Navigation – Plan du site
Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

Les grands projets hydroélectriques du rio Paraná, potentiels et devenir

Major hydro-electric projects of the Parana river: potential an future developments
Marie-Emilie Forget
p. 19-29

Résumés

Le rio Paraná compte parmi les plus grands fleuves du monde, par son débit et par la taille de son bassin versant partagé par l’Argentine, le Brésil, la Bolivie, l’Uruguay et le Paraguay. Sous-équipé pour la production hydroélectrique dans sa partie argentine, il constitue actuellement un excellent modèle d’étude des acteurs en charge de l’élaboration des projets, de la mise en œuvre, et de la gestion des grands barrages. Alors que les grands organismes d’aménagement du siècle passé perdurent, les ouvrages en projet souffrent de la libéralisation de l’économie et de l’évolution de l’opinion publique sur les impacts sociaux et environnementaux. Les nouveaux modes de gestion, liés à l’apparition de nouveaux acteurs de la société civile et des mouvements de défense de l’environnement rendent de plus en plus complexes la mise en œuvre de projets en attente depuis cinquante ans.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2012.

1« Une véritable révolution industrielle est en train de triompher. Pour que l’Argentine puisse progresser, nous devons développer au maximum ses possibilités au moyen de techniques modernes (…). L’eau est notre première et meilleure possibilité, aujourd'hui inexploitée ». (Comision Asesora de Planificacion Hidroelectrica, 1958). Ce court extrait de l’étude commandée par le gouvernement argentin sur la mise en valeur des ressources en eau de l’Argentine montre que les grands barrages sont considérés depuis des décennies comme moyen de développement et de progrès. Le ton employé aujourd'hui est bien différent. Il dénonce les dérives libérales et leur recherche des profits économiques.

2En effet, la libéralisation économique du Cône Sud au début des années 1990 a modifié les modalités de gestion des cours d'eau à toutes les échelles géographiques. L’étude du bassin-versant argentin du rio Paraná permet de mettre en évidence la complexité et les emboitements d’échelles de ses modifications en termes de projets hydro-électriques (Blanc et Bonin, 2008).

3Dans ce « pays neuf », indépendant depuis presque 200 ans, la mise en valeur du rio Paraná a joué un rôle considérable dans la construction nationale du pays et la prise en compte de ses ressources énergétiques.

4La situation énergétique actuelle en Argentine cristallise l’attention, avec une demande qui ne cesse de croître, en dépit du ralentissement de son rythme depuis quelques années (Pochat, Natenzon et al., 2006). Malgré la nécessité de développer de nouvelles sources énergétiques, la perception des grands ouvrages hydroélectriques par la société civile semble avoir freiné l’avancement des projets existants. Dans ce domaine, on rencontre désormais de multiples acteurs porteurs de projets différents qui entrent en conflit. En outre, les échelles de gestion varient selon les secteurs considérés.

5À la différence des décennies antérieures, durant lesquelles ont été lancées des études de faisabilité techniques et économiques, l’État argentin n’est plus le principal agent d’action collective. Il ne fixe pas à lui tout seul l’espace et les règles du jeu de l’action politique. En termes de gestion intégrée multinationale de la ressource, il joue en revanche un rôle important dans cet immense bassin versant partagé entre cinq pays : le système fluvial du Río de la Plata s’étend en effet sur les territoires argentin, brésilien, bolivien, paraguayen et uruguayen ; le río Paraná argentin, collecteur principal de cet immense bassin versant (3,1 millions de km2), se situe à l’aval du système.

6Nous tenterons, tout en en limitant le propos au cours argentin du Paraná, long de plus de 2 700 km, de lire l’évolution politique, économique et sociale de la construction et de l’abandon des projets, de dégager les tendances, et les logiques qui cherchent à répondre aux nouveaux paradigmes de gestion et de planification des grands ouvrages. L’objectif de l’article est de clarifier les blocages institutionnels, du fait de l’apparition de nouveaux acteurs, qui placent les projets hydroélectriques argentins dans une problématique glocale (Castells, 2008).

7Pour ce faire, nous ferons l’état de la ressource, de son utilisation et de ses potentiels énergétiques. Puis nous étudierons plus particulièrement le cas du barrage de Yacyretá avant d’examiner les projets plus ou moins décidés sur le cours du río Paraná argentin. Enfin nous nous interrogerons sur la place des nouveaux acteurs dans la gestion et la mise en œuvre des projets, ainsi que sur la question de l’intégration de nouveaux consensus mondiaux dans la politique énergétique de l’Argentine.

État de la ressource, utilisation et potentiels énergétiques

Caractéristiques générales du bassin versant du Paraná

8Le système fluvial du rio de la Plata s’étend entre les méridiens 67° et 43° Ouest et les parallèles 14°05’ et 37°37’ Sud, de l’altiplano bolivien à l’Océan Atlantique (fig 1, tab.1).

Figure 1 : Principaux sous-bassins formant le bassin versant du rio Paraná.

Figure 1 : Principaux sous-bassins formant le bassin versant du rio Paraná.

Tableau 1 : Caractéristiques générales du bassin de La Plata et du Paraná

Système fluvial

Superficie

(millions km²)

Pays partageant

la ressource

Principales unités

hydrologiques

Localisation des confluences entre le Paraná et ses affluents

Río de La Plata

3,1

Argentine

Brésil

Bolivie

Paraguay

Uruguay

Paraná

Paraguay

Uruguay

Paso de la Patria (Corrientes)

Buenos Aires (Ciudad autonoma)

Paraná (fig 1).

1,5

Argentine

Brésil

Paraguay

Paranaíba / rio Grande

Paraná

Iguaçu

Paraguay

Uruguay

Paranaíba (Mato Groso do Sul, Brésil)

Puerto Iguaçu (Misiones)

Paso de la Patria (Corrientes)

Buenos Aires (Ciudad autonoma)

9Les données physiques qui constituent la base de l’aménagement potentiel du fleuve sont résumées dans le tableau 2 (Paoli et Schreider, 2000). Le rio Paraná peut être divisé en trois tronçons (Halcrow, 1994 ; Thorne, 2002) (fig 1, tab.2). Dans sa partie argentine, il est un large fleuve de plaine formé de bras principaux et secondaires dans une grande plaine d’inondation. Sa pente est bien plus faible (0,36 m/km) que dans sa partie amont. La configuration physique du tronçon argentin constitue une contrainte importante pour la production d’énergie.

