Navigation – Plan du site

Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un "monument" du sport local ?

The Geoffroy Guichard stadium at Saint-Etienne: a monument to local sport?
Stéphane Merle
p. 213-221

Résumés

Le stade de football, archétype de l’espace sportif, montre par sa construction sociale et symbolique en un haut lieu des liens forts entre patrimoine et aménagement urbain. L’exemple de Geoffroy Guichard à Saint-Étienne met en avant l’importance de ces liens, notamment le long processus de patrimonialisation lié à une dynamique sportive largement réinvestie ces dernières années malgré un décalage avec la réalité socio-sportive. L’ancrage dans l’histoire du stade et du club résident, selon trois temps successifs, permet de comprendre les enjeux actuels liés à la valorisation de ce haut lieu sportif, mais également d’engager une réflexion plus globale sur l’influence de l’aménagement sur la production et la gestion du patrimoine, et inversement.

Haut de page

Texte intégral

1En poursuivant les réflexions et les logiques spatiales qui élargissent la définition du mot patrimoine dans les politiques publiques mais aussi les représentations sociales, il s’agit d’analyser les différentes formes de patrimonialisation du stade emblématique de la ville, Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, c’est-à-dire les processus ayant conduit à en faire un "monument" du sport local. Cette analyse ne peut faire l’économie d’un rapprochement entre les aménagements du stade, ses modes de fréquentation et sa perception, mais aussi son environnement immédiat. Nous verrons également comment cet objet, devenu patrimonial, a été mis en valeur dans la ville, et ce à différentes échelles (quartier, ville, agglomération) selon des stratégies "d’ouverture" sur les espaces urbains. Cela questionne donc les rapports entre patrimoine et aménagement urbain, en faisant ici l’hypothèse que c’est surtout l’aménagement qui "produit du patrimoine", un patrimoine à la fois matériel et idéel.

2Le fonds documentaire est constitué de différents types de données, scientifiques et médiatiques, factuelles et générales. L’approche par le patrimoine idéel centre l’étude sur les représentations sociales, principalement sur le rapprochement avec la culture ouvrière locale et sur les appellations du stade ("chaudron", temple et cathédrale du sport, stade mythique… autant d’expressions à déconstruire). Elle demande donc une utilisation particulière de sources comme les multiples ouvrages écrits sur l’ASSE (Association Sportive de Saint-Etienne) - dans les années 1960 à 1980 principalement - mais aussi la presse locale (du Forez sportif dans les années 1920 à La Tribune le Progrès aujourd’hui) sans oublier les sites Internet de supporters. Des données historiques plus restreintes en diffusion (dossiers municipaux sur les aménagements successifs et autres sources d’archives) sont essentielles pour cerner les temps de construction du stade et de l’objet patrimonial car ce stade a bénéficié de travaux d’amélioration (au moins perçus comme tels à une certaine époque) tout en passant du "statut" de patrimoine familial à celui de patrimoine municipal puis métropolitain, mais en restant celui d’un club. Il existe donc apparemment différentes formes d’appropriation du stade, de son identité : quelles sont-elles et selon quelles temporalités ?

3Par croisement des types de données, il semble que trois temps se dégagent dans la genèse du lieu patrimonial : le premier serait l’implantation du stade par la famille Guichard à partir des années 1930, temps de la construction dans un cadre représentatif d’une modernité industrielle où les usines dominent un stade "rustique", mais aussi un temps de l’appropriation par un public local pas forcément ouvrier et avide de football. Le second se fonde sur la municipalisation du stade mais surtout sur l’épopée de l’ASSE (années 1960-1970) qui concourt à la formation du "haut lieu" sportif : c’est tout un processus de patrimonialisation qui est lancé avec l’impact des grands soirs de la Coupe d’Europe. Le troisième temps est celui d’une amplification du décalage entre héritage et réalité à partir des années 1980, ou comment le patrimoine se "construit" dans la caducité et le deuil d’une grande pratique sociale, mais aussi dans son réinvestissement, notamment lors des grandes opérations d’aménagement pour le Championnat d’Europe de 1984 et surtout pour la Coupe du Monde de 1998. Une conclusion nous permettra d’interroger d’une manière plus générale le resserrement des liens entre patrimoine sportif et aménagement urbain.

Construction et appropriation du stade, un patrimoine familial (années 1930 - 1960)

4Le découpage chronologique pourrait s’articuler sur les deux dates de 1931 - année d’inauguration du stade - et 1965 - année d’achat par la ville -, mais la réalité des aménagements et surtout des logiques socio-spatiales qui les supportent montre un ancrage sur une plus longue période. Ainsi, comment occulter la période 1920-1931 où naît et se développe la future ASSE avant la construction de ce stade ? De même, comment ne pas tenir compte de la rupture de 1957, année du premier titre de Champion de France et des premières grandes modifications du stade ?

Un stade, un club ?

