Navigation – Plan du site
Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

« Les temples de l’Inde moderne » : un grand barrage dans un lieu saint de la Narmada (Madhya Pradesh)

'Temples of Modern India': a large dam in a sacred place of the Narmada (Madhya Pradesh)
Emilie Crémin
p. 83-92

Résumés

La Narmada, l’un des fleuves sacrés de l’Inde, est évoquée comme la manifestation d’une « Déesse Mère » dans les croyances hindoues et tribales. Ses rives sont marquées par de nombreux géosymboles tels que des temples, révélant la vénération de la Narmada et de Shiva, deux divinités en interaction. La succession des symboles religieux, remarquables dans le paysage de la vallée le long du chemin de pèlerinage, témoigne de l’ampleur de la dévotion des pèlerins et de l’importance spirituelle de cet espace. Néanmoins, ce grand fleuve est actuellement en cours de transformation en raison de l'aménagement d'un vaste réseau de barrages hydroélectriques. Située sur une île au cœur du fleuve sacré, le lieu saint appelé « Omkareshwar » est l’un des douze sanctuaires des Jyotilingas, une représentation divine de Shiva que des milliers de dévots shivaïtes viennent contempler chaque année. Dans ce site, un grand barrage à été inauguré en Juillet 2007. A présent, ce centre de pèlerinage s’intègre dans le projet de développement de la vallée de la Narmada. L’opposition aux grands barrages se manifeste à Omkareshwar comme dans toute l’Inde en raison des impacts de ces infrastructures sur les milieux naturels, sur les villages situés en amont et sur les espaces sacrés. Les différents acteurs présents autour du site perçoivent différemment ce barrage. Les pèlerins hindous et les touristes indiens expriment leur satisfaction tandis que les populations déplacées, les mouvements environnementalistes et les partis conservateurs hindous remettent en question cette œuvre du développement.

Haut de page

Texte intégral

1L’aménagement hydraulique des grands fleuves indiens fut développé par les ingénieurs de l’Empire britannique dès la fin du XIXe s. À la suite de l’indépendance de l’Inde en 1947, le gouvernement central s’approprie la technologie des barrages nécessaires à la construction d’une nation émergente. L’édification de grands barrages est encouragée afin de valoriser et de planifier le contrôle complet des grands fleuves indiens et de leurs affluents, l’objectif étant d’exploiter leur principale ressource naturelle : l’eau.

  • 1  1 - La révolution verte fut une politique agricole, élaborée à la suite de l’indépendance de l’Ind (...)

2Le projet de développement de la vallée de la Narmada (NVDP- Narmada Valley Development Project) a été élaboré de 1947 à 1961 par le gouvernement central, l’État du Madhya Pradesh et l’État du Gujarat pour produire de l’hydroélectricité et faciliter l’alimentation en électricité et en eau des villes et des zones industrielles. Dans le cadre de ce qui allait devenir la « révolution verte1 », ces infrastructures hydrauliques permettaient d’aménager de grands réseaux d’irrigation dans les régions arides afin d’accroître les rendements agricoles.

3La Narmada, l’un des fleuves sacrés de l’Inde, est considérée dans les représentations collectives hindoues comme une divinité féminine qui aurait été créée au cours d’une longue méditation de Shiva* et dont les rives étaient parcourues à pied par des pèlerins. À la suite de la fermeture des vannes et à l’élévation du niveau de l’eau dans les réservoirs des grands barrages, les terres des villages riverains et les chemins de pèlerinage sont submergés.

4Situé sur les rives de la Narmada, le lieu saint d’Omkareshwar* fait partie des nombreux sites sacrés de l’Inde. Il s’agit d’un centre religieux important de la vallée dont la sacralité émane de l’union entre la divinité Narmada et le dieu Shiva. Dans le cadre du projet de développement, un grand barrage a été construit, à quelques centaines de mètres de la ville sainte. Le gouvernement du Madhya Pradesh y a trouvé un espace favorable pour bâtir un de ces édifices que Nehru baptisait « temples de l’Inde moderne » en 1963. Désormais, l’aménagement du site doit intégrer la centrale hydroélectrique et les infrastructures qui s’y rattachent, ainsi que l’espace sacré transformé pour s’adapter à l’affluence de plus en plus massive des pèlerins et des touristes.

5Pour les autorités territoriales, ce grand projet de développement industriel s’effectue dans l’intérêt de la nation indienne. Les pèlerins hindous et les touristes indiens manifestent souvent leur enthousiasme et leur optimisme concernant les résultats et les bénéfices économiques de cette infrastructure. Néanmoins, tout comme dans la lutte contre le barrage Sardar Sarovar construit sur la Narmada au Gujarat, l’opposition des environnementalistes s’affirme à Omkareshwar. Les populations déplacées soutenues par le mouvement « Sauvons la Narmada », NBA (Narmada Bachao Andolan), ont contesté la fermeture imminente des vannes du barrage en juillet 2007. En effet, les réservoirs ont inondé les territoires sur lesquels résidaient des communautés paysannes de basses castes hindoues et des communautés tribales Bhil et Bhilala, appelées adivasis*. Ces populations déplacées réclament en vain des compensations équivalentes aux pertes engendrées par la modification de leur situation économique. Depuis le début des travaux en 2003, un mouvement hindou conservateur s’est formé contre l’artificialisation d’un milieu naturel divinisé et la submersion des temples et des chemins dans le réservoir. La construction de grands barrages dans la vallée de la Narmada et leur impact sur des milliers de personnes restent ainsi l’un des enjeux sociaux, environnementaux et idéologiques majeurs de l’Inde contemporaine (Racine, 2000).

6Le barrage d’Omkareshwar est une œuvre du développement économique et technique qui transforme le paysage d’un site sacré. Quels sont les effets de l’édification d’un barrage colossal sur les représentations qu'ont les pèlerins, les touristes indiens, les habitants de la petite ville sainte et les populations déplacées de l’ensemble de cet espace sacré ? Comment ces sociétés s’approprient-elles le développement industriel dans cet espace ?

  • 2  Cet article se base sur des données collectées au cours de quatre mois de terrain, de janvier à av (...)

7Dans un premier temps, nous présentons la sacralité du fleuve Narmada et du site en question. Puis, nous analysons l’élaboration du grand projet de développement, la restructuration du paysage de la vallée et son appropriation par les pèlerins et les habitants du site. Enfin, nous examinons les revendications des différents groupes d’acteurs opposés aux transformations liées au grand barrage d’Omkareshwar2.