Tableau 2 : Classification des différents tronçons de rio Paraná et aménagements hydroélectriques.

Tronçon considéré

Type d’écoulement

Profil du lit

Largeur (m)

Grands ouvrages

hydroélectriques (>100MW)

(construits et en projet)

Débit moyen (m3/s)

Moyenne 1970-2002

Haut Paraná (Source – confluence avec le rio Paraguay)

cours d'eau de plateau avec cascades et rapides

Profil de lit en « marches d’escalier »

150/ 2500 (Posadas, Misiones)

Itaipu (Brésil/ Paraguay)

Yacyretá (Argentine/Paraguay)

11.800 (Yacyreta)

16.800 (Paso de la Patria)

Paraná Medio (confluence avec Paraguay/Diamenate)

Large fleuve de plaine

bras collatéraux, étangs et marécages

nombreuses îles

Pente moins  plus importante de (0.36m/km)

4200 (Corrientes) /2000 (Rosario)

Paraná Medio

Chapetón

Pati

15.300 (Paraná)

Bas –Paraná (Diamente/

Confluence Rio Uruguay)

Nombreux bras

Nombreuses îles

longue plaine inondable

Delta

60 000

16.800 (Buenos Aires)

10Le régime hydrologique du Paraná argentin est déterminé par deux zones principales de précipitations : la zone mésopotamienne (région humide du nord-est, comprenant les provinces de Misiones, Entre Ríos et Corrientes, où le paysage est dominé par les rios Paraná et Uruguay) et la zone occidentale ou chaquéenne. Les précipitations moyennes annuelles (1961-1990) sur le bassin du Paraná sont supérieures à 1 200 mm, bien que très inégalement réparties entre ces deux zones. La zone mésopotamienne enregistre le maximum absolu (2 250 mm) sur le bassin de l’Iguazú avec un climat tropical à saison humide. La zone chaquéenne enregistre le minimum absolu de 500 mm, sur les bassins des rios Pilcomayo et Bermejo (Paoli, Cacik et al., 1997). Dans les cours inférieur et moyen du fleuve, les eaux montent dès octobre-novembre, le début de la crue principale a lieu en décembre, en avril le niveau commence à baisser ; un renfort se produit au mois de juillet du fait de l'arrivée progressive des eaux du Río Paraguay qui soutiennent l’étiage du grand fleuve. Le débit du Paraná, rarement inférieur à 10 000 m3/s à Corrientes, atteint son minimum de l'année en août/septembre. L’étude des données hydrologiques du régime du fleuve montre une succession de longs cycles, alternativement secs et humides, d'une durée de plusieurs décennies (Giacosa, Paoli et al., 2001 ; Jaime et Menéndez, 2002). Pendant la période humide 1971-2002, le débit moyen du Río Paraná a été de 18 500 m3/sec. Le débit moyen, toutes périodes confondues est de l'ordre de 16 800 m3/seconde.

Les usages énergétiques d’une ressource renouvelable partagée

11Avec un débit moyen de 16 800 m3/s à l’embouchure, le río Paraná compte parmi les 10 cours d'eau possédant les plus gros débits mondiaux (Latrubesse, Stevaux et al., 2005). Ravenga et Muray (1998) ont cartographié les grands barrages (>1 000MW) dans les 106 plus grands bassins versants du monde. Le bassin du Paraná est le plus équipé (quatorze grands barrages construits). En comparaison, le bassin du Yangtsé en Chine en compte onze et le Gange quatre. Le rapport de la World Commission on Dams - WCD - (2000), recense 1 621 barrages de moyenne et grande taille en Amérique Latine. Le Brésil se situe au 1er rang avec 569 retenues, l’Argentine au 2e rang avec 101 barrages. Cependant, dans sa section argentine le río Paraná demeure un fleuve sous-équipé. Les installations hydroélectriques (> 1 000 MW) se localisent dans le Sud et l’Ouest du pays (Río Grande (Córdoba), Alicuró, Piedra de Aguila, et El Chocón (Río Negro), à l’exception de Salto Grande (Entre Rios) établi sur le río Uruguay.

12L’Argentine et le Brésil ont pris conscience durant ces cinquante dernières années du rôle essentiel du potentiel énergétique du Paraná dans leur développement futur. Le cours argentin du Paraná est très peu aménagé en comparaison de son amont brésilien (Pinto Martins, 2008) (fig.2). Les constructions hydroélectriques sur le Paraná argentin ne représentent en effet que 16% de la puissance installée totale en Argentine (en comptant les projets non réalisés), alors qu’en 1997, 93% de l’électricité nationale brésilienne provenait de l’énergie hydraulique (Sternberg, 1999).

Figure 2 : Carte des aménagements hydroélectriques de la Cuenca de la Plata

Figure 2 : Carte des aménagements hydroélectriques de la Cuenca de la Plata

(les surfaces ennoyées sur la carte en amont des barrages ne sont pas proportionnels à l’échelle de la carte pour une meilleure lisibilité)

13Dès le début des années 1950, le Brésil commence à prospecter de manière plus active le long des eaux du Paraná à la recherche de nouvelles sources d’énergie (Kelman, 1999 ; Lima, 1995). Juan Perón indique clairement la volonté de l’Argentine de défendre ses droits pour l’usage du Paraná afin de ne pas laisser s’installer une tutelle brésilienne sur l’utilisation du potentiel hydroélectrique (Da Rosa, 1983). La signature du traité de Yacyretá (calqué sur le traité binational d’Itaipú entre le Brésil et le Paraguay, pour la construction du complexe hydroélectrique homonyme sur le río Iguazú) illustre la nécessité de gérer l’usage de l’eau en prenant en compte les « externalités négatives » engendrées sur les usines aval. L’eau est reconnue comme une rente économique lors de la rédaction des différents traités internationaux (tab.3) (Rojas, 1975). Un pays possédant une partie de la puissance hydraulique possède également une partie de la rente, qu’il exploite ou non la ressource.

