Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Deux publications d’Yvon Le Caro sur les agriculteurs et l’espace rural

Olivier Deslondes
p. 294 et 306
Référence(s) :

Yvon Le Caro, 2007, Les loisirs en espace agricole. L’expérience d’un espace partagé, Presses Universitaires de Rennes, Collection Géographie sociale, 431p.

Yvon Le Caro, Philippe Madeline, Geneviève Pierre (dir.), 2007, Agriculteurs et territoires. Entre productivisme et exigences territoriales, Presses Universitaires de Rennes, Collection Espace et territoires, 15 contributions, 268p.

Texte intégral

1La thèse de géographie sociale d’Yvon Le Caro, soutenue à Rennes en 2002, met en scène la rencontre entre les agriculteurs, principaux détenteurs et gestionnaires de l’espace rural, et tous ceux qui fréquentent l’espace agricole pour y trouver récréation et détente : chasseurs, pêcheurs, cueilleurs, simples promeneurs, etc. Parce qu’il cumule plusieurs avantages décisifs du point de vue des usagers – proximité, accessibilité, ouverture –, l’espace agricole est par vocation un espace partagé. À côté de la production agricole, sa fonction la plus visible, il remplit une fonction sociale d’espace récréatif, moins facile à mesurer que la première mais tout aussi réelle. Cette rencontre et ce partage posent diverses questions : quelle est la valeur récréative de l’espace agricole ; dans quelles conditions juridiques et matérielles est-il alors accessible ; et surtout, quels enjeux sociétaux exprime la rencontre entre les agriculteurs et les autres catégories d’usagers, quel bénéfice les agriculteurs attendent-ils de la fréquentation a priori gratuite de leur espace ?

2À la différence des travaux en géographie qui ont entrepris d’explorer la multifonctionnalité de l’agriculture telle que la prônent les politiques agricole et rurale (Lescureux, 2003 ; Rayssac, 2007), Yvon Le Caro a choisi d’examiner non pas la diversification des activités portées au sein de l’exploitation agricole par le biais du tourisme et des loisirs (hébergement, vente directe, etc.), qui participe sans doute à la requalification des espaces ruraux, mais, au contraire, les pratiques qui échappent aux activités marchandes. Son champ d’étude, bien défini par un diagramme (p. 53), est la fonction sociale de l’espace agricole, et non la fonction économique de l’exploitation. Ce choix est à la fois original et fécond. Il interroge en particulier la place de l’agriculteur dans la société : quelles représentations des paysages agricoles sous-tend la demande d’espace récréatif adressée aux agriculteurs ; comment justifier la place apparemment disproportionnée que les agriculteurs occupent dans les politiques publiques ; quel nouveau contrat social inventer entre les deux parties ?

3Ces questions ne sont pas simples à résoudre. D’abord, parce qu’elles supposent des éclairages disciplinaires fort divers – droit, sociologie, anthropologie, histoire – que l’auteur, agronome tard venu à la géographie, convoque tour à tour sans jamais se départir de sa posture de géographe social des espaces ruraux, formé au sein du groupe ESO (laboratoires de géographie sociale du Grand ouest) : l’espace agricole est vu comme le produit des interactions entre habitants et promeneurs, détenteurs et usagers, mais aussi de représentations collectives qui permettent d’élargir sa définition bien au-delà de l’espace vécu et du territoire quotidien.

4La difficulté vient aussi du manque de données disponibles : les pratiques de loisirs, la rencontre, le partage, la signification du paysage, le rôle social de l’agriculteur – se dérobent à la statistique et à l’analyse spatiale. Les outils sont à inventer ou, comme ceux du sociologue et de l’anthropologue, à adapter à la géographie. L’auteur privilégie donc l’enquête de terrain à un échelon très fin : village, chemin, parcelle, haie sont les matériaux premiers de son cadre d’étude et l’individu, son principal témoin. Il n’élude pas pour autant la nécessité de mesurer et de confronter demande et offre d’espace récréatif à l’échelle nationale. À l’aide de variables simples (superficie, SAU, population), il construit des indices synthétiques et des cartes par départements très expressives. Deux Frances s’opposent (p. 208 à 211) : celle du sud et de l’est où les espaces « naturels », non agricoles ou extensifs, satisfont la demande d’espace récréatifs ; celle du nord et de l’ouest où les espaces exploités par l’agriculture intensive sont, en revanche, les seuls à la portée d’une demande récréative importante. Les agriculteurs y sont fatalement investis d’un rôle social méconnu, tant leur fonction productive semble a priori difficile à concilier avec d’autres responsabilités. Voilà l’idée préconçue qui a conduit l’étude de la multifonctionnalité agricole à s’intéresser en premier à la France des espaces naturels et aux aspects les plus appréhensibles des nouvelles fonctions dévolues à l’agriculture par la PAC et les lois d’orientation agricole : cadre d’action territorial des mesures agro-environnementales, diversification des activités, productions de qualité. La France agricole, en apparence banale et monofonctionnelle jusqu’au voisinage immédiat des villes, a moins retenu l’attention. C’est bien la banalité de l’espace agricole et des pratiques de loisirs qui intéresse Yvon Le Caro, lorsqu’il cherche à comprendre les relations informelles fondant le contrat tacite entre les agriculteurs et la société, bien loin des approches et du discours « appauvrissants » des praticiens de l’espace rural.

