Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Sivignon, Les Balkans. Une géopolitique de la violence

Olivier Deslondes
p. 206-207
Référence(s) :

SIVIGNON M., 2009, Les Balkans. Une géopolitique de la violence,

Paris, Belin, 208 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Sivignon, spécialiste de la Grèce, est l’une des rares publications récentes à traiter l’ensemble des Balkans d’un point de vue géographique, d’une manière claire et accessible, avec de très nombreuses cartes. La désintégration de la Yougoslavie et les guerres balkaniques des années 1990, en attirant l’attention sur cette région, avaient suscité une abondante littérature mais il s’agissait d’ouvrages de relations internationales, en prise avec l’actualité, qui ne possédaient pas toujours le recul chronologique ou scientifique nécessaire à une analyse en profondeur des questions balkaniques. Certes, le présent ouvrage débute par le dernier acte du feuilleton balkanique, la naissance controversée de l’État kosovar qui, d’après l’auteur, résume à lui seul les imbroglios territoriaux et politiques définissant les Balkans. Dans la foulée, il rappelle l’enchaînement des conflits qui, tel un jeu de dominos, de la Slovénie (1991) au Kosovo (1999) en passant par la Croatie et la Bosnie (1992-1995), ont opposé les peuples yougoslaves, conduisant aux sécessions successives et à la fragmentation territoriale actuelle. Mais l’objet du livre est bien d’expliquer cet enchaînement par un retour au temps long, aux structures culturelles et sociales durables, aux cadres géographiques.

2Tout comme Jacques Ancel en 1930, l’auteur se demande au préalable (ch. 4) dans quelle mesure la fragmentation politique peut refléter les obstacles naturels et le cloisonnement physique, ou même en découler. Il conclut à l’absence de déterminisme. Si les géographes du début du XXe siècle comme E. de Martonne ou J.Cvijic ont insisté sur l’association entre milieux et « genres de vie » – paysans ou pasteurs, sédentaires ou mobiles –, cette démarche était en partie dictée par les idéologies nationales, et contribuait à la construction identitaire des États balkaniques. Quant à la désintégration de l’État yougoslave après 1990, ses causes profondes sont de nature économique et politique : dès les années 1980, les difficultés économiques de la fédération avaient creusé les disparités territoriales et attisé les tensions nationales ; et c’est la rhétorique nationaliste serbe contre les Albanais, manipulée par le pouvoir à des fins politiques qui, après 1987, aurait mis le feu aux poudres. Le Kosovo serait donc bien le point de départ de la réaction en chaîne, l’auteur faisant ici écho à la thèse du regretté Michel Roux (1999). L’enjeu des conflits est la réalisation de territoires nationaux ethniquement homogènes, obtenue par la création de nouveaux États ou entités politiques et surtout, à l’intérieur de ceux-ci, par la purification ethnique, les déplacements forcés, la violence. L’accès aux ressources ou à la mer, la continuité territoriale sont des objectifs de guerre non moins primordiaux, comme on l’a vu au cours de la guerre bosniaque et dans les modalités du partage entériné à Dayton en 1995.

3La violence ne règle pas tout : c’est par la négociation que Slovénie, Croatie et Monténégro s’efforcent aujourd’hui de régler les litiges qui les opposent pour l’accès à l’Adriatique ; la Macédoine, avec l’appui de la communauté internationale, s’est efforcée de prévenir les conflits ethniques depuis son indépendance en 1991, et c’est le seul État qui ait réussi à éviter des bains de sang. L’Union européenne a mis en place un plan de stabilisation qui commence à porter ses fruits. Malgré ses imperfections, la tutelle internationale au Kosovo et en Bosnie a permis d’éviter d’autres massacres. Partout, les armes se sont tues depuis 2001 mais la violence des années 1990 a profondément marqué les populations, vidé des régions entières comme la Krajina croate, précipité l’exode rural. Il existe cependant d’autres formes de violence, moins médiatisées, celle que sécrètent l’intimidation, la crainte, les ségrégations socio-spatiales. Les frontières sont dans les têtes ; plus ou moins visibles ou reconnues mais bien réelles, elles cloisonnent les États, les villes, les quartiers. C’est pourquoi la naissance de l’État kosovar est tout, sauf la conclusion de deux décennies de guerres, car elle ne fait que déplacer à une autre échelle spatiale, ainsi que sur le plan politique, la difficile question de la relation entre peuple et territoire. L’auteur conclura d’ailleurs son ouvrage en rappelant qu’ « en face de ces violences, le respect du droit d’habiter est une ambition modeste mais première de la construction de l’Europe dans les Balkans ».

