Navigation – Plan du site
Articles

Les territoires périurbains : « fin de partie » pour la géographie rurale ou nouvelles perspectives ?

Periurban areas: 'Endgame' for Rural Geography or new perspectives?
Monique Poulot

Résumés

Considéré aujourd’hui comme un nouveau modèle d’urbanité, le périurbain semble échapper au champ d’une géographie rurale qui n’a cessé de voir depuis cinquante ans son espace référent se réduire et ses problématiques entamées par l’omniprésence du fait urbain. Mais si les espaces périurbains ne sont plus la campagne, ils ne sont pas non plus la ville tant dans leur morphologie que dans leurs logiques d’évolution ; ils s’apparentent à un nouveau mode d’organisation de l’espace et autorisent un regard critique sur le rural et la ville. À la recherche de configurations territoriales inédites, ils permettent d’interroger la contribution de la ruralité en invention et de l’agriculture qui lui redevient associée.

Haut de page

Texte intégral

1Les campagnes des pays développés ont connu depuis cinquante ans des transformations extraordinaires liées tant aux mutations des systèmes agricoles qu’à l’institution de rapports inédits villes-campagnes. La forme de la ville témoigne désormais de nouveaux modes d’habiter favorisés par l’automobilité grandissante des sociétés : traditionnellement dense, elle s’étale et s’éparpille jusqu’à se défaire ou se réinventer (Ascher, 1995 ; Dubois-Taine et Chalas, 1997). Cet étalement urbain (urban sprawl), souvent concentrique et guidé par les voies de communication, a envahi les campagnes environnantes et donné naissance à un espace original, hybride qui présente des aspects de marge ou d’entre-deux, avec des caractères simultanément urbains et ruraux, souvent qualifié « d’espace flou » à la recherche d’une identité, oscillant entre déqualification et requalification (Prost, 1991).  

  • 1  Expression reprise de Vanier, 1995.
  • 2  Le terme agri-urbain renvoie à la Loi relative au développement des territoires ruraux (n° 2005-15 (...)

2Scruté depuis un demi-siècle et par les ruralistes et par les géographes de l’urbain, cet espace est véritablement devenu un objet géographique, désignant un espace et ses modes d’organisation, une société et ses pratiques sociales. Aujourd’hui assez unanimement considéré comme un nouveau modèle d’urbanité (Levy et Lussault, 2003), il voit son appartenance au champ de la géographie rurale fortement nuancée, voire contestée, sans cesse réévaluée à l’aune des forces qui l’animent, entraîné tantôt vers la ville tantôt vers un « espace rural rurbanisé » (Thomsin, 2005). La question continue pourtant de faire débat : à titre d’exemple, peut-on considérer la grande couronne de l’Ile-de-France selon le seul registre de l’urbain ainsi que l’invite la carte du zonage en aires urbaines ou doit-on lui reconnaître un ancrage dans le rural au vu de ses espaces ouverts et de leur perception par les habitants ? (fig. 1a). À l’évidence les logiques à l’œuvre dans le périurbain, si elles affichent des dynamiques urbaines (modifications des modes de vie et d’habiter, infrastructures de transport), n’ont pas pour autant gommé les « vieilles » dynamiques ruralo-agricoles, voire en ont suscité de nouvelles. Les évolutions en cours n’ont de cesse d’affirmer un statut au périurbain : véritable « espace intermédiaire » (Bonerandi et al., 2003) ou « tiers-espace » (Vanier, 2000) posant peu à peu son autonomie par rapport à la ville et à la campagne. Le périurbain est en effet entré dans une démarche de « fabrique »1 à territoires agri-urbains2 qui place les représentations et les désirs de ruralité et l’agriculture qui leur est associée au cœur des processus de reconnaissance-identification des habitants à leur  espace de vie.

Figure 1 : Les espaces ruraux périurbains en Île-de-France

Figure 1 : Les espaces ruraux périurbains en Île-de-France

3Quand l’analyse des espaces périurbains devenus autonomes requiert de dépasser la traditionnelle dichotomie rural-urbain, elle constitue « une troisième clef de lecture de la société en espace qui viendrait s’insinuer entre les deux précédentes et aider à la compréhension de leurs mutations » (Vanier, 2005, p. 25). À partir de l’exploration de quelques jalons dans la courte histoire du périurbain, notamment les va-et-vient entre approches rurales et approches urbaines, cet article entend montrer les enjeux méthodo-logiques et conceptuels de l’étude du rural en périurbain pour la géographie rurale. Le périurbain nous invite d’abord à revisiter les « notions » traditionnellement accolées aux espaces ruraux versus ville. Il replace aussi la figure de l’agriculture, une agriculture nouvelle ou à tout le moins « la couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole » (Luginbühl, 1991), au cœur de constructions ou d’imbrications territoriales originales entre villes et campagnes.

Le périurbain côté campagne et la géographie rurale : quelques jalons

La campagne saisie par la ville ou la fin du rural ?

  • 3  Tous les recensements de population, depuis 1975, confirment cette inversion de tendance démograph (...)

4Les géographes ruralistes ont été les premiers – souvent les seuls jusque dans les années 1970 - à analyser la donne périurbaine dans ces espaces annexés par la ville que le vocabulaire peine alors à nommer, hésitant entre espaces périurbains ou espaces rurbains (Bauer et Roux, 1976 ; Berger et al., 1980). Simple déversement résidentiel de population pour les uns, desserrement plus complexe des fonctions urbaines pour les autres, l’étalement urbain les conduit à s’interroger d’abord sur les ruptures démographiques en cours : après le temps long de la décrue démographique et de l’agricolisation des campagnes, la périurbanisation s’accompagne de gains de population et de l’émergence d’une nouvelle société rurale marquée par une diversification socio-professionnelle3 (Renard, 1985). Les mutations de l’espace « physique » rural mobilisent aussi leur attention avec des études fines sur la consommation et les changements d’affectation des sols et partant sur la désorganisation foncière afférente susceptible d’obérer les fondements de l’économie locale agricole. In fine la question périurbaine renvoie à celle des spécificités et du devenir de l’agriculture autour de la ville ; ses futurs possibles se déclinent entre inversion du modèle de Von Thünen (Falque, 1973), refoulement-éloignement du front urbain à l’image des ceintures maraîchères et fruitières parisiennes (Phlipponneau, 1953), ou disparition programmée des espaces agricoles périurbains (Diry, 1986). L’ombre portée de la ville sur ces espaces ne remet nullement en cause leur inclusion dans l’espace rural non plus que dans le champ de la géographie éponyme, notamment dans son volet agricole, véritable cœur de cible de la discipline.

  • 4  Pour l’histoire du mot et de la chose, voir Prost, 2001 et Poulot et al., 2003.

