Navigation – Plan du site
Chronique

Une géographie rurale active. Revue des thèses soutenues de 2003 à 2008 dans les universités françaises

Emmanuelle Bonerandi
p. 337-340

Résumés

Cet article propose une revue des thèses de géographie rurale soutenue en France de 2003 à 2008. Les entrées thématiques retenues témoignent de la pérennité de la sphère agricole dans les recherches doctorales. Elles donnent également à voir le renouveau des études rurales à l’articulation avec les travaux scientifiques sur les espaces périurbains. Elles ancrent durablement la géographie rurale dans une approche qui privilégie les stratégies d’acteurs et les nouvelles constructions territoriales à l’œuvre dans les espaces ruraux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Étant élue au titre des maîtres de conférences, l’auteure n’a pas participé à l’évaluation des dos (...)
  • 2  Les thèses ont été soutenues en 2006 et qualifiées en 2007.
  • 3  Les universités de soutenance sont également les universités de préparation des doctorats.
  • 4  Elles ont été qualifiées de 2004 à 2006.

1Cette revue des thèses a été réalisée à partir d’un poste d’observation privilégié : celui de membre élue de la section 23 (géographie) du CNU depuis 20041. Les thèses présentées ici ont été soutenues de 2003 à 2008 et qualifiées dès la première candidature. Depuis 20062, le Ministère fournit un fichier référençant nom, prénom et date de naissance des candidats ainsi titre des doctorats, directeur, date et lieu de soutenance3, ce qui a permis une recherche par mots-clés (‘rural’, ‘campagne’, ‘agriculture’, ‘agricole’, ‘périurbain’ et ‘environnement’). Pour les thèses soutenues de 2003 à 20054, l’auteure s’est appuyée sur ses notes prises lors des sessions de qualification, sur les rapports qu’elle a rédigés ainsi que sur les références que lui ont fournies les membres du CNU relevant du champ de la géographie rurale.

  • 5  Pour ne pas surcharger l’article, la liste des thèses soutenues depuis 2004 et qualifiés par la se (...)
  • 6  Pour compléter le propos, on pourra consulter la revue Ruralia, revue de l’association des Ruralis (...)
  • 7  Par exemple, aucune des 8 thèses soutenues entre 2005 et 2008 et préparées au sein de l’UMR clermo (...)

2La revue présente 46 thèses de géographie qui portent sur l’espace et les sociétés rurales5. Elle ne vise pas l’exhaustivité6. Le passage par la section 23 (géographie) du CNU représente un filtre disciplinaire majeur. Des candidats d’autres disciplines peuvent demander leur qualification en géographie, mais nombre d’entre eux ne le font pas et échappent ainsi à la recension. C’est notamment le cas des thèses d’économie rurale7. En outre, plusieurs thèses à dominante physique, souvent à dimension environnementale, n’ont pas été recensées, ne serait-ce qu’en raison des limites disciplinaires de l’auteure spécialiste de géographie humaine et sociale et de politiques publiques. Enfin, seules les thèses réalisées en Europe et en Amérique du Nord ont été retenues en référence à l’appel à articles proposé pour ce numéro. Ainsi, l’article ne fait pas état des thèses réalisées sur les espaces ruraux des pays émergents. Ce premier travail ne demande donc qu’à être complété par les apports d’autres collègues ruralistes.

3La présentation privilégie une entrée thématique. Elle donne à voir la pérennité de l’entrée agricole. Cependant, le renouveau des recherches sur l’espace et les sociétés rurales passe également par de féconds travaux sur les enjeux du périurbain. Enfin, certaines thèses analysent plus directement le rôle des acteurs dans la construction territoriale des espaces ruraux, au croisement de la géographie et de l’aménagement.

L’agriculture et l’agriculteur font encore le rural

4L’activité agricole demeure un thème de prédilection des doctorants, l’approche en est variée et les terrains diversifiés.

