Navigation – Plan du site
Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

À la recherche du développement local dans la vallée du Sénégal. Réflexions sur le Ngalenka et la genèse d’un territoire

Local development in the Senegal valley: refletions on the Ngalenka region and the birth of a territory
Marina Bertoncin, Pierpaolo Faggi et Daria Quatrida
p. 65-72

Résumés

Malgré les déclarations officielles, l’essor du développement local a bien des difficultés à s’affirmer dans la Vallée du Sénégal (dirigisme, faible niveau de participation, pulvérisation des associations de base). Cependant, le territoire y est en train, par endroit, de se réapproprier d’une façon autonome la masse territoriale produite par la territorialisation hydraulique. Le cas du Secteur de Ngalenka, près de Podor, en est un exemple.Trois caractères ressortent à l’analyse du système territorial qui est en train de s’auto-organiser : la dissipation économique, la dépendance des conjonctures, les liens entre les différents éléments.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous définissons comme telle une procédure d’intervention sur le territoire repliée sur la seule d (...)
  • 2  Selon Wikipédia, le terme de « multivers » désigne l’ensemble des univers possibles et est employé (...)

1Cet article vise à évaluer les chances d’un développement local ainsi que les étapes d’un processus de territorialisation dans la vallée du Fleuve Sénégal, à partir d’une réflexion sur le district de Ngalenka. Il s’agit d’un territoire où existent de nombreuses opportunités pour le déploiement d’une stratégie « endogène, enracinée et appropriée », base de tout développement local (Dematteis, 2001). Le problème est de comprendre la capacité des acteurs de construire un projet de développement partagé en partant des ressources internes au territoire, des expériences de territorialisation et des territorialités locales, soit un projet autocentré (Deffontaines et Prud’homme, 2001). Pour autant, il n’est pas question de « localisme »1, et tout projet viable doit forcement lier la dimension locale avec les opportunités fournies par les systèmes supra-locaux (« réseaux longs ») et s’intégrer dans un « multivers2 de territoires » (Massey, Jess, 1995) et une territorialité « inclusive » (Raffestin, 2007) qui implique le dialogue avec une multiplicité d’acteurs. Une telle configuration génère un « cercle vertueux » qui, en utilisant les ressources locales, ne les détruit pas mais, au contraire, les multiplie, en augmente les possibilités de développement (la « valeur ajoutée territoriale » selon Dematteis, 2001 ; Magnaghi, 2000). Le cas des districts industriels (distretti industriali) en est peut être l’exemple le plus connu (Becattini, 2000). On peut donc faire l’hypothèse que c’est le « territoire » – considéré comme un système formé par les acteurs agissant au niveau local (individus, collectivités, institutions, etc.), avec leurs pratiques de territorialisation et leurs relations de territorialité – qui devient le protagoniste de son auto-développement (Di Meo, 2004 ; Debarbieux, Vanier, 2002 ; Estèbe et al., 2002) (cf. encadré 1).

Encadré 1 : Sur le concept de territoire

Parmi les définitions du territoire proposées par divers auteurs (synonyme d’espace, de lieu géographique, d’espace contrôlé et borné, de territoire éthologique), celle qui est retenue dans cet article correspond à un espace approprié par un groupe qui poursuit des objectifs communs, cette communauté d’intérêts cimentant le groupe et lui conférant son identité. Cette définition n’implique pas l’isolement du groupe mais son individualisation dans une hiérarchie de territoires emboités à plusieurs échelles, celle de la vallée et de l’espace contrôlé et territorialisé par la SAED, celle de l’État sénégalais et finalement celle du bassin du fleuve partagé entre la Guinée, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie.

2Dans le contexte des pays en voie de développement (voir les projets de la Banque mondiale et des autres grands bailleurs : Bin et al., 2005) le concept de développement local se heurte à de multiples contingences (Roche, 2003) : l’héritage colonial, la mainmise de l’État, le maintien des pouvoirs traditionnels et l’émergence des « courtiers du développement ». Autant d’intervenants qui sapent la constitution d’une communauté locale comme sujet politique de transformation du territoire (Branca, 1996). On peut parler d’« illusions communautaires » (Olivier de Sardan, 2001) mises à mal par les acteurs forts qui s’affirment à proportion du dépérissement de la régulation étatique lié à la décentralisation (Platteau, 2004 ; Totté, 2003).

3Déséquilibrées en dedans, les communautés sont alors exposées dans leurs rapports avec l’extérieur aux flux dissymétriques dominés par les « réseaux longs » dont elles dépendent. En manque de compétitivité, elles se perçoivent et sont perçues comme des agrégats de besoins et non pas de potentiels territoriaux sur lesquels bâtir un projet local. Leur autoréférence, leur capacité à élaborer un projet ciblé sur leur propre reproduction, est donc très faible (Bini, 2006).

4Il faut également tenir compte du fait que tout développement local est basé sur la valorisation du patrimoine territorial (ressources et valeurs matérielles et immatérielles accumulées dans le temps : Magnaghi, 2000), alors que les séquelles de la politique coloniale, du néocolonialisme et de l’étatisme se traduisent par une tradition de déterritorialisation toujours active qui neutralise les « médiateurs » symboliques, cognitifs et pratiques (Raffestin 2007) qui garantissent la relation entre les acteurs et leur territoire.

