Navigation – Plan du site
Varia

Y a-t-il une gentrification à Barcelone ? Le district Ciutat Vella entre 1991 et 2005

Does gentrification exist at Barcelona? The Ciutat Vella district between 1991 and 2005
Hovig Ter Minassian
p. 93-103

Résumés

L’article dresse un tableau des mutations socio-démographiques dans le centre ancien de Barcelone (ou district de « Ciutat Vella ») entre 1991 et 2005. En adoptant une démarche à la fois quantitative (analyses statistiques multivariées) et qualitative (entretiens semi-directifs), l’analyse met en évidence la multiplicité des processus, entre gentrification, désembourgeoisement et marginalisation. Le manque d’attractivité du district pour les classes moyennes, malgré les efforts de la Municipalité, et l’immigration étrangère croissante sont des facteurs explicatifs du paysage actuel. Ils permettent de questionner la politique de réhabilitation depuis la transition démocratique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La Municipalité a par ailleurs reçu en 1999 la prestigieuse Médaille d’Architecture attribuée par (...)
  • 2  « L’effort de promotion de Barcelone par sa Municipalité ne s’est pas accompagné d’un délaissement (...)

1Dans l’évolution globale qui caractérise les centres anciens, celui de Barcelone constitue-t-il un cas à part ? L’enjeu de cet article est d’étudier la mixité sociale au cœur de l’agglomération catalane et de comprendre les différentes mutations qui la caractérisent : y a-t-il une gentrification du centre ancien de Barcelone et quelles en sont les spécificités ? Nous entendons par centre ancien le district de Ciutat Vella (« Vieille Ville » en catalan), identifiable par sa morphologie particulière, son tissu hérité de l’histoire urbaine antérieure au XIXe s., et ses activités qui en font la première zone récréative et commerciale de Barcelone. Ce questionnement a d’autant plus de sens que depuis les années 1990, la Municipalité, dirigée par une coalition de gauche depuis la fin de la période franquiste et les élections démocratiques de 1979, a présenté sa politique de revitalisation du centre ancien comme une expérience exemplaire, un modèle, dont beaucoup de villes sud-américaines se sont par la suite inspirées1. N. Calavita et A. Ferrer affirmaient en 2000 que « Barcelona’s city marketing effort was not accompanied by the neglect of its neighbourhoods, increased social polarization, or geographic segregation, distingui-shing it in this regard from most other cities »2 (Calavita, Ferrer, 2000, p. 793). Étudier la gentrification à Barcelone c’est donc indirectement étudier la politique municipale des années 1980 à 2000.

  • 3  Voir les romans de Manuel Vázquez Montalbán ou de Francisco González Ledesma. Voir également la th (...)
  • 4  Cette étude s’inscrit dans un travail de thèse mené depuis 2005 sous la co-direction de Martine Be (...)

2La gentrification est un processus de récupération d’un parc de logements du centre par des classes moyennes ou aisées. Elle provoque directement ou indirectement le départ des classes populaires qui y résidaient. Elle affecte le paysage urbain (réhabilitation des immeubles et des logements), la structure commerciale (apparition et diffusion de nouveaux types de commerce), l’espace public et la perception du quartier. C’est non seulement le paysage du centre ancien qui est alors en jeu, mais aussi la place du quartier, longtemps considéré dans l’imaginaire collectif comme un lieu canaille et dangereux3. À Barcelone, la réhabilitation du centre ancien ne s’accompagne pas systématiquement des signes tangibles d’un processus de gentrification. Y aurait-il alors une spécificité barcelonaise et peut-on les expliquer ?4

3Pour y répondre, un état des lieux des travaux précédents sur la gentrification à Barcelone s’impose. Il met en évidence leurs limites méthodologiques et la nécessité de prendre de la distance par rapport à une notion qui réduit la complexité des phénomènes en présence à un seul processus. C’est l’objet de la première partie. La seconde partie présente la méthodologie et les principaux résultats. La troisième partie revient sur la question des spécificités barcelonaises, en formulant un certain nombre de réflexions sur l’échec relatif de la politique municipale de revitalisation du centre ancien.

La gentrification à Barcelone : le risque d’une « myopie » scientifique

Recentrer la définition de la gentrification

4Depuis les premiers travaux sur la gentrification, notamment ceux de R. Glass (Glass, 1964) sur l’agglomération londonienne, la définition de cette notion s’est considérablement élargie, englobant des territoires, des populations et des objets nouveaux. Parallèlement, on parle désormais de gentrification urbaine, de « new-build gentrification », d’élitisation… Face à cet élargissement, deux postures existent. La première consiste à adopter une définition à géométrie variable, en insistant par exemple sur les effets indirects. Mais elle rend plus difficile l’exploration des causes de la gentrification. Elle entraîne également un risque de confusion entre des phénomènes qui ne sont pas forcément similaires (par exemple gentrification et embourgeoisement) ou bien tend à focaliser le regard sur un processus qui n’est pas nécessairement le plus important.

  • 5  Nous avons repris ces critères dans le cas de Barcelone.

5À l’inverse, M. Van Criekingen et J.-M. Decroly proposent de « déconstruire » la notion de gentrification, qui masque parfois une réalité beaucoup plus hétérogène et des phénomènes parfois bien distincts (Van Criekingen, Decroly, 2003). Prenant le cas de Bruxelles et de Montréal entre 1981 et 1996, ils ont établi un certain nombre de critères permettant de parler de gentrification (un quartier initialement dégradé et populaire ; une amélioration du parc de logements ; une amélioration généralisée du statut social ; des changements dans la composition de la population ; l’émergence d’un quartier relativement aisé)5. A. Bourdin s’inscrit dans cette même posture (2008). D’après lui, parler de gentrification stigmatiserait des situations où l’investissement de certains quartiers par les classes moyennes ou aisées n’entraîne pas systématiquement l’éviction des catégories populaires. Dans d’autres cas, les populations sur le départ trouveraient leur compte parce que les nouveaux logements qui leur sont accordés sont de bien meilleure qualité que les anciens. Dans ces conditions, ce sont les stratégies d’accompagnement de la Municipalité qu’il faut avant tout examiner. A. Bourdin met par ailleurs en garde contre une vision trop homogène de la « classe moyenne » et contre une hiérarchisation simplificatrice des villes qui toutes (prétendument) « se déchirent pour obtenir les événements mondiaux, et ‘gentrifient’ leur centre-ville pour attirer la classe créative, les investisseurs et les touristes » (Bourdin, 2008, p. 27-28).

Mythes et fantasmes de la gentrification à Barcelone

  • 6  Ce phénomène a par ailleurs déjà été repéré dans une étude sur l’évolution d’une partie du centre (...)

