Navigation – Plan du site
Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

Un « grenier pour l’Afrique de l’Ouest » ?

Enjeux économiques et perspectives de développement dans les systèmes irrigués de l’Office du Niger (Mali)
A granary for West Africa? Economic challenges and outlooks for the development of irrigated agricultural systems by the 'Niger Office' in Mali
Florence Brondeau
p. 43-53

Résumés

La sécurisation de l’approvisionnement alimentaire des pays les plus pauvres constitue plus que jamais une des priorités définies par les politiques agricoles. Le Mali, fort des succès de la « révolution verte » engagée à l’Office du Niger, se retrouve propulsé au cœur des enjeux politiques et économiques régionaux. L’UEMOA et la CEN-SAD souhaitent faire de cette zone irriguée qui « une plateforme d’intégration régionale », qui « un grenier pour l’Afrique de l’Ouest ». Des investissements colossaux affluent vers ces systèmes irrigués dont la surface devrait au moins doubler d’ici 2020. Ces programmes laissent augurer des mutations sans précédent : la promotion de l’agro-business condamne les exploitations familiales tandis que des recompositions socio-spatiales majeures se profilent. Des questions restent par ailleurs en suspens quant à la capacité de ce système à assurer la sécurisation de l’approvisionnement alimentaire des populations et quant à la durabilité d’une telle gestion des ressources.

Haut de page

Texte intégral

1Au terme de nombreuses vicissitudes (Schreiger, 1983), une « révolution verte » est en cours dans la zone irriguée de l’Office du Niger qui, avec quelque 88 000 ha aménagés, s’est vue attribuer le titre de « grenier à riz » du Mali (Kuper, Tonneau, 2002). Ses casiers irrigués ont en effet produit 500 000 tonnes de riz en 2008, soit la moitié de la production nationale du Mali, et 200 000 tonnes de produits maraîchers. L’évolution du marché mondial des produits alimentaires et l’éclatement d’émeutes de la faim en Afrique de l’Ouest font plus que jamais de l’approvisionnement alimentaire un enjeu majeur à court terme. Dans ce contexte, l’extension des cultures irriguées constitue le pilier de la politique de développement agricole du Mali qui, via le bilan de l’Office du Niger et les potentialités de cette zone deltaïque (fig. 2), est considérée comme la future puissance agricole régionale. Son avenir s’avère ainsi étroitement lié aux objectifs économiques établis à l’échelle de l’UEMOA (Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest) et de la CEN-SAD (Communauté des États sahélo-sahariens) qui tendent à promouvoir l’agro-business. Plus que de simples phases d’extension supplémentaires, les projets d’aménagement en cours ou prévus à court terme constituent des mutations radicales. Dans ce contexte, et à la lumière des recherches menées au cours des dix dernières années, de nombreuses questions se posent quant aux perspectives de développement et de recompositions socio-spatiales envisagées dans ces systèmes irrigués. La gestion durable des ressources et l’avenir de l’agriculture familiale se situent au cœur de ce questionnement.

L’Office du Niger : des programmes d’extension sans précédent

Une véritable ruée des investisseurs

2Les projets d’aménagement envisagés sont à la mesure des espoirs suscités par « la révolution verte » engagée depuis 25 ans. La surface cultivée aujourd’hui paraît dérisoire au regard d’un projet initial de 960 000 ha (Schreiger, 1983), qui redevient réellement d’actualité alors que les capitaux affluent massivement vers le Mali. Le schéma directeur de développement régional (BCEOM, 2001) envisageait une extension des surfaces irriguées de 120 000 ha d’ici 2020 (BCEOM, 2001). Des projets de quelques milliers d’hectares ont d’ores et déjà été réalisés au nord de la ville de Ké Macina, en amont de Kolongotomo ou dans le secteur de Niaro et Sosse-Sibila (fig. 1). Il semble que ces programmes d’aménagement connaissent une phase d’accélération sans précédent, à la mesure des ambitions sans doute démesurées du gouvernement malien et de ses partenaires.

Figure 1 : L’Office du Niger, aménagements et extensions en cours

Figure 1 : L’Office du Niger, aménagements et extensions en cours

3L’UEMOA envisage ainsi des aménagements de l’ordre de 25 000 ha après l’ouverture prévue d’un nouveau bief sur le Fala de Molodo, au niveau du point C. 100 000 ha ont été, au total, attribués aux pays membres. Une première tranche de 5 500 ha est en phase de mise en valeur (Touraba et Kandiourou). Par ailleurs, dans le cadre du Millenium Challenge Account (MCA), les États Unis se sont engagés à financer un projet d’aménagement de 14 000 ha dans le Kouroumari (le projet Alatona) qui comprend également la construction d’une route permettant de relier Niono à la zone-projet distante de 80 km. Celle-ci constitue le premier tronçon d’un axe qui devrait relier Ségou via la zone Office à Tombouctou. Le canal adducteur principal de l’Office du Niger (long de 9 km) verra sa capacité doubler, tandis que le canal du Sahel et le fala de Molodo qui drainent l'eau jusqu'au niveau du point C seront approfon-dis et élargis respectivement sur 23 km et 8 km. Tout récemment, la société LONRHO, implantée à Londres, a entrepris des pourparlers avec le gouvernement malien de manière à développer la riziculture sur 25 000 ha (Michel, 2009).