Une vallée qui change du plan national vers le développement local

5Dotée d’une « masse territoriale » (la stratification des projets déclenchés sur le territoire et qui y sont incorporés selon Turco, 1988) dense et surchargée surtout depuis la grande sécheresse des années 1970, la vallée du Sénégal offre un terrain idéal pour l’analyse de la « territorialisation hydraulique » (processus de construction du territoire par le biais de l’irrigation : Faggi 1990, Bertoncin et al., 2004) et de ses possibles relations avec le développement local.

6Dès son indépendance, l’État sénégalais a voulu faire de la vallée du fleuve Sénégal le grenier nourricier du pays, par la promotion de la riziculture irriguée (Engelhard, Ben Abdallah, 1986 ; Crousse et al., 1991 ; Maïga, 1995 ; Bertoncin, Faggi, 2006a ; Quatrida, 2007). C’est dans ce but que la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du delta (SAED) a été créée en 1965. À partir de 1972, l’État a progressivement étendu son domaine d’intervention jusqu’au département de Bakel (1974) pour répondre d’une part à la grande sécheresse, commencée à la fin des années 1960, et d’autre part aux politiques étatiques d’autosuffisance alimentaire.

  • 3  Les paysans sont de simples ouvriers du riz : « C’était la SAED qui faisait tout; le paysan mettai (...)

7L’effort de l’État, par l’entremise de la SAED, est considérable. Il vise à l’aménagement des périmètres irrigués, avec des modalités de réalisation différentes en fonction des diversités sociologiques et environnementales du territoire d’intervention. Dans le delta, région peu peuplée, une véritable colonisation agricole a été développée avec l’aménagement de grands périmètres, une organisation centralisée de l’agriculture3, et la construction de villages pour les colons. Dans la vallée, zone très peuplée avec des sociétés hiérarchisées, on a cherché à promouvoir l’hydraulique villageoise par de petits périmètres (appelés PIV : périmètres irrigués villageois) dont la gestion a été confiée aux paysans.

8Cependant, les résultats ne sont pas satisfaisants : le rythme d’aménagement reste relativement faible, aux environs de 2 000 ha/an, bien en dessous des objectifs qui étaient fixés à 5 000 ha par an, et la production de riz ne décolle pas.

9Avec les années 1980, une nouvelle phase dans l’orientation politique du développement s’est ouverte sous la pression du FMI et de la Banque Mondiale pour que les États se désengagent progressivement et laissent la place au secteur privé.

10Le changement engendré par les plans d’ajustement structurel et aggravé par la crise des grandes interventions hydrauliques, les dysfonctionnements (productifs, sociaux et économiques) des périmètres et l’endettement de la SAED, obligent le gouvernement sénégalais à déléguer la responsabilité gestionnaire et financière des périmètres aux producteurs. La gestion des terres est alors confiée aux collectivités locales ; une banque spécialisée, la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS), prend en charge le crédit.

  • 4  L’incitation de l’agriculture privée promue par la NPA marque le début d’une nouvelle ère de terri (...)

11La Nouvelle politique agricole (NPA), lancée en 1984, va marquer pour la SAED le passage d’une gestion centralisée top-down à une approche de conseil et d’orientation pour favoriser le transfert progressif des aménagements hydroagricoles aux producteurs, organisés en GIE (Groupements d’intérêt économique) et Unions de GIE4. Simultanément, la SAED va abandonner au secteur privé les activités productives et commerciales, pour se concentrer de façon exclusive sur des fonctions de maîtrise d’œuvre et de conseil aux agriculteurs.

  • 5  En 2006, les surfaces aménagées atteignent 96 000 ha, mais le taux d’exploitation effective des te (...)

12La mise en œuvre d’une gouvernance décentralisée (ministère de l’Intérieur, 2003) a généré un dynamisme caractérisé par une prolifération d’associations de base (de production, de citoyenneté, de genre, etc.) et d’administrations locales (Conseils des communautés rurales et autorités régionales) qui cherchent à remplir le vide laissé par le désengagement étatique aux niveaux économique et organisationnel. Relèvent également de ce dynamisme les vecteurs d’innovation agricole liés à quelques produits (tomate, oignon, banane, etc.) qui sans être nouveaux dans la vallée connaissent un essor mesurable de leurs filières à l’amont (intrants) comme à l’aval (conserveries, marchés). Ces produits, sans supplanter les cultures traditionnelles (sorgho, mil, niébé) ou modernes (riz), comblent leurs déficiences5, de sorte que les cultures maraîchères « payent la dette du riz » (par exemple, on utilise le revenu de la tomate pour rembourser le crédit de la campagne du riz). Il faut enfin faire la part des savoir-faire traditionnels et d’une connaissance du milieu qui, loin d’être abolies ou diminuées par les pratiques nouvelles, ont su les assimiler et en tirer parti : les cultures de décrues et la nouvelle irrigation cohabitent. Pour autant, les difficultés ne manquent pas lors de la mise en œuvre du processus de développement local. S’agissant même de projets dits « participatifs » (qui devraient donc être gérés par les acteurs locaux pour répondre à des besoins locaux en partant des moyens disponibles sur le territoire ; Branca, 1996 ; Dahou, 2003), il n’est pas rare que ceux-ci se voient imposer la marque d’une instance exogène. Lericollais et Sarr (1995, p. 12) évoquent à ce propos, un « encadrement directif et autoritaire » imposé par l’acteur « syntagmatique » (porteur d’un projet territorial, Raffestin, 1980) régional, la SAED qui contrôle et coiffe tous les projets dans lesquels les communautés sont impliquées, même si celles-ci en sont à l’origine, d’où le manque de sentiment d’ownership chez les paysans. Sans entrer ici dans une analyse de l’action de la SAED, force est d’observer qu’il y a très souvent une fracture dans sa communication avec les communautés paysannes qui la perçoivent comme imposante, contraignante et pesante. Il est vrai qu’il s’agit d’un conflit classique entre rationalité technique et logique paysanne (« tradition et innovation » : Bethemont, 1999, p. 150), mais le problème est ici d’autant plus aigu que la SAED contrôle de plus en plus les processus territoriaux en dépassant les problèmes de la seule irrigation pour s’engager dans l’aménagement régional conçu comme un ensemble. Rappelons à ce propos son intérêt pour les terres de pâturage en zone sèche et les terres de culture pluviale (djeeri) et son entrée décisive dans les plans fonciers (POAS : Plan d’occupation et d’affectation des sols) des communautés rurales. Ces derniers plans sont nés dans le cadre d’une gestion participative dans la communauté très dynamique de Ross-Béthio (D’Aquino et Seck, 2003) avant d’être répliqués de façon routinière par la SAED dans l’ensemble de la vallée sans participation des communautés impliquées : un produit plutôt qu’un procès.

