Navigation – Plan du site
Articles

Valorisation des produits d’origine : contribution pour penser le développement durable dans la Pampa Gaúcha au Brésil

Promoting origin food products: a contribution to thinking on sustainable development in the Gauchos Pampas of Brazil
Claire Cerdan et Delphine Vitrolles
p. 191-200

Résumés

À partir d’une expérience de valorisation d’un produit par l’origine, la viande de bœuf produite dans les prairies de la Pampa brésilienne, notre article propose d’analyser la capacité des acteurs locaux à élaborer et mettre en œuvre des dispositifs, leur permettant de répondre aux enjeux du développement durable. Il s’agit ici de vérifier, si les outils de promotion de produits typiques comme l’indication géographique permettent l’émergence de nouvelles formes d’organisation territoriale reconnaissant les valeurs et normes du développement durable, redéfinissant le devenir de l’agriculture, des territoires marginalisés et/ou d’écosystèmes menacés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sans ignorer la diversité des approches et des débats autour de la notion de la durabilité en agri (...)

1À l'heure où le Brésil confirme sa position de géant agricole mondial, les écarts se creusent entre les régions agricoles, entre le secteur agroindustriel et les agricultures familiales. Le devenir et la durabilité de territoires ruraux marginalisés sont fortement questionnés dans différentes arènes publique, académique ou encore par la société civile. Ce thème au Brésil n’est pas nouveau, il a fait l’objet de nombreuses réflexions et travaux pour la construction de politiques publiques de développement rural et d’appui aux agricultures familiales (Bonnal et Maluf, 2007). Celles-ci s’inscrivent dans le débat politique global autour de la responsabilité des États et des organisations internationales dans la promotion du développement durable1. Aussi, de nouvelles fonctions et attentes sont-elles formulées par la société civile et les acteurs publics à l’adresse du monde agricole, élargissant la réflexion autour de la relation agricultures / territoires / sociétés.

2Dans cette perspective, on observe une redéfinition et une légitimation de certains dispositifs d’échange – signes officiels de qualité, écolabels – en lien avec de nouveaux objectifs environnementaux ou de développement territorial durable. Des formes de commercialisation destinées en premier lieu à diversifier l’offre et à segmenter les marchés se retrouvent au cœur du débat sur le développement rural. Elles sont requalifiées par les acteurs publics ou la société civile comme outils potentiels au service de la promotion de l’agriculture familiale, de la protection de la biodiversité et de la durabilité de l’agriculture et de ses territoires. Toutefois, la requalification des produits agricoles ne va pas de soi. Certains chercheurs interrogent la pertinence de l’utilisation d’instruments marchands pour la défense des traditions, de la culture ou la biodiversité (Boisvert et Caron, 2007, p. 2). Ainsi ces auteurs posent deux questions centrales « Défense des traditions et promotion du marché sont-elles conciliables ? Au prix de quelles recompositions et compromis ? ».

3Les travaux scientifiques sur les indications géographiques rendent compte de la difficulté d’évaluer et de mesurer les effets de ces démarches sur le développement local. Dans les cas les plus favorables, l’expérience de valorisation est ancienne et les effets sont partagés et reconnus par l’ensemble des acteurs. Dans d’autres, la reconnaissance des produits d’origine est très récente et les effets sont essentiellement potentiels, souvent très proches des motivations des acteurs ou des attentes des services publics (Frayssignes, 2005). Ainsi une première approximation des effets attendus est importante, mais reste insuffisante : il faut considérer les choix collectifs (Pivot, 1998 ; Barjolle et Sylvander, 2003 ; Frayssignes, 2005) et les orientations qui sous-tendent les actions ou les politiques publiques pour la promotion des ressources locales naturelles et culturelles (Pecqueur, 2001 ; Sylvander et al., 2005 ; Tregear et al., 2007 ; Barjolle et Paus, 2007).

  • 2  Les résultats de cette étude s’insèrent dans le cadre du projet européen SINER-GI (Strengthening I (...)

4Notre article propose d’éclairer ces questions en analysant la capacité des acteurs territoriaux à élaborer et mettre en œuvre des dispositifs d’échange leur permettant de répondre aux enjeux du développement durable et au maintien de la tradition et de la culture locale. Il s’agit ici de vérifier si les outils de promotion de produits typiques comme l’indication géographique permettent l’émergence de nouvelles formes d’organisation territoriale reconnaissant les valeurs et normes du développement durable, redéfinissant le devenir de l’agriculture, des territoires marginalisés et/ou d’écosystèmes menacés. Pour cela, nous nous appuierons sur une expérience brésilienne de valorisation d’un produit d’origine – l’indication géographique viande do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional2. Nous en présenterons le contexte et les principales caractéristiques. Ce projet collectif de valorisation de la viande par l’origine s’appuie sur un double travail de réactivation de la profondeur historique et culturelle, d’une part, et de projection dans le futur via la définition de règles de production (cahier des charges) et de stratégies de commercialisation d’autre part. La discussion portera sur les attentes possibles de l’IG et les effets relevés ou désirés par les propres acteurs du système sans toutefois négliger les difficultés rencontrées au cours de l’élaboration du projet. Nous vérifierons que cette démarche s’inscrit dans une logique marchande et contribue à la construction d’un consensus autour de la durabilité économique, sociale et surtout environnementale de la Pampa du Rio Grande do Sul, associant un grand nombre d’acteurs et d’institutions d’origines variées.

Contexte de l’étude et principales caractéristiques du projet IG

Des systèmes de production spécifiques face à une double menace

  • 3  L’introduction de taureaux de race britannique Bos taurus taurus dans le Rio Grande do Sul date de (...)

5Notre travail s’intéresse à une région caractérisée par de vastes plaines dénommées Pampa. Situé à l’extrême Sud du Brésil, cet écosystème couvre la moitié de l’État du Rio Grande do Sul (environ 157 000 km2). Constituée de prairies et de collines, la région présente des similarités avec les vastes étendues de la Pampa argentine et uruguayenne. Bien que le paysage de la Pampa soit relativement uniforme, ses prairies abritent un grand nombre d’espèces végétales et animales uniques dans le pays avec près de 450 graminées, 150 légumineuses, 70 espèces de cactus, 385 oiseaux et 90 mammifères (Nabinger, 2007). La vocation productive de ces grandes plaines repose sur une tradition d’élevage extensif fondée sur l’alimentation à l’herbe d’animaux de races britanniques3 et plus largement européennes ou « croisées » avec le zébu, associée à une viande de qualité (Felippi, 2001). Cette région est également connue pour ses habitants, les Gaúchos qui forment un groupe social et culturel bien identifié au Brésil. Aujourd’hui, l’écosystème Pampa et les systèmes d’élevage qui lui sont associés se heurtent à une double menace due à la dégradation importante des prairies liée à la surexploitation et l’introduction d’espèces exotiques – agriculture et monoculture d’eucalyptus - et à une perte de compétitivité des systèmes d’élevage sur les marchés, liée au développement de l’élevage dans d’autres régions du Brésil.

