Navigation – Plan du site

Quelle Europe vingt ans après la chute du Mur ?

Emmanuelle Boulineau
p. 131-136

Texte intégral

Le 11-Novembre est devenu un jour de paix en Europe ;

le jour de la chute du mur est pour tous un jour de liberté.

  • 1  Chancelière de la RFA, discours du 11 novembre 2009 devant l’Arc de triomphe à Paris.

Angela Merkel1

1La paix et la liberté : voilà ce que promet l’Europe par la voix de la chancelière de la première puissance européenne en 2009… Ce n’est aussi rien d’autre que ce que les pères fondateurs de l’Union avaient souhaité, il y a de cela plus de 50 ans. La paix pour réconcilier l’Europe après deux guerres mondiales ; la liberté de penser, de se déplacer et d’entreprendre notamment, dans le respect de l’état de droit. La réaffirmation de ces valeurs fondamentales trahit un effet de redite et rappelle que, depuis la chute du Mur de Berlin en 1989 et jusqu’à aujourd’hui, l’Europe est pressée de formuler son projet politique, son dessein économique et son assise territoriale. Une question d’actualité à laquelle une abondante et récente production géopolitique apporte des éléments d’analyse. Qu’il s’agisse des limites et des frontières de l’Europe (Hérodote, 2005 ; Geopolitics, 2005, Foucher, 2006 et 2007), du caractère inédit de son architecture politique ou des défis politiques et économiques liés aux élargissements (Outre-terre, 2004 ; Elissalde, Dugot et al., 2006 ; Kahn, 2007 ; Dumont et Verluise, 2009), l’entrée géopolitique a récemment nourri la réflexion sur l’Europe, au gré des soubresauts de l’aventure politique et économique européenne. Le champ de la géopolitique étant bien renseigné, il convient d’explorer la dimension proprement géographique de la construction européenne.

2Nous proposons dans ce dossier de mesurer la portée des dynamiques spatiales de ces vingt dernières années dans l’espace européen et d’esquisser une lecture géographique de l’Europe d’aujourd’hui. Pour retenir deux dates symboliques, entre le 9 novembre 1989, qui marque la chute du Mur de Berlin et le coup fatal porté au Rideau de fer séparateur d’une Communauté économique européenne (CEE) à douze et l’Europe dite de l’Est, et le 9 novembre 2009, jour de commémoration de cet événement dans une Europe élargie à 27 membres, quelles différenciations des espaces observe-t-on en Europe, de quelles logiques géographiques procèdent-elles ? Quelles nouvelles organisations spatiales se font jour ?

3Ces questions paraissent a priori classiques mais elles nécessitent de dépasser les approches monographiques nationales ou régionales, dans l’idée que le tout européen ne se réduit évidemment pas à la somme de ses parties. Elles demandent aussi de s’interroger sur les temporalités : après le moment 1989, accélération du temps politique et social, le temps de l’espace, on le sait, enregistre plus lentement ces changements. La notion d’héritage permet de répondre partiellement à ces questions car elle inscrit les évolutions enregistrées dans la durée et dans la succession, relevant davantage les effets de structure que ceux de l’ouverture de champs des possibles. En cela, le dossier diversifie les positionnements théoriques et les démarches méthodologiques pour éclairer par des approches variées ce qui émerge. Elles requièrent enfin, dans une approche résolument géographique, de penser l’Europe dans la combinaison d’échelles multiples. L’appareil cartographique de ce dossier en est la manifestation.

4Les contributions regroupées ici répondent à ces trois objectifs et ont pour ambition d’éclairer cette Europe, 20 ans après la chute du Mur de Berlin, tout en ouvrant de nouveaux questionnements sur les recompositions spatiales. Deux angles d’analyse ont été plus particulièrement privilégiés pour analyser l’Europe : un retour sur le clivage Est-Ouest, une réflexion sur sa géographie dans la combinaison entre un projet politique et économique qui veut construire de la cohésion et une différenciation des espaces, inhérente à l’amplitude géographique de l’Europe élargie. Le propos portera donc davantage sur l’Europe communautaire avec un accent sur l’Europe centrale et orientale associé à un regard sur les voisins orientaux de l’Union. Avant de revenir sur ces deux axes principaux qui ont guidé ce dossier, mettons-les brièvement en perspective dans une réflexion géographique sur l’Europe depuis 1989.