5Rapidement toutefois, les problématiques urbaines s’imposent si bien que la dimension rurale de ces espaces, peu à peu entraînés dans une mutation radicale, dans une logique centre-périphérie, passés d’état de réserves à celui de morceaux de ville, est de moins en moins convoquée (Berger, 2004). Devant les évolutions en cours, cet espace-marge, peu à peu subverti par des processus initiés par la ville, relevait-il encore de la géographie rurale ? La question ressortit, il est vrai, au débat plus vaste de la disparition de la catégorie du rural absorbée par celle de l’urbain, annoncée régulièrement, depuis près de vingt ans, au nom de la métropolisation et de la mondialisation (Levy, 1999). La reconnaissance par l’INSEE en 1996 du périurbain comme catégorie statistique spatiale4 semble donner en partie raison à ce courant de pensée et signifier une « fin de partie » pour la géographie rurale : la nouvelle nomenclature en zonages en aires urbaines adjuge à la ville, dans le cadre d’un espace à dominante urbaine, les couronnes périurbaines et les communes multipolarisées de moins de 2 000 habitants agglomérés et retranche le périurbain de l’espace à dominante rurale.

La ville saisie par le rural : un nouvel objet pour la géographie rurale ?

  • 5  Le terme renvoie aux open spaces (espaces naturels, agricoles et forestiers) des Anglo-Saxons par (...)
  • 6  Si ces formules ont été inaugurées dans les années 1970 les premières études ressortissent plus au (...)

6Cette reconfiguration du couple traditionnel villes-campagnes de la géographie consacre pourtant dans les mêmes années 1990 le retour de la question du rural et de la ruralité en périurbain – comme dans le champ global de la géographie et de l’aménagement (Mathieu, 1990 et 1998). L’analyse de l’exode urbain en termes de push and pull révèle la très forte attirance des urbains pour les aménités rurales (besoin de nature, d’espace, de liberté…) à la recherche d’un « bonheur à la campagne » (Kayser, 1996 ; Hervieu et Viard, 2001). Ce désir collectif de ruralité s’investit dans les vastes espaces ouverts5 du périurbain, en particulier les espaces agricoles qui, de simples réceptacles de l’urbanisation dans les années 1970, deviennent des éléments essentiels du cadre de vie des habitants de la ville élargie, éléments que les différents acteurs revendiquent et s’attachent à conserver, voire à recréer. Les géographes ruralistes s’intéressent alors aux formules de sauvegarde6 de ces espaces : zonages et ceintures vertes, parcs agricoles ou agraires, parc naturel régional… (Juneau et Bryant, 1997 ; Durbiano, 1998 et 2001). Revisitant les espaces ruraux périurbains en 2001, B. Prost qualifie ainsi leur rôle de «secondaire mais non inutile dans le territoire périurbain » et souligne que la plupart des chercheurs ne « s’interrogent plus aujourd’hui sur leur maintien et leur avenir » (Prost, 2001, p. 283).

7Après le temps d’un rural transformé par la ville en une mi-ville, la ville paraît à son tour saisie par le rural et évoluer vers une mi-campagne par la ruralisation de certains de ses fragments, notamment sur ses franges. À la ville agglomérée qui continue de se renforcer s’est ajoutée une ville diffuse, moins dense et plus rurale dans ses caractères physiques. Valorisés dans les systèmes urbains, désignés comme facteur d’attractivité dans la course aux avantages comparatifs que se livrent les grandes métropoles et garants de «leur bonne santé» (Bryant et Charvet, 2003), les espaces ouverts du périurbain s’imposent désormais comme un enjeu de l’aménagement des territoires organisés par la ville et surtout de la notion de ville durable qui fonde aujourd’hui les pratiques de ceux qui construisent la ville (Emelianoff, 2005). L’avènement d’une nouvelle urbanité, « urbanité rurale » pour d’aucuns (Jollivet, 1997 ; Poulle et Georges, 1997), passe nécessairement par la promotion des espaces environnants, soit de l’agriculture qui en autorise l’entretien au moindre coût. Le rural en périurbain signe donc le retour de l’agriculture dans la ville, la reconnaissance de sa pertinence au sein d’imbrications inédites entre villes et campagnes : activité aux fonctions multiples, ne répondant plus aux seuls impératifs de production de denrées agricoles, l’agriculture est appelée à inventer de nouvelles relations socio-spatiales avec la ville (Lacombe, 2002 ; Perrier-Cornet, 2002 ; Revue de Géographie Alpine, 2003). Certes les géographes ruralistes n’avaient jamais déserté l’approche agricole en périurbain relevant contraintes et opportunités de la présence urbaine, évaluant dans les mutations la part de la ville et celle des systèmes agricoles (Brunet et Charvet, 1994). Mais depuis une dizaine d’années, les travaux se multiplient et s’attachent aux formes innovantes portées par l’agriculture périurbaine (Vaudois, 1996 ; Bryant, 1997) : agriculture de territoire versus agriculture de filière (Jarrige, 2006), « infrastructure verte ouverte à tous » (Donadieu et Fleury, 2003), support identitaire pour des populations urbaines et rurales en quête de territoire (Souchard, 2003 ; Poulot, 2006).

Le rural en périurbain : quels enjeux pour la géographie rurale ?

  • 7  À l’image du MOS en Île-de-France : inventaire cartographique informatisé de l’occupation du sol r (...)

8Ces quelques jalons dans l’histoire du périurbain posent clairement les enjeux de son étude dans une approche des modalités rurales, spatiales et sociétales. Loin d’être une simple assimilation à l’urbain avec incorporation dans la ville dense, ces espaces ont fortement gagné en épaisseur en cinquante ans d’existence sans pour autant quitter leur état d’équilibre instable. Leur pérennité semble confirmée dans les travaux récents puisqu’au delà d’un certain seuil de population, certaines communes périurbaines ne s’accroissent plus et la périurbanisation se diffuse plus loin : ainsi le périurbain s’affirme comme une production socio-spatiale qui s’inscrit dans la durée en se renouvelant. La catégorie statistique qui définit ces espaces depuis 1996 peine d’ailleurs à les contenir : d’une part, la nappe pavillonnaire déborde largement les aires urbaines, de l’autre le zonage retenu ignore le périurbain des campagnes, soit « la périphérie des pôles ruraux ». Surtout, basée sur des critères fonctionnels de polarisation d’emplois, cette délimitation n’approche qu’une réalité des campagnes périurbaines caractérisées aussi par la présence de larges portions d’espaces ouverts et un affrontement entre logiques urbaines et logiques rurales, précisément pour l’usage du sol. Ainsi, certaines communes périurbaines absorbées par la banlieue et agrégées à la ville dense n’ont plus aucune campagne alors que le pôle urbain peut encore en compter (Toulouse, Montpellier par exemple) ; a contrario, les campagnes périurbaines s’étirent bien au-delà des limites de l’aire urbaine et l’on ne peut que regretter, pour les études rurales, l’abandon en 2001 dans la nomenclature finale du sous-ensemble « communes sous faible influence urbaine ». L’étude du rural en périurbain est donc à la recherche d’un espace statistique support. Le recours à un critère paysager, qui prend acte du pourcentage d’espaces ouverts, est commode et intègre des dimensions de représentation devenues essentielles dans les évolutions périurbaines en cours (fig. 1b). Il réclame toutefois un inventaire régulier et systématique des modes d’occupation des sols qui est loin d’être généralisé en France7 si bien que la plupart des travaux recourent à la délimitation INSEE en dépit de ses imperfections.