6Dans le cas de Barcelone, l’analyse de la bibliographie existante fait apparaître trois limites aux travaux portant sur la gentrification. Ils ne s’appuient pas toujours sur une méthodologie suffisamment rigoureuse pour mettre en évidence la réalité du processus. Ce dernier est souvent mobilisé dans un discours idéologique qui fait la critique de la politique municipale sans que les liens entre cette dernière et la gentrification soient toujours convaincants. Enfin, en accordant une place excessive aux processus de gentrification qui restent encore marginaux, certaines analyses prennent le risque de passer à côté de la complexité des mutations socio-démographiques contemporaines dans le district de Ciutat Vella, faites de phénomènes plus originaux de marginalisation ou bien de « désembourgeoisement », terme que nous préfèrerons à celui de « dégentrification » ou de « tertiarisation ». La « dégentrification » (Millard-Ball, 2000, p. 1682) désigne la substitution de classes supérieures par des classes moyennes ou populaires, selon l’idée que certains secteurs ont connu une amorce de gentrification sans que cette dernière ait abouti. Le désembourgeoisement décrit le même phénomène mais sans préjuger d’une éventuelle gentrification antérieure6. Le terme n’est pas non plus synonyme de tertiarisation parce qu’il n’induit pas un déclin de la fonction résidentielle sous la pression des activités commerciales, culturelles ou récréatives. L’évolution est donc différente des quartiers où se développent à l’excès commerces de luxe et boutiques touristiques, provoquant le plus souvent la disparition du petit commerce et le départ des habitants.

7Dans la bibliographie française sur la gentrification, les travaux sur Barcelone sont très peu nombreux. Dans l’ouvrage coordonné par C. Bidou-Zachariasen, Retours en ville, N. Calver consacre un chapitre au cas barcelonais (Bidou-Zachariasen, 2003). Elle lui accorde d’entrée une place à part, du fait de ses spécificités (forte valeur symbolique du centre ; maintien de classes moyennes dans certains secteurs ; forte implication du politique dans la revitalisation de Ciutat Vella ; immigration étrangère croissante). En s’appuyant sur des entretiens, N. Calver conclut à une possible gentrification du secteur du centre ancien qu’elle étudie (La Ribera), que l’apparente mixité sociale actuelle ne doit pas masquer. En réalité, son analyse met moins en évidence un processus de gentrification généralisée que la spécificité du quartier de la Ribera par rapport au reste de Ciutat Vella.

8De l’autre côté des Pyrénées, les ouvrages consacrés à la gentrification à Barcelone sont beaucoup plus nombreux. Dès 1996, A. Alabart et C. López s’interrogent sur la gentrification de l’agglomération catalane, mais l’objet d’étude s’avère être beaucoup plus l’évolution de la ville de Barcelone d’une économie industrielle à une économie tertiaire (Alabart, López, 1996). Dans une volonté de mettre en évidence les logiques conflictuelles des processus contemporains qui caractérisent le centre ancien de Barcelone, Ma A. Sargatal Bataller étudie conjointement deux rues du centre ancien et, pour l’une d’entre elles au moins, relève les prémices d’une gentrification (Sargatal Bataller, 2000). Elle souligne la responsabilité de la politique municipale dans le processus, mais le lien établi n’est pas si évident : il est sans doute moins à chercher dans les opérations de rénovation de la voirie que dans l’accompagnement des populations résidentes et les insuffisances de la politique de logement social. La thèse de S. Martínez i Rigol se distingue par une analyse très précise des facteurs de gentrification du quartier du Raval, à partir d’entretiens auprès des « gentrifieurs », mais appréhende mal la réalité statistique du phénomène, y compris dans le quartier étudié par l’auteur (Martínez i Rigol, 2000). G. Vila Bosqued s’appuie quant à elle sur un large corpus quantitatif pour la période 1991-2001 (Vila Bosqued, 2002). Elle met en évidence une microgentrification à Ciutat Vella (c’est-à-dire une gentrification très localisée), mais dont les facteurs explicatifs sont insuffisamment questionnés.

9Au final, la plupart des hypothèses développées par les travaux récents sur la gentrification restent valables, mais elles nécessitent d’être étayées par une méthodologie qui mette en perspective les analyses sur la gentrification au regard de l’ensemble des processus en présence. Notre propos n’est donc pas de remettre en cause les réflexions que nous venons d’évoquer, notamment sur la liaison entre gentrification et politiques municipales, mais avant tout de valider tout ou partie des hypothèses sur la gentrification à Ciutat Vella et ses limites, de les prolonger sur une période plus contemporaine, et de replacer le processus au cœur d’un ensemble de mutations socio-démographiques plus complexes.

Nouveaux questionnements sur le centre ancien de Barcelone

10Notre méthodologie a croisé approche quantitative et approche qualitative. Dans un premier temps, nous avons cherché à cerner les grandes tendances des mutations socio-démographiques de l’ensemble du district de Ciutat Vella, en nous dégageant de tout parti pris sur l’existence a priori d’une gentrification. La principale piste de réflexion a été de savoir si le district de Ciutat Vella connaissait une réelle amélioration des conditions de vie ou plutôt un changement dans la composition socio-démographique des habitants du centre. Par ailleurs, cette évolution s’est-elle faite in situ à composition constante de la population, ou bien est-elle due à l’arrivée de nouveaux résidents à Ciutat Vella ? La seconde piste a porté sur la résorption de la crise démographique du centre ancien : depuis les années 1980, le vieillissement de la population s’est-il poursuivi ou bien assiste-t-on au contraire à un rajeunissement de la population et quelle en est la dynamique ? Enfin, nous avons cherché à analyser les distributions spatiales de l’ensemble des processus à l’œuvre.

  • 7  Pour faciliter la lecture, nous désignons par « étrangers européens » les étrangers issus des pays (...)

11Dans un second temps, nous avons mené des entretiens semi-directifs auprès d’agents immobiliers et représentants d’associations, avec pour objectif d’apporter un regard sur les stratégies résidentielles (départ ou arrivée) des populations du centre ancien, en cernant quelques uns des facteurs explicatifs. Pourquoi les nouveaux résidents souhaitent-ils vivre dans le centre ? Dans les différents processus de récupération socio-démographique du centre, quel est le rôle des jeunes adultes, attirés par l’offre culturelle et universitaire, et par des logements pendant longtemps meilleur marché que dans le reste de Barcelone ? Quelle est la réalité de l’immigration étrangère (européenne et non européenne7) dans le centre ancien, et son rôle ? Peut-on alors avancer des hypothèses sur la gentrification à Ciutat Vella et quel décryptage permettent-elles de la politique municipale à Barcelone des années 1980 à 2000 ?