Tableau 3 : Chronologie des principaux traités et accords multilatéraux dans le bassin versant du Paraná.

Date de signature des traités bilatéraux

Nom du traité et protagonistes

12 juillet 1971

Acte de Buenos Aires sur les bassins

 hydrologiques (Argentine/Bolivie)

29 septembre 1972

Accords de New York (Argentine/Brésil)(Département de la coopération technique pour le développement Nations Unies, 1988)

Dénoncé par Argentine le 10 juillet 1973

26 avril 1973

Traité Itaipu (Brésil/Paraguay)

19 novembre 1973

Traité du Rio de la Plata (Argentine/Uruguay)

03 décembre 1973

Traité de Yacyretá (Argentine/Paraguay)

19 octobre 1979

Accord tripartite Itaipu Corpus (Argentine/Brésil/Paraguay)

14Exploitation de la ressource, atouts et contraintes de l’hydroélectricité

15En 2006 la puissance électrique totale installée en Argentine était de 24 000 MW (MegaWatts), et la production électrique moyenne totale de 77 000 GWh/an (Giga Watts heure par an) (Berron, 2007). Les types de production choisis (tabl. 4 et 5) s’expliquent par leurs atouts et contraintes respectives. Les coûts de construction sont nettement inférieurs dans le cas d’une centrale thermique ; le temps d’entrée en service de 1 à 2 ans doit être comparé avec la durée de construction des retenues en Amérique Latine de l’ordre de 10 à 12 ans ; les centrales thermiques peuvent être construites à proximité des centres de consommation ; enfin les zones affectées par ces installations sont plus petites. Cependant, le coût de fonctionnement des centrales thermiques est fortement corrélé au prix du baril de pétrole à l’importation et par conséquent à l’économie mondiale. L’exploitation d’une ressource renouvelable permet de produire un kWh meilleur marché ; les retenues aident au contrôle des crues par la régulation des débits et favorisent ainsi la navigation fluviale tout au long de l’année avec l’augmentation des débits d’étiage en aval (Conac, 1996). Mais le site doit disposer d’une chute d’eau suffisante. Dans le secteur argentin, seuls quatre sites ont été reconnus comme potentiellement exploitables (Yacyretá, Paraná Medio Superior, Paraná Medio Inferior et Corpus) (fig. 2). Le dénivelé est cependant très faible, Yacyretá par exemple se trouve à une altitude de 80 m à plus de 1 500 km de l’embouchure.

Tableau 4 : Types de puissance électrique installée.

Barrages hydroélectriques

40%

Centrales thermiques

55%

Centrales nucléaires

5%

Les pourcentages sont calculés sur un total de 100% correspondant à la puissance installée de 24 000 MW (d’après Berron, 2007)

Tableau 5 : Pourcentages des modes de génération électrique en Argentine.

Electricité thermique

60%

Hydroélectricité

30%

Autres

10%

Les pourcentages sont calculés partir d’un total de 100 correspondant à la génération électrique moyenne de 77 000 GW/h (d’après Berron, 2007)

16Le scénario énergétique pour 2005/2020 (United Nations Environment Programme - UNEP, et Global Environment Facility - GEF, 2003) estime que la croissance de la demande devrait se poursuivre à un taux moyen de 5,2%, légèrement inférieur à celui des 14 années précédentes malgré la crise de 2000. Ces prévisions n’excluent pas une demande forte lors des pics de consommation. Par exemple, le 18 mars 2008, jour le plus froid de l’année, Yacyretá a produit 13% de la demande électrique du système argentin. Le pic de consommation, vers 19h30, a été supérieur de 286 MW au record précédent de 18 345 MW. De plus, on constate aujourd'hui une augmentation des activités économiques énergivores notamment dans la zone inférieure du Paraná. Toutes les ressources sont donc acheminées de préférence vers Buenos Aires et les industries du Rio de la Plata (Pochat, Natenzon et al., 2006) (fig. 3). Ainsi, la planification stratégique pour le développement hydroélectrique envisage de nouveaux projets et l’achèvement du complexe de Yacyretá. Le plan d’achèvement  prévoit en outre l’élévation du niveau de la retenue (cote 80 m, +8 000 GWh) et la construction d’ouvrages complémentaires.

Développement du potentiel énergétique sur le Paranà argentin

17Depuis son inauguration en 1998, l’énorme barrage a autant de détracteurs que de promoteurs. Les recherches sur une telle structure sont difficiles, les seules sources d’information officielles étant fournies par l’Entité Binationale Yacyretá qui en assure la gestion (EBY). Les critiques de la presse locale et l’assignation à résidence dans son hôtel de Posadas du photographe français Yann Arthus Bertrand, le 19 février 2008, illustrent les difficultés à produire un discours différent à celui de EBY. La plainte pour escroquerie visait surtout, selon lui, à l’empêcher de terminer le tournage d’un documentaire sur ce barrage controversé. « On a des images très fortes, qui visiblement dérangeaient du monde », a-t-il ajouté, citant notamment celles montrant des villageois expulsés à la suite des travaux de ce barrage, avec au second plan les effigies de plusieurs responsables politiques argentins barrées du mot ladrones (voleurs).

18Hautement stratégique, Yacyretá représente un tiers de l’énergie hydroélectrique du marché argentin. Elle pourvoit aujourd'hui à 16% de la demande en électricité dans 10 provinces du pays (fig. 3).

Figure 3 : Zones d’approvisionnement électrique de la centrale de Yacyretá et système de distribution.

Figure 3 : Zones d’approvisionnement électrique de la centrale de Yacyretá et système de distribution.

