Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Espaces en Transactions, Séchet R., Garat I., Zeneidi D. (dir.)

Benjamin Laplante
p. 207-208
Référence(s) :

SECHET R., GARAT I., ZENEIDI D. (dir.), 2008, Espaces en Transactions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 360 p.

Texte intégral

  • 1  La majorité des contributions traite de cas locaux, majoritairement français. On trouve quelques t (...)

1Cet ouvrage constitue le troisième et dernier tome de la publication des actes du colloque de Rennes, Espaces et sociétés aujourd'hui. La géographie sociale dans les sciences sociales et dans l'action, qui a eu lieu en octobre 2004 et qui entendait contribuer à la redéfinition de la géographie sociale. Les deux premiers volumes ont abordé respectivement la dimension épistémologique de l'action et les processus de territorialisation dans l'action. Ce troisième volet s’attaque à la question du rapport entre l'action et l'espace, tentant d'assumer de cette manière les apports du tournant pragmatique dans les sciences sociales. L'ensemble des dix-neuf contributions aborde des sujets et des terrains fort variés1. Ils sont réunis autour de la question de l'action articulée à celle des acteurs individuels et/ou collectifs qui y sont confrontés. Tout cela donne un ensemble particulièrement riche de diversité, et le principal atout de cet ouvrage est de tenter de les lier par un souci de réflexion sur les apports d'une géographie sociale, qui se veut ici réaffirmée et renouvelée au sein de la géographie française, mais aussi au regard des autres sciences sociales, notamment la sociologie. Plusieurs points de liaison entre les contributions semblent émerger, et peuvent guider la lecture de l'ouvrage : la relation entre social et spatial, les échelles individuelle et ordinaire de l'action (notamment collective), le renouvellement de la géographie sociale grâce à des horizons théoriques renouvelés.

  • 2  On se contentera de faire ici référence au mouvement de la microhistoire, et de citer par exemple (...)
  • 3  Notion proposée dans la communication de V. Kaufmann et C. Jemelin, p. 83-95, qui repose sur l'idé (...)
  • 4  On peut distinguer les deux formes de production territoriale : la première renverrait à la territ (...)
  • 5  On peut par exemple penser à la manière dont les différents acteurs d'un échange verbal situent le (...)
  • 6  Il s'agit de la démarche dont se réclament R. Séchet, I. Gara et D. Zeneidi au début et à la fin d (...)

2S'il n'y a d'espace qu'espace social comme l’énonce V. Veschambre (2006) dans le premier volume de cette trilogie, alors la question de la géographie sociale comme composante à part entière des sciences sociales ne fait aucun doute. Puisant dans les outils et concepts d'autres disciplines, la géographie sociale qui est ici réaffirmée par les concepteurs du colloque assume l’héritage des recherches fondatrices des géographes de la France de l'Ouest au début des années 1980 (Frémont et al., 1984), tout en intégrant les apports épistémologiques qui ont été réalisés depuis. L'un des principaux enjeux que soulève cet ouvrage est justement la question du fondement de l'action, qu'elle soit collective ou individuelle. Si la discipline historique a réussi à se défaire depuis longtemps d'une histoire bataille, construite autour des grands événements qui ont un temps fait la mémoire collective, pour se tourner aussi vers des objets sociaux de portée a priori moindre2, ce livre montre clairement que la géographie sociale a aujourd'hui opéré une évolution similaire. En effet, elle accorde une place centrale à des objets de petite taille : alors que la géographie sociale a longtemps conçu ses liens avec la société en interprétant l'organisation des espaces des sociétés comme des supports matériels pour l’inscription de luttes, de tensions et de rapports de domination structurant les conditions de vie des individus (approches privilégiant in fine le collectif, lorsque l'individuel en constitue avant tout une manifestation), la sous-discipline veut aujourd'hui prendre le local, le micro-spatial, pour ce qu'ils manifestent des rapports individuels et/ou collectifs. Le chemin parcouru est important, ce qui est une conséquence des tournants culturel et pragmatique qui ont accordé une place de choix dans l’appareillage théorique à ceux qui sont considérés désormais comme des acteurs et non plus comme de simples agents contraints par différentes formes d'organisations et champs sociaux. Ainsi, grâce aux différents éclairages proposés par les participants au colloque, la question de l'action, de l'inter-action, et de la trans-action est pensée sous des jours nouveaux : que font les individus face à des situations de simple contact, ou d'échanges avec la société, et face à l'espace du social ? La motilité3 (Kaufman), le partage des espaces publics (Roméro, Dumont), les différents usages de lieux patrimonialisés (Melé) sont autant d'angles d'approche qui permettent d'entrer dans le champ de l'action individuelle et collective et de décrypter les stratégies et les capitaux que maîtrisent les protagonistes pour assurer leur position sociale et leurs pratiques dans l'espace. Cette approche par les actions permet ainsi d'observer ce qui fait les territoires, mais aussi ce qui fait territoire4 dans des situations d'échelle modeste, et souvent relevant du quotidien. Attentifs à l’apport de réflexions sur les rapports inter-individuels comme celles de Luc Boltanski (Boltanski, Thévenot, 1991 ; Boltanski, Chiapello, 1999)5, ce collectif entreprend d'apporter une assise stable pour une géographie sociale renouvelée6, et qui ne céderait pour autant pas aux illusions de l'individualisme post-moderne. Si les approches post-modernes ont notamment pu mettre à jour l'importance de la dimension individuelle (donc singulière) des phénomènes sociaux, il est important de comprendre qu'ici la géographie sociale entend ramener l'acteur au centre des luttes, rapports de force et/ou d'autorité et frictions qui structurent les sociétés, et leurs espaces.