Gentrification, désembourgeoisement, marginalisation : un centre ancien hétérogène

12Le district de Ciutat Vella correspond à l’espace urbain de Barcelone depuis la fondation de la colonie romaine de Barcino autour du 1er s. avant J.-C., jusqu’à la veille de la Révolution industrielle au XIXe s. Le Barrio Gótico est le secteur le plus monumental, accueillant traditionnellement l’aristocratie et la bourgeoisie aisée de Barcelone. Il est progressivement devenu une centralité administrative et touristique, autour de la Cathédrale, du Palais des rois et des sièges du pouvoir municipal et régional. La fonction résidentielle n’y a pas complètement disparu malgré le départ d’une partie des familles aisées, qui ont gagné l’Eixample (ou « Ensanche » en castillan), le quartier construit sur les plans de l’ingénieur Cerdà à partir de 1859. Le Casc Antic et la Ribera ont également été des espaces résidentiels pour les classes aisées, même si une partie d’entre elles a également quitté le secteur à partir de la fin du XIXe s., bientôt suivies par les classes moyennes à partir du XXe s. À l’inverse, le secteur de la Barceloneta, quartier portuaire de Barcelone et physiquement séparé du reste du district, a toujours été populaire. Dès 1754, un important programme de construction a visé à reloger sur place les familles de pêcheurs et d’ouvriers attirés par le développement du port de Barcelone. Depuis la deuxième moitié du XXe s., les activités industrielles ont migré et ce secteur se reconvertit progressivement en espace récréatif. Le Raval quant à lui est resté, jusqu’à la fin du XVIIIe s., un espace peu dense, accueillant des champs et des couvents. L’industrialisation de Barcelone a favorisé la densification du secteur, l’installation de fabriques et la construction de logements pour accueillir les familles ouvrières. Depuis les années 1980, la Municipalité y mène un important programme de rénovation et de restructuration du tissu urbain.

13Au début des années 1980, la forte diminution de la population du centre ancien et son vieillissement, initiés dans les années 1950, se poursuivent. Ciutat Vella compte 117 936 habitants en 1980 (Tatjer, 1986) contre 230 107 habitants en 1930 (Tatjer, 1999), avec une part des 65 ans ou plus qui s’élève à près de 25 % de la population totale en 1986, contre 15% à l’échelle de la commune de Barcelone (Garcia, Vilanova, 1991). Le quartier compte près de 61% d’ouvriers en 1981 (Gomà, Reselti, 1998), avec un taux de chômage officiel de plus de 30% (Alabart et al., 1991). Beaucoup d’observateurs ont noté l’extrême diversité du district, sur le plan urbanistique, commercial et socio-démo-graphique. Qu’elle paraisse pittoresque ou fasse l’objet d’une lecture critique et politique, elle soulève la question de la réalité sociale et démographique du centre ancien.

Une double approche quantitative et qualitative

  • 8  Barceloneta, Parc, Gòtic, Raval.

14Le district de Ciutat Vella est découpé en quatre grandes zones statistiques ou ZEG (pour « Zones Estadistiques Grans »), et trente-sept petites zones statistiques 8ou ZRP (pour « Zones de Recerca Petita »). C’est cette dernière échelle qui a été retenue pour l’analyse, parce qu’elle constitue un bon compromis entre la nécessité d’une analyse fine (leur superficie moyenne est de 12,15 hectares) et la disponibilité de sources (fig. 1).

15Figure 1 : Le découpage statistique de Ciutat Vella

  • 9  Parmi lesquelles : le taux de vieillissement, la part des 20-34 ans, le taux de chômage, la part d (...)
  • 10  Notamment en ce qui concerne les catégories socio-professionnelles.
  • 11  « Ici, les gens ont faim ! ».

16Le choix des variables a été guidé par les hypothèses d’analyse9, et les résultats des premiers entretiens réalisés avec les agents immobiliers. Les principales sources ont été les recensements municipaux de 1991, 1996, 2001 et 2005. Avant 1991, la rareté des données et parfois leur imprécision rendent leur exploitation malaisée pour des raisons de concordance avec les recensements postérieurs10. De plus, à la fin des années 1980, la politique de réhabilitation n’ayant pas encore porté ses fruits, il était donc pertinent de faire débuter l’analyse au recensement de 1991. En janvier 1987, un certain nombre d’associations, notamment « l’Association de Riverains du Casc Antic », lançaient la campagne « Aquí hi ha gana! »11, avec un double objectif : collecter des aliments pour les populations les plus fragiles et faire prendre conscience aux autorités, focalisées sur la préparation enthousiaste des Jeux Olympiques de 1992, de la persistance de la pauvreté dans le centre ancien.

  • 12  Selon le Département de la Statistique de la Municipalité de Barcelone, un nouveau recensement est (...)
  • 13  En s’inspirant d’une méthodologie développée par E. Préteceille pour l’agglomération parisienne (P (...)

17À partir d’un jeu de données similaires pour les recensements de 1991, 1996 et 2001, une première analyse en composantes principales (ACP) a été menée sur les trente-sept ZRP de Ciutat Vella. Le recensement de 2005 a fait l’objet d’une analyse distincte, du fait de l’indisponibilité de certaines variables (comme les catégories socio-professionnelles12). Cette dernière analyse a donc essentiellement porté sur le paysage socio-démographique (âge, taille des ménages, niveau d’études), le logement (taille et période de construction) et la motorisation des ménages. Enfin, deux classifications ascendantes hiérarchiques (CAH) ont été respectivement réalisées pour la période 1991-2001 et pour 2005. L’étude à des dates différentes13 a mis en évidence une typologie des trajectoires selon deux critères : « l’orientation » et l’« ancienneté » du phénomène observé.

18Parallèlement, deux séries d’entretiens semi-directifs ont été menées auprès d’interlocuteurs qui nous ont paru être des observateurs privilégiés des mutations socio-démographiques dans le centre ancien : d’un côté les agents immobiliers opérant dans le centre ; de l’autre, des représentants de différentes instances représentatives de la vie locale, des associations de riverains et de commerçants. La première série d’entretiens a eu une visée exploratoire. La seconde a cherché à approfondir les thèmes de discussion apparus précédemment. Ils ont eu un double objectif : valider par une démarche qualitative les principaux résultats de l’analyse statistique et mettre en évidence certaines logiques spatiales des trajectoires résidentielles des anciens et nouveaux résidents de Ciutat Vella.

Ciutat Vella du dépeuplement à la récupération démographique

19La confrontation des résultats des deux analyses en composantes principales a fait apparaître une élévation générale des conditions de vie entre 1991 et 2005, caractérisée par une croissance des catégories socio-professionnelles supérieures et des populations diplômées, dans un contexte de croissance des petits ménages et plus récemment (à partir de la fin des années 1990) de rajeunissement démographique et d’installation de nouveaux immigrants étrangers (tabl. 1).

Tableau 1 : Ciutat Vella : une place à part mais une évolution conforme à la ville de Barcelone entre 1991 et 2005 (sauf taux de chômage 2001)

Barcelone

Ciutat Vella

1991

2005

1991

2005

Population

1 643 542

1 612 237

90 612

116 602

Densité à l'hectare

162,7

159,7

201,6

259,5

Pourcentage d´étrangers

1,4 %

15,4 %

3,8 %

37,2 %

Taux de chômage en 2001

13,7 %

10,8 %

20,3 %

14 %

Pourcentage de la population de 16 ans ou plus ou sans étude

18,9 %

12 %

29,5 %

12,4 %

Pourcentage de la population de 16 ans ou plus très diplômée (3e cycle ou équivalent)

8,2 %

21,3 %

4 %

17,4 %

Pourcentage de jeunes adultes (20-34 ans)

22,4 %

23,9 %

20,6 %

31,4 %

Pourcentage de petits ménages (une ou deux personnes)

45 %

58,3 %

30 %

38,7 %

Pourcentage de grands ménages (cinq personnes ou plus)

11,8 %

7,5 %

9,1 %

10,9 %

Élaboration propre. Sources : Recensements de la population 1991, 2001, 2005

20Pour autant, des différences apparaissent : Ciutat Vella tend à se rajeunir par rapport à la moyenne barcelonaise et les grands ménages y sont en augmentation. À l’échelle même du district, des inégalités apparaissent également (voir série de cartes en fig. 2).

