Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain Belmont et Fritz Mangartz (dir.), Les meulières. Recherche, protection et valorisation d'un patrimoine industriel européen (Antiquité-XXIe s.)

André Buisson
p. 287-288
Référence(s) :

Alain Belmont et Fritz Mangarz (dir.), Mühlsteinbrüche. Erforschung, Schutz und Inwertsetzung eines kulturerbes europäischer Industrie / Les meulières. Recherche, protection et valorisation d'un patrimoine industriel européen (Antiquité-XXIe s.). Actes du colloque de Grenoble, 22-26 septembre 2005, 2006, Mayence, RGZM, 240 p.

Texte intégral

1Voici la recension tardive (édité en 2006) des actes du colloque international d’archéologiede Grenoble sur « les meulières… » (Carrières et lieux d’extraction des meules de moulins). Les contributions sont en langue française ou allemande avec des résumés conséquents dans les deux langues.

2Articulé autour de trois thèmes, Les meulières antiques et médiévales, Les meulières souterraines et Protection et mise en valeur des sites, le colloque a abordé les grands thèmes importants tournant autour de ce patrimoine naguère en déshérence et qu’on redécouvre aujourd’hui avec les hésitations liées à la mise en valeur « ingrate » de ces restes.

3À partir de quelques exemples français, F. Boyer et sept co-auteurs présentent un projet d’inventaire général des carrières de meules exploitées en France durant la Protohistoire et l’Antiquité. Réalisée au départ à partir de l’inventaire de mobiliers archéologiques déposés dans les musées et collections, ainsi que de la prospection effectuée sur le terrain, cette étude permet de tester les réseaux de diffusion (et de commercialisation) antiques de ces meules, par des comparaisons très significatives entre celles des meules de grès de La Serre (Jura) (aire de 15-20 km de diamètre) et celles, de même matériau, des Vosges (120 km), voire celle des basaltes du Massif central (300 km). La typologie des meules peut ainsi être affinée, et une évolution technique peut être remarquée : la rhyolite de La Salle (Vosges) a été exploitée pour la fabrication de meules de 40 cm de diamètre à l’époque celtique, pour atteindre des diamètres de 38 à 52 cm à l’époque romaine. Ces meules ont été diffusées sur une aire de 120 km de diamètre environ, mais furent supplantées par les meules basaltiques de l’Eifel, commercialisées grâce aux réseaux d’approvisionnement de l’armée romaine ; leur réseau de diffusion se réduit alors à une consommation quasi locale. La région d’Autun a, quant à elle, livré des traces d’exploitation de meules en grès, notamment autour du plateau d’Antilly, mais l’inventaire des matériels archéologiques recueillis sur l’oppidum de Bibracte met en évidence la présence d’une autre source d’approvisionnement, à partir d’un matériau plus rare, la vaugnérite de Saint-Andeux, repérée sur une aire de plus de 120 km de diamètre autour du centre principal d’extraction. Suivant la même démarche, à partir des inventaires archéologiques, S. Wefers a tenté d’identifier « Les carrières de meules à main du dernier âge du Fer dans les moyennes montagnes d'Allemagne », et F. Mangartz étudie les fameuses meulières du groupe de l’Eifel. La carte de répartition des trouvailles (et leur dispersion) est en tout point édifiante (fig. 8, p. 32). Cette exploitation des coulées volcaniques quaternaires de la région de Mayen forme « parmi les plus grandes carrières de meules de l’empire romain » (p. 32).

4Les problèmes de méthode sur les chantiers de fouilles sont abordés à partir d’études monographiques : T. Anderson, fouillant « Trois carrières romaines de meules manuelles en Suisse », montre à travers ses techniques de fouilles l’exploitation frontale du grès coquillier ; I. Baug étudie les carrières norvégiennes de Hyllestad, exploitées du 8ème au 20ème siècle et S. Longepierre présente sa prospection de l’important atelier de meules de Saint-Quentin-la-Poterie (Var), à proximité d’Uzès, exploité durant l’Antiquité tardive pour son gisement de microconglomérat très propice à la fourniture d’une pierre meulière excellente. U. Cabezuelo étudie la ZAC des « Meules » à Vic-le-Comte, où il a découvert la trace d’abris de chantier utilisés au 18ème siècle, qui faisaient de cette activité l’une des principales de la région à cette époque, et se réduisent aujourd’hui à quelques meules au centre d’un rond-point ! (situation identique à Fréjus, près de la porte romaine !)

5Les moyens de transport routiers des meules sont abordés tour à tour par P. Galetti (en Italie médiévale), puis par I. Smerdel (en Slovénie), puis D. Peacock et D. Wiliams avec les « Meules et moulins romains autour de la mer Rouge » qui montrent que les meules formaient le lest de bateaux peut-être utilisés pour le commerce de l’encens (pratique également observée par les fouilleurs dans les épaves de Saint-Raphaël (Var).

6La communication de H. Buentke et de H. Gustafsson nous oriente vers l’archéologie expérimentale : à Lugnas, l’exploitation moderne et expérimentale d'une meulière permet d'envisager les problèmes de choix des veines géologiques, de sécurité, de dangerosité des techniques d'exploitation et tout ce qui concerne l'organisation de la vie autour d'une carrière ; l'homme aurait ainsi utilisé les mêmes techniques dans l'exploitation des meulières souterraines et dans l'exploitation minière, comme le montre M.-C. Bailly-Maitre à partir des exemples de Bollène et de Largentière. C. Servelle revient sur les techniques d'exploitation et de façonnage, sur des meules de grès ou de microconglomérat.