1989 - 2009 : Lectures géographiques du changement

59 novembre 1989, le Mur de Berlin s’effondre, quelle sera l’Europe de demain ? La coupure géopolitique est telle que certains, avec F. Fukuyama, annoncent la fin de l’histoire ; d’autres attendent les retrouvailles du continent. Retour dans l’Europe d’un « occident kidnappé » (M. Kundera) ou permanence d’une « autre Europe » (C. Milosz), la fin du Rideau de fer constitue une rupture majeure, dont les interprétations géographiques à chaud sont plutôt rares et circonspectes. Depuis, les lectures géographiques ont fait ressortir les grands traits de l’organisation spatiale de l’Europe centrale et orientale et des questionnements méthodologiques, ici brièvement présentés.

6L’événement 1989 met fin en Europe centrale et orientale à une quarantaine d’années de système socialiste, mais l’Europe de l’Est continue d’exister dans ses formes spatiales. Les travaux sur les décollectivisations agricoles (Maurel, 1992 et 1994 ; Rey, 1996) ou encore ceux sur les réformes territoriales post-socialistes (Roux, 1992 ; BSLG, 1993 ; Bennett, 1993 ; RECEO, 2002 ; Boulineau, Coudroy de Lille et Rey, 2004) montrent à quel point les systèmes territoriaux ont répondu différemment à l’effondrement du régime qui les a mis en place, oscillant entre conservation et bouleversement des trames spatiales. Cette remontée des différences renvoie au regain des identités territoriales mais aussi au complexe géographique d’une Europe médiane placée entre l’Europe occidentale et l’espace ex-soviétique. La formation d’un gradient interne à ces pays - mesurant un ancrage ouest-européen décroissant d’ouest en est - ainsi que l’émergence de nouvelles discontinuités spatiales - en matière de niveaux de richesse ou d’ouverture à la circulation, le long des frontières notamment (Grasland, 2004 ; Lepesant, 2000) - ont rappelé que l’Europe post-socialiste est immédiatement placée en interdépendance avec les dynamiques qui affectent ses espaces environnants.

  • 2  Entendue comme la capacité de résistance aux chocs.

7Saisir la portée de 1989 dans les organisations spatiales a demandé aussi de penser la rupture dans le temps. Les héritages spatiaux ont tout d’abord été analysés comme des freins à la transition : l’altération des structures démographiques, l’ampleur de la dégradation environnementale, l’organisation volontariste du peuplement et des activités ont été interprétées comme autant d’inerties et de blocages, dans un moment de crise. Le caractère positif du legs socialiste a été entrevu plus tardivement, lorsque, remises dans la perspective de la longue durée, les recompositions post-socialistes ont révélé des processus d’hybridation entre l’ancien et le nouveau, facteurs d’inédit (Foucher, 1993 ; Maurel, 1997 ; Richard et Sanguin, 2004). Une autre approche temporelle des dynamiques spatiales s’est inscrite dans la démarche systémique. La bifurcation des systèmes politiques et socio-économiques a engendré une analyse de leur formation, de leur capacité de résilience2 de leur portée dans les nouvelles configurations spatiales, pour en montrer là encore les effets d’inertie ou d’inédit (Rey et Brunet, 1996 ; Rey, 1996).

8La réflexion sur l’Europe centrale et orientale conduit aussi à revenir sur la combinaison des échelles d’analyse. Penser la rupture de 1989 dans l’articulation des échelles n’est pas seulement une nécessité due à la démarche géographique, c’est aussi parce que dans cette Europe, les espaces sont plus riches de nations que d’États, plus enclins aux migrations et aux multi-appartenances, plus sensibles aux disparités après un égalitarisme socialiste trompeur. Il en résulte une inadéquation des espaces de référence aux logiques territoriales sous-jacentes et un brouillage des logiques scalaires. L’articulation multi-scalaire de ces « fragments » d’Europe est au cœur des interrogations dans les années 1990 (Foucher, 1993). Plus récemment, la réflexion sur l’insertion de l’Europe dans la mondialisation (Didelon, Grasland et Richard, 2008), sur le saut d’échelles observé dans les enjeux métropolitains en Europe (Coudroy de Lille, à paraître), réactive tout particulièrement le questionnement sur les influences des niveaux mondial et continental dans les pays d’Europe centrale et orientale.