Figure 2 : Ciutat Vella en 2005, un paysage socio-démographique très contrasté

Figure 2 : Ciutat Vella en 2005, un paysage socio-démographique très contrasté

21En 2005, la part des 16 ans et plus ayant un faible niveau d’études (sans études ou n’ayant pas le baccalauréat) est partout supérieure à 26 % et dépasse même 50 % dans certaines parties du Raval. La part des étrangers n’est jamais inférieure à 20 % même si les taux les plus élevés se retrouvent dans le Raval. Les classes supérieures sont au contraire plutôt concentrées dans la partie Nord et Est de Ciutat Vella. Enfin, si les classes populaires sont sur-représentées dans le Raval et la Barceloneta (avec parfois plus des 2/3 des actifs), les personnes âgées se concentrent dans la partie Est de la Ciutat Vella, et les grands ménages dans la partie Ouest.

22La lecture des coefficients de variation entre 1991 et 2001 fournis par l’analyse en composantes principales, a montré que les ZRP étaient beaucoup plus discriminées par les variables démographiques (âge, taille des ménages) que par les variables socio-économiques (catégories socio-professionnelles, à l’exception des classes supérieures). Elle a également montré une reprise démographique du centre, mais qui reste inégale. Dans le même temps, malgré une uniformisation du niveau d’études et des catégories socio-professionnelles, de nouveaux clivages apparaissent, notamment la sur-représentation des élites intellectuelles et économiques et la sur-représentation des étrangers européens (contrairement aux étrangers non européens).

23Les principales corrélations pour 1991-2001 sont résumées dans le tableau 2 (le signe + indique une corrélation positive, le signe – indique une corrélation négative et le 0 indique l’absence de corrélation significative).

Tableau 2 : Corrélations entre catégories socio-professionnelles et différentes variables à Ciutat Vella pour l’ACP 1991-2001

Taille des ménages

Niveau
d'études

Population étrangère

Taille des logements

Motori­sation
des mé­nages

une pers.

deux pers.

cinq pers.
et plus

non
diplô­més

diplô­més

Europe de l'Ouest
et du Nord

Hors Europe

de l'ouest
et du Nord

Très grands
loge­ments

Petits loge­ments

Taux de
moto­ri­sation

Voitures
puissantes

CS supé­rieures

+

0

-

-

+

+

0

0

-

+

+

CS moyennes

-

+

0

0

0

0

-

+

0

0

0

CS popu­laires

-

-

+

+

-

-

0

-

+

-

-

Élaboration de l’auteur

24L’analyse des corrélations a également mis en évidence que les étrangers européens ont en général un meilleur niveau d’instruction et des stratégies de localisation différentes que les autres populations étrangères. Cette différence est particulièrement marquée chez les jeunes adultes célibataires (20-34 ans). Les étrangers européens se retrouvent généralement dans les mêmes quartiers que les Espagnols issus des classes moyennes ou aisées, alors que les étran­gers non européens se retrouvent généralement dans les quartiers populaires.

Quelles trajectoires pour quels secteurs du centre ?

25Nous avons réalisé une carte pour faire apparaître la typologie des principales trajectoires dé­gagées par les deux classifications ascendantes hiérarchiques (fig. 3).

Figure 3 : Ciutat Vella entre 1991 et 2005, un centre ancien fragmenté en de multiples processus.

Figure 3 : Ciutat Vella entre 1991 et 2005, un centre ancien fragmenté en de multiples processus.

Réalisation AB, HTM

26Trajectoire stable. On distingue trois situations, en commençant par les zones qui ont conservé un fort caractère populaire entre 1991 et 2005. Cette stabilité sociale n’empêche pas une reprise démographique et un rajeunissement de la population (secteur « c/ de la Cera »). La seconde situation concerne des quartiers dont le paysage socio-démographique est relati­vement populaire mais plus composite, notamment dans la Barceloneta et le Sud du Barrio Gótico. La troisième situation est celle des secteurs qui sont restés aisés entre 1991 et 2005, dans la partie Nord du Barrio Gótico ou bien le long de la Via Laietana. Ce sont des quartiers d’embourgeoisement plus ou moins ancien.

27Trajectoire sociale ascendante. Il s’agit d’une gentrification, au sens classique du terme, mais à des stades différents : elle est plus ancienne dans la Ribera (Santa Maria del Mar et Museu Picasso). Elle caractérise sept secteurs, qui représentent environ 16,1 % de la population de Ciutat Vella. La reprise démographique s’accompagne bien d’une plus grande hétérogénéité sociale dans un contexte de croissance de la population et de maintien relatif des catégories socio-professionnelles dites « populaires ». On peut dès lors parler de cohabitation de groupes sociaux hétérogènes.

28Trajectoire sociale descendante. Dans un premier cas c’est un phénomène de « désembour­geoisement » (trois secteurs, pour 12,2 % de la population environ) : la population se main­tient, voire augmente, mais avec une baisse prononcée de la part des catégories socio-profes­sionnelles supérieures qui y résidaient traditionnellement. Le second cas, de « marginalisa­tion » (cinq secteurs pour 17,8 % de la population), concerne des secteurs où le caractère po­pulaire tend à se maintenir, et où la crise socio-démographique semble s’accentuer, notam­ment dans le Sud du Raval.

  • 14  Pour reprendre une distinction opérée par C. Bidou-Zachariasen (Bidou-Zachariasen, 2003).

29Quartiers en cours de basculement. Ce sont des secteurs où l’on perçoit bien un changement (quatre ZRP, pour 7,4 % de la population), mais les données les plus récentes ne permettent pas de trancher en faveur d’une tendance plutôt qu’une autre. À certains endroits (Mercat Bo­queria), il reste un tissu social particulièrement hétérogène, mais l’apparition et la diffusion de nouveaux types de commerces, en particulier ceux qui sont destinés aux populations jeunes et/ou étudiantes, nous incitent à parler plutôt de « gentrification de consommation », et non de « gentrification résidentielle »14. Autour du Musée d’art contemporain (MACBA) ou bien des Facultés (Universitat de Barcelona), les cafés branchés se multiplient. Les usages du quartier changent, y compris pour des citadins qui ne l’habitent pas mais l’investissent à leurs heures de loisirs. Est-ce à dire que la gentrification est en cours, mais plus lentement, ou bien que la tendance décelée en 2001 s’est inversée du fait de l’évolution socio-démographique plus ré­cente (auquel cas on pourrait parler de dégentrification) ? Une seconde hypothèse (non contradictoire) serait que ces quartiers suivent une trajectoire relativement similaire à ce que M. Van Criekingen et J.-M. Decroly appellent « incumbent upgrading » (Van Criekingen, Decroly, 2003) pour décrire des espaces, à Bruxelles ou à Montréal, qui connaissent peu de changements dans la composition socio-démographique de la population mais tout de même une amélioration du parc de logements du fait d’un effort de réhabilitation par les propriétai­res-occupants.

