Navigation – Plan du site
Varia

Les empreintes spatiales de la sinisation dans les petites et moyennes villes du Xinjiang

Spatial footprints of sinicisation in the small and medium-sized towns of Xinjiang
Guillemette Pincent
p. 105-112

Résumés

Le Xinjiang est une région autonome située à l’ouest de la Chine. Sa population se compose de 41% de Han et de près de 45% d’Ouïgours, musulmans et turcophones qui réclament depuis des décennies leur indépendance. Le gouvernement chinois tente alors de contrôler fortement ce territoire. Cet article analyse les marques spatiales de la sinisation en cours dans les villes petites et moyennes du Xinjiang. L’emprise du pouvoir central sur ces espaces urbains se caractérise par la fragmentation des cités historiques ouïgoures et par la folklorisation de l’héritage bâti traditionnel. La ville devient un espace de pouvoir, elle symbolise les tensions politiques entre populations locales et État chinois.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2012.

  • 1  Ouïgour : « Peuple turcophone musulman ayant sa souche majoritaire en Chine (Xinjiang, plus de 7 m (...)
  • 2  Han : terme désignant l’ethnie majoritaire en Chine, qui constitue les 91% de sa population. Au XI (...)
  • 3  L’expression « Turkestan oriental » est utilisée par les partisans de l’indépendance de la région.

1Le Xinjiang est une région autonome située à l’ouest de la vaste République chinoise (fig. 1). Sa population se compose de près de 45% d’Ouïgours1, musulmans et turcophones, de 41% de Han2 et de diverses minorités (Kazakhs, Mongols, Kirghizes, etc.). Les Ouïgours, jusqu’à présent les plus nombreux, revendiquent périodiquement leur indépendance face à la Chine. Dès 1861, une garnison venue de l’Est est massacrée à Turfan, paisible oasis agricole réputée pour ses raisins et ses vins doux. Mais en 1876, le Turkestan oriental3 est sous domination mandchoue puis chinoise en 1911. Les Ouïgours, à la recherche de leur souveraineté, tentent alors de se soulever à plusieurs reprises et parviennent à créer une éphémère république indépendante en 1933 et en 1944. En 1949, elle ne résiste pas à la Chine communiste : ses dirigeants se rallient à leur puissant voisin et, en 1955, la République autonome du Xinjiang est créée. Les revendications ouïgoures se font alors discrètes mais la lutte contre le pouvoir national se poursuit, ponctuée d’émeutes mortelles en 1997, de nouvelles protestations en 1999 à Urumqi, d’affrontements en janvier 2007 dans la région de Kachgar et d’attentats en août 2008, médiatisés à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin. La politique de répression contre les Ouïgours, mise en place par le gouvernement chinois, s’est renforcée depuis la fin des années 1990 au nom de la lutte contre le séparatisme et, depuis 2001, contre le terrorisme et le fondamentalisme religieux. Cette lutte se manifeste par des arrestations puis l’exécution de militants islamistes et indépendantistes en 1999, l’interdiction de la langue ouïgoure à l’université, celle de l’enseignement de l’Islam aux enfants âgés de moins de 18 ans en 2002, de nouvelles arrestations en 2004, le tout complété par une politique progressive de peuplement han et par un contrôle national des ressources économiques de la région.

Figure 1 : Localisation des villes petites et moyennes du Xinjiang

Figure 1 : Localisation des villes petites et moyennes du Xinjiang

 (d’après CEMOTI, 1998, p. 6)

  • 4  Pour plus d’informations, cf. Jan, 1998.

2« Xinjiang » signifie en chinois « nouvelle frontière », « nouvelle marche ». Cette expression souligne bien la volonté de maîtriser ce territoire peu à peu conquis à la manière d’un front pionnier4. Selon C. Collin-Delavaud, « depuis 2000 ans, c’est la Chine qui s’emploie à le coloniser, indifférente au fantastique chassé-croisé des peuples et des religions. Avec ténacité, avec le poids du nombre, de sa haute culture, avec la logique de domination d’un espace complémentaire » (Collin-Delavaud, 1997, p. 184). Cette démarche s’est accentuée depuis les années 1950 au nom d’objectifs à la fois politiques et économiques. Le Xinjiang, par sa localisation périphérique, est tout d’abord un territoire de relégation, lieu d’implantation privilégié de bases militaires interdites et scientifiques (essais nucléaires du Lob Nor), de colonies pénitentiaires, de camps de rééducation. Des milliers de colons chinois arrivent ainsi dans cette région. Le corps de production et de construction du Xinjiang (CPCX), créé en 1954, joue lui aussi un rôle important dans la conquête du territoire : cet organisme, composé de paysans soldats, a comme objectif d’assurer la sécurité des frontières de l’Ouest. Il regroupe aujourd’hui près de 40% des familles han du Xinjiang (Jan, 1998, p. 75), attirées par des richesses convoitées : les Tianshan et l’Altaï regorgent de gisements (pétrole, uranium, cuivre, zinc, plomb, charbon). Selon C. Collin-Delavaud, « cette exploitation (…) entraîne un maillage accru du territoire, avec peuplement han » (Collin-Delavaud, 1997, p. 192). Elle est favorisée depuis janvier 2000 par la politique du « grand développement de l’Ouest » (xibu dakaifa) dont l’objectif est de transformer le Xinjiang en « plateforme pour le commerce international continental » (Allès, 2006, p. 411). Désormais, les Han contrôlent les principaux complexes industriels tandis que les minorités sont cantonnées à des activités ouvrières, agricoles ou artisanales (Jan, 1998, p. 71-72). Les hauts fonctionnaires et les officiers sont des Han nommés par le gouvernement central et, peu à peu, les noms chinois des localités remplacent les anciennes dénominations ouïgoures.

  • 5  La route qui traverse désormais le désert du Taklamakan du nord au sud a été mise en service en 19 (...)

