Navigation – Plan du site
Articles

La viticulture durable, une démarche en faveur de la pérennisation des territoires viticoles français ?

Sustainable viticulture: an approach to ensure the durability of French wine-growing areas?
Sylvaine Boulanger-Fassier
p. 181-190

Résumés

La viticulture durable, qui incite à des pratiques agricoles raisonnées, a pour finalité d’assurer la pérennité du vignoble et un revenu à l’agriculteur par une production régulière et de qualité, tout en préservant l’environnement et l’homme. La plupart des vignerons français ont commencé à se tourner vers cette forme de viticulture, incités par la société qui souhaite consommer des produits sains et avoir une agriculture respectueuse de l’environnement, et par les instances européennes et étatiques françaises. La mise en place de pratiques raisonnées implique un changement dans les mentalités et dans les méthodes de travail, plus qu’une révolution technique. Surtout, la viticulture durable peut-être un moyen de pérenniser les territoires viticoles dans un contexte de concurrence économique accrue.

Haut de page

Texte intégral

1La viticulture est l’une des branches de l’agriculture qui, jusqu’à une période récente, était évoquée en termes tout à fait élogieux. Les années 1980-1990 représentent d’ailleurs des décennies fastes concernant la vente des vins. La viticulture ne souffrait d’aucun problème d’image et chacun imaginait aisément la pérennité de nos territoires viticoles. La plupart des arrachages de ceps étaient cantonnés au vignoble languedocien. Jusqu’à la fin des années 1990, les vignerons français pouvaient considérer l’avenir avec une relative sérénité, malgré quelques crises passagères. Les pratiques culturales étaient assez standardisées, de plus en plus mécanisées, et utilisaient largement les produits de traitements phytosanitaires. La terre, le terroir, la parcelle viticole étaient avant tout considérés comme un support, comme un simple outil de travail, même si, de façon tacite, la viticulture raisonnée était déjà une pratique ancienne dans certains vignobles.

2La crise de surproduction apparue il y a plus de dix ans a inévitablement, et peut-être de façon irréversible, fait évoluer le métier, les hommes et la perception du consommateur vis à vis du monde viticole.

  • 1 La « mondialisation » n’est pas récente dans le milieu viticole, comme le précisent clairement Phil (...)

3Vivre de sa vigne en 2008 est de plus en plus souvent difficile, voire risqué. Surproduction, concurrence, prédominance d’une consommation de vin occasionnelle (Boulet et Laporte,1997), désaffection du public pour les vins trop typés, évolution des goûts et des manières de vivre du consommateur, parfois inadaptation de l’offre à la demande… Nombreux sont les vignerons français qui vivent la mondialisation comme une épreuve à surmonter1. Par ailleurs, le consommateur devient vigilant quant à ce qu’il découvre dans son verre. Il souhaite « boire sain » et s’intéresse davantage à la façon dont les vins sont produits, tout en voulant encore acheter à un prix raisonnable. Les vignerons doivent donc faire face à des demandes nouvelles de la part de la société et du législateur, qu’il soit européen ou français. Parallèlement, le touriste qui parcourt les vignes au gré de ses pérégrinations depuis une dizaine d’années voit indubitablement changer les paysages : des rangs de vignes plus espacés ou le contraire, comme à Bordeaux actuellement, apparaissent très souvent, avec des espaces inter-rangs de plus en plus souvent enherbés. Les paysages traduisent des changements dans les pratiques culturales.

4Une remise en cause des pratiques viti-vinicoles semble être enclenchée. Produire du raisin, produire du vin autrement, constituent la ligne directrice de nombreux vignerons qui se sont engagés dans des pratiques de viticulture durable. Celle-ci peut d’ailleurs être définie comme une viticulture qui « doit assurer la pérennité du vignoble et un revenu à l’agriculteur par une production régulière et de qualité, tout en préservant l’environnement et l’homme » (Ministère de l’Agriculture, 2005, p.3).

  • 2  Pour les urbanistes, la durabilité regroupe nettement une dimension environnementale et une dimens (...)

5Le vigneron pense les travaux de la vigne et du vin comme un ensemble, avec un volet viticole (l’action directe sur la plante pour la maîtriser et l’action de traitement faisant appel à une technologie non directement maîtrisée par le vigneron), et un volet vinicole, qui laisse une place prépondérante aux savoirs externes. La viticulture durable concerne essentiellement les actions viticoles en faveur de l’environnement2.

6De quelle façon la prise de conscience environnementale s’est-elle faite puis répandue peu à peu dans le monde viticole ? En quoi modifie-t-elle profondément la façon de produire et exige-t-elle un réel changement des mentalités ? Dans quelle mesure la viticulture durable peut-elle contribuer à la pérennisation des territoires viticoles ?

7Nous montrerons tout d’abord quelles ont été les pratiques dites conventionnelles des vignerons des années 1950 jusqu’à l’aube des années 1990 afin de comprendre pourquoi la viticulture durable s’est révélée nécessaire. Puis, nous mettrons en exergue les modalités de cette forme de viticulture respectueuse de l’environnement. Enfin, nous évoquerons le lien existant entre la viticulture durable et les territoires, tout en en soulignant les limites.

La viticulture conventionnelle et ses impacts sur l’environnement

8La viticulture conventionnelle vise avant tout à assurer la qualité de la récolte, à gagner du temps et à limiter la pénibilité du travail.

La viticulture : une filière fortement consommatrice de produits phytosanitaires

9Champignons, bactéries, virus, insectes : la vigne européenne est exposée à un ensemble de parasites et de ravageurs animaux qui, s'ils ne sont pas contrôlés, peuvent affecter très gravement la production des vignobles. Des années 1950 jusqu’au début des années 1990, la plupart des vignerons français traitaient les ceps de façon systématique, préventive et curative, en vue d’enrayer ou d’éviter les parasites.

10La viticulture a, comme l’ensemble du monde agricole, fortement bénéficié des progrès de la révolution agricole des années 1950, tant sur le plan chimique que sur le plan mécanique. Depuis cette période, et jusqu’au milieu des années 1990, les vignerons ont cherché à mécaniser une large partie des travaux viticoles, lesquels sont longs, éprouvants et fréquents tout au long du cycle végétatif de la vigne. Par ailleurs, la volonté d’obtenir des raisins sains pour élaborer un vin de qualité a conduit à une utilisation massive de produits phytosanitaires, dans l’ensemble du vignoble français. La viticulture représentait 15,6% du marché français des pesticides en 2002, alors que les vignobles ne constituaient que 3,2% de la surface agricole utile (Ministère de l’Agriculture, 2005, p. 4).

  • 3  La nouaison est la fécondation de la fleur puis la formation du fruit.
  • 4  La véraison est le début de la maturation des raisins, le moment où les baies changent de couleur.

11Parmi les maladies pouvant provoquer une déliquescence de la vigne, deux apparaissent de façon récurrente et seront évoquées ici : l’oïdium et le mildiou. L’oïdium est un champignon qui se répand à la surface de toutes les parties vertes de la vigne. Son attaque se traduit par des taches jaunes ou brunâtres qui provoquent des déformations sur les feuilles, et par un feutrage blanc-grisâtre sur les feuilles et sur les baies. La fleur peut tomber, et si la maladie survient après la nouaison3, le grain grossit mais il se fend, ne mûrit pas et prend une odeur de moisi. Si la véraison4 est déjà passée, l'évolution s'arrête. Le temps chaud et l'atmosphère humide par ciel couvert sont les conditions les plus favorables au développement de ce champignon qui diminue les rendements ou donne un mauvais goût au vin.