Le fleuve sacré Narmada et le lieu saint d’Omkareshwar

La Narmada : mythologie d’un fleuve sacré

8Les grands fleuves de l’Inde sont des axes centraux dans la cosmogonie des sociétés hindoues. Soutenant la vie et la fertilité, leurs rôles se révèlent dans les mythes transmis au cours des siècles, par la littérature sacrée des Védas* et des Puranas*, ainsi qu’au travers des chants dévotionnels, bajan, expliquant les mystères de la nature. Les rivières, alimentées par les eaux célestes prenant leur source dans les méditations de Shiva, sont associées à des déesses féminines. Dans tous les lieux saints qui se succèdent sur les rives du fleuve, la Narmada est familièrement appelée « Mata Narmada », c'est-à-dire « Mère Narmada ». Ses rives sont marquées de géosymboles exprimant le culte de la mère Narmada et de la divinité masculine Shiva (fig.1). La succession de ces symboles religieux, dispersés dans le paysage de la vallée le long des chemins de pèlerinage, reflète la ferveur des dévots et l’importance spirituelle de cet espace. Chaque roche se distinguant des berges, chaque ruisseau et chaque affluent rejoignant le fleuve sont vénérés par les pèlerins. Il y aurait ainsi 400 milliards de tirthas* sur les rives du fleuve. Chaque roche de son lit symbolise dans les représentations collectives hindoues une miniature du linga* de Shiva que les pèlerins collectionnent pour les placer dans des autels des plus modestes aux plus importants.

Figure 1 : Représentation de Shiva et du Jyotilinga recouvert d’offrandes, à gauche, et de la Narmada, devant le temple d’Omkareshwar et de l’île de Mandhata, à droite.

Figure 1 : Représentation de Shiva et du Jyotilinga recouvert d’offrandes, à gauche, et de la Narmada, devant le temple d’Omkareshwar et de l’île de Mandhata, à droite.

 « Mata Narmada » est assise sur son véhicule le caïman, nageant dans les eaux célestes du fleuve. Elle est protégée par la trinité Brahma, Vishnu et Shiva visible sur cette image en vente sur le marché local, 2009.

9Les mythes permettent de comprendre l’appropriation religieuse de l’espace. En effet, le monde visible et invisible est pensé et organisé par les religions en fonction de cosmogonies et de cosmologies. L’objet d’une « géographie mythologique » est alors de comprendre la relation établie entre religion et environnement selon une dialectique entre le monde matériel et le monde spirituel (Jaffrelot, 2007 ; Eck, 1998). Dans les représentations hindoues, les montagnes, les collines, les lacs et les fleuves forment les éléments sacrés de l’espace et permettent une lecture religieuse du paysage.

10Le Narmada Mahatmya est un chant de gloire et de louange, un texte panégyrique faisant l’éloge de la divinité fluviale et de son territoire sacré, kshetra* en sanskrit. Selon le Matsya Purana « tous les péchés sont purifiés en se baignant sept fois dans la rivière Yamuna, une fois dans le Gange, mais la simple vue de la Narmada est suffisante pour absoudre tous ses péchés » (Puranas, édition 1974). Ce fleuve est considéré localement comme le plus sacré de l’Inde, car il suffit de le regarder, d’en avoir une « vision », darshan, pour être purifié. L’eau joue un rôle majeur dans les performances de rituels religieux : prendre un bain dans les eaux sacrées permet de purifier l’âme et le corps de tous ses péchés. Les corps des défunts sont brûlés sur des bûchers et leurs cendres sont dispersées dans le flot du fleuve en espérant mettre fin aux cycles de la renaissance et de la mort.

11La Narmada apparaît dans les textes védiques comme un être éternel associé à Shiva. Elle est pour les hommes un espace de passage entre l‘espace terrestre et l‘espace céleste, établissant le lien entre l’humanité et l’énergie de Shiva, détenant tout l’Univers.

Adivasis : « premiers habitants » ou « peuple autochtones » en hindi. Les Bhils et les Bhilalas sont inscrits sur la liste des « tribus répertoriées » (scheduled tribes) définies par la constitution indienne.

Ashram : centre de retraite spirituelle.

Adivasis : « premiers habitants » ou « peuple autochtones » en hindi. Les Bhils et les Bhilalas sont inscrits sur la liste des « tribus répertoriées » (scheduled tribes) définies par la constitution indienne.

Ashram : centre de retraite spirituelle.

Chakra (dérivé du sanskrit cakra qui signifie roue ou disque) : nom traditionnellement donné à des objets ayant la forme d'un disque, parmi lesquels le soleil. Il désigne également les « centres spirituels » localisés dans le corps humain mais également sur Terre. Selon cette conception, il y aurait sept chakras principaux et des milliers de chakras secondaires.

Ghâts : quais ou rives du fleuve composant un tirtha.

Jyotilinga : linga éblouissant immaculé par la présence de Shiva. Il y aurait deux temples principaux à Omkareshwar contenant un jyotilinga, l’un se trouve sur l’île au centre du fleuve et l’autre sur la rive sud. Les légendes content que sur la demande des divinités célestes, le linga à été divisé en deux, de part et d’autre du fleuve.

Kshetra : espace sacré.

Linga de Shiva est une représentation du phallus de Shiva érigé dans une forme circulaire correspondant à la représentation d’une vulve (yoni). Il symbolise de façon aniconique l’union idéale entre Shiva et sa Shakti (énergie féminine).

Mantras : chants sacrés ayant un sens divin.

Omkareshwar (toponyme) se réfère au site de la Narmada où réside le dieu hindou Shiva. En effet, « Omkar » est l’un des milliers de nom de Shiva, celui-ci est composé de la syllabe « Om », vibration universelle et d’« Ishvara » signifiant « seigneur ». « Shwar » correspond également au terme de « dwar » en sanskrit : porte.

Parikrama : pèlerinage (sanskrit).

Puranas, signifiant « ancien » (sanskrit), sont des textes au fondement de la culture hindoue enseignant les mythes et les pratiques rituelles à tous les dévots.

Samâdhi : état de transcendance à la suite d’une profonde méditation.

Samnyasis : personnes ayant renoncé à la vie matérielle qui se consacrent à la vie spirituelle.

Shiva est l’un des trois dieux principaux du panthéon hindou : Shiva le destructeur et créateur, Vishnou le conservateur et Brahma, le fondateur de l’ordre cosmique.

Védas, signifiant « savoir » (sanskrit), sont les savoirs révélés et transmis entre les Brahmanes par voie orale et écrite depuis l’époque antique.

Tirtha : lieu saint qui représente pour les hindous, un gué, un passage entre l’espace terrestre et l’espace céleste (Coquet, 2002).

Glossaire des termes hindous appelés dans le texte par un astérisque (*)

Le « Narmada Parikrama » : un pèlerinage le long du fleuve

  • 3  Dans les pratiques hindoues, il est nécessaire de toujours conserver les objets sacrés à sa droite (...)

