Navigation – Plan du site

Les grands projets hydrauliques et leurs dérives

The major water management schemes and their drifts
Jacques Bethemont
p. 5-9

Texte intégral

1Les sept articles réunis dans ce dossier abordent le même problème des distorsions observables entre les projets des politiques ou des ingénieurs et la réalité du terrain. Celle-ci implique de façon presque inéluctable des modifications qualifiées ici de dérives par rapport aux projets initiaux. Et cela dans des pays riches aussi bien que dans des pays pauvres, dans des pays bien pourvus en eau comme dans des pays dotés de ressources insuffisantes. Y aurait-il une inadaptation fondamentale des grands projets et comment peut-elle être définie ?

Sur la nature et la portée des grands projets

2Qu’est-ce qu’un grand projet, hydraulique ou autre ? Ni ce terme ni ceux de grands aménagements ou de grands équipements qui en sont synonymes, ne figure dans un des nombreux dictionnaires de géographie. Pourtant, le grand projet n’en constitue pas moins un fait d’importance majeure pour la discipline. On peut, dans une première approche, le définir comme une intervention ayant pour effet la transformation et l’aménagement d’un territoire identifié par une action décidée au niveau politique, programmée au niveau de sa conception et réalisée sur le terrain avec de puissants moyens impliquant à terme une profonde transformation du territoire aménagé. Le moteur du grand projet peut être d’ordre naturel et hydraulique, mais il peut trouver son origine dans une politique des transports ou d’urbanisme. Il est de tous les temps, depuis la fin du néolithique avec l’endiguement du Huang Hé par l’empereur Yu Da, jusqu’au percement des tunnels de base à travers les Alpes. Il est de tous les pays, depuis la Chine jusqu’aux États-Unis en passant par l’Égypte de Nasser. Il relève de logiques multiples, crise environnementale avec les premiers endiguements fluviaux ou invention de l’irrigation lors de phases climatiques sèches, crise économique avec les programmes inspirés dans les années trente par le New Deal ou actuellement avec l’aménagement proposé d’un axe Paris-Le Havre, projet urbain avec la transformation de Paris par Hausmann ou la fondation de Chandigarh. Il se pourrait qu’il serve surtout à flatter l’ego des grands hommes comme le soutient Tony Allan (Allan, 1983) : Nasser est mort mais sa mémoire survit grâce à son grand barrage. Il arrive le plus souvent qu’il échappe à la logique de ses concepteurs comme ce fut le cas pour la Compagnie nationale du Rhône conçue et entreprise dans un premier temps à des fins d’aménagement territorial et régional financé par la vente du courant électrique, avant de passer sous la coupe d’Electricité de France dont l’intérêt portait exclusivement sur la production hydro-électrique (Bravard et Clemens, 2008).  

3Quelle est dans cette ample configuration, la place des grands projets hydrauliques ? Ils sont remarquables par leur pérennité et leur ubiquité puisque les plus anciens et non les moindres remontent à la protohistoire, cependant que l’époque actuelle voit se réaliser des projets aussi pharaoniques que le barrage des Trois-Gorges. Ils sont divers dans leurs modes avec trois composants fondamentaux qui sont la digue protectrice, le barrage de retenue et l’ouvrage de dérivation. Ils répondent à des fins multiples depuis les plus anciennes qui concernent l’irrigation et la protection contre les crues et les divagations fluviales, jusqu’à la plus récente qui est l’avitaillement urbain, en passant par la navigation, la production d’énergie et les aménités. D’une époque à l’autre, ils ont été différemment perçus : peu nombreux et d’importance variable dans un premier temps long, ils se sont multipliés avec la mise en œuvre des techniques modernes et l’invention de la houille blanche. Cette phase d’expansion qui court de la fin du XIXe s. jusqu’aux années 1970 s’est achevée avec une remise en cause fondée sur la prise en compte et l’évaluation des valeurs environnementales et des effets d’impact (Blanc et Bonin, 2008). Mais par un curieux paradoxe, cette remise en cause va de pair avec la multiplication prévisible et programmée des grands ouvrages de retenue : on en comptait 5 000 en 1949 mais 45 000 à la fin du XXe s. et leur nombre devrait s’accroître dans de fortes proportions dans les années à venir (WCD, 2003) En cause, la croissance démographique dans l’Afrique intertropicale et l’Asie des moussons, la demande en nourriture et en énergie ainsi que le transfert de population des campagnes vers les villes dans ces mêmes régions (Collomb, 1999).