4C’est toutefois le projet Malibya qui concentre toute l’attention ces derniers mois. La Libye et le Mali ont créé une société mixte Malibya Agriculture, chargée de mettre en œuvre des aménagements sur les 100 000 ha attribués à la Libye au nom de la CEN-SAD. Une première tranche de 25 000 ha doit être aménagée dans le secteur de Boky Wéré. La construction d’une route parallèle au canal adducteur est programmée. Ce dernier sera élargi et approfondi sur une longueur de 40 km. C’est la société chinoise China Geo-Engineering Corporation CGC qui est en charge de ces travaux programmés sur 12 mois (Défis Sud, 2008). Le gouvernement malien a par ailleurs soumis à la Libye la réalisation de projets complémentaires qui comprennent en outre l’ouverture du 3e bief du fala de Molodo et du 2ème bief du fala du Boky Wéré en vue d’aménager 200 000 ha dans le Méma Farimaké et de manière à approvisionner en eau des systèmes hydrauliques du Macina, du Karéri et du Kokéré (fig. 1 et 2). Les perspectives envisagées dans le cadre du schéma directeur de développement régional sont donc largement dépassées : le Sexagon (principal syndicat des paysans de l’Office) évalue les extensions programmées à 360 000 ha (Le Monde, 16 avril 2009).

Figure 2 : Office du Niger, les huit systèmes hydraulique du projet initial

Figure 2 : Office du Niger, les huit systèmes hydraulique du projet initial

Vers la sécurisation alimentaire des populations ?

5Officiellement, l’ampleur des investissements engagés par Malibya est justifiée par la nécessaire indépendance alimentaire de l’Afrique de l’Ouest. La production rizicole devrait s’élever à 200 000 tonnes dès 2012 et atteindre à terme 1,6 million de tonnes. L’introduction de semences hybrides devraient permettre d’augmenter la production de riz nationale de 20% grâce à des rendements portés à 13 t/ha. Une entreprise chinoise (Yuan Longping High-tech Agriculture) déjà implantée au Nigéria a obtenu un accord commercial pour la fourniture de ces semences, la formation d’experts locaux et la construction d’une unité de production à Boky Wéré (Michel, 2009).

6Le Mali se place ainsi dans une situation de dépendance vis à vis de la technologie chinoise : ces semences ne sont pas reproductibles, elles devront être rachetées par les exploitants au début de chaque saison de culture. Leur efficacité étant par ailleurs assujettie à l’utilisation massive d’engrais et d’intrants divers, la majoration des coûts de production pénalise les petits exploitants et laisse craindre la pollution des eaux de drainage et de la nappe phréatique. En outre, cette évolution menace la diversité des productions de riz locales déjà mise à mal par le succès des variétés du Nerica (hybride mis au point par le Centre africain du riz). Enfin, au niveau gustatif, ces variétés hybrides ne sont pas appréciées par les populations qui préfèrent en effet de loin les variétés locales. Ainsi, les riz importés de Thaïlande sont choisis avant tout pour leur prix et non pas pour leur goût. C’est ici le choix d’une production massive et de qualité médiocre qui a été fait, destinée pour une large part à l’exportation.

7Le projet Malibya comprend aussi la création d’un pôle d’élevage intensif (960 000 bovins) soutenu par une production de maïs irrigué. La culture de la tomate devrait s’étendre sur des surfaces considérables de manière à approvisionner les usines de transformation et de conditionnement dont la construction est envisagée dans le Macina.

8Ce projet de 100 000 ha, s’il est mené à bien, permettra effectivement un accroissement rapide de la production agricole du Mali. La sécurité alimentaire du pays n’en sera pour autant guère renforcée dans la mesure où la politique menée par la Libye en Afrique vise avant tout à assurer son propre approvisionnement en denrées alimentaires. En 2005, la Libye a en effet importé 177 000 tonnes de riz (FAO, 2005) et elle souhaite s’émanciper des aléas des marchés mondiaux en renforçant un processus d’externalisation de sa production agricole déjà amorcé dans d’autres pays.

9En outre, d’aucuns craignent que la récente loi sur la sécurité en biotechnologie n’ait été adoptée (en décembre 2008) sous la pression de lobbies OGM et n’ouvre la porte à des expérimentations massives de semences génétiquement modifiées. Ces inquiétudes sont aggravées par les programmes initiés par l’AGRA (Alliance pour une révolution verte en Afrique) en collaboration avec le MCA (Millenium Challenge Account) à Alatona en particulier. L’AGRA est un projet conçu et financé par les fondations Bill Gates et Rockfeller qui appuie la recherche dans le domaine des semences améliorées. Ainsi des semences maraîchères résistantes aux maladies les plus courantes devraient être distribuées aux exploitants intégrés au projet Alatona. La COPAGEN (Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain) s’inquiète de voir la zone Office du Niger se transformer en « une forêt d’expérimentation sans aucune transparence sur les types de semences qui sont introduits » (Michel, 2009).