12Le « parikrama* de la Narmada » est un rituel de circumambulation, un pèlerinage le long des rives du fleuve sacré, de sa source à Amarkantak, à son estuaire dans la mer d’Oman (golfe de Cambay). Le sage Markandeya, grand saint dévot de Shiva dont la vie est contée dans les Puranas, fut le premier à faire cet extraordinaire pèlerinage. Insatisfait de la simple circumambulation du fleuve, il pérégrina également le long des berges de tous ses affluents pendant trois ans, trois mois et treize jours (Waring Maw, 1995). Les dévots de la Narmada, s’engagent à parcourir deux fois la longueur du fleuve (1 300 kilomètres de sa source à son estuaire). Ils choisissent souvent de commencer et finir leur marche à Omkareshwar, pôle central de la Narmada, situé à mi-chemin entre la source et l’estuaire du fleuve. Ils devront toujours marcher sur la rive Nord3, pour monter vers les sources, et sur la rive Sud pour descendre vers l’océan.

13Divers textes permettent de se préparer et de réaliser le pèlerinage. Le Parikramasahit Narmada pancang, un livre en hindi publié en 1919, contient une énumération et une description précise des tirthas parsemés sur ses rives. Il inclut de brèves descriptions de 236 lieux saints de la rive sud et 237 de la rive nord. Les lieux sacrés peuvent être des espaces aménagés pour les rituels tels des temples ou peu aménagés tels des bosquets sacrés ou des kunds, c'est-à-dire des bassins détenant des divinités (Deegan, 2000 ; Feldhaus, 2003).

Omkareshwar, une ville sainte de la Narmada

14Omkareshwar, autrefois fief du royaume rajput du roi Mandhata, est l’un des principaux lieux saints du fleuve Narmada. Ce lieu est d’autant plus saint que Shiva y a laissé l’un de ses douze lingas transcendants, appelés Jyotilingas*.

15Selon l’ancienne tradition du parikrama, les pèlerins qui commencent à Omkareshwar se rendent aux ghâts* de Koti Tirtha aménagés sur l’île de Mandhata en dessous du temple hébergeant le Jyotilinga. Les rives du fleuve sont mises en valeur par des ghâts, c'est-à-dire des quais formés de larges escaliers permettant de prendre des bains rituels purificatoires dans le fleuve. Puis les pèlerins se rendent au temple pour pratiquer des rituels (pûjas) et le culte du dieu Shiva. Ils apportent des offrandes dont de l’eau de la Narmada pour réaliser l’abishek, c'est-à-dire le bain sacré du linga* et récitent des prières et des mantras*.

16En amont du site sacré, le cours du fleuve se divise en deux bras et forme l’île de Mandhata, puis les deux bras se rejoignent en aval à leur confluence appelée « Sangam » qui signifie en sanskrit « réunion ». Ce site est recouvert de milliers de petits tumulus représentant des lingas de Shiva composés par les fidèles avec les pierres et les galets déposés par le fleuve. Selon les textes védiques, il existerait des chakras* géographiques dans les points de force de l’espace terrestre (Claveyrolas, 2004). L’île de Mandhata aurait une forme évoquant la lettre « OM », produisant un son au fondement de l’univers (fig.2). L’île constituerait aussi dans son ensemble un linga, évoquant le mont Méru, au centre du fleuve Narmada représentant l’océan cosmique et suggérant le yoni*, sexe féminin. La circumambulation de cette île représente un voyage autour du territoire sacré de l’Inde « Bharat » et au-delà, autour de l’univers (Bhardwaj, 1997). Ainsi, pour des millions d’hindous, Omkareshwar est l’un des sites les plus saints du territoire indien.

Figure 2 : Représentation de l’île de Mandhata sous la forme du "OM" au centre de la Narmada.

Figure 2 : Représentation de l’île de Mandhata sous la forme du "OM" au centre de la Narmada.

Il est inscrit en bas à droite «Omkareshwar darshan» c'est-à-dire : «vision bénite d’Omkareshwar». La photo présente le Jyotilinga. Les pélerins ajoutent souvent cette icône du paysage sacré à leur autel familial (image vendue sur le marché local, 2005).       

17De nombreux saints, dont Shankaracharya, ont expérimenté la présence de Bhagwan (nom du dieu suprême) dans ce lieu lors de leur ascèse. Des ashrams* ont été construits en leur nom sur les rives de la Narmada, afin de permettre à d’autres dévots et samnyasis* d’enrichir leur formation spirituelle grâce aux enseignements des maîtres et de faire une retraite dans un cadre favorable à la méditation.

18Ce paysage riche d’une longue histoire baigné par les flots de la Narmada est bouleversé depuis le début du XXIe s. par la construction d’un grand barrage qui s’oppose aux philosophies des saints renonçant au pragmatisme du monde matériel pour se consacrer à l’éveil spirituel.

Le grand barrage d’Omkareshwar : un projet de développement dans l’intérêt de la Nation indienne

19Au nom de l’intérêt du bien commun de la Nation, le gouvernement indien a décidé d’exploiter les ressources hydrauliques du fleuve Narmada, divinisé et adoré depuis les temps védiques.

Le projet de développement de la vallée de la Narmada et le barrage d’Omkareshwar

20Au cours du gouvernement de Jawaharlal Nehru (1947-1964), la planification et le développement des ressources en eau et en électricité dans le bassin de la Narmada furent encouragés dans le but de consolider l’autonomie et de parvenir à l’autosuffisance alimentaire et énergétique de l’Inde. Des plans quinquennaux furent mis en place pour augmenter la productivité agricole et industrielle afin de permettre la croissance économique du pays (NHDC, 2003). Cette économie planifiée avait pour ambition de combler le retard vis-à-vis de l’Occident, de réduire les inégalités sociales et économiques, et de faire passer l’Inde d’une société agraire au statut de puissance industrielle. Les barrages étaient alors célébrés par Nehru en 1963 comme les « temples de l’Inde moderne » (Khagram, 2004).

  • 4  Les projets de développement hydroélectriques sont devenus les priorités dans l’aménagement de la (...)
  • 5  Selon la NHDC, ces barrages rattachés à un réseau d’irrigation de 75 000 km devront irriguer 21 00 (...)

