Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Eric Glon, Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ?

Stéphane Héritier
p. 122-125
Référence(s) :

Eric Glon, 2008, Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 222 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une étude fouillée et nourrie de la manière dont le Canada (sous-entendu les pouvoirs publics fédéraux et provinciaux, les entreprises privées de la filière bois et la société dans son ensemble) appréhende aujourd’hui l’exploitation de l’une de ses ressources : la forêt. Celle-ci est exploitée de longue date. Dès avant l’Acte de l’Amérique du Nord britannique qui créa le Canada moderne en 1867, la forêt constituait l’une des ressources largement exploitées par les autorités de l’Empire britannique en pleine expansion. Autant dire qu’E. Glon présente une analyse qui plonge ses racines dans une histoire longue et complexe de la relation des Canadiens à leur environnement, au carrefour des analyses socio-économique, culturelle et politique. Cette approche permet d’interroger la question de l’exploitation « durable » des forêts telle que l’usage en est annoncé. La problématique de l’ouvrage pose la question « se décrète-t-elle ? L’exploitation peut-elle résister aux seuls intérêts économiques et inventer réellement d’autres modes d’exploitation ? Cette note de lecture présente le compte-rendu de l’ouvrage et quelques commentaires ciblant tel ou tel point méritant discussion.

Forêts et société au Canada : compte-rendu  

  • 1  Soit 28,8 milliards de dollars canadiens en 2006 (source : http://www.nrcan-rncan.gc.ga/stats/).

2L’ouvrage témoigne d’une grande connaissance du terrain et des mécanismes de fonctionnement de la branche d’activité forestière. Cette dernière représente une part modeste de la richesse du pays (2,4 % du PIB en 20061) mais elle constitue un secteur clé dans certaines provinces, tant en termes d’emplois qu’en ce qui concerne les enjeux fonciers et sociétaux. L’industrie canadienne du bois tout autant que l’Etat fédéral ou les Provinces veulent afficher un comportement modèle en termes de gestion de la ressource (forêt durable) ou plus largement en matière d’environnement.

3L’ouvrage est organisé en quatre grandes parties, annoncées par une solide introduction dont il faut souligner trois pages (p. 10-12) d’un intérêt méthodologique fondamental pour tout chercheur travaillant au Canada. E. Glon rappelle que ce pays est difficile d’approche pour le chercheur non pas à cause de la difficulté d’accès à l’information, mais au contraire à cause de son abondance, voire de sa surabondance. Les services forestiers provinciaux, fédéraux, les compagnies privées, produisent des études, des statistiques et des analyses volumineuses, aux unités de mesure presque toujours difficilement comparables (en raison de l’utilisation de différents systèmes de mesure des volumes produits par exemple). Un paragraphe très utile pour les jeunes chercheurs et que l’on aurait pu intituler « De la difficulté de la recherche dans les démocraties »… Signalons également l’usage de nombreux encadrés très utiles, qui permettent de proposer des compléments d’analyse ou de développer des exemples sans alourdir le corps du texte.

4La première partie, Du productivisme aux forêts durables. Une horreur boréale ?, présente les déclarations d’intention du Canada en matière de développement durable. Ce pays et ses entreprises forestières déploient des efforts de communication destinés à montrer le Canada comme LE bon élève en matière de développement durable et de maîtrise des coupes forestières. L’analyse d’E. Glon montre que la réalité est plus complexe. En dépit des déclarations du secteur forestier, dans la plupart des provinces, l’exploitation forestière demeure souvent très intense. Les intérêts marchands sont très forts à l’échelle fédérale mais plus encore dans des provinces telles que la Colombie Britannique, le Nouveau Brunswick, le Québec ou l’Ontario. Ce secteur tire son influence de l’importance de la filière bois, et par conséquent, des emplois directs, indirects et induits qu’il produit : construction, papeterie, etc. Ce secteur est largement mondialisé même s’il est très dépendant d’un importateur principal : les Etats-Unis représentent 80 % de la valeur des exportations de la filière bois canadienne. Les forêts publiques sont largement exploitées – et l’on pourrait dire contrôlées – par les compagnies privées. Pratiquant un lobbying très efficace, elles continuent d’obtenir des autorisations de coupe à blanc (coupe totale d’un vaste secteur boisé), en contradiction, pour ne pas dire en opposition stricte avec les engagements affichés au nom du développement durable. Cette déconstruction du discours officiel d’une gestion forestière raisonnée induit logiquement la question des relations entre la société canadienne et son environnement.

