Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

David Blanchon, L’espace hydraulique sud-africain, le partage des eaux

Jacques Bethemont
p. 16
Référence(s) :

David Blanchon, 2009, L’espace hydraulique sud-africain, le partage des eaux, Paris, Karthala, 294 p.

Texte intégral

1Dans sa formulation, le projet de David Blanchon évoque de prime abord une expertise portant sur la validité des transferts d’eau en tant que mode de développement avec, pour cadre d’expérimentation, la République sud-africaine, le Lesotho et le Swaziland. La mise en œuvre d’un tel programme pourrait se ramener à un problème de tuyauterie. Mis en œuvre par un géographe averti, il s’avère au fil des pages, d’une redoutable complexité.

2D’un chapitre à l’autre, les problèmes résultant de la variabilité des ressources en eau reviennent comme une sorte de leitmotiv. Selon un expert sud-africain, les fleuves de ce pays souffrent d’une predictable unpredicability, bien que le pays bénéficie de régimes hydrologiques assez divers. Etiages et crues d’ampleurs parfois catastrophiques se suivent sans qu’il soit possible d’établir quelque modèle que ce soit, de sorte que les espoirs fondés en leur temps sur un Orange-Vaal qui aurait dû être le Nil de l’Afrique australe ont été déçus. Bien nourri par les eaux du Drakenberg dans sa partie amont, le fleuve ne cesse de s’appauvrir en progressant vers l’Ouest entre les steppes et les déserts du Karroo et du Kalahari, de sorte que pour un débit théorique de 355 m3, ses eaux n’atteignaient pas toujours son embouchure avant les travaux de grande hydraulique.

3N’importe. L’Afrique du Sud est un pays riche et les bénéfices tirés des mines d’or et de diamant ont permis à l’Etat, au temps de l’apartheid, de se lancer dans une politique de l’offre basée sur un système sophistiqué de transferts entre le versant oriental bien arrosé mais peu attractif et un versant occidental sec. Celui-ci concentre l’essentiel des potentiels industriels et urbains, ainsi que la plaine alluviale dont les terres irrigables étaient pour l’essentiel possédées par les agriculteurs afrikaners forts de leurs droits acquis et de leur poids politique. La combinaison de ces forces rend compte de l’importance d’un bilan qui, au terme d’un demi-siècle d’aménagements fondés sur la grande hydraulique, compte 24 transferts (dont 17 sur le seul système Orange-Vaal) totalisant 4,2 km3/an obtenus grâce au stockage de 25 km3 dans divers réservoirs dont la très importante retenue de Khatse,et à un système complexe d’aqueducs et de tunnels fournissant 22% de l’eau utilisée dans le pays. Observons incidemment qu’une bonne part de ces transferts procède du Lesotho Highlands Water Project opérant sur le territoire du Lesotho, Etat théoriquement indépendant mais enclavé dans l’Union sud-africaine. Deux remarques d’ordre à la fois hydraulique et technique s’imposent au vu de ce bilan. Au plan de l’hydraulique, nombre de cours d’eau plus ou moins importants sont devenus de simples aqueducs intégrés au système des transferts, de sorte qu’il serait vain d’établir les données d’une hydrologie « naturelle ». Au plan de la technique, toute augmentation de l’offre se traduit inéluctablement par un accroissement de la consommation et l’apparition de nouveaux besoins qui, à leur tour, entrainent de nouveaux aménagements, cette course offre/demande/offre ayant pour terme le plein emploi de la ressource.

4Il est bien entendu possible de reculer les limites du dit système en tablant sur l’ingénierie et l’innovation technique, mais des contradictions n’ont pas tardé à se faire sentir sur de multiples registres, à commencer par l’importance des impacts notamment la prolifération des roselières qui pompent une part non négligeable d’une eau obtenue à grands frais. Il y a pire, car en dépit de l’artificialisation de son cours, l’instabilité du régime de l’Orange est telle que sévissent encore des sécheresses pluriannuelles comme celle de 1982-1988 qui a vidé les réservoirs et entrainé l’abandon de nombreux périmètres irrigués dans la vallée de l’Orange. Sur le plan interrégional, les traditionnels conflits entre usagers d’amont et d’aval sont amplifiés par la concurrence intersectorielle opposant ici les agriculteurs afrikaners d’aval aux industriels et aux donneurs d’ordres du Gauteng qui, entre Johannesburg et Pretoria, concentre l’essentiel de la richesse du pays. Sur la base de critères aussi pertinents que la valorisation du mètre cube d’eau, la comparaison n’est pas soutenable entre le Gauteng et la vallée de l’Orange que ce soit au plan du rendement monétaire avec 198 contre 0,81 rands, ou à celui des emplois créés, soit 1940 emplois contre 24. Seules des considérations d’ordres historique et culturel ont pu justifier le maintien d’un partage favorisant le secteur aval.