  • 8  Loi d’orientation et d’aménagement du territoire de 1995 et Loi d’orientation et d’aménagement dur (...)

9Tantôt s’étageant selon des gradients concentriques de la ville-centre au rural isolé mais évoluant de plus en plus vers des dispositions mosaïques complexes, les campagnes périurbaines appellent une réinterprétation des caractéristiques accolées aux espaces ruraux forgées dans une relation dichotomique entre ville et campagne. En second lieu, elles continuent d’afficher, voire de fabriquer des figures rurales, notamment l’agriculture qui ressortit encore largement, même à l’heure de la multifonctionnalité portée par Bruxelles et les nouvelles lois rurales françaises, de dynamiques sectorielles et de logiques de filières. S’il est incontestable que l’agricole ne fait plus le rural, sa forte présence en périurbain convoque le rural et son champ d’analyse. Enfin, ces espaces participent de configurations territoriales originales autour d’une identité métisse qui mêle ruralité et urbanité et associent urbains et ruraux pour leur gouvernance : ils permettent d’interroger la contribution de cette ruralité en invention et de ses usages sociaux à l’action publique territoriale, notamment dans le cadre des territoires de projets ou des Schémas de cohérence territoriale initiés par les nouvelles modalités d’aménagement du territoire8. Ils autorisent, pour reprendre une formule de B. Debarbieux (2005, p. 39), « un déplacement d’attention des objets vers les processus et les forces agissantes dans leur capacité à exprimer des spatialités et à configurer des choses spatiales qui en retour les orientent ».

Le périurbain : un outil de réévaluation des notions traditionnellement accolées au rural

10L’espace rural se définit encore unanimement comme un mode particulier d’utilisation de l’espace – un autre mode étant la ville - caractérisé par un « bâti discontinu laissant une place plus ou moins grande aux champs, voire à la friche et à la forêt et par des densités relativement faibles » (Diry, 1999, p. 9). B. Kayser y ajoute deux critères moins consensuels mais souvent retenus : « un mode de vie caractérisé par une appartenance à des collectivités de taille limitée et par un rapport particulier à l’espace ; une identité et une représentation spécifiques connotées par la culture paysanne » (Kayser, 1990, p. 13). Au cœur des travaux en géographie rurale depuis cinquante ans, ces différentes notions, élaborées en phase d’exode rural quand « la campagne s’opposait à la ville » (George et Viers 1970), appellent aujourd’hui une mise au jour au vu des évolutions récentes, notamment du développement des espaces périurbanisés

Quand la faible densité s’applique aussi aux territoires métropolisés

11La densité permet d’évaluer une relation simple, le rapport entre les effectifs de population et le territoire qu’ils occupent. Considéré dès 1976 comme le « meilleur critère de définition du rural » par la Commission rurale de l’Union géographique internationale, il se retrouve dans les nomenclatures d’une dizaine de pays européens, utilisé aussi par l’OCDE ou par la Commission Européenne pour appuyer ses études et ses programmes de développement rural. Longtemps dominant, voire unique, l’usage du critère de densité connaît certaines évolutions, liées en grande partie à l’étalement urbain et à l’apparition d’un tiers-espace.

  • 9  Formule employée lors d’enquêtes dans le périurbain francilien par les étudiants de Nanterre (écha (...)

12D’une part, la densité maximale rurale retenue a gagné en habitants pour tenir compte de l’exode urbain en généralisation si bien qu’elle s’établit aux alentours de 100-120 habitants par km2 dans nombre de pays européens. Elle rejoint désormais, voire dépasse, la densité de certains « territoires métropolisés à faible densité » (Cadène, 1997) qui s’épanouissent dans les espaces urbains devenus « des territoires distendus, juxtaposant des zones largement discontinues, hétérogènes, irrégulières dans la distribution des densités » (Ascher, 1995). Ainsi, la couronne rurale de l’Ile-de-France, au-delà de 30 km de Notre-Dame-de-Paris, affiche une densité moyenne de 80 habitants au km2, avec de larges portions sur les plateaux en deçà des 30 habitants au km2 - seuil des espaces de très faible densité étudiés par N. Mathieu et P. Dubosc dans les années 1980. En outre, ces espaces sont perçus par leurs habitants comme des « campagnes à faible densité aux portes de l’agglomération parisienne »9 (Poulot et Rouyres, 2007a). L’impossible seuil pertinent ne laisse pas de ressurgir, le périurbain consacrant la nécessité de la nuance et du gradualisme, introduisant de l’urbain dans le rural et du rural dans l’urbain, rendant caduque la dichotomie ville/campagne.

  • 10  L’analyse vaut pour les réseaux commerciaux et de services qui se font « lâches » tant à la campag (...)

13Quand la faible densité en vient à caractériser la campagne comme certaines portions de ville, l’adjonction de nouveaux indicateurs, de type fonctionnel, prenant notamment en compte l’accessibilité, s’impose. La tendance est générale en Europe, qui combine approches morpho-logiques et approches socio-économiques : la Suisse a arrêté un seuil maximal de population communale (10 000 habitants), une densité maximale (150 habitants au km2), une concentration d’emplois (2 000 au plus), un taux maximal de travailleurs pendulaires (33%) et une absence de continuité avec toute agglomération de plus de 20 000 habitants, tous critères cumulés, pour parler d’espace rural (Depraz, à paraître). Si la complexité des nouvelles définitions renvoie au progrès des techniques statistiques et de l’analyse spatiale, elle souligne aussi la nécessaire réévaluation de la notion de densité pour approcher au mieux  un rural totalement intégré aux différentes échelles spatiales10.

Quand le rapport au rural se déconnecte de l’espace du fait d’une multiappartenance  spatiale généralisée

14Si l’espace rural, en relations avec des horizons proches ou lointains dans des logiques commerciales, d’approvisionnement, de migrations ou de services, n’a jamais été un monde à part, l’agricolisation des campagnes a toutefois permis son appropriation unique par « les résidus de la société paysanne qui maintiennent avec l’espace des rapports originaux. Parce qu’il est autochtone, le rural paysan a une connaissance familière de son espace, qui est l’espace de son enfance, de sa communauté, de ses loisirs, souvent de son travail. La superposition de toute sa vie en un lieu, la familiarité qu’il en acquiert » (Guérin et Gumuchian, 1979, p. 92) entretiennent un rapport particulier à l’espace qui relève quasiment du domaine du sacré, pour reprendre le vocabulaire des sociologues, et peut entraîner des réflexes de clôture (Poulot et Rouyres, 2007b).

15L’arrivée plus ou moins massive de nouveaux résidents aux profils socio-professionnels variés, qui partout ont submergé les agriculteurs, change la donne. Les nouveaux venus, qu’ils élisent le rural comme résidence secondaire ou principale, sont engagés dans des relations à de multiples espaces depuis leur lieu d’habitat au lieu de travail, leur lieu de loisir au lieu de chalandise pour ne recenser que les fréquentations récurrentes (Jaillet, Rougé, Touzellier, 2006). La résidence n’est plus le facteur unique de structuration socio-spatiale ; la mobilité vient multiplier les repères territoriaux dissociés et éclatés dans le temps, ce qui annule les effets de familiarité si prégnants dans une société sédentaire, et ouvre la voie à des reconstructions ou réinventions idéales et souvent nostalgiques. La revendication d’un rapport privilégié au rural, l’affirmation de son fondement identitaire ne semblent plus rattachées à un espace donné ; elles s’affichent même plus haut et plus fort dans les espaces périurbains, s’invitant tant dans les projets d’aménagement que dans les débats électoraux.

