Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Thierry Sanjuan (dir.), Les grands hôtels en Asie. Modernité, dynamiques urbaines et sociabilité

Christian Montès
p. 54
Référence(s) :

Thierry Sanjuan (dir.), 2003, Les grands hôtels en Asie. Modernité, dynamiques urbaines et sociabilité, Paris, Publications de la Sorbonne, 272 p.

Texte intégral

1Comme le montre le film éponyme où s’illustra Greta Garbo en 1932, un grand hôtel n’est pas simplement un ensemble de chambres, de grands escaliers et de salons grandiloquents, mais bien un lieu, un microcosme où des drames se nouent. Si le grand hôtel est une invention américaine revisitée par la vieille Europe, sa déclinaison asiatique (Japon, Chine et Corée du Sud ici), tout en en reprenant les codes architecturaux, en élargit le sens. C’est ce que montre bien l’ouvrage dirigé par Thierry Sanjuan qui en restitue la dimension socio-spatiale aux échelles des métropoles dans lesquels ils s’insèrent et identifie les spécificités culturelles des sociétés urbaines des pays étudiés.

2Ecrit en 2009 et non en 2003, cet ouvrage s’inscrirait dans les processus de la mondialisation et dans la post-modernité post-coloniale. Si ces thématiques sont bien – implicitement le plus souvent – présentes, elles n’écrasent fort heureusement pas le texte de leur pesanteur idéologique. Les analyses des 6 auteurs s’appuient plutôt sur une évidente « imprégnation » de leur terrain en dehors du « concept du jour » et offrent de belles études de cas. Avec l’ambition de montrer comment un modèle importé de l’occident permet d’identifier les spécificités culturelles des sociétés urbaines d’Asie orientale, cet ouvrage s’organise autour de quatre entrées – temporalités, fonctions, représentations et usages sociaux – pour explorer le(s) monde(s) des grands hôtels.

3Bien que l’introduction collective se propose de dépasser les oppositions classiques entre tradition et modernité ou entre identité asiatique et occidentalisation, c’est bien en mettant en regard les caractéristiques et l’image des ryokans, les auberges traditionnelles japonaises étudiées par Sylvie Guichard-Anguis, que l’on parvient le mieux à trouver les clés de ces hôtels. A la nature (campagne et stations thermales) et à la tradition des unes répond l’exotisme « contre-nature » (métropolitain et toute l’année) des autres. A l’entre-soi et à la « rusticité élégante » (p.238) recherchés des unes s’oppose l’étalage de luxe, voire le clinquant d’une visibilité recherchée. Si les unes restent encore souvent aux mains d’une même famille pratiquant une hospitalité traditionnelle, les autres appartiennent à des grands groupes nationaux ou internationaux où ils riment avec mercatique. A la sauvegarde du patrimoine (architectural et vestimentaire) où la mémoire est mise en scène s’opposent le renouvellement constant, la mise en scène d’une modernité ostentatoire où le gratte-ciel règne.

4Pour présenter cette « histoire proprement asiatique de l’occidentalisation », les auteurs montrent bien une temporalité décalée selon les pays, « expression des modernités successives de la ville » (p.7) : manifestes du pouvoir moderne et trait d’union avec l’occident dans le Japon de l’ère Meiji (Nicolas Fiévé sur l’Hôtel Imperial de Tokyo), enclaves neutres dans la Chine des mandats (Françoise Ged sur Shanghai), sous médiation et contrôle colonial japonais dans la Corée des années 1910 (Valérie Gelézeau sur Séoul), soumis à l’influence américaine après 1945 dans ces deux derniers pays, les grands hôtels participent des mouvements de rénovation urbaine dans le cadre de la métropolisation, de l’internationalisation et de la création de nouvelles centralités (cf. Séoul). La Chine quant à elle, étudiée par Thierry Sanjuan, attend 1978 pour utiliser le grand hôtel comme outil de l’ouverture économique qui marque aussi le retour de l’urbanité.

5Le gratte-ciel est devenu peu à peu le modèle architectural majeur ; il « concourt à la mise en spectacle de la ville » (p.121) et est conservé par le courant post-moderniste comme le montre le rajout d’une tour de 30 étages à un hôtel Peninsula de Hong Kong restauré dans une splendeur art-déco historicisante étudié par Jeffrey W. Cody.

6« Répondant à un besoin fort de sociabilité dégagé des espaces plus quotidiens » (p.8), ils sont des « lieux de confrontation culturelle et de rapports de force » (p.7) créant des « mondes en soi » par la mise à disposition de la bourgeoisie locale « d’ailleurs culturels » (p.9). Il faut dire que dernière l’expression de « grand hôtel » se cachent en fait de véritables « complexes de commerces et de services de luxe » (p.107) qui en font des territoires de l’économie-monde offrant certes des services à la clientèle d’affaires, mais plus encore restauration et réceptions de luxe, espaces de loisirs (bars, boîtes de nuit, karaoké, spa, activités sportives) à une clientèle essentiellement locale que la publicité segmente à l’envi (cf. les magazines féminins japonais étudiés par Sylvie Guichard Anguis). Si aux géographes et architectes avaient pu s’adjoindre des sociologues, des enquêtes auprès de la clientèle (asiatique comme occidentale) de ces hôtels auraient encore renforcé les analyses.

7La lumineuse postface de Georges Cazes prolonge cet ouvrage d’une lecture transversale autour de l’idée que le grand hôtel est un « territoire des autres » (p.253), déclinée en quatre volets à partir d’une vision élargie à d’autres pays comme l’Inde : l’hôtel-île, enclave déterritorialisée ; l’hôtel-symbole, marqueur spatial ; l’hôtel-interface, qui génère pourtant peu de métissage ; l’hôtel-patrimoine enfin.

8Pour tous ceux qu’intéressent les questions de circulation des modèles architecturaux et urbanistiques, les processus de réinvestissement et de la résistance du local dans le global, les lieux des pratiques sociales des « élites » urbaines, voici un ouvrage aux riches perspectives et aux multiples facettes rehaussées par de belles photographies en noir en blanc, quelques utiles plans ainsi qu’une éclairante carte de synthèse de Séoul (p. 195).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Montès, « Thierry Sanjuan (dir.), Les grands hôtels en Asie. Modernité, dynamiques urbaines et sociabilité », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 54.

Référence électronique

Christian Montès, « Thierry Sanjuan (dir.), Les grands hôtels en Asie. Modernité, dynamiques urbaines et sociabilité », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6928

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page