Navigation – Plan du site

L’organisation des services aux entreprises dans les villes moyennes du Grand Sud-Ouest français, entre logiques gravitaires et maillages interurbains

The organization of producer services in the medium-sized towns of sourht-west France: between granvitational effects and inter-urban networks
Jean-Marc Zuliani
p. 183-192

Résumés

La diffusion des services aux entreprises parmi les villes moyennes amorce une recomposition du fonctionnement et de l’organisation de l’armature urbaine du Grand Sud-Ouest français. Les services aux entreprises accroissent les différences déjà existantes entre les villes moyennes en raison d’une représentation variable des branches de services qui connaissant toutes un essor croissant. Mais les conséquences les plus caractéristiques du renforcement des services aux entreprises à l’échelle des villes moyennes concernent le fonctionnement territorial du réseau urbain. Si les modèles de gravitation et de hiérarchie urbaine restent encore vivaces, le déploiement des services aux entreprises introduit des processus de concentration sectorielle et des logiques d’interrelations entre les villes moyennes elles-mêmes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La forte expansion durant ces dernières années du secteur des services marchands à la production conduit à s’interroger sur la question des hiérarchies urbaines et des échanges entre cités. Les formes cumulatives de développement des services aux entreprises dans les villes métropolitaines en font certainement les activités tertiaires les plus inégalement réparties sur le plan spatial. Aussi convient-il d’analyser, dans le contexte d’essor généralisé des services aux entreprises, la fonction exercée par les villes de rang subalterne comme les "villes moyennes" qui ont en commun de structurer le territoire français et notamment sa composante régionale "Grand Sud-ouest", périmètre d’étude constitué des régions administratives d’Aquitaine, de Midi-Pyrénées, de Languedoc-Roussillon, du Limousin et de l’Auvergne1.

2La dimension tant géographique, économique qu’organisationnelle des services aux entreprises renvoie aux influences et fonctions développées par les villes moyennes par rapport à leur espace régional. Ces activités prestataires par leur caractère stratégique d’assistance aux producteurs industriels et tertiaires constituent des indicateurs du pouvoir d’organisation de la ville sur sa région et des capacités d’échanges entre les cités. Elles sont également le révélateur de la capacité de rayonnement et d’organisation des différentes villes selon le degré de concentration et aussi de spécialisation des services. L’analyse du tissu d’offre et de services aux entreprises dans les villes moyennes du Grand Sud-Ouest soulève la question des liens d’autonomie et de dépendance de ces villes avec les échelons supérieurs de la hiérarchie urbaine régionale constituées notamment des métropoles de Bordeaux, Toulouse, Montpellier et même Clermont-Ferrand. Les services aux entreprises incarnent la permanence des structures hiérarchiques du réseau urbain en ne représentant qu’une part mineure des emplois tertiaires des villes moyennes alors qu’ils constituent de plus en plus une part structurante de l’emploi métropolitain (Siino, 2002 ; Zuliani, 2004).

3On s’interrogera dès lors sur les manifestations d’une polarisation sectorielle des services marchands plus sensibles pour leur localisation dans certaines villes moyennes à des stratégies de branches particulières qu’à la stricte organisation hiérarchique des réseaux urbains. L’émergence de compétences localisées de services conduit à l’examen des nouveaux jeux de relations entre quelques cités moyennes proches qui constituent des "grappes de villes". Le développement des services marchands à la production parmi la strate des villes moyennes pose le principe de nouveaux facteurs de différenciation urbaine entre ces villes. Examinons tout d’abord, la notion de ville moyenne et les catégories de services aux entreprises étudiées avant d’analyser l’organisation urbaine de ces fonctions prestataires qui dessine parmi le réseau des villes moyennes du Grand Sud-ouest français, des effets de concentration sectorielle, et de plus en plus, des relations interurbaines.

Les villes moyennes du Grand Sud-ouest français et les services aux entreprises

Des villes moyennes au caractère très composite…

4L’idée même de "ville moyenne" apparaît de nos jours, très relative et élusive. La ville moyenne a certes sa réalité comme être géographique, mais son identification demeure problématique tant il semble mal aisé de l’appréhender dans son contenu et son profil, même si au final, elle renvoie à un lien probable de relais et à une situation d’intermédiation dans l’armature urbaine d’un pays ou d’une région (Manzagol et alii, 2003). Aucun calibrage réel et universel de la "ville moyenne" ne s’impose à tel point que les seuils numériques reconnus pour cette catégorie de cités varient selon que les analyses géographiques prennent en considération un pays particulier, une région donnée ou un ensemble de pays diversifiés comme l’Europe (Saint-Julien, 2003). La ville moyenne forme donc un objet géographique mal identifié qui l’assimile plus à une notion floue qu’à un véritable concept.

5En France, la distinction numérique des villes moyennes, fruit des politiques institutionnelles de la DATAR puis des décisions normatives de l’INSEE, renvoie au créneau très étendu des villes allant de 20 000 à 200 000 habitants, ce qui recouvre des réalités très différentes de villes tant par leur rôle économique que par leur statut administratif. Le caractère composite des villes moyennes apparaît confirmé dans le Grand Sud-Ouest français avec, à la différence des régions du Nord de la France et du Bassin Parisien, un nombre limité de cités marquées par un développement industriel de type fordiste et une configuration plus étendue de la ville à vocation préfectorale évoluant dans un espace de référence départemental et en relation quasi-symbiotique avec la campagne et les petites villes environnantes.

