Navigation – Plan du site
Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

Les aménagements hydroélectriques du Québec : le renouveau des grands projets

Hydroelectric power schemes in Quebec: the revival of major projects
Frédéric Lasserre
p. 11-18

Résumés

Le gouvernement québécois, dans le courant des années 1970, a entamé la mise en valeur énergétique des fleuves du Nord du Québec qui s'écoulent vers la baie d'Hudson et la baie James. De très puissants barrages ont été édifiés sur le cours du fleuve La Grande, moyennant le règlement des litiges territoriaux avec les autochtones (Cris et Inuit). Ces barrages ont cependant impliqué la création d'immenses réservoirs qui ont ennoyé des surfaces importantes et nécessité le détournement de fleuves de la région. Objet de la contestation des Amérindiens et d’une partie de l’opinion publique, les grands projets de barrage disparaissent au début des années 1990. Pourtant, le début du XXIe s. a vu l’avènement de nouveaux projets. Comment expliquer ce retour des grands projets hydroélectriques ?

Haut de page

Texte intégral

1Après la construction des méga-projets de la Manicouagan sur la Côte Nord, puis du projet Churchill au Labrador, le gouvernement québécois, dans le courant des années 1970, a entamé la mise en valeur énergétique des fleuves du nord du Québec qui s’écoulent vers la baie d’Hudson et la baie James. De très puissants barrages ont été édifiés sur le cours du fleuve La Grande, moyennant le règlement des litiges territoriaux avec les autochtones (Cris et Inuit). Dans la foulée de l’achèvement de ces grands projets d’aménagement hydraulique, la société d’État Hydro-Québec a lancé le plan de mise en valeur du fleuve Grande Baleine, au nord de La Grande. L’opposition déterminée des Cris a eu raison de la volonté du gouvernement, qui a retiré le projet en 1994. On pensait l’ère des grands barrages terminée au Québec, comme ailleurs dans le monde, dans un contexte de fortes critiques, québécoises comme internationales, à l’endroit des impacts sociaux et environnementaux de ces installations. Les grands barrages ont été décriés et tant leurs impacts sociaux et environnementaux que leur rôle politique ont été relevés par bon nombre d’auteurs (Reisner, 1986 ; McCully, 1998 ; Commission mondiale sur les Barrages, 2000 ; Scudder, 2005 ; Blanc et Bonin, 2008).

2Mais depuis, de nouveaux grands projets de barrages et de transferts massifs ont été conçus, en Jamésie comme sur la Côte Nord. Comment expliquer un tel retour en grâce des grands barrages au Québec, alors qu’ils demeurent mal perçus ailleurs dans le monde ?

L’avènement des grands barrages : comment produire plus, 1944-1965

3Il faut se souvenir, pour comprendre l’origine des grands barrages du Québec, de l’histoire de la production hydroélectrique. Abondante, l’eau est rapidement devenue la principale source d’énergie électrique : de grandes centrales, construites par les entreprises privées – aucune société d’État n’existe alors - se sont multipliées au cours des années 1920 et 1930, au Saguenay, sur le Saint-Laurent avec la centrale de Beauharnois, sur le Saint-Maurice, sur l’Outaouais, en liaison avec l’Ontario... Une première nationalisation des services électriques de l’île de Montréal, sous le court mandat des Libéraux, a donné naissance à la société Hydro-Québec en 1944. La société d’État possédait alors seulement quatre centrales totalisant 696 mégawatts (MW).

4C’est en 1953 que la société d’État Hydro-Québec (HQ) a entrepris son premier grand chantier, le complexe Bersimis sur la rivière Betsiamites (Côte-Nord). À travers ce chantier, HQ apprend la maîtrise d’œuvre sur de grands chantiers éloignés et acquiert la maîtrise du transport de grandes quantités d’électricité sur de longues distances, plus de 600 km, pour atteindre le marché de Montréal. À cette époque, les audits environnementaux n’existaient pas et la faible densité de population des bassins plus au nord, dans des bassins versants à fort débit spécifique, présentaient le double avantage de recéler des rivières sans autres usagers : pas de conflit d’usage à arbitrer, et peu ou pas d’opposition à cette époque.

5Forte de ce premier grand chantier réussi, HQ entreprend deux autres grands projets sur la Côte-Nord, l’aménagement des rivières Manicouagan et aux Outardes. La bonne gestion de ces chantiers permet à la société de se passer du financement de l’État québécois et de maintenir ses tarifs, lui offrant ainsi un outil majeur de développement industriel, une électricité peu chère.

6Ces efforts d’aménagement sont à replacer dans le contexte économique de l’époque : la croissance des Trente Glorieuses bat son plein, la demande en électricité croît à un rythme moyen d’environ 7% par année, et les projets de transformation sur place des matières premières accélèrent cette tendance. Le Saint-Laurent ne présente pas de nombreux sites favorables à son aménagement hydroélectrique : la centrale de Beauharnois fonctionne depuis 1918, et l’ouverture de la Voie maritime du Saint-Laurent en 1959, grande artère maritime qui transforme Montréal en porte d’entrée maritime du continent, interdit tout projet de barrage majeur. L’aménagement hydro-électrique du Sud du Québec atteint ses limites.