5Le club ASSE ne s’est constitué ni rapidement ni de manière uniforme et surtout la vie du club précède la construction du stade d’une dizaine d’années. L’origine est liée à celui qui a donné son nom au stade : Geoffroy Guichard, fondateur de la société des magasins Casino en 1898. La lettre bimensuelle du groupement amical du Casino de mai 1940, lui rendant hommage après son décès, montre l’importance de son action dans la vie de l’entreprise : le club sportif corporatif de l’ASC (Association sportive du Casino) est l’un des symboles de cette politique sociale. En effet, si ce patron pousse à la création d’une société de secours mutuel dès 1905 puis met en place des allocations familiales en 1916, il cherche aussi à organiser les loisirs : l’union musicale naît en 1912, rapidement élargie au groupement amical des employés (sections jardins, arts, jeux de boules) tandis que l’ASC est fondée à partir de ce groupement le 29 mars 1920 sous l’impulsion d’Albert Jacquet, secrétaire général de Casino. Ce club corporatif pratique au début surtout l’athlétisme (cross-country) et le football-association. Sans aucune prétention sportive, dans un souci d’hygiène corporelle et peut-être de promotion de l’entreprise (par exemple à travers les couleurs, le vert et le blanc), la famille Guichard fait aménager sur ses terrains, près du siège social, un stade très simple au Pont de l’Âne. L’ASC perd assez rapidement son identité de club corporatif car, d’une part, la FFF interdit dès 1920 l’auto-publicité des équipes corporatives, d’où le changement de nom (mais pas d’initiales puisque l’Association sportive du Casino devient l’Amical Sporting Club) ; d’autre part, les "étrangers" à l’entreprise sont vite acceptés et Pierre Guichard, entré comme vendeur au Casino en 1923, veille à cette orientation. Certains ont même vu à ce moment-là un début d’identification à la classe ouvrière : un des footballeurs de cette première génération était surnommé "gueule noire", un mineur de Côte-Chaude n’hésitant pas à sacrifier son peu de temps libre au club (source : "Nos sports", le journal de l’ASC). Mais cela reste plus de l’ordre de l’exception et d’une valorisation postérieure (par les médias dans les années 1960-1970), d’autant plus que l’ASC est loin d’être seulement un club de football : l’athlétisme est une forte section (qui patronne par exemple la Coupe du Forez organisée dans le nouveau stade municipal de la Chaléassière) et surtout la vocation multisports s’affirme au cours des années 1920 : Pierre Guichard, plus dynamique que son père dans le sport, impulse et anime le basket dès 1925. Le club se renomme Association Sportive Stéphanoise le 17 mai 1927, peut-être dans l’idée de devenir un club phare de la ville. Puis une section rugby est créée en juillet 1929 et prend vite de l’ampleur, à tel point qu’elle fusionne en juillet 1931 avec le grand club local, le Stade Forézien Universitaire (formant alors l’ASSSFU). Mais, si le projet sportif change d’échelle, on reste dans un triptyque "une entreprise, une famille, un club". Avec la multiplication des sports, le stade du Pont de l’Âne devient vite trop petit (d’ailleurs l’ASS joue souvent dans les stades municipaux), sans possibilité d’extension facile (environnement, relief). Pierre Guichard recherche dès la fin 1929 un terrain pour aménager un stade à la mesure du club et de ses ambitions. Le 19 mai 1930 Geoffroy Guichard et la société Adosia, filiale du Casino, achètent à la famille Bernou de Rochetaillée (grand propriétaire terrien de la région) un terrain plat de 38 000 m2 près de l’Etivallière, mais aussi de l’usine à gaz et ses cheminées polluantes, ensuite rapidement loué au club pour un franc symbolique. Mais le club a des ressources très limitées et ne peut financer la construction du stade : le 10 août 1930 Pierre Guichard fonde la société des Amis du sport avec une souscription publique : 600 000 francs sont capitalisés en quelques mois par une centaine de personnes (6 000 actions) et le stade se construit. Quelques semaines après la fusion avec le SFU, le 13 septembre 1931 le stade est inauguré. La revue de l’ASS En vert et contre tous de 1931 publie les chants composés cette année-là, dont celui de la crémaillère du stade.

"Si, comme tout bon président
j’ai cherché bien longtemps
un stade plus qu’épatant
jamais je n’avais trouvé
l’emplacement rêvé
pour pouvoir l’installer
j’ai découvert près de la ville
un coin tranquille
près des tramways
le stade est aménagé
et pour l’inaugurer
on ouvre les guichets"

6Les manifestations de l’inauguration donnent une idée de la place des sports dans le club et dans la ville : en début d’après-midi, c’est un match de football (perdu 9 à 1 face à l’AS Cannes malgré un renfort de joueurs venus du grand club de l’époque, le Saint-Etienne Sporting Club), suivi d’épreuves d’athlétisme (course pédestre en relais, saut à la perche) et enfin le match vedette de rugby contre Montferrand perdu 32-11. Le stade est donc un stade multisports réalisé par l’entreprise parisienne Charles Bouhana spécialisée dans les aménagements sportifs (le stade olympique de Colombes construit en 1924 est à son actif), signe d’une volonté de qualité et de prestige : avec une pelouse au centre et une piste d’athlétisme puis une main courante autour (plus les aires de sauts devant la grande tribune couverte de 800 places avec vestiaires et douches, construite par l’architecte Ploquin), sans oublier deux plans inclinés au nord et au sud (grâce à des remblaiements massifs mais pour une centaine de places chacun seulement, rapidement agrandis en 1932 et 1936). C’est par cet aménagement très lié à la famille Guichard que le club peut affirmer ses ambitions et peut-être faire des choix sportifs, comme si le stade symbolisait une réussite d’entreprise alors que souvent le grand stade résulte d’une réussite sportive.

