Navigation – Plan du site
Chronique

« Le loup nouveau est arrivé »

Paul Arnould
p. 234, 251-252

Texte intégral

1Le loup est de retour. Dans nos forêts et nos alpages. Dans nos journaux et nos débats. Dans nos livres aussi. La fin de l’année 2007 a vu fleurir plusieurs travaux universitaires consacrés à cet animal « plein de rage » qui n’épargne toujours guère les agneaux et divise profondément les hommes.

2Trouver un titre évocateur et novateur à propos la mise en éclairage des travaux de recherches universitaires les plus significatifs  sur le dossier loup en France est une véritable gageure. Les bibliographies l’attestent. Tous les bons mots, les jeux de mots, les récupérations de texte et d’expressions canoniques ont été utilisés et usés jusqu’à la corde : la peau et la peur du loup, le grand méchant loup et le bon petit loup, entre chien et loup, le loup et l’agneau, la chèvre et le loup, l’homme est un loup pour l’homme, le loup saint ou démon ? Loup y es-tu ? Robert Delort, l’historien qui symbolise le mieux la prise en compte des animaux comme objet de recherche universitaire, en propose une riche palette dans les pages qu’il consacre au loup.

3Parler du « loup nouveau » vise à montrer que les études sur le loup, et plus généralement sur les grands prédateurs, connaissent une phase de créativité, de questionnements renouvelés, d’approches innovantes, de propositions non conformistes, portées aussi bien par un historien chevronné et reconnu que par de jeunes géographes à la personnalité bien trempée.

4Comparer les lectures faites en 2007, par un des historiens les plus reconnus du monde rural, Jean Marc Moriceau (2007), avec les thèses récemment soutenues par deux jeunes géographes Coralie Mounet (2007) et Farid Benhammou (2007), permet une mise en perspective de cette question vive qui  fait périodiquement l’actualité, surtout dans les Alpes du sud, sur fonds de brebis et d’agneaux égorgés ou éventrés.

5Ces travaux complètent et renouvellent les approches proposées dans  deux monuments de l’histoire et de la géographie de l’animal, les « classiques », pourrait-on dire, de Robert Delort (1984), l’historien et de Xavier de Planhol (2004), le géographe, publiés tous deux chez Fayard.

6Tout récemment Jean Marc Moriceau (2008), porté par le courant du sensationnalisme qui permet de capter les médias et le grand public a repris une partie de ses travaux de synthèse, sous le thème, toujours accrocheur mais daté et localisé, de la bête du Gévaudan. La collection Gallimard Découvertes a du reste réédité le livre de Geneviève Carbone (2004), paru en 1991, d’une extraordinaire densité iconographique, véritable petit bijou abordant une multitude de thèmes liés au loup de façon concise et  remarquablement documentée.

7 Pour susciter un débat animé, il n’est que de lancer la conversation sur le retour du loup par les Alpes : le succès est garanti. Les pour, les lycophiles et les contres, les lycophobes, se déchainent à coup d’arguments où le passionnel et l’émotionnel l’emportent bien souvent sur le factuel et le rationnel.

8Replacer la saga du loup dans le temps, l’inscrire sur des territoires, interroger les phénomènes de rejets ou d’enthousiasme au travers des conflits et des controverses entre acteurs locaux et nationaux entre protecteurs de la nature et adversaires farouches de la réintroduction constitue un préalable nécessaire. Il permet, à défaut de stopper les polémiques et les prises de position contradictoires, de disposer d’arguments solides sur les rapports de l’homme et de ce mammifère carnivore, Canis lupus L. Les prévisions l’annoncent bientôt  dans les Vosges, y retrouvant le lynx. Il réinvestira aussi le Gévaudan, avec la référence à la « bête ». Il rentrera enfin, ce n’est pas totalement à exclure, dans Paris, comme dans la chanson de Reggiani ou dans la réalité des années 1423 ou 1436, comme en témoigne le « Journal d’un bourgeois de Paris » ? Les 7 travaux évoqués permettent de disposer d’une gamme d’informations d’une richesse exceptionnelle à toutes les échelles de temps et d’espace.

