Navigation – Plan du site
Articles

Vers des territoires rurables dans la région centrale du Chili ?

Towards territories of rural sustainability in the central region of Chile?
Hacia territorios rurales y sustentables en la región central de Chile ?
Cécile Faliès
p. 201-212

Résumés

L’agriculture chilienne est surtout connue pour ses exportations de contre-saison (avocats, fruits rouges) et de vin en bouteilles. La région centrale de ce pays, la plus tournée vers l’exportation, s’est en effet très largement orientée depuis les années 1970 et l’échec de la réforme agraire vers une monoculture intensive en climat méditerranéen. Mais de graves problèmes environnementaux parmi lesquels pollution des eaux et érosion des sols sont les plus observés ainsi que des demandes nouvelles de certains consommateurs font apparaître des projets qui tentent d’articuler agriculture et durabilité. Dans un contexte politique et économique néolibéral et en l’absence au Chili d’un ministère de l’Environnement, ces initiatives ne viennent pas d’ « en-haut » mais s’articulent dans une logique réticulaire autour de petits territoires et de quelques acteurs seulement, souvent privés.

Haut de page

Texte intégral

1Autant les rapports entre la géographie rurale française et la notion de durabilité ne sont pas évidents (Mathieu, 2006), autant les espaces ruraux au Chili ont fait l’objet de nombreuses études rurales par le prisme de cette notion qui est passée pour les géographes de « l’utopie au concept » (Jollivet, 2001) soit par une approche du milieu (Borde, 1980), soit par une approche environnementale (Soto Tello, 2004), soit par la notion de développement durable elle-même (Barrué-Pastor, 2004).

2Nous prendrons ici en compte la composante environnementale dans la définition même de la ruralité des espaces, comme le propose le botaniste J.-P. Lescure (1997) : la ruralité correspond « à une représentation tripartite du monde, dissociant trois groupes d’espaces, naturels, ruraux et urbains, qui s’organisent sur un gradient croissant d’anthropisation et d’artificialisation ». Selon lui, la ruralité ce n’est ni le rural, ni la nature, ni l’urbain, bien sûr, mais les trois à la fois. En 2003, au colloque de Montpellier sur l’ « organisation spatiale et la gestion des ressources et des territoires ruraux », Roland Pourtier a parlé quant à lui de « développement “rurable” au Sud » (Pourtier, 2003). Cette définition englobante de la nouvelle ruralité permet de réconcilier, au moins conceptuellement, le jeu complexe des acteurs et de leurs espaces, de les inscrire dans la durabilité et de voir émerger ce que l’on pourrait appeler un territoire r-urb-able, adjectif-valise conçu à partir des mots « rural », « urbain » et « durable ».

3L’aire métropolitaine dont il est question ici, souvent appelée région centrale, n’a pas d’existence administrative puisqu’elle se situe à cheval sur la Région de Valparaíso et la Région Métropolitaine et que la Cordillère de la Côte qui culmine à 2 200 m au Cerro El Roble y crée de fait une discontinuité (fig. 1).

Figure 1 : Quelle organisation des territoires rurables dans la région centrale du Chili ?

Figure 1 : Quelle organisation des territoires rurables dans la région centrale du Chili ?

4Mais elle a cependant une existence morphologique et fonctionnelle puisque les espaces qu’elle comprend sont majoritairement des espaces ruraux ou « naturels » articulés autour de petits ou moyens centres urbains anciens et qu’ils connaissent une double métropolisation de Valparaíso-Viña et de Santiago. En évoquant ces petits ou moyens pôles urbains comme Quillota (qui a été un cadre d’étude privilégié) ainsi que la coalescence de deux grandes agglomérations de respectivement 2 et 6 millions d’habitants, on peut même parler d’une grande région métropolitaine polynucléaire (fig. 2).

Figure 2 : Population de l’aire métropolitaine du Chili en 2002 par commune en valeur absolue

Figure 2 : Population de l’aire métropolitaine du Chili en 2002 par commune en valeur absolue

5Cette expansion métropolitaine combine d’une part l’extension des surfaces assez densément artificialisées, avec le passage pour la région métropolitaine de 65 000 à 85 000 hectares d’espaces construits entre 1995 et 2000, mais aussi des pressions différenciées sur les espaces ouverts proches, qui deviennent à la fois plus accessibles et plus attractifs pour les urbains (fig. 3).

Figure 3 : Variation de la population par commune dans l’aire métropolitaine entre 1992 et 2002

Figure 3 : Variation de la population par commune dans l’aire métropolitaine entre 1992 et 2002

6Parmi les facteurs essentiels de cette attractivité récente, on peut évoquer la pollution atmosphérique du bassin de Santiago qui joue comme un repoussoir vers les espaces non urbanisés. Ces derniers ont en effet un rôle essentiel dans l’écosystème métropolitain, en permettant le renouvellement de l’air et la production d’eau potable, tout en étant également convoités par les promoteurs immobiliers.

7Comme on observe une assez forte progression de l’urbanisation, la persistance d’une agriculture intensive et des problèmes environnementaux lourds (érosion des sols des versants cultivés dans le sens de la pente ou pollution chimique des sols et des eaux (Youlton Millón, 2005), c’est bien dans cette région doublement métropolitaine et pleinement intégrée à la mondialisation (De Mattos, 1999) qu’il est nécessaire de réfléchir sur un possible développement durable. Il sera entendu ici au sens, maintenant classique, où il permet de concilier la croissance économique, le développement de toutes les populations ainsi que la préservation à long terme des ressources de tel ou tel territoire. De fait, de nombreux projets naissent dans cette région tentant d’articuler agriculture et durabilité : labellisation de certains produits, agriculture alternative, protection de la nature…, mais derrière chaque projet, il y a parfois  de nombreuses définitions ou ambitions différentes (Veyret, 2005).

8Il convient alors de réfléchir sur les projets durables formulés ou réalisés dans la région centrale du Chili. En effet, par sa situation dans l’hémisphère Sud et sa production de contre-saison ainsi qu’en raison de son étendue latitudinale, le Chili jouit d’une diversité de terroirs agricoles. Dans la région centrale notamment (Borde, 1980 ; Faliès, 2005), l’agriculture est un secteur économique de grande importance que l’on peut comparer à une huerta méditerranéenne par l’organisation de son relief, la place qu’y occupent l’eau et l’irrigation, la nature des cultures qui y sont produites, ainsi que l’intensité des rapports entretenus entre ces campagnes et la ville. Or, ces espaces, souvent fragiles, connaissent de nombreux usages : l’usage agricole intensif d’abord, des résidus d’élevage, l’usage résidentiel et les transports. Des espaces si convoités, entre les agglomérations de Santiago du Chili à l’Est et de Valparaíso-Viña del Mar à l’Ouest, sont soumis à de nombreuses pressions qui rendent  indispensable de se pencher sur leur durabilité devant l’inexistence d’un ministère de l’environnement au Chili et en raison de la place qu’occupent ces espaces dans l’économie et dans l’imaginaire collectif des Chiliens.