16Nos outils d’analyse et nos modes de pensée de chercheurs du rural se sont à l’évidence forgés au contact de sociétés paysannes enracinées dans un espace et cultivant un véritable esprit du lieu. Les transformations de la société qui vit à la campagne nous invitent aujourd’hui à réfléchir sur les formes nouvelles de relations à des espaces multiples et discontinus et sur les co-arrangements possibles entre les diverses perceptions et appropriations : qu’est-ce que ces nouveaux liens au rural signifient pour l’espace rural ? Et parallèlement comment penser des formes d’aménagement quand la multi-appartenance généralisée multiplie et hybride les territorialités ? Le concept de « modes d’habiter » forgé par N. Mathieu au début des années 1990 participe de ces nouvelles interrogations : construit sur l’articulation entre « genre de vie » qui pourrait résumer les relations paysan/espace et « mode de vie » où se mêlent représentations, comportements et territoires, il renvoie tant au lieu habité qu’à l’individu habitant (Mathieu, 2007)

Quand le « faire campagne11 » se décline de la campagne à la ville

  • 11  Titre d’un colloque organisé à Rennes en 2005 autour de trois questionnements : « Qu’est-ce qu’avo (...)

17Alors que l’espace rural-support semble se dérober, les formes de sociabilité rurale sont plébiscitées comme un idéal d’une certaine manière de vivre ensemble – ce qui est aussi la définition de l’urbanité (Choay, 1999). H. Mendras ne dit pas autre chose, évoquant les citadins qui « s’échappent de la ville dès qu’ils le peuvent pour retrouver à la campagne et dans les petites villes les aménités urbaines plus un je ne sais quoi qui paraît donner un sens à la vie » (Mendras, 1984). Être rural ou faire rural devient mode et moderne et se décline quasiment partout à la ville comme à la campagne. Ces pratiques, si elles paraissent s’affranchir de l’espace, n’en constituent pas moins de puissants marqueurs spatiaux, notamment dans le périurbain ; elles invitent à un déchiffrement convoquant les thématiques et les outils classiques de la géographie rurale (la maison rurale, les circuits courts, les chemins ruraux, le pouvoir au village…) mais aussi ceux de la géographie sociale, particulièrement ses apports en matière d’analyses de discours et de représentations des différents groupes se partageant l’espace.

  • 12  Chacune de ces deux explicitations recueille environ un tiers des suffrages : enquêtes CREDOC-IPSO (...)

18Les motifs les plus invoqués, après le logement, par les navetteurs du périurbain pour justifier leurs choix résidentiels sont l’idylle paysagère et le désir de vivre dans des villages à taille humaine avec les pratiques sociales afférentes12, soit la convivialité, l’interconnaissance généralisée et la solidarité qui débouche sur l’échange de services. L’exaltation de telles valeurs semble a priori fort éloignée de l’éclosion d’une culture de l’entre-soi soulignée dans tous les travaux menés sur l’habitant périurbain (Charmes, 2005). De fait, les deux postures ne s’excluent pas totalement car les formes de sociabilité développées par les habitants, se révèlent extraordinairement variées, à l’image des nouveaux venus, oscillant de l’activisme forcené au repli total sur la sphère intime avec toutes les nuances possibles, en fonction du facteur temps (installation récente ou ancienne ; moment du parcours résidentiel), du facteur lieu (proximité ou éloignement de la ville ; type de village concerné), de critères sociaux… (Rougé, 2005).

  • 13  Sur un échantillon représentatif de 100 habitants du périurbain en Seine-et-Marne (enquête 2005) : (...)
  • 14  Les associations à tendance NIMBY (Not In My Back Yard) ou les programmes municipaux électoraux de (...)

19Dans la plupart des cas, les nouveaux habitants font preuve d’un attachement certain à leur espace de résidence ; ils s’appliquent à vivre dans ce lieu qui leur confère une certaine position sociale via l’accession à la propriété et plus encore à le faire vivre. La volonté d’insertion peut se lire d’abord dans la maison et le jardin attenant d’autant que ces deux coquilles sont l’occasion d’échanges et de relations de voisinage, parfois avec les autochtones quand il s’agit de cultiver son potager ou de travaux d’élagage assurés par les agriculteurs devenus prestataires de services. L’achat de produits frais dans les fermes proches ou les marchés paysans13, la promenade et autres loisirs de plein air sur les chemins ruraux (Le Caro, 2007), la fréquentation occasionnelle ou intensive des commerces locaux participent aussi de cette ambiance d’interconnaissance attribuée au village rural et fortement convoitée. Le renouveau de la vie associative dans l’espace périurbain, l’engagement marqué des nouveaux citoyens pour les affaires publiques constituent d’autres indices de cette volonté d’ancrage dans un espace local vécu et perçu comme proche de soi : on choisit d’y œuvrer pour son maintien en l’état ou son inflexion selon des images de ruralité14. La renaissance des fêtes locales mettant en scène des pratiques vernaculaires ou des usages du passé, la restauration d’un petit patrimoine rural à forte charge symbolique (le lavoir, le moulin, le pigeonnier…) témoignent enfin de ce « désir de campagne » qui semble avoir saisi une grande partie de la société française, urbaine et rurale.

20Ces pratiques du «faire campagne» qui empruntent tout autant à l’imaginaire, au passé qu’à la réalité ne sont pas exemptes de risques de folklorisation mais elles manifestent une belle résistance de la ruralité dans un monde urbain dominant et plus encore sa capacité à intégrer des représentations et des attentes nouvelles. Ce « faire campagne » symbolise un vivre ensemble marqué par une redéfinition et de la ruralité et de l’urbanité autour de certaines valeurs communes, dont la plus forte est le « vert », dans sa dimension paysagère et agricole, promu au rang de figure rurale et écologique à faire advenir. Il signifie en ce sens un recentrage des débats autour de l’agriculture dans son rapport à l’espace et à la société.

Le périurbain : le retour de l’agriculture au centre des débats pour « fabriquer » de nouveaux territoires entre villes et campagnes

21Si le périurbain a acquis en cinquante ans un poids démographique et une consistance particulière au point de devenir une composante à part entière dans le système urbain, il continue d’offrir un tissu urbain discontinu, troué de larges portions d’espaces ouverts à vocation forestière ou agricole. Ces derniers occupent près de 80 % de la Région Ile-de-France dont 53 % en cultures tenus par une agriculture à dominante céréalière particulièrement performante et dynamique (IAURIF-DRIAF, 2004 ; Charvet et Poulot, 2006) ; et les espaces agricoles représentent encore 60 % de la surface de l’aire urbaine toulousaine en 2000 (1/3 pour le pôle urbain et 2/3 dans la couronne périurbaine) (Bacconier-Baylet, 2006).