99 novembre 2009, l’Europe centrale et orientale s’est-elle fondue dans l’Europe ? Avec la parabole d’un mur de dominos qui provoquent par réaction en chaîne la chute des régimes socialistes, la liesse des commémorations à Berlin contraste avec le désenchantement des sociétés Est-européennes. Les jeunes générations somment les dirigeants de revenir sur la responsabilité des communistes et s’interrogent sur la boussole européenne dans des pays désorientés. Vingt ans, c’est aussi la question du changement de génération et de l’écriture de la mémoire collective. Et pourtant, depuis 1989, l’Europe institutionnelle a parcouru un chemin sans précédent : 15 pays ont rejoint l’Union en trois vagues successives, 1995, 2004 et 2007, dont 10 États d’Europe centrale et orientale. L’Europe maintient sa place dans le monde grâce à l’élargissement : elle atteint le seuil du demi-milliard d’habitants et a pratiquement doublé en surface. Elle est désormais mise au défi de construire sa cohésion interne.

Europe élargie ou nouvelle Europe ? Problématiques du dossier

10Comment appeler cette Europe en 2009 ? En choisissant le terme d’Europe élargie, c’est le mouvement d’extension vers l’est à partir du cœur européen qui est privilégié. En termes de questionnement géographique, cela renvoie aux effets de diffusion spatiale de modèles, à l’intégration spatiale selon des processus et des normes observés à l’Ouest de l’Europe. Une Europe dans laquelle on pourrait donc identifier sa partie centrale et orientale, différenciée encore par ses structures et ses organisations spatiales. Le terme de nouvelle Europe postule, au contraire, la création d’une nouvelle entité née de la rencontre entre Est et Ouest, génératrice de nouvelles dynamiques spatiales. Les deux termes ne sont pas à opposer, ils expriment des processus concomitants, et c’est tout l’intérêt de raisonner sur 20 ans, le temps du renouvellement de génération certes, mais aussi le temps des renouvellements politiques et économiques et des sorties de crises dont on attend du nouveau pour ne pas reproduire l’ancien.

Combien d’Europe(s) ? Le clivage Est-Ouest à l’épreuve

11Peut-on compter le nombre d’Europe(s) ? La question apportera des réponses aussi variées, selon que l’on est historien (Szücs, 1985), selon que l’on cherche à définir l’européanité (Hudson, 2000) ou encore, et sans exhaustivité, selon que l’on raisonne sur la recherche de compétitivité économique européenne (Agnew, 2001). Mais une telle question permet aussi de congédier la scission géopolitique entre l’ancienne Europe de l’Est et l’Europe occidentale, issue de la guerre froide et jugée obsolète, pour faire apparaître de nouveaux centres et de nouvelles périphéries.

12Où en est le clivage Est-Ouest, vingt ans après, alors que pour sa partie orientale, il est régulièrement interrogé (The Geographical Journal, 1999 ; Richard et Sanguin, 2004 ; Vandermotten, 2006) ? Quelles formes prend-il, alors que les analyses montrent la diversité des trajectoires de sortie du communisme (Maurel, 1997 ; Rey, 1998 ; Boulineau, Coudroy de Lille et Rey, 2004), au point que, dans la terminologie, le pluriel de PECO (pays d’Europe centrale ou orientale) l’emporte sur le singulier d’Europe centrale ? Quelle validité géographique possède ce clivage, quand l’analyse multi-scalaire souligne les convergences économiques nationales mais révèle le creusement des disparités infra-nationales (Grasland, 2004 ; Annales de géographie, 2004 ; Lepesant, 2009 ; Boulineau et Coudroy de Lille, 2009) ?

13La fabrique des territoires européens demande donc de s’attacher à ce qui fait liens, réseaux et lieux d’interconnexion, mais aussi à ce qui fait séparations, effets de barrière ou d’isolements. C. Vandermotten (2006) affirme que le clivage Est-Ouest devrait céder la place à un « polycentrisme à deux vitesses » entre des régions métropolitaines en réseau mondialisé et des îlots régionaux situés dans la plupart des nouveaux États membres ou dans les régions périphériques de l’Europe occidentale. Au même titre d’ailleurs que le clivage Est-Ouest, ce spectre d’une Europe à plusieurs vitesses, fondée sur des régions gagnantes et perdantes, remet en question la capacité d’intégration des espaces en Europe.