12Le mildiou est un champignon qui se développe avec des températures comprises entre 16 et 22°C, et des précipitations d’au moins 10 mm. L’humidité joue un rôle essentiel dans la diffusion de cette maladie. En fin de saison, des rosées ou des brouillards de longue durée peuvent déclencher des infections. Une fois infectées, les jeunes pousses et les grappes deviennent souvent rabougries, tordues et épaissies. Les grappes et les pousses gravement infectées finissent habituellement par se rider et mourir. Ainsi, dans le cas de l’oïdium comme dans celui du mildiou, les récoltes peuvent être sérieusement compromises.

13Les traitements les plus usuels contre ces maladies consistent à épandre des produits phytosanitaires à l’aide de tracteurs-enjambeurs. La viticulture conventionnelle associe les traitements préventifs et les traitements curatifs. Les fongicides protecteurs sont à appliquer avant apparition de la maladie sur les feuilles : il s’agit de matières actives qui empêchent la germination des spores des champignons. Pour le mildiou, de nombreuses préparations sont à base de cuivre, mais celui-ci s’accumule dans les sols et peut brûler la végétation en cas de mauvaise application. Des fongicides de synthèse (phtalimides) sont aussi utilisés à titre préventif pour éviter la germination des spores. S’ils sont bien tolérés par les plantes et préservent la faune auxiliaire, ils comportent comme inconvénient d’être sensibles à la pluie. Enfin, certains vignerons utilisent des fongicides systémiques, à titre préventif et curatif, qui sont absorbés par la plante et véhiculés dans ses tissus.

14La viticulture conventionnelle vise donc à prévenir et à endiguer tout développement de parasite par l’application de fongicides ou de pesticides variés, quel qu’en soit le coût écologique, afin d’éviter toute perte de récolte. Ces pratiques ont été accompagnées d’un essor de la mécanisation, au moyen d’engins très spécialisés pour circuler entre les rangs et traiter aussi bien le pied que le haut de la vigne.

Des travaux viticoles exigeants et une topographie souvent pentue : l’essor de la mécanisation

15Les travaux viticoles sont nombreux et exigeants en main-d’œuvre, d’où la fréquente volonté de les mécaniser. « Contrairement à son état sauvage, la vigne cultivée constitue une population de souches dont l’implantation est organisée et guidée dans son développement par le viticulteur : on dit qu’elle est conduite » (Reynier, 1997, p. 181). La conduite du vignoble représente alors les techniques choisies par le viticulteur pour l’établissement et la maîtrise du développement de la vigne. Elle se caractérise par quatre paramètres principaux :

16- la géométrie de plantation, qui consiste par exemple à étudier la densité de plantation ou le nombre de souches à l’hectare ;

  • 5  Le rognage, dernière opération avant les vendanges, s’effectue de la fin juin jusqu'au début des v (...)

17- le mode de conduite de la végétation ou le palissage, opération viticole consistant à placer les rameaux de la vigne sur un support plan à l’aide de liens, dans une position déterminée au printemps et en été, afin de faciliter en été le rognage5, l’effeuillage, les vendanges et le traitement de la plante contre les maladies et les parasites ;

  • 6  Les sarments volontairement courbés par le vigneron sont appelés des cordons. Cf A. Reynier, Manue (...)

18- la taille de formation et de renouvellement des troncs, des bras et des cordons permanents6 ;

19- la taille en vert, c’est-à-dire les tâches visant à supprimer la végétation excessive en été, afin de trouver un équilibre entre la végétation et les grappes au cours de la période active de la vigne, et de maîtriser les rendements. Cette opération est largement mécanisée.

  • 7  Cf les travaux des ethnologues sur les opérations viticoles, notamment la thèse et les travaux de (...)

20Ces tâches exigent toujours une abondante main-d’œuvre et ce, malgré l’essor de la mécanisation. La taille par exemple, qui bénéficie de l’utilisation du sécateur pneumatique depuis le milieu des années 1980, reste très manuelle7. La question de la vendange, mécanisée ou non, relève, quant à elle d’un choix de stratégie économique (investissements) et de qualité des raisins.

Les impacts de la viticulture conventionnelle sur l’eau et les sols

  • 8  Les impacts de la viticulture conventionnelle sur la santé du consommateur sont probables, mais le (...)

21Les impacts de la viticulture conventionnelle sur la main-d’œuvre viti-vinicole8 sont souvent sous-estimés, mais doivent faire partie intégrante de toute étude en lien avec la viticulture durable. La France a mis en place un réseau de toxicovigilance avec la Mutualité sociale agricole (MSA) en vue d’évaluer les risques auxquels les agriculteurs sont confrontés lors de l’utilisation de produits phytosanitaires (Dupupet et al., 2007, p .20). Pour le domaine viticole, les études menées dans le cadre de ce réseau ont établi que la voie cutanée est la première voie de contamination par les pesticides lors des épandages (56%), suivie de la voie respiratoire (40%). Aussi, dans le cadre de la viticulture durable, le producteur doit remettre en cause certaines de ses pratiques : porter des combinaisons, des gants, des masques et réduire la quantité d’intrants.

22La viticulture conventionnelle a également de forts impacts sur l’eau. Il s’agit de deux formes de pollution : la pollution ponctuelle et la pollution diffuse par les produits phytosanitaires. Lorsque les traitements à l’aide de fongicides ou de pesticides sont réitérés, surtout lors de moments météorologiques discutables (épisode pluvieux qui suit un traitement), la pollution diffuse des eaux peut se révéler importante, surtout lorsque la topographie du vignoble la favorise comme en Alsace. Le vignoble alsacien a la particularité d’être situé sur un versant avec des pentes parfois escarpées, le piémont vosgien, qui présente de nombreuses failles souterraines. Aussi, les substances actives sont aisément entraînées par ruissellement vers les eaux superficielles ou vers les eaux souterraines situées en contrebas du vignoble par infiltration dans la structure faillée (ITV, 2005).

23La pollution ponctuelle ne doit pas être sous-estimée, en Alsace comme dans l’ensemble des vignobles de France. Il s’agit de pollutions lors d’erreurs de manipulation des produits phytosanitaires ou d’application des bouillies : vidanges de fonds de cuve, rejets d’eaux de rinçage chargées en résidus de produits chimiques. Les eaux de surface peuvent alors être directement contaminées si ces accidents se produisent à proximité d’une ressource en eau, ou indirectement lorsque les produits transitent par un réseau d’assainissement dépourvu de station d’épuration sachant traiter ces effluents.