22Longtemps confinées à un rôle d’écrin ou de « cadre de vue » à admirer, les campagnes périurbaines sont devenues un « cadre de vie » : s’y noue une ruralité inédite entre captation d’héritages et aggiornamento, entre recherche d’enracinement et revendication d’une multi-appartenance. Cette ruralité « métissée » qui emprunte tant à la ville qu’à la campagne contribue fortement à (re-)modeler les campagnes périurbaines, à les (re-)définir en tenant compte des nouveaux habitants et de nouveaux usages. L’agriculture, niée ou oubliée dans un premier temps, y revient en force. Comment entretenir ces vastes espaces sinon en les confiant à des agriculteurs ? Quels sont les modèles agricoles à privilégier ? Comment envisager un partage durable de l’espace entre ces deux modes d’occupation du sol ? Quels projets y construire pour qu’agriculteurs et nouveaux habitants s’y reconnaissent et fassent advenir des territoires ? Le questionnement de l’agriculture en périurbain, espace précurseur d’évolutions appelées à se généraliser au vu des tendances migratoires, paraît incontournable pour une géographie du fait rural.

Les campagnes périurbaines : de l’enjeu paysager à l’enjeu agricole

  • 15  E. Guisepelli (2006) établit une typologie des nouveaux habitants des zones périurbaines de montag (...)

23Dans la « société occidentale paysagiste » selon les termes de P. Donadieu (2002), la campagne se décline autour d’archétypes paysagers esthétiques et bucoliques comme l’ont montré des enquêtes de perception auprès des nouveaux résidents (Hervieu, Viard, 2001 ; Raymond, 2003 ; Guisepelli, 2006 ; Poulot et Rouyres, 2007b). La forêt, symbole de naturel et d’enracinement, vient en premier lieu, plus expressément ses lisières car elle n’est réellement appréciée que circonscrite et bien disjointe des espaces habités. Ce sont ensuite les formes vallonnées et les cours d’eau, marques du vivant et de la variété dans un paysage : ils invitent à la promenade et offrent des points de vue. Ce sont enfin les prairies où paissent vaches et moutons, signes d’une agriculture paysanne et l’arbre, notamment celui qui porte des fruits pour évoquer une nature généreuse et qui, posé sur la plaine, devient élément de verticalité comme dans un tableau. Ces représentations, quasi intemporelles et non localisées, laissent a priori peu de place à l’agriculture sauf dans sa version paysanne, une agriculture en osmose avec le milieu avec un paysan attaché à son terroir15. Cette campagne périurbaine, panorama, source d’aménités et occasion de loisirs renvoie alors à des enjeux paysagers si bien que d’aucuns ont envisagé de la confier à des « professionnels du paysage qui, spécialistes du ‘suburbanisme’, sont capables de s’emparer de territoires (…) où la ville renouvelle les dispositions scénographiques de son théâtre en réfléchissant son articulation à la nature et aux aménagements hérités de la ruralité » (Marot, 1995). La commande paysagiste forme d’ailleurs aujourd’hui un des aboutissements de la réflexion sur les transitions entre ville et campagne en périurbain, ainsi avec les parcs de campagne ou les parcs agraires comme en Italie.

24L’option paysagiste ne peut toutefois épuiser la question au vu des superficies concernées. De surcroît, si les périurbains, avouant leur ignorance des questions agricoles (85% des interviewés en Ile-de-France) n’évoquent pas d’emblée l’agriculture pour qualifier leur cadre de vie, ils lui attribuent une forte dimension nourricière, notamment pour des produits typiques à connotation locale ou de qualité. Surtout l’agriculture est convoquée pour légitimer ou assurer la préservation des espaces de nature, voire fermer à l’urbanisation des portions de territoire (Poulot, 2006). Survalorisée dans les discours des accourus, reconnue comme pertinente sinon rentable économiquement, l’agriculture vient fournir un ensemble de références, explicites ou implicites, au caractère naturel des espaces de vie, à une certaine connivence avec le milieu et le local. L’enjeu paysager ressortit au final à celui de l’agriculture et des agriculteurs.

L’agriculture périurbaine érigée en bien public : quelles agricultures et quels métiers associés ?

25Cette figure de l’agriculture dite « campagne-cadre de vie » rencontre aisément celle de la « campagne-nature » (Perrier-Cornet, 2002) qui tient aujourd’hui lieu de paradigme, relayé tant par les aménageurs que par les politiques en France et dans l’Union européenne depuis les crises écologiques et alimentaires des dernières décennies. Attentive au respect des grands équilibres naturels et à la garantie de la santé et de la sécurité publiques, elle appelle la mise en œuvre de stratégies de diversification et de nouvelles dynamiques agricoles s’ouvrant aux souhaits et aux besoins de la société civile urbaine dominante. Elle invite à concilier autour de l’agriculture des logiques économiques et territoriales, économiques et paysagères ; elle est une mise en application de la multifonctionnalité de l’activité agricole telle qu’elle a été définie par la nouvelle Politique agricole commune avec le principe d’écoconditionnalité des aides ou la Loi d’orientation agricole française avec la création des Contrats territoriaux d’exploitation, devenus en 2002 Contrats d’agriculture durable. Cette évolution de l’agriculture vers une nature apprivoisée, jardinée et respectée, efficace et ouverte s’avère plus radicale dans le périurbain, espace multifonctionnel par définition où les concurrences sont particulièrement fortes et réclament des transactions entre les différents acteurs. On retrouve là le rôle de précurseur ou de porteur d’innovations déjà évoqué du périurbain.

  • 16  Le « vrai produit de terroir de l’agriculture périurbaine », selon Larcher, 1998.
  • 17  Un classique de la géographie rurale depuis les travaux d’Hägerstrand, 1952.

26Cette nouvelle agriculture en invention s’attache à combler les différentes fonctions collectives allouées aux espaces ruraux périurbains en accord avec les trois piliers du développement durable. La littérature géographique anglaise en fournit une approche commode déclinant successivement les place functions (fonctions dépendant de la proximité), les play functions (fonctions touristiques et de loisirs), les production functions (fonctions mettant en valeur les ressources locales), enfin les protection functions (ou fonctions de protection) (Bryant, 2005). Au-delà, il reste à étudier plus systématiquement la part respective des logiques d’évolution « de filière » (élevage hors sol, agrandissement et délocalisation pour les grandes cultures) par rapport aux logiques « entrepreneuriales » valorisant produits et terroirs agricoles locaux ou développant des services innovants (agriculture de loisir, fermes pédagogiques, accueil social, affichage de paysage16 avec plantation de haies ou de jachères fleuries …), bref renouant avec une dimension de proximité : c’est tout le débat agriculture de filière versus agriculture de territoire. De surcroît, il conviendrait de s’interroger sur les stratégies différenciées entre exploitants-fermiers jouant surtout sur la diversification et la commercialisation et exploitants-propriétaires fonciers plutôt enclins à privilégier un capitalisme foncier patrimonial à la recherche d’opportunités de vente ou versant dans le hobby farming (Jarrige et al., 2003). L’extraordinaire variété et vitalité de cette nouvelle agriculture, accordée aux caractéristiques agricoles locales mais aussi aux rapports à la ville et aux rapports des urbains à la campagne, n’est pas sans rappeler la remarquable capacité d’adaptation des agriculteurs du demi-siècle écoulé et renvoie à des analyses de l’innovation et de sa diffusion17. Enfin, cette « agriculture des futurs » (Lacombe, 2002) qui mêle productions matérielles et immatérielles, qui vient émarger dans la catégorie des services aux personnes comme à la collectivité, qui en appelle beaucoup à des initiatives individuelles, et qui plus est féminines dans nombre d’exemples, paraît augurer d’une redéfinition du métier d’agriculteur : est-ce le retour des paysans ou plutôt l’avènement d’un nouveau métier qui ressortit tout autant au technicien-producteur qu’au médiateur-animateur-passeur de nature ?

