Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gipouloux François, La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècle

Philippe Pelletier
p. 282-284
Référence(s) :

Gipouloux François, 2009, La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècle, Paris, CNRS Éditions, 482 p.

Texte intégral

1Très ambitieux, le dernier livre de François Gipouloux, géographe économiste et directeur de recherche au CNRS, prolonge ses précédents travaux sur les économies du Japon, de la Chine et de l’Asie orientale. Il se penche sur la problématique d’une « Méditerranée asiatique » dans le temps long et l’espace profond, du XVIe siècle à nos jours sur la façade Pacifique de l’Asie, ou Asie orientale. Ce n’est pas le premier à le tenter. Ce ne sera pas le dernier non plus mais, assurément, il réalise là une somme importante. Assez curieusement, il oublie d’ailleurs, malgré une bibliographie abondante, de citer les travaux des géographes qui, pour n’en prendre que quelques-uns parmi les français, se sont essayés à ce type de comparaison avec l’espace éponyme (par exemple : dossier spécial de L’Espace géographique en 1995, colloque de l’Université d’Artois en décembre 1998, fréquentes réflexions d’Yves Lacoste dans la revue Hérodote…). Une table ronde du F.I.G. de St-Dié s’y est encore consacrée en 2009. C’est donc sur un champ a priori déjà bien balisé que se rend l’auteur s’appuyant sur un corpus considérable en chinois, en japonais, en français et en anglais.

La thèse de la Méditerranée asiatique

2Dans le sillage braudélien, familier aux Occidentaux (Blussé, Fairbank, Pomeranz, Reid, Wills…), mais également emprunté par les auteurs asiatiques référencés (Chaudhuri, Hamashita, Li Jinming, Subrahmanyam, Wong Bin …), il propose une approche résolument transdisciplinaire et fortement spatialisée, globalement géohistorique et géoéconomique. Se situant au-delà des cultural studies chères à l’école nord-américaine, il se garde bien de reproduire les travers habituels de celles-ci qui, à force de tout situer dans le culturel et de tout expliquer par lui, finissent par tomber dans une sorte de philosophie idéaliste oublieuse des contingences et des dimensions matérielles, des acteurs et des agents économiques ou politiques.

3Ambitieux, le livre l’est en effet car l’Asie orientale constitue un très vaste espace, qui est de surcroît abordé en fonction du reste du monde et du processus de globalisation. Articuler l’ensemble sous le registre d’une Méditerranée n’est donc pas simple. D’autant que, nonobstant les différences de dimension, d’échelle et de rapports entre continents, il faudrait plutôt parler de Méditerranées asiatiques, au pluriel. De fait, la comparaison entre l’Asie orientale et la Méditerranée éponyme n’est pas toujours effectuée pleinement selon l’époque traitée. Elle est posée en liminaire à partir de faits généraux, partiellement rappelés dans la suite du texte (ex., p. 317) et centrés sur les périodes plus anciennes (Moyen Âge et Renaissance essentiellement), au détriment des périodes plus récentes. Comparer, pour nos jours, la division de Chypre à celle de la Corée, ce que ne fait pas l’auteur, soulèverait, il est vrai, d’énormes questions, sans parler d’autres espaces comme la bande de Gaza d’un côté et Banda Aceh de l’autre. François Gipouloux a donc pris ses précautions : les rapprochements relèvent davantage d’une démarche heuristique, voire simplement métaphorique, que d’une véritable démonstration comparatiste à propos de chemins qui auraient été empruntés communément voire mutuellement aux deux extrémités de l’Eurasie.

4La démarche convainc dans le rassemblement systématique des différents travaux sur la question en Asie qui, généralement, se recoupent, se confortent et méritent d’être livrés au lecteur francophone. La thèse sous-jacente est en réalité connue : l’essor actuel des économies est-asiatiques reposerait sur un système historique d’organisations transnationales ayant perduré depuis plusieurs siècles « grâce à la stabilité d’institutions économiques et juridiques en dehors des cadres étatiques, et grâce à la vitalité des réseaux marchands cosmopolites » (texte de présentation). Les hubs, les grands ports, les centres boursiers et les métropoles, « acteurs majeurs de l’économie mondiale, foyers de la diversité culturelle, de l’innovation, et de l’initiative entrepreneuriale », hériteraient en droite ligne de cette histoire glorieuse, d’autant qu’est soulignée la corrélation des grands cycles économiques entre la Chine et l’Occident (p. 379)

5Le postulat, plus que le résultat inductif de cette thèse, est limpide. Ce sont les marchands cosmopolites, autrement dit la bourgeoisie, qui, en tout temps comme en tout lieu, d’où la référence à la Hanse, aux thalassocraties gênoises ou vénitiennes, seraient les moteurs vertueux de l’histoire. Son corollaire est simple : les États, lourds, nationaux et vulgaires ne seraient que des freins ou des parasites. L’économique triompherait donc du politique, et la globalisation libérale métropolitaine avancée serait en train de vaincre le capitalisme national étatique. Le problème, c’est que les faits qui sous-tendent ce postulat offrent matière à discussion critique.

