Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Eric Verdeil, Ghaleb Faour, Sébastien Velut, Atlas du Liban. Territoires et société

Jacques Bethemont
p. 28
Référence(s) :

Eric Verdeil, Ghaleb Faour, Sébastien Velut, Atlas du Liban. Territoires et société,2007, Beyrouth, IFPO & CNRS, 205 p.

Texte intégral

1Réaliser sur des bases scientifiques un Atlas du Liban relève de la gageure, tant cet Etat instable et trop souvent violenté échappe à toute approche statistique rigoureuse. Conscients de ce handicap, les auteurs ne manquent pas de mettre le lecteur en garde et l’ouvrage s’ouvre  sur un constat de relativité : p. 17, « la période ouverte depuis l’assassinat de R. Hariri et le retrait syrien est une transition instable ». Dans la suite de l’ouvrage, chaque chapitre est précédé d’une formule relativisant la précision de son contenu, qu’il s’agisse de la démographie (p. 66 : « La premier élément à souligner est l’extrême incertitude qui entoure les évaluations de la population ») ou des structures territoriales (p. 92 : « L’absence de sources fiables rend délicate l’appréhension statistique des dommages et surtout celle des dynamiques spatiales causées par la guerre ») voire de l’économie qui « parait défier toute logique ».

2En dépit de ces restrictions, et cela de façon quelque peu paradoxale, il est rare qu’un chercheur puisse travailler à partir d’un ouvrage de base à ce point exhaustif et crédible. Pour réussir ce qui constitue de fait un exploit scientifique, les auteurs ont colligé, confronté, critiqué et mis en ordre la totalité de la documentation accessible. Conscients de certaines approximations ou extrapolations, ils ont honnêtement pris en compte les marges d’incertitudes comme celles concernant l’effectif global de la population libanaise qui, selon les sources et pour une date donnée, varie de 3 à 4 millions d’habitants. Au demeurant, les principales lacunes de la statistique tout comme l’exposé de situations d’une complexité déroutante sont rendus compréhensibles par de nombreuses études de cas et par des commentaires de photographies explicites.

3Une fois la part faite de ces contingences et de leur correction, la crédibilité et l’intérêt de cet atlas tiennent d’abord et comme il se doit à la qualité de son corpus cartographique, fort de 192 planches de cartes ou graphiques. L’analyse de ces documents est confortée par des analyses et commentaires qui apportent toutes précisions et nuances utiles à la compréhension d’un espace et d’un Etat qui souffre à l’évidence d’une certaine difficulté d’être. Les auteurs proposent à cette fin, une approche à partir de quatre thèmes correspondant à la construction de l’Etat, à la diaspora libanaise, à la population, au peuplement, et enfin à l’organisation socio-économique du complexe libanais. D’entrée de jeu, la construction de l’Etat met en évidence les faiblesses d’un Liban né du démantèlement de l’Empire ottoman, doté de frontières récusées par la Syrie et partagé sur le plan territorial entre des circonscriptions aux contours flous et dominées tantôt par telle ou telle confession religieuse, tantôt par telle ou telle féodalité. Le tout a été complexifié par l’afflux de vagues successives de réfugiés depuis les chrétiens d’Arménie, jusqu’aux Palestiniens qui n’ont pas été intégrés à la nation. Conséquence de cette instabilité congénitale, les Libanais bougent et leur mobilité est analysée sur deux échelles, celle de la planète et celle d’un Moyen-Orient où le Liban a beaucoup perdu de son aura passée, au profit des émirats. Restent l’intensité des échanges qu’il s’agisse d’hommes ou de réseaux bancaires, de remise des émigrés ou d’un multilinguisme où le Français tient une place honorable. Suit une étude de la population qui met en évidence deux faits : d’une part une transition démographique dont témoignent tant la pyramide des âges que l’évolution de la fécondité, passée en un demi-siècle de six à deux enfants par femme ; d’autre part une répartition par classe d’âges où les musulmans dominent chez les jeunes et les chrétiens chez les vieux. Ce clivage n’interfère pas avec une répartition spatiale caractérisée par la distorsion entre les fortes densités et le taux d’urbanisation élevé du littoral et les faibles densités de l’intérieur, exception faite de la région de Zahleh qui constitue le relais principal sur la route qui va de Beyrouth à Damas. L’analyse de la démographie fait ressortir les clivages entre les diverses composantes de la démographie libanaise, clivages que trente années de guerre ont accentué en imposant des regroupements de population sur des bases confessionnelles particulièrement pesantes au niveau de Beyrouth et des régions avoisinantes. Les années de guerre tout comme la phase de confusion qui a suivi l’assassinat de R. Hariri, ont également bouleversé les structures urbaines et régionales : la reconstruction s’est accompagnée d’un desserrement, donc d’un mitage dont souffrent surtout les plaines et collines de la région littorale ; cette concentration littorale a amplifié les rejets polluants ; les conditions dans lesquels vivent les réfugiés palestiniens n’ont pas cessé de se dégrader ; tout cela n’empêche ni la revitalisation de Beyrouth soutenue par de brillants projets d’aménagement, ni la concentration dans la capitale et à ses abords des principales zone industrielles et de services.

4Certes, le bilan de la reconstruction témoigne d’un incontestable dynamisme, mais celui-ci ne suffit pas à occulter un déclin perceptible à plusieurs niveaux, qu’il s’agisse de l’affaissement du PIB durant les années de guerre et de son redressement tout juste relatif depuis que celles-ci ont pris fin, de la régression des positions internationales acquises dans les services de haut niveau, de la déréliction de l’Etat face aux milices confessionnelles ou aux pressions syriennes, de son incapacité à mettre fin aux conflits tantôt larvés tantôt avérés entre Israël et le Hezbollah. Eprouvé et affaibli par des années de guerre, le Liban a encore dû affronter une nouvelle phase de violence destructrice durant l’été 2006 et c’est sur l’évaluation de ce dernier avatar que s’achèverait l’ouvrage, n’était que dans une brève conclusion, les auteurs incitent le lecteur « à dépasser les douleurs et les angoisses du présent », ce qui laisse entendre qu’ils ont foi en la survie de ce pays à qui ses habitants comme ses voisins ont infligé tants d’épreuves. Mais à quoi ressemblera ce Liban dont les auteurs cernent de près le devenir ? N’importe, le lecteur trouvera dans cet Atlas qui, plus qu’un simple Atlas constitue une somme, toutes les données qui lui permettront de suivre et de comprendre les épisodes à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Eric Verdeil, Ghaleb Faour, Sébastien Velut, Atlas du Liban. Territoires et société », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 28.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Eric Verdeil, Ghaleb Faour, Sébastien Velut, Atlas du Liban. Territoires et société », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 21 décembre 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7379

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org