3Cette sinisation est cependant inégale à l’échelle du Xinjiang. Le long de la bordure nord du Taklamakan et dans la Dzoungarie, un premier axe est-ouest d’aménagement et de peuplement han peut être mis en évidence. Il passe par Urumqi, pôle administratif et industriel, s’étire vers le nord-est et les centres pétroliers de Karamay et de Shibezi, puis vers l’ouest, sur les piémonts des Tianshan. Là se concentrent les industries, les services et les principales infrastructures de transport (Allès, 1997, p. 211-212). Les oasis situées plus à l’ouest, dans la Kachgarie et sur la bordure sud du Taklamakan sont plus enclavées5 et souffrent davantage de sous-équipement. La population han y est moins nombreuse, souvent minoritaire mais néanmoins présente près des routes stratégiques et dans les localités urbaines : la sinisation du territoire y est moins intense qu’en Dzoungarie, mais les mécanismes observés sont les mêmes.

  • 6  Chiffres issus du Ministère du commerce de la République populaire de Chine : http://french.mofcom (...)
  • 7  Nous ne traiterons donc pas de la capitale régionale, Urumqi (1 569 769 habitants en 2007), où 75% (...)

4L’implantation des populations han jusqu’au cœur des oasis du bassin du Tarim nous conduit à nous interroger sur les impacts de cette sinisation à une échelle plus fine, celles des villes petites (moins de 200 000 habitants) et moyennes (entre 200 000 et 500 000 habitants)6. Jusqu’à présent peu étudiées, ces dernières forment pourtant les premières lignes de multiples fronts pionniers. À cette échelle, dans des espaces urbains où les populations ouïgoures sont souvent plus nombreuses que les Han, la question des rapports entre un pouvoir central conquérant et une « minorité majoritaire » revendicatrice prend d’autant plus de relief. Nous nous intéresserons aux villes où subsiste un héritage bâti ouïgour7. Ce dernier sera pour nous un outil d’analyse, le prisme au travers duquel nous pourrons observer les relations parfois tendues entre les autorités chinoises et les populations locales : les transformations opérées par le pouvoir central et les Han dans les quartiers ouïgours de Kachgar ou de Yarkand sont le reflet d’une confrontation latente entre un État et une minorité à la recherche d’indépendance. Comment ces tensions s’expriment-elles aujourd’hui dans l’espace urbain ?

5Étudier ces thématiques n’est pas un exercice aisé : le sujet est politiquement sensible, les données statistiques officielles sont sujettes à caution et les sources bibliographiques datent souvent face aux évolutions très rapides visibles dans le Xinjiang. Cet article repose donc sur un travail d’observation sur le terrain effectué en octobre 2006 et en avril 2008, et sur le recoupement des quelques documents de référence qui traitent de cette question (Gaubatz, 1996 ; Loubès, 1998).

Dualité et fragmentation de l’espace urbain ouïgour

  • 8  À Turfan, près de 70% de la population est ouïgoure et 22% est han (2002).

6Les noyaux historiques de Kachgar et de Turfan sont formés de rues tortueuses et d’habitations en brique crue, articulées autour de leur cour intérieure. Ils sont ponctués de mosquées, de bazars et étaient autrefois entourés de hauts remparts. Aujourd’hui, ces anciennes villes-marchés des routes de la soie illustrent surtout des rapports de force marqués entre l’État chinois et la minorité ouïgoure, population ici largement majoritaire8. Dès la fin du XIXe s. est instaurée une juxtaposition spatiale : d’un côté, la ville ouïgoure, de l’autre la ville chinoise. Cette dualité persiste aujourd’hui, avec des territoires clairement délimités, symboles spatiaux d’une opposition profonde entre les populations locales et le gouvernement.

La juxtaposition spatiale : Lao Cheng et Xin Cheng

7Dans le Xinjiang, Lao Cheng renvoie aux traces de la cité ouïgoure tandis que Xin Cheng, la « nouvelle ville » en chinois, qualifie les quartiers construits au XXe s. par les populations han, conformément aux principes socialistes (Gaubatz, 1996, p. 287). Ces structures urbaines se juxtaposent selon des configurations variables : à Turfan, Lao Cheng est en périphérie de la ville et Xin Cheng forme son cœur, tandis que ce schéma s’inverse à Kachgar.

8Kachgar (295 065 habitants en 2007) est une ville aux multiples noyaux (fig. 2), qui forment un paysage urbain dual et contrasté, articulé de part et d’autre de la rue Renmin (la rue du peuple, en chinois). Les quartiers situés au nord de cette artère sont les symboles encore vivants de la cité commerçante : un immense bazar entoure la mosquée Idkah (XVe s.). La ville ouïgoure est parcourue de rues sinueuses, toutes bordées de bâtiments de faible hauteur (de R à R+3), qui reflètent pour certains les particularités de l’architecture kachgarie. Au sud de la rue Renmin, derrière la gigantesque statue de Mao, s’étalent les barres d’immeubles d’inspiration soviétique. Le réseau viaire est régulier, géométrique. Les constructions sont hautes et massives : les immeubles (de R+3 à R+11) se déploient de manière symétrique tout autour de la cité ouïgoure et vers le sud de la ville. Il n’existe non pas un mais deux centres urbains, deux pôles politiques, commerciaux et sociaux. Au nord, les artères du vaste bazar s’articulent autour de la mosquée, pôle religieux dont l’esplanade est parcourue par les fidèles et les commerçants. Au sud, au pied de l’immense statue, les habitants se retrouvent sur la place et le parc du Peuple pour se distraire dans cet endroit animé puis vont faire leurs achats dans le centre commercial bardé de publicités écrites en chinois situé un peu plus à l’est. L’opposition entre les quartiers nord et sud est ainsi très visible dans un espace marqué, polarisé et symbolisé par la Grande mosquée ou la statue de Mao.