5De ce fait, les campagnes rennaises, au cœur de l’ouvrage, l’un des berceaux de la révolution silencieuse et l’un des fiefs de l’agriculture productiviste, sont un point d’observation et un terrain d’enquête privilégiés. Leurs agriculteurs sont-ils disposés à partager leur espace avec les promeneurs ? Au fil des entretiens, on constate que la tolérance, voire la bienveillance à leur égard sont généralement de mise. La présence même des agriculteurs n’est-elle pas le meilleur garant de l’ouverture de l’espace contre la progression de la friche, moins accessible, ou des boisements privés, aux propriétaires moins conciliants ? Certes, les exploitants dénoncent la gêne et les contraintes occasionnées par les comportements abusifs. Des loisirs prédateurs, la chasse est acceptée parce qu’elle contribue à lutter contre les nuisibles ; la cueillette l’est moins bien. Ils ne dissimulent pas leur méfiance de principe à l’endroit de la ville à laquelle tout visiteur est instinctivement identifié, mais cela fait partie d’un discours bien rôdé : « avec la ville, on jouerait à se faire peur » (p. 104).

6En réalité, dans leur majorité, visiteurs et promeneurs ne sont nullement des étrangers, des envahisseurs venus de villes lointaines mais des voisins et, bien souvent, les agriculteurs eux-mêmes, premiers usagers récréatifs de l’espace agricole. La pratique des loisirs en espace agricole n’est pas le énième avatar de la domination de la ville sur la campagne. L’auteur n’aborde pas les rapports ville-campagne, mais les relations entre agriculteurs et non agriculteurs, dans un contexte d’urbanisation générale qui touche jusqu’au microcosme villageois. C’est bien cette proximité qui favorise la relative ouverture de l’espace agricole, l’usage social de ce dernier brouillant alors les catégories formelles que sont les biens privés, collectifs, publics.

7En ouvrant leur espace aux pratiques récréatives, les agriculteurs entendent surtout conserver une reconnaissance sociale menacée par les dérives productivistes, consolider le contrat qui les lie traditionnellement à la nation. Ce besoin, conscient ou instinctif, est sans doute aussi fort que la demande d’espace récréatif. Accepter les promeneurs serait la monnaie d’échange – l’auteur n’hésite pas à parler de marchandage – du consensus national sur le coût financier, sanitaire et environnemental du productivisme agricole. Un tel pacte serait la principale assurance-vie de l’agriculteur. Son enjeu dépasse de loin toute question de valorisation touristique, tous les agriculteurs étant ici concernés.

8Vue sous cet angle, la fonction récréative de l’espace agricole est la version a minima de la multifonctionnalité de l’agriculture et des responsabilités que les orientations politiques confient aux agriculteurs : assurer la gestion et la transmission du bien commun dont ils sont les dépositaires, paysages et ressources naturelles. Sur ce point fondamental, aucun consensus n’est en vue. Pour la majorité des exploitants, la question environnementale est le nouveau vecteur de l’ingérence urbaine dans les campagnes. Si le promeneur est bienvenu, l’écologiste reste un intrus.

9La sensibilité au paysage est au centre de ces divergences. Entre la nature rousseauiste de la société urbaine et la nature prométhéenne de la majorité des agriculteurs, le fossé est profond. Le beau paysage des agriculteurs n’est pas celui du plus grand nombre. Les enquêtes conduites dans le bocage breton montrent qu’aux yeux des paysans, la terre est avant tout un outil de travail, et que cette vision, liée à la révolution agricole des trente glorieuses, a modifié leur regard : le paysage idéal est remembré, ouvert. L’arbre doit s’y faire discret : « il fait pitié, la plaine fait envie ». L’hostilité à son égard, qui « résiste à l’évolution générale des rapports des Français à l’environnement », est interprétée par l’auteur comme une forme de revanche des agriculteurs sur ce qui leur apparaît, encore aujourd’hui, comme le symbole du travail fastidieux, du labeur contre-productif, de la routine archaïque auxquels s’astreignaient leurs pères. Dans ces conditions, « conserver les arbres du bocage devient suspect ». Entrave à la modernité, l’arbre a été la victime expiatoire de la révolution productiviste qui s’est acharnée souvent sans raison sur les haies et les chemins creux, en profitant d’un vide juridique, et sous prétexte de remembrement. À la fin de ce morceau de bravoure qu’est le chapitre IV, l’auteur tire la sonnette d’alarme : le massacre continue !

