Navigation – Plan du site
Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

Le retour des grands investissements hydrauliques en Afrique de l’Ouest : les perspectives et les enjeux

The return of major water management schemes to West Africa: outlook and issues
Bruno Barbier, Hamma Yacouba, Amadou Hama Maïga, Gil Mahé et Jean-Emmanuel Paturel
p. 31-41

Résumés

L’Afrique de l’ouest est relativement peu dotée en grandes infrastructures hydrauliques capables de satisfaire les demandes. Les cultivateurs, trop dépendants des aléas climatiques, réclament l’irrigation. Les consommateurs veulent du riz, qu’il faut irriguer. Les populations sont encore mal desservies en eau potable et le coût de l’énergie appelle à la mise en valeur du potentiel hydroélectrique. Les décideurs nationaux et internationaux sont bien déterminés à relancer les grands projets hydrauliques, mais la régulation des débits des fleuves va nécessiter des négociations serrées entre États à l’échelle des bassins hydrographiques dans le cadre des organisations de bassins mais aussi dans le cadre des accords énergétiques notamment entre les États de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Les négociations vont nécessiter des compromis importants, surtout en ce qui concerne les zones humides, déjà en voie d’assèchement du fait de la baisse des pluies et qui vont souffrir de la construction de nouveaux barrages.

Haut de page

Texte intégral

1Les pluies qui tombent sur l’Afrique de l’Ouest sont globalement abondantes mais elles sont principalement exploitées par l’agriculture pluviale. Plus de 90% des eaux qui ruissellent vont à la mer en participant peu à la production de biens et services. Pour valoriser ce potentiel, beaucoup d’experts estiment que l’Afrique de l’Ouest a besoin d’investir dans de grands ouvrages hydrauliques, barrages et périmètres irrigués, essentiellement sur les grands fleuves. La région se placerait en retard dans ce domaine par rapport au reste de l’Afrique (Consortium pour les infrastructures en Afrique 2008).

2Avant de se lancer dans de grands investissements coûteux et parfois peu rentables, mieux vaut réfléchir à la pertinence des différentes options techniques et managériales. L’intérêt économique des barrages est-il évident ? N’y a-t-il pas d’autres moyens de satisfaire les demandes en eau, en riz et en énergie ? Ces demandes ne sont-elles pas en conflit ? Les coûts environnementaux ne sont-ils pas excessifs ? Que fait-on des zones humides ? Ne vaut-il pas mieux envisager un autre type de développement basé sur l’amélioration des performances des systèmes agraires existants ? Comment gérer les bassins fluviaux ? Comment améliorer la productivité de l’eau ?

3Dans cet article, nous analysons certains des éléments du débat qui oppose, sur l’intérêt de la relance des grands ouvrages hydrauliques en Afrique de l’Ouest, les grands organismes internationaux comme la Banque Mondiale ou le PNUD aux ONG et aux tenants du microcrédit. Dans une première partie, nous faisons le point sur la réalisation du potentiel hydraulique et les causes de la faiblesse des réalisations ; nous expliquons aussi comment la planification de ce potentiel est progressivement transférée aux autorités des bassins versants qui tentent d’impliquer les acteurs locaux. Dans la deuxième partie, nous discutons de l’évolution des demandes en services liés à l’eau telles que l’eau potable, l’assainissement, l’irrigation, l’hydro-électricité, la navigation, le tourisme, l’élevage, la pêche et l’environnement. Nous discutons des moyens alternatifs de satisfaire ces demandes et montrons sous quelles conditions ces usages peuvent être antagonistes ou entrer en synergie.

La réalisation du potentiel hydraulique d’Afrique de l’Ouest

4Le potentiel hydraulique de l’Afrique de l’Ouest n’est pas fondamentalement défavorable à la satisfaction des besoins des quelque deux cent cinquante millions de citoyens de l’Afrique de l’Ouest (290 millions si on inclut le bassin du lac Tchad). Même les projections du stress hydrique théorique, qui met en relation les quantités d’eau potentiellement disponibles et la demande de la population, sont rarement déficitaires (United Nations Economic Commission for Africa -UNECA, 2002), FAO/AQUASTAT, 2005). Seul le Cap Vert pourrait se trouver en situation de rareté hydrique d’ici à 2025, c’est-à-dire avec moins de 1 000 m3 par habitant et par an, alors que le Burkina Faso, le Niger, le Ghana, le Nigéria et le Togo pourraient se trouver en situation de stress hydrique, c’est-à-dire avec moins de 1 700 m3 par habitant et par an. La situation est bien plus préoccupante pour les pays africains situés en zone aride comme l’Afrique du Nord, de l’Est et du Sud (UNECA 2002).

5Le réseau hydrographique ouest africain est relativement dense : plusieurs grands fleuves traversent la sous-région, même dans sa partie semi-aride. Le fleuve Niger, alimenté principalement par les montagnes du Fouta Djalon, traverse une partie importante du Sahel. De même, le fleuve Sénégal, partant des mêmes montagnes, remonte loin dans le Sahel avant de bifurquer vers la mer. Le fleuve Volta offre un potentiel intéressant au Burkina Faso, au Ghana et au Togo. Le lac Tchad se trouve en zone semi-aride et constitue un potentiel non négligeable pour le Tchad, le Niger, le Nord Nigéria et le Nord Cameroun.

6Les grands fleuves Ouest africains ont été assez peu régulés jusque là, c’est-à-dire que leurs débits sont abondants après la saison des pluies et presque secs durant l’étiage. Réguler un fleuve consiste à stocker une partie du débit pendant la crue pour le restituer pendant la saison sèche. Ceci modifie le régime hydrologique du fleuve en diminuant la hauteur maximale atteinte par la crue et en augmentant le débit en saison de basses eaux. La régulation consiste aussi à soutenir les débits d’une année sur l’autre. Les grands barrages tels que le barrage d’Akossombo au Ghana permettent d’amortir l’impact d’une série d’années sèches (Andreini et al., 2000).

7Les débits des fleuves Ouest africains dépendent de l’un des climats les plus variables de la planète. Les facteurs contrôlant le climat Ouest-africain sont encore mal connus, raison pour la quelle l’Union Européenne a lancé le grand programme AMMA (Analyse multidisciplinaire de la mousson africaine) depuis 2001 (Redelsperger et al., 1996) pour améliorer les connaissances sur le sujet. L’initiative régionale PRESAO (Prévision saisonnière en Afrique de l’Ouest) coordonnée par AGRHYMET et ACMAD à Niamey propose depuis une dizaine d’années une prévision saisonnière des pluies et des débits de la région à partir de températures marines de plusieurs océans, avec toutefois une qualité de prévision très perfectible (Hamatan et al., 2004). L’étude de longues chroniques de pluies et débits du XXe s. permet de mettre en évidence un signal climatique majeur (Hulme et al., 2001 ; Conway et al., 2009) et qui concerne toute l’Afrique de l’Ouest : la rupture climatique de 1970 sépare une période humide antérieure et une période sèche récente (Paturel et al., 1997; L’Hôte et al., 2002). La sécheresse a connu deux paroxysmes, dans les années 1970 et 1980. Malgré une certaine reprise des pluies depuis le milieu des années 1990, la sécheresse persiste (L’Hôte et al., 2002 ; Mahé et al., 2005). L’étude des sédiments du lac Bosumtwi au Ghana suggère que des sécheresses de durées et d’ampleurs bien plus grandes ont frappé la sous région dans les siècles passés (Shanahan et al., 2008).