Un écosystème fragilisé par l’introduction de cultures exotiques

  • 4  Citons par exemple le lièvre européen, le sanglier.
  • 5  C’est le cas de la graminée africaine Eragrostis plana qui couvre aujourd’hui près de 500 000 ha d (...)

6Plusieurs travaux mettent en évidence une diminution constante des prairies naturelles de la Pampa depuis le milieu du XXe s. Nabinger (2007) estime la perte de prairies naturelles à environ 134 000 ha par an ces trente dernières années. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. Depuis sa colonisation, la Pampa Gaúcha, « terre vierge », a été le siège de nombreuses expérimentations et de projets d’introduction de matériels génétiques exotiques – graminées, légumineuses, mammifères4 -, qui se sont révélés peu adéquats et qui désormais constituent une menace pour les prairies naturelles5. Les pratiques d’élevage ou agricoles provoquent également un processus d’érosion des parcelles. Il existe un désintérêt croissant des éleveurs pour le maintien et la valorisation des prairies naturelles. Pour ces derniers, elles sont synonymes de faible rentabilité.

7Un autre facteur de dégradation et d’érosion des prairies se rattache au modèle déséquilibré de répartition des terres. Beaucoup d’exploitations agricoles possèdent plus de 1 000 ha. À leurs côtés, se distribuent d’innombrables petites exploitations familiales, qui élèvent près de 150 animaux – bovins et ovins - sur une centaine d’hectares (Ribeiro, 2001). Ce groupe représente plus de la moitié des éleveurs de la région. Pratiquement inconnu au niveau fédéral ou de l’État, ce secteur souffre de nombreuses difficultés financières, organisationnelles et techniques. C’est dans ces propriétés que se rencontrent les parcelles les plus dégradées. Faute de rentabilité et d’espace suffisant, les éleveurs finissent par vendre ou louer leurs terres pour des activités économiques plus rentables. L’une d’elles est le développement récent et de grande ampleur de plantations d’essences forestières exotiques destinées à fournir de la matière première à l’industrie du papier et de la cellulose. Au regard des revendications des organisations environnementalistes, l’expansion de la monoculture d’eucalyptus dans l’État du Rio Grande do Sul est en train de modifier profondément la région. Au-delà du changement de paysage et de la perte de culture Gaúcha dénoncés par les uns, ces plantations industrielles d’eucalyptus détériorent le sol et consomment beaucoup d’eau. Concentrée dans les régions Sud et Sud-Est, la sylviculture est en pleine expansion en raison du dynamisme du secteur sur le marché international.

Une situation aggravée par la perte de compétitivité de la filière viande bovine dans le Sud du Brésil

  • 6  En 2008, l’USDA estime à 12 226 tonnes métriques la production des États-Unis, 9 205 celle du Brés (...)

8Notre étude s’intéresse à la viande bovine, produit important dans le commerce international et pour l'économie de l'Amérique du Sud (particulièrement pour l'Argentine, l'Uruguay et le Brésil). A eux trois, ces pays représentent le pool mondial de cette production6. Au cours du temps, une réputation mondiale s'est développée pour la viande de haute qualité d'Argentine et d'Uruguay, fondée sur les troupeaux de races britanniques et une alimentation dans les prairies naturelles de la Pampa.

  • 7  Le gain de poids moyen quotidien des animaux, supérieur dans ces nouvelles régions, réduit le temp (...)

9Avec un troupeau total de 208,8 millions de têtes, le Brésil est depuis 2005 le plus grand exportateur de viande dans le monde. Ces dix dernières années, ce pays s’est efforcé d’augmenter la taille de son cheptel en s’appuyant sur les potentialités du zébu (introduit au Brésil au siècle dernier). Ces animaux se sont rapidement adaptés et, en peu de temps, ont peuplé de vastes zones dans le Centre-Ouest (Cerrados) et des régions pré-amazoniennes. On estime les coûts de production dans ces régions 30% moins élevés que dans le Sud du Brésil et en Argentine7. Les zébus représentent aujourd’hui près de 80% du cheptel. Aussi, la majeure partie de la production bovine se localise non plus dans la région historique d’élevage mais dans les régions tropicales de frontière agricole (fig. 1). Les États du Sud où le climat est plus tempéré restent les seuls à pouvoir offrir des produits de qualité spécifique issus des races britanniques et de l’alimentation dans des prairies naturelles. Mais, dans un contexte où la viande de boeuf est considérée comme un produit de masse, l'État du Rio Grande du Sul fait face aujourd’hui à de sérieuses difficultés.

  • 8  Depuis 2002, le Brésil a mis en place un système de traçabilité par lot d’animaux. Il est actuelle (...)

10Conscients de leurs limites, de nombreux éleveurs se mobilisent et investissent dans des programmes de qualité, de traçabilité8, de promotion de spécificités locales. Dans cette perspective, Malafaia et al. soulignent la présence de plusieurs ressources stratégiques reconnues tant par les producteurs que par les consommateurs : « la Pampa présente […] un écosystème privilégié, une base génétique de bétail européen, un processus de production de viande basé sur une alimentation à l’herbe, le respect du bien-être animal lors de l'abattage, des prairies naturelles, les connaissances tacites des producteurs, la culture et la tradition du peuple (le Gaúcho) » (Malafaia et al., 2006, p. 9). C’est sur la base de ces derniers éléments qu’un groupe d’éleveurs a initié une démarche d’enregistrement de sa viande comme indication géographique.

Figure 1 : Effectifs bovins en têtes de bétail en 2006

(Source : IBGE, recensement agricole, 2006)

Le Projet IG pour la viande de la Pampa Gaúcho da Campanha Meridional

  • 9  Accord des droits de la propriété intellectuelle touchant au commerce.

11Depuis 1996, le Brésil dispose d’une législation qui considère deux types d’indication géographique : l’Indication de provenance (IP) et la Dénomination d’origine (DO). Elle résulte d’une internalisation de l’Accord ADPIC9 négocié au niveau de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 qui introduit des règles relatives à la propriété intellectuelle dans le système commercial multilatéral. En 2008, quatre produits agroalimentaires brésiliens ont été officiellement reconnus comme indication de provenance (Vin do Vale dos Vinhedos, 2002 ; Café do Cerrado, 2004 ; Viande do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional, 2006 ; Cachaça de Paraty, 2007).