Figure 2 - La structure urbaine de Kachgar

Figure 2 - La structure urbaine de Kachgar

Source : interprétation d’après Google Maps

9Turfan (200 000 habitants en 2003) est elle aussi une ville duale, mais la structure observée à Kachgar est inversée. Le cœur de la ville est formé par Xin Cheng, la ville chinoise (Loubes, 1998) : le réseau viaire y est régulier, géométrique, les axes est-ouest coupent les axes nord-sud. Les habitations dépassent le R+1 et les immeubles collectifs ponctuent l’espace urbain. Lao Cheng, la cité ouïgoure, se trouve en périphérie de Xin Cheng. Lao Cheng est en fait un village-rue situé au sud de la ville. La végétation est foisonnante, les treilles apportent ombre et fraîcheur et les rues au tracé irrégulier sont bordées de canaux où circule une eau claire, régulée par de petites écluses et des moulins. Les maisons spacieuses s’organisent autour d’une cour centrale, utilisée pour les activités liées à la viticulture : les raisins y sont triés à la main et nettoyés tandis que des grappes entières sèchent dans de hauts séchoirs construits en brique crue, derrière l’habitation. Au-delà s’étalent les vignes. Lao Cheng est toute entière liée et vouée à la viticulture. L’architecture et la végétation en témoignent, tout comme les activités : les travailleurs qui marchent dans les rues sont chargés de sacs de raisins ou d’outils agricoles et les étals du bazar regorgent des précieux raisins secs. En réalité, la cité ouïgoure de Turfan ressemble plus à un bourg agricole disséminé au cœur des vignes, alors que la Lao Cheng de Kachgar, avec ses bazars-rues et son pôle de la mosquée, est plus proche du modèle théorique de la cité centrasiatique (Suhareva, 1958 ; Hanykov, 1844). Ces deux quartiers, par leur structure urbaine, par la prégnance des activités traditionnelles, tant artisanales (Kachgar) qu’agricoles (Turfan) et par les visages croisés – principalement ouïgours – se distinguent radicalement de Xin Cheng, vitrine d’une ville chinoise moderne, ponctuée de bâtiments administratifs et de centres commerciaux, où les populations se mélangent davantage. Ce schéma de cité duale ne doit pas nous étonner : il nous renvoie aux plans d’aménagement contrastés réalisés sous les colonisations russes (Tachkent, en Ouzbékistan), françaises (Alger, en Algérie) ou encore britanniques (Delhi, en Inde), tous symboles d’une volonté de maîtriser l’espace urbain.

La fragmentation spatiale

10La ville du Xinjiang est morcelée. À une échelle urbaine, Lao Cheng est clairement distincte de Xin Cheng. Mais cette fragmentation est plus fine encore : à une échelle infra-urbaine, la cité ouïgoure est segmentée, découpée, profondément remaniée par les infrastructures viaires.

11À Kachgar, les quartiers construits au sud de la rue Renmin forment un bloc homogène, mais ceux situés au nord, dans Lao Cheng, sont au contraire éclatés, désarticulés. Il n’existe pas une mais plusieurs cités ouïgoures. La partie centrale est divisée en deux entités : la partie nord a une fonction principalement résidentielle tandis que la partie sud a une fonction plus commerciale et religieuse. Cette partie centrale contraste dans son ensemble avec la Cité des Potiers située plus à l’est, entre la rue Tuman et la rue Binhe. Enfin, au nord-est de Kachgar, au-delà de la rivière, le long de la rue Ayziret, nous pouvons distinguer une dernière entité spatiale formée d’un premier bazar périphérique. Lao Cheng est donc composée de plusieurs noyaux clairement individualisés par le tracé des infrastructures routières.

12À Turfan, la structure de Lao Cheng est éclatée. La cité ouïgoure longe les rues Jiefang au sud et Putaogou à l’est et aucun pôle d’activités infra-urbain ne se détache dans les sinuosités de ce village-rue. Seules les quelques mosquées rassemblent ponctuellement les habitants, à l’échelle d’un quartier, tandis qu’à une échelle urbaine, Lao Cheng et Xin Cheng sont liées par le bazar construit à proximité de la cité ouïgoure et au sud de la ville chinoise. Le marché se trouve au carrefour de ces deux entités spatiales, il est le nœud, le pôle central de Turfan : hormis le bazar, les activités polarisatrices se trouvent en périphérie de la ville. La vigne est péri-urbaine, les sites touristiques se trouvent à plusieurs dizaines de kilomètres de la cité, et le troisième pôle économique local, lié à l’exploitation pétrolière, est fractionné en une multitude de forages disséminés dans les sables du Taklamakan.

13Les quartiers ouïgours sont divisés et modelés par les infrastructures routières, véritables coupures du tissu urbain. À Kachgar, le cœur de la cité est traversé du nord au sud par la rue Jiefang, il est délimité au sud par la rue Renmin et au nord par une ceinture périphérique, la rue Yunmulakxia. À l’intérieur de ce secteur, les rues sont larges, goudronnées, régulières, ponctuées de ralentisseurs, et les autobus passent sans difficulté entre les échoppes. Seules les quelques voies adjacentes sont plus étroites, pavées et parfois fermées par une borne qui en interdit l’accès motorisé. Les ruelles totalement piétonnières se trouvent dans le cœur de la ville, fermé et payant pour ceux qui n’y vivent pas. C’est donc un schéma d’éclatement et de division de l’espace urbain par les infrastructures routières qui apparaît, avec un noyau central piétonnier mais payant, et tout autour, des îlots traversés par des rues largement accessibles à la circulation automobile. La Cité des Potiers est une illustration flagrante de la volonté des pouvoirs publics d’individualiser et de couper ce quartier ouïgour du reste de la ville : coincée sur son promontoire rocheux, cernée par les infrastructures routières, la Cité est bordée par la rue Tuman à l’ouest, par la rivière au nord et par le parc de l’est. Le site élevé rend la Cité inaccessible aux voitures. Les rues y sont donc piétonnières et seuls quelques tricycles motorisés s’y aventurent. La Cité des Potiers n’est pas traversée par les artères viaires - son site ne s’y prête pas - mais elle est entourée, encerclée par une partie du boulevard périphérique (la rue Tuman) et par une nouvelle autoroute urbaine : en octobre 2006, les travaux ont déjà commencé et un premier tunnel est creusé aux portes de la Cité. En avril 2008, les bulldozers poursuivent leur œuvre de destruction (fig. 3).