L’énergie est distribuée à travers de 3 lignes de 500 kV, se rejoignant dans la station relais de Rincón de Santa María, proche de Ituzaingó, et au système paraguayen grâce à une ligne de 220 kV, jusqu' à la sous-station de Ayolas. Depuis la station de Rincón de Santa María, deux lignes de 500 kV se connectent au réseau national (SADI Sistema Argentino de Interconexión). La troisième ligne alimente le système électrique de la Province de Misiones. Elle représente un tiers de l’énergie hydroélectrique du marché électrique argentin.

19Le site de construction se situe sur le Haut Paraná en aval de la ville de Posadas. Les grands ouvrages du barrage s’étendent entre la ville de Ayolas sur la rive paraguayenne et la ville argentine de Ituzaingó (photo 1). Toutes les retenues cumulent un volume d’eau d’environ 66 millions de m3 (21 millions de m3 pour le barrage principal à la cote 83). Avec une cote de 76 mètres à la station d’Encarnacion-Posadas, l’usine de Yacyretá ne fonctionne qu’à environ 61% (12 500 GWh) de son potentiel de production (20 000 GWh). Pour atteindre le plein potentiel (3 200 MW) le niveau de la retenue doit être monté à la cote 83 m. Cette opération était prévue à la fin de l’année 2008. Les ouvrages complémentaires nécessaires à l’augmentation de la cote sont en cours de réalisation. Les difficultés rencontrées ont multiplié par cinq les estimations financières et ont entrainé un important retard dans l’avancement des travaux. On peut citer par exemple la relocalisation encore incomplète des populations (photo 2), le remodelage du port d’Encarnación ou encore les renforcements de la côte (photo 3).

20L’augmentation de la cote de la retenue place le barrage de Yacyretá au cœur de nombreuses polémiques. Les nouvelles expulsions relancent les anciennes interrogations sur ce « monument de la corruption » (expression célèbre de la décennie 1990 de Carlos Menem, ex-président argentin). Comment expliquer la radicalisation des discours d’un côté comme de l’autre ? La multiplication des acteurs et leur visibilité sur la scène médiatique a-t-elle un impact sur les projets en cours sur le Paraná argentin ?

21Il est nécessaire de revenir sur le contexte de réalisation de Yacyretá pour comprendre les débats actuels. Par le passé, les politiques de nationalisation en Amérique latine ont laissé aux mains des gouvernements la gestion de l’énergie nationale (Sternberg, 1999). La création d’usines hydroélectriques sur les fleuves frontières tels que le Paraná a permis l’ébauche d’une gestion intégrée des ressources en eau dans un secteur stratégique longtemps resté sous tutelle des États (Carrizo et Velut, 2006). Les réalisations résultent généralement de politiques publiques appliquées par des compagnies nationales, qui ont déterminé l’architecture globale des réseaux.

22Les années 1950-1990 sont marquées par l’alternance de régimes démocratiques et de dictatures. Les problèmes accumulés dans les années 1950 apparaissent sans issue malgré tous les efforts des gouvernements successifs pour reprendre en main l’économie. Jusqu’au coup d’État de 1976, tous les gouvernements s’inscrivent dans la lignée d’une économie planifiée ou dirigée, dans laquelle l’État joue un rôle actif. C’est notamment le cas des gouvernements dits desarollistas, développementistes (Velut, 2002). À cette époque, les investissements publics sont permis par les crédits internationaux, au prix d’un endettement croissant qui pèse sur le budget de l’État. La politique de développement repose encore largement sur la réalisation de grands investissements dans le domaine des transports et de l’hydroélectricité (Roccatagliata, 1988). Dans les années 1970, le pays lance le projet de Yacyretá (Comision Asesora de Planificacion Hidroelectrica, 1958 ; Comision Mixta Paraguayo-Brasilena, 1974 ; Comision Mixta Paraguayo-Brasilena, 1975 ; Molinier, 1974 ; Organizacion de Estados Americanos, 1969). Sa construction, décidée en 1973, est organisée par le gouverne-ment militaire. Le projet Yacyretá rencontre les conditions politiques et économiques pour être lancé en 1985.

23L’évolution conjointe des contextes politique et économique a créé de manière fortuite une structure de gestion extrêmement stable. En effet, cette structure binationale particulière n’est pas touchée par le contexte actuel de dérégulation et de libéralisation de l’économie, qui modifie cependant considérablement les modalités de mise en projet de nouveaux barrages. Les accords signés entre les deux pays (Argentine et Brésil) consacrent l’EBY comme unique gestionnaire de la retenue et de la production électrique. L’EBY a été fondée le 3 décembre 1973 pour le lancement de la construction de Yacyretá. Cet organisme binational possède des capacités juridiques, financières, administratives et techniques pour étudier, diriger et exécuter les ouvrages, les mettre en fonctionnement et les exploiter (fig. 4). Le conseil d’administration et le conseil exécutif sont présidés chacun par un directeur de chaque pays. La structure internationale de l’EBY semble l’avoir préservée pour l’instant du libéralisme.

Figure 4 : Évolution du paysage institutionnel de gestion des projets hydrauliques sur le Paraná

Figure 4 : Évolution du paysage institutionnel de gestion des projets hydrauliques sur le Paraná

Les grands projets hydroélectriques, évolution des structures de gestion, gouvernance et blocages institutionnels

Évolution des structures de gestion

24Les deux grandes compagnies d’État chargées de l’énergie, Agua y Energia Electrica SE et Hidronor SA, n’ont pas survécu à la privatisation. Subdivisées en business units, elles sont offertes en concession à des entreprises privées. Dans le cas de Yacyretá, la gestion étatique a été remise en question lors de la phase de libéralisation de l’économie argentine (1991-1995). La privatisation souhaitée par le gouvernement argentin est contrée par le Congrès (Diaz de Hasson, 1996).

