Navigation – Plan du site
Articles

Durabilité, agricultures et territoires : quels questionnements pour les ruralistes d’universités de l’Ouest ?

Sustainability, agriculture and territories : what questions are posed for rural geographers in the universities of the west of France ?
Geneviève Pierre, Philippe Madeline, Christine Margetic, Nicole Croix, Michael Bermond et Christian Peltier

Résumés

Comment, dans un espace qui incarne la réussite du modèle agricole productiviste, envisager une réflexion entre agriculture et durabilité ? Issues d’universités de l’Ouest, plusieurs générations de chercheurs ruralistes soucieux de la place accordée à l’agriculture et aux espaces agricoles dans le développement territorial ont éclairé la pertinence et la récurrence de cette question. En effet, l’Ouest s’avère être un espace laboratoire clé, tant de l’observation des évolutions agricoles productivistes et des formes d’agriculture les plus intensives, que de l’affirmation d’agricultures alternatives dynamisées par une tradition de travail en groupe. Plus que d’un « modèle », c’est de pluriels (agricultures, territoires) qu’il s’agit, et ce qu’ils impliquent a mobilisé et mobilise encore fortement même de jeunes chercheurs de l’UMR ESO.

Haut de page

Notes de l’auteur

Merci à Yvon le Caro pour sa relecture

Texte intégral

1Comment, dans un espace, celui de la France de l’Ouest, qui incarne la réussite du modèle agricole productiviste, envisager une réflexion entre agriculture et durabilité sur 50 ans ? Déclinaison de la notion de développement durable qui émerge au tournant des années 1990, des formes d’agriculture durable s’affirment réellement au tournant des années 2000 (Gasson, 2003). Pour autant, même si la terminologie est autre avant les années 1990, des géographes – ruralistes (Brunet, Flatrès, Canévet, Croix, Renard) ou spécialistes de géographie régionale (Chauvet) – ont contribué d’autant plus tôt à une réflexion sur le lien territoire/reproductibilité/viabilité que l’espace investi (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire) offre des caractéristiques agricoles et rurales fortes de « campagnes vivantes ». Ainsi, au-delà des clichés traditionnels sur l’Ouest agricole, ces chercheurs ont relayé d’autres dynamiques que l’intensification à outrance, dynamiques liées à la modernisation des années 1950 et qui perdurent ou se renouvellent aujourd’hui encore. Aussi, relire leur travail d’analyse sur le temps long (1950-2000) en le croisant à des travaux plus récents permet de souligner – c’est notre hypothèse – le passage avéré d’une problématique de la pérennité agricole (viabilité économique/reproductibilité) à celle d’une durabilité (préoccupations économiques, socio-territoriales et environnementales) aux contours évolutifs avec l’émergence des questions de gouvernance territoriale. Dans ce cadre, notre propos vise à replacer ces relations durabilité/agriculture/ territoire dans l’Ouest français (espace pertinent ?) dans toutes leurs déclinaisons (la durabilité socle pour de nouvelles problématiques ?) en insistant sur les méthodes d’analyse explorées.

La France de l’Ouest : un laboratoire permanent d’expérimentation pour l’agriculture et le développement durable, dans (ou malgré) le contexte productiviste ?

2Quel que soit le modèle de développement agricole suivi en région, sa diffusion passe par son appropriation par des acteurs d’origine diverse. L’analyse des jeux d’acteurs – anciens ou actuels – s’avère donc un préalable indispensable pour estimer l’émergence puis l’affirmation d’une « autre » agriculture.

L’organisation de réseaux d’acteurs liés à l’agriculture de groupe et le poids de personnalités

  • 1  En Basse Normandie et en Pays de la Loire, plus de 50 % des agriculteurs sont membres d’une CUMA, (...)
  • 2  SAlon des Fourrages et des Initiatives Rurales.

