Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yasser Elsheshtawy (ed), The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development

Pierre-Arnaud Barthel
p. 164-166
Référence(s) :

Yasser Elsheshtawy (ed.), 2008, The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development, Londres, Routledge, 314 p.

Texte intégral

1A l’image de l’industrie du cinéma, cet ouvrage est le deuxième opus (le « sequel » comme on dit dans le monde anglo-saxon) d’une série sur la fabrication urbaine des grandes villes du monde arabe. Porté par Yasser Elshestawy, assistant professor en architecture à l’université des Emirats Arabes Unis, le « pilote » (premier ouvrage) édité en 2004, chroniqué dans Géocarrefour par Eric Verdeil (vol. 82/1-2), était intitulé Planning Middle Eastern Cities : An urban kaleidoscope in a globalizing world et proposait une somme six monographies. A la demande de son éditeur, l’universitaire a rassemblé huit autres études de cas consignées dans cette nouvelle livraison publiée dans la même collection « Planning, History and Environment Series ».

2Cette publication manifeste un double souci de visibilité. Tout d’abord, il s’agit de mettre en avant une génération montante de chercheurs arabes en urbanisme s’exprimant en anglais (les études de cas ne sont pas des traductions). Les huit auteurs sont originaires ou bien vivent dans la ville qu’ils analysent et sont quasiment tous universitaires avec bien souvent une double casquette d’expert ou de praticien engagé. Ces expériences étayent certaines prises de position. Deux exemples : Rami Daher demande que les retours sur les investissements engagés par l’État jordanien dans le méga-projet Al Abdali soient remobilisés pour la mise à niveau du centre-ville d’Amman dont la réhabilitation patrimoniale lui tient à cœur à titre militant. De même, Mustapha Ben Hamouche plaide en faveur d’une stratégie de préservation du centre historique de Manama au Bahrein. L’on devine ainsi le rôle joué par ces intellectuels dans les affaires de leur cité. A un autre niveau, l’ouvrage vise à inscrire une bonne fois pour toutes les métropoles arabes sur la carte des « villes globales » dont Elsheshtawy déplore l’absence dans une littérature focalisée, d’après lui, sur d’autres aires culturelles. Et de fait, nous y reviendrons, la globalisation génère dans le monde arabe un urbanisme capitalistique dont les logiques d’action reflètent les mêmes tendances que l’on peut observer dans d’autres aires culturelles. En même temps les auteurs y décèlent des traits pour partie endogènes qui dessinent un possible modèle de développement proprement arabe, un « new Middle East ».

3Le cahier des charges du coordinateur livré aux contributeurs de l’ouvrage était de privilégier l’analyse diachronique en documentant les étapes de l’urbanisation du XIXème siècle à nos jours afin d’illustrer l’impact de la colonisation sur la morphologie urbaine et de dresser des parallèles avec les effets de la globalisation identifiée comme un vecteur de modernité. Au regard d’une histoire urbaine bien inégale selon les pays, deux parties structurent l’ouvrage. La première partie rassemble trois villes anciennes Rabat, Amman et Beyrouth sous la bannière des « villes en lutte » contre l’héritage du passé notamment, tandis que la seconde partie regroupe cinq villes « émergentes » toute situées en péninsule arabique qui sont partie liée au pétrole (Riyadh, Koweit City, Manama, Doha et Abu Dhabi). A la lecture des monographies, deux types de parcours apparaissent structurés chacun en trois temps. Les villes « consolidées » sont présentées classiquement en trois moments : colonial, post-indépendance et en lien avec la globalisation. Les pétro-villes sont présentées avant la ruée sur le pétrole, puis en lien avec le boom de l’or noir et, enfin, au miroir de la globalisation. Contre toute attente, l’historicité de la planification est un résultat intéressant dans les villes de la péninsule arabique. Une culture de l’urbanisme réglée par un plan s’est forgée dans une ville comme Kowait City née du pétrole qui a connu des générations de « master plans » depuis les années 1950 comme le rappelle Yasser Mahboub. Les informations sont précieuses pour qui est désireux de connaître l’histoire de l’urbanisme dans des villes invisibles, mal connues car peu pénétrées, comme Ryadh ou encore Manama.

  • 1  En français, le mot globalisation peut se traduire par deux mots : globalisation et mondialisation (...)

4L’analyse des effets actuels de la globalisation est sans doute l’apport le plus riche de cet ouvrage choral. La globalisation1 (aawlamah en arabe désigne au départ un mouvement de diffusion de l’Islam au monde entier, comme le rappelle Yasser Mahboub) est à la fois un processus et un produit, fréquemment associée au concept de néolibéralisme, même s’il n’est pas vraiment clairement défini par les contributeurs, et à l’idée ambigüe de modernité. Les analyses se focalisent en outre pour chacune des villes sur l’actualité des grands projets qui permettent d’observer une fabrique de la ville placée sous le signe de la privatisation et de l’internationalisation.

