Navigation – Plan du site
Articles

Dynamiques industrielles et mutations des espaces ruraux en Allemagne

Industrial dynamics and changes to rural areas in germany
Hélène Roth
p. 285-293

Résumés

Cet article interroge le rôle de l’industrie manufacturière dans les mutations des campagnes allemandes. Dans un premier temps sont analysées les approches des campagnes industrielles en Allemagne, la pertinence et l’ambiguïté d’une grille d’analyse qui croise une catégorie spatiale et une entrée sectorielle. Dans un second temps, la fonction industrielle des  espaces ruraux est envisagée à l’échelle nationale, ce qui permet de mettre en évidence des dynamiques régionales différenciées. L’analyse des évolutions de l’activité industrielle en zone rurale depuis une décennie montre l’importance des logiques de desserrement urbain et celle de la valorisation des différentiels entre anciens et nouveaux Länder. La dernière partie est consacrée à l’étude des recompositions à l’œuvre dans la région du Vogtland, en Saxe.

Haut de page

Texte intégral

1La diversification fonctionnelle des espaces ruraux est présentée comme un des grands axes stratégiques de la politique européenne de développement rural pour la période 2007-2013, sans grande rupture avec la période précédente où l’avenir des espaces ruraux se jouait dans leur multifonctionnalité. Conformément aux représentations dominantes du rural, les fonctions résidentielles, récréatives et environnementales des espaces ruraux sont mises en exergue, tant dans le domaine politique et opérationnel que dans le domaine scientifique ; elles sont placées au cœur des modèles de développement des territoires ruraux. Les fonctions productives, longtemps négligées, reviennent sur le devant de la scène à travers l’impératif de compétitivité de l’agriculture et de la sylviculture, formulé dans la foulée de la stratégie de Lisbonne. Mais les fonctions industrielles des espaces ruraux restent en retrait, alors que dans de nombreux pays européens l’industrie manufacturière demeure un secteur clé pour comprendre l’organisation des territoires ruraux, les dynamiques de l’emploi et l’intégration des espaces ruraux à une économie mondialisée (Aubert, Blanc, 2002).

2Les espaces ruraux allemands sont des lieux de multifonctionnalité. Historiquement construite sur une pression démographique forte, aujourd’hui en reflux, l’imbrication des fonctions et des activités en milieu rural en Allemagne est aujourd’hui entretenue et renouvelée par une demande sociale et économique importante à l’égard des campagnes. Elle est en même temps soumise à des recompositions géographiques, à la croisée de logiques locales, régionales et nationales. Nous proposons d’interroger le rôle de l’industrie manufacturière dans les mutations des campagnes allemandes, ce qui implique, dans un premier temps, une réflexion préalable sur les approches des campagnes industrielles en Allemagne et sur la pertinence et l’ambiguïté d’une grille d’analyse qui croise une catégorie spatiale et une entrée sectorielle. Dans un second temps, la fonction industrielle des espaces ruraux est envisagée à l’échelle nationale, ce qui permet de mettre en évidence des trajectoires régionales différenciées, en fonction des dynamiques socio-démographiques et industrielles. La dernière partie est consacrée à l’étude des recompositions à l’œuvre dans la région du Vogtland.

L’industrie manufacturière est-elle soluble dans les espaces ruraux ?

L’industrie, trou noir de la géographie rurale allemande

3En Allemagne et plus généralement dans le monde germanique, la campagne est associée au paysage de la Heimat, à la Kulturlandschaft, à la fois paysage cultivé et paysage culturel ; elle renvoie une image indéniablement positive. Les représentations de l’espace rural y sont empreintes de nature et de forêts, de villages fleuris et d’agriculture respectueuse de l’environnement ; elles sont assez incompatibles avec les images associées à l’industrie, imprégnées de la pollution de l’air, des sols et des eaux.

  • 1  Ce déséquilibre ne s’explique pas par la délimitation (très large) de l’espace rural qu’il propose (...)
  • 2  R. Wiessner fait néanmoins exception : ce géographe a consacré quelques travaux à la spécificité d (...)

4La géographie rurale allemande n’est pas étanche à ces représentations, tout en étant consciente de participer à la (re)production des images d’une idylle rurale menacée (Ermann, Hock, 2004). Traditionnellement organisée en deux branches - la géographie agricole et la géographie des villages - les ruralistes allemands se sont emparés depuis les années 1980 de questions environnementales et paysagères, des fonctions résidentielles, touristiques et de loisirs dévolues aux campagnes et plus globalement des problématiques de développement rural, abordées par la multifonctionnalité. Si l’intégration des petites villes dans la catégorie des espaces ruraux relève de l’évidence, le secteur industriel est traité de façon très marginale, comme en témoigne un ouvrage de référence sur l’espace rural, Der ländliche Raum : l’auteur, G. Henkel, consacre cent pages aux activités agricoles et forestières, quinze au tourisme et neuf à l’artisanat et à l’industrie1, dont seulement deux concernent la période contemporaine (Henkel, 2004)2 – un paradoxe dans un pays où les campagnes ont largement participé de l’industrialisation au XIXe s. et où le fait industriel caractérise encore les territoires et les sociétés rurales.

Territoire et systèmes productifs

5Depuis une trentaine d’années, les systèmes productifs locaux ont néanmoins fait l’objet de nombreuses analyses, à la croisée de la géographie, de l’économie et des sciences régionales. La structure entrepreneuriale en petites unités spatialement concentrées, la proximité socio-culturelle des acteurs économiques et l’ancrage territorial des entreprises et des réseaux sont réputés participer aux effets d’externalités, à la capacité d’adaptation et à la résilience des systèmes productifs (Butzin, 1996 ; Hülsmann, 2000). Cette approche territoriale complète celle, plus classique, consistant à mettre en exergue les avantages comparatifs des espaces à dominante rurale dans l’explication des localisations (main d’œuvre bon marché, coût des intrants, disponibilité foncière, etc.).