Pratiques et métiers d’agriculteurs

5En 2003, la thèse de Corine Eychenne sur Les éleveurs et l’estive, un regard sur l’action collective. Le cas de la montagne ariégeoise analyse l’influence jouée par les acteurs, organisés en communautés montagnardes et en groupes d’éleveurs, en comparant l’écart entre les incitations publiques et l’évolution des pratiques collectives. Elle tire le constat d’une modernisation-restructuration de l’agriculture montagnarde et de l’estive, d’une réorganisation de l’espace montagnard par la pratique agricole et d’une tension des fonctions de l’éleveur entre production agricole et entretien de l’espace. Dans la même veine, Michaël Bermond propose en 2004 une thèse au titre évocateur : Produire et se reproduire dans la crise. Agriculture, familles, exploitations en Normandie au début du XXIe siècle. Étude de géographie sociale. Il analyse les relations entre agricultures, familles et exploitations à travers les mutations des systèmes productifs agricoles, les transformations des conditions d’exercice du métier d’agriculteur et la crise des successions agricoles. Il dégage le puissant processus de sélection sociale joué par la modernisation agricole, dans lequel le facteur économique joue un rôle de premier plan. Cette analyse du monde agricole de l’Ouest français est complétée par la thèse d’Estelle Deléage sur le Réseau Agriculture Durable « mouvement social paysan de l’Ouest de la France » (Déléage, 2003). La filière vitivinicole fait l’objet de la thèse de Marc Réjalot sur Le modèle viti-vinicole bordelais dans sa filière (1980-2003), un idéal français dans la tourmente. Il centre son propos sur une analyse du château viticole comme modèle d’organisation productive, mais surtout comme modèle culturel (« l’idéal château viticole » forgé par l’idéologie des bourgeois de robe). Les résultats démontrent, là-aussi, la complexification de la filière, notamment par les réseaux de commercialisation-distribution qui modifient les rapports entretenus entre le château et le négoce.

Agriculteurs et productions agricoles aux prises avec de nouvelles logiques territoriales

  • 8  Qui publie dans ce numéro un article intitulé « Démarches de qualité et développement territorial (...)

6Laetitia Couzinet propose en 2005 une recherche sur Les filières agroalimentaires sous signes officiels de qualité et leurs territoires. Elle étudie plus spécifiquement la filière avicole Label Rouge du Gers et son territoire départemental, à travers le rôle de l’Association avicole du Gers (AVIGERS). Partant de l’hypothèse que la qualité résulte d’un compromis social entre les différents acteurs impliqués à une époque et en un lieu donnés, l’auteure montre l’importance du leader, l’importance des représentations et des sentiments identitaires dans les processus de cohésion-territorialisation, ainsi que l’inscription spatiale mobilisatrice de l’aire de qualité autour du concept de bassin de production. Julien Frayssignes8 soutient, la même année, une thèse portant sur les AOC dans le développement territorial. La comparaison menée entre quatre pôles portant plusieurs AOC fromagères (Basse-Normandie, Centre, Sud-Aveyron et deux Savoies) dégage la force de l’articulation entre logique horizontale (instrument du développement des territoires) et logique verticale (outil de valorisation d’une filière). Le choix du regroupement des AOC par pôles territoriaux actualise l’approche par filières et aires d’appellation et permet d’approfondir le binôme filière/territoire. Maud Hirczak s’inscrit en 2007 dans ce courant de recherche sur les politiques agroalimentaires de qualité. À partir de l’analyse des produits de la région Rhône-Alpes, elle interroge La co-construction de la qualité agroalimentaire et environnementale dans les stratégies de développement territorial. Elle analyse la relation entre production agroalimentaire sous signe de qualité et pratiques environnementales, en prenant appui sur le concept de ressource territoriale pour montrer que le territoire peut être considéré comme le lieu de construction privilégié de ce lien entre production agricole de qualité et qualité de l’environnement.