7C’est l’option nucléaire qui, dans la première moitié des années 1960, constituait l’alternative la plus crédible pour la production électrique, du fait de sa grande popularité auprès des décideurs politiques, séduits par la prouesse technologique et la relative indépendance qu’elle introduisait – d’importants gisements d’uranium existent au Canada. Ontario-Hydro s’est engagée à cette époque dans un ambitieux programme de construction de centrales nucléaires, grâce à la mise au point de la technologie canadienne de réacteurs CANDU. HQ, afin de se doter d’une certaine expertise dans ce domaine, a procédé à la construction de deux centrales, Gentilly-1 (démantelée en 1986) et 2 (toujours en service), mais le gouvernement québécois, après l’accident de Three Miles Island aux États-Unis en 1979, a mis un moratoire au développement de nouvelles centrales, qui n’étaient plus nécessaires par ailleurs à cette époque, on le verra.

8Le gouvernement du Québec a préféré miser sur le développement de l’hydroélectricité, en achevant la nationalisation de la distribution de l’électricité en 1963. Certaines entreprises privées, en particulier dans le secteur de la métallurgie comme Alcan (production d’aluminium), peuvent conserver leurs centrales, mais la plupart des entreprises de production électrique passent sous la propriété d’HQ.

L’ère des grands projets 1965-1994 : valoriser le potentiel énergétique, un outil géopolitique

9Dès son arrivée au pouvoir en juillet 1960, le gouvernement libéral de Jean Lesage, qui met fin à 16 ans de gouvernement conservateur de l’Union nationale, commence à mettre en œuvre sa politique de développement économique fondée sur des investissements publics massifs. En septembre 1962, Jean Lesage provoque des élections anticipées sur le thème de la nationalisation de l’électricité. En ce sens, la politique de développement des grands barrages au Québec s’inscrit certes dans un courant qui s’est aussi manifesté dans la plupart des pays industrialisés et en voie de développement : construction des bases énergétiques du développement industriel et intervention de l’État dans l’économie. Mais la stratégie de développement des grands barrages du Québec comporte aussi des dimensions spécifiques, essentiellement les objectifs géopolitiques des gouvernements québécois successifs, et le traitement de l’opposition des Amérindiens.

10Pour Lesage, l’électricité est un levier majeur de ce développement économique du Québec, qu’il convient de développer au maximum du potentiel du territoire : « Il faut rendre au peuple du Québec ce qui appartient au peuple du Québec ; son plus riche patrimoine, celui de l'électricité. Et ça presse, demain il sera trop tard. C'est maintenant ou jamais que nous serons maîtres chez nous », déclare-t-il en novembre 1962. Lesage complète la nationalisation de l’électricité, menée sous la houlette de René Lévesque, avec la création des sociétés d'État Sidérurgie du Québec en 1964 et Société québécoise d'exploration minière en 1965. Face à une demande en constante et rapide augmentation, et dans le cadre d’une politique volontariste de développement national, le gouvernement du Québec a choisi de développer de grands complexes dans des zones peu habitées et à fort potentiel de production hydroélectrique.

L’aménagement des fleuves du Nord : un projet très géopolitique de maîtrise du territoire

11C’est ainsi que la tendance, amorcée dès 1959 avec le lancement des complexes Manicouagan et Outardes, est poursuivie avec le complexe de Churchill Falls (lancé en 1966) au Labrador, fruit d’une collaboration avec la province de Terre-Neuve. Cet énorme complexe produit une électricité presque entièrement achetée à bas prix par Hydro-Québec.

12En 1971, Hydro-Québec amorce l’aménagement d’un vaste complexe hydroélectrique sur le fleuve La Grande, qui se jette dans la baie James. Il comprend la construction de huit centrales et le détournement de trois fleuves et rivières (Caniapiscau, Opinaca, Eastmain) vers La Grande. Réalisé sur une quinzaine d’années, ce complexe est venu doubler la capacité de production d’Hydro-Québec. L’aménagement de ce projet hydroélectrique s’étale sur plus d’une vingtaine d’années, la dernière centrale (Laforge 2) a été inaugurée en 1996. C’est un complexe gigantesque, qui s’étend sur un territoire de près de 350 000 km2, qui comprend des réservoirs majeurs (tabl. 1) et qui traduit aussi des ambitions géopolitiques.

Tableau 1 - Les plus grands réservoirs du monde, 2007
(En italiques, les réservoirs du Québec et du Labrador)