6Dans ce débat longtemps dominé par la fascination de la réussite des districts industriels, notamment de ceux du Land de Bade-Wurtemberg, un des mérites de l’approche géographique des campagnes industrielles est d’avoir reconnu très tôt le possible déclin de la figure du district industriel et, partant, la diversité des trajectoires (Ritter, 1987, 1995). L’importance des logiques territoriales dans l’adaptation des systèmes productifs aux défis de la mondialisation est alors nuancée. Des auteurs ont ainsi mis en évidence, dans le cas de régions rurales de tradition industrielle, la difficulté des acteurs locaux à adapter et régénérer les systèmes productifs (Schamp, 1997, 2000a, 2000b ; Beutl, 2003).

Une grille pertinente ?

  • 3  telle qu’elle est retenue, par exemple, dans les plans de développement des Länder.

7La question de la pertinence de la grille d’analyse « espaces ruraux - industrie » se pose en effet, en Allemagne plus encore qu’ailleurs, tant l’occupation de l’espace y est dense et diffuse. Les espaces peuvent-ils encore être ruraux lorsqu’ils sont industrialisés ? L’importance du fait industriel participe de la remise en question d’une catégorisation binaire de l’espace et des limites entre urbain et rural (doc. 1 et fig. 1), car l’industrialisation est fortement corrélée à de fortes densités de population et à une urbanisation diffuse. Si l’on retient une acception très stricte de l’espace rural (faibles densités de population et éloignement des lieux centraux), une approche par l’industrie n’est plus justifiée, puisqu’elle exclut de fait les espaces industrialisés, notamment les Länder du Bade-Wurtemberg et de Saxe, dans leur quasi intégralité. Une délimitation plus large de l’espace rural3, préférée ici, permet de rendre compte de la ruralité d’espaces denses marqués par la prégnance des petites villes, et où l’imbrication des fonctions productives et les fortes densités se pensent dans le temps long.

Document 1 : Quelle délimitation de l’espace rural en Allemagne ?

Il n’existe pas de distinction officielle entre espaces urbains et espaces ruraux en Allemagne. Régulièrement, l’Office pour l’aménagement du territoire (Bundesamtes für Bauwesen und Raumordnung) établit à l’occasion de chaque Rapport sur l’aménagement du territoire une typologie des structures spatiales – définies sur des critères de densité et d’accessibilité aux lieux centraux - qui jusqu’en 2000 différenciait plusieurs niveaux de rural et d’urbain sur le principe de l’emboîtement scalaire (fig. 1). La dernière typologie, publiée en 2005, renonce à la catégorisation rural-urbain et préfère celle de centre-périphérie ; ce qui était auparavant « espace rural dense » devient alors « espace intermédiaire » (BBR, 2005). En revanche, les plans de développement régional des Länder distinguent toujours espaces ruraux et espaces urbains, de façon plus ou moins complexe (deux catégories d’espaces en Thuringe et Saxe-Anhalt, neuf en Bavière) ; ces catégories sont généralement établies à l’échelle des communes. L’étude des activités industrielles impose une analyse à l’échelle des Kreise, les données statistiques n’étant pas disponibles au niveau communal. Les délimitations de l’espace rural sur le maillage des Kreise sont basées sur les types élémentaires de structures spatiales du Rapport sur l’aménagement du territoire de 2000. L’inclusion ou non des Kreise denses et/ou des villes-Kreise de petite taille dans la catégorie rurale explique la grande diversité des délimitations : dans l’Atlas national de la République fédérale d’Allemagne par exemple, l’espace rural représente, selon les différents auteurs, entre 18 % et 54 % de la population allemande. Selon la définition la plus stricte, les Länder de Bade-Wurtemberg ou de Saxe sont presque exclusivement urbains. La délimitation retenue dans cet article, très large, correspond aux types 4, 6, 7, 8 et 9, auxquels sont soustraites les villes-Kreise isolées - soit 80 % du territoire fédéral et 40 % de la population allemande.

Figure 1 : Les types de structures spatiales dans le Rapport sur l’aménagement du territoire (2000)

Figure 1 : Les types de structures spatiales dans le Rapport sur l’aménagement du territoire (2000)

Campagnes industrielles – dynamiques et logiques de localisation

  • 4  Les données statistiques relatives à l’industrie manufacturière, fournies par l’institut fédéral d (...)

8Le faible intérêt porté aux fonctions industrielles des espaces ruraux semble paradoxal dans un pays où les campagnes ont largement participé à l’industrialisation au XIXe s. (Hau, 1994). Les espaces ruraux sont les lieux privilégiés de localisation de l’industrie allemande. Celle-ci est en effet de moins en moins urbaine stricto sensu, tant en termes d’emplois que de richesse produite. Près de la moitié des actifs industriels travaillent aujourd’hui dans les Kreise ruraux, et cette part tend à augmenter alors que le nombre d’emplois industriels diminue progressivement en Allemagne4. Dans quelle mesure l’industrie manufacturière participe-t-elle de l’organisation et des dynamiques des espaces ruraux ? Quel est le rôle des espaces ruraux dans la dynamique géographique des activités industrielles ? Selon quelles logiques géographiques se différencient les évolutions socio-démographiques et industrielles des campagnes manufacturières ?