4Un autre paradoxe, objet des analyses présentées dans ce numéro de Géocarrefour, porte sur un constat souvent mal perçu et affectant tout particulièrement les projets hydrauliques. Alors qu’un tunnel ou une autoroute peuvent être interprétés comme les résultantes stables de grands projets, les grands aménagements hydrauliques échappent, dans leur réalisation et leur évolution, à la logique de leurs concepteurs et connaissent aussi bien des effets d’impact imprévus que des changements d’affectation. Ces dérives, voire ces mutations renvoient à l’évidence aux mythes prométhéens et aux personnages de Pygmalion ou de Frankenstein selon que ces dérives s’avèrent positives ou négatives, heureuses ou dramatiques. Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions réunies dans ce dossier mettent en évidence quelques unes des situations observables et des dérives non programmées qui affectent selon des modalités variables, avérées ou potentielles et prévisibles, les grands projets aussi bien dans les pays riches que dans les pays pauvres.

Ruptures et dérives d’origine environnementale

5L’érection d’un barrage, élément clé de la plupart des aménagements, implique un ensemble de changements irréversibles. Leur utilité n’est pourtant pas mise en cause (Barbier et al., 2009) dans les pays intertropicaux dont les fleuves, tout en ayant des débits annuels honorables, connaissent d’amples variations saisonnières et interannuelles. Seul, le barrage de retenue assure la continuité des campagnes en culture irriguée, voire la possibilité d’une campagne en contre-saison sèche. S’ensuivent plusieurs impacts sur le milieu naturel, à commencer par la réduction ou la disparition des frayères et la disparition des anadromes. La prolifération des jacinthes d’eau et autres plantes aquatiques (Magrin et Seck, 2009) à l’amont du barrage de Diama a également perturbé nombre d’espèces halieutiques.

6Ces impacts ne manquent pas d’affecter des communautés riveraines déjà perturbées par la dynamique du changement. Se pose au premier chef le problème des communautés dont les terres sont noyées dans les retenues. Il arrive qu’elles soient peu ou pas indemnisées ce qui entraîne de leur part un ressentiment (Forget, 2009) que ne compenseront peut-être pas les facilités dont ils pourront bénéficier lors des phases de mise en valeur. En Afrique (Brondeau, 2009) les déguerpis des ouvrages et des grands périmètres agro-industriels sont certes relogés et parfois même dotés de quelques parcelles cultivables, mais ces emprises se font au détriment d’autres communautés villageoises détentrices de droits coutumiers et ce processus d’indemnisation implique fatalement de fortes tensions entre anciens et nouveaux occupants. D’autres processus destructeurs affectent les pratiques traditionnelles sur des espaces comme le delta intérieur du Niger (Brondeau, 2009), occupés en alternance par des groupes spécialisés, pêcheurs pendant la période des hautes eaux, pasteurs nomades qui regroupent leurs troupeaux sur les berges et les mares en saison sèche, cultivateurs pratiquant les cultures de décrue. A terme, certains groupes peuvent non sans difficultés s’adapter comme ces pêcheurs sénégalais qui ont dû rechercher d’autres prises avec d’autres instruments (Magrin et Seck, 2009) mais les pratiques coutumières d’autres groupes de pêcheurs comme les Bozos du Niger sont sérieusement menacées.  

7Les problèmes d’expropriation et de spoliation foncière semblent avoir été mieux résolus dans le Nord-Québec où les emprises de La Grande et de la Baie James ont donné lieu à de très substantielles indemnités au bénéfice des Peuples Premiers (Lasserre, 2009). Cette pacification onéreuse n’en constitue pas moins une sérieuse dérive par rapport aux projets initiaux qui avaient simplement occulté les problèmes socioculturels. Autre dérive, celle qu’implique la transformation de ces peuples chasseurs en rentiers, ce qui risque fort de mettre à mal leur mode de vie traditionnel, voire à terme leur survie en tant que groupe culturel.  