10Par ailleurs, les investisseurs s’orientent vers la production d’agro-carburants. À Markala, le projet sud-africain SOSUMAR porté par la société Transvaal Sugar Beperk dispose de 14 000 ha destinés à promouvoir une production de canne à sucre transformée pour une part en bio-éthanol. Les sociétés chinoises qui contrôlent déjà 6 000 ha de canne à sucre dans ce secteur et possèdent les trois usines Sukala (dont la toute récente Sukala 3), souhaitent tripler leurs capacités de production en étendant les superficies cultivées dont une partie serait destinée à la fabrication de bio-carburants. En outre, la Huicoma entreprise malienne spécialisée dans la production d’huile de coton, projette d’aménager quelque 100 000 ha en oléagineux divers (tournesol, soja), tandis que l’huilerie Abou Woro Yacouba Traoré « HAWYT », expérimente la culture du tournesol (10 000 ha à Niono en 2007), dans le but de développer une production de biodiésel.

11Le pourghère (Jatropha curcas) suscite, quant à lui, un véritable engouement au Mali comme dans beaucoup de pays d’Afrique. L’huile extraite de la pression de ses noix entre dans la filière du biodiesel et présente de bonnes performances énergétiques. Des initiatives intéressantes ont été prises de manière à ce que les cultures de jatropha n’entrent pas en concurrence avec les productions alimentaires (projet Mali Bio Energie à Markala). Les plants peuvent être insérés dans le cadre de champs complantés associant des cultures diverses ou constituer des haies vives dans la mesure où cette espèce n’est pas appétée par le bétail. Reste à savoir comment la culture du jatropha sera finalement insérée dans les aménagements en cours à l’Office du Niger. Une jeune société française, Agroed (Agro énergie développement), projette d’ores et déjà d’en cultiver 30 000 ha de plein champ.

12On peut évidemment craindre que cet engouement pour les bio-carburants ne concurrence les cultures à vocation alimentaire, alors qu’en dépit de bonnes récoltes et de l’Opération initiative riz, le Mali a été obligé d’importer des céréales en 2009.

13Des capitaux américains (MCA) ont été investis pour expérimenter la production de biocarburants de «seconde génération», c’est-à-dire produits à partir de résidus de culture (Michel, 2009). Il s’agit ici d’utiliser les résidus issus du décorticage du riz. Ce projet paraît surprenant alors que l’intensification de l’élevage dans le cadre des exploitations familiales commençait à peine à se développer à partir justement de ces résidus de culture. Cette expérimentation constitue un des multiples exemples traduisant la difficile conciliation entre l’agro-business et l’agriculture familiale.

Émergence d’un pôle de production agricole, déclin d’un modèle de développement...

14Une question récurrente restait en suspens : « L'Office du Niger : îlot de prospérité paysanne ou pôle de production agricole ? » (Marchal, 1974). Le débat semble aujourd’hui tranché. C’est le développement d’un pôle de production macro-régional qui se profile sur la base de l’expansion de l’agro-business et de la privatisation du foncier. Les justifications de cette réorientation radicale résident dans les fragilités du modèle de développement suivi jusque-là.

Remise en question des modèles

15Financer l’extension des surfaces irriguées et assurer la durabilité des aménagements constitue dans le contexte actuel un enjeu majeur. Or, le système d’aménagement et d’exploitation des périmètres irrigués de l’Office du Niger n’est pas durable. Les travaux de réhabilitation et d’extension engloutissent des sommes colossales : 183 millions d’euros ont été investis dans les seuls projets Arpon et Rétail (BCEOM, 2001), tandis que le coût des extensions est évalué entre 2 500 et 5 000 euros par hectare. La maintenance du réseau n’est que partiellement financée par la redevance-eau dont s’acquitte chaque exploitant. L’amortissement des aménagements n’a jamais été envisageable jusqu’à présent. Les bailleurs de fonds ne souhaitent plus investir dans ce gouffre financier. L’État malien est quant à lui incapable de financer de front l’entretien des infrastructures hydrauliques, la poursuite des réhabilitations et les extensions projetées (BCEOM 2001). Des aménagements participatifs ont été conçus pour résoudre en partie ce problème de financement en exigeant une contribution des populations, à la hauteur de 20% du coût total. Ces projets se soldent par des surfaces aménagées dérisoires et par la création d’exploitations trop exiguës (0,5 voire 0,25 ha) (Coulibaly, 2002).

16La plupart des exploitations familiales se trouvent d’ailleurs dans une situation très précaire. Les rendements réels obtenus sont de l’ordre de 4 t/ha, contre 6 t/ha annoncés dans les bilans annuels de l’Office. Certains casiers assurent effectivement des rendements élevés (jusqu’à 8 t/ha dans la zone Rétail) mais les résultats sont très inégaux (2 t/ha dans bien des secteurs du Macina). Le prix très élevé des engrais empêche les exploitants d’utiliser des doses suffisantes et contribue à leur endettement. Pendant la campagne 2008-2009, dans le cadre de l’Initiative Opération Riz, le gouvernement a certes subventionné les engrais à hauteur de 50%, mais les livraisons ont été trop tardives. Le remboursement des dettes et le paiement de la redevance-eau engendrent un processus de désinvestissement qui se matérialise par la vente progressive du matériel agricole et des bœufs de labour et peut aller jusqu’à la cession des parcelles attribuées (Défis Sud, 2008). L’endettement constitue un véritable frein à l’investissement : il fragilise le processus d’intensification et constitue la première cause d’éviction. De ce fait, dans une région qualifiée de « grenier à riz », la plus grande partie de la production est intégrée dans un système vivrier au sein duquel la majorité des exploitations ne dégage pas d’excédents commercialisables.