3Dans l’Ouest, le renouvellement des réflexions sur l’agriculture doit beaucoup à des collectifs (Croix, 1995) comme le montrent deux exemples. Ainsi, la vision humaniste portée entre autres par la JAC a laissé des traces dans la formation des agriculteurs. De plus, le foisonnement actuel d’expériences relève d’une antériorité du travail si ce n’est en réseau, du moins en associations locales qui, des groupes d’entraide ensilage constitués dès les années 1930, à la naissance des CUMA1 et des GAEC, reflètent un attachement à une agriculture familiale et à un tissu d’actifs dense (Dufour, 1979). Leur projet peut déborder le monde agricole : unique véritable Intercuma en France fédérant 12 départements depuis 1980, la FR CUMA de l’Ouest a initié le SAFIR2 qui draine des dizaines de milliers de visiteurs, agriculteurs et non agriculteurs, ruraux et citadins. Ouvert aux formes d’agriculture conventionnelles et moins conventionnelles (dites « durables »), cette « université aux champs » aborde des questions sociétales (innovations sociales et environne-mentales pour tous…) en phase avec le débat de l’insertion de l’agriculture dans la société.

  • 3  Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture.
  • 4  Le mouvement des paysans-travailleurs, regroupé dans la Fédération nationale des syndicats de trav (...)
  • 5  Fils de paysans bretons, Louis Malassis a enseigné l’économie rurale aux Écoles nationales supérie (...)
  • 6  FARRE : Forum pour une Agriculture Raisonnée Respectueuse de l’Environnement.

4Parallèlement, des leaders ont émergé localement et se sont inscrits dans le paysage national, voire européen, leaders de la FNSEA (le vendéen Luc Guyau, ancien président de la FNSEA, actuel président de l’APCA3 ; le breton Jean-Michel Le Métayer, actuel président de la FNSEA), de la Confédération paysanne et de la Coordination rurale. Leader historique du mouvement des « paysans-travailleurs »4, ancien président de la Chambre d’agriculture de Loire Atlantique, Henri Baron a représenté, à son époque, la tendance minoritaire au sein d’un syndicalisme agricole français dominé par la FNSEA. Dans un autre registre, Louis Malassis5 a promu, face à des générations d’étudiants, de responsables politiques et syndicaux, une vision humaniste de l’agriculture. Des femmes ont aussi su s’imposer, telles Anne-Marie Crolais, aujourd’hui élue régionale et ancienne présidente de la FDSEA des Côtes d’Armor, et Christiane Lambert, ancrée dans le Maine-et-Loire, promoteur du réseau FARRE6 qui a contribué à une reconnaissance officielle en 2002 de l’agriculture raisonnée.

Des initiatives autour des pratiques agricoles et de l’intégration territoriale

  • 7  Parmi les résistances ou les retards pris, on évoquera le contentieux européen sur la « directive (...)
  • 8  CIVAM : Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural, à forte implantatio (...)
  • 9  AFIP : Association de Formation et d’Information Pour le développement d’initiatives rurales.
  • 10  RAD : Réseau Agriculture Durable.
  • 11  Source : www.ruralinfos.org, RAD et DGFAR rapport Planistat, ministère de l’Agriculture, 2003.

5Diverses quant à leur démarche et leur support réflexif, des structures ont répondu à la critique du productivisme à outrance en favorisant un renouvellement des pratiques agricoles, ce retournement s’imposant en particulier dans les espaces d’élevage intensif. Outre par le réseau FARRE, reflet des préoccupations de la FNSEA, l’Ouest est maillé par un réseau dense et fédérateur d’agriculteurs échappant aux modèles dominants, qui ont enclenché une dynamique d’agriculture durable, avec un succès relatif cependant en ce qui concerne les dispositifs publics à portée agri-environnementale7 (Ferti-mieux, PMPOA, les MAE en 1992, le CTE à partir de 1999, relayé en 2003 par le CAD). Ainsi, un cinquième à un tiers des agriculteurs de l’Ouest inscrits dans les CIVAM8, l’AFIP9 ou le RAD10 ont contractualisé un CTE11. Réseau d’agriculteurs né dans l’Ouest dans les années 1990 (Deléage, 2003), le RAD contribue à la diffusion d’innovations environnementales des espaces agricoles « périphériques » vers des régions plus intensives, même si la rupture avec le modèle dominant est difficile (Bouzillé-Pouplard, 2002). D’ailleurs, les acteurs politiques qui s’interrogent sur d’éventuelles inflexions vers un « modèle breton durable » qui pourrait assez logiquement prendre forme autour d’une filière laitière ré-ancrée dans le local ne s’y trompent pas.