L’affirmation progressive de l’ASSE, ou Geoffroy Guichard comme stade de football

7Une fois le stade inauguré, le rugby et l’athlétisme peuvent, impulsés par les dirigeants, se développer ; mais le début des années 1930 est marqué aux niveaux national et local par un renversement de popularité entre le rugby et le football, le premier restant traditionnel et amateur, le second s’affirmant professionnel dès 1932. Pierre Guichard fait alors le choix du football et crée le 26 juin 1933 l’ASSE, seul club accepté en championnat professionnel 2e division en septembre 1933 au grand dam du Sporting Club qui dominait sportivement, mais sans stade ni famille puissante avec lui. Cela permet de lier rapidement le club de la famille Guichard à la culture ouvrière de la ville : jusque là les liens étaient très faibles (une entreprise d’épicerie, privilégiant le rugby). D’ailleurs, la création de l’ASSE remet en cause la fusion avec le SFU qui redevient indépendant et tente de développer, en vain, le rugby au cours des années 1930. Le football est désormais porteur pour le club et la stratégie sportive poursuit les ambitions de 1931 lors de la construction du stade : la famille Guichard recrute des joueurs assez prestigieux pour la D2 (certains dissidents du Sporting Club mais surtout de Sète) et l’ASSE termine à la deuxième place à la fin de sa première saison 1933-1934 : son surnom devient "club des millionnaires". Un club des supporters se forme dès l’été 1934 et la moyenne des spectateurs progresse : 1370 en 1933-34 (le record est de 2914 spectateurs) puis 7771 en 1938-39 année de la montée en D1 (avec un record de 16 976 personnes grâce à un aménagement sommaire des buttes de terres derrière les cages). Le spectacle sportif devient un loisir du dimanche après-midi, remplaçant pour certains les promenades et les activités autour du cabaret (jeux de boules). Mais nous sommes encore très loin de la notion de patrimoine et encore moins de valorisation de l’équipement : le cadre est très industriel, banal pour la région stéphanoise comme pour de nombreux stades construits en périphérie, représentatif d’une certaine modernité. Néanmoins, cet environnement peu attractif est perçu de manière indifférente ou souvent de manière négative : la fumée toute proche (parfois envahissante comme le montre le film de l’inauguration du stade) gène les sportifs et les spectateurs. Peu d’informations sont disponibles sur le public du stade de l’entre-deux-guerres et savoir si l’assimilation progressive à la culture ouvrière relève plus du discours médiatique que de la réalité est impossible.

8Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le club est secoué par les nouvelles réglementations (surtout après 1942 pour les joueurs étrangers), l’aspect sportif est relégué au second plan, ce qui n’empêche pas le stade d’accueillir comme dans les années 1930 des fêtes gymniques et patriotiques, mais aussi d’autres fêtes sportives (basket), Geoffroy Guichard étant le seul grand stade avec tribunes de la région. L’après-guerre ne montre pas de grands changements dans les représentations et la gestion du stade.

Une timide modernisation mais un spectacle sportif qui "s’institutionnalise"

9Après ces années de guerre confuse, les difficultés se poursuivent : l’ASSE est certes en D1 mais sans résultats probants et dans une santé financière critique. La moyenne des spectateurs n’augmente pas durant les 10 années qui suivent la guerre : 11 183 en 1945-46 et 10 826 en 1950-1951. Toutefois, il semble que le club et le stade prennent progressivement comme dans les années 1930 de l’importance aux yeux des Stéphanois et du Conseil Municipal (malgré une certaine indifférence de la part du maire, le "baron" Alexandre de Fraissinette). En effet, en 1950, le conseil décide, après de vifs débats où les retombées économiques et symboliques pour la ville sont largement évoquées, d’octroyer de larges subventions (3 millions de francs) et un prêt de 7 millions de francs pour redresser des comptes déficitaires (DCM du 17/7/1950). La politique de recrutement massif et coûteux cède la place à une politique de formation, plus proche de la ville et du club. Le stade, propriété familiale, reste rustique.

10L’affirmation du club et du stade au sein de la ville prend une autre dimension à partir de 1957 : l’usage par le club de football devient exclusif et surtout le premier titre de champion de France donne une nouvelle impulsion aux aménagements : le public toujours plus nombreux (16 539 spectateurs en moyenne en 1956-57 avec un record à 31 968) ne peut être correctement accueilli. Comme les négociations entre la municipalité et la famille Guichard échouent quant à la vente du stade, celle-ci décide de créer la société immobilière du stade Geoffroy Guichard pour financer des travaux de modernisation, les premiers depuis plus de vingt ans. Grâce à l’architecte E. Hur (ancien responsable des plans d’urbanisme de la ville) et avec l’entreprise SFTP de Roger Rocher, le terrain est réaménagé : la piste d’athlétisme est supprimée et le stade devient rectangulaire, à l’image des stades anglais grands inspirateurs du futur président Rocher (qui recherche une identité forte pour ce stade comme il cherchera plus tard une organisation forte et moderne pour le club). Ce sont donc quelque part les résultats sportifs associés à une pratique du sport-spectacle qui produisent de l’aménagement urbain et un début de conscience patrimoniale. Avec toute la fragilité que cela suppose car la santé financière et sportive du club est loin d’être assurée : descente en D2 en 1962-1963, moins de spectateurs (8 907 en moyenne en 1958-1959, deux fois moins que 2 ans auparavant).