8La variabilité des écoulements de surface est supérieure à celle des pluies. Durant les années sèches, les écoulements diminuent proportionnellement plus que les précipitations, dans la plus grande partie de l’Afrique de l’Ouest, sauf au Sahel où les défrichements ont augmenté le ruissellement et les écoulements au détriment de l’évaporation et de l’infiltration. Les populations situées le long des fleuves non régulés sont confrontées à des difficultés croissantes de gestion de l’eau. Quand la saison des pluies est faible, les crues sont encore plus faibles. Les cultures telles que le riz de submersion contrôlée, inondée, ou de décrue sont alors très vulnérables face à cette variabilité des crues, ce qui demande de la part des cultivateurs de grandes capacités d’adaptation. Les essais de prédétermination de la hauteur de la crue à partir de la relation pluie/débit en amont pourraient améliorer la capacité des paysans à réussir leurs cultures inondées et de décrue (Blanchet et al., 2002).

Figure 1 : Fraction des écoulements naturels prélevés pour l’irrigation

Source (FAO/AQUASTAT 2005)

9Bien que le potentiel hydraulique de l’Afrique de l’Ouest soit appréciable, le changement climatique soulève de sérieuses inquiétudes, dans la mesure où les changements globaux pourraient se traduire par un fonctionnement différent de la mousson. Les modèles climatiques globaux ne reproduisent l’évolution du climat de l’Afrique de l’Ouest qu’avec une faible significativité (Ardoin-Bardin et al., 2009), mais il est probable que le réchauffement de la planète provoquera une plus grande variabilité des phénomènes climatiques, sauf peut-être pour la température. Les GCM prévoient une augmentation modérée par rapport au reste de la planète (IPCC, 2003).

Adapter l’agriculture au climat

10Les pays d’Afrique de l’Ouest, qui doivent se préparer à de nouvelles défaillances de la mousson, sont appelés à élaborer des programmes visant à adapter leurs économies à cette variabilité. Dans beaucoup de cas, ces plans sont un rhabillage des plans de développement antérieurs, mais quelques innovations sont proposées.

11Une piste innovante et prometteuse est la prévision climatique saisonnière, comme le PRESAO déjà cité, mais qui est encore très peu utilisé car encore trop qualitatif. Par ailleurs AGRHYMET diffuse les dates optimales de semis, par approche statistique à partir d’observations satellitaires. Avec de bonnes prévisions les paysans pourraient ajuster leur plan de campagne en favorisant les cultures et les techniques culturales plus ou moins résistantes à la sécheresse. Par exemple si la saison s’annonce nettement déficitaire on favorisera les cultures résistantes à la sécheresse comme le mil. Les éleveurs pourront déplacer leurs troupeaux en conséquence, stocker des fourrages ou vendre une partie du cheptel. Pour les décideurs, prévoir une saison déficiente permettrait de préparer des stocks à l’avance, d’alerter les agences d’aide ou de réduire les décharges des barrages hydroélectriques.

12Une autre piste envisagée par les pays sahéliens pour réduire leur vulnérabilité au changement climatique est la pluie artificielle. Plusieurs pays sahéliens ensemencent déjà des nuages, préalablement analysés par des radars. L’objectif est le plus souvent de remplir des barrages stratégiques. Si le Burkina Faso utilise cette technique depuis de nombreuses années (projet SAAGA depuis 1998), d’autres pays l’expérimentent. Toutefois l’impact réel de cette technologie est mal connu car il faut encore démontrer que la pluie ne serait pas tombée de toute façon ailleurs ou que l’on n’assèche pas certaines zones en en favorisant d’autres. L’analyse coût-bénéfice de l’impact des pluies artificielles doit comparer les pluies de zones traitées avec celle de zones témoins et ceci sur de nombreuses années, ce qui est très difficile à réaliser.

Un potentiel fluvial sous exploité

13L’Afrique de l’Ouest a relativement peu investi dans les grandes infrastructures hydrauliques. Si les bassins de l’Afrique du Nord et de l’Afrique du Sud ont été exploités pour l’irrigation, les bassins du Sénégal et du Niger laissent passer plus de 90% des écoulements.

14La majorité des grands investissements hydrauliques a été réalisée après les indépendances, tel que le barrage d’Akossombo au Ghana. Malgré quelques efforts après la sécheresse des années 1970 et 1980, l’Afrique de l’Ouest a relativement peu investi pour réduire les effets de son climat si variable. Seule une centaine de grands barrages de plus de 3 millions de mètres cubes ont été construits soit moins de 8% des barrages africains, alors que l’Afrique de l’Ouest représente un tiers de la superficie du continent et qu’elle est soumise à un climat variable. Un cas particulier est le Burkina Faso qui a construit plus de 1 000 petits barrages en terre, essentiellement dans sa partie nord, pour favoriser l’élevage et la petite irrigation (ministère de l'Agriculture, de l'Hydraulique et des Ressources halieutiques 2003 ; Sanfo et al., 2008).

15La faiblesse des réalisations hydrauliques Ouest africaines est corrélée au faible développement économique de la région. Seuls le Ghana, le Nigeria et la Côte d’Ivoire ne sont pas classés parmi les pays dits « moins avancés ». Les capacités techniques et managériales des États d’Afrique de l’Ouest progressent trop lentement pour envisager de renforcer les capacités régionales en termes de constructions d’infrastructures de génie civil. Les institutions publiques concernées ont souvent été déstabilisées par les plans d’ajustement structurel et le secteur privé n’est pas encore en mesure de relever le défi. Il faut faire appel à des compétences étrangères qui impliquent un surcoût pour le transport des machines, le personnel, le matériel et le carburant. Dans la base de données Aquastat de la FAO, qui regroupe une étude comparative sur 250 périmètres irrigués dans différents pays en développement, parmi les 20 périmètres irrigués les plus coûteux par hectare, 15 sont africains, dont la moitié sont situés en Afrique de l’Ouest (FAO/AQUASTAT 2005). Vu le coût croissant de l’énergie et des matériaux de construction, il sera difficile de réduire les coûts des périmètres dans l’avenir. Certains comptent sur l’implication croissante des entreprises asiatiques pour réduire ces coûts.

