l’Union européenne (UE 15 et UE 27) a rattrapé en valeur celui avec la Russie (fig. 6). Bien que la Russie reste un partenaire commercial important de beaucoup d’anciennes républiques soviétiques, le commerce interne à la CEI ne cesse de reculer (fig. 7)4.

Figure 7 : Ventilation du commerce extérieur (imp+exp) du Kazakhstan

Figure 7 : Ventilation du commerce extérieur (imp+exp) du Kazakhstan

Figure 8 : Part de la CEI dans le commerce extérieur du Belarus, du Caucase et de l’Ukraine

Figure 8 : Part de la CEI dans le commerce extérieur du Belarus, du Caucase et de l’Ukraine

25Parallèlement, on constate un affaiblissement des liens privilégiés qui existaient entre les pays baltes et le reste de l’ancienne Union soviétique, notamment le Caucase, le Kazakhstan et les autres pays de l’Asie centrale. Mieux arrimés à la sous-région baltique, ils se sont déconnectés de la CEI. Ils ont ainsi perdu une partie de leur fonction d’interface commerciale entre la CEI et le reste de l’Europe. Plusieurs facteurs peuvent être évoqués : une mésentente politique durable entre la Russie et l’Estonie et la Lettonie, depuis leur adhésion à l’OTAN ; l’augmentation des droits de douane (multipliés par 2) par la Russie à partir de 1995 ; l’augmentation du prix du fret ferroviaire russe en direction des deux pays ; l’utilisation croissante des ports russes du golfe de Finlande au détriment des ports lettons et estoniens... Seule la Lituanie conserve une partie de ses connexions car elle est un débouché maritime et un territoire de transit encore important pour plusieurs pays proches comme le Belarus et la Russie. Elle est aussi une zone de transit pour atteindre la région russe de Kaliningrad.

26Les figures 9a et 9b sont construites sur la base des mêmes indicateurs (résidu relatif positif et résidu absolu) pour la période 2004-2006 avec une indication de leur évolution depuis le début des années 1990, mais elles sont centrées sur l’espace constitué par l’Union européenne et les pays voisins. Ces cartes permettent de voir les évolutions avec plus de netteté. L’analyse de l’évolution des résidus relatifs les plus forts (supérieurs à 5) indique plusieurs tendances :

  • la dérégionalisation confirmée de l’ex-URSS, dont les contours restent toutefois parfaitement lisibles, avec comme corollaire le maintien du rôle régional important de la Russie ; les interactions économiques héritées de la période soviétique ne sont pas encore totalement effacées.

  • l’ancrage de l’Islande à l’Europe du Nord ;

  • l’émergence de l’ensemble régional baltique qui fonctionne de plus en plus comme une Méditerranée Nord européenne ;

  • le rapide processus d’intégration de la sous-région balkanique à laquelle l’Ukraine semble s’arrimer ;

  • la stabilité des relations bilatérales privilégiées entre l’Union européenne et les pays du Maghreb et la Libye ;

  • l’absence de connexion entre l’Europe et le Proche et Moyen Orient.

Figure 9a : Évolution des relations relatives préférentielles

Figure 9a : Évolution des relations relatives préférentielles

Seuls les échanges commerciaux dont l’écart relatif entre les échanges observés et les échanges estimés est supérieur à 5, en 2004-2006, sont représentés, soit 105 échanges sur un total de 1077.

Figure 9b : Évolution des relations relatives préférentielles

Figure 9b : Évolution des relations relatives préférentielles

Seuls les 10% des échanges commerciaux dont l’écart relatif entre les échanges observés et les échanges estimés en 2004-2006 est le plus élevé, sont représentés, soit, soit 108 échanges sur un total de 1077.

Source : Base CHELEM, CEPII, 2007

  • 5  Il est vrai que l’Ukraine importe une part croissante de son gaz et de son pétrole de l’Asie centr (...)