Les diseurs de loups

9L’approche de Jean Marc Moriceau est celle classique de l’historien. Il passe ses sources au crible d’une critique serrée. Il appuie son discours sur une foule de textes en encadrés issus des archives de toute la France. Son plan est tout d’abord résolument chronologique ce qui n’étonnera guère. Si le temps, la distinction de périodes, sont le fil rouge de son travail, il fournit aussi un apport spatial de qualité, avec plus de 30 belles  cartes, figurant de façon lisible les lieux et les espaces des attaques, toujours rigoureusement datés, souvent au jour voire à l’heure près.

10Robert Delort, le précurseur, l’initiateur, la référence incontournable, dès qu’il est question d’histoire des animaux, ne propose aucune carte mais des documents iconographiques et des références littéraires tous plus stimulants les uns que les autres. C’est l’ouvrage à lire en premier pour qui veut amorcer une recherche ou asseoir une réflexion sur les enjeux de l’animalité dans nos sociétés contemporaines.

11Pour compléter son propos, la consultation du petit Gallimard de Geneviève Carbone La peur du loup permet de disposer d’extraits de textes canoniques et de lire ou relire les grands classiques traitant du loup. Il offre  aussi la possibilité de dénicher des textes et des représentations moins connues.

12Xavier de Planhol livre une somme sur la géographie et l’histoire des animaux. L’érudition de l’ouvrage impressionne. La diversité des références internationales et interdisciplinaires en fait l’ouvrage le plus abouti de zoogéographie. La place dévolue au loup y est particulièrement  privilégiée.

13Les deux géographes sont résolument dans des démarches plus thématiques et surtout comparatives entre des animaux, le binôme ours/loup pour Farid Benhamou, le duo loup/sanglier pour Coralie Mounet. Cette dernière construit une partie de sa démonstration sur les oppositions binaires lycophiles/lycophobes, clivage déjà évoqué et de façon plus étonnante entre suscrophobes qui détestent les sangliers et suscrophiles qui se rangent dans le camp des partisans de cet animal proche du cochon. Ce parti pris du comparatisme enrichit incontestablement le propos. Il le dilue aussi, dans la mesure où la dualité des espèces étudiées complique le raisonnement sur les espaces. Il est vrai que ces jeunes chercheurs traitent des acteurs plus que d’espaces : sont ainsi convoqués de façon à la fois vivante et argumentée, les administratifs de tous ministères (agriculture et environnement en priorité), les  adhérents des APN (associations de protection de la nature), les éleveurs, les chasseurs, les chercheurs, notamment de l’INRA avec qui Farid Benhamou a durement ferraillé. Des trois travaux récents, il est certain que celui de Farid Benhamou est le plus pro loup et pro ours. Il ne s’en cache pas. Certains ne manquent pas de lui reprocher son parti pris, considérant que son engagement est un biais rédhibitoire dans un travail de recherche. Il s’agit là d’un mauvais procès car Farid Benhamou a constamment le souci de dire qui il est et d’où il parle pour reprendre une formule et une posture chère aux sociologues.

Loups d’hier et loups d’aujourd’hui

14Que disent nos  auteurs d’un certain nombre de débats dans l’air du temps sur les idées qui guident les réflexions des chercheurs travaillant sur l’histoire et la géographie du vivant.

15Sur la dimension chronologique le travail de Jean-Marc Moriceau est incontestablement le travail de référence. Il propose en fonction des graphiques  des statistiques des attaques,  tirées de la rigoureuse base de données qu’il a construite avec un réseau efficace de correspondants, une périodisation qui cherche à repérer les moments de rupture et de crises.

16Un des apports les plus attendus, véritable morceau de bravoure, concerne, bien évidemment, la question de la bête du Gévaudan. Jean-Marc Moriceau propose, comme pour les autres lieux où les loups ont sévi, une belle cartographie des attaques de la bête. Ce travail soigné permet de distinguer des périodes et des territoires minutieusement figurés. Son hypothèse la plus originale consiste à faire de la bête du Gévaudan un sujet monté en épingle par les médias de l’époque. C’est un des premiers avatars de la presse à sensation. Il part en effet du constat de l’existence d’une presse à dimension européenne. Il constate que ces folicules n’ont pas  grandes informations à se mettre sous la dent après la Fronde et la Guerre de Trente ans. Parler de la bête du Gévaudan est un pain bénit qui lie territoires ruraux déshérités et impuissance du pouvoir royal à protéger ses sujets malgré l’intervention de la fine fleur de la louveterie parisienne et normande.