4Cette définition classique des Balkans par la violence, par l’instabilité de la relation entre les peuples et leur territoire et par l’inachèvement de la construction des États-nations, que l’auteur reprend finalement à son compte, confirme le sens péjoratif du mot inventé par les Européens au XIXe s. pour désigner la Turquie d’Europe et son héritage, cet Orient proche exotique mais attardé qui deviendra synonyme de poudrière, de fragmentation ethnique et territoriale. En titrant son livre Les Balkans, une géopolitique de la violence, l’auteur obéit peut-être à des contraintes éditoriales mais rejoint finalement les historiens et les spécialistes de sciences politiques qui, en restreignant l’usage du terme Balkans à la Yougoslavie en crise (Dérens, 2000), ont contribué à identifier la région à un écheveau de questions épineuses solubles dans le seul processus d’intégration européenne : « on peut presque dire que les Balkans sont devenus la fraction de l’Europe qui demeure en dehors de l’Union européenne et qu’ils disparaîtront quand tous ces États auront rejoint l’Europe » affirme-t-il en conclusion du chapitre 3, Les Balkans par les mots. Fallait-il creuser encore ce sillon déjà bien labouré ? En rejoignant l’Union européenne en 2008, la Roumanie et la Bulgarie auraient-elles quitté les Balkans ? Il est vrai que la frontière de l’Union crée à travers la région une très profonde coupure politique en attendant l’hypothétique intégration des autres États balkaniques.

5Mais on pourrait tout autant faire valoir les processus d’intégration économique qui se jouent des frontières et utilisent même les discontinuités créées par celles-ci : la disparition du rideau de fer et l’ouverture des frontières entre États, restées particulièrement hermétiques jusqu’en 1990, ont suscité dans la région d’importants échanges de marchandises, flux de main-d’œuvre, mouvements d’argent ; elles ont créé de la complémentarité économique, voire de la coopération régionale. La Grèce, que l’auteur connaît particulièrement, a capté massivement la main d’œuvre disponible chez ses voisins, a investi chez eux, et s’est de cette manière ressoudée à la péninsule balkanique. Au sein de l’espace ex-yougoslave, la « stabilisation » voulue par l’Union européenne n’est pas un vain mot. Bref, les Balkans ne sont pas seulement un concept dépréciatif, on peut aussi les considérer comme une région au sens géographique du terme. Ces aspects sont abordés, mais ils le sont en fin d’ouvrage, après un chapitre 6 intitulé Les peuples premiers (Grecs, Albanais, Roumains, Bulgares et peuples constitutifs des républiques yougoslaves), puis un chapitre 7 Les peuples des nouvelles nations (Macédoniens, Moldaves, etc.) : une lecture rapide, par exemple celle que pourraient en faire les intéressés, généralement très nerveux à ce sujet, interpréterait cela comme un essai de hiérarchie.

6Michel Sivignon convient d’ailleurs du poids des mots dans son chapitre 8, Les peuples balkaniques par la carte, sans nul doute le plus original de l’ouvrage. Il y analyse en profondeur l’usage des mots, des discours, de la carte à des fins de propagande, pour sceller les unités nationales mais aussi pour séparer et opposer les peuples. À la veille des guerres balkaniques de 1911, les intérêts nationaux s’affrontaient à coups de cartes ethnographiques partisanes pour faire valoir aux diplomaties occidentales leurs revendications territoriales dans le partage de la Turquie d’Europe. Aujourd’hui, cette propagande s’adresse d’abord aux écoliers et aux populations : les manuels d’histoire et de géographie, les atlas scolaires entretiennent la nostalgie ou l’espoir d’un territoire national rêvé (grande Serbie, grande Albanie, grande Bulgarie). Les frontières internationalement reconnues n’ont pas moins d’importance, dans les esprits, que ces frontières rêvées ; dans la vie quotidienne, elles en ont souvent moins que les frontières ethniques bien réelles qui divisent Sarajevo et la Bosnie, Mitrovica et le Kosovo, Tetovo ou Skopje et la Macédoine (ch. 9). L’auteur cite largement, à ce propos, le linguiste Paul Garde (2004) ou encore le géographe Amaël Cattaruzza (2005). On se référera aussi avec profit à un récent colloque, Nommer et classer dans les Balkans (Rapper G. de, Sintès P. (éds.), 2008).

Haut de page

Bibliographie

ANCEL J., 1930, Peuples et nations des Balkans, Paris, A. Colin (réédition 1992, CTHS, fac-similé, 220 p.)

ROUX M., 1999, Le Kosovo. Dix clés pour comprendre, Paris, La Découverte, 124 p.

DERENS J.-A., 2000, Balkans : la crise, Paris, Gallimard Folio, 376 p.

GARDE P., 2004, Le discours balkanique. Des mots et des hommes, Paris, Fayard, 480 p.

CATTARUZZA A., 2005, Le Monténégro entre union et indépendance. Essai sur une géographie du nationalisme, thèse de doctorat de Paris IV, 430 p.

RAPPER G. de, SINTES P. (éds.), 2008, Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, 398 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Deslondes, « Michel Sivignon, Les Balkans. Une géopolitique de la violence », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 206-207.

Référence électronique

Olivier Deslondes, « Michel Sivignon, Les Balkans. Une géopolitique de la violence », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7366

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page