L’épopée de l’ASSE et le stade comme lieu emblématique du sport-spectacle (milieu des années 1960 - début des années 1980)

L’épopée sportive ou la construction du triptyque "un club, un stade, une ville"

11Si 1961 est souvent pris comme date de départ pour l’Epopée des Verts avec l’arrivée de Roger Rocher à la présidence, 1965 est l’année de son véritable début après quatre ans d’apprentissage dont une en D2, (c’est aussi l’année de la vente du stade à la ville, cf infra). Les années 1965-1970 sont celles des fondations précédant les années de gloire 1970-1976 : l’ASSE engrange les titres de Champion de France à partir de 1967 et surtout commence en 1968 à connaître les frissons de la Coupe d’Europe : le 17 septembre contre le Celtic Glasgow champion d’Europe en titre, l’ASSE gagne par 2 à 0, mais c’est bien sûr de 1974 à 1976 que les grands matches font vibrer la ville et la France du football (qui du même coup s’élargit). La médiatisation du club se renforce constamment durant ces quinze ans : les matches sont suivis à la radio puis à la télévision tandis que la presse relate toute la préparation et les lendemains de matches ; les écrits journalistiques et les ouvrages se multiplient dans les années 1970. Le public s’affirme, tant en nombre que dans la façon de concevoir le spectacle sportif, notamment par les rites autour du stade : la saison 1973-1974 amène pour la première fois plus de 300 000 spectateurs ; et surtout le public devient plus fidèle et consacre plus de temps à cette forme de loisir : "aller au stade" devient un spectacle de soirée et non plus un simple loisir du dimanche après-midi, surtout pour les ouvriers et les employés qui sont les forces vives des supporters.

12La première grande enquête auprès du public date de février 1970 (année de naissance des membres associés) : 25% sont ouvriers et 25% employés, sans oublier les 18% d’étudiants (donc un profil de jeune homme étudiant et/ou de classe populaire) ; 61% sont des spectateurs réguliers et 28% ont une fidélité inférieure à 5 ans (moins de 50% ont une fidélité supérieure à 10 ans). Ce public qui vient en masse est une réalité économique pour le club : il représente 77% des recettes en 1974 (le prix des places triple de 1967 à 1973).

13De plus le sport pénètre la ville au quotidien selon trois pratiques : au stade, dans la rue et en centre-ville entre les matches, chez soi devant la télévision, mais aussi selon trois degrés : curiosité, intérêt et passion (Smith, 2001). Le public montre à travers le club un fort attachement à la ville. L’impact des grands soirs de Coupe d’Europe est presque sans limite à Saint-Etienne, à la fois dans la réalité des habitants et des élus et comme idée construite et entretenue par la suite. Par exemple, assez symboliquement, c’est au lendemain du match retour contre Split en 1974 que le terme "chaudron vert" est mis en avant par la presse locale. Les nombreux autres termes (par exemple volcan) s’effacent alors, tandis que pour le club c’est la panthère (au départ le surnom donné au joueur Salif Keita, choisie après un concours à l’école des Beaux Arts) qui devient un symbole que l’on retrouve sur les nombreux gadgets produits à partir des années 1970.

14La ville est dans le stade et se retrouve même assimilée au football, malgré une certaine complexité des formes de "supportérisme" (par exemple soutien, selon un jeu d’échelles, au club local, au grand club régional et à l’ASSE représentant la France). Sans exagérer, on ne peut nier l’impact de cette aventure sportive sur l’image de la ville : elle a fait bien plus que tant d’aménagements et de politiques pour changer la représentation de ville noire en ville verte, le stade étant perçu comme un "jardin dans un contexte laborieux". Les médias sont à la source de cette nouvelle représentation sociale : le journaliste G. le Scour écrit en 1976 : "Hier cité repliée sur sa caricature 'à la Zola', ville-repoussoir barbouillée de rouille et prisonnière de son ennui, la dynamique suscitée par le football a ravalé l’image de marque de Saint-Etienne". C’est en ce sens qu’est amorcé un processus de patrimonialisation qu’il faut aussi relier aux aménagements successifs du stade.

La modernisation du stade dans un environnement ignoré, un lieu emblématique de la ville

15Le stade change véritablement d’envergure au milieu des années 1960, grâce à une convergence des visions d’acteurs, à commencer par celles du président Roger Rocher et du nouveau maire Michel Durafour, toutes deux orientées vers une politique d’image et de modernisation. Le 12 novembre 1965, la ville acquiert, pour 1,5 million de francs, 40 915 m2 d’installations sportives tout en les louant au club 1 franc par an (bail de 30 ans). D’un patrimoine familial on passe à un patrimoine municipal, au moins symboliquement et financièrement, même si ce passage est aussi inscrit dans la durée. La gestion du stade par la ville et son nouveau maire montre une réelle rupture : lors de l’achat, la ville s’est engagée à moderniser les installations avec un plan-programme ambitieux de 5 ans : dès 1965 l’éclairage est aménagé avec 4 pylônes de 60 mètres de haut, un des symboles du stade jusqu’au milieu des années 1990. Trois ans plus tard, avec de nouveaux titres de Champion de France et des records d’affluence (33 526 spectateurs dans le derby contre Lyon en février 1964), la tribune Henri Point (face à la tribune principale) est reconstruite tandis que les gradins nord et sud sont couverts, l’architecte étant Raymond Martin (le concepteur du parc voisin de l’Etivallière et son stade d’athlétisme Henri Lux). Enfin en 1972, est construit (fig. 1), appuyé sur la tribune d’honneur, un grand bâtiment administratif permettant d’avoir sur place le siège du club et l’hébergement des jeunes du centre de formation. Sans tout détailler, retenons de ce plan-programme que c’est l’impulsion municipale qui a produit l’aménagement sans lien direct avec la vie du club, si ce n’est un effet d’entraînement qui encourage cette politique : avant la fin des années 1970, le stade n’est pas vraiment un patrimoine dans le sens où il n’ a pas de passé légitimé. Il devient progressivement une vitrine pour la ville, souvent de manière abstraite car la communication de la ville ou des entreprises locales repose plus sur la réussite globale du club que sur le stade-même. L’aménagement urbain n’est pas encore une priorité et l’environnement est même ignoré : le parking devant le stade rue de la Tour n’est pas très grand car l’armée et des entreprises industrielles monopolisent le foncier, il est souvent boueux et occupé par un terrain de football d’entraînement jusqu’aux années 1970. Après l’épopée de 1976 et son déferlement médiatique des matches de Kiev et Eindhoven jusqu’à la descente des Champs Elysées le 13 mai, ce sont les résultats sportifs qui suscitent l’aménagement : durant l’été 1979 (après de nouveaux records comme le 9 août 1977 avec 41 276 personnes contre Marseille), les gradins nord et sud (surnommés les kops, du nom des clubs de supporters de Liverpool) sont modifiés : une nouvelle pente permet de gagner 3 000 places.