17Dans ce contexte, l’agriculture familiale entretient un système de survie qui n’a certes pas permis à ce jour d’engendrer un pôle de production agricole capable d’approvisionner un marché macro-régional. Néanmoins, il ne semble pas que l’on ait réellement donné les moyens à cette paysannerie locale d’entreprendre de telles mutations. La taille excessivement réduite des exploitations (56% des exploitants disposent de moins de 3 ha (Défis Sud, décembre 2008) et le manque d’encadrement technique et commercial constituent sans doute les principaux freins à la modernisation de l’agriculture familiale. Pourtant, l’intensification de l’agriculture et son intégration à l’agro-industrie peuvent être mis en œuvre dans le cadre de l’agriculture familiale. Ainsi, dans la région de Dagana (basse vallée du Sénégal), 12 000 producteurs de tomates ont passé des contrats commerciaux avec la société SOCAS qui possède des usines de concentré de tomates ; 80 000 tonnes de tomates ont été ainsi vendues à cette société en 2007. Les rendements obtenus par les paysans peuvent atteindre 70 t/ha. Les bénéfices sont réinvestis dans la modernisation de ces petites exploitations prospères et les importations massives de concentré de tomates ont été ainsi considérablement réduites. Ce système est toutefois en passe d’être concurrencé par l’implantation de la société française Grands domaines du Sénégal, qui souhaite développer des cultures de tomates sous serre. La SOCAS est par ailleurs tentée par des importations de tomates chinoises pour approvisionner ses usines à meilleur coût. Il semble que cette mainmise de l’agro-business sur les productions agricoles condamne sans appel l’agriculture familiale même la plus dynamique.

Vers la fin des exploitations familiales

18Les choix économiques actuels s’orientent vers la promotion de l’agro-business. Les bailleurs de fonds souhaitent s’appuyer sur des exploitations dynamiques de taille moyenne (10 à 50 ha) qui produisent des excédents commercialisables et obtiennent des bénéfices susceptibles d’être réinvestis. Le but est de créer une classe d’agro-entrepreneurs capable de financer une partie des aménagements hydrauliques sur des parcelles dont les titres fonciers sont attribués à titre privé. Le projet Koumouna a été expérimenté dans ce sens (fig. 5). Le projet Alatona est construit selon ce modèle : 14 000 ha seront répartis entre 1 785 exploitants et vendus par lots de 10, 30, 90 voire 120 ha ; 57% des exploitants disposeront de 20 à 50 ha. Le projet UEMOA prévoit quant à lui, d’attribuer des lots de 9, 21 ou 48 ha à des ressortissants des 8 pays membres, triés sur le volet en fonction de critères financiers précis. On assiste à une redistribution brutale du foncier dans une région où les principes traditionnels de gestion et de partage des ressources reposent sur des droits d’usage et non sur la propriété privée. La terre, patrimoine collectif accessible à tous selon des règles établies par la communauté villageoise, devient une marchandise qui peut s’acquérir à titre privé de manière à en obtenir la gestion exclusive.

19Cette privatisation du foncier est soutenue par les bailleurs de fonds au nom de la sécurisation de l’accès à la terre, jugée indispensable pour susciter les investissements. Elle est, par contre, rejetée par les paysans de l’Office, qui estiment que la privatisation du foncier ne permettra en aucun cas de régler leur problème majeur, celui de l’exiguïté des exploitations. Leurs capacités financières pour l’achat et l’aménagement des terres sont en effet inexistantes. Les crédits ne leur sont accordés que sous garantie et ils les condamneraient à un endettement insupportable, excluant tout investissement productif. Il est même fort probable que la spéculation inhérente à la mise en vente des terres crée un marché foncier favorable aux investisseurs, ce qui accélèrerait encore le processus de désinvestissement engagé depuis plusieurs années et priverait, à terme, les paysans locaux de tout accès au foncier.

20Les organisations paysannes et le Sexagon revendiquent d’autres formes de sécurisation foncière reposant sur l’octroi de baux d’exploitation de longue durée et militent pour une généralisation des permis d’exploitation ou des baux emphytéotiques. Ces contrats, déjà en vigueur mais de façon marginale, leur permettent de bénéficier d’un usufruit transmissible des parcelles sur de longues périodes (jusqu’à 99 ans). Elles sont hypothécables et peuvent servir de garantie pour l’obtention de crédits d’investissement. En ce sens, ils revendiquent la simple application d’un système dont bénéficient déjà largement les grands projets financés par des sociétés étrangères. Des surfaces considérables ont ainsi directement été attribuées à des investisseurs privés par le biais de baux de longue durée et renouvelables. 100 000 ha assortis d’un bail de 30 ans renouvelable ont été ainsi alloués à MALIBYA et à HUICOMA. Quelque 15 000 et 18 000 ha reviennent respectivement à SOSUMAR et à SUKALA. C’est une façon pour ces sociétés d’accéder au foncier gratuitement et sur de longues périodes ; corrélativement, des villages entiers sont « expropriés » et déplacés pour céder la place aux aménagements. Les dédommagements sont variables selon les projets : sur les 5 500 ha aménagés dans la zone UEMOA, 500 seulement reviennent aux populations locales ; 5 ha ont certes été attribués à chacune des familles issues des 33 villages affectés par le projet Alatona, mais dans la mesure où elles doivent rembourser 3 ha pour devenir propriétaire du lot, il n’est pas sûr qu’elles aient les moyens financiers d’en conserver la jouissance. La société MALIBYA se dégageant de toute responsabilité, le sort des populations susceptibles d’être déplacées dans le cadre de la réalisation du projet reste pour l’heure du ressort des collectivités locales concernées.