  • 2  Précisons que l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867 établit une répartition stricte des (...)

5La deuxième partie, intitulée Une société contre nature ?, pose une question très politiquement incorrecte pour un Canada qui se présente souvent – et aime à être perçu – comme le héraut de la protection de l’environnement par opposition à son voisin états-unien. La formule sert à interroger la relation de la société canadienne à la nature au regard des techniques d’exploitation utilisées depuis plusieurs décennies par les entreprises forestières. Cette partie consacrée à la nature présente également l’intérêt d’une approche diachronique de différents phénomènes tels que les choix en matière d’exploitation forestière ou l’évolution des conceptions de la nature. Il aurait sans doute été utile pour le lecteur d’insister sur l’année 1867 et la création du Dominion du Canada. Avant cette date, les mesures prises en matière économique sont britanniques et elles servent les intérêts directs de la métropole britannique, impliquant ce que l’on appelle l’Amérique du Nord britannique dans un jeu de forces qui lui échappe (souvent européen). Après 1867, en dépit de l’attachement à la Couronne, les décisions sont prises dans l’intérêt des provinces2 qui composent le Dominion (ou de ses élites économiques) avant celui de la Couronne.

6L’auteur évoque également de manière très juste le rôle fondamental des mouvements picturaux. L’idée qui consiste à utiliser la nature et ses paysages comme un moyen de créer des référents communs est très influencée par les conceptions européennes mais aussi par des personnalités qui contribuèrent à penser la nature autrement que sous la forme d’un espace à conquérir ou à soumettre.

7La troisième partie, intitulée Forêt et construit social ou la controverse de la chouette tachetée, s’attache à restituer le climat de tension portant sur l’exploitation forestière. Le premier chapitre évoque le contentieux qui a eu pour sujet principal et involontaire la chouette tachetée. Cette espèce a pris, à l’instar de l’ours polaire dans le Nord ou le grizzly ou le loup dans les Rocheuses, une valeur d’archétype des espèces menacées dans l’Ouest canadien (en Colombie Britannique surtout) et auprès des associations de défense de l’environnement. A partir de la controverse entourant la survie de ce sympathique et inoffensif volatile, l’auteur remonte la piste du socio-système forestier canadien. Ce dernier est composé d’un ensemble complexe d’acteurs dont les intérêts, les objectifs et les moyens d’action se révèlent fort variés : les forestiers, bien entendu, mais aussi les gouvernements fédéraux et plus directement provinciaux (qui sont en première ligne dans les luttes d’influence),  les Premières nations, les associations de défense de l’environnement (Greenpeace – née en 1971 à Vancouver, Sierra Club, Ecotrust, Sierra Legal Defense Fund, Union Québécoise de Conservation de la Nature, etc.).

8En la matière, les ONG environnementales ou autochtones jouent un véritable rôle d’aiguillon politique auprès des pouvoirs publics comme auprès des compagnies. Elles sont régulièrement engagées dans des actions juridiques contre ces acteurs accusés de surexploitation et de dégradation de l’environnement lorsqu'il ne s'agit pas de spoliation issue de la colonisation. Cette tendance s’avère particulièrement forte au Canada depuis un quart de siècle. Elles combattent un secteur forestier dont l’exploitation productiviste menace l’environnement dans son ensemble et notamment la survie d’espèces devenues rares. La virulence de ces associations (telles que Greenpeace) est largement liée à un engagement, développé à partir des années 1960-70 dans le cadre d’une sorte de culture de la contestation et de l’activisme politique. L’analyse des tensions et des luttes entre les pouvoirs publics, les ONG environnementalistes, tant au Québec qu’en Colombie Britannique, est très efficacement restituée et très utile pour comprendre la profondeur des débats qui animent la société canadienne où les associations environnementalistes (écologistes) jouent de leur influence. En ce sens, les ONG qui s’appuient sur l’environnement jouent un rôle politique considérable tout en ayant une réelle importance sociale, mais aussi économique (elles ont des salariés, payent des études scientifiques, etc.). Le succès et l’importance de ces organisations résident dans leur implication constante dans les débats, et leur capacité de proposition. Plus encore, elles imprègnent la société dans son ensemble car elles procèdent de la société civile elle-même. Elles ne représentent nullement une anomalie, ni une force marginale… bien au contraire. Leur force économique et politique leur confère une influence réelle sur les décisions publiques, voire sur les stratégies d’activité et de communication des entreprises de la filière bois. Elles occupent un rôle très important dans la certification forestière (ou écocertification), visant à attester d’une gestion forestière « durable », c’est-à-dire non prédatrice (par exemple, les superficies forestières certifiées ont augmenté de 40 % entre 2002 et 2005).