3L'enjeu de ce troisième tome est pour les auteurs de présenter les possibilités de construction, ou de re-construction d'une compréhension de la manifestation du social dans l'espace. Cet espace reste d'ailleurs largement considéré comme un support de pratiques individuelles, très fortement ancrées dans une dimension collective. La question de la projection du social sur le spatial, de la manifestation dans l'espace de jeux de forces relevant de la sphère sociale à l'échelle des individus considérés comme acteurs restent ainsi le cœur du projet de l'ouvrage. L'intérêt de ce tome est donc de mener à bien une entreprise d'intégration des apports des sciences de l'action, au profit d'une branche de la discipline qui se veut toujours engagée.

  • 7  Ou au contraire absents...

4Même si la référence à Pierre Bourdieu reste incontournable et largement partagée dans l'ensemble de l'ouvrage, on remarque une ouverture sensible à d'autres sources théoriques. Ainsi, la question du capital et celle de l'habitus sont-elles aujourd'hui sur la voie d'un renouvellement, du moins d'un élargissement à travers l'émergence de problématiques portées autour des ressources de différents ordres mobilisées par les individus. Signe qu'il ne s'agit plus de références fixes, de fonds toujours là et disponibles7 pour les individus, ces ressources sont mobilisées par les individus pour assurer la réussite de l'action, et mettent en évidence des capacités de maîtrise plus ou moins importantes selon les cas. Si certains font preuve de capacités de jonglage avec les ressources dont ils disposent, d'autres sont confrontés à l'obligation de réaliser des bricolages plus ou moins performants pour assurer leur position dans la société et dans l'espace, quand d'autres n'ont parfois pas ou peu de ressources avec lesquelles composer. L'aisance nécessaire pour maîtriser ce qui était auparavant compris comme un simple capital prend ainsi une dimension nouvelle, et l'on peut y voir une voie importante de renouvellement pour cette géographie sociale.

5Pour autant, l'ensemble des apports proposés dans cet ouvrage laissent l'impression de ne pas toujours avoir su dépasser d'anciennes apories qui restent à élucider.

  • 8  Et la formule n'est pas incompatible avec les propos de V. Veschambre : l'espace qui fait sens, c' (...)

6Tout d'abord la question du rapport du social au spatial, même abordée comme le font les coordinatrices, reste entière et toujours pas vraiment assumée. Si le parti pris est bien de ne pas considérer l'espace comme un capital à part entière, mais comme une dimension particulière d'autres formes de capitaux, on en reste toujours à considérer que l'espace constitue un support, un substrat pour l'expression du social et de ses rapports de force. En ce sens, l'ambition affichée en introduction d'apporter un cadre renouvelé pour des recherches en géographie sociale reste inachevée : au titre des ressources, ou des capitaux disponibles pour les acteurs, la dimension spatiale, la question des agencements des objets et des personnes, ainsi que celle des métriques (d'essence sociale, spatiale, temporelle, etc.) restent écartées. Si l'on considère, au contraire, l'espace comme dimension singulière de l'action8, on peut élargir les perspectives de la géographie sociale, qui n'est plus un outil de lecture des champs de force à toutes les échelles de la société, mais un mode d'appréhension des rapports sociaux entre acteurs, ce qui ne signifie pas qu'ils exercent tous la fonction de stratèges de leurs actions.