24Enfin, les impacts de la mécanisation sur les sols, notamment dans l’espace inter-rang sont notoires sur les parcelles viticoles. Le poids des machines, le passage répété des engins, sur des terres souvent meubles lorsqu’elles sont composées d’argiles, de marnes ou de sable, créent des compactages. Ils rendent souvent la partie supérieure du sol imperméable à toute pénétration de l’eau du fait de la création d’une croûte superficielle. Lors de fortes averses, le ruissellement s’opère et sa vitesse est accélérée par la pente. Il s’agit surtout d’un ruissellement concentré, organisé en rigoles parallèles entre les rangs de vigne, qui imprime nettement sa trace après plusieurs épisodes pluvieux. Cette dégradation de la partie superficielle du sol, appelée aussi battance, est inévitable en l’absence de tout couvert végétal, si bien que l’enherbement apparaît comme une pratique à développer.

25Les pratiques viticoles conventionnelles ont permis jusqu’à la fin des années 1980 et le début des années 1990 d’améliorer la qualité sanitaire des récoltes et de produire un vin de qualité. L’utilisation parfois abusive ou mal programmée de produits phytosanitaires a conduit à porter atteinte à l’image des territoires viticoles et de la filière. En effet, l’image du vin est fortement liée à sa qualité mais aussi aux conditions dans lesquelles il est élaboré. Les viticulteurs ont saisi la nécessité de préserver l’environnement en lien avec une demande de plus en plus forte de la société en termes de lisibilité du parcours de production. Mettre en pratique des formes de viticulture durable constitue un moyen pour retrouver la confiance du consommateur et, à terme, pour mieux écouler la production.

La viticulture raisonnée et durable : une nécessité qui s’impose d’abord pour des raisons environnementales

  • 9  G. Guille-Escuret (2003) souligne bien, dans ses réflexions sur les techniques agricoles, la façon (...)

26La viticulture durable est une forme de viticulture raisonnée qui consiste à diminuer, voire à supprimer, les traitements phytosanitaires chimiques, à les effectuer au meilleur moment possible et avec des doses appropriées, de même qu’à limiter le ruissellement et l’érosion grâce à l’enherbement, afin de préserver les raisins et le terroir. Les vignerons changent surtout leurs pratiques viticoles, les pratiques vinicoles faisant davantage appel à des savoirs externes9.

L’État : un accompagnateur du développement durable dans la viticulture

  • 10  À la demande de Jean Glavany, ministre de l’Agriculture et de la pêche (octobre 1998-février 2002) (...)

27La première pierre officielle posée à l’édifice de la définition de la viticulture durable est le rapport sur l’agriculture raisonnée paru en 200010. Guy Paillotin propose de définir la viticulture raisonnée comme un ensemble de pratiques visant à « maîtriser, de la meilleure façon possible, au niveau de l’exploitation prise dans son ensemble, les effets, positifs et négatifs de l’activité agricole sur l’environnement, tout en assurant la qualité des produits alimentaires et le maintien, voire même l’amélioration, de la rentabilité économique des exploitations ». Il s’agit donc d’une agriculture prenant en compte de manière équilibrée les objectifs économiques des producteurs, les attentes des consommateurs pour des produits de qualité et le respect de l’environnement. De façon plus concrète, la viticulture raisonnée consiste en un ensemble de pratiques culturales, telles la limitation de l’utilisation des produits de traitement phytosanitaire, la lutte contre l’érosion des sols et la limitation de la pollution des sols et des eaux (Boulanger-Fassier, 2007, 81-82), et de règles de traçabilité, comme le suivi et l’identification des processus d’élaboration du produit, de la vigne à la mise en bouteille. Si les vignerons parlent de viticulture raisonnée depuis plus de quinze ans, la filière « agriculture raisonnée » n’a été officialisée en France que le 30 avril 2002 et les exploitations agricoles dites qualifiées doivent respecter le référentiel établi par le Ministère de l’agriculture à la même période.

  • 11  Outre le rôle esthétique auquel est sensible la lutte intégrée, celle-ci s’intéresse aux parties n (...)

28Quelques mois après la parution du rapport Paillotin qui définit l’agriculture raisonnée, l’Institut technique de la vigne et du vin (ITV) publia un document incitant les vignerons à approfondir leur démarche de viticulture raisonnée en développant la production intégrée : le Référentiel national pour la production intégrée de raisins (novembre 2000). La production intégrée englobe l’idée d’agriculture raisonnée et la dépasse. Elle cherche les meilleures voies en vue de satisfaire à la fois le producteur, le consommateur et l’environnement, et peut préconiser la lutte biologique. La production intégrée admet les engrais et produits phytosanitaires de synthèse, mais les traitements contre les diverses maladies (champignons), ravageurs (insectes) ou adventices ne sont pas autorisés à titre préventif. Selon la définition de l'Office international de lutte biologique (OILB) datant de 1993, la production intégrée en viticulture consiste donc en « une production économiquement viable de raisins de haute qualité, donnant priorité à des méthodes écologiquement plus saines, minimisant les effets non intentionnels indésirables et l'utilisation des produits phytopharmaceutiques, en vue de préserver l'environnement et la santé humaine ». Ainsi, la production ou viticulture intégrée peut être considérée comme une viticulture durable puisqu’elle évolue vers une plus grande utilité pour l’homme, vers une meilleure efficacité de l’emploi des ressources et vers un équilibre avec le milieu qui soit bénéfique à la fois pour l’homme et pour le reste de l’environnement. Pour le géographe, la lutte intégrée est certainement celle qui répond le mieux à une vision globale, qui prend en compte l’environnement au sens large du terme (au sens de « milieu géographique »), au-delà de l’environnement physique ou naturel, et la valorisation du métier de l’agriculteur. L’un des points majeurs de la production intégrée est la préservation de l’environnement viticole, de son habitat et de sa faune sauvage, en lien avec l’essor de la qualité11.

29De son côté, l’Etat accompagne les démarches en faveur de la viticulture durable par le contrôle de la nuisance potentielle sur l’environnement des produits phytosanitaires. Tout produit utilisé doit être autorisé par le ministre chargé de l’agriculture, après mesure de son efficacité. Ce principe d’évaluation existe en France depuis 1943 et a été harmonisé à l’échelon européen par la directive 9/414/CEE qui prescrit aussi une réévaluation de l’ensemble des substances actives utilisées sur le marché européen.

  • 12  Il est très difficile voire impossible d’évaluer précisément le nombre de vignerons relevant d’une (...)

30Viticulture durable, viticulture raisonnée, viticulture intégrée sont des expressions généralistes pour souligner, à des degrés divers d’implication, la prise en compte de la donnée environnementale par les vignerons12. D’autres démarches, plus draconiennes et aux effets encore à évaluer sur le long terme, sont engagées par des vignerons dont le souci de l’environnement est une priorité absolue.

Des démarches très engagées en faveur de la viticulture durable

31Parmi les démarches qui demandent une forte implication en faveur de l’environnement, l’on trouve les vins issus de raisins biologiques et la biodynamie.

  • 13  Néanmoins, un comité de pilotage mené par l’ONIVINS s’est constitué pour valider un cahier des cha (...)
  • 14  Les principes de l'agriculture biologique ont été introduits en France après la Seconde guerre mon (...)