9Entre l’entretien directif trop restrictif en raison de la pluralité d’acteurs qui vivent ou travaillent dans les espaces étudiés et qui aurait mieux convenu à une portion seulement d’entre eux (les agriculteurs, les femmes…) et l’entretien ouvert plus adapté aux récits de vie, nous avions choisi en 2005 de mener des entretiens semi-directifs. Ils avaient permis d’établir des portraits-types (Faliès, 2005) et avaient été une source d’informations en soi après une analyse thématique du contenu qui avait mis en évidence des thèmes transversaux aux enquêtés (principalement, propension à s’exprimer en termes de projets, conception pionnière de l’espace, diffusion de l’idéal de la consommation de masse, fort individualisme). Il a été intéressant de suivre l’évolution des projets en deux ans (plus à la baisse qu’à la hausse pour les projets écotouristiques de grande ampleur de Mariana Cunningham ou d’Antonio Razzeto) et de voir changer les trajectoires de vie, notamment pour des classes moyennes qui peuvent se fragiliser au moindre accident ou changement de la vie (maladie, départ à la retraite, naissance…). En fait, ce sont surtout les projets de grande envergure qui se sont réalisés ayant des effets sur la vie quotidienne (comme les travaux d’élargissement de la Carretera Internacional reliant l’aire métropolitaine à l’Argentine). C’est pour ces raisons que d’autres entretiens ouverts avec des représentants d’institutions ont été menés en 2007 (Faliès, 2008).

10Tout cela permet de s’interroger en ces termes : en quoi la formulation et/ou la réalisation de nouveaux projets dans une région « gagnante » d’un pays émergent permettent-elles la rurabilité de ses territoires ?

11Nous verrons d’abord comment le type d’agriculture d’exportation développée jusqu’ici dans la région est peu compatible avec une durabilité complète (alliant dans la durée et sur un même territoire, un développement social, économique et environnemental) puis comment l’apparition de nouveaux acteurs change la donne de ces espaces et enfin s’il est possible aujourd’hui de parler de territoires rurables.

Des agricultures très productives mais peu durables

Un puissant secteur économique mais très inégalitaire socialement

12Le secteur agricole a un poids économique important dans ce pays puisqu’il y occupe entre 5 et 10% du PIB depuis 1996 et emploie 18% de la population active en 2004 (Images économiques du monde, 2008) et que deux des principales exportations de ce pays sont d’origine agricole (vin et produits de contre-saison comme le raisin ou les fruits rouges). En outre, comme l’Argentine et contrairement à tous ses voisins latino-américains, le Chili assiste à une forte croissance relative de son secteur agricole de 2,7% en 2004 selon l’annuaire de la Commission économique pour l’Amérique latine et la Caraïbe (CEPAL, 2007). Cependant, dans les années 2000, on se retrouve dans les campagnes chiliennes avec de fortes inégalités au sein de la structure agraire. En effet, de tous les secteurs d’activité, le secteur agricole reste en 2000 le moins rémunérateur à l’échelle nationale et dans la région centrale, 6% de la population rurale vit en 2006 sous le seuil de pauvreté (MIDEPLAN, 2006), malgré la forte croissance du secteur agricole depuis les années 1990. Il est ainsi difficile de parler d’une agriculture durable au sens social.

13Les actuels produits phares chiliens que sont les avocats, les fruits rouges et le vin, sont des produits de l’agriculture intensive développée principalement dans la région centrale du Chili. L’agriculture d’exportation y est ancienne. En effet, le Chili n’étant pas de climat tropical, il n’y a jamais eu de cultures de plantation dans ce pays ; sur la côte pacifique et sous la tutelle de la Vice-royauté du Pérou, ses liens avec la métropole espagnole n’ont été que tardifs et peu étoffés, d’autant que les Espagnols se rendirent vite compte que le Chili n’était pas très riche en métaux précieux. Dès la période coloniale, une alternative s’offre aux colonisateurs : implanter au Chili, qui devient une sorte de précurseur pour l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil méridional, une agriculture de type européen, destinée dès son origine à l’exportation. Par rapport aux régions voisines, le Chili central et plus encore la vallée de l’Aconcagua a également un statut à part et privilégié. « Creuset de la nation et de l’État, le Chili central est resté longtemps un pays essentiellement rural où se sont élaborées au cours de quatre siècles d’Histoire des formes originales de propriété et d’utilisation du sol qui ont été transportées par la suite partout où les Chiliens ont étendu leur peuplement, en particulier dans les contrées méridionales de la Frontière » (Borde, 1980).

  • 1  Président du Chili de 1964 à 1970.

14En 1935, le Chili devient un pays à majorité urbaine simultanément au départ de la classe moyenne rurale, née du timide parcellement des terres de la fin du XIXe s. La population urbaine à nourrir augmente et le Chili doit importer de plus en plus de produits alimentaires, le système latifundiaire aboutissant, dans le temps, à « une économie de stagnation et à une production en diminution sans projet de développement » (Falaha, 1996). Pour enrayer cette situation d’inégalité entre grands propriétaires et petits agriculteurs, et surtout pour donner un nouvel élan à l’économie du secteur primaire, la Réforme agraire du gouvernement Frei1, dont la loi 16 640 entre en application le 18 juillet 1967 et prend fin légalement en septembre 1973 avec le coup d’État militaire, se donne cinq objectifs fondamentaux : l’expropriation des grands domaines mal gérés, l’octroi d’une aide aux exploitations rentables afin de les stimuler, la mise en place d’un projet d’organisation paysanne, syndicale et coopérative, l’augmentation des salaires et la sécurité de l’emploi dans l’agriculture, enfin, la mise en œuvre d’une vaste politique de formation des bénéficiaires de la Réforme agraire, des petits propriétaires et des exploitations de taille moyenne. Les latifundia expropriés se transformèrent alors en asentamientos, coopératives paysannes se substituant à l’ancienne direction patronale. Mais la réforme agraire fut incomplète en raison de sa courte période d’application.

  • 2  Inquilinos : ouvriers agricoles liés au grand latifundium par une relation de travail et une relat (...)
  • 3  Patrón : nom respectueux donné au propriétaire de l’exploitation ou de la parcelle par les inquili (...)
  • 4  Mediero : métayer. Il reçoit en l’échange de son travail un pourcentage de la production de la par (...)

15Les campagnes du Chili central furent parmi les premières concernées par la Réforme agraire et aussi à en constater l’échec organisé par la dictature du général Pinochet. Il est important d’évoquer ce que Jacques Chonchol, qui fut ministre de l’Agriculture au Chili sous l’Union populaire, appelle, lui, une contre-révolution, tant l’ensemble des efforts du gouvernement militaire, qui visaient un retour rapide et efficace à la stabilité dans les campagnes, ne peut pas être appelé politique agraire (Chonchol, 1995). Ce qui est certain, c’est que l’on a voulu privatiser l’espace rural, que cela passe par la révocation certaine, bien que tardive, des décrets sur l’expropriation avec restitution de la propriété foncière à l’ancien propriétaire ou par la parcellisation des terrains expropriés en faveur des petits agriculteurs, qui accédèrent ainsi à la propriété. Mais les nouveaux propriétaires doivent rapidement revendre leurs parcelles aux anciens propriétaires en raison d’un manque de formation ou de la trop petite taille de leur exploitation : ils redevinrent donc inquilinos2 sur la propriété du patrón3 et même dans certains cas medieros4.

Croissance ou développement ?