13Dans le cas présent, la riche floraison d’associations que nous avons recensées dans la vallée montre ses limites. L’initiative est souvent le fait de personnes solidement implantées dans la légitimité coutumière, personnages charnières entre les différentes échelles administratives et lignagères (Bertoncin, Faggi, 2006 b), connectés aux « réseaux longs » de la modernisation dont ils connaissent le langage, de sorte qu’ils sont capables d’agir au nom et à la place des associations, voire, dans le cas des élus locaux, au nom des citoyens (Piveteau, 2005). A terme, les associations visent trop souvent à satisfaire des intérêts parcellisés, voire des intérêts personnels, plutôt qu’à satisfaire ceux des corps sociaux qu’elles sont censées représenter. Les intérêts de tel ou tel individu ou de tel groupe l’emportent sur ceux de la collectivité territoriale et pour le groupe, « leur action devient trahison » pour reprendre une formule de Bruno Latour (1999). On retrouve là la question trop souvent rebattue des « big men », des « courtiers du développement ». Les leaders sont naturellement décisifs dans tout processus de développement, mais il faut vérifier leur niveau de représentativité par rapport à la communauté.

Ngalenka : un système territorial auto-organisé en construction

14Force est de reconnaître qu’il est difficile dans la vallée de parler de développement local au sens qui vient d’être présenté. Mais dans ce territoire soumis à des projets externes souvent mal adaptés, où les acteurs souffrent d’un syndrome de dépendance, où la territorialité traditionnelle a été balayée par l’imposition de la territorialisation hydraulique, il existe tout de même des mouvements qui montrent que, dans certaines conditions favorables, il peut y avoir réappropriation des dynamiques de changement par le système territorial local. Le processus en action se fonde sur l’essor d’une gestion autonome des éléments fondamentaux de la nouvelle territorialisation, entendons par-là les pratiques de l’irrigation. Cette réappropriation est en train de bâtir une nouvelle territorialité.

15Le secteur hydraulique SAED de la Ngalenka (fig.1) offre en la matière un exemple significatif. Il est vrai que les conditions y sont favorables : proche du delta, il peut bénéficier de son dynamisme ; les terres cultivées ne surmontant que très peu le niveau du fleuve, les coûts de pompage sont réduits ; bénéficiant d’infrastructures relativement bonnes, il peut également utiliser les réseaux d’association bien organisés ; la présence sur le terrain de différents types d’irrigation lui donne une masse territoriale suffisante pour agir de façon efficace (tabl. 1).

Figure 1 : Le Secteur hydraulique SAED de la Ngalenka

Figure 1 : Le Secteur hydraulique SAED de la Ngalenka

Tableau 1 : Données de structure : état physique des aménagements

(Saed/Délégation de Podor, 2006)

Zone

Superficie aménagée

Superficie exploitable

Public

Privé

Totale

Public

Privé

Totale

Nianga C

596,81

736,34

1.333,15

566,81

648,26

1.215,07

Nianga EST

531,99

176,43

708,42

510,99

154,51

665,50

Nianga OUEST

743,12

772,10

1.515,22

699,12

601,38

1.300,50

Fanaye

406,30

565,00

971,30

376,30

558,00

934,30

Thillé

595,22

610,97

1.206,19

589,72

547,22

1.136,94

Ngallenka Amont

1.146,65

15,00

1.161,65

1.131,05

15,00

1.146,05

Ndieurba

1.289,16

0,00

1.289,16

1.289,16

0,00

1.289,16

Total secteur

5.309,25

2.875,84

8.185,09

5.163,15

2.524,37

7.687,52

  • 6  Les filières sont des organisations de producteurs qui visent à l’organisation des intrants et à l (...)