8Il existe enfin des impacts d’ordre culturel. Parmi leurs doléances, les Cris et les Inuit ont fait état des perturbations subies par leur cosmogonie spatiale ; telle pierre, tel lac, tel lieu apparemment banal, tel cheminement, relèvent d’un ordre que les grands travaux abolissent sans qu’il y ait de compensation envisageable. Ce même problème se retrouve sur les rives de la Narmada, en Inde (Crémin, 2009) où la construction d’un barrage a ennoyé des cheminements sacrés parcourus depuis des siècles par des foules de pèlerins aujourd’hui désemparés.  

L’inégal partage entre agro-business et agriculture vivrière

9Dans la tradition africaine, la notion de propriété foncière est pratiquement inconnue. La logique territoriale repose sur une appropriation collective mise en ordre sous l’autorité des maîtres de la terre. L’accession à l’indépendance a suscité dans la plupart des jeunes États une mystique des grands travaux que permettait seule la nationalisation des terres. Ce processus mal accepté sur le terrain a entraîné une séquelle de compromis qui, par exemple, ont souvent fait des anciens maîtres de la terre des présidents de coopératives. Cette formule, acceptable lorsque l’espace de la coopérative coïncidait fût-ce de façon approximative avec le territoire villageois, n’est plus de mise dès lors que la cadre de vie traditionnel est mis à mal soit par la création de grands périmètres impliquant la concession de vastes espaces à des compagnies étatiques ou privées, soit par l’émergence d’une classe d’entrepreneurs privés d’origine autochtone ou allochtone. S’en suit un conflit latent dans la plupart des pays africains.  

10Au-delà d’un succès apparent, le cas des terres aménagées par l’Office du Niger (Brondeau, 2009) est, sur ce plan, assez accablant. Pourtant, les premiers aménagements ont fait la part belle à une agriculture vivrière qui, tout en étant techniquement encadrée, trouvait des compromis valables entre la logique des périmètres irrigués et la coutume villageoise. Mais ces premiers succès ont entraîné une extension des surfaces irriguées qui, dans un premier temps, aurait dû faire du Mali le grenier à riz de l’Afrique, au prix d’un changement radical dans les rapports entre la terre et les hommes, le salariat agricole prenant le relais des structures traditionnelles.  

11Cette première rupture par rapport à la tradition coutumière ne constituait en fait qu’un prodrome à des changements autrement traumatisants pour les populations locales. Les extensions en cours ou programmées (Brondeau, 2009) excluent de fait la participation, voire la présence des « indigènes » sur les vastes domaines gérés par des sociétés comme la Malibya dont la production, riz et viande pour l’essentiel, sera exportée vers la Libye qui, de pays donateur se transforme en pays prédateur : mais la Libye elle-même pourrait bien être à terme marginalisée par des entreprises chinoises qui tout en offrant leurs services, s’avèrent plus avides de terres que de compromis avec les autochtones. S’en suivront une série de dérives. Les unes porteront sur la disparition des terrains de parcours accueillant les pasteurs nomades durant la saison sèche, ainsi que la disparition des zones humides qui conditionnent la survie des pêcheurs Bozo. Au mieux, les déguerpis, recasés et dotés de lopins trop petits pour être viables, finiront par s’entasser dans les grandes villes à moins qu’ils n’aient la possibilité de migrer vers la riche Europe. D’autres dérives affecteront la logique initiale des grands aménagements, le fait étant que le riz consomme en trop grande quantité une eau qui est loin d’être surabondante. D’où l’intérêt de le remplacer par la culture de céréales irriguées, blé ou maïs, à moins que la priorité n’aille aux biocarburants, ce qui reléguerait au panthéon des idées mortes les programmations initiales de cultures vivrières. Dans le cas du Niger, ce sont en définitive les premiers occupants des lieux qui seront éliminés.

Tensions et dérives aux niveaux sectoriel et international

12Si la réalisation d’un ouvrage répond, en règle générale, à un objectif précis, il n’est pas sûr que cet objectif ne soit pas, au fil du temps, redéfini de façon plus ou moins radicale. Dans le contexte de la France métropolitaine, le cas du lac de Vassivière est emblématique de ce genre de dérive : créé pour soutenir les étiages de la Vienne et plus précisément pour assurer le refroidissement de la centrale nucléaire d’Évaux, il est devenu, en fait, le centre récréatif le plus important du Limousin (Balabanian et Bouet, 1989). En Espagne, les lacs de barrage castillans, Entrepeñas, Castrejon et autres, créés initialement pour alimenter des périmètres irrigués, font maintenant l’objet d’un partage difficile entre la demande urbaine et les loisirs des Madrilènes (Gil Olcina et Morales Gil, 1999). On n’en est pas là sur le Sénégal, mais il n’en reste pas moins que dans l’esprit des Maliens il représente un potentiel énergétique majeur alors que, pour les Sénégalais et les Mauritaniens, il a pour fonction première la fourniture d’eau pour les grands périmètres d’irrigation.

