Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Luc Arnaud, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine

André Buisson
p. 228
Référence(s) :

Jean-Luc Arnaud, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, 2008, Marseille, Éditions Parenthèses/MMSH, coll. « Parcours méditerranéens », 240 p.

Texte intégral

1J.-L. Arnaud nous propose un ouvrage dense et passionnant sur le thème de l’analyse spatiale consacrée au milieu urbain, regrettant comme nous tous la séparation trop catégorique des travaux et des méthodes de travail des architectes, des géographes et des historiens. Bien sûr, étant donné le thème principal des recherches de l’auteur, les exemples moyen-orientaux forment la quasi-totalité des points de départ des réflexions du livre, ainsi que des figures (spécialiste d'histoire des villes, ses publications principales ont été sur Damas, urbanisme et architecture, 1860-1925 (2006), L'urbain dans le monde musulman de Méditerranée (2006); Le Caire, mise en place d'une ville moderne, 1867-1907 (1998) ; Beyrouth, Grand-Beyrouth, collectif (1998)). On doit souligner l’importance des figures dans l’apparat documentaire de ce livre : la densité des légendes et le commentaire extrêmement précis, développé et pertinent des illustrations valent, à eux seuls, un volume d’annexes ! L’introduction débute pourtant par une série de scories qui ont échappé à la relecture, l’absence d’une négation p. 14 (« on (n’)étudie plus l’espace… »), ainsi que, sur 5 lignes dans cette même page, une hésitation répétée entre présent et imparfait pour parler au passé. La place importante donnée par l’auteur aux notes infra-paginales qui contiennent de très nombreux compléments à la bibliographie placée en fin d’ouvrage démontre l’abondance de la documentation mobilisée pour la recherche. Pourtant, l’antiquisant cherche quelques titres de bibliographie qui manquent et, notamment, l’incontournable Misurare la terra, centuriazione e coloni nel mondo romano, sous la direction de S. Settis, 3 volumes, Bologne, 1983 et s. et, surtout, pour l’histoire de la recherche urbaine en France, le fascicule de Galinié H., Randoin B., 1979, Les Archives du sol à Tours, Tours, LAU… mais la bibliographie fournie est déjà très abondante et ciblée.

2Ces coquilles indiquées, on peut passer au commentaire de ce livre, divisé en quatre très gros chapitres dont le premier fournit une longue dissertation consacrée à la différence entre « analyse spatiale » et « analyse morphologique », établissant pour l’une « l’échelle du géographe » et pour l’autre « l’échelle de l’architecte ». Ce chapitre évoque l’importante de l’analyse spatiale pour tous les chercheurs s’intéressant au thème de la ville, qu’ils soient architectes, géographes, anthropologues, sociologues ou historiens.

3Le chapitre 2, consacré aux « Sources », donne une analyse très détaillée des documents cartographiques et iconographiques, « documents souvent négligés » (p.45) qui, une fois soumis aux traitements appropriés, livrent un nombre considérable d’enseignements. Ce chapitre, illustré de nombreux exemples très abondamment commentés, est d’une très grande richesse. La Forma Urbis marmorea (plan en marbre de Rome établi sans doute sous les Sévères) montre l’intérêt de son étude pour la reconstitution de la ville de Rome au début du 3ème siècle et l’aide qu’il a pu fournir à l’architecte Italo Gismondi pour la réalisation de la grande maquette de Rome fabriquée pour l’exposition de 1938 (méthode elle-même inspirée de celle de Paul Bigot). Cependant, du plan (que l’on retrouve dans les « cadastres d’Orange » pour le milieu rural du Sud de la France à l’époque de Vespasien) à la vue cavalière, les renseignements portés par le document méritent un traitement évolutif pour produire toutes les données qu’il recèle, très bien décrit dans le paragraphe intitulé « Questions de point de vue », avec notamment son décryptage des projections et perspectives. L’apport des techniques modernes du système d’information géographique, avec ses capacités à géoréférencer les lieux, est considérable dans la lecture des plans et gravures anciens, comme le plan de Turgot, décrit p. 58-59. Le catalogue des types de documents étudiés par l’auteur est très vaste et il permet d’aborder aussi le mental du cartographe et ses motivations lors de la rédaction de la carte, qui « dit » ce que l’on veut voir et pas forcément tout ce qui se voit !