De la ruralité périurbaine au territoire périurbain : l’invention de l’agri-urbain ?

27Avec ces transformations du « faire de l’agriculture » et de « l’être agriculteur », l’agriculture en périurbain s’affirme véritablement multifonctionnelle, reconnue à la fois comme activité économique, composante de l’armature spatiale et paysagère du territoire et support identitaire. Elle acquiert une nouvelle légitimation qui lui permet d’accéder au rang de bien commun et de donner sens au territoire qu’elle occupe ; elle peut ainsi devenir le projet des territoires périurbains en train d’advenir. Ce n’est plus simplement le maintien d’une ceinture verte qui est en jeu mais la recherche de nouvelles imbrications entre espaces agricoles et société urbaine. Si les agriculteurs sont clairement désignés comme les acteurs principaux de ces transformations, la réussite du projet mobilise toutes les composantes de la société périurbaine et réclame des modalités inédites de concertation et d’action entre la ville et la campagne.

  • 18  Les nouveaux outils d’aménagement (1995, 1999, 2000) autorisent une meilleure prise en compte des (...)

28On assiste ainsi depuis une dizaine d’années à une floraison de chartes ou plans d’action qui matérialisent les engagements respectifs des différents partenaires sur les territoires périurbains : aux agriculteurs la promotion d’une agriculture douce et de paysages jardinés ouverts aux urbains, aux citadins le respect d’une activité économique, le tout dans une relation d’échanges et de transferts des savoir-faire sous le sceau de la puissance publique. Ces contrats déclinés aux différentes échelles territoriales soulignent le souhait de donner aux zonages une reconnaissance forte par l’adhésion de toute la communauté des habitants. Ils sont au cœur de la notion de territoire de projet mise en avant par les nouvelles lois d’aménagement du territoire18. Ces formules sont particulièrement nombreuses dans les territoires  typés comme les Parcs naturels régionaux périurbains ou dans les espaces les plus éloignés du front urbain (Charvet, Poulot, 2006). Mais elles se développent aussi dans les espaces plus ordinaires au contact même des tissus urbains denses avec les programmes agri-urbains, encouragés par les Régions et les Départements ou les communautés d’agglomérations. Les délimitations de ces territoires aux contours flous croisent des données de patrimoine, d’identité culturelle, de singularités paysagères ou topographiques, de pratiques en matière d’emplois ou d’habitat, de loisirs, d’usages d’équipements et de services collectifs (Poulot, 2008). « Effets d’une identité territorialisée » (Debarbieux, 2005), ils prennent sens dans un rapport particulier, quasi physique, aux paysages, aux lieux et aux activités, à savoir dans ce cas précis, l’agriculture.

29Leur mise en place requiert l’attention des géographes ruralistes autour de plusieurs questionnements : Quelle est la place de l’agriculture dans les dispositifs institutionnels en cours de création (PLU, SCOT, chartes…) ? À quelle échelle peut-on concevoir ces territoires ? Quelles fonctions ou valeurs de l’agriculture sont privilégiées (fonctions patrimoniales, de maîtrise des risques…) et quelles évolutions de l’agriculture entraînent-elles ? Quels sont les acteurs qui portent l’agriculture dans ces différents projets avec les éventuelles dérives d’instrumentalisation et de fermeture au nom de l’agriculture ?

Conclusion

30Considéré aujourd’hui comme un nouveau modèle d’urbanité, le périurbain semble échapper au champ d’une géographie rurale qui n’a pas cessé de voir depuis cinquante ans son espace référent se réduire et ses problématiques entamées par l’omniprésence du fait urbain. Mais si les espaces périurbains ne sont plus la campagne, ils ne sont pas non plus la ville tant dans leur morphologie que dans leurs logiques d’évolution ; ils s’apparentent à un troisième mode d’organisation de l’espace et autorisent un regard critique sur le rural et la ville. Leur questionnement s’avère donc excessivement fructueux pour comprendre les transformations survenues dans le monde rural depuis la seconde révolution agricole avec le brouillage des notions traditionnellement accolées au rural dans sa version antagonique à la ville. Si leurs contours enregistrent certaines modifications à l’aune des nouvelles tendances, elles font montre d’une belle vitalité dans une société occidentale saisie par le syndrome du présentisme et d’une mise en patrimoine généralisée. Leur réévaluation nous conduit à déporter toujours plus notre attention sur les processus et les acteurs qui vivent l’espace et créent les territoires. Surtout, et de manière assez paradoxale vu les évolutions des dernières années, les espaces périurbains replacent l’agriculture au cœur des débats. Les espaces ouverts deviennent l’enjeu non plus seulement d’appropriation à but de lotissement mais aussi de l’avènement d’un mieux vivre autour de valeurs du local, de l’authenticité, du naturel, d’un environnement protégé ; la vogue de la local food et du green en témoigne aisément. À la recherche de configurations territoriales inédites, agri-urbaines et non plus périurbaines, ils permettent d’interroger la contribution de la ruralité en invention et de l’agriculture qui lui redevient associée à l’action publique territoriale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ASCHER F.,1995, Metapolis ou l’avenir des villes, Paris, O. Jacob, 346 p.

BACCONIER-BAYLET S., 2006, L’agriculture dans les espaces périurbains toulousains, discours, pratiques et enjeux autour de l’activité agricole dans les politiques d’aménagement, thèse de géographie, Université Toulouse II-Le Mirail, 263 p.

BAUER G., ROUX J.-M., 1976, La rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Le Seuil, 192 p.

BERGER M., 2004, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS, 318 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BERGER M., FRUIT J.-P., PLET F., ROBIC M.-C., 1980, Rurbanisation et analyse des espaces ruraux péri-urbains, L’Espace Géographique, n°4, p. 303-313.
DOI : 10.3406/spgeo.1980.3582

BERQUE A., BONNIN P., GHORRA-GOBIN C., (dir.), 2006, La ville insoutenable, Paris, Belin, 366 p.

BONERANDI E., LANDEL P.A., ROUX E., 2003, Les espaces intermédiaires, forme hybride : ville en campagne, campagne en ville, Revue de géographie alpine, T. 91, n°4, p. 67-79.

BRUNET P., CHARVET J.-P. (dir.), 1994, Les agricultures périurbaines, BAGF, 2, 226 p.

BRYANT C.R., 1997, L’agriculture périurbaine : l’économie d’un espace innovateur, Cahiers d’Agriculture, 6-2, p. 125-130.