9La quatrième partie, intitulée Du construit social aux transpositions spatiales, présente une analyse d’exemples provinciaux à partir de cas bien documentés par l’auteur qui a publié de nombreux articles traitant du système forestier et de la filière bois en Colombie Britannique, au Québec et au Nouveau-Brunswick. Cette connaissance précise des mécanismes provinciaux et nationaux confère à cette partie un grand intérêt car elle montre, comme l’écrit l’auteur « que ces trois Canada sont symptomatiques de trois inscriptions différentes dans l’économie monde tout comme dans celle du pays » (p. 170). S’en suit une analyse des localisations des lieux de production et de transformation. L’ancienneté de l’exploitation forestière a constitué des localités spécialisées dans la foresterie. L’analyse de l’assise économique des localités – c'est-à-dire ici l’importance du secteur forestier des communes (notamment dans leurs exportations) – montre leur grande dépendance envers le secteur forestier, quels que soient leurs effectifs démographiques.

10Le dernier chapitre s’intéresse aux processus de réappropriation territoriale et culturelle par certaines communautés autochtones à partir de l’exemple des Lil’wat (région du Mont Curie, Colombie Britannique), dont le territoire est situé au nord de Vancouver et intègre le secteur de Whistler… directement concerné par les Jeux Olympiques d’hiver de 2010. Ce chapitre montre les enjeux économiques, fonciers, juridiques (les Premières nations doivent apporter la preuve de l’usage d’une région pour espérer se voir reconnaître des droits) et culturels qui agitent les discussions entre les Lil’wat, les pouvoirs publics (Province, gouvernement fédéral) et les sociétés d’exploitation forestière. E. Glon montre que l’intégration économique de ces Premières nations, trop longtemps marginalisées, est en cours et que le dynamisme pré-Jeux Olympiques contribue à favoriser la reconnaissance socio-culturelle des autochtones par des processus d’intégration économique (entreprises en joint venture, ententes, etc.) induits par l’aménagement d’infrastructures d’accueil.

11L’ouvrage présente quelques maladresses formelles qu’il est dommage de trouver dans une édition universitaire : une bibliographie incomplètement normalisée, des coquilles de ponctuation, une erreur d’unité (« sur 417 millions d’hectares qu’elles couvrent au Canada […] 181 millions de km² sont considérés comme non productifs »  p. 57-58 : probablement des hectares), Bannf au lieu de Banff ; des vétilles, en somme. Enfin, les éditeurs universitaires français seraient bien inspirés de suivre l’exemple nord-américain et de proposer systématiquement un index aux lecteurs, permettant d’accéder plus aisément à l’ouvrage.

Éléments de discussion

12Sans conteste, la forêt et son exploitation occupent une place fondamentale dans la société canadienne et elles sont au cœur des tensions entre groupes économiques et politiques opposées. L’ouvrage le montre clairement. Il semble toutefois intéressant d’apporter quelques éléments complémentaires aux questions posées dans le livre.

A propos de la forêt

13Le sous-titre de l’ouvrage, Ressource durable ou horreur boréale ? suggère les débats qui animent une partie de la société canadienne. Il n’est pas sans rappeler le film documentaire de Richard Desjardins et Robert Monderie, intitulé L’erreur Boréale diffusé en 1999 au Canada. Les réalisateurs montraient les effets dévastateurs des coupes à blanc au Québec ; participant pleinement du sujet, il aurait été intéressant de présenter la manière dont ce reportage a été reçu au Canada – et au Québec en particulier car il a particulièrement marqué une partie de l’opinion publique. Il illustre également le fait que la question d’une « société contre la nature et les forêts » est observable à l’aune des protestations virulentes que soulève cette exploitation dans la société canadienne.