21L’exploitation des ressources hydrauliques de la Narmada s’est accélérée dans les années 1980, soutenue par le financement de la Banque mondiale. Le Projet de développement de la vallée de la Narmada (NVDP) a comme objectif principal l’aménagement d’infrastructures d’irrigation, de distribution d’eau et de production d’hydroélectricité4. Le but est de mettre en place 30 projets de barrages « majeurs » (11 sur le cours principal et 19 sur les affluents), 125 projets de barrages « moyens » et environ 3 000 « petits » projets d’irrigation. Cet ensemble d’infrastructures hydrauliques vise à couvrir et gérer l’ensemble du bassin versant, artificialisant la dynamique naturelle du fleuve. Les barrages du centre de la Narmada au Madhya Pradesh sont synchronisés avec tous les autres barrages en amont et en aval, entre autres avec le grand barrage de Sardar Sarovar5 au Gujarat.

22Le barrage d’Omkareshwar, intégré dans le projet polyvalent du « Narmada Sagar Complex », a une capacité de production électrique de 520 MW depuis sa mise en service en 2007. Les canaux dédiés à l’irrigation et à la distribution de l’eau sont en construction sur les deux rives de la Narmada. Le barrage construit en béton s’étend sur une longueur de 949 mètres et une hauteur de 53 mètres (la base du barrage est construite à 149 mètres et le sommet à 202 mètres au-dessus du niveau de la mer), la hauteur maximale de l’eau dans le réservoir peut s’élever jusqu’à 200 mètres d’altitude. Le paysage paisible du lieu saint, traversé des flots de la Narmada, a été soumis aux fracas des usines de production de béton pendant 5 ans. Les granulats ont été extraits près du site, dans le lit de la Kavéri (bras Nord de la Narmada) et sur le versant Nord de l’île de Mandhata. Pourtant, selon les croyances locales, ces roches sont imprégnées de la présence de Shiva. Les forêts ont été déboisées pour laisser place aux usines de production de ciment, aux hangars de stockage et aux nouveaux quartiers résidentiels des ingénieurs et techniciens du barrage. Le paysage sacré de la Narmada en amont du site sacré d’Omkareshwar a ainsi été profondément transformé (fig. 3).

Figure 3 : La ville sainte et le grand barrage hydroélectrique d’Omkareshwar

Figure 3 : La ville sainte et le grand barrage hydroélectrique d’Omkareshwar

Le processus du développement industriel contribue à la prospérité du site sacré

  • 6  Résultats des entretiens réalisés sur le terrain en 2005, 2007 et 2009.

23La ville sainte d’Omkareshwar est en pleine transformation et elle s’agrandit considérablement depuis le début des travaux liés au grand barrage, qui devient lui-même une attraction touristique et le site sacré en est d’autant plus attractif. Les pèlerins hindous et les touristes de toutes origines viennent visiter le site du barrage pour constater l’accomplissement du projet permettant de fournir de l’eau et de l’électricité à toute la région6. Selon les constructeurs, la NHDC (maître d’ouvrage) et la compagnie Jayprakash (maître d’œuvre), le barrage encourage le développement local favorable à l’amélioration du niveau de vie de la population des environs. Avec la construction du barrage, les territoires se recomposent et se restructurent. Les développements technologiques et économiques, soutenant le déploiement des moyens de télécommunication et de transport, facilitent l’accès à la ville. De nouvelles routes ont été aménagées et, dès le début du projet, un pont piéton suspendu a été offert par la compagnie Jayprakash pour faciliter la circumambulation des pèlerins autour de l’île de Mandhata. Ces infrastructures ont considérablement contribué au développement de la localité.

24Les visiteurs favorisent l’essor économique de la ville en procurant aux populations locales des opportunités pour créer de nouvelles activités commerciales. L’espace sacré d’Omkareshwar s’élargit avec la construction de nouvelles infrastructures religieuses. Les centres de retraite spirituelle (ashrams) gérés par les fondations des grands maîtres spirituels (gourou) ont reçu d’importantes donations utilisées pour construire ou agrandir les établissements religieux et aménager des marches (ghâts) d’accès aux rives du fleuve. Ces riches fondations jouent un rôle social important en finançant des écoles, des dispensaires, des centres de formation professionnelle et en soutenant des projets de développement local. Ces actions sociales démontrent la possibilité, dans la conception du monde de la société hindoue contemporaine, d’associer des traditions culturelles fondées sur des bases philosophiques à la modernité et au développement technologique.

25L’augmentation du nombre de pèlerins bénéficie aussi aux brahmanes qui augmentent leurs revenus en pratiquant d’autant plus de rituels. L’expression de la ferveur religieuse s’intensifie avec l’utilisation des hauts parleurs qui diffusent les chants votifs dans toute la vallée, des néons et des enseignes lumineuses qui scintillent autour des temples. Les mantras sacrés se commercialisent dans le bazar et ne constituent plus le monopole du savoir des brahmanes. La vie spirituelle est ainsi diffusée, créant une atmosphère profondément pieuse, soulignant l’identité de la société hindoue.

26Le barrage est devenu un moteur du développement local, un nouvel espace industriel juxtaposé au centre religieux, qui contribue à une plus grande ouverture de la ville sur le reste du monde. Les pèlerins poursuivent leurs activités de dévotion tout en s’adaptant aux transformations du site et aux transformations du parcours de pèlerinage. Bien que la plus grande partie des pèlerins et des habitants de la localité soit satisfaite de la présence de l’infrastructure hydraulique, les villages, les forêts et le chemin de pèlerinage situés en amont ont été inondées après la fermeture des vannes du barrage en juillet 2007. Que sont devenus les populations déplacées et que reste-t-il des mouvements de contestation ?

Des impacts sociaux, environnementaux et spirituels vivement dénoncés

Un projet de « développement » dénoncé par les mouvements sociaux et les ONG environnementalistes

27La mise en place du plan de développement visant à transformer et à maîtriser le fonctionnement naturel de l’ensemble du fleuve fut longue et laborieuse.

28Les enjeux de géopolitique interrégionale ont confronté les États du Gujarat, du Madhya Pradesh, du Maharastra et du Rajasthan à la question du partage de la ressource en eau, dont les effets sont inégalement bénéfiques pour les territoires des différents États. Le Madhya Pradesh, situé en amont, voit une vaste surface de son territoire submergée et plusieurs milliers d’habitants déplacés, alors que le Gujarat en aval bénéficie de grandes surfaces irriguées.

29Ce grand projet de développement est également vivement controversé dans l’opinion publique à toutes les échelles, du local au global. L’attention s’est certes principalement portée sur l’impact de la construction du barrage Sardar Sarovar. Les impacts sur l’environnement et le déplacement des populations ont éveillé des mouvements sociaux de contestation massifs (Roy, 1999 ; Baviskar, 2008). Alors que le gouvernement Indien affirme que « dans l’intérêt du bien commun de la nation indienne », la construction des barrages est la seule solution pour résoudre les problèmes de sécheresse au Gujarat, développer l’irrigation, la distribution d’eau dans les espaces urbains et la production d’électricité dans la vallée, les mouvements d’opposition dénoncent le manque de considération envers les problèmes écologiques, économiques et sociaux engendrés (Roy, 1999 ; Mc Cully, 1996 ; NBA, 2004). Ces mouvements se sont organisés en sanghat (associations) et en andolan (fédération des différents sanghats) dans le but de défendre les droits des populations déplacées et de conserver les milieux naturels.