13La distinction entre situation conflictuelle et dérive n’est pas toujours évidente, le principe étant que si le conflit peut avoir une genèse et une existence propres, il peut susciter des dérives, cependant que toute dérive peut engendrer un conflit. Dans le cas du Paraná argentin (Forget, 2009), le contentieux avec le Brésil relève d’une logique de conflit géré, sinon résolu par l’EBY. En revanche, les blocages affectant les barrages de Corpus et de Paraná Medio peuvent être interprétés comme des dérives suscitées par les avatars de l’ouvrage de Yacireta.  

14Les problèmes frontaliers qui, tout à la fois, opposent et solidarisent le Sénégal et la Mauritanie sont autres (Seck et al., in Raison et Magrin, 2009). Ces deux pays riverains du fleuve en exploitent conjointement les eaux dans le cadre de l’Office de Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Mais la création de périmètres gérés dans le cadre de chaque État a eu pour effet d’opacifier la frontière. Dans le cadre des structures coloniales, les deux pays relevaient d’une même gestion administrative, ce qui avait permis la pérennité d’un système traditionnel dans le cadre duquel les deux rives étaient solidaires, de sorte que les habitants d’une rive cultivaient souvent des terres sur l’autre. L’établissement de la frontière puis la mise en œuvre des grands chantiers hydrauliques ont disjoint les osmoses coutumières et partagé les mêmes ethnies entre deux Etats et deux complexes hydrauliques distincts et souvent perturbés par divers contentieux. Non moins évidents, les problèmes frontaliers qui se poseront entre le Mali et le Niger (Brondeau, 2009 et Barbier, 2009) procéderont directement de l’expansion actuelle des périmètres irrigués maliens. La consommation d’eau du Mali ne cesse de croître, affaiblissant d’autant les débits d’étiage du fleuve qui ne cessent de diminuer, jusqu’à s’interrompre dans un avenir prévisible, ce qui rendra fort hypothétique la gestion du futur barrage nigérien de Kandadji. Dans ce cas, ce sera la dérive du projet malien qui provoquera une crise de l’eau à l’échelle internationale.  

15Mais c’est sans doute le cas des eaux canadiennes qui posera à terme les problèmes de dérives les plus graves (Lasserre, 2005). À ce jour, les ressources hydrauliques québécoises sont exploitées par une société à capitaux nationaux, Hydro-Québec, alors qu’une partie importante de la clientèle se trouve aux États-Unis. Savoir toutefois si les eaux québécoises (ou de façon plus large canadienne) ne constituent pas dans le cadre de l’ALENA (Accord de libre échange Nord-américain) un bien commun et une marchandise sur laquelle le Canada n’aurait pas une pleine souveraineté. Cela étant, on peut voir se profiler, à terme, une mainmise de fait par les États-Unis sur des eaux qui seraient transférées pour satisfaire la demande de ce pays. Certes, Frédéric Lasserre (2005) montre que de tels transferts sont peu ou pas rentables ne fût-ce qu’en raison du fait que les agriculteurs, principaux utilisateurs des volumes transférés, seraient bien incapables d’en acquitter le prix. Mais les faits comptables ne joueront peut-être pas toujours un rôle discriminant dès lors que le commerce des céréales et des semences déterminera les relations entre États dominants et États dominés à la suite de l’achat de nourriture qu’ils ne seront pas à même de payer.  

Du projet au territoire

16En théorie, tout grand projet intervient sur un territoire donné pour le transformer et donc, donner naissance à un nouveau territoire prédéfini, sauf à ce que des dérives plus ou moins contrôlées ne viennent perturber le programme initial. On peut se demander quelles est la place faite aux hommes dans ce processus de déconstruction-reconstruction. Il apparaît très vite que de façon générale les intérêts des populations locales sont peu pris en compte et que la tendance serait plutôt à la mise au pas, à l’oubli ou à l’élimination des autochtones dans les processus d’intervention ou de gestion, ce qui semble être un cas général en Afrique, alors qu’au Québec, il a fallu la conjonction d’une forte résistance indigène et d’un effort de compréhension et de pacification assez rarement observé, pour que l’on puisse parler d’un bilan social relativement satisfaisant.  