Le déploiement territorial des services marchands et la question de la ville moyenne

6L’organisation géographique des services marchands à la production reproduit largement les principes de hiérarchisation de l’espace selon le degré de spécificité des services et donc des aires de marché différenciées (Guérit, 1997). Dans la mesure où les services aux entreprises ne sont pas tous de même nature, le recours aux prestations s’avère très variable en quantité et en fréquence selon la taille et aussi la caractéristique sectorielle du marché urbain. L’offre de services se concentre à plusieurs niveaux selon leur rareté et la taille de la clientèle nécessaire à leur rentabilité. Selon ce principe représentatif des "théories christallériennes" (Brunet, 1997), l’armature urbaine liée à l’organisation territoriale des services apparaît donc hiérarchisée : une métropole condense par nature une grande diversité de services et dessert une grande aire dans laquelle les villes moyennes font office de relais notamment pour les services les plus communs et courants.

7Ainsi, la ville moyenne conserve une primauté forte comme espace de base pour la fourniture de services aux PME et aux institutions locales publiques ou parapubliques, constituant les acteurs les plus attachés à l’espace infrarégional vers lequel s’exerce l’influence de la ville moyenne. Les réseaux spatiaux de services aux entreprises, organisés selon des hiérarchies emboîtées, sont alors le reflet du renforcement des armatures urbaines auquel n’échappe pas l’aire régionale du Grand Sud-Ouest français. Le développement des services connaît depuis quelques années des transformations profondes sur la base d’une externalisation accrue des activités prestataires par les unités industrielles et l’appareil tertiaire, alors que la proximité spatiale devient un enjeu fort de la déconcentration de services spécialisés et de leur localisation proche des firmes donneuses ordres. Dans ce contexte comment les villes moyennes, et notamment celles du Grand Sud-Ouest français, peuvent tirer profit des mutations économiques en cours ?

La méthode : classification des services et analyse des données

8Le champ géographique d’étude couvre 5 régions administratives françaises (Auvergne, Limousin, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) du Grand Sud-Ouest français dont l’armature urbaine se compose de quelques métropoles de dimension régionale (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Clermont-Ferrand) et d’un semis régulier de villes moyennes. Seules 27 d’entre elles (fig. 1) ont été choisies pour constituer l’échantillon aléatoire des villes moyennes étudiées2, en retenant le niveau de l’unité urbaine INSEE 1999 comme découpage territorial pertinent. Afin d’approfondir la question du rapport entre villes moyennes et développement des services marchands à la production, notre approche se fonde sur une classification des emplois de services, établie par l’UNEDIC à partir de la "Nomenclature économique de synthèse" (NES) de l’INSEE. La NES comporte une version en 36 niveaux d’activités dont 6 registres de services recouvrent l’ensemble des services marchands rendus aux entreprises (transports, activités financières, activités immobilières, conseils et assistance, services opérationnels et recherche-développement).

Figure 1 : Villes moyennes du Grand Sud-Ouest français retenues dans le cadre du programme INTERREG II-C

Figure 1 : Villes moyennes du Grand Sud-Ouest français retenues dans le cadre du programme INTERREG II-C

9Ces branches d’activités ont été retenues afin d’établir une série de comparaisons entre les villes moyennes concernant la représentation des emplois de services aux entreprises face aux autres registres sectoriels de l’économie (industrie, commerce, services non-marchands). Il convenait ensuite de différencier l’offre de services entre les villes moyennes en déterminant leur position à partir de l’évolution des effectifs salariés par branche prestataire. Une série d’études qualitatives a par la suite été menée auprès d’un panel représentatif de firmes prestataires de services dans chacune des villes moyennes retenues. La double approche qualitative et quantitative de l’offre visait à caractériser le degré de spécialisation des fonctions tertiaires des villes moyennes et la capacité de "rayonnement" qu’elles fournissent à ces cités. En complément, la réalisation d’enquêtes par entretien auprès d’entreprises industrielles et tertiaires a permis de mesurer leur consommation de services puis d’analyser la structure spatiale de la demande de services externes aux entreprises à partir des villes moyennes.

10Au travers de ces deux entrées, l’offre et la demande prestataire de services, la problématique retenue est celle des liens de dépendance ou d’autonomie qui caractérisent les agglomérations des villes moyennes, en soulignant le maintien de hiérarchies instaurées ou au contraire l’émergence de nouvelles logiques relationnelles entre les villes moyennes.

La représentation sectorielle des services aux entreprises parmi les villes moyennes

Les services aux entreprises, une branche en plein essor mais pas toujours prépondérante parmi les emplois du secteur privé

Des villes moyennes marquées par une résistance de l’emploi industriel

11Au début de la décennie 1990, les villes de Pau, Castres et Limoges se caractérisaient par la prépondérance du secteur industriel dans la répartition sectorielle des emplois salariés : l’industrie représentait environ près du tiers des emplois avec même une proportion d’emplois industriels pouvant même s’élever à 47 % pour Castres (Zuliani, 2002). Même si le secteur industriel a subi dans l’ensemble des villes précitées un recul de l’emploi, cette diminution reste toutefois à relativiser car dans deux "grandes" villes moyennes (Pau et Limoges) l’industrie résiste mieux que dans l’ensemble des villes moyennes de moindre importance : entre 1992 et 1999, les pertes d’emplois industriels se montent seulement à 3 % (Zuliani, ibid.). Ainsi, le recul limité des effectifs industriels apparaît là aussi largement compensé par une hausse concomitante des emplois de services aux entreprises émanant aussi bien des champs prestataires banalisés que des services de haut niveau (ingénierie, conseil, services financiers).

12Les villes moyennes caractérisées par le maintien d’une base industrielle relativement forte aux côtés d’une expansion significative des emplois dans les services aux producteurs montrent que les services ne s’opposent pas aux industries, mais certains d’entre eux, de nature spécialisée ou commune, les complètent pour créer une nouvelle base économique. L’affirmation d’un tissu diversifié de services dans des "grandes" villes moyennes (Clermont-Ferrand, Limoges, Pau) s’explique en outre par leur position dans l’armature urbaine régionale. En plus de représenter des centres industriels importants, elles exercent de facto une fonction "quasi métropolitaine" en développant à partir d’un appareil de services supérieurs un rôle décisionnel à l’échelle de leur propre hinterland régional.