Economie et Etat en Asie : une relation critique ?

6L’approche met l’accent sur les producteurs et les entreprises. C’est légitime puisque ce sont les vecteurs du capitalisme. Mais où sont passés les travailleurs et les consommateurs, acteurs non moins importants ? Eux aussi, pourtant, et sans transformer l’ouvrage en travail de géographie sociale ou de sociologie, jouent un rôle en masses considérables, mobiles, aussi mobiles que le capital l’est et exige qu’elles soient. Si ladite diaspora chinoise est, par exemple, régulièrement évoquée, les migrations de travail, autrefois celles des coolies, de nos jours celle des mingong, le sont beaucoup moins. Quant à la consommation, c’est-à-dire la destination finale des flux de marchandises, et les goûts variés qui l’articulent, et qui conditionnent le marché, on ne les voit guère. Le mot de « population » n’apparaît donc que p. 168, alors que celui d’« espace économique » (souvent un euphémisme pour « marché ») dès la première page. Le mot « peuple » n’est même pas cité quand sont introduites « les métamorphoses de la souveraineté » (p. 366-367). Globalement, les processus sociaux ne sont pas vraiment pris en compte.

7Se pose la question du lien entre l’économique et le politique, entre la bourgeoisie et l’État. Or, à moins de verser dans une idéologie ultra-libérale qui imagine une déconnexion totale entre les deux sphères, sinon un rapport antagonique entre les deux, il paraît difficile de ne pas constater que l’État moderne, depuis sa création, s’est toujours préoccupé d’économie et accompagné des marchands. Son rôle ne s’est pas accompli au détriment de la bourgeoisie mais au profit de celle-ci, que ce soit avec le colbertisme en France, ou bien la V.O.C. (Compagnie des Indes Orientales) des Provinces-Unies qui est une émanation des représentations politiques urbaines encadrées par le nouvel État reconnu par le fameux traité de Westphalie. Précisément, le passage entre les systèmes de type hanséatique, qu’on peut qualifier de « transnationaux » au risque de l’anachronisme, et les économies nationales étatiques « modernes » soulève, et a soulevé, moult débats en ce qui concerne l’Europe, y compris sur le plan politico-idéologique (cf. Marx, Kropotkine…).

8En revanche, le même phénomène est-il observable en Asie orientale ? Or François Gipouloux non seulement déconnecte l’économique du politique, mais n’examine pas à fond l’originalité de celui-ci en Asie orientale, qui ne peut être mis sur le même plan que l’européen. Sa démonstration devient donc partielle. C’est pourtant cette originalité qui explique pourquoi les pays asiatiques eurent de grandes difficultés à se confronter au désordre mondial imposé par l’Occident au cours du XIXe siècle, même le Japon. C’est bien le politique qui légalise le commerce en Asie orientale (p. 111) avant les siècles industriels, ou qui l’interdit…

9L’idée selon laquelle l’État est considéré comme bon quand il laisse libre le marché, mauvais quand il le bride, empêche de voir les logiques économiques à l’œuvre en Asie orientale. Car, bien souvent, c’est le même État, voire le même gouvernement, ou les mêmes hommes qui favorisent ou non la libre entreprise. En Chine, le régime actuel officiellement marxiste-léniniste se réclame non moins officiellement du « socialisme de marché ». Au Japon, ce sont pratiquement les mêmes hommes qui se trouvent à la tête de la technostructure avant comme après 1945. L’État, interrogé dans son essence, n’est pas une sorte de superstructure abstraite comme il est traité (ex. p. 208, 282, 381-382).

10La question territoriale, liée au politique, se laisse difficilement appréhender par une grille de lecture mercantiliste libérale. Le territoire n’est pas seulement de l’espace pour de l’espace, comme il est présenté (p. 157), mais parce qu’il comprend des habitants, des producteurs, des consommateurs, des sujets ou des citoyens, tous encadrés par le politique, différemment selon la féodalité, l’empire ou l’État-nation. S’y ajoutent des affirmations contestables. Est-ce vraiment parce que Lübeck est un port et Reims une ville au milieu d’une plaine que la construction étatico-nationale fut ici plus tardive et là plus précoce (p. 359) ?