Des espaces ruraux d’industrialisation ancienne

9Les espaces ruraux allemands se caractérisent par une occupation du sol à dominante végétale, une densité de population relativement forte et l’importance des fonctions productives (secteurs primaire et secondaire), même si cette fonction est rarement mise en exergue dans les documents de planification et d’aménagement du territoire. Près de 40 % des actifs ruraux et de la valeur ajoutée relèvent des secteurs productifs – seulement un quart dans les espaces urbains. La part importante (supérieure à 30 %) des secteurs productifs dans l’emploi total caractérise les deux tiers de l’Allemagne, au sud d’une ligne Brême-Dresde, ce qui reflète pour une bonne part la géographie de l’activité industrielle. Si l’agriculture demeure un secteur d’activité relativement important dans le nord de l’Allemagne ainsi que dans une grande partie de la Bavière (entre 6 et 13 % des emplois), l’industrie manufacturière occupe plus du quart des actifs dans les campagnes de Bade-Wurtemberg, de Franconie et dans les franges orientales de la région Rhin-Ruhr (fig. 2).

Figure 2 : Part du secteur industriel dans l’emploi total

Figure 2 : Part du secteur industriel dans l’emploi total

10La prégnance du fait industriel dans les espaces ruraux, notamment dans les zones de petites et moyennes montagnes, renvoie pour partie à des effets d’héritage et de valorisation des ressources locales. Les campagnes les plus industrialisées aujourd’hui sont, pour une grande part, celles où l’activité artisanale et la petite industrie était très développée à la fin du XIXe et au début du XXe s. : à la marge du cœur industriel saxon, les Monts métallifères, la Lusace, le Vogtland, la Forêt de Thuringe, la Haute-Franconie et le Haut-Palatinat ; à proximité de l’axe rhénan, le Jura souabe et la Forêt Noire (Wiessner, 2002) – autant de régions qui ont profité de la diffusion de la modernité industrielle à partir des grands centres de décision qui les encadraient (Nuremberg, Leipzig, Dresde, Francfort, Cologne etc.). Les effets d’héritage se lisent dans la spécialisation encore très forte de nombreux Kreise de montagne dans des industries manufacturières, avec une marqueterie de textile, de cuir, de bois, de verre et de céramique – c’est-à-dire leur importance relative dans le tissu entrepreneurial local (Klein, 2004). Bien souvent ces spécialisations productives mises en évidence sont celles sur lesquelles se sont construits les districts industriels au XIXe s. (Brenner, 2006) : industrie textile en Vogtland ou dans la région de Reutlingen, fabrication de porcelaine dans les confins orientaux de Franconie et du Palatinat, verrerie en Forêt de Thuringe, etc. Il apparaît ainsi, particulièrement dans les zones de petites et moyennes montagnes, une certaine continuité de l’activité industrielle et de la spécialisation productive sur la longue durée. Les premières branches industrielles actuellement – en termes de nombre d’emplois – sont des branches traditionnelles, celles qui ont assuré autrefois la prospérité relative de ces régions. L’industrie de la porcelaine occupait en 2000 encore plus de la moitié des effectifs industriels dans le Kreis de Wunsiedel (51 %) ; le textile et la confection, 42 % dans le Kreis de Hof ; la fabrication de meubles et de jouets, 45 % dans le Kreis de Coburg en Bavière et 25 % dans celui de Sonneberg en Thuringe, etc. La longue survie de ces branches industrielles et leur importance relative dans l’économie locale étonnent, alors qu’elles subissent  en Europe des crises générales bien connues.

  • 5  La Haute-Franconie se situe dans le nord du Land de Bavière.

11Les zones rurales d’industrialisation ancienne ont parfois pu maintenir, voire rénover leur système productif par une diversification des activités industrielles, profitant soit de la délocalisation directe d’unités de production, soit plus souvent en profitant des effets de stratégies d’externalisation de grandes entreprises. En Haute-Franconie5 par exemple, de grandes entreprises comme Siemens ou la firme américaine ITT ont investi, dans les années 1980 dans la reprise et la modernisation d’usines – électrotechnique dans le premier cas, textile dans le second. Parallèlement, des petites et moyennes entreprises locales, traditionnellement spécialisées dans la verrerie, la porcelaine, le textile et la métallurgie, se sont converties dans les années 1980 à la plasturgie pour les besoins de l’industrie automobile et formant une chaîne pyramidale de sous-traitance (Schamp, 1997).

Les dynamiques récentes de l’activité industrielle dans les espaces ruraux : desserrement urbain et valorisation des différentiels Est-Ouest  

12Les dynamiques récentes de l’emploi industriel font apparaître une autre géographie (fig. 3). Entre 1996 et 2005, le nombre d’emplois industriels tend à diminuer dans les campagnes (- 3,75 %), mais de façon moindre que dans les espaces urbains (-13,1 %). Dans les franges orientales des nouveaux Länder, mais aussi dans une grande partie de Basse-Saxe et du Schleswig-Holstein, la variation négative du nombre d’emplois industriels confirme la faible orientation manufacturière de ces espaces. Depuis une dizaine d’années, les espaces ruraux les plus touchés par la diminution des emplois industriels sont des campagnes d’industrialisation ancienne, principalement la Franconie et les petits massifs situés à l’est de la Ruhr, où les paysages de friches industrielles témoignent de mutations économiques douloureuses.

13Ailleurs, l’emploi industriel se développe, principalement suivant deux logiques, qui peuvent s’articuler l’une à l’autre : une logique de desserrement urbain, une logique de valorisation de différentiels entre anciens et nouveaux Länder.

