Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mustafa Dikeç, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy

Roelof Verhage
p. 205
Référence(s) :

DIKEÇ M., 2007, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy, Oxford, Blackwell Publishing, 240 p.

Texte intégral

1En novembre 2005, des émeutes d’une ampleur sans précédent ont éclaté dans les banlieues françaises. Elles se sont tenues en majeure partie dans des quartiers qui – pour certains depuis plus de deux décennies – faisaient l’objet de mesures pour lutter contre leur situation défavorisée. Quelle est la signification des émeutes ? Pourquoi se sont-elles produites précisément dans ces quartiers ? Comment expliquer l’échec des mesures mises en œuvre pour aider ces quartiers ? Mustafa Dikeç aborde ces questions dans une analyse rafraîchissante de la politique de la ville française. Selon lui, elle a contribué à faire des quartiers mêmes auxquels elle était destinée des territoires qui dérogent à l’ordre républicain.

  • 1  Voir Rancière J., 1995, La Mésentente, Politique et Philosophie, Galilée, où est développé l’essen (...)

2Le livre développe l’idée que la politique de la ville crée son propre espace d’intervention. Pour Dikeç, les activités du gouvernement créent et normalisent une organisation spatiale spécifique, autant qu’elles sont déterminées par cette organisation. Pour cela, il se réfère d’une façon originale aux idées de Rancière sur l’action politique1. Cet auteur distingue deux « faces » de la politique. D’un côté, ce qu’il appelle la « police ». Cette notion renvoie aux institutions publiques qui ensemble constituent l’espace de production des politiques. De l’autre côté, on trouve le pouvoir du peuple de remettre en cause la police. La démocratie prend sens là où se rencontrent les deux faces de la politique. Lorsqu’elles ne se rencontrent pas, la domination et la révolte co-existent. L’interaction entre la police et les processus de sa remise en cause détermine l’espace politique, c'est-à-dire les objets, les questions et les agents qui sont sujets ou enjeux des politiques. L’application de cette perspective à la politique de la ville permet à Dikeç de montrer comment, au fil des années, la dimension de « police » y est devenue dominante.

3Pour Dikeç, les différences démographiques, socio-économiques ou culturelles à l’intérieur des agglomérations sont en partie créées par la façon dont est conçue et a évolué la « politique de la ville ». Il démontre que la forme prise par cette politique est liée directement au modèle républicain français et à son principe d’égalité entre citoyens, qui interdit de s’adresser différemment à des personnes selon leur origine nationale ou religieuse. À chaque fois qu’une proposition dans ce sens est faite, le spectre du « communautarisme » est invoqué pour condamner cette atteinte à l’égalité des citoyens. L’équité est certes une préoccupation du secteur public, mais il lui est impossible de cibler directement certaines catégories de la population en difficulté.

4Pour contourner ce tabou politique, l’intervention en direction des populations défavorisées passe par l’espace. Si des citoyens se trouvent dans une situation défavorisée parce qu’ils habitent une partie particulière du territoire, cela est une entrave à l’égalité. Il convient d’aider ces territoires, pour qu’ils proposent les mêmes conditions que le reste du territoire français. Cela se traduit par des politiques sociales, économiques et urbanistiques ciblées sur des territoires précis – en l’occurrence les « quartiers en difficulté » – qui à leur tour permettront aux habitants de se trouver sur un pied d’égalité avec les autres citoyens français. Même si la gymnastique cérébrale que nécessite ce raisonnement peut paraître quelque peu alambiquée, ce dernier n’en est pas moins acceptable dans le modèle républicain français, et accepté par les décideurs et les citoyens français.

5Aux débuts de la politique de la ville dans les années 1980, les collectivités locales jouaient un rôle d’initiateur dans l’inscription d’un quartier dans cette politique et cette inscription était considérée comme temporaire : l’objectif était d’aider le quartier à sortir de sa situation défavorisée. Au fil des années, la politique de la ville est devenue de plus en plus institutionnalisée, avec comme paroxysme le Pacte de relance pour la ville de 1996 et sa litanie de dénominations : Zones urbaines sensibles, Zones de redynamisation urbaine, Zones franches urbaines. Au cours de cette institutionnalisation, le caractère de la politique a changé sur deux points cruciaux et intimement liés. D’abord, les mesures sont de plus en plus conçues d’en haut et la population locale est de moins en moins impliquée. Ensuite, l’inscription des quartiers dans la politique de la ville devient une affaire plus technique que politique. Avec l’introduction de critères objectifs pour « sélectionner » les quartiers, l’implication dans la politique de la ville n’est plus l’expression d’une volonté d’agir mais le constat d’une situation difficile.