25Au milieu des années 1990, l’État argentin en faillite cherche le moyen de soulager la dette de EBY (9 milliards de dollars). L’organisme de gestion a en effet une dette envers l’État de 5 786 millions de dollars ainsi qu’une dette de 2 094 millions de dollars envers les organismes de financement internationaux (BID, BIRF, Banco Comercial). De plus, les travaux restant à réaliser pour la période 1996-1998 sont estimés à 879 millions de dollars. De ce total, seuls 293 millions de dollars ont à cette date (1998) trouvé un financement. Les deux gouvernements lancent alors l’analyse des « bases techniques, économiques et financières pour la participation du capital privé dans les ouvrages et les services à la charge de EBY ». Elaboré par un groupe de travail argentino-paraguayen, ce document anticipe la réalisation d’un appel d’offres public international qui a pour objectif de contractualiser l’opération et la maintenance du complexe, ainsi que la commercialisation de l’énergie, pour une durée de 30 ans.

26Cependant, les sommes à trouver pour l’achèvement du projet sont peu importantes eu égard aux investissements réalisés au long des 35 années de planification et de construction (1973-2008). L’achèvement de la centrale devrait permettre de dégager une recette brute de l’ordre de 630 millions de dollars à l’horizon 2009. Une fois déduits les frais (fonctionnement, maintenance, compensation pour les terrains inondés et pour la cession d’énergie), le bénéfice net est évalué à 510 millions de dollars (valeur de vente de l’énergie à 30 dollars/MWh)(EBY, 2004). Il faudrait donc une vingtaine d’années pour rembourser les dettes lorsque la centrale tournera à plein (2009). Les travaux parlementaires (Comision Directiva del IAE, 1996) concluent que l’opération de privatisation partielle de l’entité EBY ne serait pas rentable économiquement pour l’Argentine. Selon la commission parlementaire, la privatisation de Yacyretá aurait en outre des effets négatifs en créant un acteur en situation de monopole, gérant 35% de l’énergie totale consommée en Argentine. De surcroît, les autorités argentines pouvaient craindre que les investisseurs privés étrangers passent des accords préférentiels avec le Brésil pour la commercialisation de l’énergie produite à Yacyretá. Avec pour conséquence prévisible une augmentation importante de son prix et une perte de compétitivité des industries argentines.

27L’attitude du pouvoir central argentin traduit peut être également son désir de contrôler stratégiquement le secteur de l’énergie au moment où le pays se dote, en 1994, d’une nouvelle Constitution à tendance fortement décentralisatrice. La réforme constitutionnelle de 1994 garantit de nouveaux droits relatifs aux ressources naturelles (Pochat, Natenzon et al., 2006). L’article 124 de la Constitution indique que « les responsabilités principales en regard de la gestion des ressources en eau sont exercées par les provinces » et que « les provinces ont le droit originel sur les ressources naturelles existantes sur leur territoire » : après avoir joué un rôle important dans l’exploitation des ressources hydrauliques, l’État national s’efface peu à peu à leur profit. Les acteurs publics ne cessent de se multiplier et la structure nationale tend à se morceler (fig.4). La gestion décentralisée des ressources en eau, entre régions, provinces et communes (municípios) aboutit à un modèle extrêmement complexe, d’autant qu’il n’existe pas en Argentine de système centralisé de régulation nationale (Calcagno, 2001). Les institutions argentines connaissent une importante fragmentation sectorielle associée à un manque de coopération et de communication entre ces secteurs. Les eaux du río Paraná argentin sont donc gérées par les communes en relation avec les provinces riveraines en ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable, par les provinces pour la production énergétique ainsi que pour la protection de l’environnement et par l’État fédéral pour les questions relatives à la ressource énergétique internationale et à la navigation.

Un exemple de blocage institutionnel : le barrage de Corpus dans la province de Misiones

28L’accord et le soutien des provinces est aujourd'hui nécessaire. En ce qui concerne le barrage de Corpus en projet depuis 1971, la province de Misiones, insatisfaite des taux proposés en termes de retombées économiques et de pouvoir décisionnel, bloque le projet depuis une dizaine d’années, réclamant ses droits sur le Paraná. Elle a par ailleurs organisé un référendum en 2006 pour asseoir sa prise de position. L’opinion publique s’est largement prononcée en défaveur du projet sous sa forme actuelle, en votant massivement « non » au projet (83% des suffrages exprimés).

29La situation administrative est la principale cause du blocage du projet. Les études de faisabilité technico-économique sont en effet achevées depuis le début des années 1980 (Comision Mixta Argentino-Paraguaya del rio Paraná, 1983 ; Fuchini Mejia, 1981) et ont été retravaillées selon les normes actuelles à la fin des années 1990. Les caractéristiques du projet ont été définies après avoir pris en considération 22 schémas sur 7 tronçons différents du Paraná, pour augmenter la puissance installée en diminuant les impacts écologiques. Le projet initial a été établi à la cote 110, devant générer environ 20 000 GWh/an, avec une puissance installée d’environ 4 600 MW. La retenue serait installée entre les retenues d’Itaipú et de Yacyretá (fig. 2). La construction de l’usine d’Itaipú, avec une chute de 120 m, limite la hauteur de Corpus à 100 m au-dessus du niveau de la mer si ce dernier doit donner à Yacyretá sa cote maximale de 83 m. Corpus ne pourrait donc développer une chute supérieure à 18 m. La solution optimale avancée dans les études réalisées à la fin des années 1990, serait de monter le niveau de Corpus à 130 m pour donner une chute de 48 m afin que le barrage soit efficient et que l’opération soit économiquement rentable. Aucun compromis satisfaisant entre l’Argentine, le Paraguay et le Brésil n’a été trouvé pour le moment. Les accords Itaipú-Corpus (tab. 1) sont aujourd'hui en renégociation. Faisant fi de ces blocages, le gouvernement fédéral continue pourtant à examiner la création d’une structure relais mixte publique-privée. Les présidents argentin Nestor Kirchner et paraguayen Nicanor Duarte s’étaient rencontrés à ce propos en mars 2006.

Un exemple de blocage écologique : le barrage de Paraná Medio dans la provinces de Santa Fe-Corrientes

30Le projet de Paraná Medio est également bloqué, mais pour d’autres raisons. Les mouvements écologistes en Argentine apparaissent sur la scène médiatique et l’évolution des mentalités amène à poser la question des impacts environnementaux des grands barrages. Si, dans la province de Corrientes, les associations se sont peu manifestées à propos de Corpus en raison du développement régional potentiel sur le plan économique pour cette province pauvre, il n’en va pas de même dans la province de Santa Fe, une des plus riches du pays.

