Navigation – Plan du site

Avant-propos

Bernard Bret et Nicole Commerçon
p. 195-196

Texte intégral

1Ce numéro de Géocarrefour relève d’une double mission ; d’une part celle, ordinaire, de diffuser des résultats scientifiques et d’autre part, celle, exceptionnelle, d’un devoir de mémoire à l’endroit d’un collègue décédé.

2François Tomas, professeur de géographie à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne et membre du Comité de rédaction de la revue, était en effet l’éditeur invité de ce numéro. Très vite après la décision prise de programmer ce numéro, François avait rédigé un appel à articles, explicitant ce qu’il entendait voir traiter sur "patrimoine et aménagement urbain". Simultanément, il avait écrit un article sur le sujet, à la fois éditorial et réflexion aboutie sur ce thème qui lui était cher et sur lequel il avait beaucoup travaillé ; en témoignent, en particulier, plusieurs numéros thématiques qu’ils avait déjà conduits pour Géocarrefour, tels que "Une nouvelle culture de l’aménagement des villes" (1997/2), "Les villes d’Amérique latine plus grandes que leurs problèmes" (1999/4) ou encore "L’espace public" (2001/1), mais aussi, et plus largement, sa bibliographie. Dans son numéro 2 de 2003, Géocarrefour a présenté les publications de François Tomas depuis 1992 ainsi qu’une notice retraçant sa carrière, signée par Claude Cretin, ami et collègue au cours d’un long compagnonnage. François Tomas souhaitait non seulement une relecture des modalités de traitement du passé architectural des villes, en passant du monument historique à la notion de patrimoine, mais aussi une comparaison qui s’appuierait sur des exemples pris de part et d’autre de l’Atlantique et particulièrement de l’Amérique latine, là où il avait également beaucoup travaillé. Appel à contribution a donc été lancé, tant sur le site de la revue que par appel direct de la part de François Tomas à des collègues spécialistes de la thématique.

3Et puis, un vendredi soir - le 17 octobre 2003 -, François Tomas adressait à la revue une première et longue liste de contributeurs éventuels, dans l’attente d’un deuxième envoi les jours qui suivraient et qui rassemblerait les propositions d’articles qu’il avait commencé de réunir. Mais cet envoi ne devait jamais être réalisé, François disparaissait, hélas, dans la nuit du 19 au 20 octobre.

4Bien évidemment, le Comité de rédaction a décidé de tenter de mener à bien ce numéro, en dépit mais aussi en raison même de la disparition de François ; ainsi s’explique le double dessein de cette livraison de Géocarrefour : publication et dette scientifiques.

5Mais il a fallu beaucoup de temps pour retrouver les auteurs pressentis, pour organiser le numéro sans lui ôter le caractère que souhaitait lui donner à l’origine son éditeur scientifique. Nous avons pris le parti de publier in extenso, et en l’état, l’article éditorial de François, en regrettant cependant de pas avoir retrouvé l’intégralité de l’illustration qu’il désirait proposer mais tout en sachant que cela n’altérait en rien le propos.

6Dans cet article éditorial, François Tomas présente d’une façon très claire comment le patrimoine fait se confronter le passé avec le présent, ou, en d’autres termes, le temps avec le territoire. Dès lors que la notion de patrimoine ne se limite plus à un édifice pour la beauté de son architecture ou pour les souvenirs historiques qui y sont attachés, mais s’étend à son environnement et vaut même pour des secteurs plus vastes parfois dépourvus de monument remarquable qui, toutefois, pris globalement, font partie de l’identité collective des populations, la démarche change de registre et rencontre l’aménagement du territoire. Ce n’est pas seulement le temps passé qui est pris en compte dans l’aménagement des lieux d’aujourd’hui. C’est le changement de regard sur le patrimoine, les temporalités du patrimoine pour reprendre la suggestive expression de François Tomas, qui modifie le positionnement des acteurs sur les choix à opérer en matière d’aménagement.