  • 12  Au Mans et à Rennes, parties prenantes dès 1996 à la création de l’association, s’ajoutent en 2000 (...)

6Progressivement, la problématique de l’agriculture est sortie de la seule sphère agricole (Renard, 1975), d’autant que les « campagnes vivantes » de l’Ouest sont marquées depuis les années 1990 par un processus accéléré de métropolisation et de périurbanisation qui induit localement une mise en tension d’un espace à forte densité d’actifs agricoles. La mise en pratique du concept de « ville durable » s’y est traduite par l’implication de plusieurs métropoles dans le réseau national Terres en Villes12, mobilisé autour des questions foncières et des circuits courts, avec des partenariats variables pour co-construire les politiques agricoles périurbaines (SCOT et PLU). Pour autant, l’ouverture à la durabilité reste plutôt timide, comme le montre l’exemple de l’agglomération mancelle (Peltier, Djellouli, 2008).

7Ces quelques pistes montrent qu’on peut parler d’un terreau historique de l’Ouest, ouvert à d’originales approches agro-territoriales de développement durable, fécondité remarquée de longue date par les universitaires de ces régions, entre renouvellement de problématiques plus anciennes et réflexions plus actuelles.

Le lien agriculture(s), territoire(s), et durabilité : de son appropriation ancienne à ses renouvellements récents

De la pérennité à la durabilité ?

8Dans l’Ouest, des géographes étudient depuis les années 1950 la combinaison entre économie, social et environnement, en liant l’analyse des différentes formes d’agriculture qui se sont succédées ou juxtaposées, et les conditions de leur pérennité, puis durabilité, à celle de l’organisation des territoires et de leurs évolutions (déclin, inertie, développement). Les liens entre agricultures et territoires sont alors appréhendés comme des combinaisons dynamiques entre activités économiques, besoins sociaux, ressources naturelles, dans un espace à géométrie variable (Renard, 1975 ; Dufour, 1979 ; Macé, 1982), mais à l’instar de ce que d’autres ruralistes pratiquent à la même époque (Bertrand et al., 1984).

9Sans que le terme soit utilisé, la durabilité était ainsi bien présente quand les paysans mettaient les techniques au service du potentiel agronomique et des terroirs et construisaient des paysages bocagers variés. De même quand les agriculteurs suscitaient une organisation foncière et sociale solidaire pour la participation du plus grand nombre à la modernisation technique et économique (Croix, 1999). À l’inverse, elle n’existait ni dans l’agriculture traditionnelle (rapports sociaux difficiles entre fermiers et propriétaires, économie non viable des petites exploitations en faire-valoir direct, campagnes dominées par ceux qui contrôlent le foncier), ni dans l’agriculture modernisée des années 1960 qui a conduit à des atteintes parfois irréversibles à l’écologie et à l’élimination de nombreux producteurs (Canévet, 1992).

10Avant la révolution agricole des années 1960, puis durant les décennies 1960 et 1970, l’entrée par la pérennité agricole permet donc de mettre en exergue certaines « faiblesses » socio-structurelles de ces campagnes (Croix, 1995). En fait, ce qui interpelle, c’est la spécialisation rapide en productions animales, stimulée par de puissants bassins et filières agro-industrielles en lait et viande, bovins et volailles (Canévet, 1992 ; Calvez, 1997) et des bassins secondaires de productions végétales (maraîchage : Humeau, 1975). Dès lors, l’échelle d’analyse s’élargit de l’échelle des parcelles et des terroirs dans les finages communaux et les petites régions agricoles selon la définition INSEE de 1946, à l’échelle nationale, en lien avec l’affirmation du volet économique vu comme facteur explicatif central, même si cette géographie agricole régionale comporte aussi de longs exposés sur les valeurs sociales de l’agriculture de groupe, du mutualisme et de la coopération (Peyon, 1983).