L’Europe entre intégration, cohésion et différenciation

14Dans le projet européen, l’intégration prend de multiples dimensions au fur et à mesure qu’il se consolide. L’intégration est dans un premier temps économique (traité de Rome en 1957), puis politique (traité de Maastricht en 1992), sociale et territoriale (traité constitutionnel de 2004 repris dans le traité de Lisbonne de 2007). Le vocabulaire pour saisir la construction européenne le traduit dans le temps et dans l’espace. Le principe d’adhésion, ponctuel et volontaire, suppose que des pays aux structures semblables entrent dans le giron européen. Au tournant du XXIe siècle, l’introduction du terme d’élargissement inverse la perspective géographique : la dissemblance des structures de l’Est européen avec celles de l’Ouest européen nécessite davantage de temps pour préparer les adhésions et réaffirme que c’est à partir du cœur occidental que se pense l’européanité. C’est aussi le moment où le terme d’européanisation apparaît dans les sciences sociales, pour interroger, en géographie, la dynamique de similitude, appréhendée par l’articulation d’échelles dont les logiques propres peuvent contrevenir ou se conjuguer à la dynamique de l’ensemble (Groza et Rey, 2008). L’intégration, enfin, revient alors à l’ordre du jour de la géographie de l’Europe pour tenter de saisir, dans la durée, la mise au niveau européen des structures, la mise en ordre des différences en Europe. L’interrogation sur le clivage Est-Ouest européen est donc aussi une affaire d’intégration et concerne moins une différence de degré qu’une différence de nature des identités spatiales et sociales à mettre en cohésion.

  • 3  Voir l’interview de Jacques Rupnik, « l’Europe de l’Est, vingt ans après » dans Le Monde daté du 1 (...)

15Cette mise en cohésion procède dans une large mesure par la diffusion de modèles dont l’européanisation est porteuse. Les pièges de l’européanisation comme simple imitation commencent à être connus, qu’il s’agisse de l’imitation des modèles européens de démocratie, alors que ceux-là même sont en déficit de légitimité, ou du modèle capitaliste entré de nouveau en crise en 20083. Le transfert de modèle présente un double écueil : les modalités du transfert sont unidirectionnelles voire normatives et le modèle mal ajusté aux récipiendaires. À mesure que l’Europe s’élargit, la diversité inhérente à cette nouvelle amplitude géographique induit une différenciation spatiale, porteuse de cohésion par les logiques de complémentarités, ou de décohésion par la divergence qu’elle induit. Elle s’accommode mal d’une européanisation à sens unique.

16Le mouvement de cette différenciation reste à saisir. La fin du paradigme unificateur de la transition place l’Europe à l’épreuve de ses diversités : après la recherche des régularités dans un hypothétique retour dans l’Europe, la multiplicité des trajectoires observées a fait aussi voler en éclats l’unité de l’Europe de l’Est. Et même si cette différenciation de l’Europe centrale et orientale se fait dans l’interdépendance avec l’Ouest européen (Rey et Saint-Julien, 2005), le contact permanent avec l’autre qui forge l’identité centre-européenne augure des formes spatiales nouvelles. Entre intégration, cohésion et différenciation, comment l’Europe peut-elle rester riche de sa diversité ? Les transformations spatiales en sont un élément de réponse.

17Ces vingt dernières années ont donné lieu aussi à de nombreuses recompositions spatiales dont L’Union européenne est l’épicentre, sans en être forcément la force d’impulsion. S’interroger sur cette Europe vingt ans après la chute du Mur, c’est aussi questionner ce qui relève de l’européanisation et/ou de la mondialisation dans les dynamiques d’intégration spatiale. La question économique en Europe se joue ici entre Europe occidentale et Europe orientale : C. Didelon, C. Grasland et Y. Richard (2008) ont bien montré que l’Union maintient sa compétitivité parmi les pôles de la triade grâce, d’une part, au basculement d’industries de biens de consommation en Europe centrale et orientale et, d’autre part, grâce à la forte attractivité de ces nouveaux entrants sur le marché des IDE. Dans ces pays, les IDE peuvent représenter jusqu’à 15 % du PIB (moyenne 2004-2006), expression marquante d’un degré d’ouverture exceptionnel à l’investissement étranger européen ou extra-européen.