16Dans un pays néolibéral et connaissant des taux de croissance chaque année supérieurs à 5%, le « développement durable apparaît comme un être monstrueux, pourvu en apparence de trois jambes dont deux sont en réalité des béquilles amovibles » (Grenier, 2003). Philippe Grenier évoque ici bien sûr un développement durable qui serait évoqué comme un leitmotiv par les pouvoirs publics chiliens pour rassurer les citoyens et encourager les investisseurs, mais dépourvu de fait de sens puisque de la trilogie de Rio, seul compte l’économique, au détriment de l’environnement et du social. On pourrait dire encore que le degré de durabilité de ces espaces de production agricole est faible puisque « les activités économiques englobent les sphères environnementales et sociales ». C’est le principe de l’anthropocentrisme selon lequel c’est l’activité humaine et sa croissance économique qui priment sur les autres sphères du développement (Droulers, 2007).

17En l’absence d’un ministère de l’Environnement au Chili, les politiques environnementales menées dans ce pays sont nécessairement sectorielles donc bien souvent inappliquées ou territoriales et par conséquent peu intégrées. Un des conseillers du Ministre de l’agriculture en place nous a ainsi confié dans son bureau de Santiago que la préoccupation majeure du Ministère était toujours de poursuivre dans la voie de l’augmentation de la production agricole par secteur dans les années à venir. Or, cette agriculture d’exportation a déjà connu des périodes de surproduction comme lors de la crise économique en Argentine de 2002 qui cessa d’une saison à l’autre d’importer des tomates en provenance du Chili. Par ailleurs, les demandes des pays d’Europe imposent de plus en plus de normes environnementales et sociales aux produits importés. La seule évocation d’une agriculture durable - et même pas biologique - est renvoyée à des préoccupations européennes et non applicables à moyen terme au Chili.

  • 5  site Internet du Prodesal, www.indap.gob.cl/prodesal/

18Quant au PRODESAL (Programa de Desarrollo Local soit Programme de développement local), il s’agit d’un des organes du ministère de l’agriculture chargé en théorie du développement local pour les plus petits producteurs avec peu de capital productif et qui en général vivent dans des conditions de pauvreté et dans un environnement détérioré. Ce service a pour but d’« aider les familles minifundistes qui vivent dans des zones pauvres pour qu’elles améliorent leur productivité, restaurent leur environnement et s’associent dans le cadre d’un développement local intégré »5. En pratique, sur un projet mené en 2007 par des agronomes chiliens et français au nord de la région centrale dans la province de Petorca en milieu semi-aride et avec des petits producteurs d’avocats, le mot d’ordre présent sur la brochure était de produire plus. Or, les versants cultivés sont déjà soumis à une vive érosion et le manque d’eau rend difficile l’irrigation en goutte-à-goutte. De plus, ces agriculteurs sont relativement éloignés des marchés de consommation ou des lieux d’exportation. Le projet proposait même d’organiser des voyages de découverte dans le Sud de la France pour y apprendre des techniques nouvelles de culture alors que le contexte bioclimatique, économique et productif y est différent. En tout état de cause, la durabilité de ces agricultures n’est même pas évoquée dans ce type de projet.

De graves problèmes environnementaux

19Les problèmes environnementaux concernent essentiellement la qualité de l’eau et des sols. On a coutume de dire que les habitants de Quillota, une des communes les plus productives de la région de Valparaíso, sont, parmi les Chiliens, les plus nombreux à souffrir de cancers du côlon, dont la cause est attribuée à une mauvaise qualité de l’eau. En effet, le type de maraîchage pratiqué dans la zone, extrêmement intensif en raison du prix du foncier, ne laisse pas de répit aux sols, qui sont soumis à plusieurs cycles culturaux par an, notamment lorsqu’ils sont sous serre.

  • 6  La politique sanitaire états-unienne a longtemps exigé l’utilisation de ce produit, avant l’entrée (...)

20De plus, l’utilisation de nombreux engrais, pesticides et fongicides, finit par se répercuter dans la qualité des eaux du bassin de l’Aconcagua (Trupp, 2004). Beaucoup d’enquêtés ont parlé du bromure de méthyle6, utilisé dans la désinfection des sols contre les parasites et ravageurs des plantes, notamment des plants de tomates, comme les nématodes, les champignons et les mauvaises herbes.

21L’un des problèmes environnementaux qui alerte le plus les agriculteurs, car c’est le plus spectaculaire, est l’érosion des versants. En juillet 2002, dans cette même commune de Quillota, dans le secteur de La Palma, les petits agriculteurs ont subi en raison des pluies hivernales, des inondations. En fait, il s’agit surtout de ruissellements, liés à l’érosivité croissante des versants due à la plantation des avocatiers dans le sens de la pente (Soto Tello, 2004) qui a gravement mis en péril le devenir de l’une des deux seules entreprises agricoles de la zone à mettre en commun le travail des petits agriculteurs, la Sociedad Agrotalindo Ltda.

22Tant d’un point de vue social qu’environnemental, la situation de cette région est bien préoccupante. C’est l’apparition de nouveaux acteurs qui impose de prendre davantage en compte la durabilité soit parce qu’ils surimposent de nouveaux usages, soit parce qu’ils participent au développement d’une conscience nouvelle.

L’apparition de nouveaux acteurs et de nouvelles échelles

Un déficit institutionnel

23« Miracle chilien », « défi pour des tigres », « jaguar de l’Amérique latine », le modèle néolibéral chilien inspire analyses et qualificatifs plus ou moins positifs. P. Grenier fait état de l’irruption brutale mais continue, en Patagonie depuis les années 1970 et la prise de pouvoir de Pinochet, de ce modèle qui en donnant toute son importance aux lois du marché provoque un « éclatement de l’espace » et de la société chilienne (Grenier, 2003). L’« idéologie du marché » inspirée de l’école de Chicago dont le chef de file est Milton Friedman, et appliquée aux espaces ruraux a pour conséquence la non-régulation des cours, responsable d’un risque important encouru par les producteurs en cas de perte d’un partenaire commercial (comme ce fut le cas pour les producteurs de tomates qui perdirent leur principal client argentin), la privatisation des moyens de production que sont l’eau et la terre et la flexibilisation d’une main-d’œuvre peu payée – 120 000 pesos, soit 150 euros par mois pour 45 heures de travail hebdomadaire légal depuis le début de l’année 2005 –, et mal organisée.

24La compétition et la concurrence, mots d’ordre libéraux de tous les producteurs chiliens enquêtés qui souhaitent s’intégrer au mieux au processus économique de croissance, deviennent peu à peu ceux des espaces eux-mêmes. L’intégration ou l’exclusion des espaces et de ceux qui les travaillent à la mondialisation est à comprendre ici dans le sens vertical de la filière. Le néolibéralisme chilien a également des conséquences évidentes sur la culture politique des aménageurs du territoire qui ont tendance à considérer l’espace comme un vaste marché dont les acteurs privés sont responsables. Il existe en effet des régions « gagnantes » et des régions « perdantes » (Benko, Lipietz, 2002) et une réelle compétition entre les territoires eux-mêmes en fonction de l’intervention ou non de l’État. Deux domaines sont particulièrement concernés par cette faible régulation des pouvoirs publics au Chili qui préfèrent une gestion par secteur économique à une gestion intégrée territoriale : la gestion de la question rurale et la question environnementale.