Une faiblesse du tissu industriel compensée par le développement des services aux entreprises

13Un deuxième ensemble de villes moyennes (Auch, Narbonne, Nîmes, Périgueux et Perpignan), présente la particularité d’avoir un tissu industriel faiblement développé : le secteur manufacturier ne représente qu’environ 10 % du nombre de salariés, soit autant que la part occupée par le secteur de la construction. Cette atonie des activités industrielles est compensée par une croissance régulière des emplois pourvus par les services publics d’une part, puis par le commerce et les services marchands (aux particuliers et aux entreprises) d’autre part. À l’inverse, les services aux entreprises peuvent contribuer de façon spectaculaire à la recomposition du tissu économique des villes moyennes dans le cadre d’un essor généralisé des activités tertiaires. Ainsi, Auch, Narbonne et Périgueux se singularisent par une augmentation de 30 à 40 % des emplois salariés de services aux entreprises durant la décennie 1990 (Zuliani, ibid.). De leurs côtés, certaines villes moyennes importantes (Perpignan, Nîmes) relèvent de la catégorie des cités faiblement industrialisées où les fonctions tertiaires publiques, les services marchands et le commerce de gros constituent les principaux pourvoyeurs d’emplois locaux.

Les villes moyennes caractérisées par un effacement des services aux entreprises

14Certaines villes moyennes parmi les moins peuplées (Bergerac, Marmande, Villeneuve-sur-Lot) présentent un niveau de développement relativement faible des activités de services aux entreprises. Le cumul des effectifs enregistrés dans cette branche n’y excède pas en effet 20 % du total des emplois salariés. L’essor des activités tertiaires repose davantage sur les services publics et en particulier sur les fonctions prestataires nouvelles, d’essence associative, sociale ou parapublique, émanant des collectivités municipales. Cette prééminence des emplois publics forme en quelque sorte la base des économies locales en générant un substrat de ressources propice à la consommation et donc au développement induit des activités commerciales et surtout des services aux particuliers.

15Pourvus d’une base industrielle réduite, plusieurs centres urbains au nombre desquels figurent notamment Mont-de-Marsan, Sète et surtout Béziers obtiennent des gains d’emplois minimes dans les services aux particuliers et aux entreprises. Ces "petites" villes moyennes apparaissent en même temps écartées du processus d’autonomisation en matière d’offre de services aux producteurs. L’effet métropolitain semble ici exercer sa pleine mesure : la concentration de l’offre de services se produit au profit de la métropole proche de la ville moyenne (en l’occurrence ici Montpellier pour Sète et Béziers), où prédominent l’avantage et la garantie d’un accès immédiat à un marché vaste et diversifié d’entreprises clientes ainsi que la présence d’un vivier d’entreprises partenaires et d’institutions.

Selon les villes moyennes, une diversité sectorielle des activités de services

La couverture complète des villes moyennes par les services opérationnels

16Les services opérationnels incarnent le niveau des services de toute première importance où la proximité géographique et la fréquence de la demande déterminent une large représentation géographique des services les plus courants qualifiés également de "services de base" comme les prestations à façon, le nettoyage, le gardiennage et le travail intérimaire. Il n’est donc pas étonnant de constater combien les services opérationnels comptent dans l’armature tertiaire des villes moyennes en représentant entre un quart et un tiers des emplois de services marchands. Les proportions d’emplois les plus élevées dans les services opérationnels concernent la catégorie des cités les moins importantes : Villeneuve-sur-Lot, Carcassonne, Auch, Cahors offrent une représentation de l’emploi dans les services opérationnels, supérieure à 40 % (Zuliani, ibid.). Cette tendance souligne que dans ces "petites" villes moyennes, la recomposition du tissu des services aux entreprises se traduit par le développement des activités les plus élémentaires, connues pour avoir une structure de l’emploi peu qualifiée.

17Face à l’offre abondante de prestations génériques dans les "grandes" villes moyennes (Bayonne, Pau, Perpignan et Limoges) qui sont dotées d’un marché dense d’entreprises et d’administrations, un développement plus autonome de l’offre marchande se dessine dans quelques villes plus mineures comme Rodez ou Périgueux. Leur position géographique excentrée à l’écart des influences métropolitaines explique la construction locale d’une offre de service souvent portée par des firmes locales susceptibles par la suite d’intégrer des établissements à réseau national. Aussi, la concentration des plus forts potentiels de services opérationnels dans la catégorie supérieure des villes moyennes participe du renforcement de l’organisation hiérarchique des systèmes urbains. La représentation en général importante des emplois de services de main d’œuvre en fait des activités intermédiaires à marché local, constitutives de la base économique du tertiaire marchand des villes moyennes du Grand Sud-Ouest français.

La diffusion des services de transports : entre organisation hiérarchique et spécificités territoriales

18Autre grande composante des services communs, les transports recouvrent un ensemble hétérogène d’activités dont seulement une partie fournit des prestations aux entreprises ou aux administrations. Certaines activités de transports (transports ferroviaires ou aériens de passagers, messagerie et transports rapides) offrent également la particularité d’avoir une vocation de marché mixte en s’adressant aussi bien à la demande des entreprises qu’à celle des particuliers. Une partie importante du conglomérat des activités de transport répond à des besoins de plus en plus complexes émanant des entreprises, des institutions et des administrations. C’est notamment le cas de la chaîne de compétences qui intègre divers métiers du transport routier et des fonctions de logistique.