Figure 3 – La destruction de la Cité des Potiers

Figure 3 – La destruction de la Cité des Potiers

La Cité des Potiers illustre la politique urbaine menée par le gouvernement chinois dans les quartiers ouïgours. Au premier plan, un quartier d’habitations est détruit. Tandis que les gravats sont récupérés par quelques ouvriers, la partie conservée de la Cité des Potiers, visible en arrière-plan, est destinée à un usage touristique rigoureusement contrôlé. Source : GP., 2008/04.

14À Turfan, la rue segmente et dirige la ville qui se déploie selon le rythme de construction des infrastructures routières. Xin Cheng est traversée par des routes de trois fois deux voies, comprenant deux pistes pour les deux roues. Certaines de ces artères de plus de 40 mètres de large ne sont pas achevées et se terminent en impasse : leurs abords sont progressivement construits, tels de nouveaux fronts pionniers au cœur des vignes. Dans Lao Cheng, la rue est l’axe principal, celui où circulent les voitures, mais aussi les passants et l’eau qui coule dans des canaux parallèles à la voie. La route est la colonne vertébrale de Lao Cheng, mais cette infrastructure contraste avec les artères toutes neuves de Xin Cheng : dans la cité ouïgoure, le revêtement des routes est de moindre qualité : trous et bosses rendent la conduite plutôt chaotique et la plupart des voies secondaires sont en terre battue.

15Ce schéma de fragmentation spatiale par les infrastructures routières est clairement expliqué dans l’ouvrage de J-P. Loubès (Loubès, 1998) : la route définit un quadrillage qui repose sur le motif de la maille, sans cesse reproduite au rythme de la croissance urbaine. Elle devient un instrument de conquête territoriale. Les marques spatiales de la sinisation pénètrent par ces axes, elles se diffusent le long de ces artères puis atteignent peu à peu le cœur des îlots traditionnels, progressivement réduits puis détruits au profit de nouvelles formes urbaines.

Les symboles architecturaux de la sinisation

16Cette sinisation s’exprime à plus grande échelle dans les bordures de Lao Cheng, dans ses contacts avec Xin Cheng. À Kachgar, l’entrée de la Cité des Potiers est signalée par une longue banderole rouge écrite d’idéogrammes et sur la place de la mosquée Idkah un écran géant retransmet en chinois la chaîne de la télévision nationale. Ces marques symboliques soulignent la volonté gouvernementale de renforcer son emprise sur l’espace urbain. Le mécanisme est le même dans les espaces verts de la ville. Les parcs et jardins sont quasi-inexistants dans les quartiers ouïgours mais à Kachgar, la Cité des Potiers est désormais bordée au sud d’une vaste étendue d’herbe traversée d’un cours d’eau sinueux bordé de rocailles. L’ensemble est ponctué de ponts et de pavillons qui répondent à l’esthétique chinoise (Vandermeersch, Dong, Che Bing, Gournay, 2000). Une limite spatiale est ainsi soulignée : au sud, la ville chinoise grignote au rythme des bulldozers la cité traditionnelle, délimitée par des espaces verts et des géosymboles (Bonnemaison, 2000) plus han qu’ouïgours. Selon P. R. Gaubatz, « the introduction of Chinese architectural elements has always been a concrete expression of the Chinese presence in the frontier regions » (Gaubatz, 1996, p. 298). La sinisation de la région est ainsi visible dans l’espace urbain maîtrisé, contrôlé : Lao Cheng est fragmentée tandis que la culture ouïgoure est transformée, effacée.

La marchandisation de l’espace urbain ouïgour à Kachgar, Turfan et Yarkand

17Selon P. R. Gaubatz, « the recent history of the preservation, change, and reconstruction of elements of frontier cities in China is inextricably linked with twentieth-century Chinese policies toward minority nationalities and minority nationalities’regions » (Gaubatz, 1996, p. 269) : les cités du Xinjiang sont au cœur d’enjeux politiques et économiques dictés par l’Etat chinois, qui cherche à développer son emprise dans cette région. La minorité ouïgoure est à contrôler et son héritage bâti n’est protégé que s’il est porteur d’une valeur économique : son empreinte culturelle ne compte pas, sauf si elle rapporte. Ce mécanisme est particulièrement visible à travers les différents moyens mis en œuvre par les autorités chinoises pour réhabiliter Lao Cheng.

Kachgar : du bazar marchand à la valorisation touristique

  • 9  Observation sur le terrain, octobre 2006.