30Plusieurs études ont été menées sur les sites pour évaluer les effets des barrages sur l’environnement et les écosystèmes des vallées artificialisées (Morse, 1992 ; NVDA, 1993 ; Rangachari, 2000). Selon les résultats de ces études, la présence de barrages modifie l’hydrosystème naturel, les écosystèmes et engendre des transformations de la morphologie fluviale (lits, berges et estuaire) en raison de la rétention des sédiments dans les réservoirs et de la modification de ses écoulements liquides (Alvarez & Billorey, 1999). Comme le rappelle Mc Cully : « Rien ne peut altérer un fleuve aussi totalement qu’un barrage. Un réservoir est l’antithèse d’un fleuve : l’essence d’une rivière est son écoulement, l’essence d’un réservoir est d’être calme et silencieux. La nature d’un fleuve est d’être dynamique, éternellement changeante » (Mc Cully, 1996). De plus, la salinisation des sols a été constatée dans de nombreuses exploitations agricoles employant l’irrigation de manière intensive. À la suite de plusieurs enquêtes indépendantes apportant des résultats négatifs, la Banque mondiale s’est retirée du projet Sardar Sarovar en 1993 (Caufield, 1996).

31Les mouvements sociaux, dont le Narmada Bachao Andolan (« Sauvons la Narmada »), s’opposant aux barrages, remettent en question les orientations politiques des gouvernements succédant à Gandhi, leurs relations avec les organismes internationaux et le paradigme même du « développement » (Racine, 2000). Les « temples de l’Inde moderne » se révèlent être des moyens pour les gouvernements de maîtriser les territoires et les populations. Comme l’affirme Mc Cully : « Les barrages sont bien plus que de simples machines à générer l’électricité et à stocker l’eau. Ils sont l’expression concrète en roche et en terre de l’idéologie dominante de l’aire de la technologie : des icônes du développement économique et du progrès » (Mc Cully, 1996). Selon Jean-Luc Racine (2000), l’analyse des groupes d’opposition est une critique postmoderne de l’État dominateur, de l’État aménageur, qui bouscule les minorités autochtones au nom du principe de planification centralisée et des intérêts de la majorité dominante. Ces contestations dénoncent les injustices spatiales du développement et proposent des alternatives, telles que la construction de petites infrastructures hydrauliques locales, afin de respecter la justice sociale et de créer des projets dans une perspective de développement durable.

Impacts sociaux sur les villages situés en amont du barrage

32Dans le cadre de la construction du barrage d’Omkareshwar, 5 800 hectares de forêt de teck de 4 réserves forestières ont été inondés et 30 villages (8 000 familles) situés en amont ont été déplacés (NBA, 2004 ; JACSES, 2004). Ces villages sont principalement habités par les Bhils et les Bhilalas, classées dans la liste des « tribus répertoriées » et par les Kahars, les Gaolis, les Balaïs, familles de pêcheurs, d’éleveurs et d’agriculteurs de basses castes. L’animisme et l’hindouisme coexistent dans le système de croyance des Bhils et des Bhilalas de la Narmada. Leur mode de vie est néanmoins dominé par le système de caste hiérarchisé de la société hindoue et par les réglementations territoriales définies suite à la colonisation britannique (Baviskar, 2008). Toutes ces communautés sont étroitement dépendantes des ressources naturelles de la vallée. Elles cultivent du maïs, du mil, des lentilles et des légumes dans de petites exploitations agricoles dominées par de grands propriétaires terriens et complètent leurs revenus avec la pêche et la cueillette en milieu forestier dont les produits sont vendus sur le marché d’Omkareshwar. Comme les hindous, les Bhils et les Bhilalas pratiquent des rites consacrés à la divinité du fleuve (Baviskar, 2008 ; Whitehead, 2002). « Leur philosophie repose sur un profond respect de la nature et des êtres vivants, et sur l’interdépendance de toutes formes de vie » (Gita, 1993). Par leur déplacement forcé, ces communautés sont déracinées des territoires hérités de leurs ancêtres. Le fonctionnement économique des villages est bouleversé et les familles sont dispersées dans d’autres espaces agricoles ou dans des espaces périurbains qu’elles devront se réapproprier, auxquelles elles devront s’adapter et s’intégrer. Les constructeurs des barrages soutiennent qu’avec un déplacement spontané vers des espaces mieux intégrés dans l’économie nationale, les populations tribales et des basses castes bénéficieront de la modernisation, du développement et du progrès. Les ONG, tel que le Narmada Bachao Andolan (NBA), affirment au contraire que « cette intégration plus ou moins réussie ne créera que l’appauvrissement, la marginalisation politique et la perte complète de l’autonomie culturelle et économique des populations affectées » (Baviskar, 1997).

33Le barrage est actuellement en service, mais la question du déplacement et du relogement des familles n’est toujours pas résolue en 2009. Le 18 mai 2007, la Haute Cour du Madhya Pradesh a déposé un arrêt stipulant que les vannes du barrage d’Omkareshwar ne devraient pas être fermées avant que toutes les familles aient reçu des terres agricoles et des compensations équitables aux pertes encourues comme convenu dans le plan de réhabilitation et de réinstallation (R&R : Rehabilitation and Resettlement plan) établi par le gouvernement du Madhya Pradesh en 1993. La fermeture des vannes a été néanmoins accordée par la Cour Suprême le 11 juillet avec l’autorisation de remplir le réservoir jusqu'à un niveau de 189 mètres d’altitude maximum. L’inauguration du barrage a eu lieu le 23 juillet 2007 (NBA, 2007). Ses constructeurs affirment qu'il a été bâti en un temps record et qu’il est le premier barrage en Inde à être achevé avant la date fixée. L'avenir des familles « expulsées » et déplacées n’a pourtant pas été géré à l’avance. Douze mille plaintes contre les barrages d’Omkareshwar et d’Indira Sagar ont été déposées par les familles expulsées au NWDT (Narmada Water Dispute Tribunal) en juillet 2007 et restent en attente de la décision de la Haute Cour du Madhya Pradesh. Les familles protestent contre le non respect du plan de réinstallation sous la responsabilité de la NCA (Narmada Council Authority) (NBA, 2007). Les programmes menés ne proposent pas de dédommagement équivalent aux pertes matérielles et sociales engendrées (JACSES, 2004), car les populations ne disposent pas toutes de droits de propriété enregistrés sur les plans cadastraux des terres inondées. À la place de compensations financières, les familles soutenues par le NBA demandent l’attribution d’un minimum de 5 acres de terres agricoles irriguées pour tous les exploitants agricoles. Elles réclament également la prise en compte des aînés de chaque famille et les personnes ne disposant pas de titre de propriété, comme devait le garantir la politique de réinstallation et le plan « R&R » (NBA 2008). Face à la montée des eaux, un relogement temporaire a été accordé en solution d’urgence à un certain nombre de familles. Néanmoins, en 2008, le NBA dénonce toujours la corruption du personnel de la NHDC chargé d’organiser la réinstallation et de distribuer les compensations financières aux familles déplacées (NBA, 2008).