11À partir des années 1990, l’entrée par la durabilité va se traduire par un repli des études portant sur les grandes filières de production, conséquemment à la remise en cause du modèle de développement agricole productiviste, même dans les campagnes bretonnes (Baudelle, Canévet, 2000). Trois voies interagissent. D’une part, les agricultures alternatives avant tout promues hors des réseaux institutionnels, mais fortement implantées dans l’Ouest, servent de clé d’entrée à E. Bouzillé-Pouplard (2002) et à E. Deléage (2003) pour affirmer le poids social d’agricultures qualifiées de paysanne, durable, fermière… D’autre part, la question de la nature dans les campagnes (Croix, 1995) conduit à considérer les dysfonctionnements environnementaux (arrachage des haies et érosion des sols sur les pentes, pollutions, déclin de la biodiversité), et les inégalités sociales et spatiales induites par la course aux rendements et le productivisme : endettement de plus en plus lourd, difficultés d’installation et de transmission en lien avec l’irrésistible agrandissement des structures (Croix, 1998 ; Bermond, 2004). Enfin, reflet d’attentes des acteurs du monde rural, le thème des bio ou agroressources ressort dans de nombreux projets agroterritoriaux issus de politiques à destination de cet espace (Leader +, Pôles d’excellence rurale), reposant sur des logiques de proximité géographique et de liens sociaux élargis à une diversité d’acteurs (Pierre, 2008).

Durabilité, agricultures, territoires : une recherche aujourd’hui explicitée par les géographes de l’UMR ESO13

  • 13  UMR 6590 CNRS ESO (Espaces et Sociétés) : UMR qui rayonne sur les universités d’Angers, Caen, Le M (...)
  • 14  Informations sur www.psdrgo.org.

12L’appartenance à un laboratoire de géographie sociale n’est pas neutre pour les auteurs de cet article. En premier lieu, s’ils n’ignorent pas les évolutions d’une société globalement urbaine, il leur apparaît avoir encore du sens de se désigner comme ruraliste, en inversant le regard rural/urbain, et en portant attention non pas à des espaces « moins urbanisés » ou « en creux », mais riches de potentialités spécifiques (ressources territoriales). En second lieu, l’échelle micro facilite l’analyse des implications de « l’éclatement urbain » en restituant la parole de ceux (territoires, groupes sociaux) qui, n’étant pas les plus mobiles (et les agriculteurs sont dans cette catégorie), reçoivent sur place, voire subissent, les effets de ces mobilités. L’entrée par la durabilité oblige donc de plus en plus les chercheurs à poser la question du partage sur le long terme d’un territoire soumis au caractère évolutif de la mixité spatiale et sociale dans des campagnes encore imprégnées d’agriculture intensive. À ce sujet, le projet INRA PSDR GO CLAP14 va soulever la question de la pérennité de la compétitivité qualitative des espaces agricoles de l’Ouest dont la définition renvoie à des jeux d’acteurs pour partie extérieurs au monde agricole.

13L’agriculture, facteur d’attractivité ou repoussoir ? Cette question résume – partiellement – le caractère pluriel du lien durabilité/agricultures/ territoires (Le Caro et al., 2007). Elle renvoie aux notions de qualité de vie et des territoires, reflet et condition de leur développement durable. Or, le « vivre ensemble » dans des espaces multi fréquentés et multi pratiqués interpelle par exemple sur la durabilité agricole – et son acceptabilité –, avec un volet « transmissibilité des exploitations » qui reste d’autant plus incontournable (Bermond, 2004) que le renouvellement des exploitations prend place dans des projets agro-territoriaux de plus en plus intégrés. Les formes de concurrence tendent ainsi à se renouveler sur de nouvelles bases, dans de nouveaux lieux de co-construction, notamment au sein des agglomérations (Djellouli, Peltier, 2008 ; Margetic, 2007). Et pourtant, ces espaces participent de l’identité de l’agglomération, ce qui oblige à cerner les représentations qu’en ont les différents acteurs en présence à une échelle donnée, mais aussi les modes de gouvernance territoriale et les politiques publiques (participation de chercheurs d’ESO à un programme national sur le dialogue territorial, piloté par le CAS-DAR et l’AFIP, 2006-2008). D’une certaine manière, grâce à cet exemple, on réactualise des questionnements plus anciens autour de la question foncière (Croix, 1998) avec une entrée plus socio-spatiale.