Le retour des grands projets hydrauliques

16Depuis le début de la décennie, les éléments clés du débat sur la construction de la grande hydraulique ont changé. Plusieurs éléments ont permis de relancer les projets de grandes infrastructures hydrauliques : l’apaisement des grands conflits armés (comme en Sierra Léone et au Libéria), certains progrès de la démocratie, les progrès de l’intégration régionale, une certaine reprise économique, la récente crise alimentaire et surtout la réduction d’une grande partie des dettes multilatérales. Les institutions financières internationales souhaitent à nouveau investir dans l’hydraulique, non seulement pour relancer les économies, mais aussi pour créer ces emplois qui réduiraient l’émigration vers les pays du Nord. On reparle à nouveau des grands aménagements dans les bassins des fleuves Niger, Sénégal et Volta.

17Mais ces grands investissements doivent faire l’objet d’une concertation étroite entre les États qui partagent ces cours d’eau internationaux. L’Afrique de l’Ouest est politiquement très morcelée. La forte interdépendance des pays Ouest-africains en matière d’eau, conjuguée à une certaine persistance des réflexes nationalistes et la récurrence des sécheresses ou des inondations, créent un terrain propice aux tensions autour du partage de l’eau (Schmitz, 1991 ; Barrière et Barrière 2002 ; Niasse 2004 ; Niasse et al., 2004).

18Officiellement, le besoin d’une gestion concertée de l’eau et de l’énergie est un fait acquis dans la sous-région. Il est vrai qu’un pays pourra difficilement viser la satisfaction des besoins nationaux au détriment des pays situés en aval. La sous-région dispose de plusieurs instances de coopération à l’échelle desquelles des réponses concertées aux défis d’ampleur transfrontalière tels que la gestion de l’eau, de l’énergie et le changement climatique sont envisagés. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a placé l’eau au cœur de ses priorités. Son programme de gestion concertée de l’eau s’inscrit dans l’harmonisation des actions en Afrique de l’Ouest. De même, le Partenariat mondial de l’eau, relayé dans la région par le Partenariat Ouest-africain de l’eau et par des partenariats nationaux et locaux, propose les grands principes pour une gestion intégrée de l’eau à différentes échelles. Le concept de Gestion intégrée des ressource en eau (GIRE) vise à harmoniser les politiques sectorielles, à faire converger les politiques nationales et à remplacer la gestion bureaucratique par un mode de gestion plus participatif (Boily et Gangbazo, 2004 ; Réseau International des Organismes de Bassin, 2009).

19Il n’est cependant pas sûr que les organismes de bassin jouissent de suffisamment d’autonomie de décision pour résister aux pressions politiques qui peuvent déboucher sur des investissements inadéquats. Dans tous les cas, la gestion de l’eau dans les bassins passera par des compromis. Dans le cadre de la gestion intégrée, quelques questions clés se posent aux décideurs et aux populations. Dans le contexte d’une ressource limitée et d’une demande en croissance exponentielle, quels usages faut-il privilégier ? L’irrigation, l’eau potable, l’assainissement, l’hydroélectricité ou l’hydraulique pastorale ? Quels types d’aménage-ments ? Les grands ou les petits barrages ? Le contrôle total de l’eau, la submersion contrôlée, l’aménagement des bas-fonds ou l’irrigation de complément ? La riziculture ou le maraîchage ? Dans certains pays, aux ressources en eau de surface limitées et/ou déjà en limite de disponibilité, on exploite les aquifères, même s’ils sont fossiles. Dans d’autres pays, on réfléchit déjà à l’exploitation des ressources en eau non conventionnelles telles que le dessalement ou l’utilisation des eaux usées.

Des usages concurrents ou complémentaires ?

20Alors que les projets de grande hydraulique sont à nouveau sur les tables de l’Office de mise en valeur du Sénégal (OMVS), de l’Autorité du bassin du Niger (ABN) et de l’Autorité du bassin de la Volta (ABV), il devient important de clarifier les priorités entre les nouveaux usages sachant que les différentes demandes en eau potable, en nourriture, en électricité, en poisson vont croître rapidement. De la même manière, les pressions des groupes environnementaux pour préserver les zones humides vont s’intensifier à mesure que ces zones s’assèchent et que la biodiversité mondiale s’amenuise.

La priorité à l’eau potable

21En général les planificateurs déterminent d’abord les besoins en eau potable pour les zones urbaines. Selon les démographes (FMI, 2009 ; UN Population Fund, 1998), de 250 millions actuellement, la population Ouest africaine devrait se stabiliser autour de 600 millions de personnes au milieu du siècle (hypothèse moyenne à comparer avec les 550 millions de l’hypothèse basse et les 700 millions de l’hypothèse haute). En Afrique de l’Ouest, les urbains consomment 40 à 60 litres par jour. Comme les villes croissent très rapidement et que la moitié des Africains de l’Ouest vivront en ville au milieu du siècle, les demandes urbaines, jusque là modérées, vont représenter une part non négligeable du disponible. L’assainissement consomme peu d’eau supplémentaire. Même l’option « tout-à-l’égout » consomme des quantités recyclées. Il faudra probablement maintenir les latrines et fosses septiques pour économiser l’eau. Comme les populations rurales pourraient aussi commencer à réclamer l’adduction d’eau, la demande pourrait largement dépasser les prévisions classiques.

22Selon les estimations, un bon tiers des populations urbaines et rurales souffrent d’un accès difficile à de l’eau saine, le plus souvent à cause des distances des habitations à un point d’eau potable. Le problème est plus financier que technique car l’eau est disponible dans les aquifères ou dans les barrages et les techniques d’adduction sont relativement maîtrisées. Le coût élevé du service de l’eau par rapport à la capacité des utilisateurs à payer réduit la viabilité des investissements. Les services hydrauliques sont souvent absents dans les quartiers périurbains et dans de nombreux centres urbains secondaires.

23En zone rurale, une grande proportion de forages est en panne, alors que les populations manquent de moyens pour les réparer. La gestion des points d’eau est déléguée aux populations au travers de comités villageois capables de collecter les fonds et la formation des réparateurs ruraux est peu organisée. En milieu urbain, les nouveaux modes d’exploitation-gestion des équipements collectifs consistent à déléguer la gestion des bornes fontaine à des opérateurs privés opérant à diverses échelles depuis le gestionnaire de réseau jusqu’au marchand ambulant.

24Les prélèvements pour l’eau potable viendront en partie des aquifères dont les eaux sont plus propres que les eaux de surface. Les villes côtières en bordure du golfe de Guinée utilisent surtout l’eau de leurs aquifères généralement très productifs. Dakar s’approvisionne par des forages et par l’eau du fleuve Sénégal puisée dans le lac de Guiers. Ouagadougou, qui ne dispose pas d’une nappe importante ni de fleuve proche, s’approvisionne dans les barrages proches de la ville. D’une manière générale, il ne devrait pas y avoir de conflits d’usage majeurs entre la demande des villes et les autres demandes, sachant que, dans l’ensemble, les aquifères seront principalement destinés à l’eau potable et les eaux de surface aux usages agricoles et hydro-électriques.

Cultures irriguées ou pluviales ?