  • 3  Depuis la publication de cet article, le nombre de « Forêts modèles » est passé de 11 à 13 en 2009

14Le concept de « forêt modèle » n’a pas été développé par l’auteur. Il avait été présenté à la Conférence de Rio en 1992, où le Canada avait annoncé la création d’un Réseau international de forêts modèles (aujourd’hui 19 en tout dans le monde, dont 11 au Canada regroupant près de 200 000 km²). Il constitue une initiative intéressante dans la mesure où elles sont supposé être les parangons d’une gestion forestière soutenable, caractérisé par une approche partenariale impliquant tous les acteurs et plus largement toutes les composantes de la société (Maldague, 2006)3. La mise en exergue des forêts modèles constitue en quelque sorte un aveu du respect tout relatif de l’application des principes du développement durable dans le secteur forestier, au-delà des discours de communication qui vantent la gestion prétendument raisonnée des ressources (ce que montre clairement l’ouvrage par ailleurs).

A propos de la « nature sauvage » (wilderness)

15L’auteur insiste également sur la place de la culture religieuse des colonisateurs, francophones et anglophones dans la volonté de « soumettre » une nature dont les espaces forestiers constituaient des ensembles représentatifs. Sans aucun doute, ces arguments sont justes mais, à l’argument culturel, il semble également utile d’ajouter que le point commun entre les Suédois, les Français, les Ukrainiens, les Russes, les écossais, les Irlandais, etc. qui s’installèrent dans ce nouveau pays en construction, n’est pas seulement le christianisme en ses diverses déclinaisons ; il était aussi question, très prosaïquement, de la survie des siens et la nécessité de les nourrir, c'est-à-dire, pour ceux-là qui provenaient principalement des régions rurales européennes, de défricher et de cultiver le sol. La variété dans l’origine des migrants constitue peut-être également une clé de compréhension de la polyphonie des discours portant sur la nature en général, ou sur la forêt en particulier, dans la société canadienne.

  • 4  Et ce, malgré l’intercession de personnages tels que Grey Owl ? cf. infra.

16La nature, et tout particulièrement son (pas tout à fait) équivalent de wilderness y est présentée comme « hors du social », ou plus précisément, pourrait-on dire, hors du champ de la société civilisée, voire de la civilisation ; car le champ du social est justement défini comme celui imposé par le colonisateur… En considérant un angle d’analyse autochtone, la nature imprègne de manière ontologique et holistique le champ du social. Les passages consacrés aux peuples autochtones permettent de saisir un peu mieux, pour le lecteur européen, le rôle que joue leur environnement dans leurs représentations et dans leurs usages du monde. Toutefois, quelques questions demeurent. Premièrement, en quoi des populations marginalisées par la colonisation – qui a failli, sans succès, être totalement assimilée (c'est-à-dire absorbée culturellement) et qui représentent aujourd’hui à peine plus de 3 % de la population canadienne – pourraient-elles avoir joué un rôle majeur dans la construction d’une culture collective de la forêt… et ce d’autant plus que ces peuples autochtones n’occupaient pas toujours des espaces boisés ? Ou alors, pourquoi ne pas envisager des analyses équivalentes pour les populations rurales ou les populations urbaines… Deuxièmement, comment se serait opérée cette influence des autochtones vers les Euro-canadiens dans un contexte de marginalisation des autochtones4 ? Les représentations du sauvage et de la sauvagerie, de la nature et de la naturalité chez ces deux grands groupes hétérogènes (que sont les populations résidant en ville et celles résidant à la campagne) de Canadiens ne jouent-elles pas au moins autant que celles des autochtones ? En quoi la vision autochtone aurait-elle jouée un rôle déterminant, sur qui et dans quel contexte ?

  • 5  Selon la Loi constitutionnelle canadienne de 1982 (Charte des droits et des libertés, II.35.(2)), (...)