Initiation d’une démarche de valorisation

  • 10  Unis pour être compétitifs.
  • 11  Sont associés : une agence autonome de l’État, le service d’appui aux PME (Sebrae), le Service nat (...)

12Le projet d’Indication géographique émerge en 2004 dans le cadre du programme Juntos para Competir10. Ce programme coordonné par des institutions publiques et parapubliques11, cherche à organiser, développer et améliorer les principales filières agricoles par la formation des opérateurs, une meilleure intégration et organisation du secteur, et par la valorisation de la qualité des productions.

  • 12  Salon international de l’alimentation (SIAL) en France, foire d’Anuga en Allemagne.

13Déjà en 2000, la création de la marque South Brazilian Beef dans le cadre de ce programme a pour double objectif de promouvoir les animaux nourris à l’herbe de la Pampa et de mieux se positionner sur les marchés national et international. Cette marque collective est la première démarche publique et privée à différencier les producteurs de l’extrême Sud du Brésil de la production du reste du pays (politique de qualité vs quantité) en mettant en avant la similarité avec la viande de la Pampa argentine voisine. Dans le cadre de cette démarche de différenciation, les porteurs du projet participent à plusieurs événements internationaux12 et prennent conscience de l’importance des différentes démarches de valorisation de la qualité et/ou de l’origine pour les consommateurs européens. L’IG Carne do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional est dans la continuation de la stratégie marketing mise en place par la filière pour la viande bovine.

Construction de l’indication géographique

14En 2004, le Sebrae invite les éleveurs de la région de la Campanha Meridional à une réunion de présentation du projet d’indication géographique. Sans grand succès, seule une douzaine de producteurs (la zone en compte plusieurs milliers) sont convaincus de la pertinence d’une telle démarche. Certains sont membres d’associations de protection des races britanniques Angus et Hereford. Les autres sont de grands propriétaires à la recherche de nouvelles stratégies de segmentation des marchés. Avec l’aide des chercheurs de l’université, les producteurs rédigent, non sans difficultés, un cahier des charges qui se décline en six points importants. L’indication géographique sera produite sur une zone délimitée (1,2 millions d’hectares), à partir de deux races bovines britanniques, nourries à l’herbe, un temps d’engraissement minimal de 12 mois dans la zone, l’obligation d’identifier les animaux (boucles) et des caractéristiques précises à l’abattage. Une fois le consensus établi sur le cahier des charges et la délimitation de la zone, les producteurs (alors au nombre de 25), créent l’association Apropampa et déposent leur dossier en août 2005 auprès de l’autorité compétente, l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI). L’IP Carne do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional sera officiellement reconnue en décembre 2006, devenant ainsi la troisième indication géographique brésilienne et la première indication géographique viande du continent américain.

Principales motivations et acteurs

15Le système IG est représenté par trois groupes d’acteurs : les institutions de recherche et d’appui, les représentants des producteurs, les représentants des acteurs de la filière (abattoir, distribution). Les consommateurs, les organisations environnementales, les ONG sont extérieurs au système, ils ne participent pas à la prise de décision mais influent sur le système (fig. 2).

Figure 2 : Le système IG Carne do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional en août 2008

Figure 2 : Le système IG Carne do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional en août 2008
  • 13  Mignardises de Pelotas, Cuir de la vallée dos Sinos, Riz.

16Ces groupes d’acteurs n’ont pas les mêmes motivations vis-à-vis de ce projet. Aussi il nous paraît important de les rappeler ici. Les principales motivations du Sebrae, organisme d’appui aux PME sont diverses : former son personnel pour l’élaboration des demandes d’indication géographique en s’inspirant d’autres expériences, au Brésil avec le vin Vale dos Vinhedos et à l’étranger, en accompagnant une expérience « pilote » : la viande de la Campanha Meridional. Il en résulte la publication d’un guide sur les IG afin de diffuser le concept (Kakuta et al., 2006). Aujourd’hui, le Sebrae soutient l’expérience de la viande et développe d’autres projets d’indication géographique dans l’État du Rio Grande do Sul13. Pour les chercheurs de l’Université fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS) impliqués dans le projet, cette initiative présente une dimension plus environnementale et durable. Le projet IG est l’occasion d’envisager avec les communautés locales de nouvelles solutions pour lutter contre la dégradation et la disparition des prairies naturelles.

  • 14  Les producteurs sont de grands exploitants dont la superficie des propriétés est estimée entre 500 (...)

17L’objectif premier des éleveurs14 (au nombre de 66 en août 2008) et leur représentant (Farsul) est de différencier la production de viande du Sud du Brésil et d’améliorer sa qualité dans une optique de gain de compétitivité sur le marché national mais aussi sur le marché international.

  • 15  L’abattoir est le plus grand complexe frigorifique du Sud du Brésil. Chaque jour, 4 000 têtes de b (...)

18L’abattoir associé au projet est un des plus importants du Brésil15. Cette entreprise est reconnue depuis longtemps pour sa capacité à promouvoir des actions innovantes autour de la qualité de la viande dans les États du Sud et du Centre-Ouest. Elle accompagne et est à l’initiative de plusieurs programmes de qualité. Le Projet IG est important pour cet acteur car il participe aux efforts actuels d’amélioration de la génétique animale et de renforcement de la sécurité alimentaire dans le secteur (traçabilité).

19Actuellement, deux structures bénéficient de l’exclusivité de la distribution de l’indication géographique. La première est une épicerie fine, spécialisée dans la vente de produits de haute qualité, située dans la capitale du Rio Grande do Sul, et la seconde est un supermarché de la ville de Bagé, localisée dans la zone de production. Les éleveurs ne peuvent pas encore commercialiser l’IG à la fois sur le marché national et le marché international, comme cela était prévu initialement, du fait du faible volume de production (au mieux 50 animaux abattus par semaine). Seules quatre découpes de la carcasse sont commercialisées sous le label IG. Le cahier des charges exige des normes d’abattage et de découpe contraignantes. Aussi, en accord avec les producteurs, l’abattoir a opté pour valoriser seulement des morceaux de haute valeur ajoutée : picanha (croupe avant) maminha (croupe arrière), contra-filé (contre-filet et faux-filet) et entrecôte, morceaux nobles pour barbecue. Le reste de la carcasse est distribué sous le terme générique « race britannique ».