17Les critiques ne s’y sont pas trompés. Le nombre d’émissions et de débats auxquels Jean-Marc Moriceau a participé, dont il donne la liste quelques mois seulement après la parution de son ouvrage,  témoigne tout autant de la grande qualité de son travail que de la passion intacte et renouvelée que suscite cet animal pas comme les autres.

18À côté des mises au point sur la chronologie longue des rapports du loup avec l’homme en France, les autres auteurs proposent également des mises en perspectives historiques toujours nécessaires. Xavier de Planhol, fidèle à sa démarche de forte proximité avec le monde ses historiens, dresse aussi une chronologie des rapports hommes/loups élargie à des pays comme la Finlande ou les Etats-Unis. Ce comparatisme permet de mieux situer et de relativiser ce qui se joue en France.  Xavier de Planhol pose aussi, comme Jean Marc Moriceau, la question, mal résolue, de la prolifération des attaques à la fin de l’époque moderne et particulièrement du XVIème au XIXème siècle. La faiblesse des petits bergers souvent plus chétifs que les énormes loups anthropophages, les pratiques de laisser les bêtes au marge des finages sous la surveillance de jeunes enfants mal armés et mal informés des risques encourus, donnent des éléments de compréhension de la réussite des attaques face à des victimes peu aptes à se défendre. Ces arguments ne rendent pas compte de l’intense publicité donnée à ses attaques. De façon cynique il est possible de faire remarquer que la centaine de morts en Gévaudan, en 2 ans, du 1er juillet 1764 à Saint-Etienne-de-Lugdarès en Ardèche à 1765, ou les 3000 attaques recensées de façon rigoureuses par Jean-Marc Moriceau et stockées dans sa base de données, ne représentent qu’une infime partie des causes de décès dans la société d’Ancien Régime. Que pèsent ces 3000 décès face aux hécatombes de la peste ou aux victimes directes et indirectes de la Guerre de Trente ans par exemple ? Pourquoi cette survalorisation des attaques dues au loup ? Est-ce parce que, comme le note finement Robert Delort, c’est le prédateur dont les comportements et les proies sont les plus proches de celle de l’homme ?

19Les deux jeunes docteurs géographes, Farid Benhamou et Coralie Mounet, proposent eux  une histoire courte, surtout contemporaine et actuelle, du retour du loup en France sous tendue par l’interrogation : réapparition « naturelle », depuis ses refuges italiens, dans l’Apennin notamment, ou réintroduction par des écologistes soucieux d’anticiper et de hâter une reconquête spontanée trop lente à leur goût ? Le débat reste ouvert et, même s’il apporte peu aux questions d’enjeux territoriaux, il sert de révélateur des prises de positions antagonistes et polémiques de ceux qui veulent passionner le débat de façon souvent intéressée.

Le loup symbole de biodiversité

20Quels enseignements récolter dans ses divers ouvrages sur les questions de milieu et de nature ?

21Que disent en particulier nos auteurs à propos de la biodiversité ? Le loup est-il un des étendards des combats pour la préservation et la conservation du vivant ? Pour Robert Delort qui publie avant la parution de l’ouvrage de Wilson et Frances sur la biodiversité, en 1986 et avant le sommet de la terre de Rio de 1992, la question n’est pas encore à l’ordre du jour. Xavier de Planhol ne se hasarde guère plus sur ce terrain. Coralie Mounet et Farid Benhamou posent de façon concrète les enjeux de cette biodiversité abordée par le biais d’espèces emblématiques mais aussi par les espaces concernés. Réintroduire le loup, le tolérer est fondamentalement pour le législateur européen et pour les associations de protection de la nature, une question de sauvegarde d’une espèce en danger, en voie d’extinction et donc un petit geste, parmi d’autres, pour maintenir une biodiversité menacée par ce que les catastrophistes de tous poils appellent la cinquième extinction. Que l’on en soit à la cinquième disparition de masse entache fortement le phénomène de tout caractère dramatique et ne lui donne pas un brevet d’irréversibilité, mais le situe dans une gamme d’événements certes exceptionnels mais non apocalyptiques ! Farid Benhamou argumente aussi sur le paradoxe de ce qu’il appelle « les biodiversités concurrentes ». Entre le loup, espèce isolée, grand prédateur au sommet des pyramides écologiques, symbole de biodiversité et le pastoralisme, instrument d’entretien de milieux ouverts, favorables à la biodiversité floristique et faunistique montagnarde s’affrontent deux logiques contraires. La biodiversité est ainsi convoquée et manipulée par des groupes d’acteurs en conflits. Coralie Mounet traite rapidement de la question de la biodiversité à propos d’une jolie photo de loup objet d’une campagne pour sa connaissance et sa protection.  Jean Marc Moriceau aborde cette question de la biodiversité de façon plus elliptique mais il fournit des matériaux d’une grande fiabilité pour traiter de ses aspects spatiaux sociaux et temporels.