21Doubler les surfaces irriguées, assurer la gestion et l’entretien du réseau hydraulique et soutenir une croissance agricole rapide en quelques années sont donc autant de justifications en faveur de la redistribution des terres au profit de l’agro-business. Cette évolution suscite des inquiétudes à l’échelle de la région entière quant à la durabilité de ce système de gestion des ressources, aux modalités des recompositions socio-spatiales en cours et aux désajustements environnementaux à craindre.

Quelle durabilité pour quelles recompositions spatiales ?

L’enjeu de la gestion de l’eau

22L’amélioration de la gestion de l’eau constitue un impératif absolu dans la perspective des aménagements envisagés. Les ponctions mensuelles moyennes réalisées au profit de l’Office du Niger sur le débit du fleuve varient de 3% en période de crue à 74% au mois de mars. En année décennale sèche, ces prélèvements mensuels représentent la quasi-totalité du débit mensuel entre février et mai (Bélières, Keita, Sidibe, 2001). Le risque de pénurie saisonnière a d’ailleurs été démontré à l’occasion de l’étiage 1999 (Kuper, Olivry, Hassane, 2002).

23Le choix d’un système d’irrigation gravitaire est intrinsèquement source de gaspillage. Les pertes les plus importantes (22 à 28%) sont enregistrées dans le réseau des canaux principaux (Belières, Keita, Sidibe, 2001). Elles sont liées tant à l’évaporation et aux nombreuses fuites par brèches qu’aux infiltrations ; ceci en dépit de la réfection du réseau hydraulique qui a pourtant permis de réaliser des économies d’eau significatives. L’efficience du système est évaluée à 33%, ce qui est très en deçà du taux acceptable pour ce type de réseau d’irrigation (50 à 60%) (Ouvry, Kuper, Barral, 2002). Cette surconsommation est également imputable au maintien d’une tarification forfaitaire à l’hectare. Surtout, le choix de promouvoir une quasi monoculture rizicole y compris pendant la saison la plus chaude, constitue une aberration en termes de gestion de l’eau. Dans ce contexte, l’approvisionnement régulier des 360 000 ha programmés à court terme suscite des réserves.

24Des efforts ont d’ores et déjà été réalisés pour réduire la consommation d’eau : l’utilisation du goutte à goutte et de petits asperseurs est expérimentée avec succès dans quelques projets encadrés par des ONG. Le pompage dans la nappe sub-affleurante est envisageable (Bélières, Kuper, in Kuper, Tonneau, 2002, p. 227-232). Les sociétés agro-alimentaires ont les moyens financiers de développer ces techniques d’irrigation à grande échelle. Ainsi, des asperseurs de grande taille fonctionnent déjà depuis environ 2 ans dans la région de Markala, dans le cadre du projet de production de canne à sucre de 15 000 ha exploitée par la société sud-africaine SOSUMAR. Par ailleurs, dans la basse vallée du Sénégal, la Société des Grands Domaines du Sénégal utilise un système de goutte à goutte et d’asperseurs voire de brumisateurs régulé par ordinateur pour irriguer une production de tomates sous serre, tout à fait envisageable dans le cadre de la production maraîchère prévue par Malibya.

25L’impact de ces progrès potentiels est à relativiser au regard des travaux hydrauliques et de l‘extension des surfaces rizicoles planifiés. Le gabarit des canaux adducteurs va être doublé et leur réseau étendu, or les pertes sont déjà énormes sur ce réseau primaire. Pour que les réaménagements permettent de résorber les pertes par évaporation et infiltration, il faudrait concevoir des canaux couverts ou un réseau de conduites souterraines et envisager l’imperméa-bilisation du réseau, ce qui, au regard du surcoût, est probablement exclu.

26L’augmentation des prélèvements sur le Niger laisse augurer une aggravation des risques de pénurie saisonnière. La direction de l’Office compte sur la construction du barrage de Fomi (fig. 3) en amont pour assurer une régulation du débit sur le fleuve et permettre une augmentation des prélèvements : la surface de la retenue d’eau sera en effet 2,9 fois supérieure à celle de Sélingué (Zwarts, 2005). L’Office encourage toutefois la limitation, sinon l’abandon des surfaces de riz irriguées entre février et mai (Traore, 2008). Dans ce sens, une tarification dissuasive de la redevance-eau a été appliquée pour la contre-saison 2009 : son montant a été porté à 100% de la redevance de la saison principale contre 10% jusqu’alors. En remettant ainsi en question le processus d’intensification recherché, cette démarche est significative de la pénurie d’eau qui se profile dans le cadre d’un système qui privilégie obstinément la riziculture irriguée. Le choix d’autres céréales devrait pourtant logiquement s’imposer de manière à limiter la consommation d’eau tout en contribuant à la sécurisation alimentaire du pays. Les investisseurs ne semblent ni entreprendre de réflexion à ce sujet, ni suivre les directives de l’Office. Ainsi la société Malibya, désireuse d’atteindre ses objectifs de production rizicole, négocie-t-elle d’ores et déjà avec le gouvernement malien une clause de priorité dans le contrat qui la lie à l’Office du Niger quant à l’accès à l’eau de février à mai et tente-t-elle d’obtenir purement et simplement l’exonération de la redevance-eau.