Vers un décalage entre réalité sportive, aménagement et patrimonialisation du stade

Les grands événements sportifs comme enjeu de modernisation au-delà de la vie du club

16Nul doute que les années 1970, et même le début des années 1980 avec la venue de Michel Platini et le dixième titre de Champion de France en 1981, ont conféré au club et au stade une renommée dépassant le cadre de la ville et assimilant la ville au seul football dans un contexte socio-économique des plus difficiles. La plaquette 1982 de la Ligue de football pour célébrer le cinquantenaire du professionnalisme donne une place privilégiée à l’ASSE, "club plein de vitalité, le plus titré de France, le mieux organisé, le plus ambitieux, le plus stable, le plus professionnel de nos clubs" : le temps des pionniers du Casino est bien loin. Quant au stade, il représente une certaine réussite du football français et bénéficie de cette aura lors des choix de stades pour le Championnat d’Europe 1984 (et la candidature pour la Coupe du Monde 1990) : la ville est choisie sans hésitation malgré la concurrence du voisin lyonnais, d’autant plus que le club et R. Rocher projettent un agrandissement.

17Si certains élus envisagent la création d’un nouveau stade, cette suggestion est vite abandonnée et Geoffroy Guichard fait l’unanimité, tant pour des raisons objectives (proximité des transports urbains, autoroutiers et du réseau SNCF, vie sportive du club avec potentiel du public) que d’autres relevant du patrimoine : ce stade est "plus qu’un carré de béton" avec son identité. D’ailleurs, les divers projets se succédant de 1980 à 1982 retiennent tous la forme rectangulaire : la référence au stade anglais devient incontournable. Les orientations portent plus sur le nombre de places (un des premiers projets soutient un stade international de 55 000 places, évaluées selon le potentiel du club) et la fonctionnalité (tribune de presse, salle de réunion, enceinte, bureau, boutique). Finalement, après des débats très politiques (le conseil général ancré à droite ayant longtemps refusé une subvention par opposition à la municipalité stéphanoise, de gauche), les travaux se déroulent de 1982 à 1984 pour atteindre, en surélevant les 4 tribunes, 15 780 places, toutes assises (contre 10 970 avant). La clientèle assez homogène des années 1960-1970 (populaire, jeune et ouvrière) s’élargit de nouvelles demandes : location par correspondance, places pour les industriels (dans une optique commerciale). Par contre, presque rien n’est prévu et réalisé pour les abords, la présence des pylônes d’éclairage, l’environnement industriel : tout est tourné vers le stade, sa pelouse et ses tribunes. Les aménagements restent centrés sur la vie du club, sur sa gloire sportive et médiatique.

18Pour la Coupe du Monde 1998, les logiques d’aménagement sont un peu différentes : dans les années 1980-1990, le club n’a plus du tout les résultats des vingt années précédentes, le choix du stade est moins évident, la perception et les principes de l’aménagement urbain ont évolué. Le lieu est plus institutionnalisé, presque "monumentalisé" : la nouvelle modernisation préserve l’essentiel de l’identité de ce qui est devenu un haut lieu sportif, c’est-à-dire l’architecture globale du stade ; les références à l’environnement industriel sont effacées, en particulier les pylônes d’éclairage perçus comme des cheminées. Ces travaux (approchant les 100 millions de francs) sont complétés de travaux extérieurs pour environ 60 millions de francs : la préparation à la Coupe du Monde 1998, événement sportif planétaire majeur (symbole des évolutions du sport-spectacle où les joueurs et les stades sont des vedettes grâce à une construction sociale et médiatique), devient presque prétexte à un vaste aménagement urbain, ici une opération de requalification du nord-est stéphanois. C’est l’image du quartier et de toute la ville qui est en jeu, notamment durant le mois de juin 1998. Ces écarts de temporalité entre un événement sportif et une modification profonde des paysages urbains créant d’ailleurs de fortes tensions politiques.

19Sans détailler, cette opération où le stade n’est plus la seule priorité ni objet de réels débats (consensus sur la diminution et la sécurisation du nombre de places, de 42 000 à 36 000, toutes assises) concentre ses efforts sur des acquisitions foncières tout autour du stade, favorisant alors les parkings et leur traitement paysager, l’accessibilité (renforcée des 4 côtés), la hiérarchisation de la circulation (sans oublier le symbole des noms de rue, par exemple la rue Jean Snella pour renforcer une image de quartier sportif, de football en particulier), bref une définition exacte des espaces. Ces travaux de 1996 à 1998 sont, comme en 1984, largement financés par l’Etat et les collectivités territoriales, permettant une valorisation des espaces urbains (depuis le stade jusqu’à l’image de toute la ville puisqu’il en est la vitrine) à moindre coût : d’ailleurs le stade nécessitait des travaux pour la mise aux normes fédérales et la réussite socio-économique et populaire de cette Coupe du Monde a largement été exploitée par la municipalité. Cette valorisation d’un patrimoine architectural, matériel est complétée et liée à la construction d’un objet patrimonial plus large, laissant une place importante au patrimoine vécu.

