Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Mathieu Crozet et Miren Lafourcade, La nouvelle économie géographique

Bruno Moriset
Référence(s) :

Mathieu Crozet et Miren Lafourcade, 2009, La nouvelle économie géographique, La Découverte, coll. Repères, 125 pages.

Texte intégral

1La parution de ce petit ouvrage est une opportunité pour évoquer les débats (L’Espace géographique 2004) qui ont animé la communauté des sciences de l'espace et du territoire, depuis que Paul Krugman et ses suivants, au début des années quatre-vingt-dix, ont sorti l'espace géographique du néant dans lequel la science économique le maintenait depuis des décennies. « The new economic geography has ended the long silence of mainstream economics on the whole question of where economic activity takes place and why» (Krugman 2000, p. 59).

2Il faut rappeler que Krugman est un économiste «  mainstream», mondialement connu et reconnu, couronné par le Prix Nobel en 2008. Lorsque Krugman se penche sur l'explication des inégalités spatiales de développement économique, il écrit « economic geography» au sens d'espace économique : « The study of economic geography – of the location of factors of production in space…» (Krugman 1991, p. 483). Mais il crée l'ambiguïté lorsqu'il se fait le chef de file d'une « New Economic Geography » (2000), qui serait une branche émergente ou résurgente de la science économique. Or, en toute rigueur, « economic geography », comme science, veut dire « géographie économique » (la revue phare Economic Geography est éditée par le département de géographie de l'Université Clark). La rhétorique des économistes anglo-saxons de la « New Economic Geography» est donc assimilable à une annexion scientifique. Les économistes français ont très correctement baptisé ce courant « nouvelle économie géographique» (NEG). Le malentendu aurait peut-être été évité si Krugman avait écrit « the new geographical economics » comme le propose Ron Martin (1999), tout comme il existe des « regional» ou « urban economics».

3Cette ambiguïté s'inscrit dans le contexte de l'ignorance réciproque entre économistes et géographes, les premiers étant dans une situation de complète supériorité académique par rapport aux seconds (Duranton et Rodriguez-Pose 2005). Malheureusement, la lecture que nous faisons du présent ouvrage (rédigé par deux économistes réputés) ne contribuera pas à dissiper malentendus et critiques récurrentes.

4La première partie de l'ouvrage est d'une lecture très utile. Le phénomène essentiel des externalités d'agglomération est très bien expliqué, en lien avec des modèles et indices connus, par exemple : indice d'auto-corrélation spatiale de Moran (1950), indice de concentration spatiale de Ellison et Glaeser (1997). L'ouvrage reprend le modèle séminal de Krugman (1991) d'explication théorique de la concentration spatiale inégale des activités économiques.

5Les choses se gâtent à partir du milieu de l'ouvrage, lorsqu'il s'agit d'aborder « la pertinence empirique du modèle centre-périphérie » (p. 57), et plus encore, lorsque l'ouvrage propose de faire le lien entre la NEG et les politiques publiques. En un mot, lorsque les économistes s'aventurent sur le terrain du territoire. Or le livre ne prend pas en compte la complexité des chaînes de création de valeur au sein d'une économie de plus en plus globalisée, ni la diversité et l'emboîtement des échelles géographiques requises pour comprendre la territorialisation des éléments de ces chaînes de création de valeur que sont les entreprises.

6Cela aboutit à des remarques baroques. Comme le sous-titre : « la concurrence, une force de dispersion puissante » (p. 69). Quel paradoxe, puisque, de la Silicon Valley à Datang (district de la chaussette, Chine), en passant par Bangalore, la réalité des territoires économiques montre que les entreprises s'agglomèrent à leurs concurrentes directes en clusters spécialisés, au point que M. Porter (1998) fait de la présence locale des rivaux une des clés de la compétitivité des entreprises !

7La remarque fait sans doute sens pour les vendeurs de glace du modèle de Hotelling (p. 70), ou les camions à pizza, qui doivent effectivement s'écarter de leurs collègues, s'ils ne veulent pas s'engager dans une « guerre des prix » (p. 69) ? Mais on ne peut pas considérer de la même manière des entreprises de service de proximité, et des entreprises industrielles, pour lesquelles le marché est de toute façon national, voire européen ou mondial.

8Cette simplification explique également des développements douteux sur les effets de l'implantation des grandes infrastructures de communication (p. 77) :

les modèles de la NEG nous poussent à dépasser la croyance tenace que le désenclavement constitue un préalable nécessaire au développement des territoires… Lorsqu'on construit une ligne à grande vitesse ou une autoroute, on […]expose le territoire le plus fragile à une concurrence plus vive de la part de l'autre territoire. En réduisant le coût d'accès aux zones périphériques, on offre en effet de nouveaux débouchés aux entreprises implantées dans les zones centrales. Face à cette concurrence exacerbée, l'issue reste souvent pour les entreprises implantées dans le territoire le plus fragile de délocaliser leur production vers l'autre territoire… La NEG appelle ainsi une réflexion urgente sur la capacité des politiques publiques, en particulier des politiques de transport, à modifier la recomposition territoriale au profit des zones désindustrialisées.