16Situé entre les communautés rurales de Ndiayène Pendao, Guédé et la commune de Niandane, le secteur hydraulique de Ngalenka, en territoire toucouleur rattaché à la Délégation de Podor de la SAED, est inséré dans un système d’irrigation riche et diversifié comprenant : un grand casier rizicole, Nianga, 1 186 hectares et une station de pompage, créé en 1975 et réhabilité deux fois avec 16 villages et 1 224 exploitants organisés en 25 GIE (Groupe d’intérêt économique) ; un périmètre intermédiaire, Ngalenka amont, 1 320 hectares, créé en 1997 avec 49 électro-pompes, 14 villages et 2 633 exploitants organisés en 49 GIE, il joint la simplicité de gestions des PIV (Périmètres d’irrigation villageois) au niveau d’aménagement des grands périmètres ; encore, des PIV et des PIT (Périmètres intermédiaires), des PIP (Périmètres d’irrigation privée) qui couvraient 2 254 hectares en 2006. Il est proche du vieux périmètre de Guédé créé en 1940 et bénéficie dans une certaine mesure de sa proximité et de sa riche expérience. Les cultures sont les mêmes que dans tout ce secteur de la vallée (tabl. 2) : en campagne humide, riz avec un peu de gombo et de maïs ; en contre-saison froide maraîchage (oignon, tomate, gombo) ; en contre-saison chaude, presque rien si ce n’est un peu de riz, là où les conditions de production sont optimales. La logique culturale est celle de tout le secteur, riz pour l’autoconsommation, oignon et tomate pour « payer les dettes du riz », maraîchage pour les dépenses du jour. Très fortes, les organisations de filières6 contrôlent la production et le commerce, surtout celui de l’oignon, centralisé par Podor.

  • 7  L’oignon local se confronte sur les marchés avec la libre importation d’oignons européens largemen (...)
  • 8  La concentration de la production (surtout « violet de Galmy ») génère une baisse des prix de vent (...)
  • 9  Ce projet, initié par l’APOV s’inspire d’une réalisation nigérienne.

17De fait, la culture de l’oignon, en plein essor, est devenue le vecteur fondamental du changement avec, en 2006, de 3000 à 4000 ha dans le département dont 2 000 à 3 000 ha pour le seul Secteur de Ngalenka (450 dans les périmètres de Ngalenka amont), alors que la moyenne des années précédentes était de l’ordre de 2 500 ha pour la Délégation/Département de Podor. La logique de cette progression tient d’une part aux difficultés de la riziculture avec (2005) 1 784 ha emblavés pour une superficie exploitable de 7 687 ha, d’autre part au blocage des importations par le gouvernement7, ainsi qu’aux difficultés récentes de la tomate concurrencée par les importations de Chine. La production est organisée de façon efficace entre pépinières, champs de repiquage, diversification des variétés pour étaler la récolte8, magasins de stockage et conditionnement, projets de transformation avec l’installation d’un atelier produisant de la confiture d’oignon9.

18L’intérêt de ce processus tient à ses connotations territoriales dont l’importance va croissant, en ce sens que le flux des connexions entre les systèmes territoriaux de base - les périmètres grands ou petits - et entre ceux-ci et le territoire extra-projet, par le biais de divers liens « fonctionnels », sont en train de s’intensifier, en laissant entrevoir la constitution d’un nouveau système territorial (acteurs, territorialisations, territorialités) auto-organisé, centré sur Ngalenka amont qui joue un rôle innovateur après avoir été stimulé par les premiers PIV. Reste que les liens entre les divers périmètres sont complexes. Le casier de Nianga, créé en 1974, a joué le rôle de bassin expérimental pour la riziculture comme pour l’apprentissage de l’irrigation, facilité, il est vrai par la proximité du vieux périmètre de Guédé-chantier. À son tour Nianga a exporté son savoir-faire vers les périmètres plus récents (Nianga est défini par un technicien comme la « vache laitière » de la vallée). De fait, nombre d’exploitants qui travaillent aujourd’hui sur Ngalenka amont (1 600 sur environ 2 600) possédaient auparavant une parcelle sur Nianga et 58 parmi eux possèdent encore des parcelles sur les deux périmètres, directement ou par des prête-noms, et ils les cultivent souvent d’une façon alternée selon l’état de leur dette avec la CNCAS dans les deux parcelles. Nombre d’entre eux travaillent aussi dans les PIP, selon des calculs menés de saison en saison. Sur cette influence venue de l’amont, sont venus se greffer venant de l’aval, des Niayes et du delta, la culture de l’oignon et le maraîchage. Venu du périmètre de Guédé, la culture de la tomate prospère au terme d’un curieux périple : elle est passée dans un premier temps de Guédé à Nianga où elle a été abandonnée, par manque d’acceptation du produit par l’usine de transformation de la SOCAS, mais elle est passée avec succès de Guédé à Ngalenka amont avant de revenir sur Nianga par le biais des exploitants possédant des parcelles sur les deux périmètres. Le savoir-faire de Nianga et de ses mécaniciens formés sur le tas par la SAED, a également profité à Ngalenka amont en matière de motorisation et de machinisme. Ce système d’échanges est encore complexifié sur trois plans : les échanges d’intrants, notamment d’engrais passant discrètement du riz à d’autres spéculations plus rentables ; les cultures de décrue sur les terres les plus basses (djabberé waalo) ; un élevage plus ou moins nomadisant souvent confié aux pasteurs Peuls du djeeri.

19Ces multiples connexions locales sont la résultante d’un jeu d’acteurs qui, d’alliances en antagonismes plus ou moins avérés, contribuent à divers titres et selon de multiples approches, à la territorialisation. Outre la SAED, il faut également prendre en compte les administrations locales, les GIE, les filières, les associations et même des acteurs qui ne sont pas présents sur le terrain.

  • 10  Le rôle des marabouts est très important, parce qu’ils engagent leurs talibés (disciples) à adopte (...)