25Le néolibéralisme chilien a des conséquences évidentes sur la culture politique des aménageurs du territoire qui ont tendance à considérer l’espace comme un vaste marché dont les acteurs privés sont responsables, soit par défaut, en raison d’un manque évident de moyens dans un contexte de décentralisation, soit par conviction réelle (Velut, Ghorra-Gobin, 2006). « Il semble [en effet] impossible de mettre en œuvre de façon réaliste une véritable politique de décentralisation avec un État exsangue. Chaque fois que les bailleurs de fonds semblent pousser les États vers moins d’État, plutôt que vers “mieux d’État”, il en résulte, outre une résistance passive des administrations sur la défensive, un affaiblissement administratif qui se conjugue avec un manque de moyens pour mettre en place un système basé sur le court terme » (Babin et al., 1997).

26L’aménagement du territoire au Chili est envisagé selon un point de vue essentiellement urbain et souvent sous l’impulsion de particuliers, donc sans cohérence territoriale. Ce sont davantage les activités qui servent à désigner les espaces que le fait d’être rural ou urbain.

27On peut énumérer rapidement les instruments de planification pour évaluer le cadre légal existant qui s’offre à l’aménageur pour le développement territorial d’une commune urbano-rurale comme celle de Quillota. Le plan régional de développement a pour but de coordonner toutes les actions des centres urbains existants dans une région administrative. Le plan régulateur intercommunal qui est un ensemble de normes et d’actions destinées à orienter et à réguler le développement physique de l’aire d’étude intercommunale possède un objectif précis concernant les zones rurales : établir une politique intégrée d’usages du sol pour arriver à une vraie protection des sols agricoles devant l’avancée urbaine et la localisation d’activités qui détériorent les ressources naturelles renouvelables. Cet instrument présente un intérêt géographique puisqu’il permet la délimitation de zones en intégrant la notion d’impact environnemental. Le plan régulateur communal, quant à lui, est beaucoup plus tourné vers le développement fonctionnel et structurel des zones urbaines vers leurs périphéries avec le souci par exemple de les alimenter en eau potable ou en électricité. Enfin on délimite une « ligne imaginaire qui sépare le territoire communal en deux portions bien différenciées ; dans la première se retrouvent les superficies urbaines déjà consolidées (aires urbaines), et celles susceptibles de l’être (aires d’extension urbaine) et dans la seconde, le reste de l’aire communale, appelée rurale, où il est interdit d’ouvrir des rues, de subdiviser, de créer des villages, de construire, etc. ».

28On voit bien que les objectifs de ces quatre instruments ne font, au pire, aucune place aux zones rurales et au mieux, les définissent en creux par rapport aux zones urbaines. Interstice entre deux communes, le rural est perçu comme un tout, espace potentiel d’extension pour les périphéries urbaines et souvent délaissé par les pouvoirs publics. Seule la part agricole du rural est prise en compte dans ces politiques de développement ou plutôt de croissance.

29Le SAG, Servicio Agrícola y Ganadero, « organisme public décentralisé qui contribue au développement et à l’amélioration de la compétitivité de l’agriculture, de l’élevage et de l’exploitation forestière nationaux, à travers sa politique sanitaire végétale ou animale » s’occupe plus généralement de l’agriculture capitaliste et d’exploitations supérieures à 5 000 m2, alors que l’INDAP, Instituto de Desarollo Agropecuario est un « organisme public décentralisé, dépendant du Ministère de l’Agriculture, créé en novembre 1962 et ayant pour objectif principal d’encourager le développement de la petite agriculture », c'est-à-dire concernant des agriculteurs possédant moins de 5 000 m2. Ces deux organismes travaillent en collaboration, dans la mesure où le but de l’INDAP est que l’aide qu’elle administre aux petits producteurs favorise leur croissance économique en suivant le modèle des grands propriétaires exportateurs.

  • 7  « Une politique d’État pour l’agriculture chilienne, période 2000-2010 ».
  • 8  « Instruments de dévelop-pement pour le secteur agro-sylvo-pastoral ».
  • 9  « Instruments sociaux pour le secteur rural ».

30Il n’existe donc pas ou peu d’aménagement rural au Chili. C’est la seule productivité qui semble régir les politiques publiques. En effet, en septembre 2000, les ministères de l’Agriculture, des Relations extérieures et des Finances, ainsi que diverses associations de producteurs se sont réunis pour établir « una política de Estado para la agricultura chilena, período 2000-2010 »7. Le choix des ministères participant au programme montre la direction économique qui lui est donnée. Si les thèmes environnementaux et sociaux y sont évoqués, on voit que l’accent est surtout mis sur la compétitivité et la croissance de l’agriculture que doivent accompagner une « hausse des rendements » et une « augmentation de la surface cultivée ». L’évocation finale d’« un nouveau monde rural » semble inopportune. L’étude des fascicules édités dans le cadre de ce projet, Instrumentos de fomento para el sector silvoagropecuario8 (2002) et Instrumentos sociales para el sector rural99 (2003) montre en effet que, malgré une légère inflexion vers plus de programmes sociaux et ruraux, comme le prouve l’entrée dans le projet en 2004 du Ministère de la planification et de la coopération, le développement rural passe avant tout par l’aide à la croissance économique. Le manque de territorialisation de ce projet élaboré depuis le haut et appliqué quels que soient la région et le type d’agriculture est évident.

  • 10  Colloque organisé en hommage à Jean Revel-Mouroz en juin 2005 à l’Institut des Hautes Études sur l (...)

31Les programmes qui vont dans le sens d’un développement rural et local sont extrêmement rares et assez récents. La quasi-absence des institutions dans l’aménagement territorial et l’espace rural au Chili nous amène à considérer la place respective des acteurs privés et de leur interaction dans la vallée, comme « palliatif », comme l’a affirmé Claude Bataillon1010. Autrement dit, il s’agit de voir dans quelle mesure les lacunes de territorialisation par le haut dans les campagnes chiliennes peuvent être comblées par une construction sociale renouvelée et cimentée parfois autour de thèmes environnementaux.

Des nouveaux usages des espaces ruraux : usage résidentiel par les parcelas de agrado et usage récréatif

32Alors que la croissance démographique se ralentit, les aspirations des groupes sociaux bénéficiaires de la croissance, notamment les classes moyennes et le changement des modes de vie nourrissent la demande immobilière et la croissance urbaine. Les espaces ruraux sont de plus en plus convoités, à la fois pour la réalisation de logements sociaux destinés à combler le déficit de logement, mais aussi pour la construction de lotissements et la subdivision en parcelles d’agrément (parcelas de agrado) (Velut, Faliès, 2008).

33Ces dernières correspondent à des terrains ruraux subdivisés en lots d’au moins 5 000 m2 vendus généralement à des citadins qui y bâtissent leur résidence principale ou secondaire. La permissivité des normes régissant le changement d’usage du sol a eu pour conséquence la multiplication de ces parcelles, dont la création est un puissant moteur de changement d’usage du sol. Leur multiplication est à l’origine de paysages hybrides, qui ne sont plus agricoles mais pas non plus urbains puisque la densité du bâti y est faible et les réseaux techniques inexistants ou incomplets. Elles se localisent dans les interstices du paysage agricole, en évitant les secteurs de petite propriété des fonds de vallée, où les coûts fonciers sont élevés ainsi que les fortes pentes, mais recherchent généralement de bonnes conditions d’accessibilité, la proximité de plans d’eau, et la qualité du paysage.