7De la même manière, la question de la place du chercheur, en tant que révélateur du social, est l'une des problématiques dont cette branche de la géographie ne se saisit pas tout à fait, bien qu'elle entende prendre au sérieux l'individu au sens fort de sa dimension d'acteur. En effet, l'objectif est de saisir la position de l'acteur individuel dans un contexte d'échanges, la maîtrise des différentes ressources qu'il peut mobiliser dans l'action, mais aussi la maîtrise de sa capacité à se situer/prendre place de manière adéquate dans ce qu'il se représente du social. L'enjeu est bien de faire en sorte que ne soit pas mis en avant ce que le chercheur pense de l'individu agissant dans un système de valeurs, de codes sociaux issus de rapports de forces collectifs.

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI L., THEVENOT L. , 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, nrf Essais, 224 p.

BOLTANSKI L., CHIAPELLO E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, nrf Essais, 844 p.

FREMONT A. et al., Géographie sociale, Paris, Masson, 1984, 388 p.

GINZBURG C., Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980.

KAUFMANN V., 2002, Rethinking mobility, Burlington, Ashgate.

LÉVY J. et LUSSAULT M. (dir.) , 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

VESCHAMBRE V., 2006, Penser l’espace comme dimension de la société. Pour une géographie sociale de plain-pied avec les sciences sociales, in SECHET R., VESCHAMBRE V., Penser et faire la géographie sociale, contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, PUR, 398 p., p. 211 à 227.

Haut de page

Notes

1  La majorité des contributions traite de cas locaux, majoritairement français. On trouve quelques terrains étrangers notamment latino-américains. Les auteurs sont pour la majorité chevronnés, mais l'ouvrage laisse une place importante à de jeunes chercheurs, parfois doctorants.

2  On se contentera de faire ici référence au mouvement de la microhistoire, et de citer par exemple les travaux de Carlo Ginzburg (Ginzburg, 1980).

3  Notion proposée dans la communication de V. Kaufmann et C. Jemelin, p. 83-95, qui repose sur l'idée d'un ensemble de facteurs définissant la capacité d'un individu à être mobile dans l'espace, et qui place in fine l'acteur au centre de la question de la mobilisation de ressources de différents types, ordres, pour assurer sa mobilité, et non plus simplement la question du mouvement. On pourra se référer, pour retrouver les sources de cette démarche, à Kaufmann, 2002.

4  On peut distinguer les deux formes de production territoriale : la première renverrait à la territorialisation issue d'une action extérieure, définie par un ensemble de critères qualifiants et justificatifs de l'action de découpage (cf. l'article de C. Guy) ; la seconde renverrait à la production d'un marquage territorial par les pratiques ou appropriations effectives d'un espace, distinct de territoires environnants (cf. l'article de C. Fournet-Guérin).

5  On peut par exemple penser à la manière dont les différents acteurs d'un échange verbal situent leurs actions, et les justifient, les légitiment au regard de la scène ou du dispositif contenant l'action. En ce sens, chaque position d'acteur trouve un positionnement légitime au regard d'un ensemble de valeurs légitimes acceptées par tous en société.

6  Il s'agit de la démarche dont se réclament R. Séchet, I. Gara et D. Zeneidi au début et à la fin de l'ouvrage. C'est elle qui permet ainsi de l'inscrire dans une continuité avec les deux premiers tomes du colloque déjà parus.

7  Ou au contraire absents...

8  Et la formule n'est pas incompatible avec les propos de V. Veschambre : l'espace qui fait sens, c'est l'espace social, mobilisé par les acteurs vivant en société, qu'il soit matériel ou non. À ce titre, on pourra revenir avec intérêt à l'article « espace » du dictionnaire de J. Lévy et M. Lussault, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Laplante, « Espaces en Transactions, Séchet R., Garat I., Zeneidi D. (dir.) », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 207-208.

Référence électronique

Benjamin Laplante, « Espaces en Transactions, Séchet R., Garat I., Zeneidi D. (dir.) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7364

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page