32Abusivement, les producteurs comme les consommateurs ont tendance à parler de « vins biologiques » ou de « vins bio ». Les termes sont largement répandus, presque reconnus implicitement, or, ce label n’existe pas13 voire peut induire en erreur. Il existe seulement du vin issu de raisins biologiques, ou de raisins provenant de l'agriculture biologique14. Ces vins sont produits par des vignerons qui cherchent à promouvoir la lutte naturelle entre les espèces, à privilégier la vie des sols, la pérennité des espèces animales et végétales pour favoriser l’écosystème naturel. Ils accordent donc une très grande importance à l’activité microbienne des sols et n’emploient que des matières premières d’origine naturelle (cuivre, soufre, insecticides d’origine végétale) ; les produits phytosanitaires et engrais comportant des molécules chimiques de synthèse sont exclus. Il s’agit de pratiques raisonnées qui n’autorisent que peu de compromis. De façon concrète, ces vignerons soignent l’enherbement parce qu’il aère le sol, nourrit les vers de terre et concurrence la vigne, l’obligeant à aller puiser ses ressources en profondeur. De plus, en aménageant ou en restaurant des talus, des murs ou des haies, les vignerons préservent le biotope des prédateurs naturels. Enfin, ils privilégient le compostage des déchets organiques et l’implantation d’engrais verts.

  • 15  Le vigneron pionnier en biodynamie est certainement Nicolas Joly, du vignoble de la Coulée de Serr (...)
  • 16  Rudolf Steiner, dans son Cours aux agriculteurs dispensé en Autriche au début du XXè s., a remis e (...)
  • 17  En Alsace, huit vignerons sont engagés auprès de la marque Demeter pour une certification en biody (...)

33De son côté, la viticulture biodynamique15 considère l’unité de production comme un organisme dont les éléments physiques sont influencés par les forces naturelles. Le vigneron qui s’engage dans cette voie de production pense tous les travaux vitivinicoles comme un ensemble bien lié. S’appuyant sur les préceptes développés par Rudolf Steiner en 192416, la biodynamie se soucie de préserver la nature, comme l’agriculture biologique. Mais elle va plus loin en partant du principe que la terre est dans un tel état de dégradation qu’il faut tout mettre en œuvre pour la restaurer. L’homme, en intervenant constamment sur les ceps, a contribué à fragiliser les vignes en les privant de leurs défenses naturelles. Pour leur rendre leur équilibre naturel, il convient d’harmoniser les quatre éléments, la terre, l’eau, l’air et le soleil. La biodynamie s’efforce donc de capturer toutes les énergies propices issues de ces éléments pour faire vivre la partie souterraine (racines) et aérienne (feuilles, fleurs et fruits) de la vigne. Pour ce faire, elle utilise des préparations à base de plantes (ortie, prêle), de cristal de roche ou de matières animales, selon un calendrier qui tient compte des rythmes terrestres, lunaires et cosmiques, aussi bien pour les interventions culturales que pour les opérations en cave. Aujourd'hui, ce courant reprend intégralement le règlement CE(Communauté européenne) relatif à l'agriculture biologique auquel il a ajouté un cahier des charges spécifique à la biodynamie. Concrètement, le logo Demeter atteste que le produit est biologique et, en plus, répond au cahier des charges spécifique de la biodynamie. Fortement minoritaires, mais en nombre lentement croissant, les vignerons convaincus par la biodynamie passent souvent pour des originaux et il faut aussi admettre que le manque de recul et d’analyses scientifiques sur les bienfaits réels de la biodynamie n’incitent peut-être pas encore les vignerons à franchir le pas17. Surtout, la biodynamie demande au vigneron un fort engagement technico-socio-culturel en faveur de l’environnement, que la majorité de la profession n’est pas encore en mesure de tenir.

  • 18  Depuis la Loi d'orientation agricole du 5 janvier 2006 il s’intitule « Institut national de l’orig (...)
  • 19  Depuis l’arrêté interministériel du 12 mars 2007, l’ITV a fusionné avec l’Établissement national t (...)

34Nos études de terrain dans les vignobles jurassien et alsacien montrent que la viticulture durable gagne du terrain, de façon surtout individuelle, même si elle est fortement encouragée depuis plus de cinq ans par les instances professionnelles et officielles : comité interprofessionnel, syndicat, INAO (Institut national des appellations d’origine18), ITV (Institut technique de la vigne et du vin19) par exemple. Lorsqu’un vigneron s’est concrètement engagé dans une démarche en faveur de l’environnement, il suscite la curiosité de son voisin ou d’un adhérent de tel ou tel syndicat avec lequel il évoque ses pratiques et qu’il finit souvent par convaincre du bienfait de sa démarche.

35Toute implication en faveur de l’environnement nécessite un réel changement de mentalité et de mode de production.

Quels changements dans les pratiques viticoles et les mentalités des vignerons ?

36Toutes démarches confondues (raisonnée, intégrée, biologique, biodynamique), des constantes dans les changements de pratiques peuvent être relevées et regroupées en trois domaines : l’essor d’attitudes prophylactiques ; la diminution (ou l’interdiction) de l’emploi de substances chimiques de traitement ; la protection du sol et le retour au travail mécanique de celui-ci en vue d’endiguer l’érosion.

37Les mesures prophylactiques, massivement pratiquées par les vignerons au début du XXème siècle après le phylloxéra, sont de nouveau encouragées dans le cadre de la viticulture raisonnée et durable. Contre le mildiou par exemple, l’aération de la végétation est essentielle. Les moyens prophylactiques préconisés sont donc la maîtrise de la vigueur de la vigne, l’épamprage, le palissage et l’amélioration de la circulation de l’air, afin de limiter les attaques du champignon qui se plaît dans une végétation touffue. Il convient également d’enfouir les feuilles mortes éventuellement porteuses de spores et d’éviter les labours et travaux du sol en période de risque, afin de ne pas disséminer le champignon par le biais des outils. Néanmoins, si de telles mesures permettent le ralentissement de la diffusion du champignon, elles ne préservent pas les ceps d’une attaque. Des traitements au cuivre se révèlent alors très efficaces : il est conseillé de traiter à la bouillie bordelaise, une première fois quand les pousses atteignent 10 cm, puis aussitôt après la floraison, et une troisième fois un mois plus tard. Pendant les périodes pluvieuses, le traitement doit être renouvelé tous les 12-14 jours.

38Limiter l’usage des produits phytosanitaires, pulvériser avec les bons dosages tout en choisissant le meilleur moment météorologique, mieux régler les appareils de pulvérisation, protéger les sols sur lesquels passent les tracteurs, tels sont d’autres moyens principaux en faveur de l’environnement. Si la plupart de ces actions relèvent aujourd’hui du bon sens, elles ne sont appliquées de façon plus répandue que depuis une dizaine d’années tout au plus.

39La diminution des traitements a pour finalité d’éviter la pénétration dans les raisins et dans les sols de produits éventuellement nuisibles à la santé du consommateur, et certainement polluants pour les sols et à terme, pour les nappes phréatiques.

40Les vignerons suivent pour la plupart les conseils prodigués par les Avertissements viticoles, lorsqu’ils existent encore. Ceux-ci, fournis par abonnement, donnent des indications sur les traitements préventifs ou curatifs à adopter, ceux auxquels il est inutile de procéder si une maladie est par trop avancée. Ils précisent les doses en fonction de la météorologie des jours à venir, indiquent les parcelles déjà touchées par telle ou telle maladie dans la région, afin de donner une vision d’ensemble de l’état sanitaire du vignoble.