4 « Lire un plan » (chapitre 3) débute par des questions de méthode. On pourrait dire qu’il faut « entrer dans le plan ». L’analyse de l’évolution de la méthode cartographique est importante : elle démontre où se situent les points de repère du cartographe. J’en ai relevé les « cartes à l’envers » (fig. 20 p. 98), que l’on peut très facilement associer à la très fameuse « Galerie des cartes de géographie » des palais du Vatican, à Rome, dessinées entre 1580 et 1583 pour le pape Grégoire XIII d’après des cartons du cosmographe Ignazio Danti. L’auteur aboutit dans sa dissertation à la très jolie définition des « monstres cartographiques » (p.123) dont les publications d’aujourd’hui seraient tentées d’abuser.

5« Pratiquer l’analyse spatiale » (chapitre 4). Le plan de la ville révèle son histoire (« le jeu du temps qui passe »), de même que la conservation des parcellaires ruraux raconte l’histoire des campagnes, mais seule la fouille archéologique permet d’établir une chronologie des événements structurants (p.148). C’est l’élément central de la réflexion de l’auteur qui retient principalement ses exemples de Damas notamment, mais aussi d’Istanbul ou de Tunis : les traces d’enceintes détruites (p. 191 à Istanbul, 192 à Tunis) que l’on pourrait compléter avec ceux de Pompéi (le vicolo storto) ou de New York (Wall Street). L’empreinte des monuments antiques est rappelée à Rome avec l’incontournable Piazza Navona (p. 165), mais l’auteur aurait pu retrouver (c’est à 500 m à vol d’oiseau) la trace du théâtre de Pompée tout près du Campo dei Fiori (via dei Chiavari et via di grotta pinta), l’emplacement du portique d’Octavie dans l’ancien ghetto juif ou bien encore, et toujours parmi les « classiques », en France l’amphithéâtre de Tours et bien d’autres exemples, comme cette probable ? trace du théâtre de Damas (p. 170, fig.45). Pour autant, le temps et l’histoire locale peuvent déformer ou non le plan de la ville comme celui du monde rural. L’attractivité de nouveaux centres, églises, monastères, marchés, a la faculté de courber les voies antiques, comme le montre la torsion de l’axe routier conduisant de l’Arc d’Auguste à la porte prétorienne d’Aoste (Aosta, Italie), à cause de l’installation de la collégiale Saint Ours, ou celle de ses cardines et decumani intra-muros, ou bien de les respecter, comme on le voit sur les photographies aériennes pour de très longues portions des voies romaines (via Aemilia dans la plaine du Po, via Domitia en Languedoc) ou trames viaires urbaines romaines quasi intactes à Paris (rue Saint Jacques).

6Partant de l’importance de l’eau pour la vie, l’auteur souligne le dilemme des hommes : l’eau potable est « constructrice », mais l’eau courante peut être destructrice… doit-on pour autant s’en éloigner ? les exemples de Rome, Paris, Damas sont là pour illustrer le propos, mais on aurait pu rajouter Lyon ou Arles (où la toponymie préceltique indique l’attractivité de l’eau : Ar(e)Lat(e), à rapprocher de LatAr(a) – Lattes, près de Montpellier) et de Arar - la Saône). La voie fluviale est commerciale, elle fixe les hommes sur ses berges, ses points de franchissement… (déjà l’objet du colloque international du CNRS, 1976, « Thèmes de recherche sur les villes antiques d'Occident »). C’est tout le problème (encore actuel !) de la gestion du risque « inondation » dans les villes, remis dans l’actualité de la recherche sur l’Antiquité par les travaux récents de C. Allinne (notamment ses Réflexions sur l’apport des sources archéologiques documentant la question des risques naturels à la construction d’un paradigme interprétatif de gestion des ressources naturelles dans l’Empire romain, Université Laval, Québec (2007).

7Voilà donc un ouvrage important et utile, à lire pour le travail et aussi pour le plaisir du « voyage ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Jean-Luc Arnaud, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 228.

Référence électronique

André Buisson, « Jean-Luc Arnaud, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7332

Haut de page

Auteur

André Buisson

Antiquisant, UMR Environnement Ville Société, Université Lyon 3, buisson@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page