La dénonciation par les partis hindous des impacts sur l’espace sacré

34Les pratiques religieuses hindoues qui se centrent sur le fleuve sont menacées par le projet de développement de la vallée de la Narmada. Le barrage d’Omkareshwar a été construit en amont du site sacré et a nécessité le déplacement ou la démolition de plusieurs petits temples qui se trouvaient à l’emplacement actuel de la centrale hydroélectrique. Plusieurs kilomètres du chemin de pèlerinage et un grand nombre de tirthas ont été submergés par l’eau des réservoirs.

35Les rituels de purification, bain et ablution dans l’eau purificatrice du fleuve, ne peuvent plus avoir lieu sur les ghâts comme auparavant, car le débit naturel du fleuve est très réduit par la retenue d’eau dans le réservoir. L’eau relâchée par le barrage est gérée et annoncée par des sirènes d’alarme mais 150 pèlerins ont été emportés par l’ouverture subite des vannes du barrage d’Indira Sagar en 2005 (NBA, 2005). Les habitants d’Omkareshwar craignent quotidiennement de voir un tel évènement se reproduire. De nos jours, le pèlerinage se réduit, passant de 3 ans, 3 mois et 13 jours de marche à 108 jours ponctués de déplacements facilités par le développement des transports individuels et collectifs.

36Des partis religieux hindous locaux et minoritaires ont pris position pour défendre la Narmada et pour s’opposer à la destruction des temples. Le parti hindou Rastriya Hindu Sanghanthan a tenté d’organiser des manifestations le 8 février 2005 pour demander à la NHDC et à la compagnie Jayprakash de cesser la construction du barrage d’Omkareshwar mais les manifestants ont été arrêtés par les autorités avant de rejoindre la ville sainte. Dans le journal Dharma Kranti (« la révolution de l’ordre cosmique »), le parti affirme le jour même : « la ville sainte d’Omkareshwar et la Mata Narmada sont en danger. Au cœur d’un centre religieux, la NHDC et Jayprakash construisent un grand barrage. Au nom du “développement“, cet espace sacré est lentement détruit. Jayprakash a obtenu des autorisations du gouvernement pour démolir de nombreux temples. Ces entreprises jouent avec les sentiments des hindous. Ils n’ont pas détruit qu’un temple au centre de l’adoration des dévots, 14 temples dédiés à différents dieux et déesses seront submergés » (Sahul, 2005).

  • 7  Le BJP (Bharatya Janata Party- Parti du Peuple Indien) est un parti nationaliste hindou. Il est le (...)

37Ce parti hindou tient à protéger les lieux de culte dispersés le long du fleuve. Ces idées sont proches de celles des partis politiques hindous conservateurs, dont le VHP (Vishwa Hindu Parishad), qui tiennent à protéger les divinités fluviales tels que le Gange et la Narmada et qui considèrent que les barrages constituent une interférence humaine qui peut altérer l’ordre cosmique (Sharma, 2009 ; Basu et Silliman, 2000). Ils s’opposent au BJP7, élu au gouvernement du Madhya Pradesh.

  • 8  « I bow my head in reverence to our ancestors for their sense of the beautiful in nature and for t (...)
  • 9  Madha Patkar est également membre du NBA.

38Sunderlal Bahaguna, leader du comité de lutte contre le barrage de Tehri en Uttarkhand et du Himalaya Bachao Andolan (Mouvement pour sauver l’Himalaya), affirme que les Hindous entretiennent une relation de dévotion à la nature, bien éloignée des représentations occidentales dans lesquelles l'Homme se sent séparé de cette dernière. Il dénonce les politiques de développement permettant de maîtriser, d’exploiter et d’asservir les ressources naturelles. Gandhi avait aussi souligné l’importance du lien entre la nature et les sociétés dans les sociétés de l’Inde : « Je m'incline devant nos ancêtres pour leur sens du beau dans la nature et pour leur clairvoyance à attribuer aux magnifiques manifestations de la Nature une signification religieuse8 ». Le NBA, largement inspiré par Gandhi, dénonce le « développement destructeur » de la modernisation industrielle et œuvre pour le respect des droits des populations déplacées. Baba Amte, leader du NBA s’exprimait aux côtés de Madha Patkar9 : « Combien de temps allons-nous regarder passivement la destruction et la perte de notre héritage commun au nom du "développement" ? Aujourd’hui, je suis devenu une part de la bataille pour sauver la Narmada, l’un des fleuves les plus sacrés de l’Inde, de sa transformation par des barrages massifs qui détruiront tout un ensemble de façons de vivre dépendant du fleuve et de son eau soutenant la vie. La bataille n’est pas pour la Narmada seule, elle a un sens bien plus large. La bataille est pour la Terre entière, pour arrêter l’immoralité destructive du "développement" et le remplacer par une nouvelle vision, une nouvelle façon de vivre pour l’homme » (Fisher, 2000).

39Les mouvements environnementalistes « verts » et humanistes « rouges », tel le NBA, et conservateurs hindous « safran », comme le VHP, défendent différentes idéologies et différentes conceptions de la nature et des sociétés mais ils tendent néanmoins à converger dans une lutte commune pour sauver la Narmada.

Conclusion

40Deux pôles distincts se juxtaposent désormais dans l’espace d’Omkareshwar, le lieu saint et le site industriel, qui cohabitent et se développent simultanément sans réellement communiquer. Ils ont des objectifs bien différenciés : le premier vise à assurer la perpétuation de la consécration de ce lieu à la vie religieuse et spirituelle, tandis que l’autre vise à exploiter les ressources naturelles du fleuve pour produire de l’énergie et irriguer des terres agricoles. Cet espace longtemps vécu, perçu et représenté comme sacré, tend néanmoins à intégrer le grand barrage. Les dévots, satisfaits par ce nouvel aménagement, symbole de l’essor technologique de l’Inde, combinent les traditions religieuses avec l’apport de la modernité. Chaque matin à l‘aube, les sirènes annoncent les lâchés du barrage. Simultanément, les temples s’éveillent avec le tintement des cloches et les chants dévotionnels.