41Ralentir la vitesse des écoulements dans l’espace inter-rang lors d’épisodes pluvieux intenses, et limiter le tassement du sol lors du passage des engins de traitement de la vigne, telles sont les principales finalités de l’enherbement dans les vignobles français. Cette pratique, qui connaît un réel essor, a un effet spatial visuel immédiat, que le touriste apprécie particulièrement.

42L’enherbement consiste en l’implantation d’un couvert herbacé semé dans l’inter-rang (souvent à base de graminées) ou de celle d’un couvert herbacé spontané. L’enherbement naturel a toujours existé dans les vignes, mais c’est depuis une vingtaine d’années que l’enherbement semé se diffuse. Il améliore l’activité biologique des sols puisqu’il augmente la biomasse microbienne, laquelle permet de nourrir une faune plus importante. Ainsi, la sensibilité à la chlorose calcaire ou par asphyxie diminue, la porosité du sol augmente, ce qui permet un meilleur drainage des eaux, améliore la portance des sols et limite donc la formation d’une croûte superficielle (Doledec, 2002). Par ailleurs, selon l’ITV de Colmar, « la production supplémentaire de biomasse végétale par l’enherbement conduit à une augmentation de la teneur en matière organique. (…). Celle-ci permet une meilleure rétention de l’eau, et, en améliorant la stabilité structurale du sol, permet de lutter indirectement contre l’érosion » (ITV Colmar 2005, p. 12). L’enherbement limite aussi l’érosion de façon directe « par l’effet de couverture par les parties aériennes et de résistance à l’arrachement du sol grâce aux racines » ou indirecte « à travers l’amélioration des propriétés biologiques ou physiques des sols » (ITV Colmar 2005, p. 13).

43En ce qui concerne la pollution diffuse par infiltration des produits de traitement dans le sol, l’enherbement joue un rôle bénéfique essentiel. Il diminue en effet le ruissellement et la pollution des eaux par les engrais et les produits phytosanitaires parce qu’il permet la dégradation des produits phytosanitaires retenus par l’activité biologique des sols. Etant aussi une alternative à la pratique du désherbage chimique, cette pratique culturale agit en faveur du développement durable.

44Enfin, l’enherbement contribue de façon indirecte à l’amélioration de la qualité des vins grâce à l’amélioration de l’état sanitaire de la récolte. La vigne répond à la concurrence avec l’herbe par la réduction de son développement végétatif, de la taille des baies et de la compacité des grappes, ce qui engendre un feuillage moins dense et un meilleur microclimat qui diminuent la sensibilité aux maladies cryptogamiques.

45Parallèlement à cet essor de l’enherbement, l’ITV et les comités techniques viticoles encouragent le recours au travail du sol en vue de limiter l’érosion, comme cela se pratiquait avant l’essor de la mécanisation. Ce travail augmente en effet l'aération et la vie de la terre et permet une meilleure absorption des produits de traitement.

46La viticulture raisonnée comporte des effets bénéfiques indiscutables sur l’environnement. Elle peut, par ailleurs, partiellement contribuer au maintien des territoires viticoles.

La viticulture durable : un élément de maintien de l’activité et des territoires viticoles

47Prendre le parti de profondément modifier ses pratiques viticoles relève encore en 2009 d’une certaine audace. Pourtant, ce changement peut participer au maintien des territoires viticoles.

Viticulture durable, préservation des paysages viticoles et pérennisation des territoires viticoles

  • 20  Il s’agit de ce que J.Cl. Hinnewinkel (1997) nomme « le terrain viticole », défini par ses seules (...)

48Les paysages viticoles figurent certainement parmi les paysages agricoles les plus diversifiés, la vigne étant plantée sur des topographies fort variées, avec des tailles différenciées selon les régions, des espacements entre les rangs diversifiés… Par leur originalité, les paysages viticoles jouent un rôle notoire dans le développement du tourisme et des activités économiques qui en découlent. Ainsi, ils participent au dynamisme et à l’animation de nombreux territoires ruraux. Ils sont le résultat des actions menées par les vignerons pour adapter constamment la vigne à leur environnement. « Les différentes solutions imaginées par les vignerons pour aménager la vigne dans les zones de très forte pente ou trop humides témoignent d’une grande diversité de savoir-faire locaux » (Martin, 2006, p. 29). Ces paysages sont amenés à changer avec l’essor de la viticulture durable et des savoir-faire culturaux, comme cela se remarque depuis plus de dix ans avec l’essor de l’enherbement de l’espace inter-rang. Par ailleurs, avec la sélection des terroirs agronomiques les plus propices20 à la vigne en vue d’adapter l’offre à la demande, certaines zones aujourd’hui viticoles seront transformées en espaces boisés, enherbés, de pâtures ou de cultures différentes. Il s’agit par exemple des zones basses parfois inondables des vallées (vallée de l’Ill en Alsace), ou des hauts de versant dans les zones d’appellations génériques (Côtes du Jura dans le vignoble jurassien). Cette évolution paysagère, conséquence d’une mutation dans le mode de production, permettra aux territoires viticoles de perdurer, mais avec un resserrement géographique.

49La viticulture durable peut aussi jouer un rôle dans la valorisation des terroirs et permettre la pérennité des exploitations.

Viticulture durable, valorisation des terroirs, adaptation à la demande, et pérennité des exploitations

  • 21  Le consommateur moyen cherche à boire un vin moyennement typé, de goût égal d’une année à l’autre.

50Associée à une meilleure adaptation à la demande21 et à la poursuite de la recherche de la qualité, la viticulture durable peut permettre la pérennisation des territoires viticoles, tout en opérant une sélection parmi ceux-ci. Les conditions de cette pérennisation restent encore à définir aujourd’hui, dans la mesure où la viticulture durable en est seulement à ses prémices.

  • 22  L’objectif du rapport est de définir « une nouvelle stratégie, indispensable pour conserver à la v (...)
  • 23  p.23 du rapport.

51Pendant des décennies, les vignerons ont élaboré les vins qu’ils pouvaient ou qu’ils souhaitaient, considérant que le consommateur devait s’adapter à ce qu’ils proposaient sur le marché. Cette période est désormais révolue. En effet, comme le souligne le préfet Bernard Pomel, auteur d’un rapport essentiel intitulé Réussir l’avenir de la viticulture de France22, il est nécessaire de « maîtriser l’évolution du potentiel de production », puisque « dans la plupart des bassins se posent des problèmes d’excédents pour certaines appellations, pour les vins de pays ou pour les vins de table », la Champagne exceptée. Là, « l’offre est insuffisante pour répondre à la demande »23. Le préfet insiste largement sur la nécessité d’adapter la production en vue de satisfaire le goût et les attentes du consommateur, tout en continuant de produire du vin de qualité, sur les meilleurs terroirs. En effet, la pérennisation des territoires viticoles doit être associée à une sélection des parcelles les plus propices à produire des vins de qualité : « Il faut entrer dans une politique raisonnée et globale de développement permettant le maintien des vignobles de qualité sur les meilleurs terroirs et l’abandon de la culture de la vigne sur les terres moins adaptées, tout en préservant les zones paysagères les plus sensibles » (Pomel, p.7).