27La carte des 10% des résidus absolus positifs les plus élevés en 2004-2006 (fig. 9b) met en lumière d’autres évolutions qui ne sont pas incompatibles avec celles qu’on vient de souligner. On remarque un processus de « couture » au centre de l’Europe, avec des intensités en forte augmentation entre la République tchèque, l’Allemagne, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie et un ancrage de la Roumaine à l’Italie. Ces agrégats sous-régionaux sont le résultat des délocalisations et de flux d’investissements inaugurés dans la première moitié des années 1990 et montrent à quel point l’Allemagne occupe une place centrale dans l’espace économique européen. Ces évolutions confirment l’idée, développée plus haut, d’un élargissement de l’assise territoriale de la région économique et commerciale européenne (fig. 8) : alors que les intensités sont en général stables à l’intérieur de l’ancienne UE 15, elles augmentent entre certains pays de l’UE 15 et certains pays tiers proches. On remarque également une stabilité des liens entre les deux rives de la Méditerranée, avec des intensités d’échanges plus fortes entre le Sud et le Nord qu’entre les pays du Sud, ce qui confirme toute la difficulté de parvenir à une intégration régionale méditerranéenne telle que projetée par le processus de Barcelone. Enfin, l’affaiblissement des liens entre certains pays membres de la CEI (Russie-Ukraine, Russie-Kazakhstan, Russie-Asie centrale) se confirme, de même que l’existence de liens privilégiés en augmentation entre la Russie et plusieurs de ses voisins situés à l’Ouest (le Belarus, la Finlande et la Turquie) et entre l’Ukraine et l’Asie centrale (groupe constitué sur la carte par l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan)5. La figure 9b montre toutefois que la Russie conserve une place prééminente dans la CEI. Enfin, à l’absence de connexion entre l’Europe et le Proche et le Moyen-Orient répond peut-être une tendance à l’intensification des échanges entre le Proche-Orient et les pays du Golfe.

Conclusion

28La régionalisation du commerce mondial est le signe d’une croissance rapide des interactions entre des économies proches les unes des autres au sein d’ensembles macrorégionaux. Ces derniers forment des territoires d’échelle intermédiaire entre, d’un côté, l’échelle globale et, de l’autre, l’échelle locale et étatique. La meilleure façon de mettre à jour ces ensembles est d’utiliser des indicateurs qui ne sont pas biaisés par la taille économique des pays. L’analyse des intensités commerciales bilatérales présente plusieurs avantages. En comparant des valeurs de flux observées et des valeurs prédites, elle permet de faire apparaître simultanément tous les ensembles macrorégionaux.

29À l’échelle mondiale, cet indicateur permet de faire des comparaisons entre les ensembles ainsi mis en lumière. On voit que leur organisation spatiale interne varie sensiblement d’une région à l’autre. En représentant cet indicateur, choisi à deux périodes différentes, des évolutions parfois sensibles apparaissent. Cette méthode permet de valider l’idée de régionalisation, tout en y apportant des nuances. Si l’existence du processus est bien confirmée, il prend des formes variées et surtout il ne progresse pas partout au même rythme. Certains ensembles sont stables (Amérique du Sud), d’autres sont en voie de consolidation et de réorganisation (Asie orientale), etc. On constate par ailleurs que les ensembles macrorégionaux, révélés par les cartes, ne correspondent pas à la géographie des accords régionaux commerciaux (Alena, UE, Mercosur, etc.).

30La proximité géographique (distance euclidienne) joue un rôle dans la constitution de ces ensembles macrorégionaux. Mais elle n’est pas le seul paramètre déterminant car certains pays voisins ont des intensités d’échanges très basses alors que d’autres, pourtant éloignés, ont des intensités d’échanges élevées. D’autres paramètres entrent donc en ligne de compte parmi lesquels l’existence de liens coloniaux ou les types de spécialisation économique et commerciale des pays (Freudenberg, Gaulier, Ünal-Kensenci, 1998). En ce qui concerne l’Europe, la distance euclidienne entre les économies joue même un rôle secondaire par rapport à des effets d’appartenance géopolitique hérités (Richard, Tobelem Zanin, 2007) qui montrent à quel point les discontinuités spatiales produites en Europe pendant la Guerre froide sont lentes à se résorber.