Figure 3 : Variation de l’emploi industriel dans les Kreise ruraux, 1996-2005

Figure 3 : Variation de l’emploi industriel dans les Kreise ruraux, 1996-2005

14Le processus de déconcentration des unités de production urbaines vers les périphéries des grandes agglomérations et vers les espaces ruraux constitue l’une des tendances les plus stables des mutations industrielles depuis une trentaine d’années en Allemagne de l’Ouest (Bade, Niebuhr, 1999, p.139) et se précise aussi depuis 1993 dans les nouveaux Länder (BBR, 2000). Face aux externalités d’agglomération des grands centres urbains, les espaces ruraux présentent plusieurs avantages de localisation. La relative facilité d’implantation dans les espaces ruraux tient d’une part au moindre coût du foncier, à la bonne densité relative du réseau autoroutier, mais aussi à la concurrence entre collectivités locales quant à l’aménagement de zones industrielles et aux réductions fiscales. Interviennent parfois aussi des éléments socio-culturels, comme une meilleure acceptation par les sociétés locales de risques écologiques liés à certaines industries (Danielzyk, Wiegandt, 2005) ou la présence d’une culture entrepreneuriale et/ou industrielle favorable (Hülsmann, 2000). Enfin, ces mouvements de déconcentration des industries urbaines ont pu être impulsés ou soutenus par des politiques visant à développer des espaces ruraux en proie à l’exode rural, comme en Bavière par exemple.

15L’essor industriel de deux régions très agricoles jusqu’en 1960 se trouve confirmé sur la période 1996-2005, s’inscrivant dans cette logique de déconcentration. La Bavière du sud-est (vers Regensburg, Dingolfing, Straubing) a bénéficié des délocalisations d’usines de BMW puis du développement de sous-traitants par essaimage, c’est-à-dire la création d’entreprises par les anciens salariés d’une grande entreprise, à partir des connaissances et savoir-faire acquis dans cette dernière. Dans l’Emsland, au nord-ouest de l’Allemagne, l’impulsion a été donnée dans les années 1960-1970 par la construction de centrales nucléaires, d’industries chimiques et d’une voie-test de train à suspension magnétique (Danielzyk, Wiegandt, 2005), qui ont attiré de nouvelles entreprises dans la foulée.

  • 6  Analyse Shift&share réalisée par R. Klein (Klein, 2004), sur le nombre d’entreprises par branche d (...)
  • 7  La plupart des branches industrielles les plus dynamiques en Allemagne orientale doivent une grand (...)

16Les espaces est-allemands situés à proximité de l’ancienne frontière inter-allemande connaissent un regain de l’activité industrielle – après une période 1989-1995 marquée par une désindustrialisation massive - qui se traduit notamment par une progression du nombre d’entreprises et d’emplois dans l’industrie manufacturière. En effet, cette variation positive relève d’un effet géographique, et non sectoriel6, ce qui renvoie à une logique de valorisation des différentiels entre anciens et nouveaux Länder. Les investissements extérieurs – ouest-allemands et étrangers - expliquent en grande partie le dynamisme de l’industrie manufacturière dans ces régions7, ce qui est motivé par les avantages comparatifs qu’elles présentent en termes de conditions salariales mais surtout d’aides publiques à l’investissement et à l’innovation, d’aides à l’emploi et à l’embauche, et de programmes de prêts et de garanties accordés aux entreprises. Les avantages de localisation ont donc bien moins à voir avec le fait que ces régions soient à dominante rurale qu’avec leur appartenance à des Länder qui bénéficient de puissants dispositifs d’aides publiques. Mais comme le montre le cas du Vogtland (Saxe), les logiques dominantes de valorisation des aides publiques s’articulent avec des logiques de valorisation de ressources locales.

17Les recompositions des systèmes productifs ont eu des impacts différenciés en fonction de leur rythme et de leur situation géographique. La proximité des grands centres urbains et l’ampleur des transformations dans les nouveaux Länder sont les deux composantes majeures des récentes mutations de la géographie des espaces ruraux allemands.

Fonctions productives et dynamisme des espaces ruraux : approche typologique

  • 8  Densité de population (2004), pourcentage de la SAU dans la surface totale (2004), taux d’activité (...)
  • 9  Taux de chômage (2004), solde naturel (1995-2004), solde migratoire (1995-2004), taux de variation (...)

18La question des logiques régionales d’articulation entre l’importance des fonctions industrielles et le dynamisme des espaces ruraux allemands a motivé l’élaboration d’une typologie des Kreise ruraux, croisant indicateurs structurels8 et indicateurs de dynamisme démographique et socio-économique9. L’analyse en composantes principales révèle le caractère très discriminatoire des variables économiques et du solde naturel. La première composante oppose ainsi des campagnes du nord-est, aux très forts taux de chômage, à l’activité déclinante et aux soldes naturels très négatifs, à des espaces ruraux dynamiques d’Allemagne méridionale, aux bons indicateurs économiques et au solde naturel positif. La deuxième composante est celle de l’orientation productive des espaces ruraux, et secondairement de leur attractivité (soldes migratoires) : elle oppose les campagnes agricoles attractives (littoral, périphéries berlinoise et munichoise) aux campagnes industrielles à solde migratoire négatif (petites et moyennes montagnes). La troisième composante différencie les espaces ruraux allemands selon leur niveau de densité de population.

  • 10  Classification à ascendance hiérarchique. Le découpage au 6e nœud de l’arbre de classification per (...)