7Certaines thèses se font plus particulièrement l’écho de l’actualité législative, comme celle que Sophie Baszinski consacre en 2005 à la mise en place d’un nouveau dispositif d’aménagement du territoire, le Contrat territorial d’exploitation (CTE). Inscrite dans le contexte de la multifonctionnalité agricole et de l’émergence du paradigme du développement durable, mais faisant face à l’arrêt brutal de l’application des CTE, elle permet cependant de traiter des 717 CTE souscrits par exploitant contractant à l’échelle communale pour la Franche-Comté. Le travail d’analyse statistique dégage trois typologies selon les caractéristiques structurelles des exploitations, les investissements réalisés et les mesures agri-environnementales souscrites. Mathieu Capitaine, quant à lui, interroge la conduite de chantiers de récolte en CUMA (Coopératives d’utilisation de matériel agricole) et l’impact du recours à des collectifs d’action dans l’organisation des territoires des exploitations agricoles (Capitaine, 2005). Observant le système polyculture-élevage des Vosges, les principaux résultats dégagent la stabilité du modèle territorial de l’élevage laitier lié aux fortes contraintes qu’il impose.

  • 9  Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux

8Les outils géomatiques sont mis au service de deux thèses : Jérôme Colin a recours à la télédétection optique pour définir des indicateurs de performance pour l’utilisation de l’eau en agriculture (Colin, 2006) tandis que Thomas Houet construit des outils de modélisation prospective pour analyser les enjeux de la gestion de l’eau sur l’occupation des sols dans le « paysage agricole fragmenté » concerné par le SAGE9 du Blavet en Bretagne (Houet, 2006).

Multifonctionnalité de l’agriculture, multifonctionnalité des espaces ruraux ?

9La multifonctionnalité porte essentiellement sur le tourisme et les loisirs. En 2003, Frédéric Lescureux interroge Les relations des agriculteurs au territoire au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme à travers Le cas de la région des Monts de Flandre. Tout en rappelant que l’activité d’accueil touristique ne peut constituer qu’un revenu complémentaire, souvent indispensable mais jamais suffisant, l’auteur démontre que la tertiarisation de l’agriculture contribue à l’émergence de modèles productifs alternatifs au modèle déterritorialisant. En 2007, Sébastien Rayssac propose une thèse intitulée Tourisme et devenir des territoires ruraux. Jeux d'acteurs, discours et requalifications de la ruralité dans trois Pays du sud-ouest français. Il envisage la fonction touristique comme médiateur économique, indicateur du changement social et activateur du développement territorial. Il compare les pays de Corbières-Minervois dans l’Aude, des Landes de Gascogne en Aquitaine et Albigeois et Bastides dans le Tarn. La thèse met en mise en évidence trois logiques d’interprétation et de mobilisation des ressources territoriales dans le champ du tourisme : logique de cueillette, logique de terroir et logique patrimoniale. Le pôle grenoblois contribue également à l’approfondissement de la multifonctionnalité des espaces ruraux dans une logique récréative. Ainsi, en 2003, Pascal Mao s’intéresse aux lieux de pratiques sportives de nature dans les espaces ruraux et montagnards (Mao, 2003).

  • 10  Dernier débat en date : la médiatisation des « déserts médicaux » dans le cadre du débat parlement (...)
  • 11  Qui publie dans ce numéro un article intitulé « Dynamiques industrielles et mutations des espaces (...)
  • 12  Les principaux résultats de la thèse sont présentés dans l’article que propose Magali Talandier da (...)

10Les espaces ruraux font peu l’objet de travaux sur les autres secteurs d’activité. Alors même que le maintien et le renouvellement des services et équipements aux populations sont au cœur des enjeux politiques10, rares sont les thèses sur ces sujets. La thèse d’Hélène Sallard consacrée en 2006 aux campagnes industrielles allemandes en région de frontières appréhendées comme des espaces intermédiaires en recomposition fait exception11. Les espaces ruraux industriels et les campagnes ouvrières ne font plus recette, alors même que c’est précisément dans les espaces ruraux que l’on recense la majorité des actifs de l’industrie et des ouvriers. La géographie de l’emploi n’est pas davantage interrogée. C’est là un des effets de la montée en puissance du paradigme de la campagne environnement et cadre de vie. La thèse de Magali Talandier comble en quelque sorte cette lacune en proposant pas moins qu’un nouveau modèle de développement hors métropolisation12. La thèse apporte des éclairages nouveaux pour penser la dynamique de développement des espaces non métropolitains à travers leur capacité à capter les revenus des résidents permanents et temporaires. Inscrivant sa réflexion dans le champ des mobilités et des flux dont ne peut s’abstraire l’analyse des espaces ruraux, elle met clairement en avant la force du modèle résidentiel et sa capacité à se diffuser sur l’ensemble du territoire français non métropolitain.