17Des approches à échelle plus fine, telles que celles menées par Bin (2009) sur le Sourou au Burkina Faso et par Faggi et al., 2009 sur le secteur de Ngalenka au Sénégal permettent toutefois de nuancer ce jugement. Dans le cas du Sourou, il y a eu après une phase radicale de socialisation des terres, un désengagement de l’État au profit de structures libérales, dérive qui confinait à l’abandon des populations affectées par le projet. Il est intéressant d’observer et de suivre les réactions des intéressés qui, par le biais de coopératives assez misérables, de la recherche de partenaires crédibles au niveau des échanges internationaux et par le recours à la petite hydraulique, réussissent à refonder un espace territorial qui serait autonome, n’était que son succès incite maintenant l’État à reprendre les choses en main et à s’investir à nouveau dans le projet. Le cas de Ngalenka est assez différent dans la mesure où l’État sénégalais, agissant dans le cadre de la SAED, a toujours maintenu une certaine capacité d’encadrement, tout en adoptant une attitude assez libérale pour que la culture du riz ne reste pas exclusive et obligatoire. Ce relâchement, combiné avec des initiatives locales permet, dans le cadre d’un processus à la fois en cours et identifiable, l’émergence d’une nouvelle structure territoriale, largement endogène mais ouverte aux échanges économiques comme aux contacts sociaux. Ce type de dérive non programmée par les aménageurs relève d’un processus que les géographes italiens qualifient d’autopoiesie, entendons par là un développement autonome à partir d’une cellule germinative, action d’un leader, coopérative, innovation technique ou culturale, marché ou autre. En somme, une dérive positive mais limitée à l’échelle locale. Le problème serait alors de savoir si ce modèle peut susciter des émules portant le processus à une plus ample échelle.

18Se pose au final une dernière question portant sur la compatibilité entre tradition et changement. Les choses sont loin d’être claire sur ce plan. Dans la vallée du Sourou, le plupart des nouveaux irrigants, qu’il s’agisse de riziculteurs ou de producteurs de légumes, s’efforcent de garder des parcelles en culture pluviale, voire de combiner agriculture et élevage. Dans la vallée du Sénégal, la tentation serait forte pour de nombreux irrigants,au cas où les pluies se feraient plus abondantes, de quitter la vallée (le waalo) pour retourner sur les terres en culture pluviale du djeeri. En somme, les uns et les autres acceptent le changement tout en maintenant la tradition sahélienne de diversification. Du moins n’y a-t-il pas refus du changement et le constat s’impose d’une volonté d’ouverture. Sans doute peut-on faire le même constat d’acceptation dans la vallée du Narmada où selon Crémin, les pèlerins s’accommodent de la coexistence sur le même site d’un temple et d’un barrage.

Sur l’avenir des grands projets

19Il existe une distorsion notable entre la persistance de politiques générant des grands projets et l’affirmation unanime de principes écologiques qui condamnent ces mêmes projets. Ils seraient donc mal venus mais en fait, quelques grands problèmes plaident en leur faveur – croissance démographique qui portera la population mondiale à quelque 9 milliards d’humains à l’horizon de 2050 ; sous-alimentation chronique et risque de famine sur une partie de la planète ; problèmes d’accès à l’eau potable qui affectent à tout le moins un milliard d’individus ; transferts de population des campagnes vers les métropoles des pays pauvres. Les exigences qu’implique ce constat en matière d’équipement et donc de grands projets sont-elles compatibles avec une éthique de développement durable et de maintien des grands équilibres écologiques à l’échelle planétaire ? La réponse est évidemment négative. Mais serait-il possible pour autant de s’en passer ou, à défaut, de les rendre acceptables ?  