7Sans se limiter aux villes, le thème touche prioritairement la géographie urbaine parce que l’espace urbain enregistre les marques du passé d’une façon plus concentrée que l’espace rural, faisant en sorte que la densité patrimoniale, combinée avec la densité démographique, rende la question plus complexe et ses enjeux plus aigus. N’est-il pas d’ailleurs normal qu’il en soit ainsi dans les lieux qui, par définition, intensifient l’interaction sociale ? Le thème couvre des champs multiples, à distinguer dans une démarche d’analyse, mais articulés les uns avec les autres dans la réalité. Il relève de la géographie sociale quand lui sont liées la spéculation foncière et immobilière, et la ségrégation qui se crée ou peut se créer en l’absence de régulation suffisante par les pouvoirs publics. Il a aussi à voir, faut-il le préciser, avec la géographie culturelle à travers l’inégale valorisation symbolique des lieux et leur appropriation dans la conscience des résidents. Il débouche enfin sur la géographie politique, non seulement par les débats auxquels il donne lieu sur les aménagements possibles, mais aussi parce que le social et le culturel alimentent très normalement la sphère du politique.

8Outre la contribution synthétique de François Tomas, six articles fournissent des études de cas, trois en France et trois en Amérique latine. Tous montrent l’actualité du thème du patrimoine, car partout on évite la muséification du passé et on traite l’héritage comme un problème actuel. L’espace est du temps stratifié, où les strates d’autrefois affleurent partout et sont des éléments constitutifs du présent. Dans des contextes différents mais dont les problèmes se font mutuellement écho, le fait se retrouve, que ce soit à Belem où Agnès Serre montre une culture urbaine issue des phases historiques du développement urbain et qui a évité les pièges d’un aménagement fonctionnaliste, ou à Lyon, dont Régis Neyret parle d’une façon savoureuse et parfois passionnée, montrant comment le Vieux Lyon a pu échapper à la destruction à laquelle le vouait naguère le plus fameux de ses édiles ! Faire que le patrimoine ne soit pas confisqué par une élite cultivée, mais constitue bien un patrimoine commun implique que soient aussi considérés comme tels des bâtiments simples dans la mesure où ils représentent une culture et, souvent, continuent à la faire vivre. Cette idée est illustrée d’une façon très éloquente dans l’étude que Roberto Santana fait de Chiloé : des églises et des maisons en bois, mais expressives d’une civilisation chilote fondée sur la mer et la forêt. L’intérêt porté par les architectes chiliens à cet archipel à un moment où le Chili était sous la botte de la dictature renforce l’idée que l’enjeu patrimonial se situe à la frontière du politique et du culturel, qu’il s’inscrit dans le débat citoyen, et parfois les luttes politiques. Autre lieu, autre problème, autre enjeu, mais là encore, appropriation d’un monument par les habitants, Stéphane Merle analyse avec beaucoup de finesse comment, à Saint-Étienne, le Stade Geoffroy Guichard, haut lieu pour les supporters des Verts, fait corps désormais avec l’identité stéphanoise. L’insertion du patrimoine dans la vie d’aujourd’hui ne se fait pourtant pas sans difficulté. Elle peut entraîner des conflits entre l’usage résidentiel et l’usage récréatif des lieux : Patrice Melé l’étudie à Tours. Elle doit composer avec les réalités géopolitiques et les frontières : Anne Collin-Delavaud le montre avec la ville de Panama.

9Puisse cet ensemble de contributions alimenter la réflexion sur le thème que souhaitait voir traiter François Tomas et rappeler à nouveau combien son souvenir nous est cher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret et Nicole Commerçon, « Avant-propos », Géocarrefour, vol. 79/3 | 2004, 195-196.

Référence électronique

Bernard Bret et Nicole Commerçon, « Avant-propos », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 30 janvier 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/721

Haut de page

Auteurs

Bernard Bret

Université Jean Moulin, Lyon, CNRS UMR 5600

Articles du même auteur

Nicole Commerçon

CNRS UMR 5600, "Environnement-Ville-Société"

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page