41Le lieu saint de d’Omkareshwar est aujourd’hui en pleine restructuration. Pour suivre cette recomposition, un schéma directeur de développement est actuellement en cours d’élaboration. Le gouvernement du Madhya Pradesh envisage de classer Omkareshwar sous le label de « Pavitra Nagari », c’est-à-dire de « Ville Sainte », dans le but de consacrer ce site au tourisme spirituel tout en installant une base de loisir autour du réservoir du barrage.

42Les communautés hindoues se sont anciennement approprié l’espace sacré d’Omkareshwar, qui représente pour elles une terre de libération, un lieu chargé d’énergie spirituelle permettant aux hommes de s’éveiller aux vérités universelles et à l’absolu, au-delà de la rationalité et du monde matériel. De nouveau temples et ashrams sont en construction pour accueillir une population toujours croissante. Le développement économique permet à la vie spirituelle de se consolider.

43Selon les constructeurs du barrage, la NHDC et la compagnie Jayprakash, le barrage soutient le développement local par l’amélioration de la qualité de vie de la population résidant et visitant le site. Néanmoins, les populations déplacées par la construction du barrage restent à l‘écart du progrès et attendent toujours l’application de la mesure « terres contre terres » inscrite dans le plan de réinstallation et de réhabilitation de 1993. Le gouvernement du Madhya Pradesh nuance cette mesure en précisant qu’elle ne pourrait s’appliquer que « autant que possible ». L’apport économique favorise le développement des structures religieuses et de la ferveur hindoue, mais ne bénéficie que faiblement aux populations déplacées. Celles-ci assimilent la culture hindoue dominante et s’intègrent aux marges de l’économie globale.

44À Omkareshwar, le barrage reste pour beaucoup de pèlerins et pour la majorité des habitants une représentation du « temple de l’Inde moderne » comme l’avait annoncé Nehru en 1963. Les mouvements sociaux qui souhaitent conserver le paysage et l’hydrosystème « naturel » de la Narmada y sont plus faiblement représentés. La dynamique en cours dans ce site sacré reflète ainsi les contrastes de l‘Inde contemporaine, où la société conserve ses traditions tout en s’appropriant les aménagements industriels tels que les grands barrages.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALVARES C. & BILLOREY R., 1999, Damming the Narmada: India’s greatest planned environmental disaster, Dehra Dun, Third World Network/ Natraj Publisher, 196 p.

BASU P. & SILLIMAN J., 2000, Green and Red not saffron : Gender and politics of resistance in the Narmada Valley, in KEY CHAPPLE C. and TUCKER M. E. (coord.), Hindouism and ecology: The intersection of Earth Sky, and water, Oxford, Delhi, p. 423-452.

BAVISKAR A., 2008, In the Belly of the river: tribal conflicts over development in the Narmada Valley, Delhi, Oxford University Press, 308 p.

BAVISKAR A., 1997, Displacement of the Bhilala tribals of the Narmada Valley, in DREZE J., SAMSON M., SINGH S. (éds.), The Dam and the nation: displacement and resettlement in the Narmada valley, Delhi, Oxford University Press, p. 103-135.

BHARDWAJ S. M., 1997, Geography and pilgrimage: a review, in STODDARD R.H. and MORINIS A. (éds.), Sacred places, sacred spaces: the geography of pilgrimage, Geoscience publication, Baton-Rouge, Louisianne, p. 1-23.

CAUFIELD C., 1996, Masters of Illusion. The World Bank and the poverty of Nations, New York, Henry Holt, 432 p.

CLAVEYROLAS M., 2003, Quand le temple prend vie. Atmosphère et dévotion à Bénarès, Paris, CNRS-éditions, 398 p.

CLAVEYROLAS M., 2004, Construire le territoire sacré hindou : l’exemple de Bénarès, Séminaire Jeunes Chercheurs, AJEI, Poitiers.

COQUET M., 2002, Linga : le signe de Shiva, Paris, Les deux Océans, 186 p.

CREMIN E., 2005, Omkareshwar, une ville sainte de la Narmada en cours de transformation, Mémoire de Maîtrise, Université de Paris 8 Saint-Denis, Annick Hollé dir., 270 p.

DEEGAN C., 2000, The Narmada: Circumambulation of a sacred landscape, in KEY CHAPPLE C. and TUCKER M. E. (coord.), Hindouism and ecology: The intersection of Earth, Sky, and water, Delhi, Oxford University Press, p. 389-400.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ECK D., 1998, The imagined landscape: Patterns in the construction of Hindu sacred geography, Contributions to Indian Sociology, Vol. 32, n° 2, p. 165-188.
DOI : 10.1177/006996679803200202

ECK D., 1993, Benares City of Light, Delhi, Penguin Books, 428 p.

FELDHAUS A., 2003, Connected places: region, pilgrimage, and geographical imagination in India, New York, Palgrave Macmillan, 322 p.

FISHER W. F., 2000, Sacred rivers, sacred dams: competing visions of social justice and sustainable development along the Narmada, in KEY CHAPPLE C. and TUCKER M. E. (coord.), Hindouism and ecology: The intersection of Earth Sky, and water, Oxford, Delhi, p. 410-423.

GITA M., 1993, A river Sutra, (trad. franç. D. Rinaudo), Paris, Librairie générale française, 190 p.

JACSES & Urgewald (JACSES - Japan Center for Sustainable Environment and Society), 2004, The Omkareshwar Dam in India: closing door on people’s future, Japan, 40 p.

http://www.jacses.org/sdap/omkare/Omkareshwar-Briefing.pdf

JAFFRELOT C., 2007, Pèlerinage et nationalisme hindou : les limites de l’interprétation instrumentaliste, Politix, n°77, De Boeck Université, p. 79-104.

KHAGRAM S., 2004, Dam and development: Transnational struggle for water and power, New York, Oxford University Press.

MORSE B. et BERGER T., 1992, Sardar Sarovar, the Report of the Independent Review, Éditions The Independent Review.

NBA (Narmada Bachao Andolan), http://www.narmada.org/, 2004, Upper Beda affected tribals hold huge rally in Khargone; Mass demonstration heralds beginning of struggle of people affected by the Omkareshwar dam, NBA Press Release 10 January 2004, Badwani, Madhya Pradesh.

NBA (Narmada Bachao Andolan), http://www.narmada.org/, 2005, NBA Express grief and shock at the 150 persons being swept away in Narmada current due to Indira Sagar Dam release, NBA Press release 09 April 2005, Mandleshwar, M.P.