27L’augmentation des prélèvements en eau de l’Office sur le fleuve doit pourtant être considérée dans un contexte régional : elle implique un impact inévitable pour les écosystèmes comme pour les populations situés en aval, au Mali comme au Niger. Pour des extensions de 100 000 à 150 000 ha, l’accroissement des prélèvements et un écrêtement supérieur de la crue pendant la saison humide entraînerait déjà une réduction significative des surfaces inondées dans le delta vif, évaluée à 2 000 km2 (Bélières, Kuper, 2002). Les extensions programmées s’élèvent à 360 000 ha et il ne semble pas qu’une quelconque étude d’impact ait été menée dans ce sens.

28Par ailleurs, trois barrages ont été officiellement programmés lors de la réunion de l’Autorité de gestion du bassin du Niger (ABN) en novembre 2008 à Conakry : Fomi (Guinée), Taoussa (Mali) et Kandadji (Niger) dans le cadre du programme d’aménagement prioritaire défini par l’ABN (fig. 3). Une cartographie de la réduction de la surface d’inondation dans le delta vif du Niger a été réalisée dans la perspective de la mise en eau du futur barrage de Fomi : une baisse du niveau de crue de 45 cm est envisagée, réduisant de moitié la surface inondée (Swarts, 2005). Les perturbations hydrologiques potentielles liées aux prélèvements suscités par les extensions engagées à l’Office du Niger ne semblent pas intégrées dans ces projections. En aval, la mise en eau et le fonctionnement des barrages de Taoussa et de Kandadji sont susceptibles d’être affectés par l’augmentation des prélèvements dans la zone Office.

Figure 3 : Barrages et projets d’aménagement dans le bassin du Niger

Figure 3 : Barrages et projets d’aménagement dans le bassin du Niger

29Enfin, il s’agit de prendre en compte la qualité de l’eau et la gestion des effets sanitaires des programme hydro-agricoles. Pour l’heure la pollution agricole est encore limitée mais elle a augmenté ces dernières années, en particulier dans les secteurs Niono et N’Débougou. On a trouvé des traces de nitrates dans 14 puits à Niono, sur 48 analysés (AGEFORE 1998). Sachant que l’intensification de la production va se faire sur la base de l’utilisation massive d’intrants, il s’agirait de surveiller un certain nombre d’indicateurs en matière de pollution des eaux et des sols et d’assurer l’approvisionnement en eau potable des populations riveraines. En outre, ces populations souffrent déjà depuis des années de la recrudescence des affections liées à l’eau comme le paludisme et la bilharziose.

Figure 4 : L’agrobusiness à l’assaut de l’Office du Niger, vers quelles recompositions géographiques ?

Figure 4 : L’agrobusiness à l’assaut de l’Office du Niger, vers quelles recompositions géographiques ?

Vers quelles recompositions socio-spatiales ?

30La redistribution des terres et leur privatisation condamne le système traditionnel de gestion des ressources qui repose sur la pluri-fonctionnalité des ressources et de l’espace et répond à une répartition saisonnière des usages (fig. 5).

Figure 5 : Des calendriers agricoles et pastoraux qui se chevauchent, provoquant des tensions constantes

Figure 5 : Des calendriers agricoles et pastoraux qui se chevauchent, provoquant des tensions constantes

31Quoique voués à une production rizicole et maraîchère, les casiers irrigués de l’Office du Niger constituent un espace pastoral majeur dans une région où l’élevage extensif et transhumant domine encore largement. La zone irriguée dispose en effet en saison sèche des rares ressources en eau disponibles. Les troupeaux convergent donc vers les canaux et les drains pour s’abreuver, les résidus de culture assurant leur alimentation. Ces animaux viennent certes des zones sèches voisines, mais la plus grande partie d’entre eux appartient aux riziculteurs de l’Office qui, pour certains, sont devenus des agro-éleveurs. Le cheptel de la zone a été évalué à 300 000 bêtes en 1998 pour un taux d’accroissement de l’ordre de 10%/an (Le Masson, Sangaré, 2002) ; ce qui porterait le cheptel à quelque 700 000 têtes aujourd’hui… Des conflits d’usage éclatent régulièrement entre les bergers et les agriculteurs à l’occasion des dégâts commis sur les cultures. Les divagations du bétail contribuent à dégrader le réseau de digues.