52La viticulture joue un rôle notoire dans la préservation des paysages ruraux, tout en ayant une dimension humaine et sociale. En effet, elle est souvent une activité économique essentielle de maintien de la vie dans des espaces où il n’existe pas de culture de substitution. Elle est structurante pour les paysages car elle croit sur des sols pauvres, et elle constitue une activité peuplante, puisque 110 000 exploitations commercialisent un produit issu de la vigne (Pomel, p.5). On estime aussi que la viticulture offre 180 000 emplois à temps plein, directement au vignoble (Pomel, p.5). C. Doucet, économiste travaillant sur le vignoble bordelais, met en exergue dans ses études les effets induits de l’activité viticole sur l’économie locale, notamment sur les industries amont (engrais, produits phytosanitaires, bouchons, capsules…) (Doucet, 1999). La viticulture durable, associée à la volonté de produire un vin de qualité adaptée à la demande, peut être un moyen de pérennisation des territoires viticoles, tout en opérant une sélection des territoires. Pérennisation et sélection des territoires viticoles sont étroitement associées.

53Pour se maintenir, le secteur viti-vinicole doit réagir face à la concurrence, davantage répondre à la demande, mieux écouler ses produits par une valorisation bien organisée. La viticulture durable peut alors être un élément de valorisation des terroirs, le consommateur étant de plus en plus vigilant au contenu de son verre et au parcours de production (Boulanger-Fassier, 2007). C’est la raison pour laquelle les domaines viticoles mettent de plus en plus souvent en avant leur implication en faveur de l’environnement (domaine André et Mireille Tissot à Montigny-les-Arsures-Arbois, par exemple). Néanmoins, des obstacles au changement des modes de production demeurent.

Les freins à l’essor de la viticulture durable

  • 24  En effet, depuis 1994 dans le Jura, les coopérativesd’Arbois et de Voiteur exigent dans leurs cahi (...)

54Mieux régler les appareils de pulvérisation, surveiller les rinçages de cuves ou d’ustensiles, mieux doser les quantités de produits répandus, autant d’actions qui ne semblaient pas concerner particulièrement les vignerons français jusqu’au milieu des années 1990. Seule l’érosion les préoccupait réellement car elle gênait la mécanisation, favorisait le ruissellement et nécessitait de remonter le terre en haut des versants. Or, un changement dans les mentalités et les modes d’organisation du travail doit réellement s’opérer pour une pérennisation des territoires viticoles. S’engager dans des pratiques raisonnées implique une plus grande responsabilisation des acteurs, même de ceux qui livrent leurs récoltes aux coopératives24 ; les vignerons prennent conscience de l’impérieuse nécessité de préserver le support qui leur permet de vivre.

55Raisonner ses pratiques n’exige pas de formation intensive pour le vigneron, mais une curiosité, une ouverture et une volonté d’information rigoureuse : abonnement aux Avertissements viticoles ou à des revues spécialisées, consultation de bulletins météorologiques, lecture de l’actualité viti-vinicole, contacts réguliers avec les instances techniques professionnelles (ITV, INAO, syndicats d’appellation, CTV des conseils interprofessionnels…), intérêt pour les exploitations ayant déjà mis en place des pratiques environnementales… En effet, le frein à l’essor de la viticulture durable ne peut résulter de la technique. Il relève davantage des mentalités qui évoluent lentement et de la peur du changement. En effet, raisonner ses pratiques implique une remise en question des savoir-faire, des méthodes de culture et d’élevage des vins. Les vignerons doivent, d’une certaine manière, revenir à la tenue d’un carnet de vigneronnage, comme le faisaient leurs ancêtres, dans lequel ils indiquent les jours, heures et quantités de produits épandus, en fonction du degré d’infection des vignes, de la météorologie du moment et de celle à venir. Les vignerons doivent donc accepter de prendre davantage de temps pour observer leurs vignes. Or, ce temps d’observation est encore considéré par certains vignerons comme du temps gâché.

56La viticulture durable peut aussi se révéler coûteuse dans un premier temps, ce qui oblige le vigneron à prendre quelques risques financiers dans un contexte économique déjà tendu. La viticulture dite biologique et la viticulture biodynamique sont en effet onéreuses, en dépit de la suppression de l’utilisation de produits chimiques : contrôles exigeants et chers, seuls garants du respect du cahier des charges de la FNIVAB (Fédération nationale interprofessionnelle des vins de l’agriculture biologique), besoins accrus en main-d’œuvre pour la préparation des traitements et pour leur épandage se succèdent et élèvent les coûts de production par rapport aux itinéraires techniques traditionnels. De plus, la prise de risque est plus importante face aux maladies de la vigne – et surtout aux maladies du bois –, parce que les traitements ne sont pas toujours d’une efficacité totale, et la productivité est plus faible. Le Domaine Pignier dans le Jura, qui pratique la biodynamie dans une exploitation au Nord de Lons-le-Saunier estime que le surcoût de sa conversion, toutes charges confondues, s’élève à 20%. Néanmoins, lorsque le producteur a changé son mode de production par profonde conviction, il accepte ce surcoût qu’il juge nécessaire.

57S’engager dans la viticulture durable conduit par ailleurs à accepter de prendre davantage de risques par rapport à la récolte future, puisque le « tout chimique » ne protège plus autant que par le passé. Cet aspect est d’ailleurs parfois difficile à admettre, surtout à une époque où l’on s’interdit toute défaillance et où le contexte économique viticole est déjà tendu.

  • 25  Arrêté du 15 juin 2006. Le conseil de bassin viticole est une instance de concertation avec et ent (...)

58Enfin, la filière viticole française est en pleine restructuration. À la suite de la publication du rapport Pomel, dix conseils de bassin viticole ont été créés25, en vue d’analyses prospectives en termes de marché et de prospection, et d’adaptation de l’offre de chacun d’eux. Différentes régions viticoles doivent donc se concerter, ce qui représente une révolution dans le monde viticole.

Conclusion

59En ce début du XXIè siècle, les vignerons français ont, dans leur ensemble, saisi la nécessité de faire évoluer leurs pratiques viti-vinicoles vers une meilleure prise en compte de l’environnement, soit par conviction personnelle, soit du fait de la pression sociétale, soit dans l’espoir d’une relance économique. La terre n’est plus considérée comme un support devant s’adapter aux pratiques des vignerons et dont la survie ne concernera que les générations futures. Chacun s’accorde à dire que surveiller ses méthodes de production peut servir à préserver l’authenticité du terroir, à révéler les spécificités de chaque terroir. Nombreux par ailleurs sont les vignerons qui considèrent que le vin ne peut être meilleur en goût et pour la santé que si les produits épandus le sont en quantité moindre. Un consensus règne donc sur l’idée que les produits chimiques et la mécanisation constituent un progrès à condition d’être utilisés de façon plus modérée. En revanche, l’unité est moins palpable dans les discours et les pratiques concrètes au sein d’un même syndicat de producteurs, d’une commune ou d’une région. Mettre en place des pratiques durables, à des degrés variables, demeure donc avant tout un choix personnel de production.