19Le corpus hétérogène des transports lié à la demande des entreprises comprend en effet des fonctions qui répondent aux stratégies de plus en plus poussées d’externalisation du transport (livraison, acheminement) et de la gestion logistique des stocks par les entreprises industrielles et tertiaires. Loin de constituer une classe discriminante des services aux entreprises, les transports et la logistique constituent dans les onze centres urbains où ils sont les mieux représentés, entre 20 % et 30 % des emplois salariés des services aux entreprises3. La représentation élevée de cette gamme de services lourds concerne trois ensembles caractéristiques de villes :

  • les "grandes" villes moyennes, centres d’accumulation d’activités diversifiées de services aux entreprises (Clermont-Ferrand, Agen, Limoges, Perpignan) ;

  • les "villes plates-formes" à la spécialisation plutôt importante dans les fonctions d’intermédiation logistique et de transport routier ou ferroviaire (Dax, Narbonne, Brive-la-Gaillarde) ;

  • les villes portuaires, lieux d’intermodalité, et donc d’intermédiation logistique entre les activités du transport maritime, routier et ferroviaire (Bayonne, Sète).

Des effets discriminants dans la diffusion des services de conseil et d’études

20Le registre du conseil et d’études constitue un conglomérat d’activités composites qui rassemble des fonctions à l’organisation et à la culture aussi distinctes que les services technologiques d’ingénierie informatique et les divers métiers de conseils et formation en gestion des ressources humaines. La majorité des villes moyennes au nombre desquelles figurent les plus importantes d’entre elles (Clermont-Ferrand, Limoges, Pau, Bayonne, Perpignan) voit la proportion du nombre d’emplois dans les services de conseil osciller entre 20 et 25 % du total des salariés du secteur des services aux entreprises. L’évolution des emplois confirme que certaines "petites" villes moyennes offrent aussi des conditions propices au développement des prestations de conseils à l’instar de Castres qui représente une place émergente en matière de services supérieurs marchands (ingénierie, conseil et recherche-développement) parmi les villes moyennes étudiées.

21La représentation des services supérieurs dans les villes moyennes présente également de fortes spécificités selon les régions du Grand Sud-ouest français. Ainsi, Languedoc-Roussillon enregistre une concentration métropolitaine plus marquée des fonctions de conseil. À l’inverse, Midi-Pyrénées et Aquitaine connaissent des situations plus contrastées. En Midi-Pyrénées, la construction autonome de l’offre de services de conseil profite avant tout au "triangle urbain" constitué d’Albi, Rodez et Castres alors que certaines cités perdent des emplois dans cette branche prestataire qualifié tout en se spécialisant dans des services banalisés (Montauban). Cette évolution contrastée se retrouve en Aquitaine où la conurbation Bayonne-Anglet-Biarritz marquée par la croissance soutenue des emplois dans le conseil et l’ingénierie conforte sa vocation de centre tertiaire décisionnel à l’échelle du Pays Basque français. Même si le pôle palois engagé dans une reconversion des activités de production et d’extraction gazière atteste d’un recul sensible des emplois de services supérieurs, le renforcement de ces activités dans l’agglomération bayonnaise offre à la région Aquitaine l’amorce d’un rééquilibrage par rapport à Bordeaux, de la représentation intra-régionale des services marchands de haut niveau.

Une représentation limitée mais en croissance des services privés de recherche et développement

22Dans un petit nombre de villes moyennes, des activités privées de recherche et développement ont pu voir le jour, le plus souvent sous la forme de laboratoires et d’unités de recherche constitués par des firmes industrielles multinationales ayant une implantation ancienne (Altadis, ex-SEITA à Bergerac, Total-Elf à Pau…) ou pour lesquelles la ville moyenne constitue le berceau historique de leurs activités (Groupe Pierre Fabre à Castres, Michelin à Clermont-Ferrand). Dans d’autres cas, les services d’innovation technologique procèdent de l’installation de centres techniques d’appui au développement de filières professionnelles, le plus souvent agricoles (Centre technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes à Bergerac), ou de l’essaimage de petites sociétés de recherche sous contrat à partir d’un institut public supérieur de recherche tel que l’École des Mines à Albi. Si les fonctions privées de recherche et développement se concentrent dans un nombre réduit de villes, les laboratoires connexes aux firmes industrielles et les centres techniques aux échanges constants avec les producteurs agricoles locaux participent d’un fort développement des emplois dans les villes moyennes concernées, comme l’attestent les exemples de Castres et de Bergerac (fig. 2) : les services privés de recherche et développement sont représentés dans un ensemble restreint de villes moyennes où des groupes industriels multinationaux installés de longue date (Altadis à Bergerac, Pierre Fabre à Castres, Total-Elf à Pau, Michelin à Clermont-Ferrand…) tendent à consolider leur implantation en développant laboratoires et instituts connexes de recherche.

Figure 2 : Evolution des emplois salariés du secteur des services privés de recherches de développement entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

Figure 2 : Evolution des emplois salariés du secteur des services privés de recherches de développement entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

23Certes, les emplois privés dans la recherche et développement occupent un rang modeste dans la répartition sectorielle des effectifs salariés pourvus par l’ensemble des services à la production. Dans certains contextes urbains cependant, la proportion de ces emplois représente plus de 10 % des emplois de services marchands. Tel est le cas de Castres où le groupe pharmaceutique multinational Pierre Fabre (1 500 emplois en 2002) a renforcé depuis quelques années son centre de recherches (200 personnes) spécialisées dans la conception de médicaments (système nerveux, cancer, maladies cardio-vasculaires) ainsi que la direction de la division Médicaments du groupe. Pour autant, l’essor des emplois dans les services marchands de recherche et développement à Pau, Albi et Castres est à rapprocher de l’existence dans ces trois villes moyennes de compétences déjà fortes existantes dans les activités technologiques de conseil et d’ingénierie. Une combinatoire semble dès lors s’instaurer entre un haut niveau de représentation des services d’ingénierie et un développement soutenu des services de recherche et développement. On déduit de cette corrélation que la localisation de services technologiques conduit là aussi à relativiser l’importance d’une stricte organisation hiérarchique du système des villes moyennes. Des stratégies spatiales en rapport avec la présence d’une ressource spécifique (institut public de recherche, firme aux activités de recherche et développement, marché du travail d’ingénieurs et de techniciens) contribuent à la structuration liée de la recherche et développement et de l’ingénierie technique dans des villes moyennes qui ne sont pas toujours les plus développées sur le plan démographique (cas de Castres et d’Albi).