Des processus spécifiques qui traduisent l’échec relatif d’une politique municipale

30À partir des analyses multivariées et des entretiens, plusieurs facteurs explicatifs des processus contemporains dans le centre ancien ont pu être mis en évidence. Ils soulignent les spécificités de Ciutat Vella et donnent des clefs d’interprétation de la politique municipale menée depuis les années 1980. Celle-ci s’est notamment caractérisée par un important effort d’investissement du secteur public dans la rénovation du tissu urbain (par opérations « d’assainissement »), la construction de logements sociaux et de nouveaux équipements sociaux, culturels et universitaires, enfin la réhabilitation du patrimoine. Elle s’est accompagnée d’une volonté d’intégrer le secteur privé, soit par création de sociétés mixtes prenant en charge l’action urbanistique, soit par soutien à la réhabilitation privée de logements.

Un centre ancien encore peu attractif pour les classes moyennes

  • 15  Depuis 2006, la crise immobilière espagnole (précédant celle des « subprimes ») a par ailleurs con (...)

31Malgré une hausse considérable des prix immobiliers et un rattrapage par rapport à la moyenne barcelonaise15, le taux de rotation dans les logements du centre reste élevé. La plupart des entretiens ont mis l’accent sur la multiplicité des profils des nouveaux arrivants (Espagnols, étrangers européens, étrangers non européens). Pour autant, Ciutat Vella ne connaît pas de retour massif des classes moyennes ou aisées. Le processus de gentrification est finalement circonscrit à certains secteurs bien particuliers du district et la politique municipale volontariste n’a pas réussi à complètement changer l’image du quartier. Ces « gentrifieurs » sont plutôt jeunes ou bien d’âge moyen et l’installation dans Ciutat Vella constitue le plus souvent leur premier achat immobilier. Parfois, ce sont de jeunes actifs attachés au quartier dans lequel ils ont passé leurs années d’études. Les couples avec enfants sont globalement sous-représentés. En revanche, les artistes sont particulièrement présents dans la Ribera. Ils sont les « pionniers » de la gentrification. Dans un périmètre délimité par la Via Laietana, la rue Princesa, la rue Montcada et la place Santa Maria, leurs locaux se sont multipliés (bijouterie, artisanat local, confection), servant à la fois d’ateliers (souvent en mezzanine) et de boutique.

32Cette absence de retour des classes moyennes à Ciutat Vella s’explique par deux principaux facteurs, qui renvoient aux grandes orientations stratégiques de la Municipalité. Le premier est la mauvaise réputation dont jouissent encore certains quartiers du centre ancien. C’est notamment le cas du bas du Raval (au sud de la rue Hospital) qui fut pendant longtemps un haut lieu de la prostitution et du trafic de drogue. Le repavement des rues, la construction d’une résidence pour étudiants ou bien des opérations plus radicales d’assainissement du tissu urbain (ouverture d’une nouvelle « rambla », accompagnée de la construction d’un hôtel quatre étoiles) n’ont pas suffi à convaincre complètement les classes moyennes de réinvestir massivement cette partie du centre ancien. Les secteurs qui échappent à la marginalisation, voire qui connaissent une amorce de gentrification, sont justement ceux qui bénéficiaient déjà d’une meilleure image. En d’autres termes, la promesse d’une transaction immobilière rentable ne suffit pas pour entraîner la gentrification. On ne peut réduire la gentrification à un mécanisme de récupération de logements dégradés par des populations désireuses de réaliser une bonne plus-value. Elle intervient dans des conditions particulières et les secteurs les plus attractifs ne sont pas seulement ceux où la Municipalité est le plus intervenue, ce sont aussi ceux qui ont traditionnellement bénéficié d’un statut particulier, encore qu’un lien de cause à effet puisse exister entre les deux, la Municipalité ayant eu tout intérêt à les privilégier du fait de leur potentiel immobilier. L’étude de terrain révèle que les logements réhabilités sont généralement situés à des emplacements stratégiques : dans un édifice plus riche sur le plan architectural ou bien à proximité d’une place publique. À Ciutat Vella, un arbitrage se joue donc entre la configuration du logement (prix, taille) et les caractéristiques de l’environnement urbain. Le second facteur est la carence en termes d’équipements scolaires, ce qui limite l’attractivité du centre pour les couples avec enfants. Malgré les efforts de la Municipalité pour doter le district en écoles primaires et en collèges, rompant en cela avec la politique de la période franquiste, ceux-ci seraient encore en nombre insuffisant. De plus, d’après quelques agents immobiliers, certaines familles estiment que les espaces publics dans le centre ancien ne sont pas très fréquentables pour leurs enfants.

33Le manque d’attractivité du quartier se traduit également par une tendance, pour l’instant minoritaire, au départ du centre ancien de certains résidents aisés, plutôt de nationalité espagnole. Dans les secteurs de désembourgeoisement, ils quittent le Barrio Gótico. Contrairement au Raval, cette partie du district a longtemps bénéficié du prestige de ses monuments et de son patrimoine architectural. Mais le développement parfois très fort du tourisme et des commerces de luxe, la forte immigration étrangère et la disparition du commerce de proximité sont des facteurs répulsifs.

Une immigration étrangère croissante qui donne ses « couleurs » au centre ancien

34La forte croissance de l’immigration étrangère, notamment à partir des années 2000, explique en partie l’évolution de certaines parties du district. Elle exacerbe les nouveaux enjeux économiques et sociaux du centre ancien de Barcelone. Les communautés étrangères jouent un rôle considérable dans la redéfinition du paysage urbain de Ciutat Vella. Elles participent du processus de rajeunissement démographique mais contribuent en même temps à redéfinir l’image du district, parfois au détriment de son attractivité.

35On distingue étrangers non européens et étrangers européens. Les premiers sont le plus souvent organisés en réseaux et adoptent des stratégies de regroupement par communautés. Il ne s’agit pas forcément d’une immigration pauvre et ce phénomène peut générer des tensions sur le marché immobilier. D’après la présidente d’une association de riverains située dans le Raval, certains, notamment dans la communauté pakistanaise, n’hésitent pas non plus à spéculer, en acquérant plusieurs appartements pour les louer ensuite aux autres membres de leur communauté. Cette immigration privilégie les espaces les moins attractifs pour les Espagnols et contribue parfois à renforcer l’image négative du quartier : le réflexe communautariste de certains groupes provoque des formes de marginalisation socio-spatiale, comme dans le cas de la communauté asiatique dans le secteur « Palau Música » ou bien de la communauté indo-pakistanaise autour de la Rambla del Raval.