7A. Belmont, qui a développé une méthodologie de recherche dans son ouvrage La pierre à pain, combine quant à lui une parfaite connaissance du terrain (le Dauphiné) et une maîtrise de la documentation archivistique lui permettant de faire connaître tout à la fois les centres d’exploitation des meules et les noms des meuniers commanditaires de ces outils. Il démontre que le choix de la pierre est lié non seulement à sa texture et sa granulométrie mais aussi à sa couleur, le grès ocre convenant pour moudre du seigle, mais le calcaire blanc étant seul « digne » de moudre le froment. En somme pour fournir un pain blanc de qualité ! Cette étude est complétée par celle de D. Fabre, qui fournit une série d’analyses pétrographiques et mécaniques d'un ensemble de roches meulières utilisées en France à l'époque médiévale, et par E. Herrscher et al. qui, à partir de la documentation dentaire de la population de la nécropole de Saint-Laurent de Grenoble entre le XIIIe s et le XVIIIe s, font le lien entre usure des dents et emploi de pierre meulière à grain dur, lien que l’on a pu constater à Pompéi entre l’usure des dents des populations et l’utilisation régionale des meules de basalte.

8Le thème 2 - Les meulières souterraines, est certainement le volet le plus spectaculaire du colloque et de sa publication. C’est également celui dans lequel l’interaction avec le troisième thème (la préservation) est le plus pertinent, puisqu’il associe la volonté de préserver et de mettre en valeur à celle de la dangerosité des sites. Ces excavations souterraines nécessitent d’être répertoriées et cartographiées pour pouvoir être préservées. C’est ce que montrent J. Kling, avec les meulières souterraines de Niedermendig (cartographie historique et inventaire détaillé d´une meulière exploitée du 15ème  au 20ème  siècle, abandonnée par les carriers et réutilisée comme ensemble de caves par les brasseurs !) et le Höhlen- und Karstforschungsgruppe NordRhein, dans l'Eifel et le Grand-Duché de Luxembourg où le groupe a recensé 1801 carrières, dont 110 sont d'anciennes carrières de meules, ou encore J.-P. Azéma dans sa « Prospection et inventaire des meulières souterraines du Tarn et de l'Aveyron » ou il dénombre 11 carrières dont celle de Clairac (Aveyron) qui fait l’objet d’une étude exhaustive.

9La Protection et mise en valeur des sites (thème 3) attire l’attention sur les difficultés de préservation de ce patrimoine. Les exemples retenus abordent aussi les difficultés et méthodes de la prospection de ces centres d’extraction, comme dans la Réserve naturelle du Pinail à Vouneuil-sur-Vienne (Vienne) : sur 135 ha, 5000 fosses d’extraction d’une surface allant de 10 à 1000 m2 sont devenues des mares après leur abandon… comme à Claix (Charente) ou, sur 30 ha environ, le site d’anciennes carrières abandonnées est devenu un repère d’une nature fragile ; c’est sur la base de l’aspect « écologique » que le Conservatoire régional de protection de la nature protège et met en valeur au plan touristique ces espaces. Les exemples étrangers sont enrichissants, car ils mettent l’accent sur l’appareil législatif de chacun des pays, face à la conservation du patrimoine. La meulière Minnesfjället de Lugnas (Suède) est un cas d’école, un modèle de mise en valeur touristique et de préservation d’un site qui s’étend sur 12 km2, où 600 carrières à ciel ouvert ou souterraines ont été exploitées pendant 770 ans. Aujourd’hui, et dans une perspective proche, la conservation du site semble assurée autour d’un ensemble de circuits pédestres associant découverte de la nature et patrimoine historique, comme cela a déjà pu être instauré en Dauphiné, dans les circuits pédestres de Chartreuse que connaît bien A. Belmont ou dans le grand Parc des volcans de l’Eifel oriental, présenté par H. Schaaff. Les exemples nord-américains, présentés par C. Hockensmith, dans les États de la côte Est, ainsi que leur conservation, montrent que cette dernière semble laissée au hasard de l’histoire foncière locale, très différente entre l’État de New-York et celui de Pennsylvanie, les une préservées et les autres menacées par un projet d’extension urbaine.

10Cette publication souligne l’intérêt de l’étude des meulières : depuis le Néolithique, l’homme a cherché à broyer les céréales. Toutes ces meules, il a fallu les extraire, et la redécouverte de ces meulières permet d’évaluer l’ampleur des volumes extraits. La mouture a connu un tel développement que son prolongement aérien, le moulin, est devenu un des édifices incontournables du paysage… jusqu’à en former l’élément emblématique et fédérateur des patriotismes locaux, comme en Vendée en 1793. Enfin, on le savait déjà, la pierre meulière est plurielle ! calcaires silicifiés à incrustations de silex, basaltes, rhyolite, conglomérats, granit, gneiss, quartzite ou grès… même si la recherche de la qualité de mouture a tourné l’homme - en Europe-  vers cette fameuse pierre blanche de La Ferté-sous-Jouarre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Alain Belmont et Fritz Mangartz (dir.), Les meulières. Recherche, protection et valorisation d'un patrimoine industriel européen (Antiquité-XXIe s.) », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 287-288.

Référence électronique

André Buisson, « Alain Belmont et Fritz Mangartz (dir.), Les meulières. Recherche, protection et valorisation d'un patrimoine industriel européen (Antiquité-XXIe s.) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7110

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page