31Le barrage de Paraná Medio devrait comprendre plusieurs retenues : à la hauteur de Goya et au niveau de La Paz, de l’île de Chapetón et de Patí (fig. 2). Ce projet qui devait faire la preuve de la capacité de structures bureaucrato-technocratique à proposer des études d’ouvrages surdimensionnés durant les deux décennies de Agua y Energia Electrica de la Nacion, réapparaît assorti d’une recommandation gouvernementale en faveur d’un consortium d’entreprises étatsuniennes coordonnées par Energy Developers SA. La discussion (1997) entre les provinces riveraines (Santa Fe, Entre Rios, Corrientes, Chaco) se concentre de fait non seulement sur les objectifs énergétiques, mais encore sur les coûts environnementaux de la retenue. Les études de projets de Paraná Medio ont débuté en avril 1972 lors de la crise pétrolière. Aujourd'hui, il est permis de se demander si le projet doit privilégier une prise d’eau surélevée à la côte 29 pour un meilleur dénivelé (et donc un meilleur rendement énergétique), au prix d’un impact environnemental important. Ne serait-il pas préférable de développer des ouvrages de dimensions moindres qui accompagneraient la réalité physique du dénivelé du fleuve, en réduisant le coût social et environnemental ? (Bosovitch, 1997). La retenue de Yacyretá est considérée par les opposants comme un désastre social et écologique que l’on ne souhaite pas répéter.

32En 1994, la Commission mondiale des barrages a estimé à 6 milliards de dollars la perte imputable à la corruption (Centro Naval, 2000), assortie d’un retard de 10 ans sur la mise en œuvre. Les mesures d’atténuation sociales et environnementales semblaient particulièrement négligées. Ces dysfonctionnements poussent la société civile à remettre en question l’intérêt d’énormes structures hydroélectriques si elles devaient suivre le modèle « Yacyretá ».

33Parmi les nouvelles voix qui s’élèvent se dégage celle du « Réseau latino-américain contre les retenues et pour les fleuves, ses communautés et l’eau ». Rassemblés à Posadas en 2006, les acteurs de la société civile débattent sur les modèles énergétiques et économiques de la région. Le Réseau demande que soit respecté le référendum réalisé en 1996 dans la province de Misiones, plébiscitant l’abandon du projet Corpus dans le cas où des accords satisfaisants avec le gouvernement ne seraient pas obtenus. Il appuie également la campagne « No mas daños en Yacyretá » (Pas plus de dommages à Yacyretá) qui demande à ce que le niveau de la retenue soit maintenu au niveau actuel de 76 m, afin que la population et l’environnement ne subissent aucun nouveau dommage irréparable. La nouvelle réglementation sur les études d’impact inscrite dans la loi 25.975 du 31/12/2004, n’apaise pas les craintes a priori.

34La tendance laisse cependant apparaître des alternatives, à l’image des grandes centrales de Jirau et San Antonio construites en Amazonie (Porto Vehlo, État du Rondonia). Ces usines nouvelle génération allient avancées technologiques et prouesses techniques : installées « au fil de l’eau », elles modifient peu le cours du fleuve et réduisent la dimension des retenues grâce à des turbines « bulbes » (Gasnier, 2009). Le projet Paraná Medio est aujourd'hui en cours de réactualisation à la lumière de ces avancées technologiques. De la même manière, des modèles hydrauliques sont développés pour permettre le turbinage du bras Aña-Cuá au débouché de la retenue de Yacyretá (fig. 3, photo 1). La mise en place de turbines « au fil de l’eau », représenterait une production supplémentaire de 2 500 MW sans augmentation de la surface en eau.

Photo 1: Photographie aérienne plongeante montrant la succession des ouvrages constitutifs du barrage de Yacyretá

Photo 1: Photographie aérienne plongeante montrant la succession des ouvrages constitutifs du barrage de Yacyretá

retenue latérale gauche sur environ 1 km, barrage principal de rive gauche se prolongeant jusqu' à l’écluse de navigation, déversoir principal (18 vannes radiales) situé sur l’île de Yacyreta, centrale hydroélectrique (20 hydrogénérateurs) se raccordant à la retenue Isla Yacyretá , Cette retenue traverse l’île Yacyreta jusqu'à la rive gauche du bras Aña-Cuá où se localise un deuxième déversoir (16 vannes) qui conjointement au déversoir principal permettent d’évacuer jusqu'à 95 000 m3/s.

Source : EBY

Photo 2 : Le « quartier vitrine » des relocalisations effectuées par l’Entité Binationale Yacyreta (EBY), le barrio Virgen de Fatima, dans la Province de Misiones, Argentine.

Photo 2 : Le « quartier vitrine » des relocalisations effectuées par l’Entité Binationale Yacyreta (EBY), le barrio Virgen de Fatima, dans la Province de Misiones, Argentine.

Au premier plan il est possible de voir le centre communautaire du quartier, tandis qu’au second plan se détachent les pavillons résidentiels nouvellement construits. Le quartier dispose également d’un hôpital depuis juillet 2008. Toutes les personnes expropriées n’ont cependant pas été relogées.

Source : EBY

Photo 3 : Travaux complémentaires des rives du fleuve au niveau d’Encarnacion (rive droite du rio Paraná, Paraguay).

Photo 3 : Travaux complémentaires des rives du fleuve au niveau d’Encarnacion (rive droite du rio Paraná, Paraguay).

Source : EBY

Conclusion

35Le bassin-versant du rio Paraná est un terrain d’analyse privilégié du jeu des acteurs en charge de la conception des projets, de leur mise en œuvre et de la gestion des grands barrages en Amérique du Sud. S’y observe en effet la complexification du secteur stratégique de l’hydroélectricité.