25L’agriculture Ouest africaine pourrait très bien satisfaire la demande croissante des populations urbaines, même si ces dernières se tournent vers de nouveaux modes alimentaires à base de riz et de blé. Il faudra probablement continuer à importer le blé, mais la sous-région pourrait produire l’essentiel de sa consommation de riz (Abernethy et al., 1985).

26Les périmètres irrigués représentent moins de 2% des terres cultivées Ouest africaines contre 18% au niveau mondial et 33% en Inde et ne contribuent que modérément à la sécurité alimentaire de la région. Les rares investissements sont concentrés sur les zones sahéliennes du Nord du Nigéria (Kimmage et Adams, 1990), de l’Office du Niger au Mali (Bonneval, 2002) ou de la SAED au Sénégal (Bélières et Touré, 1999). On trouve aussi une multitude de petits périmètres situés le long des fleuves ou autour des barrages, grands et petits, dans les zones péri-urbaines ou dans les mangroves de Casamance (Posner et al., 1988) et de Guinée Bissau.

27Les plans d’ajustement structurel ont nettement ralenti le développement des périmètres irrigués. Ceux-ci sont effectivement coûteux (Berthome et al., 1986) et plus chers en Afrique qu’ailleurs (FAO/AQUASTAT, 2005). Les périmètres sont en moyenne relativement peu productifs et peu rentables. Le manque d’expérience des irrigants et leur manque d’organisation ne favorisent pas une gestion rationnelle des eaux, des sols et des infrastructures (Bethemont et al., 2003). Dans certains cas, des pratiques inadaptées ont salinisé ou dégradé les sols (Bertrand et al., 1993). La riziculture, privilégiée par les aménagistes, est concurrencée par les importations de riz asiatique bon marché (Barbier et al., 2005). Les faibles taxes à l’importation des pays de la CEDEAO et la surévaluation du Franc CFA par rapport au dollar défavorisent la production locale. Mais c’est aussi la faible adoption de pratiques agricoles adaptées, le manque d’entretien des réseaux et la faible efficience des systèmes irrigués qui sont à l’origine des coûts de production élevés (Loquay et Leplaideur, 1995).

28Les cultures maraîchères, en pleine expansion, vont-elles remplacer la riziculture ? Elles nécessitent moins d’eau, un peu moins de travail que le riz et des infrastructures moins complexes que la riziculture qui, elle, nécessite des sols hydromorphes ou vertiques, des planages coûteux, une lame d’eau constante et des digues de protection contre les crues. Au contraire du riz, le maraîchage peut être réalisé à peu près partout où il y a de l’eau, autour d’une mare, d’un puits ou d’un cours d’eau. Il crée des emplois, génère des revenus supérieurs et améliore la nutrition. Il fait aussi vivre un grand nombre d’intermédiaires, notamment des femmes.

29Toutefois le marché du maraîchage est étroit. Même si les pays du Sahel exportent de plus en plus de légumes vers les pays côtiers dont le climat trop humide pénalise le maraîchage, les crises de surproduction sont fréquentes. Les exportations de haricot vert vers l’Europe ont pratiquement disparu de la sous-région au profit du Kenya mieux organisé. Tant que les filières maraîchères resteront désorganisées, le riz restera la culture majeure des périmètres irrigués du Sahel.

30Peut-on réduire les consommations d’eau dans les périmètres irrigués ? Les modes d’irrigation varient par leur conception, leur sophistication et leur coût. Le gravitaire en maîtrise totale de l’eau, le mode le plus répandu, nécessite des investissements très lourds, pouvant dépasser 15 000 euros par hectare et une gestion de l’eau complexe (ministère de l'Environnement et de l'Eau du Burkina Faso, 2001). Le gravitaire est particulièrement indiqué pour la riziculture qui consomme de grands volumes d’eau. La réduction des volumes d’eau sur les périmètres rizicoles est complexe, car dans beaucoup de cas il faut gérer la salinisation des sols par des lessivages massifs. La réduction des gaspillages est particulièrement difficile quand l’eau est gratuite. Les meilleurs résultats sont obtenus dans les périmètres qui pompent l’eau, ce qui incite les irrigants à réduire la facture énergétique.

31Les modes d’exhaure de l’eau sont également variés, de la calebasse à l’hydrovis, en passant par les shadoufs, les motopompes, les pompes à pied ou à chaîne. Le renchérissement des hydrocarbures devrait favoriser l’exhaure humaine et animale pour les cultures à haut rapport. Les pompes solaires sont pratiquement inexistantes. L’irrigation de complément des cultures pluviales à partir de petits bassins se révèle rentable sous certaines conditions de coûts d’opportunité (Fox et al., 2005) mais l’adoption de telles techniques pour les cultures pluviales est nulle.

32L’irrigation par aspersion est rare à cause des pertes par évaporation, de la fragilité des systèmes et du coût du pompage sous pression. L’aspersion à partir de pivots, fort rare, est surtout utilisée pour la canne à sucre. Le goutte-à-goutte, « adapté » pour le petit maraîchage bien que constamment promu dans les conférences, est rare sur le terrain. Les systèmes dits californiens avec tuyaux enterrés sont plutôt utilisés pour les cultures à haut rapport comme le haricot vert.

33L’aménagement des bas-fonds est bien moins coûteux que l’irrigation gravitaire, mais le contrôle de l’eau est très partiel, permettant des rendements plus modérés et irréguliers (Albergel et al., 1993 ; Jamin et Windmeijer, 1996 ; Sally, 1997 ; Legoupil et al., 1999 ; Dembélé et al., 2001 ; FAO, 2003).

34La réduction des volumes d’eau nécessaires à l’irrigation se heurte à la désorganisation des périmètres irrigués. Leur gestion a été en grande partie remise aux coopératives et groupements de producteurs. Si à l’Office du Niger la participation des producteurs à la gestion est considérée comme un succès (Bonneval, 2002), en règle générale, l’autogestion se révèle décevante. Les groupements se heurtent à une certaine incohérence des politiques publiques qui passent trop vite de la gestion étatique à un libéralisme qui équivaut à un abandon (Bethemont et al., 2003). De nouveaux modes de gestion sont proposés, tels que la professionnalisation des différentes fonctions des périmètres irrigués (Compaoré et al., 2002). La Banque mondiale soutient le développement de petits périmètres privés, mais le mode de production capitaliste de type patron/salarié se montre rarement plus efficace que le petit paysannat. De même, les tentatives d’intégration verticale des filières maraîchères et fruitières sont restées très timides.

35L’irrigation, si coûteuse et souvent décevante, est-elle réellement nécessaire ? Le climat de l’Afrique de l’Ouest est relativement bien arrosée. Les pays côtiers du golfe de Guinée bénéficient d’un climat humide de type bimodal, favorable aux cultures pérennes et à la double culture. Les zones situées sous climat soudano-guinéen à régime monomodal sont encore relativement peu exploitées et offrent un potentiel appréciable pour les cultures pluviales. Elles sont en voie de colonisation par les populations venant du Sahel et des zones soudaniennes (Cour, 1994 ; Ninnin, 1994 ; Snrech, 1995). Ces zones sont très favorables au maïs. Les paysans encadrés produisent aisément plusieurs tonnes de grains par hectare. C’est là que se trouvent les greniers à céréales des pays sahéliens, mais aussi les cultures de coton dont l’Afrique de l’Ouest est le deuxième exportateur mondial. La plupart des pays sahéliens sont proches de l’autosuffisance et voient leurs rendements moyens croître rapidement (FAOSTAT, 2009).