18Ancien point de rencontre des routes de la soie pendant plus de 2000 ans, Kachgar est une ville vouée au commerce. Aujourd’hui encore, son marché du dimanche est réputé à une échelle internationale, lieu d’échange entre les marchands d’Asie centrale ex-soviétique, les Chinois mais aussi les touristes, parfois presque aussi nombreux que les commerçants eux-mêmes9. Mais l’emprise spatiale des bazars de Kachgar diminue progressivement. Certes, le cœur de la ville est encore constitué d’artères marchandes et de longs bazars-rues. Les rez-de-chaussée abritent les échoppes des artisans tandis que les étages ont une fonction résidentielle. Tout autour de la Grande mosquée, les boutiques touristiques côtoient les forgerons, les menuisiers et les vendeurs de brochettes. Dans la partie centrale de Kachgar, Lao Cheng conserve sa vocation pluri-fonctionnelle : c’est là que subsistent les traces de l’ancienne ville-bazar, à la fois pôle résidentiel, économique et religieux déployé autour de la mosquée Idkah. Mais les marchés, symboles de Kachgar, ne forment plus un ensemble homogène, ils sont désormais éclatés, déplacés vers la périphérie. Un bazar international a été construit dans les années 1990 au nord-est de la ville, au-delà de la rivière. Chaque bâtiment abrite des produits spécifiques (légumes, fruits, quincaillerie, etc.), les plus proches de la rue étant ceux dédiés à l’alimentation. L’ensemble est traversé par des artères piétonnières perpendiculaires à la rue Ayziret. En face de ce maillage commerçant se trouvait, il y a quelques années, le bazar des animaux. Mais celui-ci a été déplacé plus loin encore, à l’extérieur de la ville, à environ cinq kilomètres à l’est de Kachgar. Désormais, moutons, chèvres, chevaux et chameaux s’échangent au milieu de champs cultivés. Kachgar regroupe donc trois types de bazars, centraux, péricentraux et périphériques, tous symboles d’une éviction progressive des activités commerciales de la cité ouïgoure. Parallèlement à ce mouvement, les fonctions économiques se diversifient au profit du tourisme : touristes et fidèles se partagent l’usage de la mosquée Idkah, restaurée en 2001 par le gouvernement chinois. Les voyageurs doivent s’acquitter de 10 CNY (environ un euro) pour y pénétrer. Tout autour de l’édifice, l’esplanade est parsemée d’échoppes qui proposent aux curieux des souvenirs de leur périple chinois.

  • 10  Pour nous montrer que la Cité des Potiers est bien habitée, notre guide appelle une vieille femme, (...)
  • 11  Estimations de notre guide.

19Ce premier cas de mise en valeur touristique d’un monument ouïgour est en fait anecdotique : les monuments sont rares à Kachgar et c’est surtout le tissu résidentiel qui est aménagé pour attirer les voyageurs. Deux quartiers sont ainsi fermés et destinés aux touristes. Pour y entrer, il faut payer 30 CNY (environ trois euros). Le premier, Oredaxik, se situe au nord du centre-ville. Un bureau de surveillance se trouve à l’entrée. Les quelques rues que nous pouvons parcourir sont empruntées par des Han munis de talkies-walkies qui contrôlent nos allées et venues. Car le touriste n’a pas le droit de s’éloigner du parcours indiqué par les pavés du sol : deux types de dalles sont distingués. Celles où le voyageur a le droit de musarder et celles où il lui est interdit de se rendre. Ce système de pavage régule la circulation piétonnière et quiconque enfreint la loi est immédiatement remis dans le droit chemin. Le touriste se promène donc dans des ruelles quasi-vides d’habitants, entre les murs de terre sèche. Il est entraîné dans de rares boutiques installées dans les cours des maisons. Au bout de quelques minutes, une fois le circuit achevé, la visite est terminée. Le second quartier résidentiel destiné au tourisme est la Cité des Potiers, dont l’entrée est matérialisée par une large banderole et par un solide service de surveillance. Le même système de pavage est utilisé et chacun est accompagné d’un guide local. Ce dernier conduit les voyageurs dans les quelques habitations qui abritent des boutiques d’artisanat ou qui proposent de quoi se restaurer. Le circuit passe par sept maisons et dure environ une heure. À chaque halte, le guide donne quelques explications en anglais sur l’architecture kachgarie, la fabrication des poteries, durant lesquelles il présente d’authentiques habitants comme de véritables pièces de musée10. La Cité des Potiers accueillerait ainsi entre 200 et 400 touristes par jour pendant la haute saison touristique (printemps et automne)11.

20Les quartiers résidentiels sont visités selon des circuits payants et encadrés, destinés à mettre en valeur l’architecture et les savoir-faire locaux. En dehors des boutiques installées dans les cours des habitations, il n’y a pas d’autres équipements pour accueillir les voyageurs : pas d’hôtel, pas de restaurant ni de magasins. C’est donc une approche spécifique de l’héritage bâti qui est imposée. Certains éléments vernaculaires sont mis en valeur sans pour autant être accompagnés d’infrastructures d’accueil : le tourisme est corseté, limité. Est-ce pour préserver de la venue de touristes ces quartiers résidentiels et les 640 familles qui y vivent ? Ou est-ce un moyen de contrôler les populations ouïgoures jusqu’au cœur de leurs habitations, comme l’évoquent certains ?

21Les impacts de ces activités touristiques sont somme toute assez limités. D’un point de vue spatial, la structure de la ville n’est pas fondamentalement remise en cause par l’arrivée des voyageurs puisque les seuls équipements liés à l’accueil sont des boutiques installées dans les cours préexistantes des maisons. Cependant, l’emprise du tourisme est visible dans l’espace public : à l’extérieur, la Cité est clairement individualisée, à la fois par son entrée, par la billetterie et par les murs récents qui entourent Lao Cheng, nouveaux remparts contre les hordes de touristes. À l’intérieur des quartiers résidentiels, les rues sont pavées, des poubelles et des plaques d’égout ponctuent le circuit piétonnier. Le réseau d’égouts suit très précisément celui des rues parcourues par les voyageurs. À l’écart de ce circuit, dans les ruelles adjacentes, défoncées, les poubelles disparaissent et la propreté fait place aux tas d’immondices qui se réchauffent au soleil. Les décharges sont nombreuses, étalées au pied du promontoire, à la limite de la Cité. La plupart des habitants utilisent des points d’eau extérieurs et l’eau courante est rare : les femmes lavent le linge dans la rivière sale et boueuse. En fait, seule la rue principale parcourue par les touristes est équipée de réseaux d’eau et d’assainissement, tandis que les autres parties de Lao Cheng s’écroulent.

22Des pans entiers de Lao Cheng sont détruits à coups de bulldozers : la Cité des Potiers, un des pôles touristiques de la ville, est entourée de vestiges, des faubourgs remplacés par des autoroutes urbaines. Un peu plus au nord-est, le bazar des animaux, détruit et déplacé, n’est maintenant qu’une immense friche semée de décombres. Les cités ouïgoures de Kachgar sont donc au cœur d’un triple mouvement : certains quartiers résidentiels sont détruits, une partie des activités marchandes est déplacée hors de la ville tandis que quelques rues minutieusement choisies et surveillées sont mises au service du tourisme. L’héritage bâti est sélectionné, ciblé, au nom du développement économique.