BRYANT C.R., 2005, La place des espaces ruraux périurbains et de l’environnement dans le développement régional, Symposium international Territoires et enjeux du développement régional, Lyon, 9-11 mars.

BRYANT C.R., CHARVET J.-P., 2003, La zone périurbaine : structure et dynamiques d’une composante stratégique des régions métropolitaines, Canadian Journal of Regional Science/Revue Canadienne des sciences régionales, XXVI, n°2-3, p. 241-250.

CADENE P., 1997, Les couronnes périurbaines, des périphéries au coeur des agglomérations, in Agriculture, Forêt et périurbanisation, Séminaire Bergerie Nationale de Rambouillet, Actes du séminaire du 6 novembre 1997, p. 16-24.

CHARMES E., 2005, La vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L’Harmattan, 220 p.

CHARVET J.-P., POULOT M., 2006, Conserver des espaces ouverts dans la métropole éclatée, le cas de l’Ile-de-France, in DORIER APPRILL E. (éd.), Ville et environnement, Paris, SEDES-DIEM, p. 215-248.

CHOAY F., 1999, De la ville à l’urbain, Urbanisme, n°309, p. 6-8.

DEBARBIEUX B., 2005, Obsolescence ou actualité des objets géographiques modernes ? À propos de la ville, de la campagne, du périurbain et de quelques autres objets conventionnels, in ARLAUD S., JEAN Y., ROYOUX D. (ed.), Rural-urbain, Nouveaux lieux, Nouvelles frontières, Rennes, PUR, p. 33-43.

DEPRAZ S., à paraître, Vers une définition interna-tionale du rural en Europe ?, colloque Héritages et Trajectoires rurales en Europe, Montpellier, 6-7 septembre 2007 (en cours de publication).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DIRY J.-P., 1984, Une politique périurbaine : l’exemple de Lyon, Revue de Géographie de Lyon, n°4, p. 387-407.
DOI : 10.3406/geoca.1986.4108

DIRY J.-P., 1999, Les espaces ruraux, Paris, SEDES,192 p.

DONADIEU P., 2002, La société paysagiste, Le Méjan, Actes Sud, 150 p.

DRIAF-IAURIF, 2004, Atlas Rural et Agricole de l’Île-de-France, 180 p.

DUBOIS-TAINE G., CHALAS Y. (dir.), 1997, La ville émergente, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 286 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DURBIANO C., 1998, Les zones naturelles et agricoles des espaces périurbains méditerranéens : une nouvelle problématique, Méditerranée, n° 2-3, p. 47-51.
DOI : 10.3406/medit.1998.3050

DURBIANO C., 2001, De la huerta au parc agraire : la basse vallée du Llobregat, Rives nord-méditerranéennes, n°8, p. 65-78.

EMELIANOFF C., 2005, La ville durable en Europe, La Revue Durable, n°5, p. 14-18.

FALQUE M., 1973, Vers une nouvelle fonction de l’agriculture périurbaine, Etudes rurales, n°49-50, p. 69-96.

GEORGE P., VIERS G., 1970, Dictionnaire de géographie, Paris, PUF, 448 p.

GUERIN J.-P., GUMUCHIAN H., 1979, Ruraux et rurbains. Réflexions sur les fondements de laruralité aujourd’hui, Revue de Géographie Alpine, n°1, p. 89-104.

GUISEPELLI E., 2006, Place et fonctions de l’agriculture en zones périurbaines de montagne : modes d’habiter et représentations du rural, L’Espace géographique, n° 2, p. 133-147.

HÄGERSTRAND J., 1952, The propagation of innovation waves, Lund Studies in Geography, Ser. B. Human Geography, 4, p. 1-21.

HERVIEU B., VIARD J., 2001, Au bonheur des campagnes, 2e éd., La Tour d’Aigues, L’Aube, 158 p.

JAILLET M.-C., ROUGÉ L., TOUZELLIER C., 2006, Les modes de vie des navetteurs toulousains installés aux franges de l’aire urbaine : vers l’émergence de nouvelles figures de l’urbanité, in BONNET M., AUBERTEL P. (dir.), La ville aux limites de la mobilité, Paris, PUF, p. 161-173.

JARRIGE F., JOUVE A.M., NAPOLEONE C., 2003, Et si le capitalisme patrimonial foncier changeait nos paysages quotidiens ?, Le Courrier de l’environnement, n°49, p. 13-28.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

JARRIGE F., THINON P., NOUGAREDES B., 2006, La prise en compte de l’agriculture dans les nouveaux projets de territoires urbains. L’exemple d’une recherche en partenariat avec la Communauté d’Agglomération de Montpellier, Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n°3, p. 393-414.
DOI : 10.3917/reru.063.0393

JOLLIVET M., 1997, Vers un rural post-industriel, Paris, L’Harmattan, 372 p.

JUNEAU P., BRYANT C.R., 1997, Les parcs naturels régionaux français et l’aménagement du territoire vus de l’Amérique du Nord : un concept innovateur ou utopie conceptuelle ?, Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, n°3-4, p. 29-44.

KAYSER B., 1990, La Renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Colin, 312 p.

KAYSER B. (dir.), 1996, Ils ont choisi la campagne, La Tour d’Aigues, L’Aube, 206 p.

LACOMBE P. (dir.), 2002, L’agriculture à la recherche de ses futurs, La Tour d’Aigues, L’Aube-DATAR, 184 p.

LARCHER G, 1998, Gestion des espaces périurbains, Procès-verbal de la séance du 5 mai 1998 au Sénat.

LE CARO Y., 2007, Les loisirs en espace agricole. L’expérience d’un espace partagé, Rennes, PUR, 431 p.

Revue de Géographie Alpine, 2003, Les agriculteurs dans la cité, t. 91, n°4, 116 p.

LEVY J., 1999, Le tournant géographique, Paris, Belin, 400 p.

LEVY J., LUSSAULT M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

LUGINBUHL Y., 1991, Le paysage rural, la couleur de l’agricole, la saveur de l’agricole, mais que reste-t-il de l’agricole ?, Etudes Rurales, n° 121-124, p. 27-44.

MAROT S., 1995, L’alternative du paysage, Le Visiteur, p. 1-3.

MATHIEU N., 1990, La notion de rural et les rapports villes-campagnes en France, des années 50 aux années 80, Economie rurale, n°97, p. 35-41.

MATHIEU N., 1998, La notion de rural et les rapports villes-campagnes en France, des années quatre-vingt aux années quatre-vingt-dix, Economie rurale, n°247, p. 11-20.

MATHIEU N., 2007, Trente ans de réflexion et de travaux sur les campagnes de faible densité, in BARTHE L., CAVAILLE F., EYCHENNE C., PILLEBOUE J., Habiter et vivre dans les campagnes de faible densité, Presses Universitaires Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CERAMAC  n°23, p. 39-62.

MENDRAS H., 1991, La fin des paysans, Arles, Actes Sud, 434 p.

PERRIER-CORNET P. (dir.), 2002, Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, l’Aube-DATAR, 280 p.

PHLIPPONNEAU M., 1956, La vie rurale dans la banlieue parisienne, Paris, Colin, 594 p.