9Ces remarques font fi de la réalité économique et industrielle des territoires. S'il y a en France une région dont autoroutes et TGV, depuis 20 ans, ont accéléré la désindustrialisation, c'est bien la région centrale, en l'occurrence la région parisienne (- 16 % d'emplois manufacturiers en Ile-de-France, contre -9 % en moyenne nationale, entre 2003 et 2008). Il est vrai que du milieu du 19ème siècle jusqu'aux années 1950, le désenclavement des territoires ruraux a précipité la ruine d'une petite industrie et d'un artisanat local, qui ne pouvaient pas rivaliser avec la grande industrie des métropoles. Mais c'était l'époque où les marchés industriels étaient encore compartimentés. Il y a bien longtemps que le marché des entreprises textiles du Massif Central n'est plus dans le Massif Central, mais à Lyon, Paris, etc. Le désenclavement autoroutier, qui réduit coûts et délais d'acheminement, ne peut qu'accroître ceteris paribus la compétitivité d'une entreprise.

10Dans le domaine des services, on a évoqué à une époque la crainte que les liaisons TGV « aspirent » le tertiaire supérieur des métropoles régionales au profit de Paris. Une connaissance, même élémentaire, des indicateurs micro-économiques et du tissu d'entreprises de villes comme Lyon ou Lille montre qu'il n'en a rien été, bien au contraire : le TGV et les réseaux de télécommunications sont au contraire le levier qui permet à ces villes de profiter de coûts immobiliers bien moindres qu'à Paris, pour attirer des fonctions tertiaires d'entreprises dont Paris avait autrefois le quasi-monopole.

11On peut regretter que l'ouvrage ignore les travaux récents autour de la théorie de la base économique, notamment ceux de Laurent Davezies (2008). Cela aurait évité des développements hasardeux pour justifier le « bien être» ou les bons classements de certaines régions dites « non centrales» (p. 80). En effet, Davezies montre que les territoires les plus dynamiques démographiquement et ceux où il fait « le plus bon vivre en France» ne sont pas les plus productifs, mais ceux capables de capter les revenus créés ailleurs, par une économie résidentielle forte, et par les transferts publics et sociaux. C'est donc faire fausse route que de lier bien-être et revenus uniquement à l'implantation d'entreprises (p. 80).

12L'ouvrage fait peu de cas des phénomènes d'héritage historique ou « path-dependence». Du fait de l'immobilité relative du capital fixe et de la ressource humaine, la physionomie actuelle de l'espace économique est expliquée par des facteurs qui sont souvent périmés, par des mécanismes aujourd'hui inopérants. Ceci explique une partie du « désappointement empirique», reconnu par les auteurs eux-mêmes (p. 57). Ce n'est pas un hasard si des géographes économistes de grande réputation se sont inspirés de l'école d'économie dite « évolutionniste» (Boschma et Frenken 2006, Martin et Sunley 2006).

13Sans doute, traiter en une centaine de page d'un sujet aussi complexe tenait de la gageure et ouvrait la porte aux formules un peu simplistes que nous évoquons ci-dessus. Avec la mondialisation et la numérisation de l'économie, les désintégrations et recompositions verticales et horizontales des chaines de création de valeur ont atteint un énorme degré de complexité. La compréhension scientifique des espaces économiques doit mettre à contribution plusieurs disciplines : économie, sociologie, sciences de gestion et… géographie.

Haut de page

Bibliographie

BOSCHMA R.A. et FRENKEN K. ,2006, Why is economic geography not an evolutionary science? Towards an evolutionary economic geography, Journal of Economic Geography, vol. 6, n° 3, pp. 273-302.

DAVEZIES L., 2008, La République et ses territoires : La circulation invisible des richesses, Paris: Seuil, 109 pages.

DURANTON G. et RODRIGUEZ-POSE A., 2005, When economists and geographers collide, or the tale of the lions and the butterflies, Environment and Planning A vol. 37, pp. 1695-1705.

ELLISON G. et GLAESER E.L., 1997, Geographic concentration in U.S. manufacturing industries: A dartboard approach, Journal of Political Economy vol. 105, pp. 889-927.

KRUGMAN P., 1991, Increasing returns and economic geography, Journal of Political Economy vol. 99, pp. 483-99.

KRUGMAN P., 2000, Where is the world in the new economic geography? in G. Clark, M. Feldman et M. Gertler (éds), Oxford Handbook of Economic Geography, Oxford:  Oxford University Press. pp. 49-60.

L’Espace géographique, 2004, Nouvelle économie géographique et géographie : quel dialogue ? L’Espace géographique n° 3, pp. 193-214.

MARTIN R. et SUNLEY P., 1996, Paul Krugman’s geographical economics and its implications for regional development theory: a critical assessment, Economic Geography, volume 72, n° 3, pp. 259-292.

MARTIN R. et SUNLEY P., 2006, Path dependence and regional economic evolution, Journal of Economic Geography, vol. 6, n° 4, pp. 395-437.

MARTIN, R., 1999, The new 'geographical turn' in economics: some critical reflections, Cambridge Journal of Economics, vol. 23, pp. 65-91.

MORAN P.A.P., 1950, Notes on continuous stochastic phenomena, Biometrika, vol. 37, n°1/2, pp. 17-23.

PORTER M.E., 1998, Clusters and the new economics of competition, Harvard Business Review, novembre, pp. 77-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Moriset, « Mathieu Crozet et Miren Lafourcade, La nouvelle économie géographique », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 13 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7376

Haut de page

Auteur

Bruno Moriset

Université Jean Moulin – Lyon 3, UMR 5600 Environnement Ville Société 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org