10Tout au long de l’ouvrage, Y. Le Caro oppose la situation des espaces agricoles français à celle des campagnes britanniques : landholders et farmers sont acquis à l’entretien de paysages que la tradition anglaise identifie plus ou moins à une nature recomposée, sans bénéficier pour autant de l’image favorable, ni du contrat social qui lie les Français à leur paysans. La limite entre domaines public et privé est moins facile à transgresser. Les promeneurs sont cantonnés aux itinéraires de randonnée balisés par les associations et les collectivités locales, et nombre de farmers ont récupéré les pratiques de loisirs sous forme de « business recreation ». Les loisirs en espace agricole expriment donc, à travers les cas français et britannique, l’héritage de deux modèles agraires et de deux histoires rurales traditionnellement opposés l’un à l’autre.

11En co-direction avec Philippe Madeline et Geneviève Pierre, Yvon Le Caro a rassemblé en 2005 quinze contributions en hommage à Nicole Croix et Corentin Canévet : le colloque « Faire campagne, pratique et projets des espaces ruraux aujourd’hui » a été un temps fort de la géographie rurale et a été publié en 2007 sous le titre Agriculteurs et territoires. Entre productivisme et exigences territoriales (PUR, 2007, 268 p.). Cet ouvrage collectif est indissociable de la thèse d’Y. Le Caro. Il en a l’ambition interdisciplinaire, l’ancrage institutionnel (UMR ESO), et certaines des orientations thématiques.

12La question posée est celle du « devenir de l’agriculture à la croisée des chemins ». Cette question générale est déclinée en deux temps. La première partie, « quelles alternatives au productivisme agricole », annonce la tonalité d’ensemble : les production de qualité, souvent associées à la diversification, voire à la requalification agri-touristique des exploitations agricoles, contribuent à inscrire l’agriculture dans un territoire défini et à y enclencher tout un processus de développement local multisectoriel. C’est du moins la profession de foi que soutiennent les auteurs à travers les cas étudiés (Galice, Wallonie, plateau de Langres, etc.) L’inscription locale est moins nette pour l’agriculture biologique, tributaire de filières plus que d’action territoriale. Ces agricultures alternatives sont supposées contribuer à la durabilité de l’exploitation agricole elle-même, à celle du pacte social, mais aussi à celle des ressources et des biens dont l’agriculteur est nommé dépositaire (savoir-faire, sols, paysages).

13La deuxième partie, intitulée « quelle place pour les agriculteurs dans la gestion des territoires ? » accorde une place importante aux espaces périurbains. Dans les aires urbaines de Toulouse ou de Lille, il apparaît que les exploitants commencent à ne plus être considérés seulement comme les détenteurs d’une réserve foncière à protéger – ou à urbaniser, mais comme des interlocuteurs à part entière de l’action territoriale (Toulouse, Lille). Les réticences de la profession à jouer ce rôle cèderaient le pas. En contrepartie, les projets d’agglomération admettent que les documents d’urbanisme et la protection foncière ne suffisent pas à assurer la pérennité des exploitations agricoles périurbaines : leur viabilité économique, autant que leur participation aux projets territoriaux, est au centre des préoccupations1.

14Cependant, les termes du contrat proposé à l’agriculteur sont ici moins simplistes que dans la thèse d’Y. Le Caro : « durer » ne signifie pas seulement répondre à une demande d’espace ou de services récréatifs, mais prendre en compte une demande sociale et des enjeux plus vastes, le sort des paysages et de l’environnement.

Haut de page

Bibliographie

LESCUREUX F., 2003, Les relations des agriculteurs au territoire au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme. Le cas de la région des Monts de Flandre, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Jean-Pierre Renard, Université Lille 1.

RAYSSAC S., 2007, Tourisme et devenir des territoires ruraux. Jeux d'acteurs, discours entre qualifications de la ruralité dans trois Pays du sud-ouest français, thèse de doctorat en Géographie et Aménagement, Université de Toulouse (PRES).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Deslondes, « Deux publications d’Yvon Le Caro sur les agriculteurs et l’espace rural », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 294 et 306.

Référence électronique

Olivier Deslondes, « Deux publications d’Yvon Le Caro sur les agriculteurs et l’espace rural », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 09 juin 2009, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7101

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page