Un objet patrimonial ou la construction d’une mémoire du "faux-vrai"

20Revenons au début des années 1980 où ce processus de patrimonialisation à travers les représentations sociales est amorcé : l’image de marque du club et du stade (un chaudron où le public constitue un douzième homme) est largement utilisée, et ce dans un décalage progressif avec son ancrage sportif et même social. En effet, autant les entreprises locales que les collectivités publiques utilisent la réussite sportive comme moyen de promotion (par exemple "la Loire, c’est champion"). Mais certains vont plus loin dans l’évaluation de l’influence du club sur la ville : celui-ci serait un patrimoine culturel, une institution, source de cohésion sociale, parfois même de récupération politique (un thème que l’on retrouve dans les débats de l’après Coupe du Monde). Daniel Mandon a bien montré la construction de cette imagerie et fait l’hypothèse que la référence à l’ASSE sert à exorciser un passé mal assumé, ce qu’André Vant approfondit dans l’étude de la dualité ville noire/ ville verte.

21Pour prolonger ces réflexions, les années 1980-1990 sont bien celles d’une mise en avant du stade (avec ses références socio-sportives) comme patrimoine : c’est par l’effacement sportif du club (surtout avec l’affaire de la caisse noire en 1982) et donc la mise en lumière plus forte de son passé glorieux que "la fonction mémoire est activée". C’est donc dans la caducité et presque le deuil d’une grande pratique sociale (aller au stade et vibrer avec l’équipe) que se construit son réinvestissement. De même pour la gestion du club, la crise affairiste de 1982 montre un règlement de compte entre les couches dominantes locales puis un effacement du petit patronat local pour au moins vingt ans ; elle remet en cause l’exemplarité du sport d’élite.

22D’ailleurs, la culture sportive traditionnelle autour de Geoffoy Guichard s’efface : le public est moins nombreux (13 503 spectateurs de moyenne en 1992-1993 et même 7811 en 1996-1997 lors d’une année difficile en D2), il est plus divers et se différencie bien socio-culturellement dans les tribunes du stade (un thème fort bien étudié à Marseille par l’ethnologue Christian Bromberger), par opposition à une image fusionnelle et populaire lors des grands matches. La culture ouvrière est en quelque sorte délégitimée dans la réalité avec la crise des grands piliers de l’économie régionale : le public du stade devient plus celui d’une "culture banlieue" (dans toute sa diversité), où la jeunesse est essentielle : de nouveaux clubs de supporters, souvent "ultras" (notamment les Magic Fans dans les gradins nord et les Green Angels dans les gradins sud) se sont ajoutés à la fin des années 1980 aux anciens supporters nostalgiques de la grande époque. Cette dernière est mythifiée puisque ce public des années 1990 n’a pas connu les années 1970 : nous avons donc affaire à un patrimoine idéel même s’il est ancré à un patrimoine bien matériel, le stade. Cette ambiguïté se retrouve dans l’esprit collectionneur de nombreux supporters, dans la reprise des chants des années 1970, dans les débats sur la place des Anciens Verts dans le club. Pascal Charroin a bien montré dans sa thèse la diversité des formes de mobilisation et leurs significations : il différencie deux types de supportérisme (Charroin, 1994) : le mode affectivo-commémoratif (hérité de la fièvre verte) et le mode hédonitico-mercantile (plus versatile). Il faut donc nuancer cette idée de construction imaginaire : si les références socio-sportives au passé glorieux sont souvent mises en scène au point de paraître comme une illusion (un peu comme le golf a pu être perçu comme l’illusion d’un aménagement "pour une ville verte"), le soutien populaire reste fort en région stéphanoise et même dans toute la France, surtout lorsque les résultats sportifs sont là : les sections de membres associés sont encore nombreuses, le parking du stade montre toujours autant de départements représentés, et la saison 1998-1999 où le club est remonté en D1 a montré un engouement populaire énorme, comme en 2003-2004 (avec près de 100 000 spectateurs en une semaine et 3 matches en octobre 1998). C’est d’ailleurs lors de cette saison que les nouveaux dirigeants font inscrire, dans les vestiaires réaménagés l’année précédente, l’expression chargée d’identification "ici, c’est le chaudron" (un micro-lieu du stade toujours montré lors des retransmissions télévisées de l’ASSE, presque mythifié). On pourrait même aller plus loin pour dégager une construction du "faux vrai", une reconstitution patrimoniale qui se prolonge par diverses formes de valorisation dépassant le cadre sportif.

Les formes actuelles de valorisation de ce patrimoine matériel et idéel

23Si la crise affairiste de 1982 a montré, au delà de toutes les critiques sur la gestion du président R. Rocher, une certaine inadaptation aux évolutions du sport-spectacle, ces dernières années révèlent une influence des logiques du sport-spectacle, avec des dérives proches (avec une nouvelle crise affairiste en 2000, celle des faux passeports, remettant en cause la stabilisation du club au plus haut niveau). Mais c’est aussi une influence socio-culturelle : la marchandisation du stade et du spectacle sportif se renforce. Deux exemples pour cela : le réaménagement de la tribune d’honneur en 1996-1997 a donné une place importante aux loges et salons (où le spectacle devient prétexte aux activités économiques et commerciales, grâce aussi à un déménagement du centre de formation de l’ASSE sur la commune de l’Étrat). En outre, la fréquentation populaire des petits marchands de sandwiches aux abords du stade est largement supplantée par une fréquentation de masse de la cafétéria Casino construite par le club en 2000 (aidée par l’installation de la boutique des Verts dans ses locaux). Depuis quelques années est en préparation un musée de l’ASSE pour allier marchandisation et muséification du stade et du club. Le club est aujourd’hui une "vraie nébuleu-se" : c’est la SAOS (Société anonyme à objet sportif) ASSE Loire pour la section professionnelle, l’association loi 1901 ASSE pour la section amateur, sans oublier le centre de formation aux métiers du sport. Autour se confrontent le monde sportif (joueurs, managers, supporters, syndicats), le monde politique et le monde socio-économique (actionnaires, partenaires, fournisseurs, abonnés, concurrence, structure de commercialisation).