Terres de conflits ou lieux ordinaires ?

11La thématique des conflits semble toucher davantage des espaces placés sous pression urbaine. C’est ce que montre Arnaud Lecourt dans sa thèse consacrée en 2003 aux conflits d’aménagement : analyse théorique et pratique à partir du cas breton. À partir d’une base de données répertoriant près de 800 conflits en région Bretagne, l’auteur présente une géographie des conflits qui privilégie, à quelques exceptions près, les localisations urbaines et littorales touristiques au dépens des espaces moins denses où la fonction agricole est forte. En 2008, Vincent Banos s’intéresse à l’hypothétique construction des lieux ordinaires entre agriculteurs et non-agriculteurs en Dordogne. Il émet l’hypothèse que l’actuelle « publicisation » des campagnes constitue l’occasion de construire la campagne comme espace public, c’est-à-dire comme un espace politique où pourraient s’élaborer de nouvelles légitimités d’action. Prenant comme terrain le pays des Bastides (pôle touristique du pays du Grand Bergeracois en Dordogne), il travaille à partir des lieux et des situations de co-présence qualifiées d’ordinaires (marchés fermiers ou accueils à la ferme). La mise en patrimoine constitue un vecteur de la construction normative de ces échanges ordinaires. Se construit ainsi une nouvelle légitimité d’action des agriculteurs dans l’agencement et le déroulement des actions inter-individuelles et collectives, qui rendent possible l’inter-compréhension entre des personnes qui ne partagent pas le même univers cognitif.

Voir le rural dans le périurbain

  • 13  Cf. l’article de Monique Poulot dans ce numéro, p. 269-278.

12Tout comme Monique Poulot nous y enjoint dans l’article publié dans ce numéro, « Le périurbain nous invite d’abord à revisiter les “notions” traditionnellement accolées aux espaces ruraux »13. Ainsi on ne peut faire état de la vitalité des études rurales dans les thèses de géographie sans se référer aux travaux sur le périurbain.

Où l’on retrouve l’agriculture… et bien d’autres choses qui nous parlent du rural

13L’agriculture constituerait-elle un invariant des thèmes géographiques ? En 2006, Sandrine Bacconnier analyse les actions de développement agricole dans les processus d’aménagement de l’espace périurbain, en les considérant comme des moments de négociation entre les représentants des collectivités locales et de la profession agricole (Bacconnier, 2006). La réflexion s’appuie sur l’agglomération toulousaine. À travers l’analyse des documents de planification urbaine produits par les collectivités et des discours et des pratiques des acteurs, elle articule les enjeux du maintien des espaces agricoles à une approche par échelles. Si l’échelle de l’agglomération entend maintenir les espaces agricoles en vue d’assurer un environnement de qualité au développement urbain, c’est à l’échelle intercommunale que se débattent véritablement les modalités du maintien de l’activité agricole, alors que l’échelle communale est celle du débat sur l’activité agricole, permettant aux différents acteurs en charge de l’aménagement de construire de nouvelles valeurs concernant la ruralité.

14Les thèmes abordés par les thèses sur les espaces périurbains apparaissent plus diversifiés que ceux qui portent strictement sur les espaces ruraux. On ne peut cependant les dissocier totalement des études rurales tant elles donnent à voir et à comprendre des mutations de ces espaces hybrides construits et articulés entre ville et campagne.