19La classification10 fait ressortir de grands ensembles régionaux, bien que quatre des sept indicateurs retenus caractérisent plus des dynamiques récentes que des structures (fig. 4). Trois grandes logiques de différenciation apparaissent. D’une part, l’opposition entre le nord et le sud de l’Allemagne repose sur des modes d’occupation de l’espace plus denses et sur une multifonctionnalité plus affirmée au sud (classes 1, 5 et 6) qu’au nord (classes 2, 3 et 7). D’autre part, les différences entre anciens et nouveaux Länder sont nettes. La fragilité des espaces ruraux de l’ancienne RDA tient à des dynamiques démographiques régressives et à des situations socio-économiques précaires (classes 1, 3 et 7). Seules deux classes font fi de l’ancienne frontière interallemande : celle des Kreise agricoles très attractifs, à proximité de grandes agglomérations (classe 2) et celle des petites montagnes industrielles en crise d’Allemagne médiane (classe 1). Enfin, la situation par rapport aux grandes agglomérations ouest-allemandes et berlinoise influe le dynamisme démographique et socio-économique des Kreise marqués soit par des fonctions agricoles affirmées (2, 4 et 7), soit par une forte industrialisation (1 et 6). Ces derniers, qui correspondent aux espaces ruraux d’industrialisation ancienne, se différencient en effet en fonction de l’impact territorial des recompositions industrielles. À l’ouest du pays, à proximité de l’axe rhénan, les mutations des systèmes productifs n’ont guère hypothéqué le dynamisme démographique et socio-économique des territoires (classe 6 - forêt Noire, Jura Souabe, Rothaargebirge et Kreise ruraux industrialisés situés à proximité directe d’une agglomération). En Allemagne médiane en revanche, la désindustrialisation brutale de l’économie est-allemande au début des années 1990 a accéléré un déclin démographique, plongeant les espaces dans une crise qui se confirme quinze ans plus tard, malgré la reprise de l’activité industrielle constatée précédemment (classe 1 - Sud des Monts Métallifères, Fichtelgebirge, Forêt de Thuringe, Harz jusqu’aux Monts de la Weser). Le Vogtland saxon relève de cette catégorie.

Figure 4 : Logiques de différenciation de l’espace allemand

Figure 4 : Logiques de différenciation de l’espace allemand

Vicissitudes des recompositions dans les campagnes vogtlandaises

20Le Vogtland, situé à l’extrême sud de la Saxe, bordé jusqu’en 1989 par le Rideau de fer, connaît depuis la réunification de profondes recompositions – à l’instar de toutes les régions d’Allemagne orientale. Cet espace de petites et moyennes montagnes, polarisé par le chef-lieu de Plauen (70 000 habitants) et par plusieurs petites villes, présente des paysages ruraux marqués par l’omniprésence d’ateliers, d’usines, de carrières, d’entrepôts, de friches industrielles. La complémentarité des activités, appuyée sur un système de peuplement dense et diffus, ont rendu ces espaces ruraux particulièrement résistants aux chocs économiques et géopolitiques du XXe s. L’imbrication des activités agricoles, minières, industrielles, résidentielles et touristiques s’est étonnamment maintenue dans ces campagnes jusqu’en 1989, en dépit de la collectivisation et de la nationalisation des outils de production sous le régime socialiste (Dupré, 1996 ; Hirschhausen, Roth, 2003). Mais cette robustesse a été durablement ébranlée par la chute du mur et la réunification, même si c’est aujourd’hui, à nouveau, du secteur industriel manufacturier qu’émergent de nouvelles dynamiques.

Un espace en crise

21La chute du Mur et la réunification allemande ont enclenché un mouvement de désindustrialisation puissant et très rapide. Entre 1989 et 1994, du fait des réajustements structurels et économiques, 70 % des emplois industriels et 41 % des emplois agricoles ont disparu, ce qui a durablement ébranlé les fondements sur lesquels l’espace vogtlandais s’organisait. Cet effondrement de l’emploi dans les secteurs productifs n’a été que très partiellement compensé par la tertiarisation de l’économie locale. Au début des années 1990, les effets en ont été atténués par le « boom » est-allemand du secteur de la construction, dont le reflux en 1996-1997 n’a fait qu’aggraver la situation de l’emploi.

  • 11  Notamment à travers les « Minijobs » (moins de 400 euros par mois), qui bénéficient d’un régime pr (...)

22Ces mutations ont eu pour conséquence, d’une part, le départ massif des populations actives vers les anciens Länder, qui a accentué la crise démographique et le vieillissement de la population, amorcés dès les années 1960 dans cette région. Le Vogtland a ainsi perdu plus de 16% de ses habitants entre 1990 et 2006, et les plus de 60 ans représentent près du tiers (31%) de la population totale en 2006. Pour une autre part, l’effondrement de l’activité industrielle s’est traduit par des taux de chômage élevés (oscillant entre 15 et 18 %) et par le développement des contrats de travail temporaires fortement subventionnés par le Land de Saxe et l’État fédéral11. La proximité du Land dynamique de Bavière a toutefois légèrement atténué les déficits migratoires et le chômage : plusieurs milliers de personnes travaillent dans le Land voisin tout en gardant leur domicile en Vogtland.

  • 12  L’empereur Guillaume II a régné de 1888 à 1918.