NBA (Narmada Bachao Andolan), http://www.narmada.org/, 2007, Indefinite Dharna started at Khandwa: Agricultural land for farmers and landless, NBA Press release 05 June 2007, Khandwa, Madhya Pradesh

NBA (Narmada Bachao Andolan), http://www.narmada.org/, 2008, Madhya Pradesh High Court gives land-mark judgment: Direct allotment of land to oustees of Omkareshwar dam, NBA Press release 22 February 2008, Khandwa, Madhya Pradesh

MC CULLY P., 1996, Silenced River. The ecology and politics of large dams, Londres, Zed Books.

NHDC, 2003, Historical review of Narmada basin Resource Development/ released on the occasion of Shilanyas Ceremony of Omkareshwar Project, August, 30.

NVDA, Government of Madhya Pradesh, 1993, Environmental management plan of Omkareshwar project (OSP), Bhopal, GOMP.

PURANAS (Traduit par plusieurs Sanskritistes), 1974, “Narmada Mahatmya”, in The Matsya Puranam: The sacred book of the Hindu, vol.17, partie 2, Chapitre CLXXXVL à CXCV, AMS Press, New York.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RACINE J.-L., 2000, Débat sur la Narmada : l’Inde face au dilemme des grands barrages, Hérodote n°100, Paris, p. 73-85.
DOI : 10.3917/her.102.0073

RANGACHARI R., SENGUPTA N., IYER R.R., BANERJI P., and SINGH S., 2000, Large Dams: India's Experience, a WCD case study prepared as an input to the World Commission on Dams, Cape Town, www.dams.org

ROY A., 1999, Pour le bien commun, in L’écrivain militant, Paris, Folio document.

SAHUL R., 2005, Rastriya Hindu Sanghantan, Dharma Kranti, 08 février 2005, Khandwa, Madhya Pradesh.

SHARMA M., 2009, Passages from nature to nationalism: Suderlal Bahuguna and Tehri Dam opposition in Garhwal, Economic & Political Weekly, February 21, Vol. XLIV n°8, p. 35-42.

WARING MAW G., 1995, Narmada: the life of a river, édité par Marjorie Sykes, Hoshangabad.

WHITEHEAD J., 2002, Repopulating the landscape: Space against place in Narmada valley, Economical and political Weekly, April 6-12, vol. XXXVII, n°14, p. 1363-1369.

Haut de page

Notes

1  1 - La révolution verte fut une politique agricole, élaborée à la suite de l’indépendance de l’Inde en 1947, visant à intensifier la production céréalière (riz et blé) afin de parvenir à l’autosuffisance alimentaire.

*Les termes suivis d’un astérisque (*) sont explicités dans le glossaire de la page suivante.

2  Cet article se base sur des données collectées au cours de quatre mois de terrain, de janvier à avril 2005, d’une semaine en mars 2007 et en janvier 2009 (Crémin, 2005).

3  Dans les pratiques hindoues, il est nécessaire de toujours conserver les objets sacrés à sa droite. En effet, la main droite est considérée comme pure, utilisée pour les actions saines tandis que la gauche est impure puisqu’elle ne doit servir qu’aux actions de nettoyage.

4  Les projets de développement hydroélectriques sont devenus les priorités dans l’aménagement de la vallée de la Narmada. L’État du MP a un potentiel hydroélectrique de 4 000 MW dont seuls 850 MW sont actuellement exploités. Les installations au sein du bassin de la Narmada ont été conçues pour fournir 3 400 MW, dont 2 000 MW au MP, et 1 400 MW au Gujarat par le barrage de Sardar Sarovar dont bénéficieront principalement le Madhya Pradesh (57%), le Maharashtra (27%), et secondairement le Gujarat (16%) selon la Sardar Sarovar Narmada Nigam Ltd. Le Gujarat bénéficie davantage de l’irrigation.

5  Selon la NHDC, ces barrages rattachés à un réseau d’irrigation de 75 000 km devront irriguer 21 000 km2 de terres agricoles au Gujarat, 15 000 km2 de terre au Madhya Pradesh (MP) et 75 000 ha au Rajasthan. De plus, ils apporteront de l’eau potable à 8 215 villages et 136 villes du Gujarat, 131 villages du Rajasthan. La planification de l’utilisation des ressources en eau devrait assurer sa disponibilité en grande quantité, et d’une qualité appropriée à la consommation, les activités agricoles et industrielles (NHDC, 2003).

6  Résultats des entretiens réalisés sur le terrain en 2005, 2007 et 2009.

7  Le BJP (Bharatya Janata Party- Parti du Peuple Indien) est un parti nationaliste hindou. Il est le parti majoritaire au parlement du Madhya Pradesh.

8  « I bow my head in reverence to our ancestors for their sense of the beautiful in nature and for their foresight in investing beautiful manifestations of Nature with a religious significance » Gandhi (in Waring Maw, 1995).

9  Madha Patkar est également membre du NBA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Représentation de Shiva et du Jyotilinga recouvert d’offrandes, à gauche, et de la Narmada, devant le temple d’Omkareshwar et de l’île de Mandhata, à droite.
Légende  « Mata Narmada » est assise sur son véhicule le caïman, nageant dans les eaux célestes du fleuve. Elle est protégée par la trinité Brahma, Vishnu et Shiva visible sur cette image en vente sur le marché local, 2009.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7252/img-1.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 2 : Représentation de l’île de Mandhata sous la forme du "OM" au centre de la Narmada.
Légende Il est inscrit en bas à droite «Omkareshwar darshan» c'est-à-dire : «vision bénite d’Omkareshwar». La photo présente le Jyotilinga. Les pélerins ajoutent souvent cette icône du paysage sacré à leur autel familial (image vendue sur le marché local, 2005).       
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7252/img-2.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure 3 : La ville sainte et le grand barrage hydroélectrique d’Omkareshwar
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7252/img-3.png
Fichier image/png, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilie Crémin, « « Les temples de l’Inde moderne » : un grand barrage dans un lieu saint de la Narmada (Madhya Pradesh) », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 83-92.

Référence électronique

Emilie Crémin, « « Les temples de l’Inde moderne » : un grand barrage dans un lieu saint de la Narmada (Madhya Pradesh) », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7252 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7252

Haut de page

Auteur

Emilie Crémin

Doctorante de Géographie, Allocataire - monitrice Université Paris 8 Saint-Denis, Département de Géographie, LADYSS UMR 7533 – CNRS, 2, rue de la Liberté, 93526 Saint Denis Cedex 02, emilie.cremin@gmail.com http://emilie.cremin.free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page