36Seules les parties soudaniennes et sahéliennes de l’Afrique de l’Ouest se trouvent dans une situation défavorable aux cultures pluviales, surtout depuis la baisse des pluies des années 1970. Les régions sahéliennes sont souvent peu peuplées et celles éloignées des fleuves tendent à se dépeupler. Les abords des fleuves Niger et Sénégal permettent d’envisager un certain développement agropastoral et halieutique. Si c’est dans ces zones que se justifie l’irrigation, c’est aussi dans ces zones que l’évaporation de l’eau des barrages induit le plus de gaspillage.

Hydroélectricité ou thermique ?

37Les manuels décrivent l’hydroélectricité comme une utilisation non consommatrice dans la mesure où un barrage hydroélectrique relâche l’eau turbinée en aval. Un barrage qui régule un cours d’eau peut aussi augmenter le productible électrique des barrages situés en aval. De plus, un barrage hydroélectrique écrête les crues et soutient les étiages, permettant de contrôler les inondations et de construire plus facilement des périmètres irrigués en amont et en aval. Toutefois dans les zones arides, un barrage hydroélectrique consomme de l’eau par évaporation. Par exemple, le barrage de Taoussa dans la boucle du Niger au Mali évaporera une lame d’eau de trois mètres, réduisant le débit du fleuve d’un bon tiers (ABN, 2007).

38L’hydroélectricité contribue tout de même à 40% de la production totale d’électricité de la sous-région, le reste étant produit par les usines thermiques à partir de pétrole ou de gaz naturel (FMI, 2009). Si l’électricité est très bon marché au Nigéria et abordable au Ghana et en Côte d’Ivoire, elle atteint des records mondiaux dans les pays sahéliens enclavés, à cause des coûts de transport du carburant (Diaw, 2004), de sorte que le coût élevé de l’électricité handicape fortement la sous-région. La consommation d’électricité est faible dans les pays du golfe de Guinée et dérisoire dans les pays du Sahel qui ensemble consomment l’équivalent de 1% de la consommation de la ville de New York (Minvielle, 1999). Elle varie de 346 kwh/habitant à 22 kwh/habitant selon les pays de la sous-région. La consommation moyenne avoisine 127 kwh/habitant, soit trois fois moins que la moyenne de l’Afrique subsaharienne, environ cinquante fois moins qu’un Français ou cent fois moins qu’un Américain. Les handicaps sont à la mesure du développement économique de la région. Les sociétés d’électricité peinent à recouvrer leurs coûts car les marchés d'énergie nationaux sont étroits. Les infrastructures de production et de transport d'énergie électrique sont très coûteuses. Le privé ne contrôle pas plus de 10 % du total de la production et les pertes en ligne sont élevées (entre 14 et 45% selon les pays).

39Le kilowatt/heure produit par l’hydroélectricité est nettement moins coûteux que celui produit à partir de centrales thermiques alimentées par des hydrocarbures dont le prix risque encore de progresser dans les décennies à venir. Le potentiel hydroélectrique de l’Afrique de l’Ouest avoisine 25 000 mégawatts, principalement dans les pays bordant le golfe de Guinée comme le Nigéria (37%), la Guinée (26%), le Ghana (11%), la Côte d’Ivoire (11%) et la Sierra Leone (5%). En 1999, le projet d'Échanges d'énergie électrique d’Afrique de l’Ouest- (EEEAO) prévoyait l’aménagement de nouveaux sites sur la Volta (Bui au Ghana), sur le Niger (Fomi et Fello Sounga en Guinée), sur le fleuve Sénégal (Sambagalou au Sénégal et Manantali au Mali), sur le Niger (Kandadji au Niger) et en Sierra Leone (le Rokel à Bumbuna) pour une capacité totale installée de 1 010 MW et un coût de 1,7 milliard de dollars US (de 1999). En outre le Burkina Faso a entamé la construction d’un barrage à Samandéni sur le Mouhoun et en envisage un autre à Noumbiel, toujours sur le Mouhoun.

40Il est probablement préférable de construire des barrages sous climat plus humide comme dans les pays bordant le golfe de Guinée. Le courant produit à moindre coût pourra toujours être revendu aux pays sahéliens à coût inférieur aux conditions locales, comme le Nigéria le fait avec le Niger. Un handicap majeur de l’hydroélectricité est sa dépendance au climat. Le non remplissage des barrages consécutif à une saison des pluies insuffisante peut affecter durement les économies de la sous-région, comme en 1984 et en 1998 au Ghana et en Côte d’Ivoire quand les turbines des barrages d’Akosombo et de Kossou ont dû s’arrêter, frappant durement les économies nationales. Ce risque de coupure s’amenuise à mesure que les interconnexions entre réseaux Ouest africains se développent et permettent de répartir les surcharges et les déficits. Cependant, si une grande sécheresse affecte la région, les possibilités de compensation entre zones resteront limitées. Il faudra alors probablement limiter la production d’hydroélectricité et investir dans le thermique. Beaucoup d’industries ghanéennes ont dû acheter leurs propres groupes électrogènes pour pallier les coupures du passé. Sur le long terme, il faudra probablement prévoir une connexion avec des zones dont le climat est moins dépendant de la mousson Ouest-africaine comme l’Afrique centrale. En fait, à court terme, la CEDEAO prévoit d’investir essentiellement dans le thermique, à partir de gaz naturel en attendant que les énergies renouvelables deviennent compétitives. Le gaz naturel reste une énergie bon marché, même si l’augmentation du prix du pétrole induit celui du gaz. Le Nigéria et la Côte d’Ivoire sont d’importants producteurs. Or une grande partie du gaz est encore brûlé dans les torchères lors de l’extraction du pétrole. Les compagnies pétrolières du Nigéria sont en train de capter ce gaz pour le revendre dans la sous-région au travers d’un gazoduc off-shore qui relie depuis peu les gisements nigérians au Bénin, au Togo et au Ghana. Les fonderies d’aluminium du Ghana sont maintenant alimentées par du gaz nigérian ce qui a permis de réallouer la production du barrage d’Akossombo aux autres besoins nationaux.

Figure 2 : Barrages et projets de barrages en Afrique de l’Ouest

Que faire des zones humides ?