34Il existe différents types de parcelas de agrado, allant de grandes parcelles destinées à une clientèle aisée, jusqu'à des lotissements conçus pour une population plus modeste. À partir de la subdivision initiale peuvent se mettre en place des mécanismes de densification, aux marges de la légalité, par cession de droits d’usage des parcelles, chacun des ayants droit pouvant construire sa propre résidence sans être pour autant propriétaire du sol. Il en résulte un urbanisme spontané, marqué par l’absence de titres fonciers, puisque les parcelles initiales ne peuvent pas être légalement subdivisées. Ces secteurs posent de sérieux problèmes fonctionnels et environnementaux, propres à un mitage accéléré de l’espace rural, compliquant l’installation des réseaux techniques, accroissant le risque d’incendie mais aboutissant à créer un peuplement temporaire et même permanent, mais inexistant du point de vue administratif. Il faut que les habitants soient assez nombreux et motivés pour créer leur propre junta de vecinos (conseil de voisinage) pour sortir de cet anonymat, ce qui leur permet d’exister politiquement.

35L’engouement pour les parcelas de agrado traduit plus généralement l’aspiration des citadins pour l’accès à des activités de loisir dans un cadre « naturel » présentant un intérêt paysager et environnemental (Faliès, 2008). Les massifs montagneux de la Cordillère de la Côte et de la Cordillère des Andes, où existent plusieurs réserves naturelles publiques et privées, sont privilégiés par ces activités qui cherchent moins la fréquentation directe des espaces naturels que la jouissance visuelle du paysage et le contact avec des pratiques rurales héritées ou réactivées (courses de chevaux dans les medialunas, cueillette dans la montagne, fêtes religieuses). Différents centres de loisirs s’implantent dans ces marges pour bénéficier à la fois des facilités d’accès, du paysage et de l’environnement, n’hésitant pas à recréer un milieu naturel avec des espèces introduites ou à simuler la ruralité à l’usage des citadins. Ces centres correspondent à une assez grande variété de réalisations, depuis des clubs fermés pour lesquels le milieu naturel ne joue que comme une toile de fond, jusqu’à des lotissements dits écologiques proposant logements et différentes activités de découverte de la nature, pour « s’éloigner du mouvement et du bruit de la ville » comme le présentent les documents publicitaires, qui emploient une terminologie anglo-saxonne, témoignant à la fois du caractère allochtone de ces activités et l’importation de ces pratiques pour une classe moyenne à la recherche de références (birdwatching, trekking, mountain bike). C’est ce que propose par exemple le complexe écotouristique « Oasis de la Campana », « à une heure et demie de Santiago et à cinquante minutes de Viña del Mar » sur son site Internet ou sur les prospectus en espagnol et en anglais distribués le samedi après-midi dans l’un des plus grands centres commerciaux de Santiago, conçu sur le modèle des malls nord-américains. Une rubrique immobilière a même été rajoutée récemment, proposant des « parcelles éco-résidentielles de 5 000 m2 ».

De nouvelles pratiques imposées par de nouveaux marchés

36Outre ces nouveaux acteurs sur d’anciens terrains agricoles dans la région centrale du Chili, on doit évoquer les producteurs eux-mêmes, qui par préoccupation personnelle ou devant l’instabilité du marché nord-américain et la nécessité de se réorienter vers le marché européen ou vers un marché national plus exigeant, commencent à prendre en compte dans leurs productions la donnée environnementale.

37Pour tous les enquêtés, le marché européen est à l’heure actuelle très prisé. Or, les conditions d’accès y sont pour l’exportation de produits alimentaires plus exigeantes du point de vue phyto-sanitaire, mais surtout du point de vue des normes sociales appliquées sur le lieu de production. Les ouvriers agricoles doivent recevoir un salaire minimum, être protégés par des tenues spéciales lors des fumigations et des aspersions de pesticides, avoir un lieu physique hygiénique pour déjeuner. Les acteurs rencontrés ont fait part de leur intérêt pour ce nouveau défi imposé par la globalisation, essentiellement pour l’exportation de produits de contre-saison. Enfin, certains entrepreneurs participent à cette redéfinition ambiguë de la « Nature », comme Christian-Thomas Magdahl, le jeune patron du Huerto California, l’une des entreprises agricoles les plus importantes de la région centrale qui a lancé la culture d’avocats sur versants. Il a interdit la chasse sur les cerros dont il est propriétaire pourtant pratiquée jusqu’ici par les petits producteurs comme un loisir et comme moyen de manger de la viande. La propriété privée des cerros maintenant consacrés à des cultures intensives rend impossible, et même illégal, ce type de pratique communautaire. Son « amour de la nature » ne le pousse par contre pas à limiter les quantités d’intrants chimiques dans les sols, de même qu’il ne l’a pas dissuadé de faire cimenter trois des quarante hectares du Huerto, pour y entreposer une pépinière d’avocatiers.

38Qu’ils imposent de nouveaux usages ou qu’ils participent à une prise de conscience sur le thème de la durabilité de l’agriculture, l’arrivée de nouveaux acteurs est une étape essentielle pour la recomposition des territoires de la région centrale du Chili.

Vers des territoires rurables ?

39Ces nouveaux acteurs du monde rural ou en tout cas, ces nouveaux discours sur la durabilité ou l’environnement doivent nous interroger sur l’émergence ou non au Chili de territoires rurables au sens où les espaces ruraux ne sont plus des simples supports de production ou des lieux pionniers d’installation pour les classes intermédiaires mais où ils sont animés par des projets, aménagés, afin d’assurer la satisfaction des différents acteurs qui l’occupent. La culture de projet est l’« un des dispositifs associés à la formation d’un nouvel esprit du capitalisme » qu’ils analysent particulièrement à travers la littérature du management des années 1990 (Boltanski, Chiapello, 1999). « La formation de cette culture du projet va de pair avec le développement, dans les années 1980 environ, d’une représentation du monde économique et, plus généralement de la société, faisant appel à la métaphore du réseau : interconnexion de points singuliers permettant une multiplicité de trajets différents et non plus espace homogène borné par des frontières permettant de distinguer un intérieur d’un extérieur » (Boltanski, 2006).

40C’est exactement ce type de dynamiques qui anime les espaces ruraux du Chili. Nous en verrons ici quelques exemples qui ont des impacts territoriaux différents et par conséquent une durabilité plus ou moins évidente. Dans l’ensemble, on peut dire que si tous les projets présentés ici intègrent la dimension environnementale, la part sociale de la durabilité n’est pas toujours bien représentée.

La labellisation : des projets fondés sur le territoire lui-même

41La valeur ajoutée aux produits et aux territoires pourrait résider dans la création d’appellations d’origine géographique même si on peut craindre son caractère arbitraire, les municipalités étant en charge de leur attribution au Chili et non une institution publique comme en France (Schirmer, 2005). Ce type de projet s’inscrit dans une évolution générale des espaces ruraux et de leurs productions dans le monde (cf. Durbiano et Moustier éds, 2007).