23Dans les villages et les bourgs, le bruit des métiers à tisser et des brodeuses mécaniques a cessé. Les fermetures des ateliers textiles et des usines, construits pour la plupart à l’époque wilhelmienne12, ont fortement mis à mal les identités locales. La petite ville de Falkenstein (10 000 habitants) présente en son centre une zone d’activité désespérément vide, suite à la démolition et à l’assainissement d’une friche industrielle de 20 ha. À six kilomètres de là, le village d’Oberlauterbach (500 habitants), qui comptait en 1989 plus de vingt ateliers de broderie (employant environ 120 personnes), n’en compte plus qu’un en 2006. Les habitants sont pour une petite part des actifs travaillant dans les villes de la région (Plauen, Zwickau, Hof), pour une plus grande part des retraités et des bénéficiaires de l’aide sociale.

  • 13  La Wende, littéralement le tournant, désigne les événements de 1989 en RDA et les bouleversements (...)

24Appuyés sur les modèles de développement ruraux importés de l’ouest, les actions de développement de l’espace rural ont certes permis une mise en tourisme, une valorisation des espaces naturels et d’une partie du patrimoine culturel. Mais elles n’ont eu aucune prise sur le démantèlement de la multifonctionnalité qu’a représenté l’effondrement des activités productives lors de la Wende13.

Un nouveau dynamisme industriel

  • 14  Entretien avec le chef de l’entreprise Eswegge, filiale du Textilgruppe Hof, août 2006.

25A l’instar de la reprise de l’activité industrielle dans le sud des nouveaux Länder, le nombre d’actifs dans l’industrie manufacturière a cru de 10 % lors des dix dernières années en Vogtland. Cette reprise, qui ne renvoie pas à une logique sectorielle particulière, ne peut se comprendre sans l’importance des aides et subventions publiques massives (du Land de Saxe, mais surtout de l’Etat fédéral et de l’Union européenne ) qui attirent les investisseurs ouest-allemands et étrangers. Ainsi, le groupe italien Magnetto a créé en 2004 un établissement dans la petite ville de Treuen (8 000 habitants), spécialisé dans la fabrication de carrosseries pour des constructeurs automobiles, qui emploie 150 personnes. Les aides publiques à l’investissement, ainsi que les salaires modérés et la proximité des donneurs d’ordre (BMW à Leipzig et à Ratisbonne), ont été décisifs dans le choix de localisation de cet établissement. Mais ce facteur des aides publiques est commun à l’ensemble de l’Allemagne orientale et ne peut donc expliquer la différenciation des dynamiques au sein des nouveaux Länder. Il s’articule en effet avec la proximité des anciens Länder et avec la présence d’un tissu industriel encore dense et d’une main-d’œuvre qualifiée, qui s’inscrivent dans des héritages de plus longue durée. En 2006, le groupe bavarois Textilgruppe Hof a créé une filiale de fabrication de textiles techniques de très haute technologie dans le nord du Vogtland. Le choix de localisation a résulté de la combinaison de plusieurs critères : les aides publiques, qui ont permis de financer près de la moitié des investissements ; la qualité de l’eau ; la présence d’une main-d’œuvre qualifiée, formée dans les établissements de formation-recherche spécialisés de Chemnitz et de Greiz. Ce dernier critère a permis de mettre un terme aux hésitations initiales d’installation de l’établisse-ment à Liberec en République tchèque, où les avantages financiers directs auraient été équivalents mais où la main-d’œuvre très qualifiée et les possibilités de transferts de technologie font défaut14. Cet exemple illustre le rôle que joue toujours, y compris dans l’industrie textile, l’importance de la valorisation des ressources locales, en l’occurrence des savoir-faire spécialisés.

26Cette reprise de l’activité industrielle n’est pas (encore) suffisante pour réduire le chômage de façon significative. Mais elle suffit pour redonner quelque espoir localement, et revitaliser une multifonctionnalité qui change d’échelle : alors que la complémentarité des activités fonctionnait, jusqu’en 1989, à une très grande échelle, celle des villages, elle fonctionne aujourd’hui à l’échelle du Kreis. La fonction résidentielle et agricole des villages se maintient, leur fonction de loisirs se développe lentement, ici et là – surtout dans le sud montagneux du Vogtland (Elstergebirge). Les fonctions productives manufacturières se concentrent dans les zones situées à proximité des grands axes de communications, plus au nord, pendant que le chef-lieu, Plauen, se tertiarise et confirme son rôle de polarisation sur le Kreis. Mais cette redistribution des activités et des fonctions des lieux apparaît bien fragile en regard de l’ampleur du déclin démographique.

Conclusion

27A l’heure où les industries implantées en régions rurales sont plus que jamais intégrées à des réseaux économiques et financiers internationaux,  les dynamiques industrielles et territoriales des espaces ruraux n’en révèlent pas moins, à l’échelle nationale, deux grandes lignes de force des mutations de la géographie de l’Allemagne : la persistance du jeu des différences entre anciens et nouveaux Länder ; la puissance des centres économiques urbains. Les récentes recompositions qui affectent espaces ruraux et industrie manufacturière n’en finissent pas de brouiller les cartes, en confortant les relations historiques et intrinsèques entre industrialisation et urbanisation. Mais l’articulation d’une entrée spatiale et d’une entrée sectorielle s’inscrit dans le choix d’une lecture des espaces ruraux par leur diversité et leur complexité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AUBERT F., BLANC M., 2002, Activités économiques et emplois : le rural refuge de secteurs déclassés ou milieu attractif ?, in PERRIER-CORNET P. (dir.), Repenser les campagnes, Paris, éditions de l’Aube-DATAR, p. 147-172.

BBR (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung), 2000, Raumordnungsbericht 2000, Bonn, 317 p.

BBR (Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung), 2005, Raumordnungsbericht 2005, Bonn, 370 p.

BEER S., 2004, Die Entwicklung ostdeutscher Industriezweige von 1991 bis 2003, IWH Halle, Diskussionspapiere 199, 40 p.