Turfan : de la denrée économique à la reconnaissance culturelle ?

23La valorisation de l’héritage bâti par les Chinois est toute autre à Turfan, ville de la vigne et des raisins secs. Les monuments et le tissu urbain sont mis au service d’un tourisme qui valorise les activités économiques liées à la vigne et les spécificités du réseau d’irrigation local.

24À Turfan, la culture ouïgoure rapporte, elle est à l’origine d’une activité économique florissante, à la renommée régionale voire internationale, puisqu’on retrouve les produits locaux de l’autre côté de la chaîne du Pamir, sur les bazars ouzbékistanais et même en Russie. Les commerçants repartent de Turfan les bagages pleins de barriques de vin et de raisins secs, qui sont ensuite revendus sur les marchés de Pékin ou de Shanghai. À Turfan, la vigne est partout : la treille qui recouvre une partie de la rue Xingnian, au cœur de la ville chinoise, rappelle la végétation verdoyante de Lao Cheng et son activité viticole. Ces emprunts architecturaux soulignent le poids symbolique de la culture ouïgoure, mélangée, intégrée, utilisée jusqu’au cœur de Xin Cheng. La vigne est ainsi le support de l’activité touristique : des circuits payants de quelques minutes sont organisés à l’ombre des treilles, avec dégustation de raisins et spectacle de danses folkloriques, le tout pour une somme d’environ 30 CNY (trois euros). La vigne devient le cœur et le symbole de la culture ouïgoure.

25Le second type d’héritage bâti mis en valeur par les pouvoirs publics est le réseau d’irrigation de Turfan. La ville-oasis doit son développement à un ingénieux système hydraulique : des canalisations apportent l’eau de fonte des glaciers des Tianshan. Près de 1 600 kilomètres de tunnels et des milliers de puits, les karez, ont été creusés à flanc de montagne et en plein désert. Ces rigoles ont aujourd’hui une double utilisation. Dans Lao Cheng, l’eau claire des montagnes circule dans des canaux creusés le long des rues. Les femmes y lavent le linge et la vaisselle. Le système hydraulique ouïgour a donc encore une fonction d’alimentation et d’évacuation des eaux utilisées en ville. Cet usage est doublé d’une nouvelle vocation, cette fois touristique : des travaux de réfection ont permis l’ouverture aux touristes de certains sites. Moyennant quelques yuans, le voyageur peut cheminer dans des tunnels aménagés, éclairés, sonorisés et balisés de circuits qui retracent le parcours de l’eau (fig. 4). La sortie s’effectue systématiquement au milieu de boutiques d’artisanat de mauvaise facture et d’articles que l’on retrouve dans tous les sites ouverts au public, de Pékin jusqu’à Kachgar. En réalité, ces échoppes, omniprésentes, sont davantage mises en valeur que l’héritage bâti, présenté aux touristes comme un prétexte commercial à de lucratives activités, et non comme l’objet d’une visite culturelle.

Figure 4 – La folklorisation chinoise des karez ouïgours

Figure 4 – La folklorisation chinoise des karez ouïgours

Le karez, profondément transformé, devient « one of the three great engineering ancient China-karez », signe de l’appropriation chinoise d’un élément de la culture ouïgoure. GP., 2008/04.

Yarkand : entre persistances et décors culturels

  • 12  En octobre 2006, la mosquée était en train d’être repeinte.
  • 13  À l’entrée du cimetière, une pancarte explique que « the rebuilding of the yarkant nation’s imperi (...)
  • 14  La porte de la citadelle est appelée « orda darvaza » (la porte solitaire).

26Yarkand borde la limite sud du désert du Taklamakan. Cette ancienne étape des routes de la soie regroupe en 2003 près de 373 492 habitants nichés dans une oasis balayée par les vents. Cette situation d’oasis est inscrite dans le paysage : l’horizon sec et sableux du désert est d’un coup rompu par de hautes rangées de peupliers et la cité, sans cesse recouverte de poussières soulevées par le vent quotidien, apparaît enfin au voyageur après de longues heures de route. Dans cette ville éloignée de la capitale régionale par plus de mille kilomètres, la cité ouïgoure, située à l’est de Yarkand, s’articule autour des monuments hérités du passé : la mosquée Altyn, le tombeau de la poétesse d’Amannisahan (XVIe s.) et le cimetière Altunluq. La mosquée Altyn est destinée à un usage principalement religieux, les touristes y sont tolérés, ils peuvent pénétrer dans le lieu saint sans payer de droit d’entrée mais, surveillés, ils sont promptement encouragés à vite quitter le sanctuaire entretenu avec soin12. Le cimetière et le tombeau ont eux aussi une fonction religieuse, mais elle est doublée d’une activité économique organisée : les voyageurs payent 10 CNY (environ un euro) pour circuler dans les allées du cimetière et tout autour de prestigieux tombeaux. Certains ont été en partie reconstruits par le gouvernement autonome, au nom de l’identité ouïgoure13. De la même manière, le parvis de la mosquée a fait l’objet de travaux en 2007 : un projet d’aménagement commencé en mai 2006 a vu le jour. Les rues commerçantes ont été supprimées, nettoyées, remplacées par un bâtiment en briques (R+4/R+5) qui fait désormais office de bazar couvert. Tout autour de la place, des fontaines, des échoppes et des édifices en construction permettront d’accueillir les fidèles et les touristes dans un cadre où les motifs architecturaux s’entremêlent : des petits ponts aux toits recourbés côtoient des formes en ogive d’inspiration arabo-musulmane (fig. 5). En face de la place, la porte de la citadelle14 a été transformée en décor de cinéma. À cette occasion, quelques ruelles de la cité ouïgoure ont été reconstituées. En un an et demi, Yarkand a perdu nombre de ces traits centrasiatiques. Elle est toujours articulée autour de la mosquée et du bazar, mais les évolutions récentes montrent l’emprise de plus en plus forte des activités touristiques sur l’espace urbain désormais considéré comme un décor en carton pâte.