24Mais la médiocrité des résultats sportifs sur une temporalité assez longue pousse à élargir les formes de valorisation au delà du sport et de la vie du club, surtout pour la collectivité propriétaire et gestionnaire du stade. A ce sujet le transfert de gestion de Geoffroy Guichard de la ville à la communauté d’agglomération Saint-Etienne Métropole le 1er janvier 2001 est loin d’être anodin. En effet, si le stade a été le seul équipement transféré et dit d’intérêt communautaire lors de la prise de compétences sur les grands équipements sportifs et culturels - sans grand débat d’ailleurs contrairement aux autres équipements - c’est que son rayonnement est bien d’agglomération, malgré un fort attachement de la ville à "son stade". Dans la logique des élus, notamment le président de la commission sports-loisirs M. Goujon, le passé sportif est assumé en tant que moteur de la notoriété (sans oublier la configuration architecturale) mais c’est par d’autres événements que le stade doit vivre. La fonction vitrine est assumée et la stratégie d’ouverture entreprise depuis deux ans participe d’une politique d’image, presque en "vendant le stade". Car avec les travaux de 1996-1997 et une logistique croissante (neuf emplois ont été "transférés" avec l’équipement), l’idée répandue selon laquelle le sport de haut niveau constitue un investissement à moindre coût pour une collectivité se vérifie de moins en moins. Ce patrimoine coûte cher à entretenir et la marchandisation pour l’événementiel devient une volonté affichée et réelle : en termes sportif (match de rugby France-Fidji en novembre 2001, Coupe des Confédérations en juin 2003) et au-delà (concert de J. Hallyday en juillet 2003, réactivation des visites organisées du stade à partir de l’été 2003, comme à la fin des années 1970).

Conclusion

25Cet exemple du stade Geoffroy Guichard montre bien les liens nombreux et complexes existant entre patrimoine, vie sportive et aménagement urbain selon des logiques d’acteurs parfois divergentes, entre monde sportif, monde politique et la société locale (spectateurs et supporters, habitants, visiteurs). Si certains estiment que le stade est un patrimoine produit par des aménagements successifs (un patrimoine matériel, gardant l’identité de stade anglais avec ses tribunes) et surtout par des résultats sportifs et la pratique sociale du sport-spectacle associée (un patrimoine vécu, avec les grands matches des années 1970), nous avons pu montré que les logiques s’inversent (la fonction patrimoniale "produit" de l’aménagement, entretenue et renforcée avec le décalage entre la notoriété et la réalité socio-sportive). La fonction de patrimoine a été, dans les années 1980-1990, un des moteurs de l’aménagement urbain dans et autour du stade (fig. 2) : cette identité (jusqu’à l’assimilation entre le haut-lieu et la ville) et cette mémoire portées par le stade et mises en scène par les acteurs locaux a permis une modernisation des installations mais surtout, récemment, une valorisation du quartier, une ouverture sur la ville, même si l’intégration physique est peu importante. Le stade est un vecteur de l’image de marque pour toute l’agglomération (ville verte et ville festive). C’est donc un patrimoine vécu qui est utilisé dans des logiques socio-sportives et urbanistiques, prolongeant le profit symbolique de la réussite.

26Cela dépasse donc la simple vision du patrimoine architectural produit par des hommes et des contextes particuliers : nous pensons ici au stade de Firminy appartenant au patrimoine Le Corbusier, remis en valeur au milieu des années 1990 après les travaux originaux de 1968 (construction des gradins selon les plans de l’architecte-urbaniste en respectant l’intégration dans le site, sous le contrôle des Monuments historiques). Dans toute la France, 29 installations sportives sont classées, dont 4 stades : Firminy, Bruay, Villejuif et Gerland (un patrimoine municipal différent de Geoffoy Guichard puisque lié dès le départ à l’histoire et à la structure urbaine de la ville). D’autres stades ne sont pas classés et font l’objet de débats quant à une requalification urbaine possible (ou seulement sportive) comme le stade olympique de Colombes construit pour les Jeux Olympiques de Paris de 1924 et appartenant au Racing Club de France (chose rare puisqu’en France un seul club professionnel est propriétaire de son stade, Auxerre), alors que d’autres équipements sportifs tels que les piscines peuvent changer de fonction tout en valorisant le patrimoine architectural (par exemple à Roubaix où la piscine municipale des années 1930 est devenue en 2001 le musée d’art et d’industrie). Le stade de football reste un archétype de l’espace sportif mais sans significations a priori : le symbole est créé par mise en scène et rôle de la mémoire collective, donc inscrit dans la durée (Debarbieux, 1995). Geoffroy Guichard est donc devenu, pour reprendre les réflexions de ce géographe, un lieu attribut (représentant la ville) et un lieu de condensation (donnant un sentiment d’appartenance, à des supporters et à la ville).