41Les grandes zones humides naturelles Ouest- africaines ont perdu plus de la moitié de leurs superficies depuis les années 1960 (Lamizana et al., 2008). Le delta intérieur du Niger a régressé de 37 000 km2 à quelques 15 000 km2 aujourd’hui, le lac Tchad de 20 000 km2 à moins de 7 000 km2, la plaine d’inondation du Hadéjia Nguru sur le fleuve Komadugu Yobe au nord du Nigeria de 2 350 km2 à 1 000 km2 (Acharya et Barbier, 2000). Les causes ne sont pas seulement la baisse de la pluviosité, mais aussi l’écrêtage des crues par les barrages et les prélèvements urbains et agricoles dans les fleuves qui alimentent ces zones humides. Par exemple, les barrages de Sélingué et de Markala en amont du delta intérieur du Niger ont contribué à réduire la surface inondée dans le delta intérieur du Niger au Mali en régularisant les crues (Kuper et al., 2000), même si dans ce cas là l’impact reste faible en crue (6%). Les barrages du Nord Nigéria et du Cameroun sur le Logone et le Chari ont aggravé l’assèchement du lac Tchad.

42La pression sur les bonnes terres pousse les populations rurales vers les vallées et les bas-fonds qu’ils délaissaient traditionnellement. Les zones humides sont progressivement mises en culture. Dans les années 1970 et 1980, des agences de développement avaient favorisé ces mouvements en éradiquant des maladies présentes dans les zones humides afin d’y attirer les populations des zones sahéliennes considérées comme trop peuplées. Il est relativement difficile aujourd’hui de convaincre gouvernements et populations qu’il est important de protéger les marécages, les lacs, les mares, les bas-fonds et les forêts galeries. La protection des zones humides au nom de l’environnement peut paraître secondaire pour des pays qui ont des priorités plus pressantes.

43Les nouveaux projets de barrages vont accélérer la disparition des zones humides naturelles. Le projet du grand barrage de Bui au Ghana sur la Volta Noire inonderait la réserve naturelle de Bui de réputation internationale et éliminerait l’habitat d’une des dernières populations d’hippopotames d’Afrique. Le barrage de Sélingué au Mali a quelque peu contribué à réduire les zones inondées du delta intérieur du Niger au Mali et celui de Fomi en Guinée réduira encore plus les surfaces inondées de ce même delta. Le barrage de Manantali sur le Sénégal avait considérablement perturbé l’écosystème du delta du fleuve Sénégal. Il a fallu construire le barrage anti sel de Diama en amont du delta pour réduire les remontés salines de l’océan. Des questions sont posées sur l’impact du barrage de Kainji au Nigéria sur le delta du Niger au Nigéria, et même sur les côtes du golfe de Guinée.

44Mais la protection des zones humides est devenue une priorité planétaire, surtout pour son rôle de sanctuaire de la biodiversité. L’Afrique de l’Ouest dispose de plusieurs sites Ramsar où les États et les ONG tentent de créer les conditions d’un développement durable. Les zones humides seraient même « rentables » quand on additionne l‘ensemble de leurs services en termes de fonctionnement des écosystèmes, de la protection de la biodiversité, de contrôle de l’érosion, de fonctionnement des cours d’eau, mais aussi de production de bois, de fourrage, de poissons et de gibier pour les populations riveraines. En ajoutant encore les retombées du tourisme, ces services représenteraient une source de revenus considérables pour des millions de riverains (Sally et al., 1994 ; Point, 1999). Un nombre croissant d’études tend à démontrer que l’artificialisation des cours d’eau et l’assèchement des zones humides conduit à des coûts externes suffisamment importants pour annuler les bénéfices des barrages, comme cela a été suggéré sur le Haut Niger (Zwarts et al., 2005).

Conclusion

45La relative rareté des grands ouvrages hydrauliques de l’Afrique de l’Ouest est corrélée au faible développement économique de la sous-région, mais s’explique aussi par le blocage imposé par les plans d’ajustement structurels des années 1980. Maintenant que les dettes ont été allégées, et que la pression des demandes en énergie, en eau et en riz a décuplé, les décideurs envisagent à nouveau la construction de grands barrages.

46Sans être exceptionnel, le potentiel hydraulique de l’Afrique de l’Ouest est encore important. Les grands fleuves Sénégal, Niger et Volta peuvent encore supporter quelques grands barrages, ainsi que la côte atlantique du Fouta Djalon. Mais les nouveaux investissements seront réalisés dans le cadre des organisations des bassins versants selon le principe de la gestion intégrée, et l’énergie hydroélectrique sera gérée dans le cadre d’un marché régional libéralisé (système EEEAO). L’interconnexion et la mise aux normes des réseaux devraient permettre de réduire les coûts de l’énergie et de redynamiser l’industrie régionale. À court terme, la CEDEAO compte davantage sur le gaz naturel actuellement produit en abondance au Nigéria, au Ghana et en Côte d’Ivoire pour réduire le coût de la facture énergétique.

47Le choix des infrastructures dépendra premièrement de l’évolution des différentes demandes. Si la priorité va aux demandes en eau potable, qui vont augmenter plus vite que la population elle-même, les besoins devraient être assez facilement couverts par les aquifères et les eaux de surface. La demande en eau par l’industrie restera probablement modérée et restera confinée aux pays côtiers humides. C’est l’irrigation qui va rapidement rencontrer des limites, même si une grande partie de l’eau des fleuves Ouest-africains va à la mer. Les projets d’extension des périmètres le long des fleuves vont nécessiter la régularisation de ces fleuves, d’où un impact sur les zones humides.

48L’Afrique de l’Ouest a besoin de compétences pour mettre en valeur ses ressources en eaux de surface et souterraines. Pour réduire le recours aux compétences extérieures, les États de la CEDEAO doivent développer leurs propres capacités techniques. Il faudra renforcer les capacités du secteur public pour contrôler les travaux, gérer les ouvrages et les différents marchés qui vont se mettre en place pour l’eau et l’énergie. Il faudra aussi former un nombre important d’experts africains pour satisfaire les besoins des entreprises privées africaines et étrangères.

49En somme, l’Afrique de l’Ouest est une des régions de la planète les plus en demande d’infrastructures hydrauliques. Si les grandes ambitions hydrauliques semblent de retour, les obstacles restent nombreux. La crise financière mondiale aura un impact sur la générosité des financiers internationaux. Il y a ensuite le risque d’endetter à nouveau des pays dont l’assise financière reste fragile. Les projets de grands barrages Ouest africains ont des taux internes de rentabilité relativement modestes, surtout quand les économistes calculent les externalités environnementales. Les groupes environnementaux sont de plus en plus convaincus qu’il existe des alternatives raisonnables à la construction de grands barrages. Il faudra un certain courage politique aux agences de bassin pour orienter les ambitions des décideurs vers des choix à la fois durables, équitables et pertinents.

Haut de page

Bibliographie

ABERNETHY C. L., BUNTING A. H., KASSAM A. H., 1985, Development of irrigation agriculture in Africa: needs and justification, Rome, Italy, FAO Land, Population and Food Study, FAO.

ABN, 2007, Élaboration du Plan d'Action de Développement Durable. Phase 2: schéma directeur d'aménagement et de Gestion, Niamey, Autorité du Bassin du Niger.