IG : un instrument de revendication du local ou un instrument marchand ? Une analyse à partir du dossier d’enregistrement

  • 16  Enquêtes financées par le projet Européen SINERGI, réalisées par D. Vitrolles dans le cadre de son (...)

20Le projet collectif pour la valorisation de la viande par l’origine repose sur un effort de patrimonialisation. Des enquêtes auprès des acteurs en 2006 et 200716 montrent que la démarche des acteurs s’est appuyée sur un double travail de réactivation de la profondeur historique et culturelle du produit et de sa projection dans le futur via la définition de stratégies de commercialisation et de règles de production (cahier des charges). Les producteurs revendiquent les différents liens entre leur produit et leur territoire, la Campanha Meridional, et parlent d’ancrage historique de la production, de savoir-faire et de culture du Gaúcho, de notoriété de l’aire de production, de reconnaissance par le consommateur d’une viande de qualité et de biodiversité des prairies de la Campanha Meridional. Ces mêmes producteurs s’adaptent également aux nouvelles exigences du marché : il est question alors de marque collective, de sûreté alimentaire et de traçabilité, d’analyse de la demande des consommateurs, du marché à l’export.

Patrimonialisation des systèmes d’élevage de la Campanha Meridional

  • 17  Elle coïncide avec la création de l’association de registre généalogique Sul-Riograndense qui donn (...)

21Conformément aux exemples de produits labellisés rencontrés lors de leurs voyages en Europe ou dans la littérature, les producteurs ont souhaité revendiquer l’ancrage territorial de leur produit et retracer l’histoire de la production de viande de la Campanha Meridional. Selon les producteurs, l’ancrage territorial de leur production fait appel à des références diverses, la réputation, la notoriété, l’histoire et les savoir-faire des éleveurs et des consommateurs (Vitrolles, 2006, 2007). La réalisation du dossier historique a bénéficié de l’appui de l’Université, qui a réalisé un important travail de recensement et de lecture de documents écrits : publications, romans, contes, poésies, périodiques (journaux, revues), ressources visuelles (photographies, dessins, gravures et peintures), témoignages oraux (Avila, 2005). Cela a permis de retracer l’histoire et le développement de l’élevage et de la production de viande et dérivés dans la Pampa de la Campanha Meridional, de redéfinir un métier, des savoir-faire (Avila, 2005). Il s’agit d’une histoire riche et complexe, que les jeunes éleveurs ont eu l’occasion de connaître plus en détail. Les éléments qui pimentent l’histoire et l’image du produit et qui donnent leur fierté aux populations locales n’ont pas été oubliés. Ce dossier historique rappelle que les origines de cette production sont liées à l’arrivée des missions jésuites au début du XVIIe s. En 1634, ils introduisaient plusieurs centaines de bovins crioulo dans la région aujourd’hui reconnue comme une zone traditionnelle d’engraissement et de finition du bétail. Le choix exclusif des races Hereford et Angus, inscrites dans le cahier des charges, fait référence aux races britanniques introduites en Argentine par les Anglais au XIXe s. L’introduction des premiers taureaux de reproduction, Hereford et Angus, dans la Pampa, date du début du XXe s., avec les mouvements d’amélioration génétique du bétail dans la Pampa Gaúcha brésilienne17.

22Dans la démonstration de l’ancrage territorial, la culture Gaúcha occupe également une place centrale. Selon M. Avila (2005), les Gaúchos sont « des individus de la Pampa qui élèvent le bétail, des descendants d’unions entre Espagnols, Portugais et Indiens. Dès les dernières années du XVIIe siècle, dans la Campanha, on retrouve des traces économiques et culturelles de la formation de ce groupe social, fruit de l’interaction entre homme et espace ». L’élevage conditionne chaque aspect de la vie quotidienne des Gaúchos : leurs vêtements (bombachas – pantalons à entrejambe large), leurs jeux, leur nourriture.

  • 18  La viande de bœuf est la source de protéine animale la plus consommée au Brésil (36,6 kg/an) www.a (...)

23Les habitudes alimentaires basées sur une forme élaborée et spécifique de préparation de la viande, le churrasco – et de sa conservation (charque – viande séchée au soleil et conservée avec du sel) renforcent la démonstration du lien à l’origine du produit. Il est difficile de parler de viande bovine au Brésil sans aborder l’importance culturelle de la production et de la spécificité des actes d’achat et de consommation18. La consommation de viande au Brésil est un véritable art, plus spécifiquement avec le churrasco. Il s’agit d’une vieille tradition originaire de la Pampa où les grands propriétaires terriens faisaient griller des morceaux de viande de bœuf, de poulet ou de porc sur de longues broches. C’est encore aujourd’hui une activité sociale importante dans la vie des citadins comme des ruraux dans l’État du Rio Grande do Sul. Le week-end, les gens invitent leurs voisins, amis et famille à déguster un churrasco à la maison (nombreux sont les appartements qui disposent aussi des installations nécessaires au churrasco) ou au restaurant (churrascaria). Avec l’urbanisation, les restaurants ont mis en place un système appelé rodizio où les viandes grillées sur des brochettes sont servies à volonté jusqu’à ce que le client repu déclare forfait.

24Le churrasco ne se fait pas avec n’importe quel morceau, ni n’importe quelle qualité de viande. Aussi les consommateurs démontrent-ils une certaine exigence quant à la qualité des morceaux choisis. Cela explique le maintien de magasins spécialisés et de stratégies de commercialisation spécifiques dans la filière viande. Des entreprises et les abattoirs cherchent à différencier les produits à travers des marques, des labels de qualité (Bankuti et Machado Filho, 1999).

  • 19  Cela permet d’éviter une trop forte compétition que la végétation endogène ne saurait supporter.

25La revendication de l’ancrage territorial du produit passe également par la mise en valeur de l’écosystème Pampa (biodiversité et prairies naturelles). Son équilibre est fondé sur l’interdépendance entre deux « sous-systèmes principaux » et sur leur dynamique (organisation, fonctionnement et interrelation) : « l’écosystème cultivé et le système social productif » (Mazoyer et Roudart, 2002, p. 42). Dans ce dossier, la Pampa est considérée comme un bien patrimonial unique que les Brésiliens doivent préserver ; des orientations sont proposées dans le cahier des charges pour différencier qualitativement l’élevage de la Pampa, avec des pratiques qui permettent de valoriser l’écosystème (animaux nourris exclusivement à l’herbe), de limiter la dégradation d’un écosystème qui fait la singularité et la qualité de la Pampa. Les pâtures présentent une offre fourragère forte en été et faible en hiver ; aussi le règlement autorise-t-il, en hiver, des méthodes d’amélioration des prairies (sursemis et correction de la fertilité)19. La plupart de ces orientations s’appuient sur des travaux et des publications scientifiques (Moreas et al.,1995 ; Jacques et Nabinger, 2003).