L’inscription régionale des secteurs de services à partir des villes moyennes

L’émergence d’une concentration sectorielle des services aux producteurs

Le renforcement des pôles de services banalisés face à des situations locales d’atonie prestataire

24Une première catégorie de villes de taille généralement réduite (Sète, Périgueux, Béziers) subit des handicaps structurels qui nuisent à l'affirmation de compétences locales dans les services aux entreprises, quels que soient les registres prestataires (services banalisés, services de conseil et services technologiques). Ces limites au développement localisé des fonctions de services s’expliquent par la proximité d'une aire métropolitaine voire d’une ville moyenne de taille supérieure. À cela s’ajoutent des facteurs structurels défavorables au développement d'un marché local des services comme la faiblesse de la demande des entreprises et administrations, le manque d’attrait des villes en tant que plate-forme logistique ou encore l’absence de tissu industriel suffisamment développé pour dynamiser des activités induites de services.

25Les activités constitutives des services banalisés, comme les services de nettoyage industriel, les prestations à façon, forment la base économique des services les plus diffusés et dépendent en général le moins des localisations métropolitaines. Ces services d’un recours courant enregistrent un développement transversal parmi l’ensemble des villes moyennes étudiées même si les plus importantes d’entre elles (Clermont-Ferrand, Nîmes, Bayonne, Pau, Perpignan) aux marchés denses et diversifiés d’entreprises et aux ressources importantes en entreprises partenaires, concentrent les plus forts potentiels d’offre prestataire (fig. 3). Les villes caractérisées par les progressions d’emplois les plus soutenues dans les services banalisés appartiennent toutefois à la catégorie des villes les moins peuplées : Villeneuve-sur-Lot, Cahors et Rodez enregistrent les plus forts taux de progression de l’emploi dans les services opérationnels entre 1992 et 1999. Montauban, ville moyenne de taille médiane (65 000 habitants), représente un cas particulier. Dans cette ville, les emplois de services opérationnels enregistrent une croissance accentuée dans les années 1990, preuve si besoin est qu’un effet de desserrement des services élémentaires se manifeste depuis la métropole toulousaine vers une ville moyenne située à sa périphérie immédiate. Les services opérationnels constitués des prestations courantes à la production se développent dans l’ensemble des villes moyennes étudiées, même si les villes situées au sommet de la hiérarchie urbaine (Bayonne, Nîmes, Clermont-Ferrand, Pau, Perpignan) concentrent les plus forts potentiels prestataires à partir de marchés denses et diversifiés d’entreprises et d’institutions.

Figure 3 : Évolution des emplois salariés du secteur des services opérationnels entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

Figure 3 : Évolution des emplois salariés du secteur des services opérationnels entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

Le marquage de quelques villes moyennes autour des services logistiques et technologiques

26La répartition des services témoigne en deuxième lieu de marquages sectoriels selon la nature des services et l’importance par la taille des villes moyennes. Dans la mesure où la diffusion des services les plus qualifiés (services financiers et de conseils, activités informationnelles, services technologiques) participe encore d'un effet discriminant, la tendance à la surreprésentation d'activités banalisées affecte l’ensemble des villes moyennes du Grand Sud-ouest français. Le développement des services de transport et des activités d'entreposage offre une configuration hétérogène en favorisant quelques villes à la vocation de pôle logistique et multimodal au détriment des cités concurrencées par la proximité d’une métropole, d’une ville moyenne plus importante ou bien handicapées par leur enclavement géographique à l’exemple d’Aurillac, Castres et Rodez (fig. 4). L’organisation des services de transport et de logistique conforte de façon sélective deux types de cités : les villes situées au niveau d’un nœud de communications autoroutières ou ferroviaires (Clermont-Ferrand, Narbonne, Bayonne et Dax), et celles adossées à de riches bassins de production agricole qui se dotent de plates-formes logistiques pour l’expédition et le conditionnement des denrées produites (Agen, Montauban, Marmande dans la moyenne vallée de la Garonne et Perpignan dans la plaine roussillonnaise). En outre, les retombées directes des échanges transfrontaliers valorisent dans certains contextes locaux (Bayonne, Perpignan), une tendance à la concentration des services d'intermédiation commerciale et de logistique. Les services de transport structurent leur implantation à partir des villes moyennes importantes, reconnues comme pôles d’échanges multimodaux (Limoges, Clermont-Ferrand), et des villes moyennes au rôle de plates-formes logistiques, situées au contact de nœuds autoroutiers (Narbonne, Dax) ou au cœur de bassins de production agricole (Agen, Montauban, Périgueux).

Figure 4 : Évolution des emplois salariés du secteur des services de transport et de logistique  entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

Figure 4 : Évolution des emplois salariés du secteur des services de transport et de logistique  entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

27La répartition des activités prestataires les plus qualifiées au nombre desquelles figurent les services technologiques et de conseil offre un caractère discriminant parmi le réseau urbain des villes moyennes du Grand Sud-ouest français. Si les activités de conseil et d’études enregistrent une croissance des emplois dans la quasi-totalité des villes moyennes, un nombre limité de villes affiche une expansion soutenue de leur potentiel prestataire dans les services de haut niveau (fig. 5). Ce développement résulte de l’accroissement des marchés procurés par les fonctions décisionnelles de gestion et d’administration dans les villes moyennes de grande taille (Clermont-Ferrand, Bayonne, Perpignan) dont l’appareil de services spécialisés rayonne vers un hinterland régional ou infrarégional plus ou moins étendu. Ailleurs, des fonctions financières de commandement à une échelle bi-départementale, des politiques publiques locales visant au développement des activités d’ingénierie, d’information et de communication et l’amorce d’un essaimage de start-up de haute technologie à partir d’instituts publics locaux de recherche expliquent la tendance au renforcement de services supérieurs spécialisés de nature technologique dans quelques rares pôles urbains (Albi, Castres, Alès).