Nom

Volume total, en km3

Fleuve/bassin

Pays

Année de mise en service

Owen Falls*

208

Nil blanc/Nil

Ouganda

1954

Kariba

181

Zambèze

Zimbabwe

1959

Bratsk

169,3

Angara/Ienisseï

Russie

1964

Haut barrage d’Assouan

162

Nil

Égypte

1970

Akosombo

148

Volta

Ghana

1965

Daniel Johnson*

141,6

Manicouagan

Canada

1968

Guri

135

Caroni/Orénoque

Venezuela

1986

Tharthar

85

Tigre

Irak

1985

Bennett/Williston

74,3

Peace/Mackenzie

Canada

1967

Krasnoyarsk

73,3

Ienisseï

Russie

1967

Zeya

68,4

Amour

Russie

1978

Cabora Bassa

63

Zambèze

Mozambique

1974

Robert-Bourassa

61,7

La Grande

Canada

1985

La Grande 3

60,2

La Grande

Canada

1985

Ust-Ilimsk

59

Angara/Ienisseï

Russie

1977

Bogoutchany

58,2

Angara

Russie

1989

Kouibyshev

57,3

Volga

Russie

1955

Serra da Mesa

54,4

Tocantins

Brésil

1998

Caniapiscau

53,8

Caniapiscau/Koksoak

Canada

1983

Bukhtarma

50

Irtych

Russie

1967

Atatürk

49

Euphrate

Turquie

1990

Irkoutsk

46

Angara

Russie

1956

Tucurui

45

Tocantins

Brésil

1984

Sanxia (Trois Gorges)

39

Yangze

Chine

2009

Hoover (Lac Mead)

37,6

Colorado

États-Unis

1936

Roseires

36

Nil

Soudan

1966

Vilyui

35,9

Vilyui/Lena

Russie

1967

Nechako

35

Nechako

Canada

1965

Sanmenxia

35**

Fleuve Jaune

Chine

1960

Churchill Falls

32,7

Churchill

Canada

1971

Glen Canyon (Lac Powell)

30,8

Colorado

États-Unis

1966

...

Garrison (Lac Sakakawea)

29,4

Missouri

États-Unis

1956

Pati (Chapetón)

27,4

Paraná

Argentine

1998

La Grande 4

19,5

La Grande

Canada

1985

Diefenbaker

9,4

Saskatchewan du Sud

Canada

1968

Opinaca

8,5

Eastmain

Canada

1983

...

Manicouagan 2

3,5

Manicouagan

Canada

1965

*Le barrage d’Owen Falls est venu augmenter le volume naturel du lac Victoria; le barrage Daniel-Johnson a accru le volume du lac Manicouagan.

**Volume théorique, le réservoir souffre d’une sédimentation accélérée.

Sources : Chao, Wu, Li, 2008 ; DOI: 10.1126/science.1154580 ; Bureau of Reclamation, 2003; Hydro-Québec, 2003;Bethemont, 1999, p.108.

  • 1  Péquiste (néologisme) : qui se rapporte au Parti québécois. Fondé en 1968 par René Lévesque, minis (...)
  • 2  Le projet Great Recycle And Northern Development prévoyait l’endiguement de la baie James, puis le (...)

13La dimension géopolitique de ces grands projets, dans un Nord québécois jusque-là peu investi par l’État, n’échappait pas au Premier ministre libéral, Robert Bourassa, ardent promoteur de ces outils de « conquête du Nord québécois » (Bourassa, 1973, p. 12, cité par Lasserre, 2003) et arrivé au pouvoir à la faveur des élections législatives de mai 1970. Par ces grands projets, écrivait-il, « nous nous aventurons au-delà de la vallée du Saint-Laurent. Nous faisons reculer nos frontières et nous prenons possession de toutes nos ressources » (Bourassa, 1973). L’électricité et les barrages étaient tout à la fois conçus comme les symboles de la maîtrise technologique du Québec et du contrôle de son territoire. Ils gonflaient d’orgueil et de respect de soi-même la population francophone du Québec, lorsqu’elle voyait l’image de sa force matérielle et la puissance qu’elle détenait, à la fois sur les espaces du Nord québécois et sur les voisins américains (Murray, 1976, p. 220). Alors que s’articulait un discours sur le déploiement de la souveraineté québécoise sur l’ensemble du territoire du Québec, une représentation d’un Nord riche en ressources naturelles, instrument d’une indépendance du Québec de facto sinon de jure, a peu à peu mûri parmi les gouvernements, qu’ils soient libéraux ou péquistes1. Cette représentation implique une instrumentalisation du Nord québécois, qui a renforcé une certaine dichotomie de représentation entre un Sud habité, aménagé, mis en valeur et parcouru et un Nord plus ou moins investi par la population, par ses représentations de son espace national, réservoir d’arrière-cour de ressources mais de faible valeur spatiale (Lasserre, 2003b, p. 15). Avatars de cette représentation d’un territoire à maîtriser pour les outils de puissance économique qu’ils pouvaient apporter au Québec, les projets de transferts massifs GRAND2 (1985) (Lasserre, 2005a) puis de vente d’eau à l’étranger (1997), aujourd’hui abandonnés sous la pression de l’opinion publique, incarnaient cette idée que l’eau du Nord pouvait constituer le plus puissant levier de l’affirmation politique du Québec, par le biais des grands barrages ou des transferts massifs : « avec son eau, un Québec souverain pourrait se tailler une place sur l’échiquier international », disait le ministre péquiste des Relations internationales, Sylvain Simard (L’Actualité, 1997).