20Dans les années à venir et sans qu’il soit pour autant possible d’y répondre, cette question tiendra une place centrale au niveau des instances mondiales. Du moins est-il possible de poser quelques jalons. Le premier porterait sur l’analyse des facteurs qui ont provoqué l’effondrement (Diamond, 2006) de certaines civilisations qui n’ont pas su gérer leur environnement, Harappa et Maya pouvant servir de référence et sur les limites des économies minières. Le second intéresserait le partage entre développements possibles et transgressions, défini à partir de références actuelles. Sur le plan de l’ingénierie et s’agissant des projets hydrauliques, le problème essentiel reste celui de la gestion optimale des ressources en eau avec notamment le remplacement des techniques dissipatrices comme l’irrigation gravitaire par la diffusion de pratiques offrant un meilleur rendement. Le problème fondamental reste cependant d’ordre humain. Il existe partout, de tout temps et en tout lieu une incompréhension fondamentale entre aménageurs et aménagés. Et c’est sans doute l’amélioration de cette relation qui conditionne le succès ou l’échec des projets actuels et à venir. Sur ce plan les pages qui suivent ne manquent pas d’enseignements.

Haut de page

Bibliographie

ALLAN J.A., 1983, Natural resources as natural fantaisies, Geoforum, 18-3, p. 243-247.

BALABANIAN O. et BOUET G., 1989, L’eau et la maîtrise de l’eau en Limousin, Limoges, Editions les Monédières, 296 p.

BARBIER B., YACOUBA H., MAÏGA A.H., MAHÉ G. et PATUREL J.-E., 2009, Le retour des grands investissements hydrauliques en Afrique de l’Ouest : les perspectives et les enjeux, Géocarrefour, 84, 1-2, p. 31-41.

BERTONCIN M., FAGGI P. et QUATRIDA D., 2009, À la recherche du développement local dans la vallée du Sénégal. Réflexions sur le Ngalenka et la genèse d’un territoire, Géocarrefour, 84, 1-2, p. 65-72.

BLANC N. et BONIN S., 2008, Grands barrages et habitants, Paris, Maison des Sciences de l’Homme et Editions Quae, 336 p.

BRAVARD J.-P. et CLEMENS A., 2008, Le Rhône en 100 questions, Lyon, Zone Atelier du bassin du Rhône, 296 p

BRONDEAU F., 2009, Un « grenier pour l’Afrique de l’Ouest » ? Enjeux économiques et perspectives de développement dans les systèmes irrigués de l’Office du Niger (Mali), Géocarrefour, 84, 1-2, p. 43-54.

COLLOMB P., 1999, Une voie étroite pour la sécurité alimentaire d’ici à 2050, Paris, Economica, 198 p.

CRÉMIN E., 2009, « Les temples de l’Inde moderne » : un grand barrage dans un lieu saint de la Narmada (Madhya Pradesh), Géocarrefour, 84, 1-2, p. 83-92.

DIAMOND D., 2006, Effondrement, comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard, 838 p.

FORGET M.-É., 2009, Les grands projets hydroélectriques du rio Paraná, potentiels et devenir, Géocarrefour, 84, 1-2, p. 19-29.

GIL OLCINA A. y MORALES GIL A., 1999, Los usos del agua en España, Alicante, Ed. Caja de Ahoros del Mediterraneo, Instituto Universitario de Geografia, 682 p.

LASSERRE F., 2005, L’ALENA oblige-t-il le Canada à céder son eau aux États-Unis ?, in LASSERRE F. (dir), Transferts massifs d’eau, outil de développement ou instrument de pouvoir ?, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 463-488.

LASSERRE F., 2009, Les aménagements hydroélectriques du Québec : le renouveau des grands projets, Géocarrefour, 84, 1-2, p. 11-18.

MAGRIN G., SECK S.M., 2009, La pêche continentale en sursis ? Quelques observations sur des pêcheries en rive gauche de la vallée du fleuve Sénégal dans un contexte de décentralisation, Géocarrefour, 84, 1-2, p. 55-64.

SECK S.M., LERICOLLAIS A. et MAGRIN G., 2009, Logiques nationales, crises et coopération entre les Etats riverains, in RAISON J.-P. et MAGRIN G. (dir), Des fleuves entre conflits et compromis, Essais d’hydropolitique africaine, Paris, Karthala, p. 32-76.

World Commission on Dams, 2003, Dams and Development, a new framework for Decision making, London, Earthscan publications, 442 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Les grands projets hydrauliques et leurs dérives », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 5-9.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Les grands projets hydrauliques et leurs dérives », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7185

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page