20La SAED, même si elle tend à se désengager, n’en détient pas moins les ressorts du développement, puisqu’elle est à l’origine de la création des périmètres et donc du renforcement de la masse territoriale. Elle a diffusé le savoir technique et mécanique. Elle gère les rapports conflictuels des GIE avec la CNCAS en cas de dette prolongée. Elle est à l’origine de la diffusion de la culture de l’oignon par le biais de la filière APOV et c’est elle qui, en 1985 et avec la bénédiction d’un vénérable marabout10, a introduit la variété « violet de Galmy ». En principe, elle devrait également promouvoir les périmètres privés mais les paysans se plaignent car « elle n’est pas sur le terrain ». En bien comme en mal elle a été et reste l’acteur syntagmatique par excellence.

  • 11  C’est le cas de la réaffectation au bénéfice des paysans qui viennent du delta, de parcelles aband (...)

21Les administrations locales, en théorie, devraient être des acteurs majeurs mais dans les faits, elles sont peu efficaces. Leur rôle dans l’allocation des terres ne peut pas suivre la rapidité des dynamiques en cours et dans certains cas, ce sont les GIE et non les communautés, comme il devrait être, qui à l’intérieur de leurs périmètres réaffectent les terres dans le cas où un exploitant ne suivrait pas le cahier des charges11. S’agissant de l’allocation de terres en PIP, la procédure la plus simple passe par les règles coutumières au niveau du village. Quant au gouvernement régional de Saint-Louis… il est loin.

22Le rôle des GIE s’avère décisif. Dotés d’une personnalité juridique, ils peuvent contracter des emprunts auprès de la CNCAS en fournissant la caution solidaire. Ils gèrent la production sur les périmètres par le biais de l’affectation ou de la réaffectation des parcelles. Ils gèrent tous les types d’irrigation et sont les acteurs les plus importants de l’activité économique. Les GIE sont regroupés en unions/fédérations au niveau des périmètres ou des unités administratives, ce qui ne va sans danger puisqu’il peut y avoir à ce niveau une confusion discutable entre les registres technique et politique, entre la coutume et les nouveaux protocoles, confusion qui peut déboucher sur des conflits comme celui qui oppose à Nianga la SAED à l’union des GIE (appelés ici SUMA). Autre conflit, sur Ngalenka-amont, deux associations de GIE – FEGINA et UFPN - s’affrontent pour gagner la légitimation des paysans.

23Lancées par la SAED qui les patronne encore, les filières ont un rôle d’intermédiaires pour les différents produits, en facilitant l’accès aux intrants comme aux marchés. L’APOV, filière exclusive de l’oignon sur la zone, gère même directement ses problèmes au niveau du ministère.

24Enfin, à la base, une floraison d’associations dont l’action excède rarement le niveau de petits groupes, souvent inféodées aux « personnages charnières », jouent un rôle fondamental dans la gestion des rapports entre réseaux courts et réseaux longs. Ce rôle est plus évident dans la région que dans le reste de la vallée, tant du fait d’enjeux particulièrement élevés ici, que de la proximité de Ndioum qui est le centre du monde associatif dans la vallée.

25Il existe hors terrain, deux acteurs éminents, les émigrés et les commerçants urbains, les bana-bana. L’émigration, fort ancienne parmi les Soninkés et les Halpulaars, plus récente chez les Wolofs, conditionne souvent la survie de l’agriculture irriguée par le biais des remises d’argent qui permettent souvent l’achat des intrants et les remboursements des dettes bancaires. De leur côté, les bana-bana se substituent à la CNCAS qui refuse le marché de l’oignon et du gombo jugé peu sûr. Ils procurent, dans des conditions mal élucidées, des crédits de campagne.

26Les principaux liens structurant le réseau territorial hydraulique du secteur du Ngalenka sont présentés de façon simplifiée dans la figure 2. Les « vecteurs d’innovation » représentent les échan-ges, en termes de « savoir » (« connaissance-compétence ») dans le domaine de l’irrigation, qui relient les systèmes territoriaux des périmètres dans leurs processus de production. Ces liens peuvent être actuels ou se rapporter à un passé proche. Les « liens fonctionnels » activent les conditions qui permettent la traduction des savoirs en « savoir-faire » entre les systèmes territoriaux irrigués et entre ceux-ci et le territoire (entendu comme systèmes territoriaux traditionnels, non agricoles, agricoles-non-irrigués, supra locaux : en bref, extra-projet).

Figure 2 : Les relations territoriales actuelles dans le Secteur de Ngalenka

Figure 2 : Les relations territoriales actuelles dans le Secteur de Ngalenka

Quelques caractéristiques du système territorial de Ngalenka

27Il semble donc qu’un système de relations territoriales ou réseau court soit en train de se constituer dans le secteur du Ngalenka avec l’oignon pour principal vecteur. Quelles en sont, au-delà d’une évidente vitalité, les caractéristiques ?