31L’extension géographique de la région commerciale européenne excède largement les limites de l’Union européenne et de l’Europe. Ses limites sont instables. Cela montre à quel point la régionalisation européenne est ouverte et non fermée sur elle-même. Les interactions économiques avec le voisinage sont fortes (Afrique du Nord) voire croissantes (ex-URSS par exemple), mais elles reculent avec le Proche et le Moyen-Orient. Par ailleurs, la régionalisation commerciale, dans et autour de l’Europe, n’a pas un caractère homogène. Il vaudrait mieux parler des régionalisations que de la régionalisation européenne, puisque plusieurs ensembles sous-régionaux ont été clairement identifiés. Enfin, on peut se demander s’il ne vaudrait pas mieux parler de « dé-régionalisation » de l’Europe à l’Est et de « re-régionalisation » au centre. L’ancienne Europe de l’Est (celle des démocraties populaires) finit de se recoller à l’Europe de l’Ouest. L’ancien bloc soviétique, quant à lui, reste bien visible tout en continuant de se décomposer petit à petit. Les grandes discontinuités géographiques héritées des clivages politiques et idéologiques de la Guerre froide ne sont pas encore totalement effacées mais les évolutions sont sensibles.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON J.E., VAN WINCOOP E., 2003, Gravity with Gravitas: A Solution to the Border Puzzle, American Economic Review, vol. 93, n° 1, p. 170-92.

AUBIGNY G. d’, CALZADA C., GRASLAND CL., ROBERT D., VIHO G., VINCENT J.-M., 2000, Approche poissonnienne des modèles d’interaction spatiale, Cybergéo. Revue européenne de géographie, n°126.

BALASSA B., 1962, The Theory of Economic Integration, Londres, Allen & Unwin.

BALDWIN R., 1997, The causes of Regionalism, The World Economy, vol. 27, n°7.

Banque mondiale, 2009, World development Report, 2009. Reshaping Economic Geography, Banque Mondiale, Washington DC.

BECKOUCHE P., 2008, Les régions nord-sud - Euromed face à l'intégration des Amériques et de l'Asie Orientale, Paris, Belin, 220 p.

BECKOUCHE P., RICHARD Y., 2008, Atlas d’une nouvelle Europe. L’UE et ses voisins : vers une région mondiale ?, Paris, Autrement, 72 p.

BHAGWATI J., 1992, Regionalism versus Multilateralism, The World Economy, vol. 15, n°5, p. 535-556.

BROADMANN H., 2005, From Desintegration to Reintegration. Eastern Europe and the Former Soviet Union in International Trade, Washington, World Bank.

CATTARUZZA A., 2008, L’affirmation de l’Union européenne dans les Balkans. Vers une politique d’intégration régionale… mais de quelle région ?, Strates. Union européenne – Voisinages. La quête d’une intégration régionale, p. 171-188.

DIDELON C., GRASLAND C. et al., 2007, Europe in the World, Espon Research Project n°3.4.1, 3 volumes. Rapport rendu à la Commission des Communautés européennes, novembre 2006. Site Internet du programme Espon (Luxembourg), URL : www.espon.eu

DOLLFUS O., 2007, La mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 166 p. 

DRYSDALE P. and GARNAUT R., 1982, Trade Intensities and the Analysis of Bilateral Trade Flows in a Many-Country World: A Survey, Hitotsubashi Journal of Economics, vol. 22, n° 2, p. 62-84.

DUJARDIN Cl., 2001, Effet de frontière et interaction spatiale. Les migrations alternantes et la frontière linguistique en Belgique, L’espace Géographique, n°4, p. 307-320.