14Les réflexions sur le partage du territoire et l’acceptabilité sociale de l’agriculture explorent aussi comment la dimension « cadre de vie » peut supplanter ou intégrer la dimension productive. Au quotidien, ce peuvent être les circuits courts et la vente directe (Y. Le Caro, dans un programme de recherche comparant la Bretagne et des terrains japonais), la production d’un espace agricole récréatif (Le Caro, 2002) ou bien la production de l’environnement bâti, à la fois nécessité, source de contraintes, parfois aussi d’atouts (production d’aménités) pour des agriculteurs qui doivent intégrer le fait que l’acte de construction neuve d’un bâtiment agricole n’est pas anodin, tant en termes économiques et paysagers que de représentation des pratiques agricoles (Madeline, 2007).

15Ces différentes pistes de réflexion, non exhaustives, sont au cœur du projet de recherche INRA PSDR GO DYTEFORT qui réunit un grand nombre de ruralistes d’ESO (et du Grand Ouest) avec, pour fil conducteur, les processus et les outils de constructivité des espaces ruraux « en transition » du Grand Ouest. Plus que de formaliser les dynamiques en cours, l’approche socio-spatiale retenue s’attache à cerner la portée « pratique » de ce vivre ensemble en termes de stratégies d’action des acteurs et de représentations, avec une attention particulière portée au foncier agricole. En définitive, formaliser nos réflexions autour du concept de durabilité peut se résumer par des choix terminologiques : de la terre aux terroirs, puis aux territoires, on se positionne désormais sur l’interterritorialité.

Quelles méthodologies pour appréhender ce lien agriculture(s)/territoire(s)/ durabilité ?

16La plupart des sources et méthodes d’analyse que les chercheurs ruralistes de l’Ouest mobilisent ne leur sont pas exclusives ; cependant, trois groupes de pratiques les réunissent dans leur approche actuelle de géographie sociale, agricole et rurale : (i) la pluridisciplinarité et le travail avec d’autres réseaux de chercheurs et d’acteurs ; (ii) l’exploitation de bases de données statistiques ; (iii) la pratique assidue du terrain, l’entretien biographique venant en appui qualitatif au traitement statistique, en vue d’une démarche empirique, inductive non dévalorisée.

  • 15  Depuis 1994, le Pôle rural de la MRSH de Caen propose un séminaire doctoral mensuel, des publicati (...)
  • 16  Association des Ruralistes Français.
  • 17  Présentés dans les réponses à des appels à projet de recherche (ANR, INRA…).

17La pluridisciplinarité et les rencontres avec d’autres chercheurs travaillant sur l’agricole et le rural constituent un aspect méthodologique premier. À l’échelle du Grand Ouest, lieu le plus ancien pour comprendre les évolutions paysagères (Brunet et al., 1998 ; Dufour, 1979), du peuplement et du foncier (Renard, 1975 ; Croix, 1999), le travail avec les historiens s’est même structuré en 1994 autour du pôle rural caennais15. En Loire-Atlantique, dès les années 1960, l’analyse des conflits fonciers a réuni géographes et juristes, collaboration renouvelée avec Louis Lorvellec autour de questions relatives aux règlements agricoles européens et aux contrôles renforcés de l’agriculture par les politiques publiques. Enfin, les sociologues ont été des compagnons essentiels. Plus largement, l’adhésion à l’ARF16 a contribué à renforcer les liens pendant toute une décennie entre géographes, agronomes, économistes, juristes, historiens, ethnologues et sociologues (Yves Lambert, Paul Houée, Roger Le Guen), surtout lors de réunions-débats régionaux de préparation du colloque annuel (pluriactivité en 1982, etc.). Une telle diversité disciplinaire vaut encore pour l’ATP du CNRS sur le changement social et culturel (Bertrand et al., 1984). Aujourd’hui, la densité des organismes agricoles et écoles d’ingénieur dans l’Ouest (l’ESA à Angers ; l’INH membre d’Agro-campus Ouest), est d’autant plus propice à ces rapprochements que la question de la durabilité oblige à s’approprier certains outils d’autres disciplines17.