17Par ailleurs, l’idée d’une nature « à soumettre » est certes présente mais elle n’existe pas seule au Canada. Dans ce pays comme ailleurs, les discours sur la nature ne furent pas et ne demeurent pas univoques. Comment pourraient-ils l’être ? Une nation construite lentement par la colonisation et l’immigration, au peuplement longtemps constitué en archipel, des secteurs de peuplement très isolés, aujourd’hui encore, qui manifestent des adaptation variables selon les conditions locales produisent probablement autant de rapports à la nature que de formes de mise en relation de cette dernière : le paysan et le forestier, le géologue travaillant dans l’industrie pétrolière, le trappeur ou le bourgeois urbain, qui visitent les parcs nationaux par exemple ont, chacun, une conception propre de la nature associée à des référents communs : le résultat est que ces représentations de la nature s’avèrent polymorphes et composites, parfois paradoxales ou en apparence peu conciliables ; et il en va de même pour le rapport que les populations aborigènes5 entretiennent avec leur territoire : il y a bien peu en commun entre l’organisation sociale et le rapport au territoire des Inuit étudiés par B. Collignon (1996) et celui des Sekani (Colombie Britannique) étudiées par Lanoue & Desgent (2005).

A propos des paysages et des Premières nations

  • 6  Historien de l’art et conservateur de la Galerie nationale du Canada.

18Les mouvements picturaux jouèrent un rôle considérable bien avant le Groupe des Sept, à partir duquel l’auteur développe son analyse. Le gouverneur général du Canada, Lord Dufferin (1872-1878), défendit très tôt l’intérêt qu’il y avait, pour le tout récent Dominion, à fonder une identité nationale sur la nature et ses représentations, c'est-à-dire sur des « figures paysagères » pour reprendre l’expression que l’historien genevois F. Walter emploie pour les pays européens (Walter, 2004). Dennis Reid6 (1979) insista sur l’impulsion que Dufferin donna à l’expression picturale du Canada, dans un premier temps sous le pinceau des paysagistes et des photographes. L’historien canadien Arthur Lower insista également sur le rôle de la forêt dans la construction d’une identité nationale originale et distincte de celle des Etats-Unis (Cros, 2000). En la matière, le Groupe des Sept n’inventa pas le concept, mais il imagina de nouvelles manières de représenter la nature, dépassant la simple représentation picturale quasi-photographique de la nature. Parmi les figures déterminantes du Groupe, Lawren Harris joua un rôle essentiel en raison de son apport personnel en termes de représentation picturale, mais aussi parce que sa rencontre avec Emily Carr orienta la peinture de cette dernière. La rétrospective Emily Carr présentée au Musée des Beaux-arts de Montréal en 2007 a bien mis en évidence que la rencontre de L. Harris et d’E. Carr a eu un rôle décisif sur la production picturale de cette dernière, notamment après 1929 (également souligné et analysé par Paoli, 2002).

  • 7  Dans le livre, cf. l’encadré 13 pages 92-93.

19Parmi les figures qui ont servi le discours sur la « grande nature sauvage » (wilderness), celle de Grey Owl7 pose questions. Au-delà de l’image qu’il a voulu laisser, il peut être considéré – un peu méchamment – comme une sorte d’indien instantané. Le Civilisé touché par la grâce de l’ensauvagement ! Cet Anglais, dans une quête spirituelle personnelle, se construisit artificiellement un personnage – une personnalité – d’autochtone. S’il eut autant d’impact parmi les « blancs », probablement est-ce parce qu’il représentait une sorte de Sauvage idéal : un sauvage qui maitrisait les mots, les codes et l’écriture de la civilisation. En ce sens, s’il joua un rôle dans la diffusion d’une forme de discours écologiste fondé sur la référence aux autochtones, ce discours fut-il reçu forcément pour les raisons qui lui furent généralement prêtées ?

20Enfin, il pouvait être intéressant d’interroger le choix de l’utilisation d’un Inuksuk comme figure emblématique des prochains Jeux. Vancouver et Whistler sont bien éloignées des territoires Inuit… et d’autres représentations auraient pu symboliser plus directement Vancouver et la Colombie Britannique : des représentations des Nations côtières (telles que les Haidas, les Kwakiutl – Kwakwa’’ka’wakw ou encore les Lil’wat), des espèces végétales de l’une des dernières forêts pluviale froide d’Amérique du Nord ou une chouette tachetée (qui aurait été un clin d’œil élégant à l’emblème de l’Athènes antique…). Le choix de l’Inuksuk figurant le Nord, le froid, voire l’hiver… et au-delà le Canada, mais si peu Vancouver ou l’Ouest du pays, n’est sans doute pas innocent. Ajoutons enfin que les populations autochtones ne constituent en rien un ensemble homogène. Elles sont parfois en concurrence entre elles sur les mêmes territoires. La géographe de Vancouver A. Gill (2007) montre que la vallée Callaghan, qui doit accueillir les épreuves de ski nordique est revendiqué comme territoire traditionnel par les Lil’wat mais aussi… par la Première nation Squamish, qui a désigné une partie supérieure de cette vallée, encore peu atteinte par les coupes forestières, comme une Wild Spirit Place, autrement dit, un secteur à forte valeur culturelle.