FRANKEL J. A. (dir.), 1998, The Regionalization of the World Economy, The United Chicago Press, National Bureau of Economic Research Project, Londres, Chicago.

FRANKEL J.A., STEIN E., SHANG-JIN W., 1995, Trading blocs and the Americas: The natural, the unnatural, and the super-natural, Journal of Development Economics, 47 (1), p. 61-95.

KRUGMAN P., 1991, The move toward free trade zones, in Policy Implications of Trade and Currency Zones, Kansas City, Federal Reserve Bank, p. 7-42.

FREUDENBERG M., GAULIER G., M., ÜNAL-KENSENCI D., 1998, La régionalisation du commerce international : une évaluation par les intensités relatives bilatérales, CEPII, Working Papers, n° 98-05.

GAULIER G., JEAN S., ÜNAL-KESENCI D., 2004, Regionalism and the Regionalisation of International Trade, CEPII, Working Papers, n°2004, 16 novembre.

GRASLAND Cl., 1999, Interaction spatiale et effets de barrière. 1ère partie : des modèles d’interaction spatiale aux modèles d’interaction territoriale, Miméo, CNRS-UMR Géographie-Cités.

HAYNES K.E., FORTHERINGHAM A.S., 1984, Gravity and Spatial Interaction Models, Beverly Hills, Sage Publications.

JOUEN M., MOUTIER S., WELSCH K, 2003, Cinq « petites Europe ». Des flux commerciaux recomposés, Le Courrier des Pays de l’Est, n° 1039, p. 54-62.

LEFILLEUR J., 2005, Vers une régionalisation des échanges commerciaux en Europe centrale et orientale ?, Économie internationale, n°101, p. 89-114.

LEVY J. et al., 2008, L'invention du Monde. Une géographie de la mondialisation, Paris, les Presses de Sciences Po, 402 p.

LIGHT M., 2006, La galaxie CEI, 1991-2006, Le Courrier des Pays de l’Est, n°1055, p. 14-25.

MASHAYEKI M., ITO T. (dir.), 2005, Multilateralism and Regionalism. The New Interface, New York, Genève, CNUCED.

NEWFARMER R., 2005, Global Economic Prospects 2005. Trade, regionalism and Development, International Bank for Reconstruction and Development, World Bank, Washington DC.

POON J. P. H., THOMPSON E. R., KELLY P. F., 2000, Myth of the Triad? The Geography and Trade and Investments Blocs, Transactions of the Institute of the British Geographers, New Series, n°4, p. 427-444.

RICHARD Y., TOBELEM ZANIN C., 2007, La Russie et l’Europe : une intégration économique encore à venir ?, Cybergéo. Revue européenne de géographie, Article disponible en ligne : : http://www.cybergeo.eu/index11113.html

ROBERT D., 2000, Le Réseau routier français dans la dynamique des échanges de marchandises de la France avec ses partenaires de l’Europe Occidentale, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, thèse de doctorat de géographie, 328 p.

SANDERS L. (coord.), 2001, Modèles en analyse spatiale, Paris, Hermés-Lavoisier, 334 p.

SIROËN J.M., 2000, La régionalisation de l’économie mondiale, Paris, La Découverte, 122 p.

STEIN E., WEI S.-J., 1996. Regional trading arrangements: Natural or supernatural?, American Economic Review, 86 (2), May, p. 52-56.

TAGLIONI F., THEODAT J.M. (dir.), 2008, Coopération et intégration. Perspectives panaméricaines, Paris, L’Harmattan, collection « Géographie et Cultures », 276 p.

TAILLARD C. (dir.), 2004, Intégrations régionales en Asie orientale, Paris, les Indes savantes, 496 p.

VINER J., 1950, The Customs Union Issue, Carnegie Endowment for International Peace, New York.

WILSON A.G., 1971, A family of spatial interaction models, and associated developments, Environnement and Planning A, n°3, p.1-32.