28Il faut tout d’abord souligner que ce système reste fort dépendant d’interventions externes : outre la SAED, la coopération étrangère, les ONG, les remises des émigrants. Il lui manque cette autonomie qui constitue la caractéristique fondamentale de tout développement local autonome. Il s’agit donc d’un système dissipatif en ce sens que les ressources externes dont il a besoin pour perdurer ne sont pas capitalisées dans le processus de reproduction locale du territoire : les ressources (financières et autres) qui viennent de l’extérieur servent pour la survie du système territorial, mais elles n’arrivent pas à s’accumuler comme ressources mobilisables pour la création d’un développement local durable. Cette dépendance doit être explicitée par la prise en compte de l’action de la SAED et des bailleurs de fonds qui ont créé le périmètre et donc produit la masse territoriale assimilable à un capital de départ. Certes, le processus de territorialisation réalisé par la SAED peut être considéré lui aussi comme dissipatif, au vu des résultats décevants de sa gestion, puisque la valeur ajoutée par le projet est faible par rapport à celle qui procède du territoire. Il est quand même incontournable pour la mise en place du nouveau système territorial local.

29L’avenir du processus de territorialisation reste d’autant plus incertain qu’il souffre d’un état de contingence, entendons par-là sa dépendance vis-à-vis de conditions qui échappent à son contrôle. Outre le poids des décisions gouvernementales au niveau des marchés, il faut tenir compte des risques climatiques et phytosanitaires, de la mise à disposition des intrants au bon moment, des aides extérieures et des relations entre les diverses cultures avec, entre autres, le problème du remboursement de la dette du riz. Ces contingences impliquent de fortes irrégularités interannuelles qui pourraient remettre en cause les bases de la production. Il est vrai que ces faiblesses sont contrebalancées par l’organisation réticulée du territoire : les faiblesses de tel périmètre peuvent être compensées par les succès de tel autre ; la défaillance de certains producteurs comme ces Peuls qui retournent à l’élevage sur le djeeri est compensée par la venue d’agriculteurs compétents en provenance du delta ; les déficits de la riziculture sont compensés par le succès d’autres spéculations ; la faillite d’un PIV peut être compensée par la création d’un PIP ; le lobbying des filières leur permet de contrôler quelques variables externes. La durabilité territoriale qui resterait fort incertaine sur un périmètre isolé, est finalement confortée par la mise en réseau de plusieurs périmètres qui produisent ce qu’on peut appeler une territorialité inclusive qui va se renforçant avec la mise en réseau de multiples composantes.

30Ces faiblesses relatives sont partiellement compensées par ce qu’on peut appeler les liens fonctionnels. Ces liens sont complexes : certains paysans travaillent sur deux, voire trois périmètres pour répartir leurs chances ; d’autres cultivent, outre leur parcelle irriguée, des marges de décrue ou pratiquent l’élevage sur les terres de djeeri ; tous empruntent au savoir-faire des mécaniciens et recyclent des pièces détachées ; le détournement d’une partie des intrants vers les parcelles de maraîchage est un classique ; les remises des émigrés et l’aide des ONG étrangères entrent en ligne de compte. On peut dire que le nouveau système territorial commence à fonctionner dans la mesure où les diverses composantes de ce système font montre d’une certaine efficacité à même de compenser les carences des composantes supposées dominantes, notamment l’irrigation sur les périmètres officiels. Celle-ci est loin d’avoir réalisé ses objectifs initiaux en transformant complètement le territoire, et elle reste affectée d’une « marge optimale d’inefficacité » qui devient donc un facteur positif (Faggi, 2005). Cette situation, bien qu’inattendue, n’a rien d’exceptionnel et on la retrouve sur d’autres territoires en mal de grands projets d’aménagement hydraulique (Bethemont et al., 2003 sur le Sourou au Burkina Faso ; Bertoncin et Pase, 2004 et 2005 sur le projet Baga au Niger et sur le SCIP au Nigeria). On touche là à une variante novatrice de ce que J. Gallais (1975) appelle la « condition sahélienne », qui vise à une diversification des options en vue de minimiser les risques et de stabiliser le territoire, quitte à diminuer l’efficience d’une activité dominante, en l’occurrence l’hydraulique officielle. On peut également évoquer avec A. Mbembe (1999), une manifestation locale de l’« enchevêtrement » caractéristique de l’organisation sociopolitique africaine, avec la convergence de projets territoriaux différents, erratiques, non coordonnés mais finalement productifs. Cet ensemble de relations intenses entre systèmes territoriaux qui apprennent les uns des autres tout en échangeant avec le territoire des ressources qui conditionnent leur survie, font que le nouveau système territorial, résultat de ces relations, se comporte comme un sujet qui ne serait plus implicite sans être encore explicite. L’étape suivante devrait passer par la consolidation explicite du sujet avec une atténuation de l’emprise de la SAED et la montée en puissance d’organisations territoriales en voie de cohérence.

Haut de page

Bibliographie

BECATTINI G., 2000, Distretti industriali e sviluppo locale, Torino, Bollati Boringhieri.

BERTONCIN M. et FAGGI P. (dir.), 2006a, Cosa resta nel piatto ? Fallimenti e promesse dell’agricoltura irrigua nella valle del Senegal, Torino, L’Harmattan Italia, Sér. “Logiche sociali”.

BERTONCIN M. et FAGGI P., 2006b, Alla conquista della terra di nessuno : lo sviluppo locale nella Valle, in BERTONCIN M. et FAGGI P. (dir.), Cosa resta nel piatto ? Fallimenti e promesse dell’agricoltura irrigua nella valle del Senegal, Torino, L’Harmattan Italia, Sér. “Logiche sociali”, p. 21-34.

BERTONCIN M., FAGGI P. et PASE A., 2004, Acqua, attori, territorio: per una geografia dello sviluppo locale nell’ Africa asciutta, in FAGGI P. (dir.), Territorio, attori, progetti. Verso una geografia comparata dello sviluppo locale, Geotema, Patron/AgeI, 24, p. 68-78.