ACHARYA G., BARBIER E. B., 2000, Valuing groundwater recharge through agricultural production in the Hadejia-Nguru wetlands in northern Nigeria, Agricultural Economics, 22, p. 247-259.

ALBERGEL J., LAMACHÈRE J. M., LIDON B., MOKADEM A. I., DRIEL W. V. (éds.), 1993, Mise en valeur agricole des bas-fonds au Sahel : typologie, Fonctionnement hydrologique, potentialités agricoles, Wageningen, Pays Bas, Commission des Communautés Européennes, Direction générale XII.

ANDREINI M., VAN DE GIESEN N., VAN EDIG A., FOSU M., ANDAH W., 2000, Volta Basin Water Balance, ZEF Discussion Paper n°21, ZEF, Bonn, Germany.

ARDOIN-BARDIN S., DEZETTER A., SERVAT E., PATUREL J. E., MAHE G., NIEL H., DIEULIN C., 2009, Using general circulation model outputs to assess impacts of climate change on runoff for large hydrological catchments in West Africa, Hydrological Sciences Journal, 54(1), p. 77-89.

BARBIER B., LONCILI K., MANDÉ T., 2005, Prospect for rice production and consumption in Burkina Faso: Policy implications, Atelier Adrao sur " les politiques et stratégies pour la promotion rizicole et la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne ", Cotonou Bénin.

BARRIERE O., BARRIERE C., 2002, Des conflits fonciers environnementaux. Un droit à inventer : foncier et environnement dans le delta intérieur du Niger (Mali), O. Barrière and C. Barrière. Paris, IRD Edition, 200 p.

BELIÈRES J. F., TOURÉ E. A., 1999, Impact de l'ajustement structurel sur l'agriculture irriguée du delta du Sénégal, Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier, Montpellier, France.

BERTHOME P., GOUEFFON M., PIATON H., 1986, Aménagements hydroagricoles en zone soudano-sahélienne: leurs coûts, leurs résultats, Aix en Provence, CEMAGREF, 50 p.

BERTRAND R., KEÏTA B., N'DIAYE K., 1993, La dégradation des sols des périmètres irrigués des grandes vallées sud-sahéliennes (cas de l'Office du Niger au Mali), Cahiers de l'Agriculture, 2, p. 318-329.

BETHEMONT J., FAGGI P., ZOUNGRANA T., 2003, La vallée du Sourou, Genèse d'un territoire hydraulique dans l'Afrique soudano-sahélienne, Paris, L'Harmattan, 230 p.

BLANCHET F., K. DENON, DIARRA D., MAHE G., PATUREL J. E., 2002, Possibility of improvement of rice growing under controlled submersion in Mali (Office Riz Segou) using "real time" hydrological data, in VAN LANNEN H. and DEMUTH S. Sci. (Eds.), FRIEND 2002, Regional Hydrology : Bridging the gap between research and practice, Proc. Friend Conf., Cape Town, South Africa, CD Poster Paper Proceedings.

BOILY E. and GANGBAZO G., 2004, La chronique environnementale. Gestion intégrée de l'eau par bassin versant : au cœur de l'application de la politique de l'eau, document en ligne :

http://www.menv.gouv.qc.ca/chronique/2004/février-avril/040223-bassin-versant.hm

BONNEVAL P., 2002, L'office du Niger grenier à riz du Mali : Succès économiques, transitions culturelles et politiques de développement, Montpellier, CIRAD/Karthala.

COMPAORE M. L., BLANCHET B., RIGOURD C. et HERMITEAU I., 2002, Vers une professionnali-sation des fonctions hydrauliques des périmètres irrigués en Afrique de l'Ouest, Sud Sciences et technologies - semestriel des Écoles Inter-États EIER-ETSHER, 28, p. 28-40.

Consortium pour les Infrastructures en Afrique, 2008, Le point sur la production électrique en Afrique, Note de cadrage pour la réunion annuelle de l'ICA.

CONWAY D. P., PERSECHINO A., ARDOIN-BARDIN S., HAMANDAWANA H., DIEULIN C. and MAHE G., 2009, Rainfall and river flow variability in sub-saharan Africa during the 20th century, Journal of Hydrometeorology, 10(1), p. 41-59.

COUR J. M., 1994, Analyse démo-économique rétrospective et esquisse d'image à long terme de la région Afrique de l'Ouest, Population Espace Développement, World Bank (Aftin) and the Club du Sahel, 140 p.

DEMBELE Y., OUATTARA S., KEÏTA A., 2001, Application des indicateurs "approvisionnement relatif en eau" et "productivité de l'eau" comme indicateurs des performances des petits périmètres irrigués au Burkina Faso, Irrigation and Drainage.

DIAW I. M., 2004, Situation et évolution du secteur de l'énergie en Afrique de l'Ouest: Régulation dans le contexte du système d'échange de l'énergie électrique d'Afrique de l'Ouest, 2nd Annual Global Regulatory Network Conference Bamako, Mali, 26-27 July 2004 4, Bamako, CEDEAO.

FAO, 2003, Investir dans la maîtrise de l'eau en Afrique Sub-Saharienne, Rome, FAO.

FAO/AQUASTAT, 2005, Water resources of African countries: a review, Revised by Jean Margat in 2001. Revision by AQUASTAT and Jean Margat in 2005. Rome, FAO.

FAOSTAT, 2009, FAO statistical database, Rome, FAO.

FMI, 2009, Perspective Economique régionales: Afrique subsaharienne. Etudes économiques et financières, Washington D.C., Fonds Monétaire International.

FOX P., ROCKSTRÖM J., BARRON J., 2005, Risk analysis and economic viability of water harvesting for supplemental irrigation in semi-arid Burkina Faso and Kenya, Agricultural Systems, 83, p. 231-250.

HAMATAN M., MAHE G., SERVAT E., PATUREL J. E., AMANI A., 2004, Synthèse et évaluation des prévisions saisonnières en Afrique de l'Ouest, Sécheresse, 15(3), p. 279-286.

HULME M., DOHERTY R., NGARA T., N. M., LISTER D., 2001, African climate change: 1900-2100, Climate Research, 17, p. 145-168.

IPCC, 2003, Intergovernmental Panel on Climate Change, Third assessment report, Genève, WMO, UNEP.

JAMIN J. Y., WINDMEIJER P. N. (Eds.), 1996, Revue des résultats obtenus pour la mise en valeur des bas-fonds d'Afrique de l'Ouest en 1995-1996, Bouaké, Côte d'Ivoire, Consortium bas-fonds.

KIMMAGE K., ADAMS W. M., 1990, Small-scale farmer-managed irrigation in northern Nigeria, Geoforum, 21(4), p. 435-443.

KUPER M., HASSANE A., ORANGE D., 2000, Gestion intégrée des ressources en eau: influence des aménagements sur la crue du delta intérieur du Niger au Mali, Sud Sciences et Technologies - Semestriel des Ecoles Inter-États EIER-ETSHER, 5, p. 16-31.