11En outre, c’est bien l’existence de frontières qui a stimulé et organisé l’économie est-asiatique actuelle, et pas seulement un polycentrisme portuaire (p. 381). Hong Kong et Singapour en sont les prototypes. Un jeu complexe s’organise en effet par le gradient frontalier entre ces métropoles, leurs avants et leurs arrières pays, entre nations et monde. Au territoire du marché, qui laisse passer les marchandises mais qui contrôle les visas des personnes, correspond d’ailleurs un gradient socio-spatial, avec un centre riche et tertiaire, des banlieues ouvrières, une main d’œuvre migrante, des zones grises…

12La piraterie est sous-traitée, malgré quelques pages (ex. p. 93, 107-110 ; mais rien de nos jours à part une allusion p. 370), puisqu’elle ne relève ni d’une bourgeoisie orthodoxe, légitime, ni d’un État non moins légitime et reconnu. Pourtant sans elle, peu d’épisodes sont compréhensibles en Asie orientale, notamment dans les rapports entre la Chine et le Japon, entre la Corée et le Japon, en particulier les épisodes de « fermeture » de ces pays. Elle est certes évoquée à propos de l’essor puis du déclin de la thalassocratie ryûkyûane, mais au passage. La piraterie, bien plus transnationale que les marchands cantonais, est-elle moins politiquement correcte ?

13Sur le fond, précisément, cette transnationalité avant la lettre, et anachronique, renvoie à l’interrogation sur la nature « nationale » des États asiatiques avant le XXe siècle. Ainsi, quand le shôgunat Tokugawa choisit le repli sur l’archipel japonais central au XVIIe siècle, il laisse à leur sort, sans aucune considération pour leur appartenance « japonaise », d’importantes colonies de Japonais, qui ne sont évoquées que dans leur ascension glorieuse comme « diaspora marchande » (p. 121-123). C’est à partir de ce lâchage qu’elles deviennent pourtant des « diasporas », des émigrations forcées, au sens premier et strict du terme (dispersion coercitive), mais avec un destin moins glorieux.

14Les gouvernements d’État ou d’empire ne seraient-ils pas des groupes de pirates ayant réussi dans la marche de l’histoire ? De ce point de vue, on peut tirer des conclusions différentes du texte d’Augustin d’Hippone sur l’État de celles que suggère François Gipouloux (p. 363-364). La chronologie est parfois malmenée pour les besoins de la cause (ex., p. 13, 61, 93, 106, 121). Certes, pour tout praticien du temps long et de la géohistoire, c’est le risque, mais la sélection semble trop unilatérale, et déduite d’une grille. Quant à la conception des relations internationales (p. 370 etc.), elle mériterait une plus ample réflexion sur une comparaison entre les modèles guerre et paix, du côté de l’Occident, civilisation et barbarie du côté de l’Asie orientale.

15Le traitement des colonialismes et des impérialismes occidentaux, qui n’apparaissent qu’en creux ou affadis bien souvent, laisse perplexe. On peut d’ailleurs se demander comment un historien chinois interpréterait la réhabilitation au moins partielle du système des traités de la seconde moitié du XIXe siècle (p. 133), ou bien s’agit-il d’une maladresse rhétorique ?

16Prenons l’exemple de l’opium, beaucoup trop rapidement traité (p. 189). Son commerce eut d’énormes implications politiques, géopolitiques, sociales et éthiques. Lorsqu’on vante les mérites du commerce transnational, il n’est certes pas agréable de rappeler que les dirigeants politiques et économiques britanniques ont fait le maximum pour que la production de chanvre indien, bengalais surtout, inonde le marché chinois et que, par l’opium, elle anesthésie des millions de Chinois afin de favoriser une domination globale. L’essor de Shanghai et de Hong Kong n’est pas seulement dû à l’importation de textile mais repose aussi, et surtout, sur la fortune de marchands d’opium (Jardine, Matheson…), souvent juifs (les puissants Sassoon dont les connexions s’étendent jusqu’à F. D. Roosevelt ou les Rothschild - des noms jamais cités), marchands qui montrent une autre face du cosmopolitisme.

17La conclusion du chapitre 20 (p. 377) précédant la conclusion générale est ainsi discutable. François Gipouloux estime en effet que « la Chine aura, dans sa quête de modernisation effrénée et son mimétisme par rapport à l’Occident été victime des deux successivement aux XIXe et XXe siècles ». Mais cette affirmation oublie l’ordre des causalités. Car c’est l’Occident qui vient perturber le monde sinisé, d’abord au XVIe puis au XIXe siècle pour les temps le plus forts, pas le contraire. Jusque-là, la Chine et ses voisins se passaient parfaitement de l’Europe et de l’Amérique. Ils auraient poursuivi leur cours sans en avoir besoin, donc sans mimétisme ni quête de modernisation. Il s’agit plutôt d’une adaptation à la nouvelle donne imposée de l’extérieur, et trouvant ses relais à l’intérieur, ce qui n’est pas du tout la même chose. L’Occident ne peut donc être ni dédouané, ni exonéré, un constat qui n’a rien à voir avec une quelconque auto-flagellation ou repentance.