BEUTL T., 2002, Die Nordostbayerische Porzellanindustrie. Krise und Wandel, Nünberger Wirtschafts- und Sozialgeographische Arbeiten, Band 57, 536 p.

BRACZYK H.J., SCHIENSTOCK G., STEFFENSEN B., 1995, The Region of Baden-Württemberg: A ‘Post-Fordist’ Success Story? in DITTRICH E. (eds), Industrial Transformation in Europe, London, Sage, p. 203-233.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BRENNER T., 2006, Identification of Local Industrial Clusters in Germany, Regional Studies, 40.9, p. 991-1004.
DOI : 10.1080/00343400601047408

BRÖCKLING F., GRABSKI-KIERON U. und KRAJEWSKI C. (dir.), Stand und Perspektiven der deutschsprachigen Geographie des ländlichen Raumes, Münster, Arbeitsberichte der Arbeitsgemeinschaft Angewandte Geographie Münster, 35.

BUTZIN B., 2000, Netzwerke, Kreative Milieus und Lernende Region: Perspektiven für die regionale Entwicklungsplanung?, Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie (3-4), p. 149-166.

DANIELZYCK R., WIEGANDT C., 2005, Das Emsland – Ein prosperierender ländlicher Raum, Geographische Rundchau, 57-3, p. 44-51.

DAVIET S., 2005, Industrie, culture, territoire, Paris, L’Harmattan, 212 p.

DUPRE M., 1995, Les PMI dans les nouveaux Länder allemands, in SAMSON I. (dir.), Ouverture, transition et développement en Allemagne de l’Est, Paris, Commissariat général au plan, tome 2, p. 122-172.

ERMANN U., HOCK S., 2004, Die Konstruktion des ländlichen Raumes im Diskurs der ‘Regionalbewegung’ - Anmerkung zur wissenschaftlichen (Re-)Produktion von Regionalität und Ländlichkeit, in BRÖCKLING F., GRABSKI-KIERON U. und KRAJEWSKI C. (dir.), Stand und Perspektiven der deutschsprachigen Geographie des ländlichen Raumes, Münster, Arbeitsberichte der Arbeitsgemeinschaft Angewandte Geographie Münster, 35, p. 13-24.

HAU, 1994, Histoire économique de l’Allemagne, XIXe et XXe siècles, Paris, Economica, 370 p.

HENKEL G., 2004, Der ländliche Raum, Stuttgart, Teubner, 310 p.

HIRSCHHAUSEN B. von, LACQUEMENT G., 2007, Modèles de l’Ouest, territoires de l’est – Le développement local et la valorisation du patrimoine dans les campagnes d’Allemagne orientale, Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 38 n°3, p. 5-29.

HIRSCHHAUSEN B. von, ROTH H., 2004, Les systèmes passent, les murs restent. Du rôle de l’immobilier d’entreprise dans la transformation du système industriel est-allemand, Géocarrefour, 78-4, p. 349-362.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HOUSSEL J.-P., 1980, Les industries autochtones en milieu rural, Revue de Géographie de Lyon, 4, p. 305-341.
DOI : 10.3406/geoca.1980.1283

HÜLSMANN T., POHL J., REHLE N., 2000, Kulturelle Determinanten des regionalen Strukturwandels. Das Beispiel der europäischen Modeschmuckindustrie, Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie, 44 (3-4), p. 217-227.

KLEIN R., 2004, Räumliche Konzentration von Branchen in Deutschland, in Institut für Länderkunde (ed.), Nationalatlas Bundesrepublik Deutschland, Band 8, Unternehmen und Märkte, München, Elsevier, Spektrum, p. 42-45.

KLEIN R., LÖFFLER G., 2004, Strukturwandel im verarbeitenden Gewerbe, in Institut für Länderkunde (ed.), Nationalatlas Bundesrepublik Deutschland, Band 8, Unternehmen und Märkte, München, Elsevier, Spektrum, p. 106-107.

MATHIEU N., 1995, L’emploi rural. Une vitalité cachée, Paris, L’Harmattan, 186 p.

RITTER W., 1987, Gewerbliche Wirtschafts-formationen im nördlichen Bayern, Bericht zur deutschen Landeskunde, 2, p. 425-451.

RITTER W., 1995, Les formations industrielles dans la région de Nuremberg, Revue de Géographie de Lyon, 1, p. 11-18.

ROTH H., 2006, Espaces intermédiaires en recomposition – Les campagnes industrielles allemandes en région de frontières, thèse de doctorat, sous la direction de V. Rey, ENS Lettres et Sciences Humaines, Lyon, 190 p.

SCHAMP E.W., 1996, Transition to a regional labour market on the former border between East and West Germany: an evolutionary approach to changes in the Coburg/Kronach region, Netherlands Geographical Studies, 207, p. 10-27.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SCHAMP E.W., 1997, Räumliche Konzentration, ökonomische Kompetenz und regionale Entwicklung. Das Beispiel der oberfränkischen Autozulieferindustrie, Erdkunde, 51, p. 230-243.
DOI : 10.3112/erdkunde.1997.03.04

SCHAMP E.W., 2000a, Decline and Renewal in Industrial Districts: Exit Strategies of SMEs in Consumer Goods Industrial Districts of Germany, in VATNE E. and TAYLOR M. (eds), The networked Firm in a Global World. Small firms in new environments, Aldershot, Ashgate, p. 257-281.

SCHAMP E.W., 2000b, Vernetzte Produktion. Industriegeographie aus industrieller Perspektive, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 248 p.