21Pour achever cette note de lecture, insistons sur l’utilité de cet ouvrage. Il permet de comprendre le rôle de la forêt et son importance sociétale au Canada, mais il permet également d’appréhender un peu mieux une société qui demeure encore assez mal connue par le grand public français comme par la communauté académique. Il présente également l’intérêt de montrer l’extrême plasticité des secteurs d’activité considérés comme prédateurs et leur capacité à moduler leurs activités, leurs  discours et leurs pratiques aux exigences nouvelles de la société en matière de développement durable qui conduit l’auteur à une formulation conclusive très éclairante : « Le construit social autour des forêts est fragile et ne peut constituer un acquis intangible. Il en découle que le développement durable apparaît comme un compromis qui évolue et se renouvelle au gré de l’évolution du système d’acteurs » (p. 194).

Haut de page

Bibliographie

Collignon B., 1996, Les Inuit : ce qu´ils savent du territoire, Paris, L´Harmattan, 254 p.

Cros L., 2000, La représentation du Canada dans les écrits des historiens anglophones canadiens, Paris, Centre d’Etudes Canadiennes de l’Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, 508 p.

Gill A., 2007, Sustainability and the Vancouver/Whistler 2010 Winter Olympic Games: Issues of Sustainability in Protected and Backcountry Areas, Etudes canadiennes / Canadian Studies, 62, p. 170-180.

Lanoue G. et Desgent J.-M., 2005, Errances. Comment se pensent le Nous et le Moi dans l'espace mythique des nomades septentrionaux Sekani ; Mercury Series, Cultural Studies Paper 78, Musée des Civilisations, Ottawa, 184 p.

Maldague M., 2006, Approche systémique du concept de forêt modèle. Mécanisme néguentropique approprié la gestion durable des forêts, Etudes canadiennes / Canadian Studies, 61, p. 127-137.

Paoli M.-L., 2002, Pays et paysage dans l’art pictural d’Emily Carr, in Lecture(s) du paysage canadien / Decoding and Telling the Canadian Landscape, Bordeaux, Association Française d’Etudes Canadiennes : Collection de l’AFEC, 6, p. 129-137.

Reid D. 1979, Notre patrie, le Canada. Mémoires sur les aspirations nationales des principaux paysagistes de Montréal et de Toronto, 1860-1890, Ottawa, Galerie Nationale du Canada, 453 p.

Walter F. 2004, Les Figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (16e-20e siècle), Paris, Editions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 523 p.

Haut de page

Notes

1  Soit 28,8 milliards de dollars canadiens en 2006 (source : http://www.nrcan-rncan.gc.ga/stats/).

2  Précisons que l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867 établit une répartition stricte des compétences et des prérogatives entre l’Etat Fédéral et les provinces. Dans les provinces, et à l’exception des terres qui dépendent du gouvernement fédéral telles que les parcs nationaux ou les bases militaires par exemple ou des terres privées, les ressources du sous-sol et du sol appartiennent aux provinces. Les gouvernements provinciaux décident seuls de l’usage qui peut en être fait et en tirent des revenus.

3  Depuis la publication de cet article, le nombre de « Forêts modèles » est passé de 11 à 13 en 2009.

4  Et ce, malgré l’intercession de personnages tels que Grey Owl ? cf. infra.

5  Selon la Loi constitutionnelle canadienne de 1982 (Charte des droits et des libertés, II.35.(2)), le terme Aborigènes sert à désigner officiellement les « Indiens, [les] Inuit et [les] Métis du Canada ».

6  Historien de l’art et conservateur de la Galerie nationale du Canada.

7  Dans le livre, cf. l’encadré 13 pages 92-93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Héritier, « Eric Glon, Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ? », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 122-125.

Référence électronique

Stéphane Héritier, « Eric Glon, Forêts et société au Canada. Ressources durables ou horreur boréale ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7153

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org