14Cet objectif géopolitique d’aménagement massif du Nord québécois s’est heurté à une prise de conscience autochtone, qui a conduit à l’arrêt temporaire des travaux du complexe de La Grande : en 1973, les Cris affirment qu’ils n’ont jamais cédé leurs droits souverains sur leurs terres et réclament un traité pour permettre à HQ d’aller de l’avant dans ses travaux : la justice leur a donné raison, ce qui a abouti à la Convention de la Baie James et du Nord québécois (1975) permettant la mise en œuvre de l’aménagement du bassin de La Grande et le détournement des fleuves voisins. Pour la première fois, HQ a dû composer avec l’opposition des habitants de territoires considérés jusqu’à présent comme vides.

L’aménagement des ressources pour exporter : une géopolitique à l’échelle continentale

15Séquelle des ajustements économiques provoqués par le second choc pétrolier (1979) et de la récession en Amérique du Nord (1982), la demande en électricité connaît une croissance très ralentie. C’est dans ce climat d’incertitude sur la rentabilisation des énormes investissements consentis pour le projet La Grande qu’HQ amorce un changement important de sa stratégie commerciale : d’un mandat de producteur d’énergie électrique à bas prix pour les usages industriels et résidentiels au Québec, la société se tourne vers l’exportation en Ontario et aux États-Unis, ce qui oblige le gouvernement à modifier sa loi constitutive.

16En 1991, les exportations d’électricité représentaient 7,2% du chiffre d’affaires d’Hydro-Québec, pour un bénéfice net de 760 millions C$. Ce niveau s’est globalement maintenu jusqu’en 1997 environ, après quoi on assiste à une explosion des livraisons d’électricité du Québec vers les États-Unis, dans un contexte d’ouverture des marchés de gros en Amérique du Nord. En 2002, ces exportations représentaient plus de 30% des ventes d’HQ, et les dividendes dépassaient les 760 millions $... Avec cette déréglementation des marchés de l’énergie en Amérique du Nord, HQ s’est résolument engagée dans le développement de ses parts de marché, qui lui permettait d’augmenter son chiffre d’affaires, ses bénéfices et ses dividendes versés au gouvernement (tabl. 2) et qui favorisait l’émergence d’un rôle continental du Québec comme fournisseur d’énergie... mais qui impliquait de maintenir une marge de manœuvre importante dans la production, ce qui justifiait la poursuite des projets d’aménagements hydrauliques. La convergence des intérêts financiers d’HQ et du gouvernement a conduit ce dernier à autoriser le lancement des projets Grande Baleine et Nottaway-Broadback-Rupert (NBR), dans le Nord québécois (1988) et Sainte-Marguerite sur la Côte Nord (1999).

Tableau 2 - Bilans d’Hydro-Québec : ventes et profits
Montants financiers en dollars canadiens courants.

1993

1996

1997

1999

2000

2002

2005

2007

2008

Chiffre d’affaires (millions dollars canadiens)

7 004

7 729

8 481

9 608

11 429

13 002

10 890

12 330

12 717

dont ventes d’électricité au Québec (M$)

6 552

7 067

7 331

7 445

7 794

8 104

9 200

10 355

10 440

dont ventes hors Québec (M$)

452

601

596

1 051

2 380

3 500

1 464

1 483

1 897

Part des ventes d’électricité hors Québec, en %

6,5

7,8

7,5

12,4

21,7

30,2

13,4

12

14,9

Ventes au Québec (TWh)

137

144,5

147,3

147

152,8

158,3

165,1

171,5

170,2

Ventes hors Québec (TWh)

15,1

19

15,2

16

37,3

54,2

15,3

19,6

21,1

Part des livraisons d’électricité hors Québec, en %

9,9

11,6

9,4

9,6

19,6

25,5

8,5

10,3

11

Bénéfice net (M$)

761

520

786

906

1 078

1 526

2 252

2 907

3 141

Dividendes (M$)

0

0

357

453

539

763

1 126

2 095

2 252

Source : Rapports annuels d’Hydro-Québec,
www.hydroquebec.com/publications/fr/rapport_annuel/index.html.
Les versions antérieures à 2004 ne sont plus en ligne.

Des débats politiques et environnementaux sonnent la fin des grands projets, 1994-2002

  • 3  Le Québec était comparé sans vergogne, dans la foulée des incidents d’Oka de 1990, à l’Afrique du (...)

17Le projet Grande Baleine, sur le fleuve du même nom à 220 km au nord de La Grande, devait comporter 3 168 MW de puissance installée sur trois centrales, quatre réservoirs, avec le transfert d’une partie des eaux d’un fleuve (Petite Rivière à la Baleine), pour un coût estimé en 1992 à 16 milliards de dollars. Les communautés autochtones, cries principalement, encore en train d’absorber le choc de la modernité introduite par le développement du complexe La Grande (Niezen, 1993), se sont fermement opposées au projet et ont passé des alliances avec des groupes écologistes aux États-Unis d’une part, et avec l’Assemblée des premières nations, organisme représentant tous les citoyens des Premières nations au Canada, impliquée en 1990 dans la crise politique d’Oka au Québec qui opposait les Mohawks de Kanesatake au gouvernement provincial, d’autre part. La mobilisation des opposants au projet Grande Baleine était très semblable aux autres grandes mobilisations hostiles aux grands barrages dans le monde et qui fleurissaient à cette époque (Fisher, 2001). Si l’analyse multipartite des impacts a souligné le manque de justification du bien-fondé du projet – autre que les besoins de renforcer la capacité d’exportation (Dufous, 1996, p. 256) – le projet Grande Baleine s’est aussi heurté à une opposition radicale3 et très habilement orchestrée auprès des médias, des États-Unis en particulier, mettant en danger les contrats d’exportation d’électricité d’HQ : coup dur pour l’entreprise, la New York Power Authority a annulé, le 29 mars 1994, un colossal contrat de 5 milliards US$ sur lequel elle comptait (Globe & Mail, 1994). Devant le risque économique et la pression de l’opinion, le gouvernement péquiste de Jacques Parizeau a, en novembre 1994, reporté sine die les projets Grande Baleine et NBR.