32Des conventions de gestion des ressources ont été élaborées ces dernières années à l’échelle des Communes (Kala Siguida, Molodo, et Kolongotomo en particulier) et du cercle de Macina de manière régler ces conflits d’usage. Ces conventions reposent sur l’élaboration ou la restauration de règles qui soient en adéquation avec les nouvelles données démographiques et socio-économiques qui ont modifié les formes d’occupation de l’espace et leurs variations saisonnières (fig. 5). Cette réglementation est établie de concert avec les différents acteurs, après de longues négociations la plupart du temps, de manière à concilier les intérêts de chacun. Dans les secteurs du Macina et de Molodo, où les projets les plus ambitieux sont programmés, ces conventions risquent bien de devenir caduques avant d’avoir été réellement expérimentées. La privatisation du foncier et l’attribution de surfaces de plusieurs dizaines de milliers d’hectares à des sociétés agro-industrielles vont en effet engendrer des recompositions socio-spatiales majeures. En soustrayant de vastes territoires pastoraux aux bergers de l’Office et aux pasteurs transhumants, la gestion des troupeaux va se trouver complètement désorganisée. Car, en dehors d’un élevage intensif basé sur l’embouche et la production de lait qui tend à se développer autour de Niono, l’élevage reste encore extensif. Ce système pastoral est donc incompatible avec la fin de la vaine pâture et la privatisation du foncier : l’espace disponible pour ces troupeaux va se réduire considérablement et la tolérance vis à vis des dégâts éventuels sur les cultures sera probablement moindre. En outre, le petit élevage intensif développé par les riziculteurs de l’Office semble lui-même menacé. Il fonctionne en associant les facteurs d’intensification (utilisation des résidus de culture et de décorticage du riz), avec le déplacement saisonnier des animaux. En outre, les projets de production d’agro-carburants de deuxième génération à base des résidus de culture sont susceptibles de limiter les quantités utilisables, vendues à meilleur prix aux usines de transformation. Se pose par ailleurs la question du devenir des territoires de pêche des Bozos, dont le maintien suscitait déjà des heurts avec les cultivateurs et surtout les bergers de la région. Le développement d’un pôle d’agriculture intensive semble difficilement conciliable avec le maintien d’activités extensives de pêche et d’élevage.

33Enfin, on ne connaît ni le nombre exact des personnes que l’on envisage de déplacer dans le cadre des programmes d’aménagement, ni les conditions dans lesquelles leur réinstallation est envisagée. À Alatona, 33 villages ont été évacués et reconstruits en périphérie (fig. 4). Ces réinstallations sont présentées comme une opportunité dans la mesure où les sites seront désenclavés par un accès routier, bénéficieront d’une adduction électrique et d’accès à l’eau potable et disposeront par ailleurs d’infrastructures scolaires et sanitaires. On ne peut que saluer l’amélioration potentielle des conditions de vie des populations… Ces réinstallations sont toutefois susceptibles de créer des tensions dans les zones d’accueil entre les populations bénéficiant de droits coutumiers antérieurs et les nouveaux arrivants. Face au désengagement du projet Malibya vis à vis des populations locales déplacées, ce sont les communes qui seront probablement chargées de gérer les réinstallations et les litiges fonciers qui ne manqueront pas d’en découler. D’aucuns parlent déjà de « poudrière » pour qualifier les tensions qui se développent dans le Macina. Dix mille emplois devraient toutefois être créés dans le cadre des activités du projet. Leur nature n’est pas spécifiée et on peut craindre qu’ils soient peu nombreux dans le cadre d’une agriculture largement mécanisée et restent saisonniers (repiquage du riz, coupe de la canne à sucre ou récolte des tomates), et mal rémunérés au regard de l’offre de main-d’œuvre disponible.

Conclusion

34À la recherche d’un processus de développement agricole qui a toujours avorté jusqu’à présent, le Mali, comme la plupart des pays d’Afrique sub-saharienne, s’engage dans des accords de coopération Sud-Sud, qui viennent renforcer des réseaux Nord-Sud qui se renouvellent eux-mêmes. Ces relations Sud-Sud semblent inaugurer de nouvelles formes d’ingérence et de dépendance. Au nom de la sécurisation de l’approvisionnement alimentaire et de la politique d’intégration régionale souhaitée à l‘échelle de l’Afrique de l’Ouest, la politique agricole du Mali se voit assujettie aux priorités établies dans le cadre de l’UEMOA et de la CEN-SAD. Sous couvert de sa situation hégémonique au sein de la CEN-SAD, la Libye procède ainsi à une externalisation de sa production agricole par le biais du projet Malibya.

35Quelle que soit leur origine géographique, les sociétés agro-alimentaires qui investissent dans la zone Office du Niger sont avant tout soucieuses de développer des bénéfices à l’exportation et en développant des créneaux prometteurs comme les agro-carburants.

36Les paysans de l’Office du Niger se voient ainsi confisquer leur « révolution verte ». Les limites du modèle de développement suivi jusqu’à présent justifient-elles sa condamnation pure et simple ? Nombreux sont pourtant ceux parmi les chercheurs et au sein même des instances internationales qui défendent l’agriculture familiale et qui considèrent son développement et sa modernisation comme les seules voies possibles pour aboutir à la sécurisation alimentaire des populations.

37Cette région est à l’aube de mutations sans précédent, au prix de recompositions socio-spatiales et de désajustements tant socio-économiques qu’environnementaux que l’on commence tout juste à pressentir.

Haut de page

Bibliographie

AGEFORE, 2007, Schéma directeur d’approvisionnement en bois de la ville de Niono, Bamako, AMADER, 80 p.