36Certains travaux ont pourtant souligné le rôle des immigrants étrangers dans la réactivation du commerce et de la vie locaux (Serra del Pozo, 2004). En l’absence de données sur la question, il est difficile d’établir une causalité entre le développement de commerces et services dits « ethniques » (boucheries halal, taxiphones…) et le manque d’attractivité du centre pour les classes moyennes. Les travaux sur la gentrification en France montrent au contraire que les « gentrifieurs » apprécient le multiculturalisme des quartiers populaires (Clerval, 2008). En revanche, on peut sans doute affirmer qu’il existe une forme de compétition pour les logements en centre ancien, recherchés par les étrangers qui désirent payer un loyer peu élevé et être proches de leur lieu de travail et des mosquées (Serra del Pozo, 2004).

  • 16  Encore convient-il de noter que cette proportion était de 8,4 % en 2006 pour le secteur « c/ Petri (...)

37Le second groupe (étrangers européens) a une stratégie résidentielle beaucoup plus localisée, qui s’apparente à celle des classes moyennes ou aisées espagnoles. Leur présence est forte dans le Barrio Gótico, alors même que la structure de l’offre y est sensiblement la même que dans le Raval. Dans les quartiers aisés du Nord-Ouest du Barrio Gótico, mais surtout dans la partie Nord du Casc Antic, on peut même parler de substitution progressive des classes moyennes ou supérieures par des migrants européens (Français, Allemands ou encore Anglais), qui investissent dans l’immobilier. Dans le secteur « c/ Petritxol », ils représentent 2,7 % de la population (contre 1,76 % pour tout Ciutat Vella et 0,8 % pour l’ensemble de la municipalité de Barcelone). Il s’agit donc d’un processus original qui ne semble être ni une gentrification par immigration (puisque les migrants s’installent dans des quartiers déjà aisés), ni un désembourgeoisement. Ce qui fait l’importance de ce phénomène n’est pas tant la proportion de ces migrants européens16, mais le fait qu’elle est en augmentation et que ce thème de discussion a surgi quasi systématiquement et de manière spontanée lors des entretiens avec les agents immobiliers.

  • 17  Sur les motivations à l’achat, nous renvoyons à la thèse de S. Martínez i Rigol. Deux facteurs sem (...)

38Plusieurs de nos interlocuteurs ont par ailleurs utilisé les termes de « turistas » et de « inmigrantes » pour distinguer, dans un premier cas les étrangers européens qui achèteraient dans l’intention de remettre à la location à la journée ou à la semaine et, dans un second cas, les étrangers non européens qui achètent pour s’installer. Or, les premiers ne destinent pas tous leur logement à la location touristique et, comme on l’a vu, il n’est pas non plus rare que certaines communautés extra-européennes spéculent. Il faut donc distinguer les personnes désireuses de vivre dans le centre ancien17, les investisseurs (dont les pratiques spéculatives et le harcèlement pour obliger certains locataires à quitter leur logement sont de plus en plus dénoncés par les associations de riverains), enfin les propriétaires qui profitent de la demande en appartements touristiques (à la journée ou la semaine), dont le marché est en pleine croissance. Ces trois objectifs induisent une multiplicité des usages des logements en centre ancien.

La marginalisation accrue de certains secteurs

39Les représentants des associations se font souvent l’écho de la marginalisation de certaines populations du centre ancien et lui donnent sens. Leurs discours oscillent entre une reconnaissance des réelles améliorations des conditions de vie des habitants et la dénonciation de certaines carences. Ils soulignent généralement l’abandon relatif de certaines parties du centre ancien ; dans d’autres secteurs, les stratégies d’éviction et le manque d’accompagnement des populations sur le départ ; enfin une politique culturelle qui favorise avant tout les « nouveaux résidents ».

40Anciens résidents (en particulier les personnes âgées) et nouveaux migrants non européens cohabitent dans des secteurs qui ont encore peu bénéficié de la politique de revitalisation de la Municipalité. Cette marginalisation incite à penser que jusqu’à maintenant l’effet d’entraînement est faible, c’est-à-dire que l’amélioration (qu’elle procède ou non de la gentrification) des secteurs les plus ciblés par les politiques publiques, n’a pas été suivie par l’amélioration des secteurs voisins non directement concernés. Les associations mobilisées dénoncent également régulièrement les expropriations provoquées par les grandes opérations de rénovation, notamment dans le secteur de la Rambla del Raval ou de Pou de la Figuera. Dans les deux cas, la Municipalité a invoqué la nécessité de restructurer le tissu urbain, de dédensifier le quartier et de démolir des bâtiments trop dégradés pour être réhabilités. Elle a exproprié et relogé, parfois dans les nouveaux logements sociaux construits in situ, mais le plus souvent son action a contribué à destabiliser le tissu social de ces secteurs.

41La rhétorique des mouvements de protestation et des associations s’appuie sur l’argument selon lequel la politique menée, rendue nécessaire par l’état du district au début des années 1980, s’adresse moins aux anciens qu’aux nouveaux résidents. Le Musée d’art contemporain par exemple, qui a ouvert ses portes en 1995 en plein cœur du Raval, ne peut en aucun cas être considéré comme un équipement culturel de quartier. Dans certaines associations, on explique que les « anciens résidents » ne se sentent pas du tout visés par ce type d’opération, qui ne fait qu’augmenter leur sentiment que la politique municipale n’a d’autre objectif que d’attirer de nouvelles populations dans le centre plutôt que d’être à l’écoute de celles qui s’y trouvent déjà. Pour autant, on a constaté précédemment que le mécanisme classique de la gentrification, c’est-à-dire le processus de substitution des classes populaires par des classes moyennes ou aisées, est en réalité plutôt localisé. En revanche, on peut souligner que si des logements sociaux et des logements pour personnes âgées ont bien été construits dans les secteurs concernés par les politiques de rénovation, c’est en nombre insuffisant. Le plus souvent, la différence entre le nombre de logements détruits et le nombre de logements reconstruits est négatif, du fait de la volonté municipale de dédensifier le centre ancien.

Conclusion : limites et perspectives

42L’analyse statistique a révélé un centre ancien touché par des processus originaux ou bien des processus classiques mais prenant des formes spécifiques à Barcelone. Les processus de revalorisation et de dévalorisation sont divers et offrent une vision beaucoup moins uniforme du cœur de l’agglomération catalane que ne le laissent penser les publications officielles. Les entretiens ont mis en évidence un certain nombre de facteurs explicatifs de ces processus. Il en ressort notamment que l’absence de gentrification généralisée pouvait s’expliquer par le manque d’attractivité pour les classes moyennes, une immigration étrangère croissante et l’absence de redynamisation de certains secteurs. Ces mêmes facteurs ont pu au contraire entraîner des processus de désembourgeoisement ou de marginalisation. Dès lors, les mutations contemporaines dans le centre ancien donnent des clefs de lecture de la politique municipale menée en centre ancien entre les années 1980 et les années 2000.

  • 18  Néanmoins, la Municipalité a tout de même fini par s’inquiéter de son développement parfois en deh (...)