Six articles en quête d’Europe

18Les six articles proposés dans ce dossier répondent à cette introduction problématique. À partir d’entrées méthodologiques et théoriques variées, ils questionnent cette Europe d’après la chute du Mur davantage qu’ils n’en dressent le portrait.

19La place de l’Europe dans la mondialisation est analysée par Y. Richard et C. Tobelem Zanin à travers un modèle d’interaction spatiale appliqué à une base de données harmonisée des flux bilatéraux du commerce international. L’analyse s’attache aux écarts entre les flux observés et les flux prédits par le modèle entre deux périodes distinctes (1992-1994 et 2004-2006) pour mettre à jour le processus de régionalisation dans l’espace, dans le temps et à différentes échelles. En replaçant l’Europe dans l’ensemble du monde, c’est-à-dire en en faisant une région potentielle, les auteurs testent par les flux commerciaux l’intégration en cours : ces flux sont-ils suffisamment forts pour produire un ensemble individualisé ? L’article montre ainsi que le processus de régionalisation en Europe, Russie comprise, déroge à certaines attentes sur l’intégration régionale et révèle des formes particulières, nommées « sous-régions » par les auteurs. L’Europe reste une région à géométrie variable capable d’intégrer des espaces placés hors de ses limites conventionnelles. Elle continue de jouer comme un aimant par l’entremise de l’intégration économique proposée par l’Union. L’identification de sous-régions en Europe renvoie à des proximités spatiales mais aussi à des trajectoires temporelles étroitement liées, notamment pour l’ancienne Europe de l’Est, à la déstructuration rapide puis à la lente recomposition des polarités économiques. La configuration de l’Europe dans la régionalisation du monde se révèle encore incertaine. Plus encore, la démarche fait réfléchir sur la construction européenne, au sens où l’Europe communautaire défie le principe de régionalisation parce qu’elle se structure autrement que sur du bilatéral qui constitue la mesure de ces échanges.

20Deux articles viennent ensuite interroger la mondialisation et ses traductions en Europe, non plus par les flux commerciaux mais par les mobilités de personnes. Le collectif d’auteurs regroupé autour de N. Cattan montre qu’un autre réseau de villes émerge par les mobilités inter-urbaines, même si la hiérarchie des places économiques européennes est respectée. En s’appuyant sur un programme de recherche en cours, les auteurs cherchent à sortir des typologies qui classent les villes européennes dans la mondialisation selon des critères d’ouverture et de puissance économiques, pour regarder par le prisme de la mondialisation par en bas - celle des mobilités - la reconfiguration des réseaux et hiérarchies urbaines. Il en résulte une remise en question de deux dynamiques territoriales dans l’Europe élargie. Si les mobilités entre les villes européennes respectent globalement la hiérarchie urbaine par l’intensité des flux notamment, des effets de dé-hiérarchisation apparaissent : le déclassement de Vienne par rapport à Budapest et Prague et l’émergence de Berlin comme interface entre Europe centrale et Europe occidentale en sont une manifestation. De nouveaux réseaux territoriaux sont ainsi tissés entre les villes. L’article propose aussi une autre lecture de l’espace européen, en nuançant le clivage Est-Ouest au profit d’une différenciation en cours entre l’Europe du Nord et de l’Ouest et celle du Sud en raisonnant sur les types de flux. Aux villes de l’Europe du Nord et de l’Ouest sont associées des mobilités professionnelles de court séjour, alors que les villes du Sud de l’Europe accueillent davantage de mobilités touristiques de plus longue durée. L’arrimage des villes d’Europe centrale et orientale se fait plutôt en faveur de la première, un résultat de bon augure quant à l’ancrage économique de ces métropoles au cœur européen.