36Du fait de la structure fédérale de l’Argentine, les acteurs publics ne cessent de se multiplier, en fragmentant les centres de décision. L’analyse des grands projets hydrauliques sur le río Paraná argentin démontre que les politiques multilatérales mises en place entre l’Argentine et le Paraguay et leurs provinces respectives donnent des marges de manœuvre plus importantes que les structures étatiques des décennies passées. Cette situation impose d’abandonner l’idée de poursuivre des objectifs nationaux avec des moyens nationaux. Les grandes entreprises étatiques en charge du développement énergie à l’échelle nationale ont toutes été mises en concessions. Insérée dans la dynamique mondiale portée par le Consensus de Washington (Williamson, 1990), la libéralisation du secteur de l’énergie fait apparaître de nombreux acteurs privés.  

37Les nouveaux projets sont portés par des structures de relais mixtes qui intègrent une grande diversité d’acteurs. Ceux-ci s’inscrivent à tous les échelons institutionnels depuis les communes (municipes) jusqu’à l’État fédéral. Les emboîtements institutionnels complexes et le manque de communication entre les différentes entités argentines et les sociétés internationales privées rendent la gestion difficile. De plus les nouveaux modes de gestion, liés à l’apparition de nouveaux acteurs de la société civile et des mouvements de défense de l’environnement rendent plus complexes encore la mise en œuvre des projets en attente depuis cinquante ans. Les acteurs locaux tendent à se réapproprier les projets des grands barrages. Le consensus international autour de la gestion intégrée de la ressource ne simplifie pas cet imbroglio institutionnel.

38Non seulement la structure institutionnelle se complexifie, mais elle s’accompagne d’une nouvelle perception des grands ouvrages hydrauliques. Avec l’apparition des phénomènes de changement climatique, le turbinage du río Paraná est présenté comme le moyen de produire une énergie propre, renouvelable et peu coûteuse. L’appropriation de la notion de développement durable dans l’utilisation de la ressource a pour objectif, en Argentine, d’élaborer une grille d’accord pour bénéficier d’un schéma global (Magnani, 2001). La production énergétique est un secteur important directement relié au développement durable (United Nations Environment Programme (UNEP) et Global Environment Facility (GEF), 2003). Il s’agit de faire fonctionner de manière harmonieuse le développement local lié à l’implantation d’une grande retenue. De manière concomitante, les impacts sociaux doivent être pensés et corrigés et le développement doit se faire en respectant l’environnement. Ces principes risquent de retarder encore la construction de nouveaux barrages de grande taille en Argentine.

39On constate cependant que la tendance laisse apparaître la volonté de privilégier la mise en place de turbinages au fil de l’eau, n’impliquant pas la création de retenues. Leur impact environnemental est moindre et les relations des riverains avec le fleuve ne s’en trouvent pas perturbées. Les évolutions techniques permettront-elles à l’Argentine de faire face au déficit énergétique pronostiqué ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BERRON M., 2007, La generacion electrica en la Argentina, El Litoral, 9 janvier, Santa Fe.

BLANC N., BONIN S. 2008, Grands barrages et habitants, Paris, Maison des sciences de l'homme, Ed. Quae, 336 p.

BOSOVITCH N., 1997, Parana Medio, proyecto de navegacion o proyecto hydroelectrico ?,Geopolitica: una doctrina nacional, ano XXI, n°60.

CALCAGNO A. T., 2001, Proyecto JAWA-OEA, Evaluación de los modelos institucionales exis-tentes para la gestión integrada de los recursos hídricos, Buenos Aires, Informe sobre Argentina.

CARRIZO S. C., VELUT S. 2006, Énergie dans le Mercosur : réseaux transnationaux et logiques nationales, Hérodote, 4e trimestre, n°123, Amérique Latine : une nouvelle géopolitique, p. 88-106.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CASTELLS M., 2008, The New Public Sphere: Global Civil Society, Communication Networks, and Global Governance, The Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol. 616, n°1, p. 78-93.
DOI : 10.1177/0002716207311877

Centro Naval, 2000, Complejo hidroelectrico de Yacyreta, Boletin del centro naval, n°800.

Comision Asesora de Planificacion Hidroelectrica, 1958, Una solucion nacional. Agua, Electricidad, Economia, D. n°1728/57, Buenos Aires, 74 p.

Comision Directiva del IAE, 1996, La privatizacion de Yacyreta, Proyecto Energetico, Vol.39 (avril), p. 12-16.

Comision Mixta Argentino-Paraguaya del rio Paraná, 1983, Proyecto Zona de Corpus. Resumen, Buenos Aires COMIP, 20 p.

CONAC F., 1996, Barrages internationaux et coopération, Paris, Karthala, 378 p.

DA ROSA J. E., 1983, Economics, Politics and Hydroelectric power: the Parana River Basin, Latin American Research Review, Vol.18, n°3, p. 77-107.

DIAZ DE HASSON G., 1996, Implicancias negativas de privatizar Yacyreta, Coyuntura y desarollo, Vol. 216, septembre, p. 9-23.

E. B. Y., 2004, Informe estado de situacion emprendimiento Yacyreta, Buenos Aires, EBY, Entidad Binacional Yacyreta, 68 p.

FUCHINI MEJIA C., 1981, Corpus-Itaipu: una solucion armonica, Buenos Aires, Oikos, 110 p.

GASNIER A., 2009, Le Brésil mise sur le potentiel hydroélectrique amazonien, Le Monde, 17 janvier.

GIACOSA R., PAOLI C. et al., 2001, Conocimiento del regimen hidrologico, in PAOLI C., SCHREIDER M., El rio Parana ensu tramo medio, UNL, Santa Fe, p. 71-104.

HALCROW S. W., 1994, Estudio de regulacion del valle aluvial de lors rios Parana, Paraguay y Uruguay para el control de los inundaciones, Buenos Aires, Argentina, Sir William Halcrow, Av. LN ALem 884, piso 3 oficina 310, 152 p.

JAIME P., MENENDEZ A. N., 2002, Análisis del Régimen Hidrológico de los Ríos Paraná y Uruguay, Buenos Aires, Informe INA-LHA 05-216-02, Comitente: Proyecto Freplata.