IG : un instrument pour se positionner sur un nouveau segment de marché

26Parallèlement à ces efforts d’inscription du produit dans une perspective historique et régionale, les producteurs ont cherché à traduire leurs ressources spécifiques dans les stratégies marketing et dans le choix d’orientations axées sur les marchés de la viande de haute qualité. L’analyse du dossier de demande d’IG et des entretiens avec les porteurs du projet met en évidence un aller et retour permanent entre l’histoire, les hommes et la tradition, le milieu naturel, des instruments marchands de traçabilité et de sécurité alimentaire.

27Pour analyser plus en détail les correspondances entre inscription historique de la relation hommes/territoires/sociétés et orientations marchandes du projet, nous prendrons comme exemples deux éléments du dossier : le nom de l’indication géographique et le contenu du cahier des charges.

La dénomination du produit

28Dans le Sud du Brésil, la qualité de la viande produite sur les prairies naturelles de la Campanha Meridional est reconnue et identifiée sous le terme de « viande de la frontière ». Les producteurs ont opté pour une dénomination différente pour l’enregistrement de l’IG. En choisissant « Pampa Gaúcho da Campanha Meridional », les porteurs du projet IG souhaitaient affirmer leur apparte-nance à la Pampa (Vitrolles, 2007). L’option retenue associe « Pampa Gaúcho » et « Campanha Meridional ». Elle reflète une double position.

29Les termes « Pampa Gaúcho » présentent un intérêt commercial sur les marchés international et national. En Europe, la réputation commerciale du terme Pampa n’est plus à faire, elle s’est construite au cours des années, avec les échanges commerciaux entre l’Argentine et l’Union européenne. Conscients de cet intérêt commercial, les porteurs du projet ont choisi d’utiliser cette dénomination. En choisissant ce terme, les producteurs sont d’emblée positionnés sur les marchés des viandes de qualité. Le terme Gaúcho fait référence à la culture des éleveurs et rassemble les habitants du Sud du Brésil.

30En spécifiant le nom de la région d’origine par la microrégion, Campanha Meridional, les producteurs revendiquent la zone historique d’engraissement, la qualité de l’herbe et des prairies. Selon les documents historiques, c’est dans cette région que se concentraient les meilleures prairies, la plus grande biodiversité et les plus beaux troupeaux. Cela dit, les producteurs sont également conscients que le choix du terme Pampa risquait d’être très polémique avec leurs voisins argentins. La surqualification de la dénomination géographique était une façon de se protéger contre d’éventuelles réclamations.

Un cahier des charges pour répondre aux nouvelles exigences des marchés de qualité mais difficile à mettre en œuvre

31Le cahier des charges comprend deux éléments clés : la délimitation de la zone et la définition des règles de production, d’abattage, de commercialisation.

32La délimitation de la zone reflète une grande rigueur et un souci de prise en compte des éléments historiques et culturels mis en avant par le dossier historique. Les acteurs ont délimité la zone de l’IG de manière à ce qu’elle ne puisse pas être remise en question (Vitrolles, 2007). Qualifier la viande par la dénomination Pampa Gaúcho da Campanha Meridional induit les porteurs du projet à restreindre l’aire de délimitation de l’IG à la région de la Campanha Meridional. La délimitation a été faite avec une grande attention, en fonction de la diversité des sols, de la végétation et des races bovines présentes. Trois critères ont été déterminants : la zone historique d’engraissement à l’herbe, la présence de races britanniques et les caractéristiques des prairies bénéfiques au développement des races Hereford et Angus (type de sol, qualité de l’herbe, composition floristique). La zone définie repose sur une importante recherche bibliographique (zootechnique et botanique) étayée par des données cartographiques géoréférencées. Onze types de sols ont été sélectionnés en prenant en compte la composition floristique et la qualité de l’herbe. Les surfaces impropres à l’élevage bovin où prolifèrent les ectoparasites ont été écartées. Cela justifie une aire géographique complexe, aux contours découpés, comprenant tout ou partie de 13 municipalités situées dans la microrégion de la Campanha Meridional au sein de la Pampa Gaúcha.

33Bien que la délimitation d’une zone d’appellation repose essentiellement sur des critères physiques, les acteurs ont tenté de prendre en compte la relation hommes/histoire/territoire. Ils confirment en partie les affirmations de Claire Delfosse sur la délimitation des produits. Selon l’auteur, l’ancrage d’un produit dans un territoire « suppose également que l’on ait une réflexion approfondie sur les liens “humains”, savoir-faire, histoire… et notamment que l’on sache faire la différence entre une histoire qui est plus de l’ordre de la légende et qui peut servir à la promotion publicitaire et l’histoire agricole, l’histoire des hommes et de leur produit » (2003, p. 147).

34L’élaboration du cahier des charges a été sujette à nombreuses discussions au sein du groupe. Le choix d’animaux britanniques de pure race et l’interdiction de complémentation de la ration durant les douze derniers mois précédant l’abattage des bêtes sont fortement questionnés par les producteurs. Ces derniers points sont en effet plus le reflet d’une intention de répondre à des nouvelles exigences de qualité des marchés, qu’une adaptation aux réalités locales. La plupart des troupeaux sont composés d’animaux croisés et aucune période transitoire d’adaptation des producteurs n’a été envisagée. Il faudra attendre, chez certains, trois générations d’animaux pour améliorer le patrimoine génétique du cheptel et produire une viande répondant aux normes IG définies. À force de vouloir trop bien faire, les porteurs de projet négligent les réalités locales. Selon un des techniciens, « s’adapter à la réalité locale signifie assouplir les règles, mais il sera alors difficile de vouloir exiger plus ou de durcir les règles dans le futur. C’est toujours plus facile d’assouplir des règles que de les durcir ». Aujour-d’hui, les associés de l’Apropampa disposent d’un règlement extrêmement rigoureux qui rend très difficile l’obtention de l’IG. Cela explique le nombre réduit d’animaux actuellement abattus sous le label IG – environ 50 par semaine en 2007.

Pertinence de l’indication géographique : quels effets pour le développement territorial durable ?