5D’une ville à l’autre, une évolution systémique est identifiable : émergence d’élites capitalistes arabes en capacité à la fois d’être acteurs et destinataires des opérations d’aménagement, circulation transnationales des capitaux arabes, diffusion pour une large part des expériences conduites à Dubaï et constitution de holdings d’aménagement adossées à des banques ou fonds de pension cotés en bourse. « City of Silk » à Koweit, « Al-Abdali » à Amman, « Solidere » à Beyrouth, « Saphira » et Bou Regreg à Rabat, autant de méga projets qui traduisent la fabrique de morceaux de ville à fort taux de rentabilité conduits par les firmes immobilières Sama Dubaï, Emaar, Saudi Oger et autres développeurs nationaux. L’impulsion de l’action ne vient pas que de l’afflux de capitaux et savoir-faire du Golfe. Les contributeurs rappellent chacun à leur manière que les grands projets sont orchestrés à l’intérieur même des pays par les hautes autorités qui placent quand elles le peuvent leurs techno-structures nationales en partenariat avec les investisseurs étrangers (exemple de Mawared à Amman « marié » à la firme saoudienne Saudi Oger en 2004 pour fonder Abdali Investment Company). L’urbanisme de la globalisation est clairement le fait du Prince au Maroc, en Arabie Saoudite ou aux Emirats, ce dernier jouant un rôle clé au moment du montage institutionnel et financier des projets. Mais ce rôle se poursuit-il dans la conduite même des opérations ? Les éléments de réponse manquent un peu de ce point de vue. On apprend par ailleurs que la réception de la globalisation semble différenciée selon la nature des Etats. A Ryadh, l’on assiste à une domestication de la modernité trop associée à l’Occident. Une certaine méfiance s’observe également du côté d’Abu Dhabi qui a fait le choix d’un urbanisme moins spectaculaire que celui de Dubaï, même si la collection de musées sur l’île Saadiyat atteste l’inverse, et met l’accent sur les fonctions culturelle et environnementale (avec le projet d’éco-ville « Masdar »). A l’inverse, la diffusion de l’urbanisme de tours se fait visiblement sans heurts à Amman ou Beyrouth.

6Les effets de cette déferlante de méga-projets sont nombreux. On en citera quelques uns qui, ce faisant, inscrivent les métropoles du monde arabe dans une fabrique urbaine globalisée.

71) De nouveaux paysages urbains portent la marque du néo-libéralisme : « playscapes » (malls, parcs de loisirs, lieux de culture), gated communities plutôt horizontaux contrastant avec la verticalité des tours mixtes de bureaux et de logements, équipements prestigieux (musée islamique à Doha) et espaces publics plus ou moins sécurisés. Comme ailleurs, la « marketecture » (un des nombreux néologismes de l’ouvrage) traduit une course à la signature aux grands architectes de ce monde, l’essor d’un capitalisme culturel et l’instrumentalisation d’événementiels pour métropoliser (Jeux Asiatiques à Doha par exemple).

82) L’urbanisme du grand projet n’a pas lieu que dans les périphéries, en plein désert sur les terres domaniales des Etats, ou sur des remblais et autres îles artificielles. Les centres historiques dégradés sont également des territoires investis que ce soit à Ryadh (centre-ville historique dans les années 1980 autour du district Qasr Alhokm) ou à Beyrouth avec la reconstruction du centre-ville confiée dans les années 90 à une société dédiée appelée Solidere. L’entre-deux est également convoité à l’instar d’Amman dont le projet Abdali sur des terrains péri-centraux entre en concurrence avec l’actuel centre-ville.

93) L’agenda des politiques publiques menées par les États évolue sensiblement sous l’effet du néolibéralisme. En Jordanie, R. Daher indique que les politiques régionales (d’unité panarabe) et sociales ne sont plus une priorité par rapport à la privatisation de la gestion des biens publics qu’accapare la nouvelle équipe économique de conseillers du Roi. Au Maroc, le mouvement semble plus subtil. J. Bargach fait état de régimes d’action contrastés qui coexistent et sont régulés par l’Etat (d’un côté, des grands projets impulsés par Mohamed VI, de l’autre, des villes nouvelles ciblant d’autres catégories sociales).

104) Les effets sociaux et spatiaux sont considérables. Ils ne sont abordés que par les aspects négatifs. Les auteurs qualifient cet urbanisme d’insulaire (island planning), et lui attribuent exclusion et sélection sociale. Plusieurs d’autres confirment l’absence ou la faible résistance de la société civile dans le cours des opérations. De ce point de vue, les blogs semblent une échappatoire (on peut effectivement y surprendre de vives contestations parfois très caustiques !). Elsheshtawy évoque également des ONG qui commencent à se mobiliser (sans donner vraiment d’exemples). De façon un peu attendue, le manque de « sustainability » et la « disneylandisation » sont également dénoncés par les auteurs avec plus ou moins de véhémence.  