BERTONCIN M. et PASE A., 2004, Lontani da Niamey e rivolti alla Nigeria. Le fortune dell’acqua "regolate" dal grande vicino nell’Est del Niger, Materiali, Dipartimento di Geografia, Università di Padova, 27.

BERTONCIN M. et PASE A., 2005, Eccesso di progetto, difetto di processo. L'irrigazione nella zona attorno al lago Ciad, Borno, Nigeria, Materiali, Dipartimento di Geografia, Università di Padova, 29.

BETHEMONT J., 1999, Les grands fleuves. Entre nature & société, Paris, A. Colin, 256 p.

BETHEMONT J., FAGGI P. et ZOUNGRANA T. P., 2003, La Vallée du Sourou (Burkina Faso). Genèse d’un territoire hydraulique dans l’Afrique soudano-sahélienne, Paris, L’Harmattan, 230 p.

BIN S., DANSERO E. et DE MARCHI M., 2005, Le développement local du Nord au Sud du monde : entre rhétoriques participatives et parcours de re-appropriation, XVIIe Colloque Fédérateur de l’Institut CEDIMES : “ Le développement local dans une perspective comparée ”, Délocalisation, mondialisation, politiques de développement local, impacts institutionnels, Turin, 17-21 mai.

BINI V., 2006, L’autonomia comune : geografia dello sviluppo rurale decentrato nel plateau mossi (Burkina Faso), Univ. degli studi di Padova – Dottorato Uomo e Ambiente, Thèse de Doctorat.

BRANCA P. 1996, Il potere nella Comunità locale tra coinvolgimento e partecipazione, Animazione sociale, 10, p. 50-62.

CROUSSE B., MATHIEU P. et SECK S. M. (dir.), 1991, La vallée du fleuve Sénégal. Évaluation et perspectives d’une décennie d’aménagements, Paris, Khartala, 380 p.

DAHOU T., 2003, Décentralisation, démocratie participative et espace public. Le point de vue d’un socio-anthropologue, in TOTTE M., DAHOU T. et BILLAZ R. (dir.), La décentralisation en Afrique de l’Ouest. Entre politique et développement, Paris, COTA – Karthala – ENDA GRAF, p. 361-369.

D’AQUINO P. et SECK S. M., 2003, Vers de nouveaux enjeux pour l’appui au développement local décentralisé: leçons d’une expérience au Sénégal, Les Cahiers de Girardel, Saint-Louis, Université Gaston Berger, 1, p. 51-63.

DEBARBIEUX B., VANIER M., 2002, Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 268 p.

DEFFONTAINES J.-P. et PROUD’HOMME J.-P., 2001, Territoires et acteurs du développement local. De nouveaux lieux de démocratie, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 180 p.

DEMATTEIS G., 2001, Per una geografia della territorialità attiva e dei valori territoriali, in BONORA P. (dir.), SloT quaderno 1, Bologna, Baskerville, p. 11-30.

DI MEO G., 2004, Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités, Annales de Géographie, n° 638-639, p. 339-362.

ENGELHARD P. et BEN ABDALLAH T. (dir.), 1986, Enjeux de l’après-barrage. Vallée du Sénégal, Paris, Enda - Ministère de la Coopération (France).

ESTEBE P., FAURE A., NEGRIER E., VANIER M., 2002, Du vent dans les branches du développement local (Les mots massues du développement local), Sarcasme, Pouvoirs Locaux, n° 53 II, p. 129 (charte), p. 131-132 (gouvernance), p. 132-133 (réseau)

FAGGI P., 1990, Les développements de l'irrigation dans la diagonale aride entre logique productive et logique stratégique, Revue de Géographie de Lyon, 65, p. 21-26.

FAGGI P., 2005, Progetto, territorio e sviluppo locale: riflessioni su un caso africano, in BERTONCIN M. et PASE A. (dir.), Logiche territoriali e progettualità locale – Atti del Convegno, Rovigo, 24-25 settembre 2004, Milano, Franco Angeli, “Scienze geografiche”, p. 86-95.

GALLAIS J., 1975, Pasteurs et paysans du Gourma: la condition sahélienne, Paris, CNRS, 240 p.

LATOUR B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte. (Ed. italienne 2000, Politiche della natura, Milano, Raffaello Cortina).

LERICOLLAIS A. et SARR A., 1995, Introduction : Histoires de périmètres, in BOIVIN P., DIA I., LERICOLLAIS A., POUSSIN J.-C., SANTOIR C. et SECK S.M. (dir.), Nianga, laboratoire de l’agriculture irriguée en moyenne vallée du Sénégal – Ateliers ORSTOM-ISRA à Saint-Louis (Sénégal), du 19 au 21 octobre 1993, Paris, ORSTOM, p. 5-36.

MAGNAGHI A., 2000, Il progetto locale, Torino, Bollati Boringhieri.

MAÏGA M., 1995, Le bassin du fleuve Sénégal. De la traite négrière au développement sous-régional auto-centré, Paris, L’Harmattan, 322 p.

MASSEY D. et JESS P., 1995, A place in the World? Places, Cultures and Globalization, Oxford, The Open University.

MINISTERE DE L’INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES, Direction des Collectivités Locales, 2003, Le recueil des textes de la décentralisation, Dakar.