STUBBE C., 2005, L’industrie en Forêt Noire, le défi d’une industrie en moyenne montagne, Paris, L’Harmattan, collection Allemagne, 248 p.

WIESSNER R., 1999a, Arbeitsmärkte in Altindustrierevieren des Ländlichen Raums, in Institut für Entwicklungsforschung im Ländlichen Raum Ober- und Mittelfrankens e.V. (Hg.), 10 Jahre Institut für Entwicklungsforschung. Ländlicher Raum wohin ?, Kronach p. 63-82.

WIESSNER R., 1999b, Ländliche Räume in Deutschland – Strukturen und Probleme im Wandel, Geographische Rundschau 51/6, p. 300-304.

WIESSNER R., 2002, Industrialisierung und Deindustrialisierung im ländlichen Raum, in Institut für Länderkunde (ed.), Nationalatlas Bundesrepublik Deutschland, Band 5, Dörfer und Städte, Heidelberg, Berlin, Spektrum, p. 66-67.

WIESSNER R., 2004, Altindustrialisierte Gebiete: Peripherien und ländliche Räume, in Institut für Länderkunde (ed.), Nationalatlas Bundesrepublik Deutschland, Band 8, Unternehmen und Märkte, München, Elsevier, Spektrum, p. 112-113.

Haut de page

Notes

1  Ce déséquilibre ne s’explique pas par la délimitation (très large) de l’espace rural qu’il propose, puisque selon celle-ci près de la moitié des actifs ruraux relèvent du secteur secondaire et la moitié des actifs industriels allemands sont des ruraux en 2003 (Statistische Ämter des Bundes und der Länder).

2  R. Wiessner fait néanmoins exception : ce géographe a consacré quelques travaux à la spécificité des marchés de l’emploi dans les espaces ruraux d’industrialisation ancienne et, plus généralement, à l’industrialisation des espaces ruraux dans une approche géo-historique, soulignant l’importance du secteur industriel dans les campagnes allemandes (Wiessner, 1999a, 1999b). Le fait que lui ait été concédées dans l’Atlas national quatre pages portant sur l’industrie rurale d’une part et les espaces ruraux industrialisés d’autre part serait-il un signe d’intérêt émergent pour cette dimension mal connue des campagnes allemandes (Wiessner, 2002, 2004) ? Ceci nous conforte en tout cas dans l’idée que ce quasi trou noir n’est pas simplement une question de différence culturelle (franco-allemande) d’approche de l’espace rural.

3  telle qu’elle est retenue, par exemple, dans les plans de développement des Länder.

4  Les données statistiques relatives à l’industrie manufacturière, fournies par l’institut fédéral des statistiques (Statistische Ämter des Bundes und der Länder), concernent les entreprises de plus de 20 salariés, y compris les entreprises enregistrées aux Chambres des Métiers (Handwerkskammer) lorsque leur activité principale relève de la catégorie D (industrie manufacturière) de la nomenclature NACE.

5  La Haute-Franconie se situe dans le nord du Land de Bavière.

6  Analyse Shift&share réalisée par R. Klein (Klein, 2004), sur le nombre d’entreprises par branche de l’industrie manufacturière dans chaque Kreis, en 1995 et en 2000 (Klein, 2004, p. 109). L’importance de l’effet géographique dans les nouveaux Länder est confirmée par une analyse factorielle au niveau régional (Regierungsbezirke – NUTS2) de la variation entre 1996 et 2002 du nombre d’emplois dans dix branches industrielles (Roth, 2006).

7  La plupart des branches industrielles les plus dynamiques en Allemagne orientale doivent une grande part de leur croissance des dernières années à des investissements extérieurs (BEER, 2004). Près de 50% de l’emploi industriel est-allemand dépend directement de firmes ouest-allemandes ou étrangères, de même que plus de 60% des ventes et des investissements et près de 80% des exportations (Lehmann, Günther, 2004, p. 9).

8  Densité de population (2004), pourcentage de la SAU dans la surface totale (2004), taux d’activité industrielle (2004).

9  Taux de chômage (2004), solde naturel (1995-2004), solde migratoire (1995-2004), taux de variation du nombre d’actifs (1996-2003).

10  Classification à ascendance hiérarchique. Le découpage au 6e nœud de l’arbre de classification permet de prendre en compte 70% de l’information statistique et d’identifier 7 classes au total.

11  Notamment à travers les « Minijobs » (moins de 400 euros par mois), qui bénéficient d’un régime préférentiel en terme de fiscalité et de cotisations sociales.

12  L’empereur Guillaume II a régné de 1888 à 1918.

13  La Wende, littéralement le tournant, désigne les événements de 1989 en RDA et les bouleversements politiques, sociaux et économiques des années suivantes en Allemagne orientale.

14  Entretien avec le chef de l’entreprise Eswegge, filiale du Textilgruppe Hof, août 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les types de structures spatiales dans le Rapport sur l’aménagement du territoire (2000)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7035/img-1.png
Fichier image/png, 189k
Titre Figure 2 : Part du secteur industriel dans l’emploi total
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7035/img-2.png
Fichier image/png, 185k
Titre Figure 3 : Variation de l’emploi industriel dans les Kreise ruraux, 1996-2005
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7035/img-3.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure 4 : Logiques de différenciation de l’espace allemand
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7035/img-4.png
Fichier image/png, 395k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Roth, « Dynamiques industrielles et mutations des espaces ruraux en Allemagne », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 285-293.

Référence électronique

Hélène Roth, « Dynamiques industrielles et mutations des espaces ruraux en Allemagne », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7035 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7035

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page