15Déplacements, mobilités et infrastructures de transport constituent un des thèmes privilégiés pour ces espaces du mouvement pendulaire. En 2007, Claire Aragau aborde les interactions entre la mise en voie express de la N12, entre Bois-d’Arcy et Dreux, et l’étalement périurbain (Aragau, 2007). Elle interroge la voie express comme modalité de renouvellement du lien à la ville et montre que la nouvelle infrastructure contribue à l’émergence d’un bassin de vie ‘Houdan-Montfort-l’Amaury’ structuré autour des pôles d’Houdan et de Montfort-Méré. En 2008, Dominique Mathieu-Huber aborde elle-aussi le rapport entre la mobilité des périurbains et les infrastructures de transport, mais cette fois sous un angle qui emprunte aux travaux sur les enjeux de sécurité (Mathieu-Huber, 2008). La dangerosité des déplacements, liée à la fréquentation, à la vitesse et à un entretien plus ou moins régulier, est généralement intégrée par les périurbains dans leurs déplacements du quotidien. Même si l’intensité des flux n’est en rien comparable, les enjeux de sécurité se posent avec tout autant d’acuité en milieu rural.

16Les rapports ville-campagne qui se jouent dans le périurbain sont également analysés au filtre de l’habitat et de l’habiter. En 2006, Annabelle Morel-Brochet questionne les spécificités du mode d’habiter périurbain dans une thèse intitulée Ville et campagne à l’épreuve des modes d’habiter. Approche biographique des logiques habitantes. Elle aboutit à une identité commune entre le périurbain et le rural à travers une campagne voulue différente de la ville mais en lien avec elle. Lionel Rougé complète ce tableau avec les « captifs » du périurbain (Rougé, 2005). L’approche de géographie sociale donne à voir une installation périurbaine lointaine sous fortes contraintes, où l’accession à la propriété individuelle est fortement mobilisatrice en charges budgétaires. Le vécu quotidien est éloigné des valeurs hédonistes de la campagne rêvée, les contraintes touchant plus particulièrement les femmes (notamment avec de jeunes enfants) et les adolescents. La notion de captivité peut être rapprochée des situations rencontrées dans l’analyse de la précarité en espace rural.

Des éléments paysagers à connotation rurale… à protéger absolument ?

17À la fois rejeté comme paysage banal des périphéries urbains et valorisé comme paysage rural relique, le paysage périurbain est ambigu. C’est le sujet de la thèse d’Eva Bigando sur La sensibilité au paysage ordinaire dans les espaces en voie de périurbanisation. L’analyse menée à partir de discours d’habitants et de supports photographiques produits par les personnes interrogées démontre, qu’au-delà d’un vécu paysager qualifié de « machinal », la modification brutale de la physionomie des lieux de vie peut initier un processus de conscientisation par le (re-)éveil d’affections paysagères, telles que la réalisation de l’autoroute A89 dans la basse vallée de l’Isle ou la tempête de 1999 qui a sévèrement touché le massif forestier en Médoc. En 2008, Pauline Frileux approfondit la compréhension de ces paysages périurbains du banal quotidien dans une thèse particulièrement féconde sur la haie et le bocage pavillonnaires : diversités d'un territoire périurbain, entre nature et artifice.

18Les espaces périurbains sont également abordés sous l’angle de la protection des aménités paysagères, telle la thèse de Richard Raymond : La nature à la campagne : identification sociale et argument pour la gestion d’un territoire rural partagé. Il interroge la place de la nature, de ses représentations et des enjeux de sa gestion dans un territoire agricole de marge urbaine : le Vexin français. L’analyse des discours, pratiques et usages des acteurs (notamment des agriculteurs et des résidents non agricoles) soulève les tensions entre mise en technique de la nature et mise en paysage de l’espace agricole, ainsi que la diversité des formes de la nature entre nature cultivée, nature biodiversité, nature cadre de vie et nature sauvage. Le Vexin apparaît tour à tour comme une campagne pittoresque, un espace rural menacé et un espace agricole productif.

Acteurs et actions territoriales en milieu rural

19Un dernier thème concerne plus spécifiquement les acteurs et les modalités d’actions territoriales en milieu rural.