KELMAN J., 1999, Evolution of Brazil's Water Resources Management System, in Water Resource Management : Brazilian and European Trends and Aproaches, BWRA Brazilian Water Resource Association - IWRA International Water Resource Association, 346 p.

LATRUBESSE E. M., STEVAUX J. et al., 2005, Tropical rivers, Geomorphology, Vol. 70, p. 187-206.

LIMA J. L., 1995, Politicas do Governo e Desenvolvimento do Setor de Energia Electrica: Codigo das Aguas à crise dos anos 80, Rio de Janeiro, Memoria da Electricidade.

MAGNANI C., 2001, Derecho de Aguas. Instrumentos normativos y regulatorios de la gestión de los recursos hídricos, Curso Internacional de Posgrado sobre Gestión Integrada de los Recursos Hídricos, Universidad Nacional de Buenos Aires.

PAOLI C., CACIK P. et al., 1997, Management of Parana riverfloods under increasing uncertainty. Conference on Hydrology and 7th Conference on Climate Variations, Joint Sessions, 77th AMS Annual Meeting, Long Beach, California.

PAOLI C., SCHREIDER M., 2000, El rio Parana en su tramo medio, Santa Fe, Universidad Nacional del Litoral, 300 p.

PINTO MARTINS D., 2008, Aménagements hydroélectriques et impacts sur la dynamique des flux d’eau et de sédiments. Le cas du haut Paraná, Brésil, Doctorat de Géographie, Université Lyon 2, 304 p.

POCHAT V., NATENZON C. et al., 2006, Argentina. Country Case Study on Domestic Policy Frame-works for Adaptation in the Water Sector. “Working Together to Respond to Climate Change”, Annex I, Expert Group Seminar in Conjunction with the OECD Global Forum on Sustainable Development, 28 p.

ROCCATAGLIATA J., 1988, La Argentina, geografia general y los marcos regionales, Buenos Aires, Planeta, 784 p.

ROJAS I. F., 1975, Intereses Argentinos En la Cuenca De La Plata, Buenos Aires, Museo Social Argentino, 96 p.

STERNBERG R., 1999, Energia hidroelectrica: su futura organizacion y planificacion en America Latina, Geopolitica : una doctrina nacional, Vol. 67, Ano XXIV, p. 71-78.

THORNE C. R., 2002, Geomorphic analysis of large alluvial rivers, Geomorphology, Vol. 44, Special issue 3-4, Geomorphology on large rivers, p. 203-219.

United Nations Environment Programme (UNEP) and Global Environment Facility (GEF), 2003, Concept Document for Sustainable Water Resources Management in the La Plata River Basin, prepared by the Intergovernmental Coordinating Committee of La Plata River Basin Countries (CIC) and the General Secretariat of the Organization of American States (GS/OAS).

VELUT S., 2002, Argentine, des provinces à la nation, Paris, PUF, 296 p.

WILLIAMSON J., 1990, Latin American adjustement: how much has happened?Washington, John Williamson ed., 446 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Principaux sous-bassins formant le bassin versant du rio Paraná.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-1.png
Fichier image/png, 173k
Titre Figure 2 : Carte des aménagements hydroélectriques de la Cuenca de la Plata
Légende (les surfaces ennoyées sur la carte en amont des barrages ne sont pas proportionnels à l’échelle de la carte pour une meilleure lisibilité)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-2.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 3 : Zones d’approvisionnement électrique de la centrale de Yacyretá et système de distribution.
Légende L’énergie est distribuée à travers de 3 lignes de 500 kV, se rejoignant dans la station relais de Rincón de Santa María, proche de Ituzaingó, et au système paraguayen grâce à une ligne de 220 kV, jusqu' à la sous-station de Ayolas. Depuis la station de Rincón de Santa María, deux lignes de 500 kV se connectent au réseau national (SADI Sistema Argentino de Interconexión). La troisième ligne alimente le système électrique de la Province de Misiones. Elle représente un tiers de l’énergie hydroélectrique du marché électrique argentin.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-3.png
Fichier image/png, 143k
Titre Figure 4 : Évolution du paysage institutionnel de gestion des projets hydrauliques sur le Paraná
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-4.png
Fichier image/png, 81k
Titre Photo 1: Photographie aérienne plongeante montrant la succession des ouvrages constitutifs du barrage de Yacyretá
Légende retenue latérale gauche sur environ 1 km, barrage principal de rive gauche se prolongeant jusqu' à l’écluse de navigation, déversoir principal (18 vannes radiales) situé sur l’île de Yacyreta, centrale hydroélectrique (20 hydrogénérateurs) se raccordant à la retenue Isla Yacyretá , Cette retenue traverse l’île Yacyreta jusqu'à la rive gauche du bras Aña-Cuá où se localise un deuxième déversoir (16 vannes) qui conjointement au déversoir principal permettent d’évacuer jusqu'à 95 000 m3/s.
Crédits Source : EBY
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Photo 2 : Le « quartier vitrine » des relocalisations effectuées par l’Entité Binationale Yacyreta (EBY), le barrio Virgen de Fatima, dans la Province de Misiones, Argentine.
Légende Au premier plan il est possible de voir le centre communautaire du quartier, tandis qu’au second plan se détachent les pavillons résidentiels nouvellement construits. Le quartier dispose également d’un hôpital depuis juillet 2008. Toutes les personnes expropriées n’ont cependant pas été relogées.
Crédits Source : EBY
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-6.png
Fichier image/png, 810k
Titre Photo 3 : Travaux complémentaires des rives du fleuve au niveau d’Encarnacion (rive droite du rio Paraná, Paraguay).
Crédits Source : EBY
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7195/img-7.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Emilie Forget, « Les grands projets hydroélectriques du rio Paraná, potentiels et devenir », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 19-29.

Référence électronique

Marie-Emilie Forget, « Les grands projets hydroélectriques du rio Paraná, potentiels et devenir », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7195 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7195

Haut de page

Auteur

Marie-Emilie Forget

Agrégée de géographie, Doctorante Université Lyon 2, Département de géographie, UMR 5600 CNRS, marie.forget@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page