35Sur la base de ce que nous venons de présenter, nous souhaitons discuter de la pertinence de requalifier les IG comme outil potentiel au service de la promotion de l’agriculture familiale, de la protection de la biodiversité et de la durabilité de l’agriculture et de ses territoires. Il s’agit de vérifier si les outils de promotion de produits typiques permettent l’émergence de nouvelles formes d’organisation territoriale reconnaissant les valeurs et normes du développement durable, redéfinissant le devenir de l’agriculture, des territoires marginalisés et/ou d’écosystèmes menacés.

36L’expérience souffre d’une série de limitations. Rappelons tout d’abord que cette démarche est récente (2004) ; peu d’effets sont mesurables. De plus, au Brésil, la notion d’indication géographique est encore mal connue par les acteurs et les institutions. Nous avons pu observer qu’elle était souvent confondue avec la notion d’indication de provenance qui ne valorise pas les liens entre le produit, l’homme et son environnement. À ce jour, la démarche n’a pas encore su mettre en avant son originalité et se différencier des autres stratégies de qualité. Plusieurs producteurs (dont certains associés de l’Apropampa) participent à des programmes de certification des races. Le programme Angus est aussi bien rémunéré que l’IG, avec des règles de production moins rigoureuses (croisement autorisé jusqu’à 3/8 avec des zébus, complémentation de la ration au grain autorisée). Les règles de production définies par le cahier des charges excluent une grande partie des éleveurs de la Campanha. Les volumes sont très réduits et ne permettent pas de positionner le produit et la démarche sur les marchés. Au niveau régional, la légitimité de ce projet d’IG est questionnée : comment et pourquoi une soixantaine de producteurs s’approprient-ils le nom de Pampa Gaúcho da Campanha Meridional qui représente une région peuplée par des milliers d’éleveurs ?

37Cela dit, le label présente des atouts et montre la pertinence de requalifier cet outil potentiel au service du développement durable.

Des demandes croissantes pour sauvegarder la Pampa Gaúcha

38Les politiques d’élevage brésiliennes, centrées sur le Centre-Ouest ces dernières années, ont progressivement marginalisé les éleveurs du Sud. La méconnaissance des réalités locales par les acteurs publics fait que la région Sud est assimilée à de grandes propriétés extensives. Aucune mesure incitative n’est mise en place pour garantir ou soutenir les agricultures familiales. Les nouvelles dynamiques agricoles (biocarburant, sylviculture, soja) représentent de nouvelles menaces pour cet écosystème. Pour faire face à ces nouvelles dynamiques, les attentes et les demandes des producteurs et des acteurs publics sont importantes dans la mise en œuvre de l’Indication géographique. Elles se réfèrent à des enjeux environnementaux, sociaux et économiques dans une région fragile sans compromettre l’équilibre de l’écosystème sociétal en place.

L’émergence d’une organisation territoriale originale

39L’étude de cas montre que le projet IG a permis l’émergence d’une nouvelle organisation territoriale originale, qui présente des caractéristiques spécifiques au regard d’autres organisations ou représentations. Assimilée ici au système IG, elle associe des acteurs privés et des institutions publiques garantissant une bonne articulation entre les deux secteurs. Son originalité est le fait de plusieurs éléments. Elle est le résultat d’un apprentissage collectif, institutionnel et politique des acteurs de la filière mais aussi des institutions fédérales. Les éleveurs ont amélioré leurs pratiques en matière de production (diminution de la charge animale par hectare), prenant conscience de l'importance des qualités et des spécificités de leur produit et de leurs incidences sur l'environnement. L’appropriation de la démarche IG par les acteurs du territoire a permis, au-delà des attentes économiques, de renforcer la dimension identitaire du produit (mode de production et de consommation typiques). D’après nos enquêtes, les membres de l’association sortent enrichis de cette expérience et sont fiers de leur région, optimistes quant aux retombées socio-économiques (développement rural, création d’emplois, agro-tourisme, mise en exergue de la culture gaúcha). Des producteurs en témoignent : « réapprendre d’où l’on vient permet de construire un futur fondé sur la valorisation des ressources territoriales spécifiques ». Aujourd’hui, les membres de cette association partagent une vision commune de ce qu’ils sont, d’où ils viennent et de ce qu’ils veulent apporter à leur territoire et à la société locale.

Contribution pour la construction d’un consensus autour de la durabilité de la Pampa

  • 20  Noyau des amis de la Terre.
  • 21  Membres de la fondation de la culture gaúcha, associations, chercheurs, hommes politiques, apicult (...)

40La durabilité est un thème de plus en plus récurrent dans les séminaires organisés dans la Pampa, ces trois dernières années. En mai 2007 a lieu le séminaire international « Pampa et durabilité : à la recherche d’options productives ». Organisé par l’association Núcleo Amigos da Terra20, il discute certaines alternatives productives durables qui pourraient devenir sources d’emploi et de revenu pour la population rurale. Les intervenants, de multiples horizons21, abordent le thème de la durabilité de la Pampa sous un angle économique, politique, environnemental, agronomique ou encore culturel. Les membres de l’Apropampa ont été invités à expliquer leur démarche IG et son rôle dans la préservation des prairies naturelles de la Pampa. La volonté d’intégration des éleveurs dans le mouvement de préservation et de soutien de l’écosystème est double : contribuer à la protection de leur patrimoine et saisir une opportunité de marché. Depuis peu, les producteurs perçoivent la notion de développement durable comme un argument marketing apprécié sur les marchés internationaux (Vitrolles, 2007).

41Le rapprochement de l’Apropampa avec une ONG d’envergure internationale consolide cette position. Depuis 2006, l’association collabore au projet de la BirdLife pour la protection des oiseaux, la préservation de leurs habitats et de la biodiversité dans l’écosystème Pampa. Celui-ci abrite en effet des espèces endémiques en voie d’extinction et de nombreuses espèces migratoires. En raison de la forte utilisation de l’espace par l’agriculture, la distribution des oiseaux est de plus en plus aléatoire et irrégulière. Progressivement, l’Apropampa devient ainsi un nouvel acteur environnementaliste dans la région.

42Aussi la stratégie de différenciation conduit les associés à jouer un rôle supplémentaire dans la construction de nouvelles politiques publiques pour la région pampéenne. L’expérience a permis de rassembler des acteurs de diverses origines et institutions, qui n’avaient pas pour habitude de travailler ensemble. Ces évolutions permettent de dessiner de nouvelles opportunités et espaces de médiation entre le secteur public et le secteur privé. Elles contribuent à revoir et modifier le référentiel et les méthodes de définition des politiques publiques, en les adaptant aux différents niveaux de décision fédéral, régional, municipal.