Figure 5 : Évolution des emplois salariés du secteur des services de conseil et d'études entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

Figure 5 : Évolution des emplois salariés du secteur des services de conseil et d'études entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français

28Des stratégies spatiales de branches sous-tendent par ailleurs la concentration de sociétés d’ingénierie liée à la demande spécifique d’expertise de grandes firmes industrielles aux activités couplées de recherche-développement et de production. Ce processus est particulièrement marqué dans la région paloise où divers équipementiers de l’aéronautique (Messier Dowty, Turboméca…) se sont vu confier par des donneurs d’ordres (Airbus, Boeing, Bombardier) le développement complet, et donc la conception de sous-ensembles d’avion, selon la formule nouvelle du travail en risque partagé, ce qui a eu pour conséquence de fixer à proximité une compétence externalisé en ingénierie et services d’informatique technique. À Castres, les besoins croissants d’expertise informatique du Groupe Pierre Fabre pour la production du système informatique des laboratoires pharmaceutiques l’ont amené à créer une SSII ("Pierre Fabre Informatique", 60 salariés) en partenariat étroit avec Capgémini en se donnant comme perspective de proposer des prestations au milieu industriel et tertiaire local. La stratégie de développement territorial sous-tend alors la mise en commun de savoir-faire techniques qui associe une firme industrielle motrice à l’échelle d’une ville moyenne et un creuset de compétences dans l’ingénierie et les études informatiques. La croissance des emplois salariés dans les activités de conseil et d’études offre un caractère discriminant, car seules quelques villes moyennes, souvent de taille importante (Clermont-Ferrand, Bayonne, Perpignan), enregistrent un développement soutenu de leur appareil de services supérieurs à la production.

Des nouvelles formes de systèmes urbains révélés par les services aux entreprises

Des logiques hiérarchiques liées au degré d’autonomie des firmes de services

29La première forme de réseau urbain entretenu par la dynamique spatiale des services aux entreprises renvoie à la permanence d’organisations multipolaires qui s’explique par le fait que les entreprises clientes construisent leurs réseaux de services en respectant la hiérarchie urbaine. L’organisation territoriale des services les plus qualifiés semble alors se calquer sur la puissance économique de places centrales qui structurent la représentation locale des services selon le degré de technicité et de spécialisation des prestations. L’agglomération paloise offre par exemple des services d’un bon niveau de qualification (ingénierie technique, informatique et financière) aux côtés de services élémentaires diversifiés. Les petites villes du Béarn en sont aussi bénéficiaires, ce qui au demeurant reproduit des rapports hiérarchiques entre la place centrale paloise et de petits centres régionaux (Oloron, Orthez, Morcenx). Il existe une hiérarchie des services aux entreprises correspondant à une hiérarchie de centres urbains qui distribuent ces prestations à défaut de toujours les produire. Cette double hiérarchie demeure cependant très dépendante de la taille et du degré d’autonomie des entreprises, mais n’apparaît pas toujours vérifiée notamment dans le cas des villes moyennes dont la position excentrée a favorisé la construction locale d’une offre complète, à la fois pour des services élémentaires et d’un bon niveau de qualification (Rodez, Périgueux, Perpignan).

La contribution des services aux entreprises à un "maillage" entre certaines villes moyennes

30Des stratégies d’entreprises de services représentent de plus en plus un facteur de maillage entre plusieurs villes moyennes. Sur la base de différents exemples, on peut penser intuitivement qu’il existe une logique de développement des firmes de services, PME et des établissements de groupe, implantées dans les villes moyennes : au départ, ils s’épanouissent dans la ville moyenne d’installation puis conquièrent progressivement d’autres espaces (le département, plusieurs départements, une région voire plusieurs régions) en implantant des succursales dans d’autres villes moyennes. Dans une autre phase de leur développement, ils peuvent diversifier leurs prestations pour tenter de s’installer sur un marché national ; cette phase passe souvent par l’ouverture d’un établissement dans une des métropoles régionales (Toulouse, Bordeaux ou Montpellier). Pour les banques, mutuelles et assurances relevant à la base d’une organisation coopérative (Crédit Agricole, Banques Populaires, Groupama…), l’implantation dans une ville moyenne précède souvent une stratégie de déploiement des activités à l’échelle départementale, voire interdépartementale.

31En outre, le secteur bancaire suscite dans plusieurs cités (Albi, Rodez, Pau, Perpignan, Bayonne) le développement induit de sociétés de services informatiques pour la gestion et l’infogérance qui se structurent en réseau à l’échelle de plusieurs villes moyennes. Ce mécanisme est le fait soit de grands groupes internationaux (EDS, IBM), soit d’organismes bancaires fonctionnant sur le modèle des structures coopératives avec une forte décentralisation des décisions (exemple : Inforsud, SSII filiale du Crédit Agricole dont la direction centrale est établie à Rodez). Les relations de services participent d’interrelations actives entre villes proches à l’image du système urbain en grappe du bassin de l’Adour (Bayonne, Dax, Pau et Tarbes). Des liaisons très fortes existent entre Pau et Tarbes dans les domaines des services bancaires et d’analyse financière et d’expertise comptable. De nombreuses firmes qui s’implantent à Pau s’adressent directement et systématiquement aux clientèles de Tarbes. Les entreprises de Tarbes qui recherchent des prestations informatiques s’adressent d’abord à l’agglomération paloise avant de se tourner vers les métropoles régionales, ou Paris. La diffusion des services dans le système urbain du sud aquitain n’est pas également sans produire une division interurbaine du travail comme l’illustre la décision récente prise par la firme australienne Quiksiver, spécialiste des vêtements de ligne "surfwear", de localiser à Tarbes ses services sous-traités de logistique tandis que ses activités de stylisme et gestion des collections pour l’Europe sont établies à Saint-Jean de Luz sur la côte Basque, non loin de Bayonne.