21S. Weber porte ensuite un regard critique sur la politique migratoire européenne, en proposant une synthèse des principales mesures qui éclaire sur l’évolution de cette politique migratoire. Ce faisant, il montre aussi comment la fonction et la forme de la frontière varient en Europe. La frontière ponctuelle - l’autorisation d’entrée ne s’obtient plus à la frontière mais au consulat par exemple - et l’externalisation de la frontière, par le biais de la surveillance accrue dans les pays de transit, concourent au déplacement des frontières européennes et au renforcement de la distinction entre frontières externes et frontières internes de l’Union. Avec l’auteur, qui y voit un autre Rideau de fer, il faut souligner, par cette politique, le paradoxe européen entre une fermeture sur l’extérieur, là où il y a beaucoup de candidats à la migration mais peu d’admis, et l’ouverture à l’intérieur, où beaucoup de mobilités sont attendues pour moins de candidats potentiels. S. Weber montre également la capacité d’un accord de type bilatéral (les accords Schengen) à avoir force de loi. On rejoint là encore la problématique de l’européanisation par la diffusion de modèles, dont le bien-fondé dans le cas de la politique migratoire européenne reste largement remis en question par les spécialistes.

22À travers l’étude du réseau Natura 2000, P. Marty et J. Lepart s’interrogent sur une politique de conservation de la nature dans l’Europe élargie et sur la construction de nouveaux territoires dans le cadre d’une gestion intégrative. L’article permet ainsi de mettre en perspective deux aspects importants de la question environnementale en Europe : la préservation de la biodiversité et la problématique du développement durable. Par intégrative, les auteurs entendent un langage commun dans la définition des aires protégées, une démarche de concertation qui s’inscrit dans la gouvernance des territoires, et une articulation possible des mesures Natura 2000 avec d’autres politiques (mesures agri-environnementales, programmes Leader…). En ce sens, ils s’interrogent sur la valeur de modèle européen que peut avoir la mise en place de Natura 2000 qui joue à la fois sur la souplesse du réseau et sur son inscription dans des territoires. En filigrane, l’article permet de revenir, 20 ans après, sur l’ampleur de la dégradation environnementale dans les Pays de l’Est, que soulignaient tous les observateurs en 1989. Le succès du réseau Natura 2000 dans les pays d’Europe centrale et orientale montre aussi comment des politiques de l’Union européenne peuvent répondre à la fois à des problèmes spécifiques des PECO et proposer des démarches intégratives et contractuelles qui font émerger des choix différents selon les lieux, sans être forcément normatives. En ce sens, le réseau Natura 2000 fait naître des partages d’expériences, sans mener nécessairement à une liste de bonnes pratiques à appliquer.

23Les deux articles suivants traitent de la mutation des systèmes productifs, à partir de l’exemple emblématique de la recomposition du secteur automobile en Europe. Le basculement de l’industrie automobile vers l’est du continent permet d’interroger la coupure entre Est et Ouest de l’Europe et l’insertion dans la mondialisation. Chiffres à l’appui, C. Bohan montre ainsi que les IDE dans l’Europe de l’élargissement ont été trois fois supérieurs aux fonds structurels. Par ce biais, l’Union maintient son rang dans l’économie mondiale grâce au développement de ce secteur industriel en Europe centrale. L’intégration ainsi que des effets de complémentarité spatiale sont ici en marche, diminuant la scission Est-Ouest du continent. Cela dit, en appliquant l’approche théorique de la nouvelle économie géographique aux stratégies des firmes multinationales, l’auteur montre aussi que le modèle centre-périphérie devient plus flexible dans le temps et plus complexe dans ses implications spatiales. L’effet de gradient de diffusion vers l’est de l’industrie automobile est perturbé, selon que la maison-mère est intra ou extra-européenne et selon les motifs d’investissements. La filière automobile en Europe se recompose : en Europe centrale, les investissements privilégient la production à bas coût pour l’export, alors que plus à l’est du continent, la conquête du marché local est favorisée. Les firmes extra-européennes développent davantage les activités péri-productives (R&D, design, commercialisation…) dans l’Europe élargie. Ce fait souligne une faiblesse du système productif automobile européen qui, en vertu de la proximité spatiale, a tendance à dissocier spatialement les phases de production à haute valeur ajoutée des autres.