  • 4  Le rapport de la Commission mondiale sur les barrages (World Commission on Dams, 2000) épinglait l (...)

18Cette décision semblait marquer la fin de l’ère des grands barrages : dans un contexte mondial de fortes critiques envers ces infrastructures4, devenus fort impopulaires auprès de l’opinion québécoise qui y voyait un outil destiné uniquement à remplir le carnet de commandes d’HQ à l’export, ils paraissaient d’autant moins utiles que les exportations ont connu un déclin certain, surtout après 1997... précisément à cause, notamment, de l’arrêt de la croissance de la capacité de production d’hydroélectricité. Depuis 1995, la marge de manœuvre d’HQ avait fondu comme neige au soleil : de 1995 à 2003, la demande intérieure a progressé de 20%, tandis que la puissance a crû de 4% seulement ; une autre cause est que le Nord du Québec a connu une importante sécheresse de 1995 à 2003 et les apports d’eau dans les réservoirs ont accusé un déficit cumulatif de 76 TWh. Pour répondre à la demande intérieure et faire remonter les niveaux d’eau, afin de sécuriser la production, HQ a donc dû limiter les exportations ; c’est dans ce contexte qu’elle a tenté, en 2004, de développer une centrale thermique au gaz naturel, la centrale du Suroît, pour ajouter rapidement de nouvelles capacités de production – 807 MW pour une production de 6,5 TWh – et reprendre ses exportations (Fortin, 2004). Mais l’opinion publique a récusé massivement ce projet, du fait de son mauvais bilan environnemental – le gouvernement commençait alors à insister sur la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la société d’État faisait la promotion d’une installation thermique !

Le retour des grands aménagements : l’hydroélectricité, une énergie verte

19Pourtant, les grands projets sont de nouveau d’actualité à partir de 2004. Plusieurs raisons ont concouru à leur retour.

20Tout d’abord, la population s’oppose moins aux grands projets dans le Nord qu’aux projets de mini-centrales dans la partie méridionale, habitée, du Québec. À défaut de grands projets et alors que la consommation, faute d’efforts pour réduire la demande, a poursuivi une progression régulière, HQ et le gouvernement québécois avaient en effet tenté de promouvoir la multiplication, sur les rivières du Sud du Québec, de petites centrales hydroélectriques, mais qui entraient en conflit avec d’autres usages, en particulier touristiques, récréatifs et environnementaux. Le programme de construction de 34 « mini-centrales » a été abandonné en novembre 2002 sous la pression de l’opinion, qui refusait de voir de nombreuses autres rivières de la partie plus densément habitée du Québec – par la population d’origine européenne – harnachées par des barrages. Construire de grands barrages dans les régions peu densément habitées paraît plus acceptable que de petits barrages dans la partie méridionale de la province.

Figure 1 : Centrales hydroélectriques du Québec.

Figure 1 : Centrales hydroélectriques du Québec.

Sources : Hydro-Québec, données compilées par F. Lasserre ; Lasserre, 2003.

  • 5  CACCHIONE R. (Président d’Hydro-Québec Production), 2008, Les priorités d'action de la Stratégie é (...)

21Un accord politique, appelé la Paix des Braves, a été conclu en février 2002 entre le gouvernement péquiste de Bernard Landry et les Cris : dans cet accord, moyennant des compensations financières de 4 milliards $ versées aux Cris, figure le feu vert au détournement de la Rupert, afin d’augmenter la capacité de production du complexe La Grande et de développer deux nouvelles centrales, pour un ajout de 893 MW. L’opposition des Amérindiens aux grands projets s’est largement effacée, levant un obstacle majeur à la reprise des grands travaux, même si d’autres Premières nations s’opposent à certains projets en cours, notamment les Innus sur la rivière Romaine. Si le projet Grande Baleine n’a pas - encore ? - été réactivé, HQ a présenté de nouveaux projets d’aménagement, parfois sur des bassins déjà partiellement équipés – Saint-Maurice notamment – mais parfois sur de nouveaux fleuves ou rivières du Nord, comme la Péribonka, la Romaine ou le Petit Mécatina. Ces nouveaux projets approuvés, y compris celui de la Rupert, représentent 5 300 MW et devraient coûter 29 milliards $, auxquels s’ajouteraient les 1 500 MW du projet d’aménagement du Petit Mécatina, à la frontière avec le Labrador, encore en phase d’étude5.