Conclusion

43L’Indication géographique « carne do Pampa Gaùcho da Campanha Meridional » compte aujourd’hui une soixantaine de producteurs. La démarche s’inscrit dans une recherche de différenciation de produits sur des marchés nationaux et internationaux de plus en plus compétitifs. À l’initiative d’une institution para-publique, elle a conduit les producteurs à revendiquer la spécificité de leurs systèmes de production, à valoriser leur culture et l’ancrage territorial de leur produit. Dans un premier temps, les éleveurs ont élaboré une stratégie de commercialisation innovante, défini des règles de production. La mise à contribution des scientifiques et des institutionnels a joué un rôle important dans la codification des pratiques, la légitimation de la démarche et la construction d’un argumentaire.

44Dans un souci d’adéquation avec les principes de l'Indication géographique, les producteurs ont ensuite justifié leur projet par la réactivation historique et culturelle (patrimonialisation). Ils ont ainsi mobilisé des éléments de différents registres : la culture Gaúcha, l’homme, ses savoir-faire, son mode de vie ; l’histoire économique et sociale de la région (races britanniques), l’écosystème Pampa (biodiversité et prairies naturelles).

45L'étude montre que ce label officiel, initialement utilisé comme un instrument marchand pour atteindre des marchés de qualité est peu à peu perçu par les éleveurs comme une alternative possible de développement régional durable. Progressivement, ces derniers prennent conscience des effets de leurs pratiques sur l’environnement et les enjeux de préservation de l’écosystème Pampa qui fait leur spécificité.

46Cependant, l’étude souligne le faible impact territorial du système IG lié aux nombreuses difficultés rencontrées : nombre réduit de producteurs, règles de production rigoureuses distantes des réalités observables, absence de valorisation économique du produit IG par rapport au produit générique, existence de programmes concurrents (certification de la race). De plus, l’IG reste une notion encore peu connue des producteurs et des consommateurs. Ces difficultés préoccupent les protagonistes qui craignent de voir leur projet d'Indication géographique « carne do Pampa Gaucho da Campanha Meridional » péricliter.

47Malgré un avenir incertain, les membres de cette association partagent une vision commune de ce qu’ils sont, d’où ils viennent et de ce qu’ils veulent apporter à leur territoire et à la société locale. Ceci leur permet d’assurer de nouveaux rôles dans la construction de politiques publiques en faveur du développement territorial et du développement durable.

48Enfin, cette initiative contribue à la promotion des stratégies de qualification fondées sur la valorisation de l’origine. Faisant partie des premières IG officiellement reconnues, les producteurs sont souvent mobilisés pour présenter leur démarche et diffuser le concept. D’une manière plus générale, leur projet stimule le développement de stratégies de qualité des produits alimentaires au Brésil. Il apporte un éclairage nouveau sur la durabilité en élargissant la réflexion autour de la relation agricultures/ territoires/sociétés.

Haut de page

Bibliographie

AVILA N. L. M. (d’), 2005, Elementos comprobatórios do reconhecimento do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional como indicação de procedência do produto carne e seus derivados, Rapport d’études, Porto Alegre, APROPAMPA, UFRGS, 250 p.

BANKUTI F. I., MACHADO FILHO C. P., 1999, Novas alianças no sistema agroindustrial da carne bovina no Brasil, In II workshop Brasileiro de gestão de sistemas agroalimentares, PENSA-FEA-USP, Ribeirão Preto, p. 184-188.

BARJOLLE D., SYLVANDER B., 2003, Facteurs de succès des produits d’origine certifiée dans les filières agro-alimentaires en Europe : marché, ressources et institutions, INRA Prod. Anim., 16, p. 209-293.

BARJOLLE D., PAUS M., 2007, Innovations dans les filières de produits d’origine labellisés en lien avec le développement rural, in Joint Congress of ERSA and ASRDLF, Paris, 29 Août-2 Septembre 2007.

BOISVERT V., CARON A., 2007, Compétition entre les normes dans la construction de marchés pour la biodiversité, in Joint Congress of ERSA and ASRDLF, Paris, 29 Août-2 Septembre 2007, 22 p.

BONNAL P., MALUF R.S., 2007, Do uso da noção de multifuncionalidade e território nas políticas agrícolas e rurais no Brasil, in LIMA E.N., DELGADO N.G., MOREIRA R.J. (org.), Mundo Rural IV - configurações rural-urbanas: poderes e políticas, Rio de Janeiro, Mauad Editora, p. 217-236.

DELFOSSE C., 2003, Géographie rurale, culture et patrimoine, Habilitation à diriger des recherches (texte de synthèse), 312 p.

FELIPPI E.E., 2001, Ecosystèmes et pauvreté: la pampa brésilienne et les facteurs institutionnels et historiques dans la formation d’un développement inégal, in Colloque Pauvreté et Développement Durable, Bordeaux, 22-23 novembre 2001, 17 p.

FRAYSSIGNES, J., 2005, Les AOC dans le développement territorial, une analyse en termes d'ancrage appliquée aux cas français des filières fromagères, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de M. Roux et V. Olivier (Université Toulouse 2- Le Mirail), 470 p.

JACQUES A.V.A., NABINGER C., 2003, Estudo da vegetação campestre e de alternativas sustentáveis para a prática das queimadas de pastagens naturais na região dos Campos de Cima da Serra, in As pastagens nativas gaúchas, Porto Alegre, Federacite, p. 55-80.

KAKUTA, S.M., KAKUTA, S. M.; SOUZA, A. SCHWANKE, F.H., GIESBRECHT, H. O., 2006, Indicação Geográfica - Guia de respostas, Porto Alegre, SEBRAE, 38 p.

MALAFAIA G.C., BARCELLOS J.O.J., AGUIAR L.K., AZEVEDO, D.B., PINTOS M., 2007, Building competitive advantages to the livestock farming in Rio Grande do Sul: the case of the indication of origin to the “meat of the Gauchos Pampas”, in 17th annual world symposium International food and agribusiness management association, Parme, 23-26 juin 2007, 17 p.

MAZOYER M., ROUDART, L., 2002, Histoire des agricultures du monde, Paris, Seuil, 706 p.

MORAES A., MARASCHIN G.E. ; NABINGER C., 1995, Pastagens nos ecossistemas de clima subtropical : pesquisas para o desenvolvimento sustentável, in SBZ. (Org.), Simpósio sobrepastagens nos ecossistemas brasileiros : pesquisas para o desenvolvimento sustentável, Brasília, Soc. Bras. Zootecnia, p. 147-200.