60Se posait en introduction la délicate question du lien entre l’essor de la viticulture durable et celui de la pérennité des territoires viticoles. Deux éléments de réflexion peuvent être apportés à cette interrogation qui demeure pour les années à venir. Tout d’abord la viticulture durable est au service indirect d’une certaine forme d’embellissement des paysages viticoles, par le biais de l’enherbement, bien perçu par le touriste, et par la diminution des traces d’érosion. Préserver les territoires viticoles revient aussi à les protéger sur un plan physique : ne pas épuiser la terre, éviter l’érosion des horizons superficiels des sols, maintenir une vie microbienne souterraine. En ce sens, la viticulture durable constitue une démarche écologique indiscutable. Mais les pratiques en faveur de l’environnement dépassent le cadre écologique, l’idée d’une seule préservation. Elles peuvent, à terme, pérenniser les territoires viticoles en permettant à leurs acteurs de dépasser la crise économique viticole actuelle. En effet, la viticulture durable peut redonner confiance aux vignerons dans leurs pratiques et les inciter à plus d’agressivité économique sur le marché français et mondial, convaincus d’avoir engagé une démarche saine en termes d’environnement et de produit fini. Le consommateur, de son côté, ne pourra que se réjouir : de la parcelle du vigneron à son verre de dégustation, il éprouvera un sentiment de sérénité pour sa santé et pour la terre que ses descendants cultiveront peut-être.

Haut de page

Bibliographie

BERTHOMEAU J., 2001, Comment mieux positionner les vins français sur le marché de l'exportation ? Paris, Ministère de l'agriculture, 80 p.

BIDAULT J.M., novembre 2000, Introduction du Référentiel national pour la production intégrée de raisins, ITV.

BOULANGER-FASSIER S., 2007, Viticulture durable et valorisation de l’espace en Alsace et dans le Jura, in DURBIANO C. et MOUSTIER P., (dir.), Actes du colloque international sur les terroirs, Les terroirs : caractérisation, développement et gouvernance, Aix-en-Provence, p. 77-84.

BOULANGER-FASSIER S., 2006, Paysages viticoles et évolution des pratiques culturales : les vignes hautes et larges et l’enherbement, Sud-Ouest Européen, n°21, p. 37-46.

BOULET D., LAPORTE J.-P., juin 1997, Les comportements de consommation de vin en France, INRA, Sciences Sociales, Recherches en économie et sociologies rurales, n°3, 4 p.

BRUGIERE F., AIGRAIN P. et BECHET B., 2006, Facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin, Viniflhor.

CARBONNEAU A., 2005, Architecture de la vigne et paysage, Etude thématique sur les paysages culturels viticoles dans le cadre de la convention du patrimoine mondial de l’UNESCO,Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS), p. 31-40

CÉSAR G., SUGUENOT A. et al., 2004, Le livre blanc de la viticulture française, le rôle et la place du vin dans la société, Paris, Sénat, n° 349, 82 p.

Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire, service viticole, 1988, L’érosion des sols, manifestations, mécanismes, remèdes.

Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire, service viticole, 1988, Maîtrise de l’érosion en vignobles de coteaux, aspects agronomiques.

COULON T., SENTENAC G., 2001, Un référentiel national Production intégrée des raisins pour les vignobles français, Bulletin de l’OIV, n°845-846, p. 445-462.

Décret n°2002-631 du 25 avril 2002 relatif à la qualification des exploitations agricoles au titre de l'agriculture raisonnée.

DEMOSSIER M., 1999, Hommes et vins. Une anthropologie du vignoble bourguignon, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 444 p.

DOLEDEC, A.F., 2002, Effet bénéfique de la présence d’un couvert végétal pour augmenter la biologie des sols, Mondiaviti.

DOUCET C., 1999, Sphère viticole et développement régional, Bordeaux 4, 12 p.

DUPUPET JL., BERSON VIGOUROUX N., JACQUET LIBAUDE M., 2007,Phyt’attitude : le réseau de toxicovigilance en agriculture, La Revue du Praticien, vol. 57, 15 juin, p. 20-24.

DURBIANO C. et MOUSTIER P., (dir.), 9-12 mai 2007, Actes du colloque international sur les terroirs, Les terroirs : caractérisation, développement et gouvernance, Aix-en-Provence, 236 p.

GUILLE-ESCURET G., juin 1985, La variabilité des pratiques techniques comme indicateur sociologique dans les Hautes Corbières viticoles (Aude), Techniques et culture, n°5, Par où passe la technologie I.

GUILLE-ESCURET G., décembre 2003, Les techniques, entre tradition et intention, Techniques et culture, n°42, Du virtuel@l'âge du fer.com.

HAUTEVILLE (d') F., SIRIEX L., 2008, Comprendre le consommateur de vin en 2005, in COUDERC J.P., HANNIN H., D'HAUTEVILLE F., MONTAIGNE E. (éds),Bacchus 2008 : enjeux, stratégies et pratiques dans la filière vitivinicole, Bacchus, Dunod, p. 105-135.

HINNEWINKEL J.C., 1997, Terroirs viticoles et appellations : Historique et actualités dans les vignobles de rive droite de la Garone, Les coteaux du Bordelais, Recherches rurales n°1, GEASO, Cervin, p. 5-42.

JONIS M., 2002, Enquête sur les pratiques des vignerons biologiques, Alter Agri, n°53.

La Vigne, n°152, mars 2004, p. 22-27.

La Vigne, n°154, mai 2004, p. 32-33.

Les cahiers itinéraires d’ITV France, 2002, L’enherbement permanent de la vigne, n°4, juin, 16 p.

Les cahiers itinéraires d’ITV France 2002, Les vignobles dans le paysage, n°5, novembre, 24 p.

MARTIN J-Cl., 2006, La création de paysages viticoles : une histoire de matériaux, Sud-Ouest Européen, n°21, p. 29-35.

MARTIN P.-A, 2007, La réforme du secteur vitivinicole européen, Paris, Sénat, n° 3699.

Ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de la Ruralité, 2005, Guide pour une protection durable de la vigne : stratégie de protection pour une utilisation raisonnée et durable des intrants phytosanitaires en viticulture, 34 p.

OLLAT N., 2002, Influence des systèmes de conduite sur la production de raisins, Gestion du rendement vers une recherche de la qualité, Journée technique régionale, Station régionale ITV Midi-Pyrénées, Toulouse, 12 décembre, p. 2-13.

Rapport PAILLOTIN, 2000, L’agriculture raisonnée, Ministère de l’Agriculture, février, 57 p.

PITTE J.-R., 2000, La nouvelle planète des vins, Annales de Géographie, Armand Colin, n° 614-615, juillet-octobre, p. 340-344.

PITTE J.-R., 2006, La mondialisation au service des vins de terroir. À propos du rapport Pomel de mars, Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/typespace/vin/VinScient5.htm

POMEL B., 2006, Réussir l'avenir de la viticulture en France, Rapport remis au ministre de l'agriculture Dominique Bussereau, 40 p.

POULAIN D. (dir), 2004, Histoires et chronologies de l’agriculture française, Paris, Ellipses, 426 p.

Référentiel national pour la production intégrée de raisins, novembre 2000, ITV.

REYNIER A., 1997, Manuel de viticulture, Paris, Lavoisier Tec & Doc, 500 p.

ROUDIÉ P., 2000, Vignobles et vins de France : élitisme et diversité, Historiens & Géographes, n° 370, p. 341-346.