Jeunes, femmes et vieux : des catégories sociales à enjeux

20En 2008, Mélanie Gambino interroge les pratiques, les représentations et les territorialités des jeunes habitants des espaces ruraux de faible densité, dans sa thèse Vivre dans les espaces de faible densité : représentations et pratiques des jeunes dans le Périgord Vert (France) et le Rural Galway (Irlande). S’appuyant sur le concept d’autonomie, la thèse questionne les mobilités de cet entre-deux générationnel et définit trois types de rapports au rural et à la ville : le rural piège, le rural refuge et le rural cadre de vie. Les facteurs explicatifs de cette différenciation socio-spatiale articulent capital cognitif, niveau de formation, capital social, réseaux amicaux et professionnels et revenus financiers. En 2003, Sophie Louargant en 2003 choisit L’approche de genre pour relire le territoire. Les trajectoires hommes-femmes dans les projets touristiques ruraux (Ardèche méridionale, Ligurie, Fès-Boulemane). L’analyse de genre constitue une entrée privilégiée pour cerner les enjeux territoriaux et révéler les territorialités hommes-femmes dans la construction de projets touristiques et la constitution de réseaux. Au niveau du territoire, le genre révèle à l’échelle micro des spatialités quotidiennes ; il se traduit à l’échelle méso dans l’élaboration de codes, de normes pour les groupes sociaux et permet de lire, à une échelle macro, des jeux de négociations dans la construction de territoires. En 2005, Didier Bésingrand propose une thèse sur la mobilité résidentielle des séniors sur la façade atlantique de l’Europe. La thématique interroge les comportements des séniors en matière de mobilité résidentielle et leurs effets en termes de prix de l’immobilier et de recompositions socio-spatiales dans les territoires d’accueil. Le travail prend appui sur l’investigation de quatre terrains atlantiques : la presqu’île guérandaise, le Quercy blanc, la côte basque française et l’Algarve. La corrélation entre l’attractivité des communes en matière de mobilité résidentielle et l’évolution des prix de l’immobilier est positive ; mais si les recompositions socio-spatiales communales sont en partie liées à l’arrivée des séniors, elles sont aussi, et surtout, liées aux politiques foncières municipales, favorisant plus ou moins l’attractivité. On peut ajouter à ces analyses de groupes sociaux le doctorat soutenu par Edwige Garnier en 2005 sur le rôle de la territorialisation dans la construction culturelle et identitaire d’un groupe social se vivant en exil. Les pieds-noirs aujourd’hui.

21Estelle Regourd questionne le rôle des associations dans les changements sociaux liés à la recomposition rurale (Regourd, 2004). Elle interroge la capacité du monde associatif à produire du territoire et à redéfinir l’espace rural, autour de territoires à construire et à défendre, d’espaces vécus et de décisions politiques. Le travail confronte les observations menées sur six terrains diversifiés dans les départements de l’Aveyron et des Alpes de Haute-Provence. Les résultats mettent en évidence le double rôle des associations comme révélateur et acteur des mutations socio-spatiales des territoires ruraux, construits dans l’articulation entre l’ancrage territorial et la multi-territorialisation.

Des thèmes porteurs : environnement, paysage et protection

22Plusieurs thèses portent sur le paysage abordé comme analyseur des mutations des espaces et des sociétés rurales (Gamache, 2006), comme enjeu de politiques de protection et de constructions territoriales (Brun, 2003 ; Davodeau 2003 ; Depraz, 2005) ou comme cadre d’une réflexion théorique plus générale (Fourault-Cauet, 2007).

23Dans sa thèse portant sur Paysage et espace rural : nouveaux sens des territoires, Nicolas Gamache choisit les mutations paysagères pour interroger la recomposition socio-démographique des campagnes de la Gâtine poitevine. Prenant appui sur le « paysage banal et ordinaire » du bocage, il met en avant ce qui se joue dans les démarches de patrimonialisation de ces paysages du quotidien comme éléments signifiants des modifications de représentations des paysages par une population rurale renouvelée. D’autres auteurs préfèrent poser leur regard sur des espaces marqués par leurs qualités paysagères, tels Hervé Davodeau qui, en 2003, interroge la sensibilité paysagère à l’épreuve de la gestion territoriale autour des politiques d’aménagement paysager de la vallée de la Loire, ou Alexandre Brun qui, la même année, propose une réflexion sur Les politiques territoriales de l’eau en France à travers les contrats de rivière dans le bassin versant de la Saône. Véronique Fourault-Cauet apporte en 2007 une réflexion à visée plus générale sur les paysages des forêts méditerranéennes en plaçant la problématique du paysage à l’interface de la notion théorique et de l’outil d’aménagement (Fourault-Cauet, 2007).