NABINGER C., 2007, Os campos Sul-Brasileiros : Bioma Pampa como parte dos campos sulinos. Porque uma IG dentro do Bioma? Como delimitar esta IG ? in Formaçao IG do MAPA, curso sobre indicaçao geografica de produtos agropecuarios, Bento Gonçalves, 22-26 octobre, Diaporama (47 vues).

PECQUEUR B., 2001, Qualité et développement territorial : l'hypothèse du panier de biens et de services territorialisés, Économie Rurale, n°261, p. 37-49.

PIVOT C., 1998, Signes de qualité et développement rural, Revue Région et Développement, n°7, 22 p.

RIBEIRO C. M., 2001, Pecuária familiar na região da campanha do Rio Grande do Sul : definições e estratégias, Rapport de l’EMATER, 21 p.

SYLVANDER B., ALLAIRE G., BELLETI G., MARESCOTTI A., BARJOLLE D., THEVENOD-MOTTET E., TREGEAR A., 2005, Qualité, origine et globalisation : justifications générales et contextes nationaux, le cas des indications géographiques, in BLOGOWSKI A., LAGRANGE L., VALCESCHINI E. (éd.), Au nom de la qualité, pour quelle (s) qualité (s) demain, pour quelle (s) demande (s) ? Actes du colloque, Clermont-Ferrand, ENITA, p. 449-457.

TREGEAR A., ARFINI F., BELLETTI G., MARESCOTTI A., 2007, Regional foods and rural development: the role of product qualification, Journal of Rural studies, n°23, p. 12-22.

VITROLLES D., 2007, Construction sociale et institutionnelle du lien à l’origine dans le cadre de l’émergence des Indications Géographiques au Brésil. Cas de la viande do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional, Mémoire de Master 2 Recherche, sous la direction de Claire Delfosse, Université Lyon 2, 150 p.

VITROLLES D., 2006. La construction sociale des Indications Géographiques au Brésil, Mémoire de fin d’étude, sous la direction de Claire Cerdan et Carole Chazoule (Isara-Lyon), 150 p.

Haut de page

Notes

1  Sans ignorer la diversité des approches et des débats autour de la notion de la durabilité en agriculture, nous nous référons à la définition de référence du Rapport Bruntland (1987) « Le développement durable, c’est s’efforcer de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux des générations futures ».

2  Les résultats de cette étude s’insèrent dans le cadre du projet européen SINER-GI (Strengthening INternational Research on Geographical Indications, 2005-2008), réunissant des équipes de recherche provenant de différents pays d’Europe et de pays tiers. Ce projet vise une analyse comparée des différentes démarches de qualification des produits liées à l’origine. Plusieurs travaux et rapports sont disponibles sur le site www.origin-food.org

3  L’introduction de taureaux de race britannique Bos taurus taurus dans le Rio Grande do Sul date de la fin du XXe s. à partir de l’Argentine et l’Uruguay.

4  Citons par exemple le lièvre européen, le sanglier.

5  C’est le cas de la graminée africaine Eragrostis plana qui couvre aujourd’hui près de 500 000 ha dans le Rio Grande do Sul.

6  En 2008, l’USDA estime à 12 226 tonnes métriques la production des États-Unis, 9 205 celle du Brésil et 3 200 celle de l’Argentine. (http://www.fas.usda.gov)

7  Le gain de poids moyen quotidien des animaux, supérieur dans ces nouvelles régions, réduit le temps d’engraissement.

8  Depuis 2002, le Brésil a mis en place un système de traçabilité par lot d’animaux. Il est actuellement coordonné par le ministère de l’Agriculture brésilien (programme SISBOV système brésilien d’identification et de certification de l’origine pour bovins et buffles).

9  Accord des droits de la propriété intellectuelle touchant au commerce.

10  Unis pour être compétitifs.

11  Sont associés : une agence autonome de l’État, le service d’appui aux PME (Sebrae), le Service national de l’apprentissage rural (Senar) et la Fédération agricole du Rio Grande do Sul (Farsul).

12  Salon international de l’alimentation (SIAL) en France, foire d’Anuga en Allemagne.

13  Mignardises de Pelotas, Cuir de la vallée dos Sinos, Riz.

14  Les producteurs sont de grands exploitants dont la superficie des propriétés est estimée entre 500 et 15 000 hectares et le nombre de têtes de bétail de 800 à 10 000.

15  L’abattoir est le plus grand complexe frigorifique du Sud du Brésil. Chaque jour, 4 000 têtes de bétail sont abattues dans onze locaux distribués dans des régions spécialisées dans l’élevage (un abattoir dans le Mato Grosso do Sul, deux dans le Parana et sept dans le Rio Grande do Sul). Il fournit le marché intérieur et plus de 70 pays répartis dans le monde entier.

16  Enquêtes financées par le projet Européen SINERGI, réalisées par D. Vitrolles dans le cadre de son mémoire de fin d’études (2006) et de son Master Recherche (2007).

17  Elle coïncide avec la création de l’association de registre généalogique Sul-Riograndense qui donne une première impulsion au travail d’amélioration génétique du bétail de la région de la Campanha Meridional.

18  La viande de bœuf est la source de protéine animale la plus consommée au Brésil (36,6 kg/an) www.agrocarnes.com.br/carnes.htm

19  Cela permet d’éviter une trop forte compétition que la végétation endogène ne saurait supporter.

20  Noyau des amis de la Terre.

21  Membres de la fondation de la culture gaúcha, associations, chercheurs, hommes politiques, apiculteurs, éleveurs.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6876/img-1.png
Fichier image/png, 94k
Titre Figure 2 : Le système IG Carne do Pampa Gaúcho da Campanha Meridional en août 2008
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6876/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Cerdan et Delphine Vitrolles, « Valorisation des produits d’origine : contribution pour penser le développement durable dans la Pampa Gaúcha au Brésil », Géocarrefour, Vol. 83/3 | 2008, 191-200.

Référence électronique

Claire Cerdan et Delphine Vitrolles, « Valorisation des produits d’origine : contribution pour penser le développement durable dans la Pampa Gaúcha au Brésil », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6876 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.6876

Haut de page

Auteurs

Claire Cerdan

Chercheur invité UFSC Florianópolis Brésil ; Cirad, Sup'Agro-Cirad-Inra, UMR951 « Innovation », Montpellier, F-34000 France claire.cerdan@cca.ufsc.br

Delphine Vitrolles

Doctorante en géographie Lyon2 LER -CIRAD, F-69000 Francedelphine.vitrolles@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page