18En outre, c’est précisément la réponse différenciée des sociétés et des pays d’Asie orientale face à la perturbation occidentale qui aggrave le déséquilibre puisqu’elle s’opère en décalage. Le Japon réagit ainsi plus vite, et plus brutalement, que ses voisins, mais impose à son tour sa domination et son exploitation en prenant nommément exemple sur la démarche coloniale de l’Occident. On en voit encore les traces et les conséquences dans toute la région. Nier la responsabilité occidentale, surestimer les vertueux agents de commerce et sous-estimer les canonnières, aboutirait d’ailleurs paradoxalement à légitimer le discours impérialiste du Japon, et son succédané révisionniste actuel, qui cherchent à justifier la dérive colonisatrice japonaise et ses excès par la nécessité de lutter contre la domination occidentale, « l’oppresseur blanc », et pour la « libération des peuples d’Asie », avec l’argument suivant : « Vous voyez bien, ils continuent à nier leur présence coloniale en Asie ».

19L’approche libérale n’explique pas non plus pourquoi tous les États contemporains de la région - Japon, Chine, Corée et Viêt-Nam en tête - ont choisi un système de capitalisme d’État, y compris sous les couleurs du fascisme ou de communisme étatique et autoritaire, pour se sortir du sous-développement et contrecarrer la puissance occidentale. Autrement dit, ce triomphe absolu du politique (l’étatique en l’occurrence), à coups de mobilisations nationales forcenées (nationalismes plus ou moins révolutionnaires), contredit la thèse de la primauté économiciste, chère aux libéraux ou aux marxistes, mais inadéquate dans la théorie comme dans la pratique. Que cette puissance étatique en Asie soit remise en cause par la globalisation libérale actuelle n’est que la suite du processus, et du débat…

20La géohistoire selon Gipouloux offre donc une facette irénique, où les étoffes soyeuses s’échangeaient librement et sereinement contre des épices - pour nos jours, on peut remplacer ces produits par automobiles, ordinateurs ou produits financiers pourquoi pas - sans heurts, sans violence, sans sueur. Ainsi, les massacres opérés par les colonisateurs européens sont-ils renvoyés en note de bas de page (les 15 000 morts lors de la prise de Ternate par la VOC en 1609, n. 2 p. 140), comme s’ils constituaient des dégâts collatéraux odieux au bon fonctionnement du marché, alors qu’ils en sont précisément la condition (tout rapport avec ce qui se passe actuellement en Afghanistan avec l’opium, ou en Irak avec le pétrole, n’est pas fortuit). Ne parlons pas des trafics d’armes dont l’ampleur économique et la fonction géopolitique sont probablement aussi importantes que l’outsourcing.

21En mettant de côté des approximations discutables (ex. p. 113, le  Japon avant 1868 serait « une société peu militarisée », un Japon qui ne s’ouvre pas en 1868 mais à partir de 1853 contrairement à ce qui est affirmé p. 79), ou quelques passages moins bien traités (les cas de Sakai ou de Hakata par exemple), on se demande, en définitive, si ce n’est pas l’approche privilégiant le commerce qui entrave toute l’analyse. Car, après tout, le commerce, qu’il soit de riz, d’opium, d’armes ou de monnaies, n’est possible que grâce à la production, à l’industrie et à l’agriculture. On peut même le considérer comme en partie parasitaire de celles-ci. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la classe qui s’en occupe tend davantage à servir les puissants que les miséreux. La comparaison méditerranéenne entre les périodes et les espaces trouve donc ses limites logiques de part et d’autre de la révolution industrielle enclenchée au XIXe siècle qui modifie tout. L’ouvrage la développe avant cette charnière, pour les périodes anciennes dominées par le commerce, et moins après, pour la période contemporaine caractérisée par la production industrielle et agricole.

22Au-delà de ces réserves et ces critiques, l’ouvrage est important parce qu’il rassemble et synthétise de nombreux faits géoéconomiques et géohistoriques, et parce que, précisément, il suscite de nombreuses questions. François Gipouloux, qui a légitimement éprouvé le besoin de rassembler les divers travaux qu’il avait effectués jusque-là, a choisi de les articuler sous un chapeau méditerranéen. Si la comparaison avec la Méditerranée éponyme, qui s’éloigne au fil du texte, ne porte pas totalement ses fruits, elle stimule la réflexion. À l’heure où trop de travaux sont centrés sur l’égoïsme national, c’est salutaire, même si, symétriquement, le pataquès engendré par la financiarisation transnationale de l’économie ne peut que pousser à s’interroger sur les vertus supposées du marché libre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Pelletier, « Gipouloux François, La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècle », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 282-284.

Référence électronique

Philippe Pelletier, « Gipouloux François, La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècle », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 07 décembre 2009, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7369

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page