6C’est de cela que Dikeç tire l’argument que la politique crée son espace d’intervention. « D’un symptôme de problèmes sociaux, l’existence de quartiers sensibles en est devenue une cause » (p. 101). En ciblant explicitement des territoires sélectionnés, ceux-ci sont placés en situation d’exception par rapport au reste de la ville, ce qui perpétue l’exclusion de leurs habitants. L’étude de cas de Vaulx-en-Velin l’illustre bien : les représentants des habitants témoignent tous de leur difficulté d’être entendus et impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de la ville. Puisque les interventions s’attachent en premier lieu au territoire, les habitants ne sont pas forcément des interlocuteurs nécessaires. À cela s’ajoute le fait – soulevé par Dikeç, mais peut être pas assez développé – que dans le modèle français, avec son déni des communautés et sa méfiance du corporatisme, il est difficile pour les habitants de se mobiliser en entités qui puissent former un véritable contre-pouvoir au pouvoir publique.

7À la base de la politique de la ville est le constat d’une superposition des géographies du chômage, de la stigmatisation, de l’exclusion et des émeutes. La politique de la ville n’a pas changé cette superposition, mais a plutôt ajouté une couche. La géographie de la politique de la ville coïncide maintenant avec les quartiers qui accumulent des problèmes, et ce d’une façon durable : depuis le début de la politique de la ville, très peu de quartiers sont « sortis » de sa géographie prioritaire. Ainsi, selon Dikeç, chercher à la fois le problème et la solution dans le même espace délimité ne fonctionne pas (p. 156-157).

8L’analyse de la politique de la ville et de sa relation avec l’espace est intelligente et pertinente. Mais si le livre de Dikeç sort du lot, c’est qu’il n’hésite pas à mettre le doigt sur les aspects ethniques de la problématique, ainsi que sur ce qu’il appelle la tournure « sécuritaire » de la politique de la ville. Les « quartiers en danger » du temps de Dubedout sont devenus au fil des années des « quartiers dangereux » (p. 93), et cette évolution est étroitement liée aux questions ethniques. Les banlieues françaises sont devenues la « spatialisation » de la menace islamiste, ce qui contribue au fait qu’au lieu d’être traitées comme révoltes sociales, les émeutes de 2005 sont traitées comme mouvements criminels, qu’il faut réprimer plutôt que traiter à la base.

  • 2  Pour élargir, voir Donzelot J., 2001, Faire société : la politique de la ville aux États-Unis et e (...)

9Dans le traitement de ces aspects de la problématique, Dikeç se montre parfois très engagé. Mais l’argumentation qu’il développe est toujours documentée et cohérente. Il fallait peut-être un étranger pour aborder le sujet sous cet angle, étant donné la difficulté ou la réticence de beaucoup de Français à parler explicitement des différences et des difficultés liées aux origines ethniques. En se focalisant sur cet aspect de la politique de la ville, le livre incite à une réflexion sur les grandes questions d’immigration, d’égalité et d’équité et sur leur traduction dans l’action publique. Le regard sur le « modèle républicain français », ses limites et ses potentialités dans le domaine de l’intégration et de la lutte contre les disparités sociales est bienvenu dans une situation où dans tous les pays européens, les décideurs et les chercheurs sont confrontés à ces problèmes. Les limites des grands « modèles » de l’intégration (communautaire, républicain) sont connues, mais quelles sont les alternatives ? Sans proposer de solution, ce livre propose un diagnostic précis des limites du « modèle français » qui permet de nourrir la réflexion2.

10L’ouvrage de Dikeç a deux grands intérêts. Le premier est qu’il présente enfin, en anglais, une analyse critique, approfondie et bien documentée de la politique de la ville française. Il permettra ainsi à des non-francophones de saisir les nuances de cette politique. Le deuxième est qu’il offre un regard décalé sur la politique de la ville, puisant dans un cadre conceptuel original et pas perturbé par les conventions françaises. Ainsi, même si pour les spécialistes de la politique de la ville, l’ouvrage contient peut-être peu d’éléments factuels nouveaux, sa lecture décapante est recommandée.

Haut de page

Notes

1  Voir Rancière J., 1995, La Mésentente, Politique et Philosophie, Galilée, où est développé l’essentiel de l’argumentation résumée ici.

2  Pour élargir, voir Donzelot J., 2001, Faire société : la politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roelof Verhage, « Mustafa Dikeç, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy », Géocarrefour, Vol. 84/3 | 2009, 205.

Référence électronique

Roelof Verhage, « Mustafa Dikeç, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/3 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/6999

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page