5Ces aberrations, tant celle du partage de l’eau que celle du système des transferts, sont amplifiées par la prise en compte de l’inégal accès à la ressource. Dans le cadre du régime d’apartheid renforcé par la loi sur l’eau de 1956, les intérêts des groupes ethniques, bantous et métis, ont été délibérément sacrifiés, qu’il s’agisse de la dérivation des eaux du Lesotho, Etat dont les eaux ont été littéralement confisquées, de l’accès à l’eau dans les townships de Soweto ou d’Alexandra, des agriculteurs bantous de la vallée de l’Orange déportés dans la poussière et la sécheresse de lointains bantoustans, et finalement des droits ripariens de la Namibie. De façon constante et jusqu’à la date clé de 1994 qui voit l’arrivée au pouvoir de l’ANC, l’essentiel des investissements s’est fait au profit quasiment exclusif de la population blanche, le principe étant que « l’eau coule bien en Afrique du Sud vers l’argent et le pouvoir ». L’abolition de l’apartheid s’est accompagnée d’une remise en cause radicale des politiques de l’eau en vigueur durant les années précédentes. Cette mutation passe par la gestion de l’eau en fonction de la demande et non plus de l’offre, la réhabilitation de la notion de bassin versant, la prise en compte de l’environnement et un accès équitable à l’eau. Conscients des difficultés inhérentes à une telle révolution, les nouveaux dirigeants ont limité dans un premier temps leurs ambitions à un simple programme simple d’accès à l’eau selon le principe « un peu, pour tous, pour toujours ». « Un peu » implique la prise en compte de la variabilité et de l’imprévisibilité de la ressource. « Pour toujours » laisse entendre que la nouvelle politique s’inspire des principes du sustainable development, garanti par l’établissement de « débits de réserve » préservant les grands équilibres écologiques. Reste la question du « pour tous » qui passe par l’accès gratuit à l’eau pour une consommation minimale fixée à 25 litres par habitant et par jour, compensé par un tarif pénalisant les gros consommateurs. Or ces objectifs, si modestes qu’ils soient, ne seront pas facilement atteints. En témoignent non seulement le difficile approvisionnement des townships mais également la mise en œuvre de la « réserve » qui exigera sans doute l’édification de nouveaux grands ouvrages. Quoi qu’il en soit, la nouvelle politique de l’eau pourrait bien déboucher sur l’avènement de nouveaux modèles de gestion de la ressource, valables pour l’ensemble des pays en milieux sahélien.

  • 1   Témoigne de cette ouverture la publication récente de : Blanchon D. 2009,  Atlas mondial de l’eau(...)

6On peut donc considérer le travail de David Blanchon comme la première pierre d’un double programme portant d’une part sur le suivi du modèle sud-africain et d’autre part sur sa mise en œuvre dans divers pays affectés par l’insuffisance de leurs ressources en eau. Ceci dit, ce travail est remarquable en l’état, qu’il s’agisse d’une recherche novatrice ou de la rigueur d’une méthode qui a délibérément écarté les problèmes et données qui n’entraient pas dans ses objectifs, qu’il s’agisse de la gestion des périmètres irrigués, de l’épisode des bantoustans ou du problème de l’accès à l’eau dans les townships, toutes questions qui eussent demandé, indépendamment des délais exigés par de telles recherches, une dilution d’une problématique choisie à bon escient. Mais dans le cadre ainsi délimité, David Blanchon a su insérer son travail dans des problématiques plus vastes par le jeu de références sur d’autres espaces et d’autres problèmes comme celui des transferts à travers le monde, la problématique des impacts, voire les notions d’équilibre, de rupture, d’équilibre et de catastrophe1. Pour tout dire, un travail remarquable (si l’on fait abstraction de quelques bévues et d’une orthographe parfois approximative) dont le seul inconvénient serait de placer la barre bien haut pour de futurs jeunes chercheurs.

Haut de page

Notes

1   Témoigne de cette ouverture la publication récente de : Blanchon D. 2009,  Atlas mondial de l’eau, Paris, Autrement, 80 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « David Blanchon, L’espace hydraulique sud-africain, le partage des eaux », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 16.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « David Blanchon, L’espace hydraulique sud-africain, le partage des eaux », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 06 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7371

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org