24Samuel Depraz porte son regard sur les campagnes d’Europe centrale soumises depuis la rupture de 1989 aux effets conjoints des héritages structurels du socialisme et d’une convergence accélérée imposée par le cadre normatif européen (Depraz, 2005). Il montre que la recomposition des territoires reste très sélective et que les trajectoires de sortie du socialisme sont plurielles dans l’espace rural, à la fois à l’échelon régional et à l’échelon local. En Europe centrale, comme dans l’ensemble du continent européen, le rôle des collectivités locales est devenu déterminant, les acteurs ruraux ré-interprètent les principes du développement rural pour produire des stratégies endogènes. L’exemple de l’intégration discutée d’une fonction de nature dans les campagnes hongroises et est-allemandes situées autour d’un parc national illustre les modalités d’acceptation locale d’un nouveau modèle de développement rural européen.

25On peut signaler ici plusieurs thèses soutenues entre 2003 et 2008 qui portent sur les rapports entre sociétés rurales et gestion de la faune sauvage dans la construction de nouvelles territorialités (Raynal, 2004 ; Boussin, 2006 ; Benhammou, 2007 ; Mounet, 2008). Ces thèses font largement écho aux conflits locaux liés à la présence du loup dans les espaces de montagne.

Politiques territoriales et espaces ruraux

26En 2007, Christophe Quéva propose une thèse intitulée Entre territoires et réseaux : la requalification des espaces locaux en France et en Allemagne. Jeux d'acteurs, d'échelles et de projets. La requalification est comprise comme une nouvelle qualification de l’échelon local par le projet (d’aménagement et de développement) et comme sa revalorisation par l’investissement des acteurs locaux. Elle présente deux modèles différenciés de requalification : territorialisé en France, avec la politique des Pays, et largement plus réticulaire en Allemagne, avec les Projets de développement régional (Regionalentwicklungskonzepte). L’auteur mobilise la notion de jeu comme grille de lecture des dynamiques à l’œuvre en Libournais et Périgord noir en France, en Thuringe du Sud-Ouest en Allemagne. Il met en évidence une multiplicité et une complexité de l’espace et des objectifs du jeu (jeux de projets), des rôles et stratégies d’acteurs (jeux d’acteurs) et des relations entre les échelons territoriaux (jeux d’échelles), intervenant dans la dynamique de requalification. En 2008, Ludovic Méasson propose une entrée au croisement de la géographie, de l’aménagement et des sciences politiques autour de L’efficacité territoriale et l'évaluation. Penser le déploiement spatial du politique grâce au programme européen LEADER. L’auteur interroge la relation entre territoire et efficacité, remettant en cause le postulat selon lequel la territorialisation accroît l’efficacité. S’appuyant sur deux territoires de projet LEADER rhônalpins (Monts du Lyonnais et Chambaran), il démontre que la richesse des constructions spatiales du politique explique en partie la difficulté de l’évaluation des politiques territoriales, souvent construite de façon très normative. L’auteur aboutit à la mise en avant de deux logiques contradictoires de la spatialité politique, comprise comme ce que les acteurs politiques font avec l’espace. La contradiction entre l’efficacité des politiques (adéquation problème – solution) et l’efficacité du politique (construction de la possibilité d’agir) explique en grande partie la difficulté de l’évaluation des politiques publiques territoriales, pourtant largement préconisée dans les textes officiels. Cette approche de l’action territoriale en espace rural est complétée la même année par Anthony Tchekemian qui analyse Les effets d'une politique publique agricole sur les acteurs et les territoires ruraux [à travers l’] étude de l'application du Plan de Développement Rural National dans six territoires ruraux français.