Figure 5 – Yarkand : la création d’un décor culturel syncrétique

Figure 5 – Yarkand : la création d’un décor culturel syncrétique

Au premier plan, des ponts en pierre rappellent l’esthétique des jardins chinois. En arrière plan, l’architecture des échoppes et du bâtiment en construction s’inspire de motifs d’inspiration arabo-musulmane. Source : GP., 2008/04.

L’héritage bâti ouïgour au cœur d’enjeux politiques et économiques 

27Les réhabilitations variées entreprises dans les cités ouïgoures soulignent l’ampleur de la sinisation dans Lao Cheng. L’héritage bâti ouïgour n’est valorisé que très partiellement et les mesures entreprises oscillent entre la destruction, l’éviction urbaine ou le développement touristique ponctuel à partir d’une culture locale folklorisée. Les habitations disparaissent à coups de bulldozers, les bazars centraux sont transférés en périphérie et seule une partie de la ville ouïgoure est préservée, contrôlée et vouée aux activités touristiques. Il existe certes des nuances régionales : Yarkand, cité d’une oasis lointaine, conserve une partie de ces fonctions religieuses tandis qu’est créé un syncrétisme entre culture ouïgoure et chinoise. À Kachgar, la situation est toute autre : dans cette ville-carrefour, reliant le nord et le sud du Xinjiang, voie de passage vers le Turkestan occidental, dans ce lieu de contestation politique où 90% de la population est ouïgoure, les démarches entreprises émanent du gouvernement central et tout est fait pour limiter, pour contrôler, les empreintes spatiales de la culture locale. Les bazars, symboles de la ville, sont déplacés, Lao Cheng est segmentée ou détruite au profit de la circulation automobile, une partie du tissu résidentiel est fermée au nom du développement touristique tandis que les rues adjacentes s’écroulent peu à peu. L’héritage bâti est en partie préservé s’il est porteur d’une valeur économique (Gaubatz, 1996, p. 269). Le cas de Turfan le montre bien : la vigne est le symbole de la ville et toute réhabilitation réalisée vise avant tout à attirer les commerçants ou les touristes. Les boutiques d’artisanat et les aménagements construits sans souci du détail ni de la pédagogie éclipsent l’objet de la visite que sont les vestiges de la culture ouïgoure. Il est enfin important de souligner que dans le Xinjiang, les pouvoirs publics ne mettent que très peu en valeur les monuments de Lao Cheng. À Turfan, le seul édifice réhabilité est l’ensemble Emin, situé en périphérie de la ville, au milieu des vignes. À Kachgar, la plupart des monuments repérés ne sont pas restaurés. Dans le bazar situé au nord-est de la ville, le long de la rue Ayziret, une mosquée se dresse au milieu des échoppes des commerçants. Cachée par la foule, recouverte de poussière, elle n’est que très partiellement utilisée : un vendeur de têtes de chèvres bouillies s’est installé sur le parvis. Le seul bâtiment réhabilité est la mosquée Idkah (XVe s.), restaurée par « the government of the people’s of China » puis inaugurée le 25 juin 2001. L’attention des pouvoirs publics est davantage portée sur l’utilisation touristique des habitations : il suffit de quelques cours de maisons transformées en boutiques, d’une rue à paver, et les touristes, étroitement surveillés, ont un aperçu canalisé de Lao Cheng. L’héritage bâti ouïgour est transformé selon des enjeux politiques et économiques : il est détruit lorsqu’il est un symbole culturel fort, préservé lorsqu’il rapporte quelques yuans et à chaque fois contrôlé, segmenté, folklorisé.

Conclusion

28Mes deux séjours dans le Xinjiang furent trop rapides et la littérature, quoique abondante, date souvent face à la rapidité des évolutions actuelles : cela ne m’a pas permis d’analyser plus finement les enjeux politiques et économiques de la sinisation dans les villes petites et moyennes du Xinjiang. Faute de temps, je n’ai pu mener d’entretiens auprès des responsables de l’urbanisme ni enquêter – dans la mesure du possible – auprès des habitants. Mais le constat visible, frappant, des observations sur le terrain, complété et validé par nos lectures, témoigne de l’ampleur de la sinisation : les cités ouïgoures sont fragmentées et la culture locale est profondément modifiée au profit du tourisme, elle est instrumentalisée, caricaturée. Les autorités chinoises marquent profondément de leur empreinte le territoire qu’elles cherchent à maîtriser : la ville est un espace de pouvoir dans lequel s’expriment les tensions politiques régionales. Dans le Xinjiang, elle souligne la sinisation de cette « nouvelle frontière » et la mise au pas de la culture ouïgoure.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALLES E., 1997, Stratégies chinoises en Asie centrale et nationalisme minoritaire au Xinjiang, Hérodote, n°84, p. 211-212.

ALLES E., 2006, Turkestan oriental, Outre terre, n°15, p. 411.

BERLIE J. A., 1998, Sinisation : à la limite de trois provinces de Chine, une minorité de plus en plus chinoise, les locuteurs kam, officiellement appelés Dong, Paris, Trédaniel, 360 p.

BERQUE A., 2004, Ce qui fonde l’éthique environnementale, Diogène, n°207, p. 3-14.

BONNEMAISON J., 2000, La géographie culturelle (cours de l’université Paris IV- Sorbonne- 1994/1997), Paris, CTHS.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CASTETS R., 2006, Entre colonisation et développement du Grand Ouest : impact des stratégies de contrôle démographique et économique au Xinjiang, Outre-terre, n°16, p. 257-272.
DOI : 10.3917/oute.016.0257

Cahiers du CEMOTI, 1998, Les Ouïgours au vingtième siècle, Cahiers du CEMOTI, n°25.