42En s’inspirant des tentatives des producteurs de créer une appellation Vins de Casablanca, dans la Cinquième région de Valparaíso, deux enquêtés ont fait part d’un projet de mise en place d’une dénomination d’origine. Autour de la filière avocats, Mariana Silva de Cuningham a parlé, lors de son entretien, de créer à Quillota, « un país de la palta » (« Pays de l’avocat ») et de marquer l’entrée dans la commune par une pancarte « Welcome to the avocado country » (« Bienvenue au pays de l’avocat »). Dans ce cas, c’est le territoire qui se sert d’un produit pour se vendre notamment aux touristes. Antonio Razeto, quant à lui, désire créer une appellation d’origine pour son huile d’olive et son huile d’avocats, à la manière des Néo-zélandais, en s’appuyant, non pas sur l’image de Quillota, « inconnue en Europe et en Amérique du Nord », mais sur celle de la vallée de l’Aconcagua, qui doit son nom au pic de l’Aconcagua qui, avec ses 6 962 mètres d’altitude, est le point culminant des Amériques. C’est autour de l’image andine qu’il pense que Quillota devrait développer son marketing territorial. Fort de ses liens familiaux en Italie, Antonio Razeto a par ailleurs intégré les productions de l’Agroindustrial Razeto Ltda. à l’ONAOO, Organizzazione Nazionale Assaggiatori Olio de Oliva, à Imperia en Ligurie.

43La création du monopole passe par la territorialisation de l’espace, notamment par la labellisation d’un espace ou du produit d’un espace rendu alors inégalable (Harvey, 2008). Il étudie en particulier le commerce du vin et affirme que « la quête perpétuelle de rentes de monopoles implique de rechercher, dans tous ces domaines, des critères de singularité, d’unicité, d’originalité et d’authenticité » et ce d’autant plus que l’offre est large et donc la position sur le marché moins évidente pour telle ou telle production associée à tel ou tel territoire.

Les projets agrotouristiques : des projets propres aux régions métropolitaines

44L’idée de transformer la région centrale du Chili en arrière-pays touristique de Valparaíso et de Viña del Mar se retrouve dans le discours de tous les acteurs qui souhaitent développer un projet touristique, notamment, autour de la filière agricole. Les touristes dont les paquebots accostent dans le port de Valparaíso à plusieurs reprises dans l’année, après un périple sur les côtes argentines et un passage en Patagonie pourraient avoir comme prolongement un séjour ou une excursion dans l’arrière-pays. Valparaíso est toujours le point de départ ou d’arrivée de ces périples bi-océaniques. C’est dans ce sens que se développent des projets de « parc naturel privé de luxe », de spa ou de restaurant gastronomique à base de produits biologiques locaux. Il s’agirait d’étapes de choix, pour apprécier « la terre rurale chilienne », telle que les Européens ou les Nord-américains, amateurs de croisières, sont censés se la représenter.

45Les porteurs de ces trois projets dans la vallée de l’Aconcagua affirment avec honnêteté que le succès de leurs initiatives particulières résidera dans le fait de savoir « raconter de bonnes histoires » aux touristes. Notons que ces trois personnes ont toutes les trois vécu ou voyagé à l’étranger, ce qui leur a sans doute permis de s’ouvrir à d’autres cultures et de reconsidérer leur notion de l’accueil.

46On le voit, c’est essentiellement à des projets d’écotourisme ou d’agrotourisme biologique que les acteurs pensent aujourd’hui, en s’appuyant essentiellement sur leur savoir-faire et sur ce qui s’adapte le mieux à l’espace qu’ils se proposent de mettre en valeur : tourisme de nature pour les propriétaires de parcelles sur les versants avec randonnées à cheval, gastronomie avec des fruits et légumes biologiques. Comme initiative, peut-être ponctuelle, mais très en vogue, on citera également les élevages d’escargots. Mais afin que ces projets ne restent pas des procédés de bonnes intentions, il convient de leur donner une signification et de les intégrer dans des circuits générateurs de territorialité.

  • 11  Guide de tourisme rural.
  • 12  Institut de développement de l’agriculture et de l’élevage dépendant du ministère de l’agriculture
  • 13  Le quotidien de la région de Valparaíso qui publie un supplément ne traitant que des questions rur (...)

47Comme les systèmes viaires de certaines communes de la région comme Quillota ou Olmué sont bien développés, des projets de circuits, comme celui de Darwin, émergent. Le Guía de Turismo rural11 réunit des « informations sur les activités récréatives, gastronomiques, sportives et culturelles dans les localités champêtres de dix-huit communautés de la Cinquième région ». À l’initiative du Servicio Nacional del Turismo, SERNATUR, de l’Instituto de Desarollo Agropecuario12, INDAP et du Mercurio de Valparaíso13, le but du projet est, selon Katrina Sanguinetti, directrice régionale du SERNATUR, d’ouvrir le monde paysan au tourisme national. « Nous avons compris qu’il fallait travailler sur des territoires et des produits spécifiques, et non plus sur la base d’un tourisme générique, mais plutôt sur celle d’intérêts particuliers. C’est ainsi que s’est développée l’idée du tourisme rural et du tourisme de nature, qui font partie de notre promotion nationale, autour du thème de “La Nature émeut” ». L’idée là encore est de créer une ressource qui existe cependant objectivement, mais qui doit être affirmée, mise en valeur, faire l’objet d’une publication, pour exister pour les touristes. Ainsi, 54 000 exemplaires du guide furent distribués par différents quotidiens et par le SERNATUR. Cependant il reste difficile de se le procurer.

48Le tourisme rural et l’écotourisme présentent l’intérêt, surtout lorsqu’ils génèrent des circuits, d’introduire des capitaux dans la zone et de mettre en relation des espaces et des acteurs. En effet, le tourisme « à la ferme » génère des emplois chez les femmes d’agriculteurs par exemple et participe à l’aménagement progressif et local du territoire, par la réfection de chemins ruraux ou d’écoles, mais dans le cas de marges rurales, comme c’est le cas ici, ce type de projet est nécessaire mais pas suffisant. Comme l’indique le Recensement agricole de 2007, seuls 4,3% des exploitants agricoles sont en effet concernés par ce type d’activité.

L’agriculture biodynamique et la mise en place d’un réseau

49Si les premières tentatives sont allemandes ou anglaises, elles se développent de plus en plus dès les années 1980 dans les pays du cône sud-américain (Brésil, Uruguay, Argentine et Chili). Quelques pionniers s’y sont intéressés dans chacun de ces pays parvenant à mettre en place un réseau articulé notamment autour des écoles Waldorf, système éducatif privé fondé sur l’anthroposophie et assez élitiste, réservé souvent aux enfants des classes moyennes supérieures travaillant en ville - professions libérales surtout et de nombreux expatriés - mais préférant vivre dans des espaces périurbains. Le choix de la bio-dynamie dans le jardin de ces écoles ou dans celui du domicile correspond dans un bon nombre de cas à une réaction alternative à la surconsom-mation urbaine. Des paniers biodynamiques y sont vendus à des prix assez élevés pour ces néo-ruraux en quête d’une meilleure alimentation.

50Daniel Raab, par exemple, d’origine alsacienne mais dont la famille est installée depuis deux générations au Chili, est l’un des vecteurs de l’agriculture biodynamique au Chili. Avant de produire du vin biodynamique il a été dans les années 1990 le leader national de la production de viande de dinde en batterie avant de se réorienter. Initié par un ami français, il produit désormais du vin pétillant selon une méthode ancestrale sur sa parcelle de Quilpué en utilisant des engrais du parc zoologique de la commune. En août 2007, il assurait la formation d’un jeune agronome sur le thème de la biodynamie et organise pério-diquement des colloques avec d’autres producteurs – apiculteurs, horticulteurs, arboricul-teurs – de la zone. Un jeune producteur français se lance également dans un tel projet dans le Sud du Chili en récupérant des ceps anciens et en les cultivant selon les principes de Steiner, le premier à avoir théorisé la biodynamie. Mais c’est surtout dans la région centrale que de tels projets sont réalisables étant donné l’implantation d’expatriés déjà au fait de telles cultures et en raison d’un nouvel intérêt par réaction pour des agricultures plus durables.