  • 18  Le Répertoire des Exploitations Agricoles est particulièrement détaillé, car il procède d’une défi (...)
  • 19  Des réflexions sont en cours pour proposer un nouvel inventaire informatisé en Loire-Atlantique en (...)

18Parmi ces outils, on peut penser aux bases de données statistiques parmi lesquelles dominent les RGA de 1955, 1970 à 2000, mais aussi les précieux REA18 en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire effectués tous les cinq ans de 1965 à 2000 par les chambres d’agriculture. Exhaustifs et couvrant des productions ou activités de diversification plus rares, ils s’appuient sur la méthode des jurys communaux, ce qui rend leur généralisation impossible – et même leur maintien – en raison en particulier de leur coût19. D’autres nombreuses sources sont pratiquées, plus ciblées, de contour et d’échelle variable : fichiers PAC sur les aides au revenu reçues par exploitation, données de collectivités locales ou d’organismes agricoles et para-agricoles (CUMA, SAFER pour les questions foncières, MSA et ADASEA pour l’installation…). Certaines sources s’insèrent désormais comme les fichiers de la construction et des transactions foncières (DRE, SCAFR, Perval) utilisés à la fois pour illustrer la diversification sociale des campagnes et la réactivité des agriculteurs aux injonctions environnementales (Madeline, 2007) et la liste n’est pas exhaustive. Au final, ces sources d’origine variée ont montré leur efficacité pour démontrer l’émergence de nouvelles formes d’agriculture dans les années 1990-2000, le RGA ne permettant pas de cerner la diversité des fonctionnements technico-économiques, ni d’évaluer la durabilité des systèmes de production agricole (Gasson, 2003).

19Le terrain a été et est encore une ressource régulièrement et souvent explorée. En réalité, d’hier à aujourd’hui, et malgré une phase (années 1970-1980) où la géographie agricole a privilégié une échelle d’analyse plus large et des traitements statistiques plus systématiques, le recours très fréquent à l’entretien biographique et à l’observation fine à une échelle très locale, en étude de cas ou servant de base à des analyses conceptuelles, a toujours été pratiqué, voire privilégié par les ruralistes de l’Ouest. La notion de durabilité dans une optique de géographie sociale obligeant à un va-et-vient permanent entre le (micro)-local et le global, incite à recourir plus fréquemment aux enquêtes et aux entretiens auprès d’une diversité d’acteurs, relevant de la sphère agricole (agriculteurs (-trices), syndicalistes, responsables économiques et politiques…) ou de la société (DRIRE, collectivités locales, agences de l’eau, associations de consommateurs…). Ainsi, on adjoint désormais le recours à une échelle presque micro-géographique au service d’une réflexion globale comme Y. Le Caro (2002) qui, pour définir le caractère d’espace de loisirs et publicisé (Croix, 1998) de l’espace agricole, étudie finement son accès au public à partir de 176 enquêtes sur 4 communes, en espace rural, périurbain et rétro-littoral.

Conclusion

20Le croisement d’un espace agricole, la France de l’Ouest, de la présence de plusieurs générations de chercheurs ruralistes soucieux de la place accordée à l’agriculture dans le développement territorial local, et de la thématique du développement durable, s’avère fécond par la diversité des enjeux et des situations à observer. Interpellant et alimentant la réflexion depuis plusieurs décennies, la juxtaposition de types d’agriculture, du plus durable au plus productiviste, permet, dans cet espace laboratoire, l’observation des évolutions du productivisme et de ses formes les plus intensives, et des principales critiques issues de réflexions post-productivistes. Pour autant, l’Ouest est-il représentatif d’un nouvel équilibre, l’agriculture y demeurant une agriculture de production (dont on a plus que jamais besoin) fondée sur le « faire en groupe » ? Associer durabilité (et gouvernance territoriale) et agriculture(s) renouvelle donc les questionnements sur le binôme collectif/individuel dans le contexte d’une co-construction d’un rural en transition.