WINTERS A. L., 1999, Regionalism versus Multilateralism, in BALDWIN R. E., COHEN D., SAPIR A., VENABLES A. (dir.), Market Integration, Regionalism and the Global Economy, Cambridge, Centre for Economic Policy Research, Cambridge UP, p. 7-52.

Haut de page

Notes

1  Il est possible que d’autres pays africains soient englobés dans cette dernière sous-région, mais la base de données Chelem ne désagrège pas suffisamment ses statistiques du commerce pour le vérifier. Cela explique que tout le centre de l’Afrique apparaisse comme une seule unité statistique sur la carte.

2  L’unité statistique Proche Orient rassemble plusieurs pays de la rive est de la Méditerranée : Liban, Syrie, Jordanie, ainsi que le Yémen qui est très marginal dans cet ensemble.

3  Les valeurs d’échanges bilatéraux observées sont plus de 150 fois supérieures à la valeur attendue. Ce résidu a connu certes une baisse sensible (il était supérieur à 300 en 1992-1994 entre certains pays des Balkans occidentaux) mais il reste quand même le plus élevé du monde.

4  Trois événements récents symbolise ce délitement de la CEI : décision du Turkménistan (2005) de la Géorgie (2009) de quitter la CEI ; décision de l’Ouzbékistan de sortir de la CEEA (2009). Le Turkménistan n’est plus qu’observateur dans la CEI. Par ailleurs, les barrières douanières sont encore nombreuses entre les membres de la CEI.

5  Il est vrai que l’Ukraine importe une part croissante de son gaz et de son pétrole de l’Asie centrale pour tenter de se libérer de l’emprise russe sur son approvisionnement énergétique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1 et 2 : Les échanges commerciaux préférentiels mesurés par les écarts relatifs entre échanges observés et échanges estimés
Légende Source : Base CHELEM, CEPII, 2007. Fait avec Philcarto, Zanin et Richard, 2009
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 3 : Effets de barrière des flux commerciaux 2004-2006
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figures 4 et 5 : Échanges commerciaux préférentiels.
Légende La valeur de l’échange commercial observé est fortement supérieure à la valeur de l’échange estimé (écarts absolus ou relatifs supérieurs ou égaux à 3)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-3.png
Fichier image/png, 201k
Titre Figure 6 : Évolution de la part du commerce interne de la CEE (CEE 6) et de l’UE (UE 15 et UE 27)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-4.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 7 : Ventilation du commerce extérieur (imp+exp) du Kazakhstan
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 8 : Part de la CEI dans le commerce extérieur du Belarus, du Caucase et de l’Ukraine
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 9a : Évolution des relations relatives préférentielles
Légende Seuls les échanges commerciaux dont l’écart relatif entre les échanges observés et les échanges estimés est supérieur à 5, en 2004-2006, sont représentés, soit 105 échanges sur un total de 1077.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-7.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 9b : Évolution des relations relatives préférentielles
Légende Seuls les 10% des échanges commerciaux dont l’écart relatif entre les échanges observés et les échanges estimés en 2004-2006 est le plus élevé, sont représentés, soit, soit 108 échanges sur un total de 1077.
Crédits Source : Base CHELEM, CEPII, 2007
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7383/img-8.png
Fichier image/png, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Richard et Christine Tobelem Zanin, « L’Europe dans la régionalisation de l’espace mondial », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 137-149.

Référence électronique

Yann Richard et Christine Tobelem Zanin, « L’Europe dans la régionalisation de l’espace mondial », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7383 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7383

Haut de page

Auteurs

Yann Richard

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UMR LADYSS 7533 Institut de Géographie, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris yrichard@univ-paris1.fr

Christine Tobelem Zanin

UMR Géographie-Cités 8504, Université Paris Diderot Paris7, UFR GHSS Case 7001, 75205 Paris cedex 13 christine.zanin@univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org