ROUDIÉ P., CRENN C. et TECHOUEYRES I., 2004, Vin et mondialisation , le point de vue d’un géographe, Anthropology of Food, 3, Décembre.

ROYER C. (dir), 1988, Éléments pour une approche ethnologique des vignobles comtois, Gamay noir et savagnin, Belfort, France Régions, p. 22-26.

Haut de page

Notes

1 La « mondialisation » n’est pas récente dans le milieu viticole, comme le précisent clairement Philippe Roudié et al., 2004.

2  Pour les urbanistes, la durabilité regroupe nettement une dimension environnementale et une dimension sociale (la durabilité environnementale doit être accompagnée d’une justice sociale). Dans le milieu viticole, où l’idée même de durabilité environnementale est récente, on peut évoquer un volet social en s’intéressant aux implications de la viticulture durable sur le fonctionnement des terroirs, mais les études en ce sens n’en sont qu’à leurs prémices.

3  La nouaison est la fécondation de la fleur puis la formation du fruit.

4  La véraison est le début de la maturation des raisins, le moment où les baies changent de couleur.

5  Le rognage, dernière opération avant les vendanges, s’effectue de la fin juin jusqu'au début des vendanges. Il s’agit d’écimer la vigne, de supprimer les pousses sans raisins et les feuilles dans le but de favoriser la maturation des raisins.

6  Les sarments volontairement courbés par le vigneron sont appelés des cordons. Cf A. Reynier, Manuel de Viticulture, Lavoisier, 1997.

7  Cf les travaux des ethnologues sur les opérations viticoles, notamment la thèse et les travaux de M. Demossier (1999).

8  Les impacts de la viticulture conventionnelle sur la santé du consommateur sont probables, mais les études les concernant sont rarement publiées. En revanche, des substances actives sont régulièrement retirées du marché.

9  G. Guille-Escuret (2003) souligne bien, dans ses réflexions sur les techniques agricoles, la façon dont les aspects vinicoles ont tendance à échapper au vigneron qui adhère à une coopérative.

10  À la demande de Jean Glavany, ministre de l’Agriculture et de la pêche (octobre 1998-février 2002), Guy Paillotin a rédigé, puis publié le 1er février 2000 un rapport sur l’agriculture raisonnée. Celui-ci, communément appelé « Rapport Paillotin » s’intitule L’agriculture raisonnée.

11  Outre le rôle esthétique auquel est sensible la lutte intégrée, celle-ci s’intéresse aux parties non travaillées du vignoble, tels les talus et les haies, qui jouent un rôle de compensation écologique (absorption des résidus par exemple). Les lisières, les abords enherbés ou fleuris des parcelles, la diversité des espèces botaniques, les friches, les murs de pierres et les zones de décombres ou d’éboulis constituent autant de « niches écologiques » à préserver.

12  Il est très difficile voire impossible d’évaluer précisément le nombre de vignerons relevant d’une démarche en faveur de la viticulture durable. Certains appartiennent à une association ou un réseau référencés comme Terra Vitis ou Tyflo qui dénombrent leurs adhérents, d’autres demandent la certification « bio » auprès d’un organisme de certification. Pour ceux-là, les données chiffrées existent, quoique très fluctuantes et actualisées avec retard. En revanche, les vignerons ayant décidé de pratiquer une viticulture raisonnée ne peuvent être dénombrés avec certitude. Surtout, leur degré d’implication en faveur de l’environnement est fort variable.

13  Néanmoins, un comité de pilotage mené par l’ONIVINS s’est constitué pour valider un cahier des charges de vinification en agriculture biologique afin d’éventuellement entériner des pratiques œnologiques beaucoup plus restrictives que celles de la viticulture conventionnelle.

14  Les principes de l'agriculture biologique ont été introduits en France après la Seconde guerre mondiale, et sa première officialisation remonte à la Loi d'orientation agricole (LOA) de 1980. La filière de l’agriculture biologique a obtenu sa reconnaissance officielle en France en 1981, le cahier des charges du Ministère de l’agriculture faisant foi. Le terme « agriculture biologique » apparaît en 1991 dans un règlement européen qui reconnaît officiellement ce mode de production (règlement CEE du Conseil n°2092/91 du 24 juin 1991 pour les productions végétales).

15  Le vigneron pionnier en biodynamie est certainement Nicolas Joly, du vignoble de la Coulée de Serrant sur la rive Nord de la Loire.

La biodynamie est reconnue officiellement depuis 1987 par le gouvernement. Sa marque "DEMETER" est protégée mondialement. Cette marque n'est donnée qu'après trois ans de biodynamie sur l'intégralité du vignoble.

16  Rudolf Steiner, dans son Cours aux agriculteurs dispensé en Autriche au début du XXè s., a remis en cause les méthodes chimiques de l'agriculture moderne. Il a ainsi donné naissance au courant biodynamiste, qui s'est avant tout développé en Allemagne et en Autriche, où il est davantage connu qu'en France.

17  En Alsace, huit vignerons sont engagés auprès de la marque Demeter pour une certification en biodynamie, après être tous passés par l’étape des vins issus de raisins biologiques. De même dans le Jura où les vignerons convaincus par cette démarche spécifique sont à peine trois.

18  Depuis la Loi d'orientation agricole du 5 janvier 2006 il s’intitule « Institut national de l’origine et de la qualité », mais garde le sigle INAO créé au début des années 1930.

19  Depuis l’arrêté interministériel du 12 mars 2007, l’ITV a fusionné avec l’Établissement national technique pour l’amélioration de la viticulture (ENTAV). L’ENTAV/ITV est un centre technique industriel, régi par le code de la recherche, qui a pour mission de conduire des études de portée générale pour l’ensemble de la filière viti-vinicole, dans les domaines de la sélection végétale, de la viticulture, de la vinification et de la mise en marché des produits.

20  Il s’agit de ce que J.Cl. Hinnewinkel (1997) nomme « le terrain viticole », défini par ses seules données géographiques.

21  Le consommateur moyen cherche à boire un vin moyennement typé, de goût égal d’une année à l’autre.

22  L’objectif du rapport est de définir « une nouvelle stratégie, indispensable pour conserver à la viticulture française la place d’excellence qu’elle occupe dans l’économie nationale et le rayonnement du pays ».

23  p.23 du rapport.

24  En effet, depuis 1994 dans le Jura, les coopérativesd’Arbois et de Voiteur exigent dans leurs cahiers des charges que leurs adhérents livrent un raisin parfaitement sain pour la vinification.

25  Arrêté du 15 juin 2006. Le conseil de bassin viticole est une instance de concertation avec et entre les partenaires de la filière viticole et les pouvoirs publics pour l'ensemble des questions touchant à l'amont et à l'aval de la production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvaine Boulanger-Fassier, « La viticulture durable, une démarche en faveur de la pérennisation des territoires viticoles français ? », Géocarrefour, Vol. 83/3 | 2008, 181-190.

Référence électronique

Sylvaine Boulanger-Fassier, « La viticulture durable, une démarche en faveur de la pérennisation des territoires viticoles français ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6856 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.6856

Haut de page

Auteur

Sylvaine Boulanger-Fassier

Maître de conférences en géographie, Université d’Orléans, laboratoire CEDETE,sylvaineboulanger@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org