43On peut souligner plusieurs limites à cette analyse. Premièrement, l’absence de données relatives aux catégories socio-professionnelles au recensement de 2005 rend plus difficile l’étude des processus pour la période la plus récente. Nous avons contourné cette difficulté en nous appuyant sur des indicateurs indirects de statut social (le parc de logements et l’équipement en véhicules des ménages), disponibles pour 2001 et qui apparaissaient comme fortement corrélés aux catégories socio-professionnelles. Cette méthode a permis d’avoir des résultats cohérents, mais on ne peut préjuger d’une évolution de ces corrélations, entre 2001 et 2005. Deuxièmement, si les changements apparaissent très clairement, il n’est pas évident de faire la part de ce qui relève d’une amélioration des conditions de vie des résidents et de ce qui relève de l’arrivée de nouveaux habitants, donc de la gentrification. À défaut, c’est la mise en évidence de polarisations sociales qui valide la démarche adoptée. Troisièmement, certains phénomènes ne peuvent être suffisamment analysés à travers une démarche purement statistique. On a très bien vu, à travers les entretiens, que le processus de substitution avait toute sa place dans l’analyse, non pas du fait de la proportion (relative ou absolue) de la population concernée, mais du fait de la vitesse à laquelle le phénomène se développe, et de son rôle dans les représentations que se font les agents immobiliers du changement dans le centre ancien. D’autres pratiques sont beaucoup plus difficiles à cerner statistiquement, comme la location à usage touristique18. Enfin, on peut enfin s’interroger sur la représentativité des discours des représentants et professionnels rencontrés. Soulignons d’emblée la richesse du mouvement associatif et l’importance de son rôle dans la vie locale, y compris dans la vie politique (Alabart, 1981). Certains membres actifs de ces associations ont été, au moment de la transition démocratique, accueillis au sein de la jeune équipe municipale barcelonaise, ou bien n’ont pas hésité à proposer des projets, parfois à l’encontre de ceux qui ont été soutenus par la Municipalité. Par ailleurs, on remarque une certaine concordance des discours, quel que soit le quartier d’implantation de l’association.

  • 19  La plupart de ces aspects, qui sont plus largement traités dans notre travail de thèse, ne peuvent (...)

44L’ensemble de ces résultats apporte un éclairage nouveau sur les études précédentes concernant la gentrification à Barcelone. Il met en évidence la nécessité de ne pas céder à un effet de mode qui survalorise l’étude de la gentrification par rapport à une réalité plus complexe. Il prolonge certaines hypothèses concernant la microgentrification du district de Ciutat Vella ou la gentrification de la Ribera, tout en élargissant le champ interprétatif et en posant la question de l’image du quartier. Il met enfin en évidence le fait que les phénomènes de polarisation sociale sont moins dus à une gentrification généralisée du centre qu’à une absence, peut-être, de stratégies d’accompagnement de la Municipalité. Dès lors, comme incitait à le faire A. Bourdin, il faut repenser la responsabilité des politiques publiques dans la diffusion des processus de gentrification, qui ont des conséquences sur le paysage commercial, la pratique de l’espace public, et peuvent parfois entraîner des tensions entre résidents issus de différentes communautés, entre résidents « traditionnels » et « nouveaux » résidents, mais aussi entre les associations de riverains et l’équipe municipale qui promeut un projet parfois en contradiction avec les aspirations de ces habitants19. En définitive, l’analyse du cas de Ciutat Vella apporte des éléments de compréhension sur l’apparition et la diffusion des processus de gentrification tout en offrant une grille de lecture de la politique urbaine menée à Barcelone par la Municipalité.

Haut de page

Bibliographie

ALABART A., 1981, Els barris de Barcelona i el moviment associatiu veïnal, thèse de doctorat en sociologie, E. Boix i Selva dir., Universitat de Barcelona, 3 vol., 514 p.

ALABART A., LOPEZ C., 1996, L’evolució de les professions dels Barcelonins : gentrificació i polarització, Barcelona Societat, n° 6, p. 4-18.

ALABART A. NAYA A., ROIG M., MOLINA P., LÓPEZ J., 1991, La Barcelona dels barris, Barcelona, FAVB, 198 p.

BOURDIN A., 2008, Gentrification : un « concept » à déconstruire, Espaces et Société, vol. 1-2, n° 132, p. 23-37.

BIDOU-ZACHARIASEN C. (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes et Cie, 268 p.

CALAVITA N., FERRER A., 2000, Behind Barcelona’s success story: citizens movements and planners’power, Journal of Urban History, vol. 26 n° 6, p. 793-807.

CALVER N., 2003, La Ciutat Vella de Barcelone : rénovation ou gentrification ?, in BIDOU ZACHARIASEN C. (dir.), 2003, Retours en ville, Paris, Descartes et Cie, p. 127-146.

CAPEL H., 2005, El Modelo Barcelona. Un examen critíco, Barcelone, Ediciones del Serbal, 118 p.

CAPEL H., 2007, El debato sobre la construcción de la ciudad y el llamado “modelo Barcelona”, Scripta Nova, vol. XI, n° 233 [en ligne]

CARPENTER J., LEES L., 1995, Gentrification in New-York, London and Paris: an international comparison, International Journal of urban and Regional Research, vol. 19, n° 2, p. 286-303.

CLERVAL A., 2008, La gentrification des quartiers populaires à Paris : dynamiques spatiales, identité sociale et politiques publiques, thèse de doctorat en géographie, C. Rhein et P. Petsimeris dir., Université Paris 1, 602 p.

FERRAS R., 1977, Barcelone. Croissance d’une métropole, Paris, Anthropos, 616 p.

GARCIA i MIQUEL E., VILANOVA i CLARET J., 1991, Distribució territorial de la població i de les activitats econòmiques, Primeres jornades Ciutat Vella, Barcelona, Promoció Ciutat Vella SA, p. 29-37.

GLASS R., 1964, London : aspects of change, Londres, Center for Urban Studies, Mac Gibbon and Kee, 344 p.

GOMÀ R., RESELTI N., 1998, Ciutat Vella : degradació, crisi i regeneració, Barcelona Societat, n° 9, p. 94-124.

HAMNETT C., 1991, The blind men and the elephant: the explanation of gentrification, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 16, n° 2, p. 173-189.

LEES L., BONDI L., 1995, De-gentrification and economic recession, Urban Studies, vol. 16, n° 3, p. 234-253.

MARTÍNEZ i RIGOL S., 2000, El retorn al centre de la ciutat : la reestructuració del Raval entre la renovació i la gentrificació, thèse de doctorat en géographie, C. Carreras dir., Universitat de Barcelona, 710 p.

MILLARD-BALL A., 2000, Moving beyond gentrification gaps : social change, tenure change and gap theories in Stockholm, Urban Studies, vol. 37, n° 9, p. 1673-1693.

PRÉTECEILLE E., 2007, Is gentrification a useful paradigm to analyse social changes in the Paris metropolis ? Environment and Planning A, vol. 39, n°1, p. 10-31.

OLIVES PUIG J., 1969, Deterioración urbana e inmigración en un barrio del casco antiguo de Barcelona : Sant Cugat del Rec, Revista de Geografía, vol. 3, n° 1-2, p. 40-72.