51Mais si la biodynamie peut constituer une filière économique s’inscrivant dans le champ des agricultures alternatives de la production à la distribution dans les pharmacies du centre de Santiago et de Valparaíso en passant par la certification par des organismes internationaux, on peut s’interroger sur la durabilité de l’agriculture biodynamique. En effet, contrairement à l’agriculture biologique ou à tout un pan de l’agriculture de qualité, la notion de terroir ne semble pas, à l’exception de l’activité viticole, prédominante. Les références spatiales dominantes du savoir en biodynamie tel qu’il apparaît dans les écrits de Steiner sont aux échelles microscopique et macroscopique, au niveau des relations cosmiques et des relations moléculaires. De plus, ce type de production et de produit n’est pas accessible à tous dans la région en raison des lectures préalables à la production biodynamique encore relativement confidentielles et des prix pratiqués pour les consommateurs.

Le projet Homme et Biosphère : un projet fondé sur un développement durable à l’échelle de la région métropolitaine. Quelle place pour l’agriculture dans les projets de protection de la nature ?

52La Cordillère de la Côte de la région centrale est en partie couverte par des aires protégées, principalement le Parc national de la Campana (8 000 ha), mais aussi la réserve naturelle de Peñuelas (8 000 ha). Dans la logique de protection de la biodiversité de la région centrale du Chili, la Commission nationale pour l’environnement (CONAMA) a défini une série de sites prioritaires pour la protection de la biodiversité qui couvrent la plus grande partie de la Cordillère, mais ne font pas toujours l’objet de mesures de protection. La Cordillère abrite les sites plus intéressants où se trouvent les espèces endémiques et emblématiques de la faune (puma – felis concolor – condor –vultur gryphus) et de la flore (palmier chilien – jubeae chilensis – chêne austral – nothofagus macrocarpa). Leur préservation entre les deux aires urbaines de Valparaíso et de Santiago implique de leur garantir un habitat de grande taille et des corridors écologiques (Velut, Faliès, 2008).

53La CONAF qui gère les aires protégées envisage ainsi la création d’une aire répondant aux critères du programme MAB (Man and Biosphere) de l’UNESCO (fig. 1), aire dont les premiers tracés coïncident largement avec celui de la Cordillère de la Côte. Or, la Stratégie de Séville (UNESCO, 1995) considère les aires de la biosphère comme des espaces pilotes d’aménagement du territoire, devant combiner dans leurs différentes zones les fonctions de protection et de développement. Dans des limites qui coïncident avec les marges qui nous intéressent et recoupent les limites administratives, ce projet pourrait contribuer à une véritable mise en territoire en obligeant les acteurs locaux, à commencer par les maires, à considérer cet espace dans son ensemble et dans ses différentes fonctions pour envisager la mise en cohérence progressive des différents documents de planification et des usages. Telles sont du moins les ambitions du programme de l’UNESCO.

54Surtout envisagé pour limiter l’extension urbaine, le projet de zone MAB, dont le document de base devait être déposé à l’UNESCO courant 2008, a été accueilli de façon mitigée par les grands producteurs qui y voient soit un obstacle futur à leurs modes de production intensifs, soit une concurrence face à leurs projets privés de créer des zones de loisirs payantes et d’accès limité dans cette région.

Conclusion

55Les préoccupations majeures des producteurs de la zone sont souvent des préoccupations à court terme qui se comptent en rapports de rentabilité et en volumes de produits exportés sur une année. Mais les changements sociaux qui ont lieu dans la zone avec l’arrivée de néo-ruraux qui transforment les espaces de production en cadre de vie avec une forte composante naturelle, remettent en question ce temps court. L’apparition de préoccupations environnementalistes dans la vallée chez quelques producteurs qui se lancent dans la production biologique pour répondre à la demande d’une certaine partie de la population, si elle est encore embryonnaire, doit être lue comme une reconsidération du temps du territoire, qui n’est plus simplement une somme d’espaces, supports de production, mais un patrimoine culturel et naturel à transmettre.

56En général, on peut remarquer une prise en considération croissante par les acteurs privés de la dimension durable des espaces qu’ils cultivent ou qu’ils habitent. Le problème est qu’il s’agit bien souvent d’une durabilité incomplète qui permet davantage de créer de nouveaux monopoles liés à la nature que d’internaliser les externalités environnementales et d’intégrer tous les acteurs comme le proposait Pierre George il y a déjà presque quarante ans (George, 1971). L’existence de territoires rurables à la fois d’un point de vue social, environnemental et économique est donc très limitée. Il s’agit soit d’initiatives de qualité mais organisées de façon réticulaire comme le montre l’exemple de la biodynamie et réservées à une certaine catégorie de la population, soit d’initiatives territorialisées mais peu viables d’un point de vue économique ou peu intégrées à l’ensemble des acteurs en jeu.

Haut de page

Bibliographie

ALLENDE I., 2005, Mi país inventado, Buenos Aires, Debolsillo, 248 p.

ARENAS F., HIDALGO R., COLL J.-L. (eds), 2003, Los nuevos modos de gestión de la metropolización, Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, 240 p.

BABIN D. et al., 1997, Médiation patrimoniale et gestion subsidiaire, Communication Atelier FAO, Madagascar.

BARRUÉ-PASTOR M. (éd.), 2004, Forêts et développement durable au Chili. Indianité mapuche et mondialisation, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 286 p.

BENKO G., LIPIETZ A. (éds), 1992, Les régions qui gagnent - districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF, Economie en liberté, 424 p.

BOLTANSKI L., 2006, Les changements actuels du capitalisme et la culture du projet, Cosmopolitiques, n°12, p. 17-42.

BOLTANSKI L., CHIAPELLO E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 844 p.

BORDE J., 1980, Le Chili : la terre et les hommes, Paris, CNRS, 252 p.

CEPAL, 2007, Anuario estadístico de América latina y el Caribe.

CHONCHOL J., 1995, Systèmes agraires en Amérique latine : des agricultures préhispaniques à la modernisation conservatrice, Paris, IHEAL, 366 p.

CHONCHOL J., 2004, Mondialisation, production agricole et marginalité paysanne en Amérique latine, Cahiers d’études et de recherches francophones, vol. 13, n°2.

DARWIN C., 2003, Voyage d’un naturaliste autour du monde fait à bord du Beagle de 1831 à 1836, Paris, La Découverte, 552 p.

DE MATTOS C., RIFFO L., YAÑEZ G., SALAS X., 2005, Reestructuración del mercado metropolitano de trabajo y cambios socio territoriales en el gran Santiago, Rapport de recherche, FONDECYT, 146 p.

DE MATTOS C., 1999, Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo, EURE (Santiago) vol.25, n°76, p. 29-56, http://www.scielo.cl/scielo.php?pid=S0250-71611999007600002&script=sci_arttext&tlng=en

DROULERS M., 2007, À propos des nouveaux territoires de développement durable en Amazonie, conférence pour le GIS-Amérique latine 2007, Rennes, 16 novembre 2007, http://www.ida-rennes.org/Presentation_M-Droulers.pdf

DURBIANO C. et MOUSTIER P., 2007, Actes du colloque international sur les terroirs, éd. Campagnes et terroirs de Provence et des Alpes du sud, 236 p.