22Capitalisant sur la sensibilité environnementale de l’opinion publique québécoise, qui semble largement appuyer, sondage après sondage, la mise en œuvre de stratégies pour atteindre les objectifs du protocole de Kyoto, HQ a pris le virage vert dès 2002-2003 « Le Québec s’est doté du mode de production d’énergie le plus respectueux de l’environnement, le plus économique et le plus fiable. Sur le plan écologique, l’hydroélectricité est très avantageuse, alors qu’on doit tout faire pour réduire les gaz à effet de serre partout dans le monde » (Hydro-Québec, 2003). « La stratégie de relance et d’accélération du développement de notre patrimoine hydroélectrique contribuera […] directement à la lutte contre les changements climatiques et en particulier au développement durable du nord-est américain » (Id.) en présentant l’hydroélectricité comme une source d’énergie renouvelable, propre et permettant de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre d’une stratégie articulée en quatre points :

  • lancer de nouveaux grands projets hydro-électriques ;

  • une fois les besoins domestiques comblés, accroître les exportations d’électricité dont le produit est en partie directement affecté au remboursement de la dette publique ;

  • utiliser l’avantage tarifaire que procurent les économies d’échelle de ces grands projets pour renforcer l’avantage concurrentiel du Québec ;

  • limiter la place de l’énergie nucléaire (ministère des Ressources naturelles, 2007).

  • 6  Une branche d’Hydro-Québec, Nouveler, avait théoriquement le mandat depuis 1981 de promouvoir l’ef (...)

23Joignant la parole à l’acte, le gouvernement a décidé de développer le potentiel éolien de la province – trop timidement selon de nombreux observateurs (Francœur, 2006) – en accordant, à partir de 2002, de nombreuses licences à des promoteurs privés, en Gaspésie notamment. De plus, HQ s’est enfin résolu, à partir de 2004, à promouvoir l’efficacité énergétique et les efforts d’économie d’énergie : alors qu’aucune campagne en ce sens n’existait jusqu’à récemment6, on voit fleurir, depuis 2006, de nombreuses opérations publicitaires vantant les possibilités de réduire les factures résidentielles. HQ se propose, d’ici 2016, de dégager 8 TWh grâce aux économies d’énergie, sur une consommation actuelle de 170 TWh. Au total, Hydro-Québec disposait en 2008 d’une puissance de production installée de 36 429 MW ; 93,7% de la production provenaient de ses centrales hydroélectriques ou éoliennes.

Figure 2 : Types de centrales (thermiques, centrales nucléaires et pac éolien) et transferts massifs d’eau.

Figure 2 : Types de centrales (thermiques, centrales nucléaires et pac éolien) et transferts massifs d’eau.

Sources : Hydro-Québec, données compilées par F. Lasserre ; Lasserre, 2003.

24Cependant, ce discours sur le caractère écologique de l’hydroélectricité ne saurait gommer les contestations qui se manifestent. L’ampleur du territoire ennoyé constitue une critique qui remonte aux années 1970 : dans le seul complexe La Grande, l’ennoiement des terres représente 9 900 km2 sur des réservoirs d’une superficie totale de 11 974 km2 (Lasserre, 2003). Ce sont donc des surfaces considérables qui ont été ennoyées afin de permettre la mise en valeur du potentiel hydroélectrique de la région. Plus récemment, c’est l’ampleur des transferts massifs réalisés par HQ pour alimenter ses réservoirs qui a soulevé des critiques. Dans le complexe La Grande, 40% du débit de la Caniapiscau sont ainsi détournés vers la Grande, mais aussi 90% de l’Eastmain et 87% de l’Opinaca (Lasserre, 2005). Il est difficile de croire que l’ampleur de ces transferts massifs est négligeable sur les écosystèmes, malgré les études d’impact environnemental qu’HQ a menées (Hydro-Québec, 2001). La persistance d’HQ à vouloir recourir aux transferts massifs pour ses projets d’aménagement (Rupert vers La Grande ; Manouane, Portneuf et Sault au Cochon vers la Betsiamites) déplaît à une partie de l’opinion et aux communautés innues de la Côte Nord, où se concentrent plusieurs projets contemporains d’HQ.

Conclusion

25Les grands barrages ont connu leur heure de gloire au Québec comme dans le reste du monde, pour ensuite se voir associés à un développement mal géré. Ils ont été, pour le gouvernement de la province, un outil privilégié du développement économique. Mettant à profit un potentiel hydraulique important, avec un espace très peu densément peuplé, la société d’État Hydro-Québec a eu comme mandat de mobiliser ce potentiel énergétique afin de favoriser la croissance économique, industrielle en particulier.

26Des raisonnements géopolitiques n’étaient pas absents des grands projets nourris par les gouvernements successifs, libéraux comme péquistes. Ces grands barrages permettaient de prendre le contrôle des territoires du Nord de la province, tout en se dotant d’outils de développement à l’interne, mais aussi d’instruments commerciaux – les exportations massives d’électricité - à même de doter le Québec d’un poids politique important, tant face à l’Ontario qu’aux États-Unis.

27On a cru l’ère des grands barrages terminée lorsque l’opinion a perçu cette logique commerciale et stratégique comme trop prépondérante dans les projets d’aménagement : pourquoi construire d’immenses réservoirs sur les territoires des Amérindiens, s’il s’agit uniquement de garnir les coffres du gouvernement et de promouvoir son rôle de fournisseur continental en énergie ? Le reflux a été spectaculaire, conduisant à l’abandon du projet Grande Baleine en 1994 et à la mise en veilleuse du détournement de la Rupert.