24S. Bourdin, A. Le Thiec et B. Elissalde approfondissent davantage la dimension temporelle des recompositions de l’industrie automobile en Europe. La notion de changement spatial traverse leur réflexion. Afin de ne pas réifier l’héritage en inertie du système productif automobile, les auteurs convoquent la théorie des cycles de production et la notion de transition. Ils montrent ainsi que le développement de l’industrie automobile dans les PECO tient à la conjonction de trois temporalités : celle des avantages comparatifs immédiats des PECO aux yeux des firmes automobiles, celle de la transition du mode de production socialiste vers une nouvelle phase du cycle de vie de la production automobile, celle, enfin, de l’émergence d’un marché local à pourvoir. L’exemple de la Roumanie, développé en fin d’article, illustre cette combinaison entre changement du système productif automobile et héritages spatiaux, pour donner lieu à de nouvelles configurations spatiales dans le département d’Arges.

25Vingt ans après la chute du Mur, nous avons pris le parti dans ce dossier de considérer que l’Europe centrale et orientale est une Europe comme une autre qui contribue à la richesse et à la diversité du continent, et non simplement une « autre Europe » façonnée par ses héritages. Le pari est peut-être anticipé, d’autant que certains thèmes font défaut pour comprendre pleinement les dynamiques spatiales en Europe, telle la question de l’intégration des Balkans au projet européen ou encore un retour sur les dynamiques démographiques et le peuplement en Europe. Le compte-rendu de l’ouvrage de M. Sivignon Les Balkans, une géopolitique de la violence, proposé par O. Deslondes dans ce numéro, vient combler partiellement la première lacune. Autrement, les pages qui suivent susciteront de nouvelles interrogations et c’est bien là le but poursuivi dans ce dossier au titre en forme de question.

Haut de page

Bibliographie

BENNETT R.J., 1993, Local Government in the new Europe, Londres, Belhaven Press, 310 p.

BERROIR S., CATTAN N., DECROLY J.-M., FLEURY A. et GUEROIS M., 2009, Les mobilités internationales en Europe. Berlin, Bruxelles, Londres et Paris dans les nouveaux réseaux territoriaux, Géocarrefour, 84-3, p. 151-161.

BOHAN C., 2009, Les stratégies des firmes multinationales de l’automobile dans l’Europe élargie : le modèle centre-périphérie à l’épreuve, Géocarrefour, 84-3, p. 181-192.

BOULINEAU E. et COUDROY DE LILLE L., 2009, L’aménagement du territoire européen au défi de l’élargissement vers l’Est, in JEAN Y. et BAUDELLE G., L’Europe : aménager les territoires, Paris, Armand Colin, p. 162-179.

BOULINEAU E., COUDROY DE LILLE L. et REY V. (coord.), 2004, L’élargissement de l’Union européenne : réformes territoriales en Europe centrale et orientale, Paris, L’Harmattan, 246 p. 

BOURDIN S., LE THIEC A. et ELSSALDE B., 2009, Le changement spatial dans l’industrie automobile en Europe centrale et orientale : entre effets d’héritages, cycles de vie et transition, Géocarrefour, vol. 84-3, p. 193-204.

COUDROY de LILLE L., à paraître, La métropolisation en Europe médiane, in JOUVE B., Villes d’Europe, Rennes, Presses Univ. de Rennes.

Bulletin de la société languedocienne de géographie (BSLG), 1993, Changements administratifs et territoriaux dans la nouvelle Europe, vol. 3-4, 350 p.

DIDELON C., GRASLAND C. et RICHARD Y., 2008, Atlas de l’Europe dans le monde, Paris, La documentation française, 260 p.

FOUCHER M., 1993, Fragments d’Europe, Paris, Fayard, 328 p.

FOUCHER M., 2006, L’Union politique européenne : un territoire, des frontières, des horizons, Esprit, 329, p. 86-114.

FOUCHER M., 2007, L’obsession des frontières, Paris, Perrin, 248 p.

FOUCHER M. (dir), 2009, L’Europe : entre géopolitiques et géographies, Paris, SEDES, 250 p.

Geopolitics, 2005, Geopolitics roundtable : geographic definition of Europe and Europeaness, 10, p. 567-591.

GRASLAND C., 2004, Les inégalités régionales dans une Europe élargie, in CHAVANCE B. (dir.), Les incertitudes du grand élargissement, Paris, L’Harmattan, p. 181-214.

GROZA O. et REY V., 2008, Bulgarie et Roumanie : une affaire d’européanisation, L’Espace géographique, 4, p. 289-296.

HUDSON R., 2000, One Europe or many? Reflections on becoming European, Transactions of the Institute of British Geographers, 25, 4, p. 409-426.