11L’ouvrage vient à point nommé pour dévisser un certain nombre de clichés et peut-être en construire de nouveaux. Parmi les idées reçues, l’ouvrage fait le point sur l’influence du modèle dubaïote sur le reste des villes arabes et Elsheshtawy vient relativiser la « golfication » des métropoles, même si certains signes sont patents, par l’existence d’autres tropismes et circulations d’idées développées en Europe, Asie ou Amérique du Nord. L’auteur avance ainsi sur la voie de la multipolarité des influences et des modèles. Ensuite, l’ouvrage vient déconstruire l’idée que les villes du Golfe ne sont que le résultat d’une spéculation foncière et immobilière dérégulée, sans aucun référent identitaire. Le projet Qasr Alhokm à Ryadh en est un bel exemple avec l’expérimentation d’un urbanisme de l’inclusion, développant un « new traditionalism » (réinterprétation de l’urbanisme en impasse et de l’introversion de l’habitat), composé d’espaces publics reliant des « landmarks » (la mosquée au cœur du dispositif et le Palais royal Alhokm, cœur du gouvernement saoudien. R. Daher nuance également un peu son propos sur Amman en révélant d’autres initiatives de fabrication d’espaces publics accueillant les cheminements piétons et les usages non marchands (« anti-Mall space ») en prenant pour rapide exemple la rue Wakalat récemment requalifée par la municipalité du Grand Amman. Enfin, l’idée que le monde arabe se distingue par la détérioration des centres villes historiques est renversée par l’intérêt avéré que suscitent les tissus constitués (l’opération du marché central à Abu Dhabi est un bel exemple).

12Il manque une analyse par les hommes (et femmes). Il n’y a bien que le Jordanien R. Daher qui en appelle à une investigation ethno-biographique à mener auprès des décideurs et experts pour analyser ce qu’il appelle le facteur humain (réseaux et capital social, technique et culturel) derrière les mouvements de capitaux transnationaux. Les auteurs fournissent très rarement des informations sur l’identité des urbanistes concepteurs des grands projets. Leur nom n’est souvent même pas mentionné. Au fil des monographies, on apprend fugitivement que le saoudien Saudi Oger travaille avec les deux agences libanaises Millenium Development et Laceco (très présentes en Jordanie et au Liban). Dar Al-Handasah est l’un des bureaux d’études intégré choisi par Solidere, l’aménageur de la reconstruction du centre-ville beyrouthin. M. Al Naim montre bien que, déjà dans les années 1950, les architectes égyptiens œuvraient pour concevoir les nouveaux ministères de la capitale saoudienne. La SCET-International travaillait en 1976 à Ryadh pour le master plan de la capitale, à la suite de Franco Albini (l’un des designers « néo-rationaliste » les plus importants d’Italie au XXème siècle) invité en 1973 pour le projet de Qasr Alhokm District. L’observateur en vient ainsi à remettre en perspective la circulation des experts qui remonte bien au-delà des seules dernières décennies.

13De façon insidieuse, le prisme des grands projets fait parfois écran chez certains auteurs à l’analyse d’autres modes de faire la ville et à celle des rationalités multiples de l’action initiée par les autorités publiques. Objets d’un survinvestissement par les acteurs, les méga-projets sont également surinvestis par les chercheurs au risque d’en oublier le reste… On notera également que les enjeux de certaines opérations sont singulièrement simplifiés. Ainsi Jamila Bargach fait le récit des deux grands projets rbatis (Saphira et Bou Regreg) et réduit vite ces deux actions à des visées d’internationalisation, de marchandisation des espaces collectifs et d’éviction de classes sociales inférieures. Rien sur les enjeux liés aux mobilités (le dossier tramway piloté par l’Agence publique du Bou Regreg), rien sur l’urbanisme très à la française (Bernard Reichen) qui fait la part belle aux espaces publics livrés en 2007 aux pieds de la casbah des Oudaïas…. Qui plus est, une binarité un peu enfermante traverse l’ouvrage, mise en exergue dès le sous-titre de l’ouvrage « Tradition, modernity and urban development ». Cette sempiternelle opposition donne lieu à des ambiguïtés et jugements rapides faute d’avoir suffisamment déconstruit les notions. Malgré cela, les éclairages et interprétations demeurent stimulants et invitent à imaginer dans l’avenir des échanges avec les chercheurs du « Nord » s’intéressant également aux transformations métropolitaines dans le monde arabe.

Haut de page

Notes

1  En français, le mot globalisation peut se traduire par deux mots : globalisation et mondialisation. Nous avons gardé le terme anglo-saxon. A ce propos, l’usage du terme n’est pas bien stabilisé dans l’ouvrage puisqu’il associé tantôt à néo-libéralisme, tantôt à métropolisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Arnaud Barthel, « Yasser Elsheshtawy (ed), The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development », Géocarrefour, Vol. 85/2 | 2010, 164-166.

Référence électronique

Pierre-Arnaud Barthel, « Yasser Elsheshtawy (ed), The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/2 | 2010, mis en ligne le 08 mars 2009, consulté le 28 mai 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7005

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page