MBEMBE A., 1999, Du gouvernement privé indirect, Politique Africaine, 73, p. 103-21.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 2001, Le « développement participatif » : ni solution miracle, ni complot néolibéral, Afrique contemporaine, 199, p. 148-56.

PECQUEUR B., 2000, Le développement local, Paris, Syros, 132 p.

PIVETEAU A., 2005, Décentralisation et développement local au Sénégal. Chronique d’un couple hypothétique, Revue Tiers Monde, 181, p. 71-94.

PLATTEAU J.-P., 2004, Le développement décentralisé, stratégie de réduction de la pauvreté ?, Afrique contemporaine, p. 159-214.

QUATRIDA D., 2007, Projets d'irrigation et controverses territoriales dans la Vallée du Sénégal. Le cas de la SAED, Univ. degli studi di Padova – Dottorato Uomo e Ambiente, Thèse de Doctorat.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Les Librairies Techniques, 250 p.

RAFFESTIN C., 2007, Il concetto di territorialità, in BERTONCIN M. et PASE A. (dir.), Territorialità, Milano, FrancoAngeli, p. 21-31.

ROCHE D., 2003, Le développement local en milieu rural : de quoi parle-t-on ?, in AA.VV, Les cahiers de Girardel, n°1, novembre 2003, Saint-Louis, Université Gaston Berger, p. 73-86.

TOTTE M., 2003, Comment tisser les liens entre décentralisation et développement ? Le point de vue d’un géographe, in TOTTE M., DAHOU T. et BILLAZ R. (dir.), La décentralisation en Afrique de l’Ouest. Entre politique et développement, Paris, COTA – Karthala – ENDA GRAF, p. 371-391.

TURCO A., 1988, Verso una teoria geografica della complessità, Milano, Unicopli.

Haut de page

Notes

1  Nous définissons comme telle une procédure d’intervention sur le territoire repliée sur la seule dimension locale, qui exclut acteurs et points de vue externes au territoire (Magnaghi, 2000).

2  Selon Wikipédia, le terme de « multivers » désigne l’ensemble des univers possibles et est employé par certains auteurs de science-fiction ainsi que par certains physiciens (NDLR).

3  Les paysans sont de simples ouvriers du riz : « C’était la SAED qui faisait tout; le paysan mettait seulement la force travail : il faisait comme on lui montrait » (entretien avec un ancien agent de la SAED, le 13 avril 2006).

4  L’incitation de l’agriculture privée promue par la NPA marque le début d’une nouvelle ère de territorialisation hydraulique par la diffusion des périmètres irrigués privés (PIP).

5  En 2006, les surfaces aménagées atteignent 96 000 ha, mais le taux d’exploitation effective des terres reste inférieur à 50% (données SAED).

6  Les filières sont des organisations de producteurs qui visent à l’organisation des intrants et à la sécurisation de la commercialisation. On dénombre l’APOV (Association des producteurs d’oignons de la vallée), la CNCFTI (Comité national de concertation pour la filière tomate Industrielle), l’APMS (Association des producteurs de maïs et de sorgho), l’APB (Association des producteurs de bananes) et l’APPZN (Association des producteurs privés de la zone de Nianga). Certaines de ces filières opèrent au niveau national, d’autres au niveau de la vallée ou au niveau local.

7  L’oignon local se confronte sur les marchés avec la libre importation d’oignons européens largement subventionnés. De temps à autre, le gouvernement limite les importations pour permettre l’écoulement de la production nationale.

8  La concentration de la production (surtout « violet de Galmy ») génère une baisse des prix de vente qui varient de 125 à 70 F. CFA le kilo.

9  Ce projet, initié par l’APOV s’inspire d’une réalisation nigérienne.

10  Le rôle des marabouts est très important, parce qu’ils engagent leurs talibés (disciples) à adopter et diffuser de nouvelles techniques (le repiquage du riz à forte densité), soit de nouvelles cultures ou de nouvelles variétés.

11  C’est le cas de la réaffectation au bénéfice des paysans qui viennent du delta, de parcelles abandonnées par des Peuls qui retournent à l’élevage. La SAED tolère cette procédure efficace bien que peu conforme aux normes administratives.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Secteur hydraulique SAED de la Ngalenka
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7233/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 2 : Les relations territoriales actuelles dans le Secteur de Ngalenka
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7233/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Bertoncin, Pierpaolo Faggi et Daria Quatrida, « À la recherche du développement local dans la vallée du Sénégal. Réflexions sur le Ngalenka et la genèse d’un territoire », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 65-72.

Référence électronique

Marina Bertoncin, Pierpaolo Faggi et Daria Quatrida, « À la recherche du développement local dans la vallée du Sénégal. Réflexions sur le Ngalenka et la genèse d’un territoire », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7233 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7233

Haut de page

Auteurs

Marina Bertoncin

Professora di Geografia sociale, Dipartimento di geografia "G.Morandini" Università degli studi di PadovaVia del Santo, 2635123 Padova Italie marina.bertoncin@unipd.it

Pierpaolo Faggi

Professore di Geografia umanaDipartimento di geografia"G.Morandini"Università degli studi di PadovaVia del Santo 26 35123 Padova Italie pierpaolo.faggi@unipd.it

Daria Quatrida

Assegnista di Geografia, Dipartimento di geografia"G.Morandini" Università degli studi di Padova, Via del Santo 2635123 Padova Italie daria.quatrida@unipd.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page