27D’autres stades acquièrent une fonction patrimoniale plus rapidement, notamment avec un aménagement urbain privilégiant la symbolique monumentale : c’est le cas des grands stades, tant pour les Jeux Olympiques avec projet urbain associé (Barcelone en particulier) que pour la Coupe du Monde de football : le Stade de France a pu être, au moins dans sa conception, un "pari sur la vie quotidienne" avec un impact majeur sur l’aménagement de la Plaine Saint-Denis (Gravelaine, 1997). Plusieurs points communs apparaissent avec Geoffroy Guichard : mise en scène et référence à une gloire sportive (la victoire en Coupe du Monde le 12 juillet 1998), marchandisation du lieu (concerts, visites touristiques), effacement de l’environnement industriel rappelant un passé laborieux, etc. Saint-Etienne a d’autres points communs avec les villes anglaises, où les municipalités sont très impliquées dans la construction et la gestion d’une fonction patrimoniale (le stade d’Old Trafford est de loin le lieu le plus visité de Manchester). Un dernier aspect montrant un renforcement des liens entre patrimoine sportif et aménagement urbain, imputable tant à un élargissement du discours sur le patrimoine qu’à une extension des territoires sportifs, est la diffusion du sport-spectacle dans l’espace public, aux abords du stade mais surtout en centre-ville : si le stade conserve son image de lieu à voir et être vu, les pratiques sociales investissent d’autres espaces, tels la place J. Jaurès à Saint-Étienne, réaménagée avant la Coupe du Monde et bénéficiant d'un écran géant. Ces lieux a priori plus neutres créent aussi une certaine symbolique et forment des territoires sportifs éphémères.

Figure 1 : Le stade Geoffroy Guichard dans les années 1970, un environnement sportif et industriel peu structuré

Figure 1 : Le stade Geoffroy Guichard dans les années 1970, un environnement sportif et industriel peu structuré

Figure 2 : Le stade aujourd'hui, fonctionnalité et esthétique des abords

Figure 2 : Le stade aujourd'hui, fonctionnalité et esthétique des abords
Haut de page

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUGUSTIN J.-P., 1995, Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan, 254 p.

AUGUSTIN J.-P., 2000, Espace public et cultures sportives, Norois, n°185, p. 27-30.

BESSY O. et HILLAIRET D., 2001, L’innovation dans les équipements sportifs : nouvelles pratiques, nouveaux territoires, 2 volumes, Voiron, PUS, 344 p. et 288 p.

BROMBERGER C., 1995, Le match de football, ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, MSH, 406 p. 

CALLEDE J.-P., 2000, Les politiques sportives en France, éléments de sociologie historique, Paris, Economica, 190 p.

CHARROIN P., 1994, Allez les Verts ! De l’épopée au mythe : la mobilisation du public de l’ASSE, thèse de doctorat de sociologie, Université de Lyon, 394 p.

COLLECTIF, 1998, Grands stades, Architecture intérieure, n° 282, p. 32-57.

COLLECTIF, 2002, Territoires et pratiques sportives, Sud-ouest européen, n° 13, 144 p.

DEBARBIEUX B., 1995, Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique, L’espace géographique, n°2, p. 97-112.

FAURE J-M. et SUAUD C., 1999, Le football professionnel à la française, Paris, PUF, 262 p.

GRANGE D. et POULOT D., 1997, L’esprit des lieux, le patrimoine et la cité, Grenoble, PUG, 476 p.

GRAVELAINE F. de, 1997, Le Stade de France, au cœur de la ville, pour le sport et le spectacle, Paris, Le Moniteur, 200 p.

LOUDCHER J.-F. et VIVIER C., 1998, Le sport dans la ville, Paris, L’Harmattan, 339 p.

MONTCHAL M., 1996, Les œuvres sociales de la société des magasins du Casino à Saint-Etienne (1898-1948), Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Saint-Etienne, 189 p.

PICHOT L., 1999, Le sport comme ressource de communication stratégique des villes, Revue européenne de management du sport, n°1, p. 65-93.

POUVREAU J., 1973, Psychologie du sport, comment une ville se polarise sur le sport, Mémoire de maîtrise en psychologie sociale, Université de Paris V, 41 p.

SMITH A., 2001, La passion du sport, le football, le rugby et les appartenances en Europe, Rennes, PU de Rennes, 126 p.

VANT A., 1981, Imagerie et urbanisation, recherches sur l'exemple stéphanois, CEF, Saint-Étienne, 661 p.

VIGNEAU F., 1998, Les espaces du sport, Paris, PUF, 128 p.

ZANCHARINI-FOURNEL M., 1990, La famille Casino-Saint-Etienne (1920-1960), in LEQUIN Y. et VANDECASTEELE S., L’usine et le bureau, itinéraires sociaux et professionnelles dans l’entreprise (XIXe-XXe s.), Lyon, PUL, p. 57-73.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le stade Geoffroy Guichard dans les années 1970, un environnement sportif et industriel peu structuré
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/723/img-1.png
Fichier image/png, 650k
Titre Figure 2 : Le stade aujourd'hui, fonctionnalité et esthétique des abords
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/723/img-2.png
Fichier image/png, 693k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un "monument" du sport local ? », Géocarrefour, vol. 79/3 | 2004, 213-221.

Référence électronique

Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un "monument" du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723

Haut de page

Auteur

Stéphane Merle

CRENAM, Université de Saint-Etienne, 6 rue Basse-des-Rives, 42023 SAINT-ETIENNE cedex merle.se@libertysurf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page