28Mais, paradoxalement, alors que la tendance mondiale était plutôt, jusqu’à tout récemment, à la désaffection envers les grands barrages, le Québec, dès 2002, a de nouveau largement misé sur la reprise de tels projets d’aménagement, avant le renchérissement des coûts des hydrocarbures et sans que le nucléaire ne paraisse une alternative réellement envisagée par les pouvoirs publics. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène :

  • la culture d’entreprise d’HQ, plus experte en matière de grands barrages, qui lui permet de produire une hydroélectricité peu chère, donnant ainsi un avantage industriel au Québec ;

  • le rejet, par la population, des projets d’aménagement des rivières du sud de la province ;

  • le désir du gouvernement de relancer les exportations d’électricité, source de financement pour HQ comme pour le trésor public, mais aussi d’un poids politique régional qu’on souhaite important ;

  • l’aboutissement, en 2002, des négociations entre Québec et la communauté crie, qui éteint l’opposition radicale amérindienne contre les grands barrages en Jamésie et, indirectement, sur la Côte Nord, avec la signature d’ententes avec certaines communautés innues en juillet 2008 ;

  • objectif sincère ou instrumentalisation d’une politique à des fins de développement hydroélectrique, l’accent mis par HQ et le gouvernement sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et sur son caractère d’énergie « propre » permet de justifier tout à la fois la nécessité de relancer les grands barrages et les exportations vers les États-Unis, où l’hydroélectricité québécoise se substitue à de l’électricité thermique, tout en impliquant la mise à l’écart – provisoire ? – de l’option nucléaire.

29La relance des projets de grands barrages au Québec souligne certes la volonté de capitaliser sur un discours mettant davantage l’accent sur la durabilité du développement économique – qu’il s’agisse d’une démarche sincère du gouvernement québécois ou d’un outil de communication. Elle traduit aussi les ambitions régionales du Québec, ainsi que le refus de la population blanche du Québec de voir se développer de nombreux petits barrages dans la partie Sud, plus densément peuplée : à ce titre, les barrages sont encore le reflet des ambitions géopolitiques du gouvernement tout comme des choix sociétaux de la population.

30Il reste à savoir si cette stratégie ne se heurtera pas à la résistance de certaines communautés innues de la Côte Nord, qui contestent le projet d’aménagement de la région de La Romaine, mais aussi aux décisions de l’administration Obama, aux États-Unis, qui, début 2009, contestait le caractère écologique de l’hydroélectricité. La perte du marché de l’exportation serait un coup très dur pour la relance des projets de grands barrages au Québec.

Haut de page

Bibliographie

L’Actualité (Montréal), 1997, Le mirage de l’or bleu, 1er novembre 1997.

BOURASSA R., 1973, La Baie James, Montréal, Éditions du Jour, 136 p.

BOURASSA R., 1985 L’énergie du Nord : la force du Québec, Montréal, Québec/Amériques, 224 p.

BERKES F., 1981, Some Environmental and Social Impacts of the James Bay Hydroelectric Project, Canada, Journal of Environmental Management, 12, p. 157-172.

BETHEMONT J., 1999, Les grands fleuves, Paris, Armand Colin, 256 p.

BLANC N. et BONIN S. (dir.), 2008, Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement, Paris, Fondation de la Maison des Sciences de l’homme, Éditions Quae, 336 p.

CHAO B. F., WU Y. H., LI Y. S., Impact of Artificial Reservoir Water Impoundment on Global Sea Level, Science, 13 mars 2008.

Commission Mondiale sur les Barrages, 2000, Dams and Development. A New Framework for Decision-Making, Earthscan Publications Londres et Sterling, VA.

DUFOUS J., 1996, Le projet Grande-Baleine et l’avenir des peuples autochtones au Québec, Cahiers de Géographie du Québec, 40 (110), p. 233-252.

FISCHER W., 2001, Grands barrages, flux mondiaux et petites gens, Critique internationale, 13/4, p. 123-138.

FORTIN P., 2004, Exporter de l’électricité est-il un péché ?, communication à la Commission de l’économie et du travail de l’Assemblée nationale, Québec, 29 novembre 2004.

FRANCOEUR L.-G., 2006, Relance des mégaprojets hydroélectriques, Le Devoir (Montréal), 5 mai 2006.

Globe & Mail (Toronto), 30 mars 1994.

Hydro-Québec, 2001, Synthèse des connaissances environnementales acquises en milieu nordique de 1970 à 2000, Montréal, Hydro-Québec, 110 p.

Hydro-Québec, 2003, La force de l’eau, un choix écologique et économique,

www.hydroquebec.com/hydroelectricite/index.html, c. le 27 juin 2003.

LASSERRE F., 2003, Les impacts des grands barrages du nord québécois, entre ambitions géopolitiques, impacts environnementaux et sécurité énergétique, Actes du 14e Festival de Géographie de Saint-Dié, Eau et Géographie, Saint-Dié, 17 p.

http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2003/ lasserre/article.htm.