FALAHA B., 1996, Création sociale dans la réforme agraire chilienne, Paris, L’Harmattan, 1996, 260 p.

FALIÈS C., 2008, Entre Valparaíso et Santiago du Chili : espaces ouverts et métropolisation dans les pays du Sud, mémoire de master 2 sous la direction de J.-L. Chaléard et de S. Velut, Université de Paris I.

FALIÈS C., 2005, Quillota entre villes et campagnes. Une nouvelle ruralité au début du XXIe s. dans la zone périurbaines de Valparaíso, Cinquième région du Chili, mémoire de maîtrise sous la direction de J.-L. Chaléard et de S. Velut, Université de Paris I.

GASTELLU J.-M., MARCHAL J.-Y., 1997, La ruralité dans les pays du Sud à la fin du XXe s., Paris, Editions de l’ORSTOM, 768 p.

GASTÓ C. J., RODRIGO P., ARÁNGUIZ I., (eds.), 2002, Ordenación territorial : desarrollo de predios y comunas rurales, LOM, Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, 996 p.

GEORGE P., 1971, L’environnement, Paris, PUF, Que sais-je ?, 128 p.

GRENIER P., 2003, Des tyrannosaures dans le paradis. La ruée des transnationales sur la Patagonie chilienne, Nantes, L’Atalante, 348 p.

HARVEY D., 2008, Géographie de la domination, tiré de Spaces of Capital : Towards a critical geography, Paris, Les Prairies ordinaires, 118 p.

Images économiques du monde, 2007, Paris, Armand Colin, 442 p.

JOLLIVET M., 2001, Le développement durable, de l’utopie au concept, de nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier, 288 p.

LESCURE J.-P., 1997, Ruralité ou environnement ? in GASTELLU J.-M. & MARCHAL J.-Y. (eds.), La ruralité dans les pays du Sud à la fin du XXe siècle. ORSTOM ed., Collection Colloques et Séminaires, p. 99-120.

MATHIEU N., 2006, La géographie rurale française face à l’utopie du développement durable : quelles réactions, quelles perspectives ?, Boletín de la A.G.E. n°41, p. 39-68.

MIDEPLAN, 2006, Encuesta CASEN, http://www.mideplan.cl/casen/

POURTIER R., 2003, Développement « rurable » au Sud, géodiversité et dynamiques territoriales, Organisation spatiale et gestion des ressources et des territoires ruraux, Actes du colloque de Montpellier, UMR Sagert, CIRAD, CNEARC, Engref, 25-27 février 2003, conférence introductive, p. 11-15.

SCHIRMER R., 2005, Le Chili, un vignoble à la conquête du monde, Cahiers d’Outre-Mer n°231-232, p. 301-328.

SOTO TELLO J. F., 2004, Diagnóstico de la situación de las plantaciones frutales en laderas de cerros y caracterización de la sensibilidad ambiental de áreas de laderas no intervenidas, en la comuna de Quillota, Quillota, Universidad Católica de Valparaiso, Facultad de Agronomía, Taller de licenciatura, 80 p.

TRUPP S.D., 2004, Uso de bio filtros para el control de la contaminación difusa de origén agrícola en las principales cuencas de la zona central del país, Thèse soutenue à la faculté d’agronomie de l’université Santo Tomas, Santiago, 152 p.

VELUT S., FALIES C., 2008, Marges urbaines, marges rurales entre Santiago du Chili et Valparaíso, Autrepart n°45, p. 207-219.

VELUT S., GHORRA-GOBIN C., 2006, Les rapports public-privé, enjeux de la régulation des territoires locaux, Géocarrefour vol. 81/2, mis en ligne le 14 mars 2008,

 http://geocarrefour.revues.org/index1824.html

VEYRET Y., 2005, Le développement durable : approches plurielles, Paris, Hatier, 287 p.

YOULTON MILLÓN C. P., 2005, Cuantificación de la erosión en camellones a favor de pendiente para el cultivo frutal de laderas en el Valle de Quillota, V Región, Chile, Facultad de Agronomía de la PUCV.

Haut de page

Notes

1  Président du Chili de 1964 à 1970.

2  Inquilinos : ouvriers agricoles liés au grand latifundium par une relation de travail et une relation sociale stable puisque vivant généralement sur la propriété exploitée du patron. Ils reçoivent un salaire et sont hébergés en l’échange de leur travail.

3  Patrón : nom respectueux donné au propriétaire de l’exploitation ou de la parcelle par les inquilinos ou les medieros, dans un contexte de relations de travail paternalistes.

4  Mediero : métayer. Il reçoit en l’échange de son travail un pourcentage de la production de la parcelle qu’il exploite, variable selon le type de contrat oral passé avec le propriétaire. Une partie seulement de cette rétribution en nature est commercialisée par le mediero, ce qui lui apporte une disponibilité numéraire.

5  site Internet du Prodesal, www.indap.gob.cl/prodesal/

6  La politique sanitaire états-unienne a longtemps exigé l’utilisation de ce produit, avant l’entrée sur le territoire, pendant la période de quarantaine. Mais l’action nocive du bromure de méthyle sur la couche d’ozone a depuis lors été prouvée. Il a en effet été démontré qu’entre 30 et 85% de la quantité totale appliquée au sol atteint l’atmosphère. Depuis le Protocole de Montréal du 22 septembre 1987, des actions sont menées pour remplacer le bromure de méthyle par d’autres substances, notamment le trichlore ou par le traitement du sol à la vapeur. Dans les années 1980, le Chili, considéré comme un pays en voie de développement, a bénéficié d’un prolongement de la période de remplacement du bromure de méthyle afin de ne pas déstabiliser la production maraîchère.

7  « Une politique d’État pour l’agriculture chilienne, période 2000-2010 ».

8  « Instruments de dévelop-pement pour le secteur agro-sylvo-pastoral ».

9  « Instruments sociaux pour le secteur rural ».

10  Colloque organisé en hommage à Jean Revel-Mouroz en juin 2005 à l’Institut des Hautes Études sur l’Amérique Latine, intitulé « Frontières, territoires et pouvoirs en Amérique latine ».

11  Guide de tourisme rural.

12  Institut de développement de l’agriculture et de l’élevage dépendant du ministère de l’agriculture.

13  Le quotidien de la région de Valparaíso qui publie un supplément ne traitant que des questions rurales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Quelle organisation des territoires rurables dans la région centrale du Chili ?
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6894/img-1.png
Fichier image/png, 294k
Titre Figure 2 : Population de l’aire métropolitaine du Chili en 2002 par commune en valeur absolue
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6894/img-2.png
Fichier image/png, 117k
Titre Figure 3 : Variation de la population par commune dans l’aire métropolitaine entre 1992 et 2002
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6894/img-3.png
Fichier image/png, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Faliès, « Vers des territoires rurables dans la région centrale du Chili ? », Géocarrefour, Vol. 83/3 | 2008, 201-212.

Référence électronique

Cécile Faliès, « Vers des territoires rurables dans la région centrale du Chili ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6894 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.6894

Haut de page

Auteur

Cécile Faliès

Agrégée de géographie, allocataire-monitrice Université Paris 1, laboratoire PRODIG, 2 rue Valette, 75005 Paris Cecilefalies@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org