22Au total ces auteurs fournissent des amorces de réflexions sur le fait essentiel de savoir s’il vaut mieux gérer une espèce ou un espace ?

23La question des relations loups/paysages semble secondaire pour la majorité des chercheurs. Les animaux ne font pas les structures fortes du paysage. Ils sont mobiles, ils se cachent du regard de l’homme. Ils ne font pas le poids en termes de biomasse. Dans ce contexte, le titre de l’ouvrage de Xavier de Planhol, Le paysage animal, est assez étonnant ; il s’en explique brièvement en introduction, sans totalement convaincre. Les grands prédateurs ne sont pas des éléments paysagers très structurants ; ils ne constituent au mieux que des motifs paysagers  fugaces et éphémères.

Conflits et controverses. Les territoires mis en cartes

24Les questions des conflits territoriaux sont abordées de façon différenciée par les différents chercheurs.

25Pour Coralie Mounet la distinction terrain, espace de recherche/territoire, espace approprié de façon matérielle ou symbolique par un groupe social, n’est pas clairement faite puisque qu’elle utilise les deux  termes de façon interchangeable dans ses titres de chapitres. Ses terrains d’études sont le Vercors, le Trièves, Belledonne. Elle parle souvent plus de scène locale ou de scène nationale indiquant bien par là que ce qui l’intéresse  dans le territoire ce sont plus la théâtralisation des jeux d’acteurs, des comédies ou des mini tragédies qui se jouent au village, à la préfecture, à la fédération de chasse, au chalet d’alpage que le territoire avec ses maillages, ses limites, ses législations emboîtées. Les cartes qu’elle propose ne sont pas d’une grande qualité graphique même si elles contribuent à éclairer les réactions fondamentalement différentes dans des territoires proches les uns des autres. Il y avait pourtant matière à s’interroger sur les faits de superposition des territoires des hommes et des animaux.

26La mise en carte des enjeux territoriaux n’est pas chose aisée. Robert Delort n’a guère recours à la carte. Xavier de Planhol en produit de nombreuses, de bonnes factures mais sans s’interroger sur les maillages pertinents pour collecter et reproduire l’information. Quelle place accorder aux maillages administratifs où se jouent les données sur le nombre d’agression, les effectifs estimés de proies et de prédateurs et la cartographie des aires d’extension. Que valent les limites administratives par rapport aux seuils écologiques ? Les notions de frontières, de limites, de barrière, de clôture sont abordées constamment sans une réflexion sur la pertinence de ces questions essentielles de superpositions des territoires de vie, d’action, d’intervention, de législation.

27Jean Marc Moriceau fait référence aux travaux des écologues pour estimer le territoire de chasse d’un loup. Les 30 cartes élaborées dans son ouvrage ont toutes une superbe dimension territoriale. Celles de Farid Benhamou et de Coralie Mounet prouvent qu’il n’est pas facile de trouver un mode de représentation satisfaisant du territoire parcouru par le  loup ou la meute et de sa superposition avec le territoire des bergers. Alors que les conflits territoriaux sont reconnus comme une des clés de compréhension des rapports entre acteurs, la cartographie n’est pas encore parvenue à faire progresser la réflexion sur ces territoires convoités et disputés.

28En revanche les loups sont de formidables révélateurs des jeux d’acteurs, du dit, du non dit, du trop dit, du mal dit. Les discours sur le loup sont une mine extraordinaire pour une géographie des perceptions et des représentations. Tous les travaux fournissent une moisson abondante de références aux acteurs, à leurs jeux, à leurs conflits, à des questions de pouvoir.

29Coralie Mounet fait en particulier référence aux travaux iconoclastes de Sergio Dalla Bernardina (1996) qui a mis en évidence les convergences de discours entre chasseurs, écologistes et touristes.

Avoir le loup et la peau du loup

30La question des enjeux financiers liés à la présence du loup est comme bien souvent en France peu abordée par les chercheurs.