POULLE F., GEORGES T., 1997, Essai sur l’urbanité rurale. Cinq territoires ruraux, leurs serments et leurs modes de gouvernement, Paris, Syros, 128 p.

PROST B., 1991, Du rural au périurbain : conflit de territoire et requalification de l’espace, Revue de géographie de Lyon, vol. 96, n°2, p. 96-103.

PROST B., 2001, Quel périurbain aujourd’hui ?, Géocarrefour, 76, n°4, p. 283-288.

POULOT M., 2006, De la clôture des territoires périurbains dans l’ouest francilien, Socio-Anthropologie, n°19, p. 109-125.

POULOT M., 2008, Des territoires de projet en périurbain, Historiens et Géographes, n°403, p. 159-172.

POULOT M., ROUYRES T., 2003, Les espaces ouverts en Ile-de-France : quels enjeux pour quels acteurs ?, Canadian Journal of Science/Revue Canadienne des Sciences régionales, vol. XXVI, 2&3, p. 431-446.

POULOT M., ROUYRES T., 2007a, Vivre dans des espaces de faible densité aux portes d’une grande agglomération : l’exemple des campagnes franciliennes, in BARTHE L., CAVAILLE F., EYCHENNE C., PILLEBOUE J., Habiter et vivre dans les campagnes de faible densité, Presses Universitaires Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CERAMAC n°23, p. 215-232.

POULOT M., ROUYRES T., 2007b, Refaire campagne en Ile-de-France, Norois, 202, p. 61-71.

RAYMOND  R., 2003, La nature à la campagne : identification sociale et argument pour la gestion d’un territoire rural partagé. L’exemple du Vexin Français, thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 412 p.

RENARD J., 1985, Sociétés et espaces périurbains dans la région nantaise, Géographie Sociale, n°2, p. 45-66.

ROUGÉ L., 2005, Accession à la propriété et mode de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain toulousain lointain, les captifs du périurbain, thèse de doctorat, Université Toulouse II-Le Mirail, 382 p.

SOUCHARD N., 2003, L’agriculture et la cité à la recherche d’un nouveau bien commun territorialisé ? Les exemples de Rennes et de Grenoble, Revue de Géographie Alpine, t. 91, n°4, p. 106-114.

THOMSIN L., 2001, Un concept pour le décrire : l’espace rural rurbanisé, Ruralia, 9, en ligne, 15 p.

VANIER M., 1995, La petite fabrique des territoires en Rhône-Alpes : acteurs, mythes et pratiques, Revue de géographie de Lyon, vol. 70, n°2, p. 93-114.

VANIER M., 2000, Qu’est-ce que le tiers-espace ?, Revue de géographie alpine, n°1, p. 104-113.

VANIER M., 2005, Rural-urbain : qu’est-ce qu’on ne sait pas ?, in ARLAUD S., JEAN Y., ROYOUX D. (eds.), Rural-urbain, Nouveaux lieux, Nouvelles frontières, Rennes, PUR, p. 25-32.

VAUDOIS J., 1996, Les zones périurbaines : des laboratoires territoriaux pour l’agriculture du début du XXIe siècle, in Actes de la rencontre de la Bergerie nationale de Rambouillet, Agriculture et forêt en zones périurbaines : constats et perspectives, p. 15-18.

Haut de page

Notes

1  Expression reprise de Vanier, 1995.

2  Le terme agri-urbain renvoie à la Loi relative au développement des territoires ruraux (n° 2005-157 Art. 73).

3  Tous les recensements de population, depuis 1975, confirment cette inversion de tendance démographique qui gagne le rural même éloigné de la ville.

4  Pour l’histoire du mot et de la chose, voir Prost, 2001 et Poulot et al., 2003.

5  Le terme renvoie aux open spaces (espaces naturels, agricoles et forestiers) des Anglo-Saxons par opposition aux espaces bâtis.

6  Si ces formules ont été inaugurées dans les années 1970 les premières études ressortissent plus au champ professionnel qu’à la géographie.

7  À l’image du MOS en Île-de-France : inventaire cartographique informatisé de l’occupation du sol réalisé en moyenne tous les quatre ans par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de l’Ile-de-France à partir de photographies aériennes.

8  Loi d’orientation et d’aménagement du territoire de 1995 et Loi d’orientation et d’aménagement durable du territoire de 1999 sur les territoires de projet ;  Loi Solidarité et renouvellement urbain de 2000 pour les SCOT et les Plans locaux d’urbanisme.

9  Formule employée lors d’enquêtes dans le périurbain francilien par les étudiants de Nanterre (échantillon de 250 personnes), IAURIF-DRIAF, 2004.

10  L’analyse vaut pour les réseaux commerciaux et de services qui se font « lâches » tant à la campagne que dans le périurbain au point d’amener l’organisation de transports à la demande ou la réinstallation de commerces multiservices aux portes de l’agglomération parisienne (Poulot et Rouyres, 2007a)

11  Titre d’un colloque organisé à Rennes en 2005 autour de trois questionnements : « Qu’est-ce qu’avoir l’air d’un campagnard ? », « Quelles pratiques du monde rural ? » et « Militer pour quels projets ? ».

12  Chacune de ces deux explicitations recueille environ un tiers des suffrages : enquêtes CREDOC-IPSOS ; enquêtes pour Hervieu, Viard, 2001 ; enquête auprès des Franciliens, cf. note 10.

13  Sur un échantillon représentatif de 100 habitants du périurbain en Seine-et-Marne (enquête 2005) : 52 ont acheté des produits en direct (2 ne se prononcent pas) ; 36 ont fait appel à un agriculteur pour service (60 non).

14  Les associations à tendance NIMBY (Not In My Back Yard) ou les programmes municipaux électoraux de fermeture à l’urbanisation en attestent (Poulot, 2006).

15  E. Guisepelli (2006) établit une typologie des nouveaux habitants des zones périurbaines de montagne en Rhône-Alpes selon leur sensibilité à l’agriculture : le groupe dit « sans territoire » ignore l’agriculture puisque seule « la dominante vert compte » ; celui des «nostalgiques» plébiscite les « produits artisanaux et naturels » tandis que les « nouveaux enracinés » célèbrent « les produits locaux ou avec signes de qualité » ; seul le groupe des « pragmatiques » semble considérer l’agriculture dans son état actuel.

16  Le « vrai produit de terroir de l’agriculture périurbaine », selon Larcher, 1998.

17  Un classique de la géographie rurale depuis les travaux d’Hägerstrand, 1952.

18  Les nouveaux outils d’aménagement (1995, 1999, 2000) autorisent une meilleure prise en compte des paysages et des réalités rurales dans les documents d’urbanisme. Grâce aux PADD (Projets d’aménagement et de développement durable) les programmes  comportent non seulement des aspects économiques et sociaux, mais aussi patrimoniaux et culturels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les espaces ruraux périurbains en Île-de-France
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7045/img-1.png
Fichier image/png, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Poulot, « Les territoires périurbains : « fin de partie » pour la géographie rurale ou nouvelles perspectives ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 24 août 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7045 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7045

Haut de page

Auteur

Monique Poulot

Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, Laboratoire GECKO, mpoulotmoreau@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page