32L’organisation maillée du territoire, constituée à partir des réseaux interurbains de services aux entreprises, se retrouve également à l’est de Midi-Pyrénées entre Albi, Rodez et Castres qui échangent des relations autour des services financiers et d’ingénierie technique. La propension à tisser des liens entre villes moyennes via l’appareil des services aux producteurs illustre souvent un processus "coalescent", correspondant au développement d’activités par des firmes situées dans une ville moyenne sur le marché que constituent les autres villes moyennes de leur environnement territorial.

L’émergence des villes moyennes "pôles spécialisés" de services aux entreprises ?

33Le Grand Sud-ouest français présente également une armature de villes moyennes dotées d’une dominante sectorielle d’activités de services aux producteurs. Cette organisation a trait aux activités de transport qui donnent à un certain nombre de cités un rôle de plate-forme logistique les conduisant à entretenir des relations privilégiées avec d’autres pôles urbains où ces fonctions logistiques s’avèrent également bien représentées. Les villes concernées (Narbonne, Agen, Perpignan, Dax et Bayonne) constituent en quelque sorte les points nodaux du déploiement des réseaux territoriaux des services lourds de transport et de logistique. Perpignan a affirmé une vocation précoce dans les services de négoce liés au secteur des fruits et légumes (création dès les années 1960 de la plate-forme commerciale du Marché International Saint-Charles) en valorisant une situation géographique exceptionnelle, à mi-chemin des bassins de production méditerranéens et des zones de consommation d’Europe du Nord. Perpignan ainsi que les autres villes considérées comme des "pôles logistiques" sont désormais confrontées à des objectifs de pérennisation des plates-formes de transports combinés. D’où la recherche d’avantages comparatifs qui s’appuie sur la diversification des activités logistiques et l’affinage des services offerts pour s’adapter à la géographie mouvante des circuits de transport.

34Au-delà, se pose la question de l’existence de spécialisations urbaines dans les domaines des services aux entreprises non sans qu’interfère l’action des politiques publiques visant à développer des branches de services au moyen d’infrastructures ad hoc (plates-formes logistiques, téléports et réseaux à haut débit). La stratégie suivie par exemple à Castres exprime l’émergence de projets territoriaux dont les objectifs sont pluriels mais représentent un tremplin au développement de services technologiques. Elle repose sur la construction déjà ancienne d’un réseau d’information et de communication à haut débit couplé à la recherche d’une masse critique de formations supérieures orientées vers le registre des NTIC. Ces infrastructures ont conforté la localisation de quelques entreprises de services opérant dans des secteurs utilisant le support des communications à haut débit (édition de logiciels, services informatiques, centre d’appel). Les effets apparaissent plus probants dans le domaine de l’enseignement et de la formation où l’IUT de Castres a pu ouvrir un département "services et réseaux de communication" et accueillir des formations portées par les universités toulousaines qui élargissent l’offre locale de formation jusqu’à un DESS "Technologies de l’information et développement territorial". Ces compétences aux niveaux de qualification diversifiés tendent pour une partie d’entre elles à alimenter un marché du travail local, dont le volume, certes limité, n’en constitue pas moins un attribut territorial d’importance en favorisant à Castres la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée pour les fonctions de services et d’ingénierie informatiques.

35Les mutations techniques liées à la production à distance des services notamment dans le champ des prestations informatiques tendent à reconsidérer l’influence des services technolo-giques sur le renforcement des hiérarchies urbaines. Dans quelques-unes des villes moyennes étudiées comme Pau, Tarbes, Castres et Nîmes où se développent des services informatiques et des centres d’appels techniques de haut niveau utilisant le support des réseaux à haut débit, on observe que la production à distance, on dirait "on line", des prestations favorise des liens éclatés avec des aires de clientèles nationales et internationales. Cette nouvelle dimension de la production à distance des prestations informatiques permet aux villes moyennes concernées de s’inscrire dans des relations de services qui conjuguent des échelles territoriales multiples et discontinues.

Conclusion

36Si elles constituent une famille, les villes moyennes n’en sont pas moins différentes entre elles, placées dans des situations où l’impact et le déploiement des composantes de services accentuent leurs différences. On confirmera donc l’hypothèse selon laquelle les services aux entreprises participent d’un rééquilibrage du rôle des villes moyennes par rapport à la sphère métropolitaine sans pour autant que les liens de hiérarchie urbaine ne soient désormais un corollaire obligé du développement des services aux producteurs dans le grand Sud-ouest français. En matière de services aux entreprises, les économies d’échelles et d’agglomération continuent à fonctionner et favorisent toujours les phénomènes de polarisation métropolitaine. Mais si cet ordre hiérarchique n’apparaît pas obsolète, de nouveaux fonctionnements révèlent des concentrations spécialisées de services dans les villes moyennes et des logiques réticulaires entre ces dernières. Les mutations en cours soulignent un renforcement de l'autonomisation de l’offre de services dans les "grandes" villes moyennes connues pour avoir déjà développé un puissant secteur de services (Clermont-Ferrand, Pau, Bayonne, Perpignan), et dans les villes moyennes autrefois placées dans l’orbite de métropoles régionales (Albi, Castres) mais qui commencent, avec un décalage dans le temps, à améliorer leur position dans le réseau urbain régional. Le déploiement des firmes de services introduit l’existence de signes de relations entre villes moyennes, ce qui renforce l’hypothèse que certaines d’entre-elles amorcent, au moins partiellement, un fonctionnement en "système". À partir des activités de services aux entreprises, des modes d’organisation moins hiérarchiques, inspirés des fonctionnements en réseau, sembleraient offrir de nouvelles perspectives de relations interurbaines entre les villes moyennes.