LEPESANT G., 2000, Géopolitique des frontières orientales de l'Allemagne, Paris, L’Harmattan, 266 p.

LEPESANT G., 2009, Bilan et perspective de la politique d’élargissement de l’Union européenne, Bulletin de liaison de la société de géographie, hors-série, mai, p. 129-140.

LEVY J., 1997, Europe : une géographie, Paris, Hachette, 288 p.

MARTY P. et LEPART J., 2009, Le réseau Natura 2000. Vers une gestion intégrative de l’espace européen, Géocarrefour, vol. 84-3, p. 173-180.

MAUREL M-C. (dir), 1992, Les décollectivisations en Europe centrale, Espace rural, 30 et 33, 258 p. et 188 p.

MAUREL M-C., 1994, La transition post-collectiviste. Mutations agraires en Europe centrale, Paris, L’Harmattan, 354 p.

MAUREL M-C. (dir.) (1997), Recompositions de l’Europe médiane, Paris, DIEM-SEDES, 218 p.

MAUREL M-C., (dir.) (2004), dossier : L’élargissement à l’Est : une nouvelle donne pour l’Union européenne, Annales de Géographie, 636, p. 115-210.

Outre-terre, 2004, dossier : attention Europe !, 7, 424 p.

Revue d’études comparatives Est-Ouest (RECEO), 2002, L’élargissement de l’Union européenne : aspects juridiques et administratifs, 3, 236 p.

REY V. et BRUNET R., 1996, Géographie universelle : Europes orientales, Russie, Asie centrale, Paris, Belin-Reclus, 480 p.

REY V. (coord.), 1996, Les nouvelles campagnes de l’Europe centre orientale, Paris, CNRS éditions, 240 p.

REY V. (dir.), 1998, Les territoires centre-européens : dilemmes et défis. L’Europe médiane en question, Paris, La Découverte, 264 p.

REY V. et SAINT-JULIEN T., 2005, Territoires d’Europe : la différence en partage, Lyon, ENS-éditions, 336 p.

ROUX M. (coord.), 1992, Nations, État et territoire en Europe de l’Est et en URSS, Paris, L’Harmattan, 294 p.

RICHARD Y., SANGUIN A.-L. (dir.), 2004, L'Europe de l'Est quinze ans après la chute du mur. Des pays baltes à l'ex-Yougoslavie, Paris, L'Harmattan, 330 p.

RICHARD Y. ET TOBELEM ZANIN C., 2009, L’Union européenne dans la régionalisation de l’espace mondial. Études des flux commerciaux par un modèle d’interaction spatiale, Géocarrefour, vol. 84-3, p. 137-149.

SZÙCS J., 1985, Les trois Europe, Paris, L'Harmattan, 128 p.

The Geographical Journal, 1999, Special issue: The changing Meaning of Place in post-Socialist Eastern Europe: Commodification, Perception and Environment, 165, 2, p. 130-231.

VANDERMOTTEN C. ET DEZERT B., 2008, L’identité de l’Europe. Histoire et géographie d’une quête d’unité, Paris, Colin, 334 p.

VANDERMOTTEN C., 2006, La géographie de l’Europe : un demi-siècle de mutations…et après ? in DECROLY J.-M. et NICOLAÏ H., Mutations des territoires dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, L’Harmattan, p. 13-57.

WEBER S., 2009, D’un rideau de fer à l’autre : Schengen et la discrimination dans l’accès à la mobilité migratoire, Géocarrefour, vol. 84-3, p. 163-171.

Haut de page

Notes

1  Chancelière de la RFA, discours du 11 novembre 2009 devant l’Arc de triomphe à Paris.

2  Entendue comme la capacité de résistance aux chocs.

3  Voir l’interview de Jacques Rupnik, « l’Europe de l’Est, vingt ans après » dans Le Monde daté du 10 novembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Boulineau, « Quelle Europe vingt ans après la chute du Mur ? », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 131-136.

Référence électronique

Emmanuelle Boulineau, « Quelle Europe vingt ans après la chute du Mur ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7368

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Boulineau

Université de Lyon, ENS LSH, UMR 5600 EVS, Equipe BioGéophile, 15 parvis Descartes 69007 LYON emmanuelle.boulineau@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page