Haut de page

Bibliographie

BAUDELLE G., CANEVET C., 2000, Les mutations du système agricole le plus productif de l’Europe atlantique : vers une diversification des campagnes bretonnes, in SOUMAGNE J. (dir), Les nouveaux espaces ruraux de l’Europe atlantique, Poitiers, ITEEM ICOTEM, p. 122-136.

BERTRAND J.R, CHEVALLIER J., FREMONT A., RENARD J., 1984, Géographie sociale, Paris, Masson, 388 p.

BERMOND M., 2004, Produire et se reproduire dans la crise. Agriculture, familles, exploitations en Normandie au début du XXIe siècle. Essai de géographie sociale, thèse, Université de Caen Basse Normandie, 462 p.

BOUZILLÉ-POUPLARD E., 2002, L’agriculture à l’épreuve de l’environnement : la diffusion de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement ; l’exemple du réseau agriculture durable, thèse, Université de Nantes, 466 p.

CALMÈS R., MORICEAU J.-M., (dir.), 1998, Les constructions parcellaires dans le temps et dans l’espace Enquêtes, Enquêtes Rurales, 4, PUC, 124 p.  

CALVEZ E., 1997, Coopératives et industriels laitiers du nord-Finistère, Évolutions agricoles, diversifications industrielles et emploi local, thèse, Université de Nantes, 468 p.

CANÉVET C., 1992, Le modèle agricole breton, histoire et géographie d’une révolution agro-alimentaire, Rennes, PUR, 398 p.

CHAUVET A., 1987, Porte nantaise et isolat choletais, essai de géographie régionale, Maulévrier, Hérault, 270 p.

CROIX N., 1995, Des terroirs aux territoires : géographies agraire, agricole, rurale et… géographie, Cahiers Nantais, n° 44-45, Mélanges offerts au professeur Alain Chauvet, p. 197-206.

CROIX N. (dir.), 1998, Environnement et nature dans les campagnes, nouvelles politiques, nouvelles pratiques ?, Rennes, PUR, 260 p.

CROIX N., 1999, La terre, entre terroir et territoire, mutations foncières et organisation des campagnes armoricaines méridionales, 1968-1998, thèse de doctorat d’État, Nantes, 1142 p.

DELÉAGE E., 2003, Au-delà de la tradition et de la modernité, le réseau agriculture durable ; socio-anthropologie d’un mouvement social paysan de l’ouest de la France, thèse, Université de Caen, 430 p.

DUFOUR J., 1979, Agriculture et agriculteurs dans les campagnes mancelles ; le devenir des régions agricoles, thèse, université Panthéon-Sorbonne, 928 p.

GASSON A., 2003, Le développement agricole durable ; fondements théoriques et éclairages bas-normands, thèse, Université de Caen, 630 p.

HUMEAU J.B., 1975, La production maraîchère et légumière dans la vallée de l’Authion ; étude géographique d’une production agricole dans un secteur rural en cours d’aménagement, thèse, Université de Caen, 470 p.

LE CARO Y., 2002, Usages récréatifs de l’espace agricole, thèse, Université de Rennes 2, 2 vol, 874 p.

LE CARO Y., MADELINE Ph., PIERRE G., 2007, Agriculteurs et territoires, entre productivisme et exigences territoriales, Rennes, PUR, 268 p.

MACÉ G., 1982, L’Homme et l’espace dans un département rural de l’Ouest, la Mayenne, thèse, Rennes 2, 1012 p.

MADELINE, Ph., 2007, Constructions agricoles d’hier et d’aujourd’hui. Essai de géographie sociale, HDR, université de Nantes, 358 p.