L’HOTE Y., MAHE G., SOME B., TRIBOULET J. P., 2002, Analysis of a sahelian annual rainfall index from 1896 to 2000 ; the drought continue, Hydrological Sciences Journal, 47(4), p. 563-572.

LAMIZANA B., BARBIER B., YONKEU S., KOUTOU M., 2008, Pourquoi préserver les zones humides ouest africaines ? in LECLERC M.-C. et SCHEROMM P. (coord.), L'eau une ressource durable ?, Montpellier, Agropolis International.

LEGOUPIL J. C., DANCETTE P., MAÏGA I. M., N'DIAYE K. M., 1999, Pour un développement durable de l'agriculture irriguée dans la zone soudano-sahélienne : synthèse des resultats du pôle régional de recherche sur les systèmes Irrigués (PSI/CORAF), Dakar, Sénégal.

LOQUAY A. C., LEPLAIDEUR A., 1995, Les rizicultures de l'Afrique de l'Ouest, actes du colloque international Cnrs-Cirad, Bordeaux, 5-7 avril 1995. [Cd-Rom]. Montpellier : CIRAD, p. 9-10. Colloque international "Quel avenir pour les rizicultures de l'Afrique de l'ouest ?", 1995-04-05/1995-04-07, Bordeaux, France.

MAHE G., PATUREL J. E., SERVAT E., CONWAY D., DEZETTER A., 2005, Impact of land use change on soil water holding capacity and river modelling of the Nakambe River in Burkina-Faso, J. Hydrol., 300, p. 33-43.

Ministère de l'Agriculture de l'Hydraulique et des Ressources Halieutiques, 2003, Politique nationale de développement durable de l'agriculture irriguée - Stratégie, plan d'action et plan d'investissement Horizon 2015.

Ministère de l'environnement et de l'eau du Burkina Faso, 2001, État des lieux des ressources en eau du Burkina Faso et de leur cadre de gestion, Ouagadougou, Secrétariat Général, Direction Générale de l'Hydraulique, Gestion Intégrée des Ressources en Eau, 250 p.

Minvielle J.-P.,1999, La question énergétique au Sahel, Paris, Karthala.

NIASSE M., 2004, Prévenir les conflits et promouvoir la coopération dans les gestion des fleuves transfrontaliers en Afrique de l'Ouest, Vertigo, 5(1), p. 1-15.

NIASSE M., IZA A., GARANE A., VARIS O. (éds.), 2004, La gouvernance de l'eau en Afrique de l'Ouest, IUCN, Gland (Suisse) et Cambridge (Royaume-Uni).

NINNIN B., 1994, Géographie économique du milieu ouest-africain ; marchés, peuplement, agriculture, routes ; éléments de modélisation 1960-1990, Document de travail n°5, SAH/D(93)421, Club du Sahel, 108 p.

PATUREL, J. E., SERVAT E., KOUAME B., LUBES H., OUEDRAOGO M., MASSON J. M., 1997, Climatic variability in humid Africa along the Gulf of Guinea. Part two: An integrated regional approach, Journal of Hydrology, 191, p. 16-36.

POINT P. (éd.), 1999, La valeur économique des hydrosystèmes. Méthodes et modèles d’évaluation des services délivrés, Paris, Economica, 212 p.

POSNER J. L., KAMUANGA M., SALL S., 1988, Les systèmes de production en basse Casamance et stratégies paysannes face au déficit pluviométrique, East Lansing, Michigan State University.

REDELSPERGER, J. L., THORNCROFT C. D., DIEDHIOU A., LEBEL T., PARKER D. J., POLCHER J., 1996, African monsoon multidisciplinary analysis - An international research project and field campaign, Bulletin of the American Meteorological Society, 87(12), p. 1739+.

Réseau International des Organismes de Bassin, 2009, Manuel de Gestion Intégrée des Ressources en Eau par Bassin, en ligne : http://www.riob.org/friobfr.htm

SALLY H., 1997, Améliorer les Performances des Périmètres Irrigués, Actes du Séminaire Régional du Projet Management de l'Irrigation au Burkina Faso, Ouagadougou, IIMI, Colombo, Sri Lanka.

SALLY L., KOUDA M., BEAUMOND N., 1994, Zones humides du Burkina Faso, Gland (Suisse), UICN.

SANFO S., KABORE M., BARBIER B., MANDE T., 2008, Irrigation formelle et informelle pour la production de contre saison au Burkina Faso : Réalité statistique et potentiel de développement au Burkina Faso, Salon Africain de l'Irrigation et du Drainage, Ouagadougou, FAO.

SCHMITZ J., 1991, Hydropolitique du fleuve Sénégal (1975 - 1991). Problèmes fonciers, frontière et ethnicisation des conflits, Orstom.

SHANAHAN T. M., OVERPECK J. T., ANCHUKAITIS K., BECK J. W., COLE J. E., DETTMAN D., PECK J., SCHOLZ C. A. and KING J., 2008, Atlantic forcing of persistent drought in West Africa, Science, 324 (5925), p. 377.

SNRECH S., 1995, Preparing for the Future: A Vision of West Africa in the Year 2020. Summary Report of the West Africa Long Term Perspective Study, Paris, OECD - Club du Sahel and CILSS.

United Nations Economic Commission for Africa (UNECA), 2002, Freshwater stress and scarcity in Africa by 2025, Addis Ababa, Global Environment Outlook (GEO) 2000, UNEO, Earthscan, London, 1999, Population Action International.

United Nations Population Fund, 1998, The State of World Population, New York.

ZWARTS, L., BEUKERING V. P., KONE B., WYMENGA E., 2005, Le Niger, un câble de sauvetage: résultats économiques et écologiques de la gestion efficace dans le bassin du haut Niger, NHBS Environment Bookstore, 4 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Barbier, Hamma Yacouba, Amadou Hama Maïga, Gil Mahé et Jean-Emmanuel Paturel, « Le retour des grands investissements hydrauliques en Afrique de l’Ouest : les perspectives et les enjeux », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 31-41.

Référence électronique

Bruno Barbier, Hamma Yacouba, Amadou Hama Maïga, Gil Mahé et Jean-Emmanuel Paturel, « Le retour des grands investissements hydrauliques en Afrique de l’Ouest : les perspectives et les enjeux », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7205 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7205

Haut de page

Auteurs

Bruno Barbier

CIRAD, (Centre International de Coopération pour la Recherche Agronomique en Développement), UMR G-eau, en poste au 2ie (Institut International d'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement) au Burkina Faso, Email : BBarbier@cirad.fr

Hamma Yacouba

2ie (Institut International d'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement), 01 BP 594 Ouagadougou 01, Burkina Faso.

Amadou Hama Maïga

2ie (Institut International d'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement), 01 BP 594 Ouagadougou 01, Burkina Faso.

Gil Mahé

IRD HSM, UMR hydrosciences Montpellier

Jean-Emmanuel Paturel

IRD HSM, UMR hydrosciences Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page