Une géographie rurale dans son temps

27Plusieurs thèses s’inscrivent directement dans la réponse à une demande sociale par le biais d’un financement fléché, émanant notamment des Conseils régionaux ou des structures agricoles (ADASEA, Centre national interprofessionnel de l’économie laitière, CEMAGREF, DDAF). Il s’agit là d’une tendance qui semble croissante dans le domaine de la production doctorale. Cependant, on ne peut réduire la dimension appliquée aux seules thèses financées, nombre des thèses soutenues depuis 2003 constituent des apports indéniables pour les acteurs, tant institutionnels, qu’associatifs ou privés. Elles permettent de comprendre la complexité des évolutions socio-spatiales et territoriales des milieux ruraux.

28Si de nombreuses universités ont été le lieu de soutenance de thèses depuis 2003, trois ressortent plus particulièrement du paysage français par la vigueur de leur production doctorale, on pourrait même dire trois écoles, tant leur notoriété et leurs spécificités se maintiennent. Toulouse, Grenoble et Paris constituent de « hauts lieux » en géographie rurale, portés par des laboratoires de recherche féconds (respectivement UMR Dynamiques Rurales, UMR Pacte et UMR LADYSS). La commission de géographie rurale du CNFG représente également une structure d’échanges réguliers et dynamiques, notamment par le biais de l’organisation des journées des doctorants de géographie rurale qui ont lieu tous les deux ans depuis 2005. Ces journées, ainsi que les colloques internationaux organisés par la Commission, mais aussi (et surtout) par les laboratoires de géographie, sont l’occasion pour les nouveaux doctorants de confronter leurs résultats de recherche. La géographie rurale à encore de beaux jours devant elle et de nombreuses pistes à explorer.

Haut de page

Notes

1  Étant élue au titre des maîtres de conférences, l’auteure n’a pas participé à l’évaluation des dossiers de HDR, celles-ci ne sont donc pas signalées dans l’article.

2  Les thèses ont été soutenues en 2006 et qualifiées en 2007.

3  Les universités de soutenance sont également les universités de préparation des doctorats.

4  Elles ont été qualifiées de 2004 à 2006.

5  Pour ne pas surcharger l’article, la liste des thèses soutenues depuis 2004 et qualifiés par la section 23 du CNU en première session est consultable sur le site internet de Géocarrefour : http://geocarrefour.revues.org/index7019.html.

6  Pour compléter le propos, on pourra consulter la revue Ruralia, revue de l’association des Ruralistes français qui publie régulièrement des résumés de thèses en études rurales (http://ruralia.revues.org/index.html).

7  Par exemple, aucune des 8 thèses soutenues entre 2005 et 2008 et préparées au sein de l’UMR clermontoise Métafort (Mutations des activités, des espaces et des formes d'organisation dans les territoires ruraux), relevant des établissements AgroParisTech, Cemagref, Enita et Inra, n’a été présentée devant la section 23 du CNU alors que les sujets relèvent directement du champ des études rurales : politiques agricoles et forestières, conflits d’usage, pratiques d’élevage ou développement économique local (https://metafort.cemagref.fr/activites/theses-et-post-docs/). Les doctorants ont généralement demandé à être qualifiés par les sections 04 (sciences politiques) et 05 (économie) du CNU.

8  Qui publie dans ce numéro un article intitulé « Démarches de qualité et développement territorial : quels apports pour la géographie rurale ? L'exemple des AOC fromagères françaises », p. 295-305.

9  Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux

10  Dernier débat en date : la médiatisation des « déserts médicaux » dans le cadre du débat parlementaire sur la loi « Hôpital, patients, santé et territoires ».

11  Qui publie dans ce numéro un article intitulé « Dynamiques industrielles et mutations des espaces ruraux en Allemagne », p. 285-293.

12  Les principaux résultats de la thèse sont présentés dans l’article que propose Magali Talandier dans ce numéro, p. 259-267.

13  Cf. l’article de Monique Poulot dans ce numéro, p. 269-278.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Bonerandi, « Une géographie rurale active. Revue des thèses soutenues de 2003 à 2008 dans les universités françaises », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 337-340.

Référence électronique

Emmanuelle Bonerandi, « Une géographie rurale active. Revue des thèses soutenues de 2003 à 2008 dans les universités françaises », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 08 juin 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7104

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page