LASSERRE F., 2003b, L’eau, la forêt, les barrages du nord du Québec : un territoire instrumentalisé ?, in LASSERRE F. et LECHAUME A. (dir.). Le territoire pensé : géographie des représentations territoriales, Presses de l’Université du Québec, Québec, p. 13-30.

LASSERRE F., 2005a, Les projets de transferts massifs continentaux en Amérique du Nord. La fin de l’ère des dinosaures ?, in LASSERRE F., (dir.), Transferts massifs d’eau. Outils de développement ou instrument de pouvoir ?, Québec, Presses de l’Université du Québec.

LASSERRE F., 2005b (2e éd.), Introduction, in LASSERRE F. et DESCROIX L., Eaux et territoires : tensions, coopérations et géopolitique de l'eau, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 5.

McCULLY P., 1998, Silenced Rivers : The Ecology and Politics of Large Dams, Londres, Zed Books, 360 p.

Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, 2007, Gros plan sur l’énergie, www.mrnf.gouv.qc.ca/energie/hydroelectricite/index.jsp, c. le 9 mai 2008.

MURRAY V., 1976, Le Parti Québécois. De la fondation à la prise du pouvoir, Montréal, HMH, 242 p.

NIEZEN R., 1993, Power and dignity : The social consequences of hydro-electric development for the James Bay Cree, Canad. Rev. Soc. & Anth., 30(4), p. 510-529.

REISNER M., 1986, Cadillac Desert, The American West and its Disappearing Water, Londres, Penguin, 582 p.

SCUDDER T., 2005, The Future of Large Dams, Washington DC, Earthscan Publishers, 432 p.

Haut de page

Notes

1  Péquiste (néologisme) : qui se rapporte au Parti québécois. Fondé en 1968 par René Lévesque, ministre libéral démissionnaire des Ressources naturelles, le Parti québécois a comme vocation de conduire le Québec à l’indépendance. Il a gouverné le Québec pendant quatre législatures, 1976-1985 puis 1994-2003, et a organisé deux référendums sur la souveraineté du Québec, en 1980 (NON à 59,4%) et en 1995 (NON à 50,6%). C’est sous le premier mandat du Parti québécois (1976-1981) que fut votée la Loi 101 qui fait du français la seule langue officielle de la province, loi défendue par la suite par le Parti libéral contre les attaques des anglophones.

2  Le projet Great Recycle And Northern Development prévoyait l’endiguement de la baie James, puis le transfert par aqueduc des eaux des fleuves qui s’y déversaient, vers les Grands Lacs puis le Midwest. Le coût estimé en 1985 dépassait les 100 milliards de dollars. Le premier ministre Robert Bourassa avait activement soutenu ce projet en 1985 : « Le Québec est un vaste potentiel hydroélectrique et, chaque jour, des millions de kilowattheures potentiels vont se perdre dans la mer. Quel gaspillage ! » (Bourassa, 1985, p. 18 ; Lasserre, 2005).

3  Le Québec était comparé sans vergogne, dans la foulée des incidents d’Oka de 1990, à l’Afrique du Sud de l’apartheid (Lasserre, 2003).

4  Le rapport de la Commission mondiale sur les barrages (World Commission on Dams, 2000) épinglait les nombreux impacts sociaux, environnementaux et financiers des grands barrages. La Banque mondiale a aussi considérablement réduit son financement des grands projets de barrages à partir de 1985 (Lasserre, 2005b, p. 5).

5  CACCHIONE R. (Président d’Hydro-Québec Production), 2008, Les priorités d'action de la Stratégie énergétique et les orientations d'Hydro-Québec Production : mettre en valeur l'avantage renouvelable du Québec, communication publique, Montréal, 6 juin 2008.

6  Une branche d’Hydro-Québec, Nouveler, avait théoriquement le mandat depuis 1981 de promouvoir l’efficacité énergétique. Dans la pratique, ses efforts se montraient remarquablement discrets, et la notion d’économie d’énergie, du moins pour les PME et les clients résidentiels, n’a vraiment commencé à faire partie du discours d’HQ qu’à partir de 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Centrales hydroélectriques du Québec.
Légende Sources : Hydro-Québec, données compilées par F. Lasserre ; Lasserre, 2003.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7186/img-1.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 2 : Types de centrales (thermiques, centrales nucléaires et pac éolien) et transferts massifs d’eau.
Légende Sources : Hydro-Québec, données compilées par F. Lasserre ; Lasserre, 2003.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7186/img-2.png
Fichier image/png, 314k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Lasserre, « Les aménagements hydroélectriques du Québec : le renouveau des grands projets », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 11-18.

Référence électronique

Frédéric Lasserre, « Les aménagements hydroélectriques du Québec : le renouveau des grands projets », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7186 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7186

Haut de page

Auteur

Frédéric Lasserre

Département de Géographie, Université Laval, Observatoire de Recherches Internationales sur l’Eau, Institut Environnement, Développement et Société , Pavillon Charles-De Koninck, bureau 6289, Téléphone : 418 656-2131 poste 12435, Télécopieur : 418 656-3960,Frederic.Lasserre@ggr.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page