MARGETIC Ch., 2007, Dynamiques des agricultures nantaises (1967-2007), communication au colloque international Les agricultures périurbaines : un enjeu pour la ville, Nanterre, 10-11-12 octobre (actes à paraître).

MATHIEU N., 2006, La géographie rurale française face à l’utopie du développement durable : quelles réactions, quelles perspectives ?, Bulletin de la A.G.E., n°41, p. 39-67.

PELTIER C., DJELLOULI Y., 2008, Durabilité des pratiques agricoles et relations sociales à retisser en périurbain : le cas du Mans, in SECHET R. (dir.), Territorialités et mobilités, Rennes, PUR (à paraître).

PEYON J.-P., 1983, La coopération agricole en France, Étude géographique des grands organismes coopératifs, thèse de doctorat d’État, Université de Paris I, 452 p.

PIERRE G., 2008, Un bio-carburant en circuit court : la co-construction d’un outil de développement et de son territoire en CUMA, communication au colloque SFER des 28 et 29/02/2008 : Les coopératives agricoles, mutations et perspectives.

RENARD J., 1975, Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise (Loire-Atlantique, bocages vendéens, Mauges), thèse de doctorat d’État, Les Sables-d’Olonne, Le Cercle d’Or, 432 p.

Haut de page

Notes

1  En Basse Normandie et en Pays de la Loire, plus de 50 % des agriculteurs sont membres d’une CUMA, plus des deux-tiers en Maine-et-Loire.

2  SAlon des Fourrages et des Initiatives Rurales.

3  Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture.

4  Le mouvement des paysans-travailleurs, regroupé dans la Fédération nationale des syndicats de travailleurs paysans, a participé à la création de la Confédération paysanne en 1987.

5  Fils de paysans bretons, Louis Malassis a enseigné l’économie rurale aux Écoles nationales supérieures d’agronomie de Rennes, puis de Montpellier, où il a fondé Agropolis ; il a été directeur général de l’enseignement et de la recherche au ministère de l’agriculture.

6  FARRE : Forum pour une Agriculture Raisonnée Respectueuse de l’Environnement.

7  Parmi les résistances ou les retards pris, on évoquera le contentieux européen sur la « directive nitrates » dans sept périmètres de captage en Bretagne.

8  CIVAM : Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural, à forte implantation en Loire-Atlantique.

9  AFIP : Association de Formation et d’Information Pour le développement d’initiatives rurales.

10  RAD : Réseau Agriculture Durable.

11  Source : www.ruralinfos.org, RAD et DGFAR rapport Planistat, ministère de l’Agriculture, 2003.

12  Au Mans et à Rennes, parties prenantes dès 1996 à la création de l’association, s’ajoutent en 2000 Angers, Lorient et Nantes.

13  UMR 6590 CNRS ESO (Espaces et Sociétés) : UMR qui rayonne sur les universités d’Angers, Caen, Le Mans, Nantes, Rennes 2.

14  Informations sur www.psdrgo.org.

15  Depuis 1994, le Pôle rural de la MRSH de Caen propose un séminaire doctoral mensuel, des publications pluridisciplinaires, accueille, depuis 2005, la bibliothèque ancienne du Ministère de l’Agriculture et abrite le siège d’une revue internationale (Histoire et Sociétés Rurales) dans laquelle les géographes ruralistes trouvent une tribune (www.unicaen.fr/socrurales).

16  Association des Ruralistes Français.

17  Présentés dans les réponses à des appels à projet de recherche (ANR, INRA…).

18  Le Répertoire des Exploitations Agricoles est particulièrement détaillé, car il procède d’une définition la plus large possible de l’activité et de l’exploitation agricole (y compris les retraités conservant quelques hectares et quelques animaux en production).

19  Des réflexions sont en cours pour proposer un nouvel inventaire informatisé en Loire-Atlantique en place du REA « papier ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Pierre, Philippe Madeline, Christine Margetic, Nicole Croix, Michael Bermond et Christian Peltier, « Durabilité, agricultures et territoires : quels questionnements pour les ruralistes d’universités de l’Ouest ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 31 août 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/6957 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.6957

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page