RIBA, 1999, The royal gold medal 1999: the city of Barcelona, The Journal of Architecture, n° 4/3, p. 229-231.

SARGATAL BATALLER M. A., 2000, El estudio de la gentrificación, Biblio 3W, vol. V, n° 228 [en ligne]

SAVARY S., 2005, Imaginaires d’une ville : Barcelone par ses paysages. Une étude géolittéraire, thèse de doctorat, Y. Luginbühl dir., Université Paris 1, 3 vol., 1056 p.

SERRA DEL POZO P., 2004, El comercio étnico en el distrito de Ciutat Vella de Barcelona, Barcelone, La Caixa, 190 p.

SMITH N., WILLIAMS P., 1986, Gentrification of the city, Boston, Londres, Sidney, Allen&Unwin, 258 p.

TATJER MIR M., 1986, Cuerpo social y vivienda en la Ciutat Vella. Barcelona, metrópolis mediterranià, Cuaderno central n° 1, p. 74-77.

TATJER MIR M., 1999, La configuració dels barris populars de Ciutat Vella, in ALBERCH i FUGUERAS R. (dir.), Els barris de Barcelona. Volum I Ciutat Vella, l’Eixample, Barcelona, Enciclopedia catalana, p. 88-124.

VAN CRIEKINGEN M., DECROLY J.-M., 2003, Revisiting the diversity of gentrification: neighbourhood renewal processes in Brussels and Montreal, Urban Studies, vol. 40, n° 12, p. 2451-2468.

VILA BOSQUED G., 2002, La Transformació de la ciutat i el canvi social. Els processos de gentrificació a Barcelona, mémoire de master de sociologie, A. Alabart dir., Universitat de Barcelona, 208 p.

VON HEEREN S., 2002, La remodelación de Ciutat Vella. Un análisis crítico del modelo Barcelona, Barcelone, Veïns en Defensa de la Barcelona Vella, 130 p.

Haut de page

Notes

1  La Municipalité a par ailleurs reçu en 1999 la prestigieuse Médaille d’Architecture attribuée par le Royal Institute of British Architects. Le discours des organisateurs soulignait notamment : « All cities, especially London, for too long without directing influences, can learn much from this example, which many already follow » (« Toutes les villes, en particulier Londres, trop longtemps restées sans influences directrices, ont beaucoup de choses à apprendre de cet exemple et beaucoup le suivent déjà ») (RIBA, 1999, p. 229).

2  « L’effort de promotion de Barcelone par sa Municipalité ne s’est pas accompagné d’un délaissement de ses quartiers, d’une polarisation sociale accrue ou d’une ségrégation géographique, la distinguant à cet égard de la plupart des autres villes. »

3  Voir les romans de Manuel Vázquez Montalbán ou de Francisco González Ledesma. Voir également la thèse de Sophie Savary sur l’image de Ciutat Vella dans la littérature espagnole du XXe s. (Savary, 2005).

4  Cette étude s’inscrit dans un travail de thèse mené depuis 2005 sous la co-direction de Martine Berger (LADYSS, Université Paris 1) et Horacio Capel (Universitat de Barcelona) et qui cherche, dans une approche critique du « modèle barcelonais », à étudier les politiques d'urbanisme dans le centre ancien depuis la fin des années 1970, et leurs conséquences sur le paysage socio-démographique.

5  Nous avons repris ces critères dans le cas de Barcelone.

6  Ce phénomène a par ailleurs déjà été repéré dans une étude sur l’évolution d’une partie du centre ancien de Barcelone entre le XIXe s. et les années 1960. L’auteur parle plutôt de « succession », concept à forte dimension ethnique qui fait référence aux travaux de l’École de Chicago entre les années 1920 et 1930 (Olives Ruig, 1969). Le désembourgeoisement met plutôt l’accent sur les différences de classes.

7  Pour faciliter la lecture, nous désignons par « étrangers européens » les étrangers issus des pays du Nord ou de l’Ouest de l’Europe. Les « étrangers non européens » désignent donc tous les autres étrangers.

8  Barceloneta, Parc, Gòtic, Raval.

9  Parmi lesquelles : le taux de vieillissement, la part des 20-34 ans, le taux de chômage, la part des retraités, la part des 16 ans ou plus ayant au moins un diplôme de 1er cycle universitaire ou équivalent, la part des 16 ans ou plus n’ayant pas le bac ou équivalent, la valeur cadastrale unitaire moyenne en euros/m2, le nombre de véhicules de tourisme pour 100 résidents, la part des logements construits après 1980, la part des logements ayant une superficie maximale de 30 m2.

10  Notamment en ce qui concerne les catégories socio-professionnelles.

11  « Ici, les gens ont faim ! ».

12  Selon le Département de la Statistique de la Municipalité de Barcelone, un nouveau recensement est en cours de réalisation et de dépouillement, qui portera en partie sur les CSP, mais à l’hiver 2008, ses résultats n’étaient toujours pas disponibles.

13  En s’inspirant d’une méthodologie développée par E. Préteceille pour l’agglomération parisienne (Préteceille, 2007), même si pour Ciutat Vella on ne dispose pas du même degré de précision concernant l’évolution de l’emploi.

14  Pour reprendre une distinction opérée par C. Bidou-Zachariasen (Bidou-Zachariasen, 2003).

15  Depuis 2006, la crise immobilière espagnole (précédant celle des « subprimes ») a par ailleurs considérablement ralenti le marché de la vente et a contribué à structurer le marché de la location, jusque là plus marginal.

16  Encore convient-il de noter que cette proportion était de 8,4 % en 2006 pour le secteur « c/ Petritxol », donc toujours en progression.

17  Sur les motivations à l’achat, nous renvoyons à la thèse de S. Martínez i Rigol. Deux facteurs semblent notamment ressortir : les prix bas et la centralité (Martínez i Rigol, 2000).

18  Néanmoins, la Municipalité a tout de même fini par s’inquiéter de son développement parfois en dehors de la légalité : « L’Ajuntament contracta “detectius” per caçar els pisos turístics il legals (La Municipalité engage des « détectives » pour faire la chasse aux appartements touristiques illégaux) », 20 Minutos, 15 septembre 2006, p. 2.

19  La plupart de ces aspects, qui sont plus largement traités dans notre travail de thèse, ne peuvent qu’être évoqués dans le cadre de cet article.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7270/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 2 : Ciutat Vella en 2005, un paysage socio-démographique très contrasté
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7270/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3 : Ciutat Vella entre 1991 et 2005, un centre ancien fragmenté en de multiples processus.
Crédits Réalisation AB, HTM
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7270/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hovig Ter Minassian, « Y a-t-il une gentrification à Barcelone ? Le district Ciutat Vella entre 1991 et 2005 », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 93-103.

Référence électronique

Hovig Ter Minassian, « Y a-t-il une gentrification à Barcelone ? Le district Ciutat Vella entre 1991 et 2005 », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7270 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7270

Haut de page

Auteur

Hovig Ter Minassian

LADYSS UMR 7533, 2 rue Valette, 75005 PARIS hterminassian@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page