31Jean-Marc Moriceau évoque certes les primes mirobolantes promises pour la capture de la bête du Gévaudan. Les 10 000 livres offertes pour la tête de l’agresseur dépassent toutes les autres indemnisations proposées pour le loup, la louve ou les louveteaux, établies suivant une comptabilité d’une grande finesse Les sommes en jeu suscitent des vocations où les enjeux financiers priment sur le souci de venir en aide aux populations. Les bilans en jours de travail des grandes battues mobilisant des milliers de personnes ont aussi un coût financier direct et indirect non négligeable. Leur répétition et leur spectaculaire inefficacité expliquent que les populations y aillent à reculons ou s’acquittent de leur travail de façon peu sérieuse. Certains réquisitionnés préférant se retrouver dans un estaminet au chaud que d’être posté dans le froid et la brume pour n’aboutir qu’à déplacer le territoire de chasse du loup.

32De nos jours, en France, pour tenter d’apaiser les traumatismes occasionnés aux troupeaux, mais aussi aux éleveurs, une des solutions proposées par l’administration est celle de l’indemnisation après l’attaque. D’autres aides sont proposées pour acquérir des chiens gardiens de troupeaux, les fameux patous, dans le cadre d’une stratégie de dissuasion pour tenter de rendre impossible l’agression. Une panoplie d’autres dispositifs techniques, tels le déclenchement de sorte de gyrophares ou de bruits censés effrayer l’agresseur ne convainquent guère les bergers qui en subissent tout autant que les loups et leurs troupeaux les conséquences assez traumatisantes. Les sommes engagées dans ces opérations ne sont pas négligeables. Coralie Mounet qui sait remarquablement restituer les confidences qu’elle a obtenues de multiples acteurs le fait ressortir au travers d’une citation percutante : « Des sommes faramineuses sont attribuées à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour le loup. 19% sont utilisés pour les protections et les indemnisations. Mais où va le reste ? Les mecs de l’ONCFS, ils ont des 4x4 neufs, des carabines. Ils sont payés 25 euros de l’heure de nuit, non déclarée aux impôts, parce qu’ils sont réquisitionnés (un chasseur) ». Mais cette économie liée aux victimes sacrificielles que sont les moutons n’est qu’un pis aller. Les éleveurs récusent ces aumônes comptables. Ils estiment qu’elles ne prennent pas en compte le déchirement que constitue la mort dans des conditions jugées atroces d’une brebis, pour un éleveur lié par un lien charnel et éminemment sensible à son troupeau. Les deux lettres, adressées au président Sarkozy par la femme d’un éleveur pour lui demander d’intervenir, tel un roi thaumaturge ou tout puissant, insérées à la fin de la thèse de Coralie Mounet, sont un condensé d’émotion, de détresse, d’impuissance et de rage. Ces deux textes d’une grande intensité montrent qu’au-delà des discours rationnels traitant du territoire, de la prédation, de la biodiversité, des solutions technico financières, des contraintes de la législation, la question du retour du loup est inscrite fondamentalement dans le registre du psychologique et du vécu, de l’émotion et de l’irrationnel.

Haut de page

Bibliographie

BENHAMMOU F., 2007, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion de la conservation des grands prédateurs en France, thèse Agroparitech, directeurs Laurent Mermet et Pierre Grenand, 648 p.+12 p. d’annexes.

BERNARDINA S. Dalla (1996), L’utopie de la nature, Paris, Imago, 304 p.

CARBONE G., 2004, La peur du loup, Paris, Gallimard, Découvertes, Culture et société, 176 p.

DELORT R., 1984, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 400 p.

MORICEAU J.M., 2007, Histoire du méchant loup. 3000 attaques sur l’homme en France (XVee-XXe siècle), Paris, Fayard, 623 p.

MORICEAU J.M., 2008, La Bête du Gévaudan, Paris, Larousse, 288 p.

MOUNET C. 2007,Les territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et « vivre ensemble » autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, thèse université Grenoble 1, Joseph Fourier, directeurs Olivier Soubeyran et André Micoud, 583p. PLANHOL, X. de, 2004, Le paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1 137 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Arnould, « « Le loup nouveau est arrivé » », Géocarrefour, Vol. 83/3 | 2008, 234, 251-252.

Référence électronique

Paul Arnould, « « Le loup nouveau est arrivé » », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 27 février 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6974

Haut de page

Auteur

Paul Arnould

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page