BCEOM, 2001, Schéma Directeur Développement Régional, Zone Office du Niger, Rapport de synthèse, Montpellier, BCEOM, 22 p.

BELIERES J.F., KEITA I., SIDIBE S., 2001, Gestion du système hydraulique de l’Office du Niger : évolutions et perspectives, Actes du colloque PCSI 22-23 janvier 2001 La gestion des périmètres irrigués collectifs à l’aube du 21e siècle : enjeux, problèmes, démarches, Montpellier, Cemagref/ Cirad/Ird Agropolis.

BELIERES J.-F., KUPER M., 2002, L'extension des périmètres. Un problème d'eau et de disponibilités financières, in KUPER M., TONNEAU J.-Ph. (éds.), L’Office du Niger, grenier à riz du Mali, Montpellier, p. 227-232.

BRONDEAU F., 2004, Les désajustements environnementaux dans la région de l’Office du Niger : évaluation et perspectives, Cybergéo, n°263.

BRONDEAU F., 2004, L’accès à l’eau, facteur de différenciation des paysages et des sociétés rurales : exemple de la région de l’Office du Niger, Sécheresse n°1E, n°2.

COULIBALY Y , DISSA Y., 2002, L'approche participative de l'aménagement. Une extension des périmètres fondée sur la contribution des bénéficiaires, in KUPER M., TONNEAU J.-Ph. (éds.), L’Office du Niger, grenier à riz du Mali, Montpellier, p. 219-220.

Défis Sud, 2008, Dossier : Le Mali est-il une puissance agricole ?, n°86, 32 p.

DEVEZE J.-Cl. (dir.), 2008, Défis agricoles africains, Paris, Karthala, 390 p.

KUPER M., OLIVRY J.-C., HASSANE A., 2002, Le fleuve Niger, une ressource à partager, in KUPER M., TONNEAU J.-Ph. (éds.), L’Office du Niger, grenier à riz du Mali, Montpellier, Cirad/Karthala, 252 p.

LE MASSON A., SANGARE Y., 2002, Le développement de l'élevage dans les exploitations agricoles. Un investissement pour des activités fortement rémunérées, in KUPER M., TONNEAU J.-Ph. (éds.), L’Office du Niger, grenier à riz du Mali, Montpellier, Cirad/Karthala, p. 174-177.

MARCHAL J.-Y., 1974, L'Office du Niger : îlot de prospérité paysanne ou pôle de production agricole ?, Revue Canadienne des Études Africaines, 8 (1), p. 73-90.

MARIE J., MORAND P., N’DJIM A. (éds.), 2007, Avenir du fleuve Niger, Paris, IRD, coll Expertise collégiale, 282 p.

MERLET M., 2007, Quels impacts aura la promotion de l’utilisation des agro-carburants sur les pays en développement ? Actes du colloque ADEF (Association des Études Foncières), octobre, Paris, Maison de la mutualité.

MICHEL Y., 2009, L'accaparement des terres de rizières met en péril la souveraineté alimentaire de l'Afrique, Bulletin du collectif Grain. www.GRAIN.org / janvier 2009

OUVRY F., DJIM H., KUPER M., HAMEL E., BARRAL J.-P., 2002, La gestion de l'eau. Un équilibre entre apports et drainage, in KUPER M., TONNEAU J.-Ph. (éds.), 2002, L’Office du Niger, grenier à riz du Mali, Montpellier, p. 75-81.

PACT (Projet d’Appui aux Collectivités Territoriales), 2005, Projet de convention locale de gestion durable des ressources agro-pastorales dans le Cercle de Macina, Ségou, 20 p.

SCHREYGER E., 1983, L’Office du Niger au Mali, la problématique d’une grande entreprise agricole dans la zone sahélienne, Wiesbaden, Steiner, 380 p.

TRAORE S. I., 2008, Disponibilité de l’eau à l’Office du Niger, Ségou, Rapport interne Office du Niger, 8 p.

ZWARTS L. et al., 2005, Le Niger, un câble de sauvetage : résultats économiques et écologiques de la gestion efficace dans le bassin du haut Niger, Conférence FAO-Pays Bas. L’eau pour l’alimentation et les écosystèmes, Pour une action concrète, Rome.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’Office du Niger, aménagements et extensions en cours
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7213/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 2 : Office du Niger, les huit systèmes hydraulique du projet initial
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7213/img-2.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 3 : Barrages et projets d’aménagement dans le bassin du Niger
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7213/img-3.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 4 : L’agrobusiness à l’assaut de l’Office du Niger, vers quelles recompositions géographiques ?
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7213/img-4.png
Fichier image/png, 423k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7213/img-5.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 5 : Des calendriers agricoles et pastoraux qui se chevauchent, provoquant des tensions constantes
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7213/img-6.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Brondeau, « Un « grenier pour l’Afrique de l’Ouest » ? », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 43-53.

Référence électronique

Florence Brondeau, « Un « grenier pour l’Afrique de l’Ouest » ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7213 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7213

Haut de page

Auteur

Florence Brondeau

Institut de Géographie, Université Paris 4 Sorbonne, UMR 8185 Espace, Nature et Cultures (ENeC), 191 rue Saint Jacques, 75 005 PARIS, Florence.Brondeau@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page