Haut de page

Bibliographie

BRUNET R., 1997, Villes moyennes : point de vue de géographe, in COMMERçON N. et GOUJON P. (dir.), 1997, Villes moyennes, espaces, société, patrimoine, PUL, p. 13-25.

DI MÉO G., GUÉRIT F., 1996, Ville moyenne et réseau urbain : l’exemple de l’agglomération paloise et des Pays de l’Adour, in DI MÉO G. (dir.) , Les territoires du quotidien, L’Harmattan, collection Géographie Sociale, p. 113-132.

GUÉRIT F., 1997, Services marchands aux entreprises, ville moyenne et développement régional,  in COMMERCON N. et GOUJON P. (dir.), 1997, Villes moyennes, espaces, société, patrimoine, PUL, p. 347-352.

GROSSETTI M., LOSEGO P., (dir.), 2003, La territorialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche : France, Espagne et Portugal, L’Harmattan, 339p.

GUILLAUME R., Hiérarchie, réseau(x), systèmes d’acteurs : vers un renouvellement de l’analyse des villes moyennes ?, 2003, in MANZAGOL C., CHARBONNEAU F. et LEWIS P. (dir.), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement des analyses et des stratégies, Éditions Trames-Montréal, p. 164-175.

MANZAGOL C. et al., 2003, Villes moyennes et mondialisation, renouvellement des analyses et des stratégies, Montréal, éd. Trames, 334 p.

PAULUS F., 2003, La structure économique du système des villes en 1999, in PUMAIN D. et MATTEI M.F. , Données urbaines N°4, Anthropos, Collection "Villes", p. 341-355.

PUEL G, VIDAL M., 2003, Le Bassin de Castres-Mazamet : d’un bassin traditionnel au développement par les TIC ?, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, N°3, p. 477-498.

SAINT-JULIEN T., 2003, Les villes moyennes en Europe, contextes et défis, in MANZAGOL C., CHARBONNEAU F. et LEWIS P. (dir.), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement des analyses et des stratégies, Éditions Trames-Montréal, p. 20-28.

SIINO C., 2002, L’emploi métropolitain du Grand Sud-ouest français : Bordeaux, Montpellier et Toulouse, entre excellence et exclusion, Rapport de recherche INTERREG IIC Sud-ouest Européen, Université Toulouse-Le Mirail, 101 p.

ZULIANI J.-M., 2002, Les villes moyennes du Grand Sud-Ouest français et les services aux entreprises : entre résistance à la métropolisation et marquage sectoriel, Rapport de recherche INTERREG IIC Sud-ouest Européen, Université Toulouse-Le Mirail, 116 p.

ZULIANI J.-M., 2003, La diffusion des activités de services dans le réseau urbain de Midi-Pyrénées : un effet des logiques de branches ?, Sud-Ouest Européen, n°15/2003, p. 67-76

Haut de page

Notes

1- Ce travail repose sur une recherche conduite en 2001-2002 pour l’Union Européenne dans le cadre du programme "Interreg II-C" portant sur l’analyse des systèmes urbains dans le Sud-Ouest européen (Espagne, Portugal et les régions françaises précitées). L’un des volets de cette recherche s’intéressait à l’essor des services aux entreprises comme modalité nouvelle du rôle des villes moyennes dans l’espace du Grand Sud-Ouest français.
2- Agen, Albi, Alès, Auch, Aurillac, Bergerac, Bayonne, Béziers, Brive-la-Gaillarde, Cahors, Carcassonne, Castres, Clermont-Ferrand, Dax, Limoges, Marmande, Montauban, Mont-de-Marsan, Narbonne, Nîmes, Pau, Perpignan, Périgueux, Rodez, Sète, Tarbes, Villeneuve-sur-Lot. Le choix de Clermont-Ferrand peut prêter à contestation, mais procède dans le cadre de la recherche "Interreg II-C" d’une pondération par la taille de l’échantillon des villes moyennes françaises par rapport aux villes moyennes espagnoles de taille supérieure.
3- Limoges, Clermont-Ferrand, Perpignan, Agen, Sète, Bayonne, Dax, Brive-la-Gaillarde, Narbonne, Marmande.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Villes moyennes du Grand Sud-Ouest français retenues dans le cadre du programme INTERREG II-C
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/706/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 2 : Evolution des emplois salariés du secteur des services privés de recherches de développement entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/706/img-2.png
Fichier image/png, 3,9k
Titre Figure 3 : Évolution des emplois salariés du secteur des services opérationnels entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/706/img-3.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Figure 4 : Évolution des emplois salariés du secteur des services de transport et de logistique  entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/706/img-4.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Figure 5 : Évolution des emplois salariés du secteur des services de conseil et d'études entre 1992 et 1996 dans plusieurs villes moyennes du Grand Sud-Ouest français
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/706/img-5.png
Fichier image/png, 5,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Zuliani, « L’organisation des services aux entreprises dans les villes moyennes du Grand Sud-Ouest français, entre logiques gravitaires et maillages interurbains », Géocarrefour, vol. 79/2 | 2004, 183-192.

Référence électronique

Jean-Marc Zuliani, « L’organisation des services aux entreprises dans les villes moyennes du Grand Sud-Ouest français, entre logiques gravitaires et maillages interurbains », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/2 | 2004, mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.706

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Zuliani

Université Toulouse-Le Mirail, Département de Géographie, CIRUS-CNRS (UMR 5053)
Courriel : zuliani@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page