COLLIN-DELAVAUD C., 1997, Le Xinjiang, in RACINE J.-L., Le cercle de Samarkand, Hérodote, n°84, p. 177-200.

GAUBATZ P. R., 1996, Beyond the Great Wall : urban form and transformation on the Chinese frontiers, Stanford (EU), Stanford University Press, 378 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GENTELLE P., 1992, Une géographie du mouvement : le désert du Taklamakan, Annales de géographie, n°567, p. 553-594.
DOI : 10.3406/geo.1992.21110

HANYKOV N., 1844, Gorodskoe upravlene v Srednej Azii [La gestion urbaine en Asie centrale], Žurnal Upravlenija Ministerstva Vnutrennyh, t. 5.

JAN M., 1998, L'intégration du Xinjiang dans l'ensemble chinois: vulnérabilité et sécurité, Cahiers du CEMOTI, n°25, p. 65-82.

KHAMRAEV H., 1998, La géopolitique du pétrole, Cahiers du CEMOTI, n°25, p. 139-148.

LOUBES J-P., 1998, Architecture et urbanisme de Turfan. Une oasis du Turkestan chinois, Paris, L'Harmattan, 434 p.

NIVELLE P., 5 juin 2008, Sans bruit, la culture de la minorité musulmane du Xinjiang cède le pas face à la colonisation chinoise, Libération.

POUJOL C., 2001, Dictionnaire de l'Asie centrale, Paris, Ellipses, 352 p.

SUHAREVA O. A., 1958, K istorii gorodov Buharskogo hanstva [Sur l’histoire des villes dans le khanat de Boukhara], Tachkent, Fan. 

VANDERMEERSCH L., DONG L., CHE BING L., GOURNAY A., 2000, L’art des jardins dans les pays sinisés, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 190 p.

Haut de page

Notes

1  Ouïgour : « Peuple turcophone musulman ayant sa souche majoritaire en Chine (Xinjiang, plus de 7 millions) et une diaspora constituée de plusieurs strates au Kazakhstan et en Ouzbékistan (200 000 personnes). » (Poujol, 2001, p. 232).

2  Han : terme désignant l’ethnie majoritaire en Chine, qui constitue les 91% de sa population. Au XIIIe s., les empereurs mongols de la dynastie Yuan se servent de ce mot pour désigner un des peuples du pays du nord. À partir du XIXe s., le nom « han » est utilisé pour distinguer la majorité du peuple chinois de la minorité mandchoue.

3  L’expression « Turkestan oriental » est utilisée par les partisans de l’indépendance de la région.

4  Pour plus d’informations, cf. Jan, 1998.

5  La route qui traverse désormais le désert du Taklamakan du nord au sud a été mise en service en 1995 afin de désenclaver le sud du bassin du Tarim et de faciliter la prospection pétrolière.

6  Chiffres issus du Ministère du commerce de la République populaire de Chine : http://french.mofcom.gov.cn.

7  Nous ne traiterons donc pas de la capitale régionale, Urumqi (1 569 769 habitants en 2007), où 75% de la population est Han et où le quartier historique ouïgour est aujourd’hui en grande partie détruit.

8  À Turfan, près de 70% de la population est ouïgoure et 22% est han (2002).

9  Observation sur le terrain, octobre 2006.

10  Pour nous montrer que la Cité des Potiers est bien habitée, notre guide appelle une vieille femme, il nous la présente puis la fait tout aussi rapidement disparaître, tel un figurant de théâtre.

11  Estimations de notre guide.

12  En octobre 2006, la mosquée était en train d’être repeinte.

13  À l’entrée du cimetière, une pancarte explique que « the rebuilding of the yarkant nation’s imperial tomb is a classical work in the history of uygur ‘s building. It not only provides materials for academic research, but also the important window for studying uygur’s funeral rites. In December, 1990, the government of our region defined it as the important preservation of cultural relics unit. Then it was rebuilt in 1993. And Yarkant Kingdom imperial tomb was arranged in the sixth cultural preservation list in June, 2006, and became our national important cultural preservation ».

14  La porte de la citadelle est appelée « orda darvaza » (la porte solitaire).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des villes petites et moyennes du Xinjiang
Crédits  (d’après CEMOTI, 1998, p. 6)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7157/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Figure 2 - La structure urbaine de Kachgar
Légende Source : interprétation d’après Google Maps
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7157/img-2.png
Fichier image/png, 143k
Titre Figure 3 – La destruction de la Cité des Potiers
Légende La Cité des Potiers illustre la politique urbaine menée par le gouvernement chinois dans les quartiers ouïgours. Au premier plan, un quartier d’habitations est détruit. Tandis que les gravats sont récupérés par quelques ouvriers, la partie conservée de la Cité des Potiers, visible en arrière-plan, est destinée à un usage touristique rigoureusement contrôlé. Source : GP., 2008/04.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7157/img-3.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 4 – La folklorisation chinoise des karez ouïgours
Légende Le karez, profondément transformé, devient « one of the three great engineering ancient China-karez », signe de l’appropriation chinoise d’un élément de la culture ouïgoure. GP., 2008/04.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7157/img-4.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 5 – Yarkand : la création d’un décor culturel syncrétique
Légende Au premier plan, des ponts en pierre rappellent l’esthétique des jardins chinois. En arrière plan, l’architecture des échoppes et du bâtiment en construction s’inspire de motifs d’inspiration arabo-musulmane. Source : GP., 2008/04.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7157/img-5.png
Fichier image/png, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillemette Pincent, « Les empreintes spatiales de la sinisation dans les petites et moyennes villes du Xinjiang », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 105-112.

Référence électronique

Guillemette Pincent, « Les empreintes spatiales de la sinisation dans les petites et moyennes villes du Xinjiang », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7157 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7157

Haut de page

Auteur

Guillemette Pincent

Université Paris IV-Sorbonne, Laboratoire ENeC, UMR 8185, guillemette.pincent@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page